Navigation – Plan du site
Dossier

La rhétorique des documents comptables médiévaux : réflexions à partir des comptes du receveur de Châtel-sur-Moselle (1429–1510)

The rhetoric of medieval accounting records : some reflections based on the accounting records of the receiver of Châtel-sur-Moselle (1429-1510)
La retórica de los documentos contables medievales: reflexiones en torno a las cuentas del recaudador de Châtel-sur-Moselle (1429–1510)
Aude Wirth-Jaillard

Résumés

L’objectif de cet article est de montrer l’intérêt de la rhétorique pour comprendre et analyser les documents comptables médiévaux tout en proposant une réflexion sur celle-ci. À partir d’un ensemble de registres, ceux du receveur de Châtel-sur-Moselle entre 1429 et 1510, il aborde différents points, parmi lesquels la question de savoir s’il y a une ou plusieurs rhétoriques dans les comptes, la structure générale de ceux-ci, l’anthroponymie, etc. Il esquisse enfin quelques pistes pour des travaux à venir, dont la constitution de corpus.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Gardes-Tamine Joëlle, La rhétorique, Paris, 1996, p. 8.

1S’il est un genre de textes auquel on ne pensera pas spontanément lorsque l’on parle de rhétorique, ce sont bien les documents comptables médiévaux. Tout semble en effet opposer la première, à laquelle on associe les idées de style, de tropes et de persuasion dans des textes antiques, philosophiques ou littéraires, aux seconds qui évoquent des chiffres, des faits et une mise en forme sans fioritures. Il paraît en effet logique de penser que les chiffres devraient se suffire, parler d’eux-mêmes, sans que l’auteur du document n’ait besoin d’une mise en scène. Mais ce n’est là qu’une première impression ; encore faut-il savoir ce que l’on entend, précisément, par rhétorique. « Les définitions de la rhétorique ont varié au cours des siècles et selon les théoriciens »1 ; aujourd’hui encore, la lexicographie, ici le Trésor de la langue française, dégage plusieurs sens au substantif, dont les principaux sont :

  • A. « Technique du discours ; ensemble de règles, de procédés constituant l’art de bien parler, de l’éloquence ».

    • 2  CNRS, Université Nancy 2 & ATILF, Trésor de la langue française informatisé (cédérom), Paris, 2004 (...)

    B. En particulier. 1. « Ensemble des moyens d’expression, des procédés stylistiques propres à une personne ou à un groupe de personnes ». 2. Péjoratif. « Ensemble de procédés d’éloquence apprêtés, déclamatoires et pompeux ».2

2Le sens péjoratif (B.2) ne nous concerne pas. Le précédent, en revanche, donne à la rhétorique une application large permettant d’inclure les documents comptables : à partir du moment où ceux-ci sont des textes, on y trouve bien sûr des moyens d’expression et des procédés stylistiques.

  • 3  Dubois Jean, Giacomo Mathée, Guespin Louis, Marcellesi Christiane, Marcellesi Jean-Baptiste, Mével (...)

3À se pencher ainsi sur les différentes significations du terme rhétorique, on en vient tout naturellement à examiner la première, la plus académique, que l’on retrouve avec davantage de précisions dans les dictionnaires de linguistique : « On appelle rhétorique l’ensemble des procédés constituant l’art oratoire, l’art du bien-dire. La rhétorique comporte trois composantes essentielles : l’invention (thèmes et arguments), la disposition (arrangement des parties) et surtout l’élocution (choix et disposition des mots) ; on y ajoute parfois la prononciation (ou mode d’énonciation) et la mémoire (ou mémorisation). L’élocution, objet principal de la rhétorique, se définit essentiellement par l’étude des figures ou tropes. Les discours définis par la rhétorique sont le délibératif (discours tenu pour persuader ou conseiller), le judiciaire (discours tenu pour accuser ou défendre) et l’épidictique (discours tenu pour louer ou blâmer) »3.

  • 4  Michel Meyer, La rhétorique, Paris, 2008, p. 14.

4Il s’agit là d’une définition qui reprend celle qui avait cours en Grèce et à Rome : les trois genres cités, le délibératif, le judiciaire et l’épidictique, sont ceux qu’a distingués Aristote4. Cette définition ne peut-elle convenir aux documents comptables médiévaux ? Ne sont-ils pas riches aussi de mots et de phrases qui édictent et conseillent, qui décrivent et annotent des actions et donc les défendent et les louent ou les blâment et les jugent ?

5Dans ses remarques placées sous le sens A de rhétorique, le Trésor de la langue française apporte trois précisions :

  • 1. « On relève un emploi de rhétorique s’appliquant à des faits autres que des faits de discours ».

  • 2. « Le concept de rhétorique est actuellement réexaminé sous l’impulsion de la sémiotique discursive et textuelle et reformulé dans le cadre d’une tentative pour constituer une nouvelle rhétorique générale et une théorie littéraire contemporaine ».

  • 3. « Dans le cadre de la sémiotique générale, le concept de rhétorique est appliqué à des langages autres que le langage articulé » : rhétorique de la publicité, du message publicitaire, rhétorique de l’image.

  • 5  Cet article du Trésor de la langue française a en effet été rédigé il y a quelques années déjà, la (...)

6La deuxième et la troisième précision nous apprennent donc l’existence de travaux, pour certains alors récents5, élargissant le champ de la rhétorique. Ne pourrait-on pas alors envisager une étude des documents comptables en nous plaçant dans le sillage de ces travaux ou en trouvant notre propre voie à partir de celle qu’ils ont tracée ? Quel pourrait être l’apport d’une telle optique à la compréhension et à l’analyse des documents comptables ?

7À la fois pour esquisser quelques réponses à ces questions, proposer des pistes de réflexion à partir de cas précis et fournir les premiers éléments pouvant permettre d’élaborer un jour une grille d’analyse où la linguistique jouerait un vrai rôle, nous avons choisi de prendre pour exemple un ensemble de documents comptables, ceux du receveur de Châtel-sur-Moselle (Vosges) pour les années 1429 à 1510, et d’envisager certains de leurs aspects selon les principes de cette nouvelle rhétorique.

1 - Les comptes du receveur de Châtel-sur-Moselle pour les années 1429 à 1510 : présentation

  • 6  B 608, 54, 1 : 1448–1449 ; B 608, 54, 2 : 1453–1454.
  • 7  B 4154 : 1429–1431 ; B 4155 : 1447–1448 ; B 4156 : 1449–1450 ; B 4157 : 1450–1451 ; B 4158 : 1451– (...)

8L’ensemble sélectionné comprend 21 registres conservés aux archives départementales de Meurthe-et-Moselle (ADMM) : pour deux d’entre eux dans le fonds du Trésor des chartes de Lorraine, dans les layettes de Châtel6, pour les autres dans le fonds de la Chambre des comptes de Lorraine7. Ils concernent des localités se trouvant dans les actuels départements de la Meurthe-et-Moselle et des Vosges, et se répartissent chronologiquement sur trois receveurs différents : Menginat (1429–1431, 1 compte), Jehan de Monzey (1447–1474, 17 comptes) et Thiebault Chambrier (1506–1510, 3 comptes). La présente série est donc loin de couvrir l’ensemble des années de la période d’étude : ne sont ainsi pas du tout représentées les années 1432 à 1446 et 1475 à 1505. Mais elle constitue un bon échantillon exploratoire : un ensemble relativement restreint pouvant donc être étudié de façon « manuelle » ; un nombre de folios qui, oscillant d’une trentaine à 75, apparaît suffisant pour autoriser des analyses comparées sur un siècle de pratique. Leur écriture est, globalement, bien lisible et ils sont de façon générale en bon état, à quelques exceptions près : les premiers folios des registres des années 1506–1507 et 1507–1508 manquent ; la fin du second est également abimée, tandis que le registre pour 1509–1510 ne contient qu’une partie des recettes en argent.

  • 8  Debry Jacques, Chastel sur Mezelle. Sauvegarde de la forteresse des sires de Neufchastel. s. l., 1 (...)
  • 9  Debry Jacques, op. cit., p. V-3.
  • 10  Debry Jacques, op. cit., p. VII-45.

9Sur le plan politique, la seigneurie de Châtel-sur-Moselle est dans l’orbite des Neufchâtel depuis 1373 et le mariage de Thiébaut VII de Neufchâtel avec Alix de Vaudémont8 qui l’avait reçue de son père9 ; c’est donc une enclave bourguignonne en terre lorraine. Cette situation ne prendra fin qu’en 1543, lorsque la seigneurie deviendra la propriété du duc de Lorraine10.

2 - La rhétorique ou les rhétoriques des documents comptables ?

10Étudier les registres comptables, c’est étudier les résultats, le produit parachevé et conscient d’un processus, la mise en forme du travail du comptable, et n’avoir accès ni aux principes qui ont guidé sa préparation ni aux techniques de composition ni à la théorie qui les sous-tend, s’il y en a une, comme on le pourrait s’il s’agissait d’un traité : seule leur manifestation nous est présentée. L’étude de la rhétorique des comptes sera donc celle de sa réalisation.

11En réalité, ce n’est pas une rhétorique qui est présente dans ces comptes, mais plusieurs, qui correspondent aux différentes facettes du compte qui est un conglomérat de discours. Tous les énoncés présents dans un compte n’ont pas, en effet, les mêmes auteurs, les mêmes visées ni les mêmes destinataires.

  • 11  Sur le discours rapporté dans les documents comptables médiévaux, cf. Wirth-Jaillard Aude, « “De E (...)

12La première de ces facettes est constituée par les passages au discours rapporté, direct ou indirect, que l’on trouve dans les amendes, une des recettes en argent de certains comptes. À l’appui de celles-ci, le scribe précise en effet souvent les paroles qui ont donné lieu à sanction, et qui peuvent être des injures, des blasphèmes, des moqueries, des accusations, etc.11 Ces énoncés ne sont donc pas ceux du rédacteur et ne doivent pas lui être imputés ; comme ils sont inclus dans une rhétorique plus large, on peut parler de rhétorique mise en abyme.

13La deuxième de ces facettes, c’est celle des résultats d’une rédaction que l’on pourrait qualifier de « spontanée » et qui se rencontre dans les narrations ou les descriptions de faits propres à la période d’exercice du compte. Pour présenter réellement ce qui a été fait ou ce qui s’est passé, précisément, durant la durée de l’exercice du compte, le rédacteur procédera à une mise en mots qui lui est propre. Les (brèves) narrations de comportements ou d’actes ayant donné lieu à sanction ou la description des achats réalisés pour une réception exceptionnelle appartiennent à cette facette.

  • 12  Pour un exemple d’analyse de cette formulation et de son évolution dans le temps, cf. Wirth-Jailla (...)

14La troisième facette de la langue des comptes se rencontre dans la gangue de présentation, répétitive, que l’on retrouve d’un document à l’autre et au même endroit, pour une même série ; cette gangue n’évolue généralement que peu au fil du temps : elle s’étoffe, quelques précisions sont ajoutées, quelques adaptations effectuées, mais elle ne connaît pas de changement radical12. Les informations que l’on peut y trouver sont la nature de la recette (cens sur un moulin par exemple), la localisation de l’objet, la période pour laquelle court le paiement effectué, etc. Parfois, le contenu « spontané » de cette gangue se limite au nom de la personne à qui, par exemple, le moulin a été amodié l’année du compte ; d’un compte à l’autre, seul cet élément change, le reste du paragraphe conservant la même formulation. Le chercheur s’intéressant à la rhétorique des comptes devra donc garder à l’esprit qu’une très grande partie du texte comptable n’est pas de l’invention du rédacteur mais le résultat d’une tradition.

15Il n’existe cependant pas de paroi strictement étanche entre cette facette de la langue et la précédente : à certains endroits des comptes, il est en effet parfois malaisé de distinguer ce qui ressort de la formulation générale, administrative, de ce qui est la transcription, la mise en mots propres au rédacteur adaptées aux circonstances. Il n’est pas impossible, en effet, que certaines tournures ne soient reprises de documents plus anciens ou n’appartiennent à un fond de formulations administratives intégré par le rédacteur et dans lequel il pioche. La façon dont sont introduites les amendes (cinq sous de X pour avoir dit à Y…, pour une amende de X pour avoir…, etc.) peut ainsi varier au cours du temps dans les comptes d’une même entité administrative sans que l’on puisse savoir s’il faut y voir une fantaisie personnelle du scribe ou l’application d’un éventail de différentes possibilités préexistantes et qu’il connaît pour les avoir déjà rencontrées ou les avoir apprises. Il faut rattacher à cette facette la façon dont le scribe met au propre, ordonne visuellement le compte, et qui a elle aussi une fonction rhétorique.

16Les annotations de contrôle constituent la quatrième facette de cette langue, avec le vocabulaire et les tournures qui leur sont propres. Dans le cas de la seigneurie de Châtel, les annotations de ce type ne sont pas extrêmement nombreuses et pas du tout systématiques, tous les registres de la série n’ayant pas fait l’objet, à ce que l’on peut constater, d’un contrôle approfondi. La matière étant limitée, c’est donc un point que nous n’aborderons pas pour nous concentrer sur les deux facettes propres au rédacteur.

  • 13  « […] Nous affirmons que tout discours qui ne prétend pas à une validité impersonnelle relève de l (...)
  • 14  Perelman Chaïm, op. cit., p. 13-14.
  • 15  « Pour qu’il y ait rhétorique, il faut qu’une question se pose et demeure en dépit de ce qui la ré (...)

17Il y a donc plusieurs rhétoriques qui voisinent dans cet ensemble fini qu’est un compte ; il n’y a cependant qu’une seule rhétorique du compte, qui répond aux grands principes de la rhétorique : la fonction persuasive13 et la différence d’avec le style pur, au sens de personnalisation de l’écriture14. Dans le cas des documents comptables, la persuasion réside dans la volonté de l’orateur-auteur, le receveur dans le cas de Châtel, de convaincre l’auditoire composé des contrôleurs et, derrière eux, du seigneur, de sa bonne gestion. Il y a bien rhétorique, car le compte s’ordonne autour de deux questions, l’une explicite : « quelle gestion a été faite ? », l’autre implicite, « comment persuader les autorités qu’il s’agit d’une bonne gestion ? »15. La structure des comptes elle-même constitue un aspect de l’argumentation en ce sens.

3 - Rhétorique de la structure des documents comptables

18Au cours de la période étudiée, la structure des comptes, l’ordre de citation des recettes et dépenses, ne connaît que des changements minimes, malgré la succession des receveurs. Pour chaque catégorie figure d’abord les recettes, ensuite les dépenses ; les différentes catégories elles-mêmes sont les suivantes : argent, froment, seigle, gros blé, avoine, cire, chapons, gelines. Celles qui leur font suite, aux recettes et aux dépenses bien moins importantes, connaissent quelques variations dans leur ordre de présentation :

  • vin (1429–1431, B 4154)

    • 16  Forme régionale de chanvre ; FEW 2/2, 210a, cannabis (Walther von Wartburg, Französisches Etymolog (...)

    vin, oisons, œufs, étain, chevane16 (1447–1448, B 4155)

    • 17  Autre forme régionale de chanvre.

    vin, oisons, étain, chaingne17 (1448–1449, B 608, 54, 1)

  • vin, oisons, œufs, fève, pois, étain, chaingne (1449–1450, B 4156)

  • chaingne, oisons, étain (1450–1459, B 4157 à B 4162)

  • oisons, étain (1462–1474, B 4163 à B 4170)

  • étain, oisons, vignes de monseigneur, tuiles (1506–1507, B 4170)

  • étain, oisons, vignes de monseigneur (la fin du document est abimée, 1507–1508, B 4171)

19L’argent, recettes et dépenses, occupe donc systématiquement la première place ; les différentes catégories en nature lui font suite. À l’intérieur de celles-ci, les céréales sont groupées ; il en est presque de même avec les volailles, puisque les chapons précédent directement les gelines de façon systématique ; les oisons en sont cependant souvent séparés par le vin, cette dernière imposition étant peut-être placée là parce que plus ancienne (citation dans l’ordre de création des taxations). L’ordre de citation des céréales n’est quant à lui pas lié à l’importance de l’imposition. Pour les autres catégories, en revanche, cela semble être le cas, les impositions en argent par exemple étant de loin les plus nombreuses, alors que les recettes d’étain sont limitées.

20À l’intérieur de chaque catégorie, le scribe va le plus souvent à la page lorsqu’il passe des recettes aux dépenses ; il fait de même quand il passe d’une catégorie à l’autre, et va parfois jusqu’à laisser un ou deux folios blancs entre les deux. Ce principe n’est cependant pas toujours respecté pour les catégories pour lesquelles les recettes et les dépenses sont très peu nombreuses, l’ensemble figurant alors sur une seule page.

21Dans les rubriques consacrées aux recettes, on constate que, pour une même localité, les impositions reviennent le plus souvent dans le même ordre ; certaines néanmoins apparaissent et disparaissent. Que ce soit dans les recettes ou les dépenses et quelle que soit la rubrique, Châtel, sans surprise en raison de son importance, apparaît toujours en premier. À l’intérieur des rubriques, l’ordre de citation des localités est le même, avec parfois des ajouts ou des retraits ; il peut varier, en revanche, en fonction des rubriques elles-mêmes. Aucune explication n’est donnée ; elle n’est de toute évidence pas géographique, mais plutôt historique, en fonction des acquisitions, « ceux de la terre et seigneurie de Bainville » étant par exemple groupés.

22Cette régularité dans la structure, ce respect d’une tradition pour le coup encore mal connue fait sens et distille l’idée que le rédacteur est respectueux, rigoureux et qu’il se plie aux règles ; la présentation, claire et soignée, avec des marges souvent sur les deux côtés comme en haut et en bas de la feuille, des titres et des paragraphes aérés, facilite la tâche du contrôleur lorsqu’il veut retrouver une information et ne peut que lui donner l’impression que le rédacteur n’a rien à cacher. L’écriture, appliquée dans la majorité des comptes, y contribue également. C’est là un faisceau d’arguments non verbaux en faveur du rédacteur.

4 - Quelques autres aspects de la rhétorique du compte

23Plutôt que de faire une étude exhaustive mais peu approfondie, nous avons choisi de n’examiner que quelques points, mais de façon poussée, l’objectif de cette publication étant avant tout d’indiquer la voie à suivre et de suggérer quelques principes méthodologiques.

4.1 - Rhétorique de la guerre

  • 18  Debry Jacques, Chastel sur Mezelle…, op. cit., p. V-112-118.

24La rhétorique du texte comptable s’adapte parfois aux circonstances, notamment lorsqu’elles sont graves, comme les périodes de guerre. Le lecteur de ces comptes-là, quel qu’il soit, ne peut être qu’impressionné par la référence qui est régulièrement faite à la guerre, et qui s’apparente à une figure de rhétorique, l’anaphore. En répétant plusieurs fois par page des formulations du type « pour cause de guerre », le rédacteur justifie, martèle même les difficultés liées à la guerre et indique par là même que l’absence ou la réduction de perception n’est pas de son fait, des tournures avec je n’y apparaissant pas. Ces circonstances ne bouleversent cependant pas la structure du compte et l’ordre de citation des recettes et des dépenses. Une guerre a ainsi eu lieu entre les seigneurs de Neufchâtel et le duc de Lorraine, d’août 1467 à septembre 147218 ; Châtel y connut notamment un siège en novembre 1468. Le compte pour 1467–1468 possède ainsi un nombre de page inférieur de plus de la moitié à celui du compte précédent ; le canevas du compte demeure, lui, identique.

4.2 – La désignation des personnes

  • 19  Gardes-Tamine Joëlle, La rhétorique, op. cit., p. 135-136.

25Les figures de la nomination19 appartiennent elles aussi à la rhétorique. Ainsi, dans les comptes de Châtel, on trouve successivement, pour désigner le seigneur :

  • « haut, noble et puissant seigneur Monseigneur de Neufchâtel et de Châtel-sur-Moselle » (1429–1431)

  • « haut et noble seigneur Monseigneur de Blamont, maréchal de Bourgogne » (1447–1463)

  • « haut et puissant seigneur Monseigneur de Neufchâtel, d’Épinal et de Châtel-sur-Moselle, maréchal de Bourgogne » (1464–1474); pour les années 1465-1469, le prénom « Thiébaut » a été ajouté par le contrôleur (B 4165 à B 4167), avant que ce ne soit celui d’« Henry » en 1469–1470 (B 4168)

  • « haut et puissant seigneur Monseigneur le comte Félix de Werdenberg, seigneur de Neufchâtel, de Châtel-sur-Moselle, d’Épinal » (1509–1510)

  • 20  Debry Jacques, Chastel sur Mezelle…, op. cit., p. V-55.
  • 21  Debry Jacques, Chastel sur Mezelle…, op. cit., p. V-65.
  • 22  Debry Jacques, Chastel sur Mezelle…, op. cit., p. III-5.
  • 23  Debry Jacques, Chastel sur Mezelle…, op. cit., p. V-111.
  • 24  Debry Jacques, Chastel sur Mezelle…, op. cit., p. V-84.
  • 25  Debry Jacques, Chastel sur Mezelle…, op. cit., p. V-88.

26Les différences, dans la façon de désigner ces personnes, sont significatives. Si la dernière permet aisément d’identifier la personne grâce au prénom, il n’en est pas de même des précédentes. Le premier seigneur cité est Thiébaut VIII (mort en 1459)20; il est clairement relié à son lignage et à la seigneurie de Châtel. Le suivant, en revanche, Thiébaut IX (1417–1469), a reçu « de son père les terres de Châtel en apanage au moment de son mariage avec Bonne de Chateauvillain » en 144321; cette possession n’apparaît pas dans sa désignation où il est fait uniquement mention, outre l’office de maréchal de Bourgogne, de Blamont, seigneurie « située à l’Est entre le Doubs et les territoires suisses de l’évêché de Bâle [et qui] groupait 18 villages », où il est né et auquel les Neufchâtel sont attachés22. Le receveur, s’il n’est pas le créateur de cette désignation, la reprend au moins à son compte et ne va pas à l’encontre des choix du seigneur sur ce point. Il en est de même pour la troisième désignation, à la fois celle de Thiébaut IX et celle d’Henry, fils du précédent, à qui ce dernier a fait donation des terres de Neufchâtel, de Châtel et de Blamont en 146223, mais qui n’est identifié comme seigneur qu’à partir de 1469, après la mort de Thiébaut IX. Mais pourquoi ce changement, à partir de 1464, pour désigner ce dernier ? La ville, le château, la châtellenie, le ban et la seigneurie d’Épinal ont été concédés à Thiébaut IX par Louis XI en juin 146324, mais ce changement ne se fit pas sans difficultés, puisque les habitants d’Épinal n’acceptaient pas cette situation à tel point que Thiébaut IX dut assiéger Épinal en 146625. Cette désignation est donc une façon à la fois de s’ancrer en Lorraine et de le proclamer, et d’affirmer ses droits sur une ville récalcitrante.

4.3 - Autres points intéressants

27Quelques éléments ponctuels peuvent eux aussi être mis en exergue.

28L’argumentation peut se référer à des éléments extérieurs au compte, comme les cédules, qui viennent à l’appui des sommes dépensées et en constituent des preuves : « A monseigneur pour la despense de son hostel a Chastel dez le iiije jour d’avril mil iiijc et xxxj comme par la cedulle monseigneur signie xvj cis rendue puet aparoir » (1429–1431, ADMM B 4154, f°43r). Mais elle peut également prendre une forme moins explicite.

29La mention « Pour papier fesson et escriptures de sez comptes xxxv · gros » (1429–1431, ADMM B 4154, f°24v) peut ainsi sembler anodine. Dans une optique d’étude de la rhétorique, on peut cependant y voir un trope, l’accumulation, figure insistant dans cet exemple sur le caractère pluriel et varié des tâches accomplies, du tout début du processus (achat du papier) à son résultat, le compte écrit ; c’est une façon de susciter l’idée de l’importance de ce travail (sans lourdeur excessive cependant : on notera que les tâches sont au nombre de trois) et de justifier la somme demandée.

30Un autre exemple nous est fourni par cet article : « Du maire de Moyemont que doit chacun an a Monseigneur pour chacun conduit j geline neant jcy pourtant quilz ne veullent plus riens paie a Monseigneur » (1473–1474, ADMM B 4169, f°59r). À cette époque, la seigneurie de Châtel sort à peine de la guerre qui a opposé le seigneur de Neufchâtel et le duc de Lorraine ; les conséquences en sont d’ailleurs encore nombreuses dans le compte en question, le nombre de bêtes de trait étant par exemple extrêmement limité et sans rapport avec celui de la période précédente. Dans cet article, cependant, ce n’est pas la guerre qui est invoquée pour expliquer cette absence de perception, mais une tout autre raison : la mauvaise volonté des habitants. Ainsi rédigé, sans présence de je, le rédacteur dit en substance : « ce n’est pas ma faute à moi, ce n’est pas que je n’ai pas réussi à obtenir le paiement de cette imposition, par la force ou la persuasion ». Avec cette focalisation sur les habitants, il oriente son auditoire (et l’éventuel courroux du seigneur) sur ceux qui sont réellement, à ses yeux, à l’origine de ce non-paiement, les habitants. L’emploi, dans le texte, de la négation ne… plus rien insiste à la fois sur l’aspect négatif de cette décision, mais aussi sur sa fermeté ainsi que sur son caractère total (plus rien) et en rupture avec ce qui s’est toujours fait. Les habitants en sont donc triplement à blâmer, quadruplement même, puisque la raison n’en est pas une incapacité à payer, qui serait une excuse, mais une volonté farouche de ne pas le faire (ne veulent plus rien). Un dernier élément, enfin, peut être souligné : c’est l’anacoluthe, c’est-à-dire une rupture syntaxique entre la première partie de l’énoncé - « Du maire de Moyemont que doit chacun an a Monseigneur pour chacun conduit j geline neant jcy » - et la seconde - « pourtant quilz ne veullent plus riens paie a Monseigneur » - le pronom personnel ils ne pouvant se rapporter à aucun des groupes nominaux qui le précédent. On peut y voir une maladresse d’expression, le rédacteur ayant voulu reprendre la formulation habituelle pour cet article, telle qu’on la trouve dans les comptes précédents, sans réussir à bien l’adapter : « Du maire de Moyemont que doit chacun an a Monseigneur pour cause de garde pour chacun conduit j geline neant icy pour cause de ladite guerre » (1469–1470, ADMM B 4168, f°50v), et, avant la guerre : « Du maire de Moyemont que doit chacun an a Monseigneur pour cause de gaurde pour chacun conduit j geline pour ce pour xxiij conduit et j vawe femme xxiiij gelines » (1465–1466, ADMM B 4165, f°71v). On peut également penser qu’il a voulu marquer de la sorte la rupture entre les habitants, masse indéterminée (ils) et le maire, qui ne doit donc pas, lui non plus, être tenu responsable de cet insuccès dans la perception de l’imposition. Voulait-il dédouaner cet autre officier, par solidarité d’officiers ? À défaut d’offrir des réponses à toutes les questions qu’elle permet de soulever, l’analyse de la rhétorique, avec l’aide de la linguistique notamment, permet au moins d’esquisser de prometteuses pistes de recherche.

5 - À quelles conditions une étude approfondie de la rhétorique serait-elle possible ? Quelles formes pourrait revêtir celle-ci ?

31Pour que l’analyse de la rhétorique des documents comptables médiévaux ne se fonde pas sur des impressions ou des phénomènes isolés ou régionaux et ne se limite pas à un artisanat, il est nécessaire que les études dans cette perspective s’appuient sur des données nombreuses et chiffrées, traitées par informatique. La constitution d’un corpus représentatif est donc indispensable.

  • 26  Pour une réflexion sur ces questions, cf. Wirth-Jaillard Aude, « L’édition scientifique des docume (...)

32Celle-ci ne doit cependant pas prendre la forme d’une boulimie d’éditions anciennes, libres de droits, comme c’est le cas de certains projets menés par des médiévistes : ces éditions, parce qu’elles nivellent les graphies ou ne permettent pas de distinguer ce qui figure en toutes lettres dans le manuscrit de ce qui est le résultat de la résolution d’abréviations, sont insuffisantes pour étudier précisément la langue. De nouvelles éditions, numériques, devront donc être faites, tenant comptes des exigences des différents spécialistes s’intéressant aux documents comptables, afin de rationnaliser cette entreprise mais également de permettre au chercheur de se familiariser et d’avoir accès à toutes les perspectives d’analyses de ces sources, celles-ci pouvant se révéler utiles pour ses propres travaux26.

33Il est indispensable que les comptes ainsi édités soient en nombre suffisant dans le temps comme dans l’espace pour être jugés représentatifs ; ils devront également être de nature différente (comptes de laïcs/d’ecclésiastiques, de prévôts/receveurs, sénéchaux, etc.) et, pourquoi pas, rédigés dans différentes langues (latin et français notamment).

34Le corpus ainsi créé devra permettre des interrogations pertinentes ; il reposera sur un balisage distinguant notamment ce qui, dans le texte, est la rédaction de l’officier, des annotations de contrôle, mais aussi les différents niveaux de rhétorique des comptes dégagés supra. Certains linguistes spécialisés dans la linguistique informatique ont acquis une grande expérience et un grand savoir-faire dans ces questions qui pourraient être précieux aux historiens. Si l’on veut saisir leur spécificité, les documents comptables doivent être étudiés en parallèle des différents autres types de sources pour le Moyen Âge, littéraires et non littéraires ; ce corpus devra donc les intégrer.

  • 27  « On appelle collocation l’association habituelle d’un morphème lexical avec d’autres au sein de l (...)

35Pour l’étude de la rhétorique, plusieurs éléments devraient pouvoir être repérés dans les comptes et comparés à ce que l’on trouve dans les autres sources : parmi ceux-ci, les archaïsmes lexicaux, morphologiques, grapho-phonétiques et syntaxiques, indices qu’il s’agit là d’une partie figée du document, mais aussi les collocations27, particulières aux comptes ou dont la fréquence est bien plus élevée dans ceux-ci ; dans tous ces cas, une lemmatisation aura été nécessaire. Leur étude devrait permettre de saisir le degré de figement des comptes mais aussi, par rapport au reste de la production écrite médiévale, leur originalité ou leur ressemblance avec d’autres types de textes.

36Parmi les autres pistes figurent l’étude des régionalismes et leur cartographie, dans le temps comme dans l’espace. Ils indiquent à la fois que le compte n’est pas totalement figé, sclérosé, parce qu’il y a une adaptation du vocabulaire à la région de gestion, ou au contraire que le rédacteur du document n’est pas originaire de la région s’il emploie des lexèmes ou des tournures caractéristiques d’une autre. À travers l’analyse de ces régionalismes, ce sont des aires d’influence qui peuvent se dessiner, mais aussi des mobilités personnelles. La comparaison des comptes en français avec les comptes en latin devrait quant à elle autoriser l’examen des formulations dans les uns et les autres afin de voir si certaines ont été transposées de l’une à l’autre.

37L’étude des annotations de contrôle et de leur formulation, de leur vocabulaire, devrait permettre de repérer d’éventuelles similitudes dans les expressions de certains contrôleurs qui ne peuvent être dues au hasard, témoignant au contraire d’une formation commune ou similaire. Il y aurait donc là matière pour mieux appréhender le mode de formation des personnes en charge du contrôle des comptes.

38Enfin, si saisir des figures de rhétorique grâce à ce traitement informatique paraît peu envisageable, l’argumentation pourra tout de même être abordée par le biais des conjonctions de coordination et de subordination qui marquent une progression dans le discours. Il sera alors possible de définir leur fréquence et dans quels passages on les rencontre plus particulièrement (dépenses difficiles à justifier par exemple ?).

Conclusion

39Nous sommes donc encore loin de pouvoir étudier la rhétorique des documents comptables de façon approfondie : les perspectives esquissées supra sont à très long terme. Presque tout reste à faire, et notre présentation soulève peut-être davantage de questions qu’elle n’apporte de réponses ; nous espérons cependant avoir montré, grâce à elle, un des nombreux intérêts d’une analyse linguistique, ici rhétorique, des documents comptables médiévaux.

Haut de page

Notes

1  Gardes-Tamine Joëlle, La rhétorique, Paris, 1996, p. 8.

2  CNRS, Université Nancy 2 & ATILF, Trésor de la langue française informatisé (cédérom), Paris, 2004 (version Internet: http://stella.atilf.fr/).

3  Dubois Jean, Giacomo Mathée, Guespin Louis, Marcellesi Christiane, Marcellesi Jean-Baptiste, Mével Jean-Pierre, Grand dictionnaire linguistique et sciences du langage, Paris, 2007, p. 412.

4  Michel Meyer, La rhétorique, Paris, 2008, p. 14.

5  Cet article du Trésor de la langue française a en effet été rédigé il y a quelques années déjà, la parution des 16 volumes papier composant l’ouvrage ayant été réalisée entre 1971 et 1994.

6  B 608, 54, 1 : 1448–1449 ; B 608, 54, 2 : 1453–1454.

7  B 4154 : 1429–1431 ; B 4155 : 1447–1448 ; B 4156 : 1449–1450 ; B 4157 : 1450–1451 ; B 4158 : 1451–1452 ; B 4159 : 1452–1453 ; B 4160 : 1454–1455 ; B 4161 : 1457–1458; B 4162 : 1458–1459 ; B 4163 : 1462–1463 ; B 4164: 1464–1465 ; B 4165 : 1465–1466 ; B 4166 : 1467–1468 ; B 4167 : 1468–1469 ; B 4168 : 1469–1470 ; B 4169 : 1473–1474 ; B 4170 : 1506–1507 ; B 4171 : 1507–1508 ; B 4172 : 1509–1510.

8  Debry Jacques, Chastel sur Mezelle. Sauvegarde de la forteresse des sires de Neufchastel. s. l., 1975, p. V-2.

9  Debry Jacques, op. cit., p. V-3.

10  Debry Jacques, op. cit., p. VII-45.

11  Sur le discours rapporté dans les documents comptables médiévaux, cf. Wirth-Jaillard Aude, « “De Estienne Husson pour ce qu’il dit a Jannon Morelot: ‘un filz de bastarde ne me puet valoir !’ ” : représentation de l’oral dans les documents comptables médiévaux », dans Lagorgette Dominique, Larrivée Pierre (éd.), Actes du colloque Représentations du sens linguistique V (Chambéry, 25–27 mai 2011), Chambéry, à paraître.

12  Pour un exemple d’analyse de cette formulation et de son évolution dans le temps, cf. Wirth-Jaillard Aude, « Formules et variation dans les documents comptables médiévaux : les droits du seigneur à Chamagne dans les registres du receveur de Châtel-sur-Moselle (1429–1530) », Actes du colloque international interdisciplinaire « La formule au Moyen Âge » (Nancy-Metz, 7–9 juin 2012), Turnhout, à paraître.

13  « […] Nous affirmons que tout discours qui ne prétend pas à une validité impersonnelle relève de la rhétorique. Dès qu’une communication tend à influencer une ou plusieurs personnes, à orienter leur pensée, à exciter ou à apaiser les émotions, à diriger une action, elle est du domaine de la rhétorique », Perelman Chaïm, L’empire rhétorique. Rhétorique et argumentation, Paris, 1977,p. 177.

14  Perelman Chaïm, op. cit., p. 13-14.

15  « Pour qu’il y ait rhétorique, il faut qu’une question se pose et demeure en dépit de ce qui la résout ou en raison de la réponse qui la résout. Cela implique que le discours qui lie l’orateur à l’auditoire soit porteur d’une autre question que celle à laquelle la réponse répond explicitement », Meyer Michel, La rhétorique, op. cit., p. 14.

16  Forme régionale de chanvre ; FEW 2/2, 210a, cannabis (Walther von Wartburg, Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine darstellung des galloromanischen sprachschatzes, 25 vol.,Bonn/Berlin/Bâle, 1922–2002).

17  Autre forme régionale de chanvre.

18  Debry Jacques, Chastel sur Mezelle…, op. cit., p. V-112-118.

19  Gardes-Tamine Joëlle, La rhétorique, op. cit., p. 135-136.

20  Debry Jacques, Chastel sur Mezelle…, op. cit., p. V-55.

21  Debry Jacques, Chastel sur Mezelle…, op. cit., p. V-65.

22  Debry Jacques, Chastel sur Mezelle…, op. cit., p. III-5.

23  Debry Jacques, Chastel sur Mezelle…, op. cit., p. V-111.

24  Debry Jacques, Chastel sur Mezelle…, op. cit., p. V-84.

25  Debry Jacques, Chastel sur Mezelle…, op. cit., p. V-88.

26  Pour une réflexion sur ces questions, cf. Wirth-Jaillard Aude, « L’édition scientifique des documents comptables médiévaux : enjeux et perspectives d’une entreprise pluridisciplinaire », Médiévales. Revue d’épistémologie des langues et littératures du Moyen Âge, 34, 2012 (http://peme.revues.org/1612).

27  « On appelle collocation l’association habituelle d’un morphème lexical avec d’autres au sein de l’énoncé, abstraction faite des relations grammaticales existant entre ces morphèmes : ainsi, les mots construction et construire, bien qu’appartenant à deux catégories grammaticales différentes, ont les mêmes collocations, c’est-à-dire qu’ils se rencontrent avec les mêmes mots. De même, pain est en collocation avec frais, sec, blanc, etc. Les mots sont cooccurrents », Dubois Jean, Giacomo Mathée et alii, Grand dictionnaire linguistique…, op. cit., p. 91.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Wirth-Jaillard, « La rhétorique des documents comptables médiévaux : réflexions à partir des comptes du receveur de Châtel-sur-Moselle (1429–1510) », Comptabilités [En ligne], 4 | 2012, mis en ligne le 05 février 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://comptabilites.revues.org/1098

Haut de page

Auteur

Aude Wirth-Jaillard

Université catholique de Louvain - aude.wirth@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org