Navigation – Plan du site
Dossier

Structure et rhétorique des registres comptables hauts-normands à la fin du Moyen Âge

Structure and rhetoric of the accounting registers from Eastern Normandy at the end of the Middle Ages
Estructura y retórica de los libros contables de Alta Normandía a finales de la Edad Media
Isabelle Theiller

Résumés

En Normandie Orientale à la fin du Moyen Âge, les comptabilités conservées se présentent surtout sous forme de comptabilités générales ou finales. Tenus en partie simple, ces registres comptables pour lesquels nous conservons d’importantes séries couvrant les XIVe-XVe siècles, présentent tous une uniformité structurelle et rhétorique qui interroge l’historien sur les pratiques comptables et la genèse des comptabilités. En partant de l’étude des incipit des registres puis en l’étendant au vocabulaire de la comptabilité et de ses mentions marginales, ces comptes permettent d’engager une réflexion sur l’exercice comptable, sur les receveurs et commanditaire des comptes ainsi que sur la filiation du processus comptable (structure, vocabulaire, mécanisme d’enregistrement, etc.), soit autant d’éléments qui, à terme, questionnent l’usage des registres et les attentes des commanditaires.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Bois Guy, Crise du Féodalisme, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1 (...)

1En Normandie orientale les comptabilités se présentent pour la plupart sous la forme de registres-compte, de comptabilités générales ou finales sérielles, ou de documents comptables isolés. S’y trouvent des comptes royaux, des comptes de vicomté ou de bailliage, des comptes seigneuriaux laïcs ou ecclésiastiques, des comptes d’hôpitaux, d’hôtel-Dieu et d’établissements d’Assistance ; et viennent s’y ajouter des comptes de détails tels que des comptes de fortifications ou de coutumes. Dans leur grande majorité, ces comptes résultent de l’obligation de compter ou de rendre des comptes introduite après les crises de la première moitié du XIIIe siècle puis suite aux désordres occasionnés par la Grande Peste et par la diminution des rentes seigneuriales. Largement décrite par les historiens et notamment par Guy Bois pour l’espace normand1, ce processus comptable, qui a permis de dresser un état des lieux et de mettre de l’ordre là où il n’y en avait plus, s’est ensuite généralisé au point qu’au XIVe-XVe siècles, le nombre des comptabilités a crû de manière significative. En Normandie, comme dans de nombreuses régions, bien que nous ne disposions pas de fonds spécifiquement comptables, d’importantes séries comptables sont réparties entre la Bibliothèque nationale, les Archives nationales et surtout les Archives départementales qui conservent des comptabilités royales, archiépiscopales, abbatiales, hospitalières et de grands ensembles de comptabilités seigneuriales.

  • 2  Seuls les comptes de Dieppe ont fait l’objet d’une étude systématique : Arch. dép. de la Seine-Mar (...)
  • 3  « Comptabilité et réalité financière : Quelques observations autour d’un registre comptable de l’a (...)

2Afin de questionner le vocabulaire des comptes et des comptabilités, trois grands ensembles sériels de comptabilités seigneuriales ont été exploités : celui des comptes de Dieppe, comptabilité seigneuriale rendue par le receveur de l’archevêque de Rouen, seigneur de la ville et de la seigneurie de Dieppe, entre 1405 et 1510 ; celui des comptes de Tancarville, comptabilité seigneuriale laïque couvrant la période 1400-1520 et celui des comptes de Montivilliers, comptabilité de la seigneurie de l’abbaye Notre-Dame de Montivilliers tenue entre 1387 et 13972 ; sont venus s’y ajouter un registre de type comptable provenant du fonds de l’abbaye de Saint Amand de Rouen et annoté par divers receveurs entre 1387 et 13973, et quelques pièces comptables diverses.

1 - Des incipit riches en informations

1.1 - L’objet du compte

  • 4  Arch. dép. de la Seine-Maritime, G498, archevêché de Rouen, compte de Dieppe, 1405-1406.

3Présentées sous forme de cahiers ou de registres, la plupart des comptabilités consultées ne portent pas de titre sur leur couverture. Toutefois, quand un titre apparaît, il est en général de la même main que celle qui rédige l’ensemble du compte. Laconiques, ces titres mentionnent uniquement, comme à Dieppe en 1405 le lieu sur lequel portent la comptabilité et les dates de l’exercice : « Le compte de Dyeppe de l’an CCCC V finant saint Michiel CCCC VI »4. L’objet des registres comptables n’apparaît donc pas véritablement sur la couverture mais dans le paragraphe introductif des comptes. Répétitifs dans les séries comptables, ces textes introductifs dans lesquels, bien souvent, seule la date change, peuvent adopter deux formulaires différents.

    • 5  Arch. dép. de la Seine-Maritime 54H93, abbaye de Montivilliers, 1427-1428.

    Le premier définit l’objet du compte en ces termes : le compte fait par untel pour telle institution des recettes et dépenses de tel ou tel lieu (seigneurie, terre, baronnie, etc.). On le trouve par exemple dans le compte de Montivilliers de 1427 : « Le compte Vincent Le Pele, prestre, receveur de venerables religieuses et honnestes dames mesdames les religieuses abbesse et couvent de l’eglise Notre Dame de Monstiervilliers de la recepte et despense par lui faicte de la revenue de leurs terres et seignouries dudit lieu de Monstiervilliers d’oultre Saine, leurs appartenances et deppendances, et aussi de la terre deManneville es Plains »5. Cette formule renvoie explicitement à une pratique comptable. Celle de la partie simple qui présente d’une part les recettes et d’autre part les dépenses qui, rappelons-le, doivent en principe s’équilibrer au terme du registre comptable.

    • 6  Arch. dép. de la Seine-Maritime, comté de Tancarville, 1ER31 1425-1426.

    Le second présente quant à lui le compte de manière beaucoup plus succincte : « Le compte de la valeur et revenue de tel ou tel lieu (seigneurie, terre, baronnie, etc.) ». Ce formulaire est par exemple employé de manière systématique dans les comptes de Tancarville, où l’incipit s’apparente à un titre plutôt qu’à un exposé de la procédure comptable : « compte de la terre et revenue de la conté de Tancarville et ses appartenances de la terre de Hallebosc»6.

  • 7  Arch. dép. de la Seine-Maritime 54H506, archevêché de Rouen, compte de Dieppe, 1446-1447.

4Certes différents au premier abord, ces deux formulaires ne sont, au final, peut-être pas si dissemblables l’un de l’autre. À la lumière des quelques séries comptables, il semble en effet qu’à mesure que l’on s’engage dans le XVe siècle la formule « le compte de la recette et dépense de la valeur et revenue » disparaisse au profit de la formule « le compte de la valeur et revenue ». Sa généralisation semble même acquise dès la seconde moitié du XVe siècle. Cela coïncide également avec une présentation plus nette et plus ordonnée des comptabilités qui gagnent en précision et présentent par exemple, la somme des recettes ou des dépenses en les distinguant du corps du texte par un saut de ligne, de paragraphe ou de page, alors qu’au début du siècle elles étaient fréquemment confondues avec lui. La pratique comptable s’est donc indéniablement organisée et généralisée, voire banalisée (le nombre des comptabilités conservées pour le XVe siècle suffit d’ailleurs à lui seul à nous le prouver) au point qu’il ne soit plus nécessaire d’employer des formules aussi précises qu’auparavant pour définir l’objet comptable. Tout le monde étant en mesure de comprendre de quoi il en retourne, les receveurs se contenteraient alors de la formule abrégée « le compte de la valeur et revenue » plutôt que de « le compte de la recette et dépense de la valeur et revenue ». Ceci n’est certes qu’une hypothèse, d’autant plus difficile à vérifier qu’elle peut aussi être intimement liée à la personne du receveur et à sa pratique de la comptabilité. En atteste par l’exemple les comptes de Dieppe qui, entre 1408 et 1446, sont qualifiés à l’aide de la formule abrégée de « compte de la valeur et revenue de la ville de Dieppe, Le Pollet et Bouteilles » mais qui, en 1446-1447, redeviennent à l’occasion d’un changement de receveur « compte […] de la recepte et despense faicte par ledit receveur de la valleur et revenue»7. Or si l’on maintient l’hypothèse d’une évolution rédactionnelle à mesure que l’on s’engage dans le XVe siècle, on observerait un recul dans les pratiques comptables dieppoises alors qu’il ne s’agit semble-t-il que d’un receveur plus méticuleux ou plus âgé. Ce qui paraît d’ailleurs être le cas ici, puisque ce receveur décèdera quatre ans plus tard et qu’à sa suite plus aucun compte n’empruntera le formulaire « compte de la recette et dépense de la valeur et revenue ».

1.2 - L’exercice couvert par le compte

  • 8  Arch. dép. de la Seine-Maritime, 7H812, Trinité de Fécamp, compte de Vittefleur, 1455-1456.
  • 9  Arch. nat., Q11373, Titres Domaniaux, Longueville, 1466-1467 (non folioté).

5Dans la plupart des comptes domaniaux étudiés, le compte est rendu pour une année complète. L’exercice est toujours précisément mentionné dans le texte. Il débute à la fête d’un saint ou à une date déterminée par le quantième et l’année. Ce jour est « inclus ». Le compte s’achève un an plus tard à la même date ou à la même fête, mais ce jour est alors « exclu ». Dans tous les cas, les comptes suivent l’ancien style de datation : « pour ung an commencant le jour saint Michiel l’an mil CCCC cinquante cinq inclut et finissant audit jour saint Michiel M CCCC LVI exclut» (compte de Vittefleur)8 ou encore « Le compte de la valeur et revenu de la conté de Longueville par un an entier commenchant au jour et terme de Pasques mil CCCC LXVI incluet finissant a Pasques mil CCCC LXVII exclu»9. Lorsque le compte débute à la fête d’un saint, l’étude comptable constate que cette fête renvoie en principe à un terme d’échéance des rentes contenues dans le registre : Pâques, Pentecôte, saint Jean, saint Michel, Toussaint, Noël, etc. Ainsi selon toute vraisemblance le choix d’une fête plutôt que d’une autre est très certainement motivé par l’importance des revenus perçus à cette date.

6Si la grande majorité des comptes étudiés couvrent une année, premier jour inclus, dernier jour exclu, il arrive, ponctuellement, qu’ils portent sur une période plus longue ou plus courte :

  • Dans le premier cas, cela semble être dû au fait qu’une année ne suffise pas à remplir un registre ou un cahier. Mais, aucun terme ou élément de la comptabilité ne vient clairement justifier cette pratique ;

  • Dans le second, il s’agit soit de comptes particuliers, soit de comptes intermédiaires.

1.3 - Le nom et la qualité du receveur et du commanditaire

  • 12  Arch. nat., Q11373, Titres Domaniaux, Longueville, 1466-1467 (non folioté).

7Les comptes particuliers et généraux peuvent être tenus par un seul et même receveur, comme dans l’exemple de Tancarville cité précédemment, ou par des « receveurs particuliers » placés sous l’autorité du receveur principal. Cette hiérarchie est également clairement précisée dans le texte préliminaire. Ce cas se présente dans les seigneuries ecclésiastiques ou laïques dont l’étendue est telle qu’un seul receveur ne pourrait rendre annuellement les comptes. On peut l’observer par exemple dans la comté de Longueville, où la comptabilité est rendue par « Raoulin Blancbaston receveur d’icelle conté et par les receveurs particuliers a ce commis par ce que la dicte conté s’estend en lieux fort loingtaing l’un de l’autre, et en tant de diverses parties que paine eust esté possible que ung seul receveur eust peu entendre a tout»12.

8L’ensemble des paragraphes préliminaires précise le nom du receveur et du commanditaire. Le receveur est celui qui est porteur de la responsabilité de la comptabilité, mais il est par contre bien difficile de dire si c’est bien lui qui est le rédacteur du registre. Les tournures des comptes, lorsqu’elles évoquent les receveurs, sont souvent impersonnelles : « ledit receveur », « audit receveur ». Elles peuvent alors tout à la fois indiquer une forme de détachement professionnel ou l’intervention d’un tiers (d’un clerc par exemple). Une piste de recherche serait de confronter le corps du texte des comptabilités à la graphie et au ductus des signatures des receveurs présentes à la fin des comptes, mais un tel exercice s’avère difficile pour qui n’est pas spécialiste.

  • 13  Valentine Weiss dresse le même constat pour l’espace parisien dans Weiss Valentine, Cens et rentes (...)

9Rédacteur ou non, ces receveurs sont en principe les personnes chargées de la bonne tenue de la comptabilité et de sa restitution sous forme écrite. Ce sont les hommes qui agissent en nom et place d’un seigneur qui s’avère être le véritable commanditaire du compte. Ils sont à son service, se substituent à lui afin de gérer la seigneurie, ils ont le pouvoir d’ordonner et de contraindre en leur nom. Comme l’indiquent également les paragraphes introductifs, les receveurs sont aussi les « receveurs d’un lieu (ville, seigneurie, terre, etc.) pour le temps de ce présent compte ». Aucun texte ne nous dit s’ils sont reconduits d’année en année dans leur fonction, ni ne nous informe sur leur formation. On constate toutefois un relatif turn-over à cette fonction, un receveur pouvant l’occuper durant quelques années, avant de la perdre et de la retrouver un peu plus tard13. La rhétorique extrêmement répétitive des comptes laisse toutefois supposer que les pratiques et les traditions locales se transmettent d’un receveur à l’autre et ce, durant des décennies.

  • 14  Arch. dép. de la Seine-Maritime, 54H129 et 130, abbaye de Montivilliers, 1493-1494 ; Arch. dép. de (...)

10Lorsqu’un receveur rend des comptes durant plusieurs années, il n’est pas rare qu’il les numérote. Cette numérotation ne s’applique pas à l’ensemble de la série comptable, mais uniquement à ceux rendus par ce receveur. Elle s’interrompt quand le receveur quitte ses fonctions. Nous en avons un exemple à Montivilliers, où en 1493-1494 nous sommes en présence du « vingtieme compte Jehan Belain recepveur general des religieuses dames et honnestes mesdames les religieuses abbeesse et couvent de Monstiervilliers » tandis qu’en 1500, nous conservons « le sixieme compte Raoulin Belain revepveur general de religieuses dames et honnestes mesdames les religieuses abbesse et couvent de Monstiervilliers »14. Cette numérotation peut être portée sur le registre, en marge du premier folio, parfois sur la couverture et plus fréquemment, comme dans ces deux exemples, au sein de l’incipit de la comptabilité.

2 - La structure et la rhétorique des comptes

2.1 - La structure des comptes

11Quand on observe les grands ensembles comptables conservés pour les XIVe-XVIe siècles en Normandie orientale un constat s’impose : tous adoptent une structure à peu près similaire et témoignant d’usages généraux. Ce sont des comptes en partie simple, présentant d’une part les recettes et d’autre part les dépenses. À l’intérieur de ces deux parties, les données sont structurées en chapitres. Ceux relatifs aux recettes sont organisés par lieux et par termes pour les rentes foncières et par thématiques pour les autres recettes (louages, droit d’admission, fouage, etc.) ; ceux portant sur les dépenses sont agencés de façon thématique : charges et héritages, dépenses communes, réparations, etc. Ces recettes et ces dépenses sont ensuite suivies de chapitres additionnels intitulés : « dechiés », « deniers non perçus » ou encore « deniers rendus ». Ils permettent de faire état des anomalies rencontrées par le receveur durant son exercice : rentes non payées, fermes non acquittées, terres abandonnées, revenus divers non perçus, etc.

  • 15  Ces deux exemples, très fréquents dans l’ensemble de la comptabilité dieppoise, ont déjà été mis e (...)
  • 16  Arch. dép. de la Seine-Maritime, abbaye de Montivilliers, 54H93, 1427-1428, f° 1 r°.
  • 17  Arch. dép. de la Seine-Maritime, comté de Tancarville, 1ER17, 1433-1434 ; 1ER29 1429-1430 ; 1ER30  (...)
  • 18  Arch. dép. de la Seine-Maritime, 54H85, abbaye de Montivilliers, 1383.

12En Haute-Normandie, ces comptabilités sont toujours dressées en langue vernaculaire, en moyen français. On constate toutefois que le latin peut être employé dans les mentions marginales lorsqu’il s’agit de valider, de contrôler ou d’enregistrer la comptabilité : « traditus auditorus presens compotus hac die etc. » ; « auditus fuit, examinatus et clausus presens compotus […] per nos commissos ac deputatos etc. »15. Ceci ne doit cependant pas être généralisé à l’ensemble des comptes, puisque de nombreuses comptabilités préfèrent là aussi employer le français. Comme en témoigne par exemple cet extrait des comptabilités de l’abbaye de Montivilliers : « presenté a court le XVIIIe jour de may mil CCCCXXIX par ledit receveur »16 ou celui des comptes de Tancarville qui emploie le terme « verifié » ou l’abréviation « vrz » ou « vrs » en face des articles ayant été contrôlés17. On constate que les comptabilités laïques et ecclésiastiques emploient indifféremment le latin ou le français dans leurs mentions marginales et qu’il ne semble pas y avoir de règles en la matière. Certaines comptabilités comme à Montivilliers allant même jusqu’à apposer en regard des articles le terme latin « alibi » complété en français par « neant paié de ceste ferme »18.

  • 19  En Normandie Orientale toutes les comptabilités consultées pour les XIVe-XVe siècles emploient les (...)
  • 20  Arch. dép. de la Seine-Maritime, 54H129 et 130, abbaye de Montivilliers, 1493-1494.

13La plupart des chapitres du compte font également l’objet de mentions marginales relatives aux opérations comptables. Les montants des recettes et des dépenses sont portés en chiffres romains en marge droite, en face de chaque article19. Les sous-totaux de chaque chapitre sont donnés à la suite de l’énumération comptable. Ils sont toujours précédés de la formule latine « somma presentis capituli » ou« somma », ou bien de la formulefrançaise « somme de ce present chapitre » ou « somme ». Plus rarement, des sommes intermédiaires sont portées en bas de chaque page20. Elles semblent alors destinées aux receveurs ou à la vérification des comptes. Enfin, un récapitulatif de la comptabilité est renvoyé en fin de registre sous forme de sommes totales des dépenses et des recettes. Elles sont alors précédées de formules latines ou françaises du type : « somma totius expense presentis […] et recepta est » ou « somme totale des depenses et des recettes ».

2.2 - La rhétorique des comptes

14Pour qui parcourt les séries comptables de la Normandie orientale, un constat s’impose : leur uniformité est totale. Dans les comptes de Dieppe, Montivilliers ou Tancarville, on observe que les chapitres et sous-chapitres, des recettes comme des dépenses, s’organisent de la même manière d’année en année, de décennie en décennie, voire sur un siècle. Ils enregistrent dans le même ordre, les mêmes revenus, les mêmes droits, voire les mêmes créditeurs et débiteurs et ce avec les mêmes mots. C’est que l’armature et la rhétorique du compte est celle de l’année précédente. En attestent les nombreuses mentions marginales qui nous précisent en français « comme il appert par le compte precedent contenu en texte » ou en latin « collatio presentis computi fuit facta cum precedentibus compotis ». La principale difficulté pour l’historien est alors de déterminer comment et quand ces structures narratives et ces termes utilisés ont été fixés. Le constat d’uniformité permet déjà d’avancer que la rhétorique des comptes n’est pas celle des receveurs – pensés en tant qu’individu – mais celle de modèles préexistants ou d’écrits de références qu’ils recopient ou utilisent année après année afin de dresser leurs registres comptables.

  • 21  Arch. dép. de la Seine-Maritime, G499, archevêché de Rouen, compte de Dieppe, 1408-1409.
  • 22  Arch. dép. de la Seine-Maritime, G851 et G852 (incomplet), archevêché de Rouen, 1396. Le registre (...)
  • 23  Ibid. p.VIII.

15En attestent par exemple les comptes de Dieppe qui nous expliquent dans l’incipit du compte de 1408-140921 d’où proviennent ses structure et rhétorique : « enquel comptes sont mises en plaine valeur de recepte toutes les rentes deues audit seigneur es lieux dessusdiz, tant valables que non valables et tant receues que a recevoir, jouxte les parties contenues et desclairees ou rentier qui de nouvel a esté baillié a mondit seigneur par messire Guillaume Thieullier nagaires receveur audit lieu. Lequel rentier on dit avoir nagaires esté renouvelé par ledit Thieullier en la compagnie du procureur de feu monseigneur l’archevesque derrain trespassé. ». Nous conservons ce rentier ou plus justement ce « Coustumier de la vicomté de Dieppe » rendu par Guillaume Tieullier à l’archevêque de Rouen en 139622. Il s’agit d’une compilation de textes des XIIIe-XIVe siècles formant une « sorte de règlement général relatif à l’administration du domaine et aux opérations fiscales en découlant »23. Or, si l’on confronte ce texte aux comptes, on constate que leur rhétorique est la même, ce qui s’explique aisément puisque les receveurs chargés d’administrer le domaine ont le devoir de s’y référer. Un exemplaire est d’ailleurs déposé à leur intention à la vicomté. Force est d’ailleurs de constater qu’ils ont utilisé ce coutumier, allant même jusqu’à en reprendre des passages entiers en entête des chapitres de leurs comptes et ce, au moins jusqu’en 1492. Quant à la structure même des comptes, elle est directement empruntée des premiers comptes dressés par Guillaume Tieullier lorsqu’il était receveur de Dieppe entre 1396 et 1406 et qu’il appliquait le règlement qu’il venait d’instituer. Il les rappelait d’ailleurs dans le texte préliminaire de ces comptes : « ouquel compte sont contenues toutes les rentes non muables et aultres vaillables que non vaillables selon les rentiers, desquellez rentes non vaillable ledit recepveur fera mentcion cy apres en dechez de rentes et les causes pourquoy». Cette méthode rédactionnelle, les receveurs de Dieppe vont la perpétuer durant près d’un siècle, puisqu’entre 1405 et 1496, tous les registres comptables recopient la structure et la rhétorique des comptes de Guillaume Tieullier. Ils vont même pousser cette méthode à son paroxysme puisqu’au chapitre des recettes, ils iront jusqu’à transcrire des rentes anciennes, les noms de tenanciers, de fermiers ou d’artisans décédés depuis des décennies. Comme le préconisait Guillaume Tieullier, ces derniers sont ensuite déduits en fin de registre dans les deniers non perçus. Ainsi, si l’on considère les comptes de Dieppe au XVe siècle, leur structure générale et leur organisation interne sont celles adoptées par un receveur ayant exercé à l’extrême fin du XIVe siècle tandis que leur rhétorique est largement empruntée de textes coutumiers des XIIIe-XIVe siècles. En atteste notamment l’emploi de termes conservant une orthographe antérieure au XVe siècle : conservant par exemple la forme « oe » pour « oi» rarement employés dans les textes haut-normands de l’extrême fin du Moyen Âge.

  • 24  Arch. dép. de la Seine-Maritime, 1ER17, comté de Tancarville, 1433-1434.
  • 25  Arch. nat., Q11373, Titres Domaniaux, Longueville, 1466-1467 (non folioté).
  • 26  La Prisée de Longueville est « estimaton des terres rentes possession et revenus que Engueran Sire (...)
  • 27  Sur l’étude de cette comptabilité, cf. : « Comptabilité et réalité financière : Quelques observati (...)

16Si le cas de Dieppe est presque un cas d’école, il n’est cependant pas isolé. La plupart des comptes ont une structure et un vocabulaire qui reposent sur les comptes précédents ou sur d’anciens chartriers ou rentiers. À l’image des comptes de Tancarville, les nombreuses mentions marginales qui font références aux documents utilisés témoignent que la recopie est une pratique courante voire systématique : « ainsi est en compte precedent », « comme il appert au compte precedent », « ainsi est es comptes precedent et appert le compte vray par le chartrier de toutes les parties contenues en cest chappitre »24. Quant au « compte de la valeur et revenu de la conté de Longueville »de 1466-146725, il repose sur la Prisée de Longueville datant de 1314-131526 : le texte a près d’un siècle et demi et pourtant la comptabilité s’appuie sur lui et sur son vocabulaire. Il en est de même pour l’abbaye de Saint Amand de Rouen, lorsqu’en 1389-1390 le receveur tente de rétablir la comptabilité. Pour cela, il fait usage de rentiers anciens qu’il annote et tente d’adapter aux réalités de son temps. Bien que non datés, il ne fait aucun doute que ces textes sont antérieurs à 1389-1390 puisqu’ils font référence à des rentes anciennes, des corvées de herse à bois, datant pour certaines de la fin du XIIIsiècle27.

  • 28  Dans la plupart des cas, ces comptes ne donnent que des sommes totales perçues pour une année. Ils (...)

17Si du point de vue du receveur, cette pratique lui permet de s’assurer qu’il a perçu l’ensemble des rentes et revenus (anciens et nouveaux), il en est tout autrement du point de vue de l’historien. Elle témoigne pour une part de procédés comptables reposant sur un crédit de confiance, d’honnêteté ou encore de sincérité accordée aux textes anciens, mais questionne d’autre part la fiabilité des comptes en tant que témoins de leurs temps. S’il est permis d’en douter lorsque l’on observe le vocabulaire et la rhétorique du corps du texte, il n’en est pas de même dans les chapitres additionnels (deniers non rendus, « déchiés », etc.) – dans lesquels les receveurs s’astreignent à de fastidieuses opérations de soustraction afin de déduire les rentes et revenus anciens – ou dans les mentions et annotations marginales de la comptabilité. On constate en effet que dans ces dernières, les receveurs comme les personnes en charge de l’enregistrement et du contrôle des comptes emploient un vocabulaire plus courant et s’expriment en tenant compte des procès en cours, des quittances récemment établies ou des difficultés rencontrées durant l’exercice comptable (anomalies, décès du receveur, guerres, épidémies, catastrophes naturelles, etc.). D’un point de vue formel, la réalité comptable résulte donc de la confrontation de ces deux temps rédactionnels. Si de tels procédés comptables peuvent parfois nous sembler bien complexes, ils posent aussi la question de l’usage qui est fait de ces registres comptables qui, rappelons-le, sont destinés à l’audition des comptes. Ce ne sont pas à proprement parler des documents de gestion, mais des outils de contrôle de la gestion financière du domaine. Leur fonction n’est pas de témoigner du détail de la comptabilité mais d’exprimer une opinion motivée sur la régularité et la sincérité des comptes28. On les qualifierait aujourd’hui de comptes de résultat. Ce sont des documents comptables de synthèse, qui organisent l’information chiffrée de façon à présenter une image la plus fidèle possible du patrimoine, de la situation financière et du résultat de la seigneurie à la date de clôture des comptes.

  • 29  Arch. dép. de la Seine-Maritime, 54H94, abbaye de Montivilliers, 1428-1429, f°1r° et 1v°.

18En s’appuyant sur cette structure, le receveur rend les comptes, entre des données chiffrées contemporaines mais aussi parfois anciennes. En agissant de la sorte, l’image qu’il dresse de la seigneurie est fidèle aux attentes mais imparfaite parce qu’elle conserve des vestiges, ne tient pas compte de certaines difficultés ponctuelles, de revenus ou dépenses « extraordinaires », de certaines irrégularités ou encore du contexte économique et politique qui peut avoir entravé la comptabilité. Afin de s’adapter à ces anomalies ou besoins ponctuels, cette armature comptable immuable est toutefois modifiée à la marge par l’adjonction de chapitres supplémentaires servant à les consigner. Ce ne sont en aucune manière des comptes marchands. Ils n’ont pas pour vocation de rendre une comptabilité exacte (au sens mathématique du terme). Ce sont des sources comptables de type domanial ou seigneurial qui, comme en témoignent les censiers et coutumiers anciens, portent sur des rentes en nature qui ont été converties en numéraires selon des règles qui relèvent du droit (coutumier ou public). C’est d’ailleurs ce que rappelle par exemple les comptes de Montivilliers lorsqu’en début de compte, ils font références au « apresagement »(estimation judiciaire) des rentes en nature effectuées sur le marché : « et sont lesdis braiz et orges deubz a la mi avril et ont iceulx estre acoustumé tauxer et aprecier le jeudi d’apres en la halle lesquelz ont esté apreciéz pour l’an de ce compte»29. Les receveurs marquent ainsi leur intention de rendre compte d’une situation qui se veut conforme au droit mais pas nécessairement conforme à la réalité économique de la seigneurie. Celle-ci, bien plus difficile à saisir, apparaît sans doute davantage dans les pièces justificatives et les comptes de détails qui énumèrent jour après jour les dépenses et recettes. Mais ces comptes sont plus rares dans les archives, impossibles à mettre en série car relevant du vestige comptable. Ils renvoient de toute façon tous à des chapitres d’un compte général en partie simple (conservé ou non) et posent aussi, quand on les conserve, la question de ce qui n’apparaît jamais dans les comptabilités.

Conclusion

  • 30  Dialogus de Scaccario, The Course of the Exchequer, by Richard Fitz Nigel and Constitutio Domus Re (...)

19Au terme de cette étude de quelques registres comptables haut-normands, il semble donc que l’appréhension de la filiation structurelle et rhétorique des comptabilités ainsi que des mécanismes d’enregistrement pose la question de l’usage des registres dressés par les receveurs et des attentes des commanditaires des comptabilités. Pour cela, il convient de ne jamais perdre de vue qu’avant d’être des outils comptables, ces registres doivent être conformes au droit en usage en Normandie et que de ce point de vue, ils sont les héritiers des pratiques comptables anglo-normandes mises en œuvre par les Plantagenets et récupérées par les Capétiens au XIIIe siècle. D’une administration financière qui estimait que sa sagesse ne résidait pas dans la justesse de ses comptes mais dans l’excellence de ses jugements : « non enim in ratiociniis sed in multiplicibus judiciis excellens scaccarii scientia constitit »30.

Haut de page

Notes

1  Bois Guy, Crise du Féodalisme, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1976, p. 239-283.

2  Seuls les comptes de Dieppe ont fait l’objet d’une étude systématique : Arch. dép. de la Seine-Maritime, Archevêché de Rouen, Comptes de Dieppe, G498 à 539, G2029 et G9831 1405-1510. Les autres fonds ont fait l’objet de sondage : Abbaye de Montivilliers, Arch. dép. de la Seine-Maritime, 54H84 1381-1418 ; 54H85, 1383 ; 54H88, 1391 ; 54H89, 1408-1409 ; 54H 92, 1426-1427 ; 54H93, 1427-1428 ; 54H94, 1428-1429 ; 54H95, 1433-1434 ; 54H96, 1435-1436 ; 54H97, 1441-1442 ; 54H 110, 1463-1464 ; 54H112, 1467-1468 ; 54H 114, 1471-1472 ; 54H 116, 1472-1473 ; 54H120, 1479-1480 ; 54H121, 1480-1481 ; 54H124, 1483-1484 ; 54H129, 1493-1494 ; 54H130, 1493-1494 ; 54H133, 1500-1501 ; 54H134, 1500-1501 ; 54H147, 1509-1510 ; Comté de Tancarville : Arch. dép. de la Seine-Maritime, 1ER17, 1433-1434 ; 1ER29 1429-1430 ; 1ER30 1428-1429 ; 1ER31 1425-1426, 1ER32 1401-1402 (copie).

3  « Comptabilité et réalité financière : Quelques observations autour d’un registre comptable de l’abbaye St Amand de Rouen (1387/8-1397) » dans Tabularia « Études », n° 5, 2005, p. 51-73, 5 octobre 2005 - http://www.unicaen.fr/mrsh/crahm/revue/tabularia/comptables.html.

4  Arch. dép. de la Seine-Maritime, G498, archevêché de Rouen, compte de Dieppe, 1405-1406.

5  Arch. dép. de la Seine-Maritime 54H93, abbaye de Montivilliers, 1427-1428.

6  Arch. dép. de la Seine-Maritime, comté de Tancarville, 1ER31 1425-1426.

7  Arch. dép. de la Seine-Maritime 54H506, archevêché de Rouen, compte de Dieppe, 1446-1447.

8  Arch. dép. de la Seine-Maritime, 7H812, Trinité de Fécamp, compte de Vittefleur, 1455-1456.

9  Arch. nat., Q11373, Titres Domaniaux, Longueville, 1466-1467 (non folioté).

10  Arch. dép. de la Seine-Maritime, comté de Tancarville, 1ER32 1401-1402 (copie).

11  Arch. dép. de la Seine-Maritime, G533, archevêché de Rouen, compte de Dieppe, 14 mai 1483-29 septembre 1483.

12  Arch. nat., Q11373, Titres Domaniaux, Longueville, 1466-1467 (non folioté).

13  Valentine Weiss dresse le même constat pour l’espace parisien dans Weiss Valentine, Cens et rentes à Paris au Moyen Âge. Documents et méthodes de gestion domaniale, Paris, Champion, 2009, vol. 1, p. 289-487

14  Arch. dép. de la Seine-Maritime, 54H129 et 130, abbaye de Montivilliers, 1493-1494 ; Arch. dép. de la Seine-Maritime, 54H133 et 134, abbaye de Montivilliers, 1500-1501.

15  Ces deux exemples, très fréquents dans l’ensemble de la comptabilité dieppoise, ont déjà été mis en évidence par Michel Mollat dans, Comptabilité du port de Dieppe au XVe siècle, Paris, 1951, p. 9.

16  Arch. dép. de la Seine-Maritime, abbaye de Montivilliers, 54H93, 1427-1428, f° 1 r°.

17  Arch. dép. de la Seine-Maritime, comté de Tancarville, 1ER17, 1433-1434 ; 1ER29 1429-1430 ; 1ER30 1428-1429 ; 1ER31 1425-1426, 1ER32 1401-1402 (copie).

18  Arch. dép. de la Seine-Maritime, 54H85, abbaye de Montivilliers, 1383.

19  En Normandie Orientale toutes les comptabilités consultées pour les XIVe-XVe siècles emploient les chiffres romains. L’usage des chiffres arabes ne semble pas antérieur aux années 1510-1520.

20  Arch. dép. de la Seine-Maritime, 54H129 et 130, abbaye de Montivilliers, 1493-1494.

21  Arch. dép. de la Seine-Maritime, G499, archevêché de Rouen, compte de Dieppe, 1408-1409.

22  Arch. dép. de la Seine-Maritime, G851 et G852 (incomplet), archevêché de Rouen, 1396. Le registre G851 contenant 97 f° a fait l’objet d’une édition : Le Coustumier de la Vicomté de Dieppe par Guillaume Tieullier,E. Coppinger, éd., Dieppe, 1884, 99 p.

23  Ibid. p.VIII.

24  Arch. dép. de la Seine-Maritime, 1ER17, comté de Tancarville, 1433-1434.

25  Arch. nat., Q11373, Titres Domaniaux, Longueville, 1466-1467 (non folioté).

26  La Prisée de Longueville est « estimaton des terres rentes possession et revenus que Engueran Sire jadis de Marigny tint du Roy de France […] un fief entier en hommage a Longueville, a Angueville, a Longueil, a Bellencombre, a [Vascueil], a Grainville et en la vicomté de Monstivilliers et en autres lieux appartenants aux chasteaulx et chastellerie de Longueville et Bellencombre », Arch. nat., Q11373*, Titres Domaniaux, Longueville, 1314-1315 (copie XVIIe s.).

27  Sur l’étude de cette comptabilité, cf. : « Comptabilité et réalité financière : Quelques observations autour d’un registre comptable de l’abbaye St Amand de Rouen (1387/8-1397) » dans Tabularia « Études », n° 5, 2005, p. 51-73, 5 octobre 2005 - http://www.unicaen.fr/mrsh/crahm/revue/tabularia/comptables.html.

28  Dans la plupart des cas, ces comptes ne donnent que des sommes totales perçues pour une année. Ils signalent parfois l’existence de comptes de gestion et de pièces justificatives plus détaillés (cahier des dépenses et des recettes, quittances…) venant à l’appui de cette comptabilité générale. Ces pièces justificatives ne sont jamais retranscrites et il est bien rare de les retrouver dans les fonds d’archives qui ne conservent que le compte général.

29  Arch. dép. de la Seine-Maritime, 54H94, abbaye de Montivilliers, 1428-1429, f°1r° et 1v°.

30  Dialogus de Scaccario, The Course of the Exchequer, by Richard Fitz Nigel and Constitutio Domus Regis, The Constitution of the Royal Household, éd. et trad. ang. Charles Johnson, Oxford, Oxford University Press, 1983.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Theiller, « Structure et rhétorique des registres comptables hauts-normands à la fin du Moyen Âge », Comptabilités [En ligne], 4 | 2012, mis en ligne le 21 janvier 2013, consulté le 28 juin 2017. URL : http://comptabilites.revues.org/1065

Haut de page

Auteur

Isabelle Theiller

Framespa (UMR 5136) - Université Toulouse 2 Le Mirail – isabelle.theiller@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org