Navigation – Plan du site
Dossier

Pratiques comptables en Grèce hellénistique

Accounting Practices in Hellenistic Greece
Prácticas contables en la Grecia helenística
Charles Doyen

Résumés

Sont ici rassemblés des exemples épigraphiques qui offrent un aperçu des pratiques comptables hellénistiques, des années 337–335 av. J.-C au second triumvirat (43–31 av. J.-C.). Ces documents rendent compte de la gestion quotidienne (entrées/recettes et sorties/dépenses) d’encaisses métalliques de tailles diverses qui sont constituées principalement de modules en argent ressortissant à différents étalons monétaires et qui risquent dès lors d’être affectées par les modifications des parités entre les métaux et/ou les étalons monétaires. Ces comptes recèlent à la fois des opérations complexes, exécutées avec la plus grande rigueur, et des raccourcis comptables, des maladresses, des imprécisions et des inexactitudes. Mais les comptables font généralement preuve de pragmatisme et quelquefois même d’ingéniosité dans la gestion des encaisses, en exploitant toutes les possibilités du calcul à l’abaque. Par ailleurs, toutes les pratiques comptables envisagées impliquent une démarche prospective, qui dépasse la simple logique de caissier. Et certaines posent le problème de l’établissement préalable d’un budget et d’un cahier des charges chiffrés, qui serviraient de balises plus ou moins contraignantes au magistrat en charge.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les seuls documents comptables dont nous disposions en Grèce continentale et insulaire à l’époque hellénistique ressortissent tous à la sphère publique : emprunts ou souscriptions sollicités par les cités grecques dès l’époque classique et plus encore durant l’époque hellénistique ; sommes placées en fondation afin de financer des fêtes religieuses, des concours ou des écoles ; comptes de construction, rapports de gestion annuelle ou inventaires périodiques produits dans le cadre des grands sanctuaires panhelléniques (Délos, Delphes, Athènes, Épidaure) ; redditions de comptes ; relevés d’impôts, de taxes ou de contributions ; etc. Ces documents divers présentent la commune singularité d’émaner de magistrats isolés ou réunis en collège, qui sont élus ou tirés au sort parmi les citoyens, et exercent leur mandat pour une durée relativement courte. Autant dire que ces magistrats ne sont pas nécessairement des experts comptables, même s’ils peuvent à l’occasion être entourés par du personnel plus qualifié, tels les banquiers (trapezitaiτραπεζται) notamment actifs à Délos : ainsi, si quelques documents révèlent de remarquables pratiques de comptabilité et de gestion, d’autres témoignent au contraire de la véritable impéritie de certains administrateurs des biens publics.

  • 1 Sur l’archivage et la publication épigraphique, cf. Laura Boffo, « Ancora una volta sugli “archivi” (...)
  • 2 Conformément à l’usage épigraphique, nous signalons ci-dessous les lacunes entre [crochets droits], (...)

2Autre point commun entre tous ces documents : leur support d’écriture. Les comptables travaillaient certainement sur des tablettes de bois ou de cire, sur lesquelles ils consignaient recettes (lêmma – λμμα ; prosodos – πρσοδος ; eisodos εσοδος) et dépenses (halôma – λωμα ; analôma νλωμα ; dapanêδαπνη ; exodos ξοδος), et rapportaient les calculs effectués à l’aide de l’abaque ; leur rapport final, destiné à être présenté devant l’Assemblée du peuple ou les magistrats habilités à réviser les comptes (logistaiλογιστα, euthynoiεθυνοι, etc.), puis à être versé aux archives publiques, était sans doute rédigé sur tablettes, sur papyrus, sur métal (plomb ou bronze), ou sur parchemin. Un affichage public temporaire pouvait même être envisagé, notamment sur des placards de bois blanchis (leukômata λευκματα). Tous ces supports, fragiles, sont irrémédiablement perdus — sauf en Égypte, dont le climat chaud et sec a permis la conservation d’un grand nombre de papyrus — et, avec eux, a disparu une énorme quantité de documents comptables. Seuls ont échappé à ce naufrage généralisé les documents qui, par souci d’un affichage plus pérenne, furent entièrement ou partiellement gravés dans le bronze ou dans la pierre, sur des stèles ou sur des blocs architecturaux1. Étant donné que cet usage de la gravure a fort varié, en fonction des endroits et des périodes, et que ces inscriptions elles-mêmes ne sont pas à l’abri des outrages du temps, les rares vestiges qui nous sont conservés n’offrent évidemment qu’une vision tronquée de la documentation originelle2.

  • 3 Cf. Marcus N. Tod, Ancient Greek Numerical Systems, Chicago, 1979.
  • 4 Cf. Jean Bousquet, « Les unités monétaires dans les comptes de Delphes », BCH 110 (1986), p. 273-27 (...)
  • 5 Cf. Alain Schärlig, Compter avec des cailloux. Le calcul élémentaire sur l’abaque chez les anciens (...)
  • 6 Le système alphabétique permet de noter tous les nombres de 1 à 999 au moyen de trois rangs et ving (...)

3Trois systèmes de notation numérique sont utilisés (Fig. 1)3. La notation en toutes lettres (à l’instar de nos actes notariés et documents officiels), la plus fastidieuse et la moins économe, permet cependant d’éviter toute ambiguïté sur l’usage des chiffres et des abréviations, d’uniformiser des pratiques locales divergentes et de limiter le risque d’erreurs et de mélectures4 ; elle est notamment utilisée dans les documents de Delphes et dans le calcul d’imposition de Messène. La notation acrophonique, la plus commode et la plus fréquente dans les inscriptions (Délos, Épidaure, Béotie), correspond vraisemblablement aux usages de l’abaque (Fig. 2)5 : l’unité est indiquée par un trait simple ou, dans le cas de notations monétaires, par un trait barré, tandis que chaque grandeur décimale est notée par son initiale (dekaδκα, « dix » ; hekatonκατν, « cent » ; khilioiχλιοι, « mille » ; murioiμριοι, « dix mille ») ; cette écriture est complétée par une sous-base quinaire, afin d’éviter d’avoir à placer plus de quatre jetons dans une colonne de l’abaque ou à écrire plus de quatre fois le même signe (l’initiale de penteπντε, « cinq », est alors combinée avec les autres chiffres pour noter « cinquante », « cinq cents », « cinq mille » et « cinquante mille »). Enfin, la numération alphabétique, la plus brève6 et la plus fréquente dans les papyrus, est également la plus proche de nos chiffres arabes, n’était l’absence de notation positionnelle et, par conséquent, l’inexistence du zéro (Fig. 3) : trois séries de neuf chiffres (les vingt-quatre lettres de l’alphabet grec commun, complétées par trois lettres additionnelles) permettent de noter les unités (de αˊ « 1 » à θˊ « 9 »), les dizaines (de ιˊ « 10 » à ϙˊ « 90 ») et les centaines (de ρˊ « 100 » à ϡˊ « 900 ») ; les neuf premiers signes sont réutilisés, parfois avec un marqueur distinct, pour noter les milliers ; les myriades (dizaines de milliers) et leurs multiples sont notés au moyen du symbole acrophonique Μ surmonté d’un multiplicande. Contrairement aux chiffres acrophoniques, le système alphabétique ne permet pas de transposer directement par écrit le résultat de l’abaque, mais suppose une lecture intermédiaire, susceptible d’introduire des erreurs ; par ailleurs, contrairement aux futurs chiffres arabes, ce système ne permet pas d’effectuer les opérations élémentaires par la méthode du « calcul indien », c’est-à-dire l’arithmétique algorithmique.

Fig.1 : Comparaison entre les trois systèmes de notation numérale (d’après IG V, 1, 1433, l. 30-31, 34)

Fig.2 : Système numéral acrophonique

Fig.3 : Système numéral alphabétique

  • 7 Véronique Van Driessche, Etudes de métrologie grecque I. Des étalons pré-monétaires au monnayage en (...)

4Avant de clore ces prolégomènes, précisons que la base décimale du système numéral grec se double, dans la comptabilité pondérale et monétaire, de comptes sénaire (base 6), sexagésimal (base 60) et même septuagésimal (base 70). De fait, les deux principaux systèmes monétaires de l’époque classique (l’éginétique et l’attique) divisent l’unité monétaire (drachme) en six oboles ; l’unité supérieure (statère) compte deux drachmes ou douze oboles. L’obole elle-même se divise en douze chalques dans le système éginétique et en huit chalques dans le système attique. En haut de l’échelle pondérale, la mine (435 g) compte 100 drachmes attiques (4,35 g) ou 70 drachmes éginétiques (6,21 g) ; le talent (26,10 kg) pèse 60 mines, soit 6000 drachmes attiques ou 4200 drachmes éginétiques7. Ces deux dernières grandeurs, communes à tous les systèmes pondéraux grecs, font office d’étalons de valeur universels ; cependant, comme nous le verrons dans un instant, cet état de fait sera remis en question dès le début de l’époque hellénistique. Toutes ces unités monétaires, notées en écriture acrophonique, sont naturellement combinées avec les symboles numéraux (Fig. 4).

Fig.4 : Unités monétaires à l’époque classique

  • 8 Nous n’abordons pas ici la question de la comptabilité et de la gestion financière dans le sanctuai (...)
  • 9 Sur l’évergétisme, cf. en particulier Philippe Gauthier, Les cités grecques et leurs bienfaiteurs ((...)
  • 10 Pour d’autres exemples, dans le même contexte, cf. Alessandra Manieri, Agoni poetico-musicali nella (...)

5Conformément au projet de ce numéro spécial, nous nous proposons d’étudier plusieurs pratiques comptables de l’époque hellénistique, en sélectionnant trois moments et contextes représentatifs de la période : les comptes des trésoriers amphictioniques de Delphes entre 337 et 335 av. J.‑C. offrent un aperçu significatif des modes de gestion de l’encaisse métallique d’un grand sanctuaire panhellénique, sur le long terme, à la haute époque hellénistique (ive s. et iiie s. av.
J.-C.)8 ; les redditions de comptes gravées principalement par des magistrats chargés de l’organisation périodique de concours athlétiques, hippiques ou musicaux en Béotie à la basse époque hellénistique (iie s. et ier s. av. J.-C.), dont les actes d’évergétisme posent souvent le problème de la distinction entre les fonds publics et les ressources privées9, montrent une gestion financière toute différente, qui se conçoit sur le court terme, met en jeu des sommes bien plus modestes et se veut nécessairement récurrente (selon un rythme annuel, triétérique ou pentétérique)10 ; le calcul d’une imposition extraordinaire (eisphora εσφορ) à Messène vers le milieu du ier s. av. J.-C. met l’accent sur la gestion ponctuelle, dans le cadre civique, d’un recensement foncier de grande envergure et du prélèvement d’un impôt non négligeable.

  • 11 Ces différents types de documents sont rassemblés, traduits et commentés par Léopold Migeotte, L’em (...)
  • 12 Cf. Charles Doyen, Études de métrologie grecque II. Étalons de l’argent et du bronze en Grèce hellé (...)

6Certes, ce panorama néglige forcément un certain nombre de documents comptables importants, en particulier les gestions de fondations privées, les remboursements d’emprunts ou les levées de souscriptions publiques11. Toutefois, notre sélection veille à refléter le plus fidèlement possible les pratiques de comptabilité et de gestion caractéristiques de l’époque hellénistique et, du même coup, épouse largement l’évolution des réalités numismatiques et métrologiques, qui sont difficilement dissociables des usages comptables : à l’aube de l’époque hellénistique (337–335), les comptes qui consignent la frappe de la nouvelle monnaie amphictionique, avant de mettre en application l’epikatallagê, coïncident avec la montée en puissance irréversible de la drachme attique (4,35 g) en tant qu’étalon de valeur international et avec le déclin annoncé de la drachme éginétique (6,21 g, réévaluée à 5,80 g), norme monétaire et pondérale en usage dans la majeure partie de la Grèce continentale et, en particulier, dans l’Amphictionie ; les redditions de comptes béotiennes du IIe s. illustrent l’utilisation concomitante d’un étalon international (drachme attique de 4,35 g), d’un nouvel étalon régional (la drachme symmachique de 2,90 g) et d’un étalon local (la drachme « du bronze » de 2,37 g) ; les documents plus tardifs témoignent de la disparition de la drachme symmachique au tournant du IIe s. et du Ie s., et son remplacement par une drachme « du bronze » redéfinie (2,90 g) ; enfin, au milieu du Ie s. av. J.-C., l’eisphora de Messène est la plus ancienne attestation de l’intégration du denier romain dans les systèmes métrologiques et monétaires grecs, en lieu et place de la drachme attique12.

Premiers comptes des trésoriers amphictioniques (337–335 av. J.-C.)

  • 13 Sur l’Amphictionie pyléo-delphique, cf. François Lefèvre, L’Amphictionie pyléo-delphique. Histoire (...)
  • 14 Sur cette période, cf. Pierre Sànchez, op. cit. [n. ], p. 173-268.

7Depuis l’époque archaïque, le sanctuaire panhellénique d’Apollon pythien, situé à Delphes, en Phocide, est administré par une fédération de douze peuples, appelée Amphictionie pyléo-delphique, qui se réunit tous les semestres en sessions ordinaires, les « pylées » d’automne et de printemps13. À l’automne 357, les Phocidiens, accusés devant le conseil amphictionique d’avoir accaparé des terres appartenant à Apollon, sont mis à l’amende ; refusant de dédommager le dieu, les Phocidiens s’emparent manu militari du sanctuaire de Delphes dès le printemps 356. Les réactions ne tardent pas, et l’Amphictionie se divise en deux camps : Athènes, Sparte et plusieurs cités péloponnésiennes prennent le parti de la Phocide, tandis que les autres peuples amphictioniques, menés par les Béotiens et les Thessaliens, décrètent la guerre sacrée, qui prend une allure de guerre mondiale à l’échelle du monde grec. Après dix années (356–346), le conflit se solde par un rééquilibrage complet des forces en présence : défaits, les Phocidiens sont exclus de l’Amphictionie et condamnés à payer 10 000 talents (21 millions de statères éginétiques) au titre de réparation des dommages de guerre ; d’autre part, Philippe II de Macédoine, qui a profité de l’occasion pour s’immiscer dans les affaires grecques, accroît son influence en Grèce centrale et reçoit même, à titre personnel, les sièges du conseil amphictionique laissés vacants par l’exclusion des Phocidiens. La domination du souverain macédonien sera renforcée à l’issue de la quatrième guerre sacrée (339–338) : à la fin de l’été 338, Philippe II vainc la coalisation formée par les Thébains et les Athéniens, puis impose son hégémonie à toute la Grèce, avant son assassinat à l’automne 336 ; le nouveau roi de Macédoine, le futur Alexandre le Grand, reçoit cet héritage paternel, avant d’étendre vers l’Orient les aspirations impérialistes macédoniennes14.

  • 15 Les comptes des trésoriers amphictioniques sont publiés par Jean Bousquet, Corpus des inscriptions (...)
  • 16 Olivier Picard, « Les monnaies des comptes à apousia », dans D. Knoepfler (éd.), Comptes et inventa (...)

8Afin de gérer l’afflux important de monnaies résultant du versement des dommages de guerre phocidiens à partir de l’automne 343 (au rythme initial de 60 talents annuels, rapidement réduit à 30 talents, puis à 10 talents) et de soulager le collège des huit prytanes delphiens chargé de gérer la fortune sacrée (hiera khrêmata – ερ χρματα), l’Amphictionie se dote à l’automne 337 d’un nouveau collège de vingt-quatre trésoriers (tamiai – τμιαι), qui sont directement choisis et mandatés par les peuples amphictioniques15. Sitôt en charge, les trésoriers s’emploient à préparer la refonte de la majeure partie de leur encaisse métallique, qui est composée de monnaies d’étalon éginétique souvent trop légères par rapport à leur masse théorique (6,21 g pour la drachme ; 12,43 g pour le statère). Entre le printemps et l’automne 336, les trésoriers effectuent donc un relevé systématique (exetasis – ξτασις) des monnaies à refrapper, en les regroupant en fonction de leur provenance, avant de décompter à la pièce (arithmôi ριθμι) la valeur nominale de chaque lot, puis de peser ces lots et d’enregistrer la différence (apousia – ἀπουσία) avec leur masse théorique (Fig. 5 & 6)16.

Fig.5 : Premier fragment du compte à apousiai (CID II, 77, col. II, l. 1-10)

Fig.6 :Second fragment du compte à apousiai (CID II, 75, col. I, l. 1-45)

9Malgré l’état fragmentaire de l’inscription, nous connaissons le total général des monnaies examinées (122,44 talents, soit plus de 250 000 statères ou de 500 000 drachmes) : les onze décomptes entièrement conservés ne couvrent donc que 29 % des monnaies destinées à la refonte (Fig. 7).

Fig. 7. Comparaison entre la somme des lots conservés et le récapitulatif général (CID II, 75, col. I, l. 46-51)

  • 17 Charles Doyen, « Le salaire de Dexios Retour sur la frappe du nouvel amphictierique», BCH, 135, 201 (...)

10La différence notable entre l’apousia constatée pour les onze lots intégralement conservés (10,12 %) et l’apousia générale (13,71 %) s’explique probablement par l’intégration, dans le calcul final, des pertes et frais inhérents à la frappe monétaire, à savoir un soixantième de la masse totale à frapper, au titre de perte à la fonte (1,67 %), et neuf oboles par mine livrée à l’Amphictionie, au titre de salaire du monnayeur Dexios (2,10 %). La première opération comptable, qui constate, à l’aide d’une balance et de l’abaque, le déficit pondéral des monnaies, est donc suivie d’une seconde opération, qui calcule sur l’abaque les coûts de la frappe : d’abord une soustraction d’un soixantième, facilitée par la division sexagésimale du talent en 60 mines ; ensuite un calcul plus compliqué (dans la mesure où le salaire de Dexios est compté en supplément de la mine livrée plutôt que d’y être inclus), qui s’effectue certainement par soustractions successives, à l’aide d’une table tarifaire établie par le monnayeur17.

11Entamée dès l’automne 336, la frappe monétaire du « nouvel amphictionique » (kainon amphiktyonikon καινν μφικτυονικν), de bon poids éginétique, est brutalement interrompue au printemps 335, sans doute à cause du coût exorbitant de l’opération (qui devait se solder par une moins-value de 13,71 % dans les écritures comptables de l’Amphictionie), et probablement selon la volonté du jeune Alexandre III, récemment monté sur le trône de Macédoine et investi comme Amphiction à Delphes, de privilégier l’étalon attique (drachme de 4,35 g), au détriment de l’étalon éginétique (drachme de 6,21 g), pour émettre son monnayage impérial.

  • 18 Patrick Marchetti, « L’épikatallagè à Delphes, à Épidaure et chez Théophraste », dans G. Moucharte (...)

12L’Amphictionie opère dès lors un revirement complet. Plutôt que de tenter vainement de corriger le poids trop faible des monnaies éginétiques en circulation, l’Organisation entérine ce poids réduit d’un quinzième (6,67 %, soit 5,80 g plutôt que 6,21 g) et en tire les conséquences sur les plans métrologique et monétaire : la valeur libératoire des monnaies éginétiques (c’est-à-dire la contre-valeur en bronze des monnaies en argent) est maintenue ; le ratio bronze–argent est augmenté en conséquence d’un quinzième (de 105:1 à 112,5:1) ; le taux de change entre la drachme attique (4,35 g) et la drachme éginétique réduite (5,80 g) est abaissé d’un quinzième (de 100:70 à 100:75). Cette réforme fondamentale, mise en application dès le printemps 335, est connue sous le nom de « réévaluation des parités » (epikatallagêπικαταλλαγ)18.

  • 19 Notamment la réévaluation indue de 190 dariques d’or, enregistrés avant 335 dans l’encaisse en arge (...)

13Sans rappeler ici toutes les implications de cette réforme, ni en observer la mise en application, parfois balbutiante19, nous voulons insister sur les conséquences de l’epikatallagê en termes de comptabilité et de gestion des encaisses métalliques. Jusqu’à l’automne 336, l’Amphictionie n’avait qu’une seule encaisse, libellée en étalon éginétique de bon poids (6,21 g), même si, en pratique, les monnaies accusaient un déficit pondéral important (de l’ordre de 10 %). Dès le début des opérations de frappe, les trésoriers établissent un « total général » (sympan kephalaion σμπαν κεφλαιον), toujours libellé en étalon éginétique (§1.1). Cependant, l’encaisse générale est immédiatement subdivisée en deux sous-encaisses : même si ces monnaies appartiennent théoriquement au même étalon monétaire et, pour cette raison, doivent être comptées au pair et ont la même valeur libératoire, le « nouvel (argent) amphictionique » (kainon [argyrion] amphiktyonikon καινν [ργριον] μφικτυονικν) est séparé du « vieil (argent éginétique) » (palaion [argyrion aiginaion] – παλαιν [ργριον αγιναον]), afin d’acter le déficit pondéral des anciennes monnaies (Fig. 8).

Fig.8 : Grand total effectué au début de la pylée de printemps 335 (CID II, 76, col. I, l. 1-11)

  • 20 Cf. loc. cit. [n. ]. À la fin de la pylée de printemps 335, lorsque la frappe du nouvel amphictioni (...)
  • 21 Dans l’encaisse en attique, les 53 drachmes 2 oboles sont converties en 20 statères éginétiques, se (...)

14Après l’arrêt prématuré des frappes du nouvel amphictionique et l’entrée en vigueur de l’epikatallagê, les trésoriers amphictioniques créent également une sous-encaisse en étalon attique20. Désormais, les rapports entre les trois étalons sont fondamentalement redéfinis : la valeur libératoire réelle de toutes les monnaies est augmentée d’un quinzième, le taux de change entre l’attique et le vieil éginétique est revu à 100:75, tandis que le change entre l’attique et l’amphictionique est logiquement maintenu à 100:70. Dans les faits toutefois, la sous-encaisse en amphictionique n’est plus utilisée, et sert de réserve métallique ; elle reste stable pendant plusieurs années, avant d’être liquidée en plusieurs étapes. Par ailleurs, dans le système éginétique ancien, l’habitude séculaire de compter la mine à 70 drachmes et le talent à 4200 drachmes se perpétue, alors qu’une application intégrale de l’epikatallagê aurait forcé à créer une mine de 75 drachmes et un talent de 4500 drachmes : dès lors, à compter du printemps 335, la mine et le talent éginétiques sont plus légers d’un quinzième par rapport à leurs homologues attiques et amphictioniques. Cette dichotomie entre les unités de compte supérieures des différents systèmes monétaires sera l’une des caractéristiques métrologiques fondamentales de l’époque hellénistique. Malgré cette révolution, les trésoriers amphictioniques continuent d’effectuer leurs grands totaux en additionnant au pair des unités légères (en vieil éginétique) et des unités de bon poids (en attique et en nouvel amphictionique), et créent ainsi une distorsion entre le grand total et la sommation des encaisses, après conversion (Fig. 9)21 : le pragmatisme l’a emporté sur la rigueur comptable. Ce modus operandi connaîtra également une fortune remarquable à l’époque hellénistique, comme en témoignent plusieurs redditions de comptes béotiennes.

Fig.9 : Grand total effectué à la fin de la pylée de printemps 335 (CID II, 76, col. III, l. 32-47)

Redditions de comptes béotiennes (iie et ier siècles av. J.-C.)

  • 22 Cf. Pierre Fröhlich, Les cités grecques et le contrôle des magistrats (iveier siècle avant J.-C. (...)
  • 23 IG V, 1, 1390, l. 48-52. Sur les Mystères d’Andania, cf. en dernier lieu Nadine Deshours, Les mystè (...)

15La reddition de comptes effectuée au terme de l’exercice d’une magistrature (apologismos – πολογισμς ; apologiaπολογα) est pratique courante dans le monde grec22, comme l’atteste notamment un règlement (daté de 92/91 ou 91/90 av. J.- C.) des Mystères célébrés à Andania, petite bourgade de Messénie23 :

ταν δὲ ἐπιτελεσθεῖ τὰ μυστήρια, ἀπολογισάσθωσαν ἐμ πάντοις ἐν τᾶι πρώται συν|νόμωι συναγωγᾶι τῶν συνέδρων, καὶ γραφὰν ἀποδόντω τῶι ἐπιμεληταῖ παραχρῆμα γράφοντες ἐπ’ ὀνόματος τὰ πεπτωκότα δι[ά]-|φορα ἀπὸ τοῦ καθαρμοῦ, καὶ ἀπὸ τῶν πρωτομυστᾶν τὸ ὑποστατικόν, καὶ ἄν τι ἄλλο πέσει, καὶ τὴν γεγενημέναν ἔξοδον, καί τι ἂν εἶ | λοιπόν, καὶ ἀριθμησάντω παραχρῆμα τῶι ταμίαι καὶ ἔστωσαν ὑπόμαστροι, ἄν τι εὑρίσκωνται ἀδικοῦντες, διπλασίου καὶ ἐπιτιμίου | [δραχ]μᾶν χ̣[ι]λ̣ιᾶν, καὶ οἱ δικαστ[αὶ] μ̣ὴ ἀφαιρούντω μηθέν.

« Chaque fois que les Mystères sont accomplis, que (les cinq magistrats chargés de les organiser) rendent des comptes (apologizomai πολογζομαι) en tous points, lors de la première réunion régulière des synèdres, et qu’ils donnent aussitôt un relevé (grapha – γραφ) à l’épimélète, en relevant poste par poste les revenus de la purification, et de la taxe des protomystes, et le cas échéant tout autre revenu, ainsi que la dépense occasionnée, et le cas échéant tout reliquat, et qu’ils en créditent (arithmeôριθμω) aussitôt le trésorier, et qu’ils soient passibles, s’ils s’avèrent coupables de quoi que ce soit, du double (de la fraude) et d’une amende de mille drachmes, et que les juges n’en retranchent rien. »

16Comme nous l’avons précisé en préambule, toutes ces redditions de comptes ne donnaient pas lieu à une publication, même provisoire — loin s’en faut. La Béotie fait donc figure d’heureuse exception : plusieurs documents épigraphiques y sont conservés, qui fournissent de précieux renseignements sur les usages comptables de la basse époque hellénistique
(iie et ier siècles av. J.-C.).

17Pompidas, hipparque à Thèbes

  • 24 IG VII, 2426. Cf. Catherine Grandjean, « Les comptes de Pompidas (IG VII 2426). Drachmes d’argent s (...)

18Dans les années 170–160, un commandant de cavalerie rend compte de l’utilisation de fonds versés par la cité de Thèbes pour payer sept cavaliers (ou chefs d’escadrons ?) ; la vente de deux chevaux a également rapporté une recette complémentaire, tandis que la gravure de la stèle et l’égorgement d’un bœuf ont entraîné de menues dépenses supplémentaires ; le reliquat de l’exercice financier fut partagé entre les cavaliers (Fig. 10)24.

  • 25 Cf. Charles Doyen, op. cit. [n. ], p. 133-137.

19À l’instar des comptes de Delphes, l’apologia de Pompidas présente l’intérêt de combiner deux étalons monétaires différents : le versement de la cité de Thèbes est libellé en « étalon d’argent béotien » (argyrion boiôtion – ργριον βοιτιον), synonyme d’« étalon d’argent symmachique » (argyrion symmakhikon – ργριον συμμαχικν), tandis que la somme obtenue par la vente des chevaux est libellée en « étalon de bronze » (khalkos – χαλκς). Contrairement à ce que ces dénominations laissent entendre au premier abord, il s’agit dans l’un et l’autre cas de monnaies en argent : les premières sont taillées sur un étalon fixé en argent (dr. de 2,90 g), alors que les secondes dépendent d’un étalon de bronze, dont la contrepartie en argent varie en fonction du ratio bronze–argent (137,5:1, soit une dr. de 2,37 g, à l’époque qui nous intéresse)25. Pompidas fait appel aux services de Kaphisôdoros pour convertir 137,5 drachmes « du bronze » (2,37 g) en 110 drachmes « de l’argent » (2,90 g), soit un taux de 5:4 alors que le pair exact serait de 11:9 (la commission de change s’élève donc à 2,22 %). En bonne logique comptable, Pompidas décompose l’opération en deux temps : il enregistre, dans la rubrique de la recette (§1.2), l’achat de 110 dr. « de l’argent symmachique » chez Kaphisodôros et, dans la rubrique de la dépense (§2.2), la vente de 137,5 dr. « du bronze » à Kaphisodôros, sous le libellé « valeur (timêτιμ) de cent dix drachmes en étalon d’argent symmachique ».

Fig.10 : Comptes de Pompidas, hipparque à Thèbes, vers 170–150 (IG VII, 2426)

  • 26 Dans le total de la dépense en étalon d’argent (symmachique), le lapicide a gravé « 1710 dr. » plut (...)

20Moyennant le comblement de deux lacunes et une correction, les comptes sont parfaitement exacts, à une obole près26. Le remarquable balancement de la comptabilité en « recette » (lêmma – λμμα) et « autre recette » (allo lêmma – λλο λμμα), puis en « dépense » (halôma – λωμα) et « autre dépense » (allo halôma – λλο λωμα) laisse penser que l’hipparque distingue entre les opérations ordinaires (§1.1et 2.1), qui sont prévues par son « cahier des charges », et les opérations extraordinaires (§1.2et 2.2), qui sont liées aux circonstances du moment. Le solde positif du compte est indiqué dans une troisième rubrique (§3.1), intitulée « reliquat » (loiponλοιπν). Ce faisant, Pompidas se conforme strictement à l’usage prôné notamment par le règlement des Mystères d’Andania, qui prévoit d’enregistrer poste par poste (ep’ onomatos – ἐπ’ ὀνόματος) les revenus ordinaires (ta peptôkota diaphora – τὰ πεπτωκότα διάφορα), et d’ajouter tout revenu extraordinaire (an ti allo pesei – ἄν τι ἄλλο πέσει), avant d’indiquer la dépense encourue (gegenêmena exodos – γεγενημένα ἔξοδος) et, le cas échéant, le reliquat (loipon – λοιπόν) — à ceci près que, chez Pompidas, le reliquat est partagé entre les cavaliers, plutôt que restitué à la cité.

  • 27 Contra, cf. Catherine Grandjean, loc. cit. [n. ], p. 5-8 (qui voudrait que les drachmes « de l’arge (...)

21Les rubriques de la recette et de la dépense s’achèvent par un total (kephalê – κεφαλ), tandis que le reliquat constitue de facto un total. Chaque total (§1.3, 2.3, 3.1) est ensuite subdivisé en deux sous-totaux, en fonction de l’étalon monétaire utilisé (§1.4, 2.4, 3.2). Comme à Delphes, les grands totaux additionnent au pair, par commodité comptable, des montants libellés en étalons monétaires différents (dans ce cas de figure, des drachmes « de l’argent » de 2,90 g et des drachmes « du bronze » de 2,37 g). Cela ne signifie aucunement que ces monnaies aient la même valeur ou soient échangées au pair (1 dr. « de l’argent » = 1 dr. « du bronze »)27, ni que l’hipparque se réfère à une seule monnaie de compte, qui aurait une valeur différente en « étalon d’argent » et en « étalon de bronze » (p. ex. 1 dr. de compte = 4 dr. « de l’argent » = 5 dr. « du bronze ») : de façon très opportune, le change effectué par Kaphisodôros, et porté en compte par Pompidas, démontre précisément le contraire (110 dr. « de l’argent » = 137,5 dr. « du bronze »). Comme les trésoriers amphictioniques, l’hipparque thébain ne répugne pas à additionner des pommes et des poires.

22Damôn, agonothète des Dêlia à Dêlion

  • 28 Cédric Brélaz, Angeliki Andreiomenou & Pierre Ducrey, « Les premiers comptes du sanctuaire d’Apollo (...)

23Vers la fin du iie s., dans le sanctuaire de Dêlion (situé sur le territoire de la cité de Tanagra), un magistrat chargé d’organiser le concours (agônγν) en l’honneur d’Apollon Délien rend compte de sa gestion. Avec la somme prélevée sur les fonds sacrés (hiera khrêmata ερ χρματα) que lui a remise le trésorier Théôn, Damôn doit financer : deux sacrifices préliminaires, et les dépenses afférentes ; trente-huit couronnes en or destinées aux vainqueurs, ainsi qu’un bouclier en argent doré, prix de l’épreuve d’excellence, qui représentent de loin le poste de dépense le plus important (94 %) ; les débours et salaires liés à la préparation et à la tenue du concours (Fig. 11)28.

24L’agonothète Damôn avait à manier trois étalons monétaires différents : l’« étalon d’argent attique » (argyrion attikon – ργριον ττικν) s’ajoute à l’« étalon d’argent symmachique » (argyrion symmakhikon – ργριον συμμαχικν) et à l’« étalon de bronze » (khalkos – χαλκς) déjà utilisés par Pompidas un demi-siècle auparavant. L’« argent attique » (dr. de 4,35 g) est la référence pondérale internationale à l’époque hellénistique : il est notamment utilisé pour acheter des métaux précieux (argent brut, lingots d’or, feuilles d’or) destinés à la fabrication des premiers prix, ainsi que pour régler le viatique des deux émissaires envoyés à Athènes. L’« argent symmachique » (dr. de 2,90 g), en tant qu’étalon régional, est utilisé pour régler les différents salaires (orfèvre, sous-secrétaire, appariteurs), les frais (asylie et indemnité pour l’onction d’huile), ainsi que le viatique des personnes envoyées à Thèbes ; comme l’étalon éginétique à Delphes en 335, cet étalon monétaire est qualifié de « vieux, ancien » (palaiosπαλαις), et semble voué à disparaître prochainement. Enfin, les achats effectués sur le marché local pour assurer les deux sacrifices, ainsi que les menus frais de maintenance, sont payés en « étalon de bronze » (dr. de 2,37 g).

Fig. 11 : Comptes de Damôn, agonothète des Dêlia à Dêlion, fin iie s. (SEG LVII, 452)

  • 29 Au début de la l. 8, le texte porte [χ]αλκοῦ ιηˊ « en étalon de bronze, 18 dr. » ; l’éditeur a prop (...)

25La comptabilité de Damôn est moins systématique que celle de Pompidas : le chapitre de la recette (lêmma λῆμμα) énumère les sommes reçues du trésorier Théôn, libellées dans les trois étalons monétaires (§1). L’agonothète ne mentionne pas immédiatement de grand total de la recette, mais semble reporter ce calcul au grand total (kephalaion – κεφάλαιον) qui apparaît à la fin du compte (§3.1), à la condition d’opérer une légère correction au document épigraphique29. Ensuite, dix-neuf dépenses sont énumérées pêle-mêle, sans être organisées en fonction de l’étalon monétaire utilisé (§2) : les six premières sont liées aux sacrifices préliminaires (étalon de bronze) ; les cinq suivantes, aux ouvrages d’orfèvrerie (étalons d’argent attique et symmachique) ; les huit dernières, aux frais divers résultant de l’organisation du concours (étalons d’argent attique et symmachique, étalon de bronze).

26Le grand total qui suit (§3.1) n’additionne pas les dépenses, mais plutôt les recettes, puisqu’il est supérieur de 5 drachmes à la somme des dépenses ; par contre, les sous-totaux (§3.2), libellés dans les trois étalons monétaires utilisés, concernent bel et bien les dépenses, et sont en tous points exacts. Les deux premiers sous-totaux correspondent par ailleurs à l’énoncé des recettes (§1) en étalons d’argent attique et symmachique ; seul le troisième sous-total des dépenses (93 dr. « du bronze ») est inférieur de 5 drachmes à la recette correspondante, si l’on accepte la correction de l’editio princeps (〈9〉8 dr. « du bronze »). Il faut donc conclure que l’exercice financier de Damôn s’est soldé par un excédent de 5 dr. « du bronze ». L’absence de notation spécifique de ce reliquat fausse le bilan comptable : de fait, comme chez Pompidas, ce reliquat n’est pas inclus dans les sous-totaux des dépenses ; par contre, Damôn l’incorpore malgré tout dans le grand total du compte ; par conséquent, l’énoncé de la balance comptable est inexact, puisque 6080 dr. 1 ob. 6 ch. + 661 dr. 4 ob. + 93 dr. (§3.2) ne font pas 6839 dr. 5 ob. 6 ch. (§3.1), mais bien 6834 dr. 5 ob. 6 ch. Nous verrons dans un instant, avec l’apologia de Glaukos, un autre exemple de notation problématique d’un solde de compte — en l’occurrence, une perte de 276 drachmes attiques.

  • 30 Les taux de change théoriques sont de 3 
    :2 entre l’« argent attique » et l’« argent symmachique », (...)
  • 31 Selon l’hypothèse proposée par Cédric Brélaz et al., loc. cit. [n. ], p. 259-260.
  • 32 Cf. Olivier Picard, « Sur deux termes des inscriptions de la trésorerie d’Aï Khanoum », dans H. Wal (...)

27Notons enfin que Damôn perpétue la pratique initiée par les trésoriers amphictioniques au printemps 335 et poursuivie par Pompidas dans les années 170–160 : dans une perspective strictement comptable, les drachmes « de l’argent attique » (4,35 g), les drachmes « du vieil argent symmachique » (2,90 g) et les drachmes « du bronze » (2,37 g) sont additionnées au pair dans le grand total (§3.1). Cela ne signifie aucunement que ces monnaies aient jamais été échangées au pair30, ni que Damôn (contrairement à Pompidas) ait recouru aux services d’un changeur, ni qu’il se soit servi d’une monnaie de compte31. Le fait que l’agonothète ne répugne pas à additionner des monnaies de masse et de valeur très différentes reflète simplement l’habitude, dans les trésoreries grecques, de compter les monnaies plutôt que de les peser, comme l’indique la récurrence des termes « nombre » (arithmos -ριθμς) et « dénombrer » (arithmeô -ριθμω) dans un contexte financier32 ; cette pratique ne laisse en rien préjuger d’une confusion entre les différents étalons monétaires ou d’un mélange de plusieurs encaisses métalliques, destinées à des usages distincts et spécifiques. Le raccourci comptable ne porte donc pas à préjudice tant que des sous-totaux précisent exactement la somme libellée dans chaque étalon monétaire, et que la balance de ces sous-totaux est effectivement en équilibre.

28Glaukos, agonothète des Sarapieia à Tanagra

  • 33 SEG XXV, 501 + XXXI, 496 (en part. l. 19-56). Cf. Marguerite Calvet & Paul Roesch, « Les Sarapieia (...)
  • 34 Au vu des apologiai de Pompidas et de Damôn, il est très probable que l’agonothète Glaukos ait util (...)

29Dans les années 90–80, toujours à Tanagra, un agonothète est chargé d’organiser un concours musical en l’honneur de la divinité égyptienne Sarapis : Glaukos reçoit d’une commission financière présidée par son frère Kaphisias la somme de 3000 drachmes d’étalon attique, dont la majeure partie (80 %) est destinée à la réalisation de 16 couronnes en or pour les premiers prix et à la distribution de monnaies d’argent pour les seconds prix ; le reste de l’allocation est destinée, à parts à peu près égales, à financer les représentations théâtrales qui servent de cadre à plusieurs épreuves et à payer le sacrifice et le repas solennels (Fig. 12)33. Contrairement aux apologiai de Pompidas et de Damôn, celle de Glaukos est entièrement libellée « en (étalon d’argent) attique » (attikon – ἀττικόν)34.

Fig.12 : Comptes de Glaukos, agonothète des Sarapieia à Tanagra, vers 90–80 (SEG XXV, 501)

  • 35 Ce montant, perdu dans une lacune de la stèle, est connu grâce à l’apologia de la commission de Kap (...)
  • 36 Ce fait est confirmé par l’apologia de la commission de Kaphisias, qui indique avoir reçu de l’agon (...)
  • 37 À l’instar des trésoriers amphictioniques — dans un contexte, il est vrai, tout à fait particulier (...)

30L’apologia de Glaukos tient à la fois du rapport moral, de l’exposé comptable et du catalogue agonistique. La reddition de comptes à proprement parler est immédiatement précédée de la liste des vainqueurs aux seize épreuves du concours musical ; Glaukos déclare ensuite avoir reçu de la commission de Kaphisias un total (kephalaion – κεφάλαιον) de 3000 dr. d’étalon attique35 (§1) et, sans structurer son propos en termes de recette et dépense, énumère directement l’achat de 69 statères d’or pour la somme de 2070 dr., puis le payement de 46 dr. à l’orfèvre chargé de fabriquer les couronnes en or. Le compte est brusquement interrompu par l’énumération des seize premiers prix et de neuf seconds prix : les couronnes en or attribuées aux vainqueurs, de 5,625 st., 4,500 st., 3,750 st. ou 3,375 st., ne doivent pas être considérées comme des dépenses supplémentaires, puisque leur valeur globale a déjà été indiquée au début du compte ; par contre, les gratifications en argent accordées aux deuxièmes, de 40 ou 50 dr. chacune pour un total de 400 ou 410 dr., sont bel et bien des dépenses supplémentaires, dont il n’a pas encore été question. L’énoncé des dépenses reprend par la suite, avec le salaire du costumier et la rémunération des chœurs, des maîtres de chœurs et des aulètes, ainsi que le payement d’un sacrifice et d’un repas solennels (§2). Glaukos indique enfin qu’il a remis à Kaphisias le montant de trois seconds prix non disputés, pour un total de 140 dr. (§3) : même si elle n’apparaît pas comme telle, cette somme est un reliquat du compte de Glaukos36. Enfin, Glaukos indique un nouveau total (kephalaion κεφλαιον) de 3276 dr. (§4), qui inclut les dépenses (§2) et le reliquat (§3). Puisque ce second total est supérieur au premier, la balance de compte n’est pas équilibrée : l’exercice financier de Glaukos accuse un solde négatif de 276 dr., qui n’est spécifié nulle part37, alors même que la non-distribution de trois seconds prix avait dégagé un excédent de 140 dr., restitué à la commission de Kaphisias.

  • 38 Pour ce qui suit, cf. Charles Doyen, loc. cit. [n. ], p. 231-259.
  • 39 Une rubrique comparable se trouve dans l’apologia de Damôn (SEG LVII, 452, Al. 11-14) : « Pour la f (...)

31De toute évidence, les comptes de Glaukos sont les plus empiriques de tous ceux que nous avons examinés jusqu’à présent : l’agonothète ne fait preuve d’aucun effort de synthèse, ni de logique comptable, mais se contente d’énumérer, par ordre logique sinon chronologique, les différentes opérations de caisse effectuées, jusqu’à découvrir presque incidemment le déficit de 276 dr. Une analyse plus poussée du compte permet d’expliquer la raison de cette perte38. De fait, le poste comptable relatif à l’achat des monnaies d’or est libellé de la manière suivante : « J’ai acheté 69 (statères) d’or, au prix de 26 dr. d’(étalon d’argent) attique pour chaque statère : en tout, en (étalon d’argent) attique, 2070 dr. » (l. 21-22)39. De toute évidence, cet énoncé est faux : la multiplication de 69 par 26 donne 1794, et non 2070. Or, la différence entre le montant supposé par le libellé (69 × 26 dr. = 1794 dr.) et la somme effectivement portée en compte (2070 dr. = 69 × 30 dr.) coïncide avec le déficit global du compte (276 dr. = 69 × 4 dr.). Glaukos a donc acheté des statères d’or au prix de 30 dr. pièce plutôt qu’au prix de 26 dr. prévu par le cahier des charges de l’agonothésie, qui fixait sur cette base la valeur des couronnes en or, façon comprise, à 150 dr., 120 dr., 100 dr. et 90 dr. Dès lors, Glaukos a repris l’intitulé figurant dans le budget initial (prix d’achat de 26 dr. par statère) en y accolant de manière aberrante la somme effectivement déboursée (2070 dr., soit 30 dr. par statère). Glaukos était probablement tenu de rendre des comptes poste par poste, conformément au budget détaillé : il ne lui était donc pas possible d’apurer le déficit du poste des premiers prix (fabrication des couronnes d’or) au moyen de l’excédent du poste des seconds prix (gratifications en argent) ; par conséquent, ses comptes se soldent à la fois par une perte de 276 dr. et un boni de 140 dr.

32La dépense supplémentaire de 276 dr. fut sans doute réglée par l’agonothète sur ses fonds propres, comme le veut l’usage. Dès lors, afin de restaurer l’équilibre de la balance comptable, Glaukos aurait dû indiquer cette contribution personnelle dans la rubrique de la recette (en la libellant p. ex. « payement sur mes propres fonds », dapanê par’ emautouδαπνη παρ’ ἐμαυτοῦ). Cependant, l’agonothète est dispensé de rendre compte de l’utilisation de ses ressources personnelles, comme il le revendique fièrement à la fin de son apologia (l. 53-56) :

[Tὰ ἄ]λλα ἀνηλώματα τὰ γενόμενα εἴς τε τὰ ὅρκια τὰ καθ’ ἡμέραν [καὶ τὰς ἑσ|τι]άσεις τῶν καθ’ ἡμέραν τοῦ ἀγῶνος τῶν τε κριτῶν [καὶ αλητῶν ? | καὶ χ]ορῶν καὶ νικησάντων καὶ εἰς τὸ ἐπίθυμα καὶ ῥάσ[μα οὐκ ἀπο| λ]ογίζομαι διὰ τὸ δεδαπανηκέναι παρ’ ἐμαυτοῦ.

  • 40 Cette libéralité complète une dépense prévue au cahier des charges de l’agonothète, sanctionnée par (...)

« Les autres dépenses survenues pour les serments journaliers et les repas des journaliers (?) du concours40, à savoir des juges, [et des aulètes ?, et] des chœurs, et des vainqueurs, et pour la fumigation et l’aspersion, je n’en rends pas compte, car je les ai réglées sur mes propres fonds. »

  • 41 Sauf à envisager que Glaukos, voulant assumer lui-même certaines dépenses prévues dans le cahier de (...)

33Ces « autres dépenses » (alla anêlômata – ἄλλα ἀνηλώματα), selon la terminologie déjà utilisée par l’hipparque Pompidas, n’étaient sans doute pas prévues au cahier des charges de l’agonothésie ; Glaukos les aura néanmoins assurées, de sa propre initiative et sur ses propres ressources41. Les sommes d’argent que l’agonothète y a consacrées sont donc des « autres recettes » (alla lêmmata – ἄλλα λήμματα), à l’instar des 276 dr. qu’il a dû avancer pour combler le déficit provoqué par l’augmentation du prix du statère d’or de 26 à 30 dr. Toutes ces libéralités sortent du cadre de la reddition de comptes, et ne sont donc évoquées que pour mémoire (et pour la plus grande gloire de l’agonothète évergète), sans être portées en compte, ni dans la rubrique de la recette, ni dans celle de la dépense.

34Xénarchos, agonothète des Basileia à Lébadée

  • 42 Nouveau choix 22, en part. A, l. 20-37 ; Pierre Fröhlich, op. cit. [n. ], p. 472-483 ; Alessandra M (...)
  • 43 Cf. Charles Doyen, op. cit. [n. ], p. 141-157.
  • 44 L’absence de l’étalon de bronze dans l’apologia de Glaukos pourrait n’être que fortuite, puisque l’ (...)

35Dans les années 80–51, l’agonothète Xénarchos assure l’organisation des fêtes pambéotiennes en l’honneur de Zeus Basileus, à Lébadée (Fig. 13)42. Par évergétisme, Xénarchos souhaite financer toutes ces célébrations à ses propres frais : son bilan formel se résume donc à une énumération de trois recettes qui seront transmises, presque intactes, à son successeur. À l’instar de Glaukos, contrairement à Pompidas et Damôn, Xénarchos n’utilise plus l’« étalon d’argent symmachique » (argyrion symmakhikon – ργριον συμμαχικν), qui paraît bien avoir disparu au tournant du iie s. et du ier s. av. J.-C., en même temps que la drachme « du bronze » fut redéfinie43 : la reddition de comptes de Xénarchos est uniquement libellée en « étalon d’argent attique » (argyrion attikon – ργριον ττικν ; dr. de 4,35 g) et en « étalon de bronze » (khalkosχαλκς ; dr. de 2,90 g)44.

Fig. 13 : Comptes de Xénarchos, agonothète des Basileia à Lébadée, vers 80–51 (Nouveau Choix, 22)

36À cause de la générosité de Xénarchos, la reddition de comptes se résume à la rubrique de la recette (lêmma – λῆμμα) : d’abord les loyers de l’hippodrome et du stade, que chaque agonothète est tenu de mettre en location entre deux célébrations des Basileia, qui sont libellés sans mention d’étalon monétaire, pour 260 dr. ; ensuite, un prélèvement effectué sur le concours hippique, pour 198 dr. d’étalon d’argent attique (§1). Le total qui suit (kephalê κεφαλ), qui est logiquement le total de la recette, coïncide également avec le solde du compte (§2). Contrairement à Pompidas et à Damôn, Xénarchos n’effectue pas de grand total, mais distingue directement entre les deux étalons monétaires utilisés ; ce faisant, l’agonothète indique effectivement que les deux premières recettes sont libellées en « étalon de bronze ».

37Immédiatement après la reddition de comptes, Xénarchos fait état de toutes ses libéralités, qui surpassent largement celles de Glaukos (A, l. 23-31) :

φκα δ τς πλεις τν γινομνην | ατν ες τν γνα εσφορν πσαν· δαπνησα δ παρμαυ|το τ [ες τ]ς θυσας κα τν γνα ναλματα πντα. Οκ πε|λογισμ[ην] δ οτε πηρταις οτε πογραμματε οδ τς στλης | τν κα[τασκ]ευν οδ τν ναγραφν τν νενικηκτων οδ τ[ν] | π[ο]λο[γιν] κα δογμτων κα τν λοιπν τν νκλαψιν· δ λα|βον λ[μ]μα, χαλκο μν δραχμς σξˊ, ττικο δ ρϙηˊ, π το|του κατ[ασκευ]σας φιλην νθηκα τι Δι τι Βασιλε κα παρδ[ω]|κα τι μετ’ [μαυ]τν γωνοθτ.

« J’ai dispensé les cités de l’entièreté de la contribution levée en vue du concours ; et j’ai réglé sur mes propres fonds toutes les dépenses en vue des sacrifices et du concours. Je n’ai pas rendu compte (des dépenses) pour les appariteurs, ni pour le sous-secrétaire, ni de la préparation de la stèle, ni de l’inscription des vainqueurs, ni de la gravure des redditions de comptes et des décisions et du reste ; à partir de ce que j’ai reçu comme recette — en étalon de bronze, 260 dr., et en (étalon d’argent) attique, 198 dr. —, j’ai préparé et consacré une phiale à Zeus Basileus, et je l’ai transmise à celui qui sera agonothète après moi. »

38Cette déclaration renseigne les principaux postes budgétaires des Basileia. Parmi les recettes ordinaires (lêmmaλμμα), outre les locations et le prélèvement sur le concours hippique, qui sont effectivement perçus, l’agonothète a renoncé à la contribution (eisphora εσφορ) exigée des cités béotiennes, qui représente probablement la principale source de financement des Basileia. Quant aux dépenses ordinaires (analômata ἀναλώματα), il déclare les avoir toutes prises à sa charge, sans détailler leur coût, mais en les rappelant pour mémoire, conformément à l’usage observé chez Glaukos : les principaux postes concernent naturellement les sacrifices et le concours en tant que tel ; viennent ensuite les salaires des appariteurs et du sous-secrétaire, qui figurent également dans l’apologia de Damôn (A, l. 20-22) et sont probablement fixés par la loi (l. 21 : ek tou nomouκ το νμου) ; enfin, les frais de fabrication et de gravure de la stèle. Le statut de cette dernière dépense est très variable dans les documents que nous avons examinés : enregistrée comme « autre dépense » (extraordinaire ?) chez Pompidas ; non mentionnée chez Damôn (donc aux frais de l’agonothète) ; financée par la commission de Kaphisias chez Glaukos (l. 69-71). Ces situations diverses reflètent l’absence de norme fixe ; en tout état de cause, l’agonothète a toujours intérêt à faire graver sa reddition de comptes, même à ses frais, surtout s’il a fait preuve de largesses. Placée à l’endroit le plus en vue (epiphanestatos topos πιφανστατος τπος), la stèle sera pour lui un ktêma es aei (κτμα ς ε), glorifiant sa droiture et, le cas échéant, sa générosité.

  • 45 Unanimement interprété comme le concours hippique (qui apparaît en toutes lettres en C, l. 38-39 : (...)
  • 46 Wilhelm Vollgraff, « Inscriptions de Béotie », BCH, 25, 1901, p. 372-373 ; Maurice Holleaux, « Obse (...)
  • 47 Nouveau choix d’inscriptions grecques, Paris, 1971, p. 123 ; Louis Robert, « Catalogue agonistique (...)

39Il nous faut revenir plus en détail sur la troisième recette enregistrée par Xénarchos : une somme de 198 dr. en (étalon d’argent) attique est enregistrée au titre de prélèvement effectué à partir de l’hippikos (ππικς) ou de l’hippikon (ππικν)45 sur les athlètes défaillants ou les épreuves non disputées : κ το ππικο τ κλεγν τν ντων ρμων ττικο ρϙηˊ (A, l. 22). Une recette similaire, dont le montant est perdu, figure dans les comptes de l’agonothète Platôn, prédécesseur de Xénarchos décédé inopinément, dont la reddition de comptes, laissée aux soins de ses héritiers, fut gravée sur la même stèle que l’apologia de Xénarchos : [κ] το ππικο τ λογευ|[θν] τν ρμων ττικο | [] (C, l. 69-71). Les premiers éditeurs optent très prudemment pour une taxe frappant les athlètes défaillants46, tandis que les commentateurs les plus récents privilégient un reliquat provenant des épreuves non disputées47. Aucune explication n’est pleinement satisfaisante : la première implique que les districts béotiens seraient obligés de prendre part au concours hippique, sous peine d’amende ; la seconde s’accommode mal du sens technique des verbes « prélever » (eklegô – κλγω) et « percevoir » (logeuô – λογεω), de l’absence du terme banal et attendu « reliquat » (loiponλοιπν), de l’addition effectuée avec les recettes ordinaires (A, l. 22-23) et de la dénomination commune « recette » (lêmma – λμμα) désignant l’ensemble des trois sommes (A, l. 21-22, 28-29).

  • 48 La première objection est formulée par Louis Robert, loc. cit. [n. ], p. 284 ; la seconde, par Pier (...)

40Surtout, deux arguments dirimants empêchent de considérer la troisième recette de Xénarchos comme un reliquat du concours hippique48. D’une part, le palmarès du concours hippique, gravé juste au-dessus de l’apologia, est complet : sauf à supposer que, comme Glaukos, Xénarchos attribuait également des seconds prix, aucune épreuve n’a pu demeurer « vacante » (erêmon – ρημον) ou « non disputée » (anagôniston – ναγνιστον). D’autre part, puisque Xénarchos se flatte d’avoir lui-même réglé toutes les dépenses destinées aux sacrifices et au concours, il faudrait admettre que l’agonothète aurait poussé la générosité jusqu’à restituer à la caisse du concours l’excédent de ses propres dépenses personnelles. Ces obstacles ont amené à suivre une voie médiane : la recette enregistrée par Xénarchos serait le reliquat du concours hippique organisé par Platôn, qui aurait été transmis à Xénarchos ; dès lors, il faudrait admettre que le palmarès du concours hippique de l’agonothésie de Platôn (qui n’a jamais été gravé), comprendrait une ou plusieurs places vacantes, et que la lacune opportune du compte de Platôn devait porter le même nombre que chez Xénarchos, à savoir [ρϙηˊ] « 198 dr. » (C, l. 71). Sans nous appesantir sur l’aspect très conjectural de cette reconstruction, signalons que la place de cette recette dans les comptes de Platôn et Xénarchos serait pour le moins curieuse : un reliquat transmis de Platôn à Xénarchos devrait logiquement figurer à la fin du compte de Platôn et au début du compte de Xénarchos ; or, cette recette apparaît au mieux en pénultième position chez Platôn, et en dernière position chez Xénarchos. De plus, l’on eût au moins attendu de la part de Xénarchos une précision quelconque signifiant que ces épreuves n’avaient pas été disputées lors de la précédente édition des Basileia, et non sous son agonothésie : en l’état, l’énoncé elliptique de cette entrée, ainsi que sa récurrence presque à l’identique dans les comptes de Platôn et de Xénarchos, fait plutôt penser à un revenu ordinaire et régulier du concours des Basileia.

41Cette digression un peu technique était indispensable à notre propos : en matière de gestion concomitante des fonds publics et privés, ainsi qu’en termes de pratiques comptables, il importait de savoir si Xénarchos avait versé dans la comptabilité du concours, au titre de reliquat, un surplus des dépenses effectuées sur ses fonds personnels. En résumé, le bilan financier de l’agonothète Xénarchos est relativement simple : il renonce à une recette ordinaire (l’eisphora) et en perçoit trois autres ; il ne rend compte d’aucune dépense ; de facto, les recettes équivalent au reliquat, qui est transmis à son successeur.

Impôt extraordinaire à Messène

  • 49 Cette institution est particulièrement bien documentée à Athènes : cf. Rudi Thomsen, Eisphora. A St (...)
  • 50 IG V, 1, 1433. Adolf Wilhelm, « Urkunden aus Messene », JÖAI, 17, 1914, p. 1-120 = Kleine Schriften (...)
  • 51 Cf. IG V, 1, 1432.

42L’eisphora (εἰσφορά) dont Xénarchos avait dispensé les cités béotiennes est, en principe, un impôt extraordinaire prélevé sur la base d’une évaluation (timêma – τίμημα) de la fortune49. L’un des derniers documents comptables de la basse époque hellénistique, qui date probablement de l’époque du second triumvirat (43–31 av. J.-C.), concerne précisément la levée d’une eisphora ordonnée par les Romains dans la cité péloponnésienne de Messène50. Sous l’autorité du proconsul Memmius, en collaboration étroite avec le préteur Vibius, le secrétaire des synèdres Aristoklês s’acquitte de cette tâche complexe avec toute la diligence et l’honnêteté requises, ce qui lui vaut d’être honoré à la fois par les autorités romaines et par ses concitoyens51.

43Le calcul de l’eisphora messénienne se décompose en deux parties. La première partie (Fig. 14) consiste en l’évaluation (timamaτμαμα) des contribuables messéniens, effectuée selon le système métrologique traditionnel (talents, mines, statères, drachmes, oboles et chalques), sans aucune mention d’étalon monétaire ; ce système est probablement hérité de l’étalon symmachique du iie s., lointain avatar de l’étalon éginétique du ive s., qui se caractérise notamment par sa drachme de 2,90 g, et par son talent et sa mine plus légers que leurs homologues attiques, dont nous ignorons la masse et le décompte exacts. La seconde partie (Fig.15) établit l’impôt sur la base de l’assiette fiscale, au taux de huit oboles par mine recensée (oktôbolos eisphoraκτβολος εσφορ), avant d’enregistrer les payements déjà effectués, certaines déductions, et les montants encore impayés. Cette section est libellée dans l’« étalon du denier » (deinarion – δεινριον), qui se substitue dans le troisième quart du ier s. à l’« étalon d’argent attique » (argyrion attikon – ργριον ττικν ; dr. de 4,35 g) et complète l’« étalon du bronze » (khalkosχαλκς ; dr. de 2,90 g) : selon l’étalon du denier, la drachme (2,90 g) de six oboles vaut trois quarts de denier (3,87 g), de telle sorte que l’impôt prélevé sur les Messéniens se chiffre exactement à un denier par mine recensée, soit huit oboles en dénomination grecque.

Fig. 14 : Prélèvement de l’oktôbolos eisphora à Messène, vers 43–31 (IG V, 1, 1433, l. 1-29)

44L’établissement de l’assiette imposable nécessite trois opérations comptables. La première rubrique enregistre les possessions des personnes ordinairement assujetties à l’impôt, à savoir tous les citoyens de Messène, regroupés en cinq tribus, ainsi que des étrangers et des Romains recensés dans les tribus civiques (§1.1) ; la deuxième regroupe des personnes normalement dispensées de payer l’impôt, mais exceptionnellement soumises à cette eisphora (§2.1) ; la troisième opère des rectifications à propos de contribuables lésés lors de l’évaluation (§3.1). Chaque rubrique se clôture par un total (kephala – κεφαλ) : le premier total est le résultat de l’addition des six premières évaluations (§1.2) ; le deuxième total ajoute au premier total les cinq évaluations suivantes (§2.2) ; le troisième total (§3.2) est la somme des trois défalcations à effectuer. Enfin, un grand total (§4), libellé comme étant le « reliquat (loiponλοιπν) à partir duquel il faut payer l’impôt de huit oboles (pesein tan oktôbolon eisphoran – πεσεῖν τὰν ὀκτώβολον εἰσφοράν) », retranche le troisième total (§3.2) du deuxième total (§2.2) ; ce montant est exprimé au chalque près, même si Aristoklês ne prendra en compte que le nombre de talents et de mines pour calculer le montant de l’impôt.

Fig. 15 : Prélèvement de l’oktôbolos eisphora à Messène, vers 43–31 (IG V, 1, 1433, l. 30-48)

  • 52 Ces assistants avaient été désignés ad hoc par Aristoklês, avec une probité louée par tous : cf. in (...)

45Dans la seconde partie de l’inscription, Aristoklês établit d’emblée le montant de l’« impôt de huit oboles » (eisphora oktôbolos – εἰσφορ ὀκτώβολος) par mine recensée (soit un denier par mine), ce qui donne un total rigoureusement exact de 99 365 drachmes 2 oboles (soit 74 524 deniers) pour une assiette imposable de 1242 talents 4 mines (§5). Aristoklês rappelle ensuite ce qui « a été payé » (peptôke – πέπτωκε) en date du trentième jour du septième mois, conformément à ce qui est inscrit « sur le mur » (epi tou toikhou – ἐπὶ τοῦ τοίχου) par les « percepteurs » (eklogeis – κλογες)52 (§6), puis établit par déduction le « reliquat (loiponλοιπν) qu’il faut payer (pesein – πεσεῖν) » (§7), et enregistre quatre exemptions d’impôts, qui sont accordées à des personnes impliquées dans la campagne militaire que finance probablement l’eisphora (§8). Une dernière rubrique recense, « dans les impayés » (en akataboloisν καταβλοις), neuf catégories qui reprennent presque exactement les onze entrées établies au moment de fixer l’assiette de l’impôt (§9) : seule a disparu, peut-être par inadvertance, l’entrée consacrée à l’évaluation complémentaire (paratimasiaπαρατιμασα), tandis que les technites dionysiaques sont désormais regroupés avec les olympioniques (l. 48).

  • 53 Cf. Adolf Wilhelm, loc. cit. [n. ], p. 67-68.
  • 54 Les chalques et les oboles, qui sont probablement comptés en base duodécimale (12 chalques = 1 obol (...)
  • 55 Cf. Alain Schärlig, op. cit. [n. ], p. 61-95, 181-189.

46La première partie de ce document (Fig. 14) offre une bonne illustration d’un travail comptable effectué à l’aide de l’abaque. Pour établir l’assiette fiscale, Aristoklês a d’abord posé les six termes de la première addition (§1.1), avant d’effectuer les réductions dans chaque colonne de l’abaque et de noter le total (§1.2) ; il a ensuite ajouté à ce total cinq nouveaux termes (§2.1), simplifié et noté le nouveau résultat (§2.2). Réservant cette somme, Aristoklês pose sur une autre partie de l’abaque les trois termes d’une nouvelle addition (§3.1), qu’il simplifie (§3.2), avant de retrancher le montant obtenu de la première somme posée sur l’abaque et d’enregistrer le résultat (§4). Outre ce modus operandi, deux indices au moins trahissent le recours à l’abaque : d’une part, la notation tout à fait exceptionnelle des sommes en mines et en statères (du type « dix-mines-une », deka mnai mia – δέκα μναῖ μία, pour « onze mines » ; ou encore « vingt-statères-cinq », eikosi statêres pente – εἴκοσι στατῆρες πέντε, pour « vingt-cinq statères »)53 procède probablement de la décomposition de chaque nombre en dizaines et en unités, selon les règles de la notation à l’abaque ; d’autre part, l’une des erreurs observables dans le résultat (§4) de la soustraction du terme §3.2 au terme §2.2, au niveau des mines et des statères, peut s’expliquer par l’oubli de retrancher le jeton « mine » qui avait été reporté dans la colonne « statère ». L’abaque utilisé doit compter au moins dix colonnes54, à supposer que les chiffres quinaires soient notés au moyen de jetons distinctifs plutôt que dans une colonne supplémentaire55.

  • 56 Soit deux colonnes pour les chalques et les oboles, et cinq autres colonnes pour les drachmes (unit (...)
  • 57 La récurrence du pronom au génitif « de cela » (toutou – τούτου), qui introduit le calcul de l’impô (...)

47La seconde partie du document (Fig. 15) est très différente de la première : Aristoklês abandonne le système traditionnel, en talents, mines, statères, oboles et chalques, qui est sans doute étroitement lié aux recensements cadastraux, pour un système décimal plus simple, conforme à l’« étalon du denier » (deinarion – δεινριον), dont l’unité non explicite est une drachme légère (2,90 g), divisable en six oboles de douze chalques, qui équivaut aux trois quarts du denier romain (3,90 g), compté pour sa part à huit oboles de douze chalques ; seules sept colonnes de l’abaque sont encore nécessaires56. Le calcul de l’impôt proprement dit consiste en une multiplication, sans doute effectuée à l’abaque (§5) : puisque le taux d’imposition est fixé à 8 oboles par mine, soit 80 drachmes (de six oboles) par talent (de soixante mines), il suffit de décomposer l’assiette imposable de 1242 talents 4 mines en fonction des unités monétaires, d’appliquer à 1242 (talents) le multiplicande 80 (drachmes par talent) et à 4 (mines) le multiplicande 8 (oboles par mine), et d’additionner les deux sommes (99 360 drachmes + 32 oboles = 99 365 drachmes 2 oboles). La dernière opération mathématique explicite est la soustraction du montant déjà payé (§6), reporté sur l’abaque d’après le registre des percepteurs, afin d’obtenir le reliquat global des sommes à payer (§7). Les deux dernières rubriques consistent en des énumérations d’exemptions (§8) et d’impayés (§9), probablement reproduites depuis les tablettes ou les affiches des percepteurs, sans aucun calcul de sous-total. Il est notable que la sommation des impayés coïncide presque au reliquat à payer (§7) — la différence de quelque 280 drachmes entre les deux montants pouvant s’expliquer par la disparition de la ligne comptable relative à l’évaluation complémentaire. Les exemptions consenties par les autorités romaines (§8), pour un total de plus de 1070 drachmes, se trouvent donc probablement sur le même pied que les sommes déjà payées aux Romains (§6-7) et doivent être décomptées du montant global de l’eisphora (§5), au bénéfice de la cité de Messène57 : en compensation à la participation active de la cité à l’effort de guerre, l’impôt a été limité à environ 98 295 drachmes.

  • 58 IG V, 1, 1432, l. 24-30.

48Les deux décrets honorifiques qui complètent le dossier épigraphique de l’oktôbolos eisphora se font l’écho des modalités pratiques de la comptabilité effectuée par le secrétaire des synèdres Aristoklês et ses assistants58 :

(…) καὶ πρῶτον μὲν ἐπιμέλειαν ἐποιήσατο τοῦ πάντας τοὺς τᾶς πόλεος χ[ει]|ρισμοὺς εἰς τὸ ἐμφανὲς ἀναγράφεσθαι εἰς τοῖχον ἐπ’ ἀμέρας ὑπὸ τῶν χειριζόντων τι τᾶς πόλεος, ὑπ[ό]|δειγμα τιθεὶς τοῖς ἀγαθοῖς τῶν ἀνδρῶν περὶ τοῦ καθαρῶς τε καὶ δικαίως ἄρχειν· αὐτὸς δὲ κατὰ πᾶν ἀνυ|πονόητος θέλων ὑπάρχειν παρὰ πᾶσι τοῖς πολίταις ὅτι καθαρῶς ἀναστρέφεται, χειρισμὸν οὐ πεποίηται | χρημάτων οὔτε δι’ αὐτοσαυτοῦ οὔτε κατὰ παρεύρεσιν δι’ ἄλλων προσώπων, ἀλλὰ καθιστάνων ἐγλογεῖς ἄν|δρας ἀγαθοὺς ἐφ’ ἑκάσταν λειτουργίαν τε καὶ χρημάτων χειρισμὸν παρέχεται τᾶι πόλει στοιχοῦντα | πάντα (…)

« (…) et (attendu qu’Aristoklês) se soucia en premier lieu de faire inscrire (anagraptô ναγρπτω) à la vue de tous, sur le mur, jour après jour, toutes les pratiques de gestion (kheirismoi – χειρισμο) de la cité, par ceux qui gèrent (kheirizô – χειρζω) quelque (fonds) de la cité, en montrant l’exemple, pour les hommes honnêtes, de l’exercice intègre et juste d’une magistrature ; et que lui-même, voulant qu’à tous égards ses concitoyens ne missent pas en doute le fait qu’il se comportât de manière intègre, n’a pas effectué la gestion des revenus (kheirismos khrêmatôn χειρισμὸς χρημάτων) lui-même, ni en fraudant par l’intermédiaire d’autres personnes, mais qu’en établissant, comme percepteurs (eklogeis – ἐκλογεῖς), des hommes honnêtes, à chaque fonction publique (leitourgia – λειτουργία) et à la gestion des revenus (kheirismos khrêmatôn χειρισμὸς χρημάτων), il présente à la cité des (comptes) tout à fait alignés (stoikhounta panta – στοιχοῦντα πάντα) ; (…) »

  • 59 Ibid., l. 5-6.

49Ainsi, les comptes de l’eisphora étaient affichés à la vue du public, « sur le mur » (eis toikhon – εἰς τοῖχον), et mis à jour quotidiennement par les percepteurs. Le grand compte épigraphique présentant l’état de la perception de l’impôt en date du trentième jour du septième mois n’est probablement que la pérennisation d’un moment de cette gestion quotidienne, à l’occasion d’une présentation officielle des comptes de l’eisphora59 :

(…) καὶ περὶ τῶν ποτοφειλομένων ἐκ τᾶ[ς εἰσφο]ρᾶς χρημάτων ποιησαμένου ἐν [τῶι θεά]|τρωι τοὺς διαλογισμοὺς ποτὶ τοὺς ἰδιώτας παρόντο[ς καὶ Οὐ]ιβίου τοῦ στραταγοῦ (…)

« (…) et (attendu qu’Aristoklês), au sujet des revenus (khrêmataχρματα) encore dus à la suite de l’impôt (eisphora – εσφορ), a présenté ses comptes (dialogismoiδιαλογισμο) au théâtre devant les particuliers, en la présence du préteur Vibius (…) »

  • 60 Pour ces observations, cf. Adolf Wilhelm, loc. cit. [n. ], p. 51 ; Léopold Migeotte, « L’organisati (...)

50Les « (comptes) tout à fait alignés » (stoikhounta panta – στοιχοῦντα πάντα) que louent les synèdres et le peuple de Messène font clairement allusion aux pratiques de l’abaque, sur lequel les jetons sont bien alignés en colonnes, et, par extension, à l’affichage temporaire des comptes « sur le mur », qui reproduisait peut-être la belle ordonnance des symboles numériques utilisés sur l’abaque. L’expression ne s’applique pas parfaitement au document épigraphique, puisque le rédacteur du compte y a transcrit en toutes lettres les symboles numériques ; toutefois, le lapicide a veillé à agencer le texte de la manière la plus claire possible, en rompant avec la pratique de la scriptio continua largement pratiquée en épigraphie grecque, y compris dans les inscriptions comptables, pour réserver une nouvelle ligne à chaque poste comptable, ménager un retrait à gauche pour l’éventuelle seconde ligne et décaler un certain nombre de lignes vers la droite, afin de mettre en évidence des rubriques importantes (les « totaux » [l. 10, 20, 27], les « reliquats » [l. 28, 34] et le calcul de l’eisphora [l. 30])60.

51De toute évidence, le calcul et le prélèvement de l’oktôbolos eisphora étaient une tâche très délicate, requérant honnêteté et minutie ; l’étalement de l’opération sur plusieurs années, la mise en œuvre d’une « évaluation complémentaire » (paratimasiaπαρατιμασα) doublant l’évaluation principale (timasiaτιμασα), le recensement des onze catégories de contribuables, la prise en compte des procédures judiciaires, la rectification des erreurs d’évaluation, la mise à jour des registres et affiches relatifs au prélèvement, l’intégration d’exemptions consenties in extremis et le calcul des arriérés ajoutaient encore à la difficulté de l’entreprise. Les deux décrets honorant Aristoklês rappellent à l’envi combien le secrétaire des synèdres a pleinement satisfait ses collègues, ses concitoyens et les autorités romaines ; le détail du compte montre sa grande rigueur comptable, et son souci de la précision — au point d’enregistrer des évaluations au chalque près, alors que seul le montant en talents et en mines entre en compte pour le calcul de l’impôt.

52Il semble dès lors paradoxal que presque aucune opération arithmétique ne produise le résultat attendu : sans préjuger du nombre (inconnu) de statères à la mine, le premier total apparaît comme légèrement inexact (§1.2), le deuxième total présente une erreur considérable d’environ 1 talent 50 mines (§2.2), le premier reliquat est faux à une mine près (§4) et le second reliquat est clairement erroné, à plusieurs drachmes près (§7), et ne coïncide pas avec la somme des impayés (§9) ; de manière curieuse, seules l’opération la plus simple (le troisième total, §3.2) et l’opération la plus compliquée (le calcul de l’impôt, §5) sont parfaitement exactes.

  • 61 Ainsi pourrait s’expliquer l’erreur d’une mine dans le premier reliquat (§4) : cf. supra.
  • 62 Par hypothèse, l’on pourrait imaginer que certaines corrections effectuées par Aristoklês (§3.1) av (...)

53Dans certains cas, nous pouvons peut-être invoquer les aléas du calcul à l’abaque pour justifier ces erreurs61 ; dans d’autres, la bévue paraît trop grossière, au vu de l’excellente qualité de la comptabilité, pour s’accommoder d’une explication aussi simpliste. Dès lors, il faut sans doute attribuer plusieurs apories comptables à l’extraordinaire complexité du travail d’Aristoklês et de ses assistants, qui avaient à compiler des données chiffrées de nature et de provenance fort différentes, produites et mises à jour à des moments distincts : ainsi, lors de l’établissement de l’assiette fiscale, l’entrée relative à l’évaluation complémentaire (paratimasiaπαρατιμασα) enregistre « ce qui a été jugé à partir des tribunaux (μαστρεαι) et qu’ils ont gravé, à l’exception des cas non jugés jusqu’au dixième mois » (§2.1, l. 16-17), tandis que le relevé des payements déjà effectués ne court que jusqu’au trentième jour du septième mois (§6, l. 32-33) ; de plus, le vague intitulé de la dernière rubrique (« dans les impayés ») laisse entendre que la liste des créances de la cité n’est pas exhaustive (§9, l. 40-48). Il apparaît donc que, malgré son aspect très structuré, le grand compte épigraphique est un document composite et incomplet, qui fige, à un moment donné, des données chiffrées éparses et non contemporaines : tout en étant globalement correct, le compte n’en paraît pas moins inexact par endroits62. En outre, le mode de calcul de l’eisphora (8 oboles par mine recensée, en négligeant les unités monétaires inférieures à la mine), pour commode qu’il soit, risque fort d’introduire un décalage croissant entre le montant global de l’impôt et la somme des contributions particulières, s’il est appliqué tel quel à chaque catégorie de contribuables, voire à chaque contribuable individuel. Voilà visiblement une autre manière d’imprécision qui ne rebute pas les comptables messéniens.

Synthèse

54Malgré de nombreuses différences, qui tiennent tout à la fois au contexte du compte et à l’habileté du comptable, ainsi qu’à la nature, l’importance et la destination des fonds maniés, les exemples épigraphiques que nous avons rassemblés offrent un aperçu cohérent des pratiques comptables hellénistiques.

55Comme attendu, le premier objectif des comptabilités étudiées est de rendre compte, de manière plus ou moins synthétique et plus ou moins complète, de la gestion quotidienne (entrées/recettes et sorties/dépenses) d’encaisses métalliques de tailles diverses, qui sont constituées principalement de modules en argent ressortissant à différents étalons monétaires (« attique », « [vieil] éginétique », « [nouvel] amphictionique », « [vieux] symmachique », « bronze », « denier ») et accessoirement de modules en bronze et en or, et qui risquent dès lors d’être affectées par les modifications des parités entre les métaux et/ou les étalons monétaires. Ces comptes recèlent à la fois des opérations complexes, exécutées avec la plus grande rigueur (tels le compte à apousiai et le calcul des pertes et frais lors de la frappe du nouvel amphictionique à Delphes, la notation du change effectué chez Kaphisodôros dans les comptes de Pompidas, le calcul de la masse des couronnes d’or et du salaire de l’artisan lors des Sarapieia de Tanagra, le calcul de l’oktôbolos eisphora à Messène), et des raccourcis comptables qui peuvent nous paraître simplistes (comme le maintien des anciennes unités de compte éginétiques, la pratique du grand total à Delphes et en Béotie, la notation erratique du reliquat en fin d’exercice — mentionné à part par Pompidas, passé sous silence par Damôn, assimilé aux dépenses par Glaukos —, la maladresse de l’entrée relative aux statères d’or et l’absence de mention explicite du déficit dans les comptes de Glaukos, le silence systématique sur les libéralités consenties par les agonothètes, les inexactitudes et imprécisions apparentes du compte de l’oktôbolos eisphora à Messène).

56En somme, les comptables font généralement preuve de pragmatisme et quelquefois même d’ingéniosité dans la gestion des encaisses, en exploitant toutes les possibilités du calcul à l’abaque. Par ailleurs, toutes les pratiques comptables envisagées impliquent également une démarche prospective, qui dépasse la simple logique de caissier.

57Ainsi, les premiers comptes des trésoriers amphictioniques, à Delphes (337–335 av. J.-C.), visent à assainir à court terme les encaisses métalliques du dieu Apollon, en faisant de nouveau coïncider le décompte « à la pièce » (arithmôi – ριθμ) et « au poids » (stathmôiσταθμ), par une refrappe monétaire de grande envergure. Selon le devis de frappe établi par le monnayeur Dexios, l’opération devait se solder immédiatement par une perte sèche de 13,71 % de l’encaisse nominale (16,78 talents sur les 122,44 talents concernés), mais permettrait de doter l’Amphictionie pyléo-delphique d’une monnaie forte, d’excellent poids éginétique. Peu après le début de la frappe du nouvel amphictionique, le réalisme comptable et financier des Amphictions, sans doute aiguillonnés par le jeune Alexandre III de Macédoine, reprend le dessus : la mise en application d’une réforme monétaire fondamentale (epikatallagêπικαταλλαγ) permet, par le jeu d’une réévaluation du ratio bronze–argent (de 105:1 à 112,5:1) et de la parité attique–éginétique (de 10:7 à 4:3), de résorber à moindre coût la différence entre le poids théorique et le poids réel des monnaies éginétiques, en conservant intactes les encaisses nominales de l’Amphictionie et en maintenant la valeur libératoire des monnaies en vieil étalon éginétique.

  • 63 Telle est l’opinion de Cédric Brélaz et al., loc. cit. [n. ], p. 258-261.
  • 64 La même précision mathématique se retrouve dans l’échelonnement des récompenses : 600 dr. pour les (...)
  • 65 Soit [90 ou 80] dr. pour le costumier, 150 dr. pour les chœurs tragiques et comiques avec le maître (...)

58Pour leur part, les redditions de comptes béotiennes posent le problème de l’établissement préalable d’un budget et d’un cahier des charges chiffrés, qui serviraient de balises plus ou moins contraignantes au magistrat en charge. Dans les comptes de Pompidas, l’opposition entre l’ordinaire et l’extraordinaire (« autre », alloλλο) plaide en faveur de l’existence d’un budget officiel, que l’hipparque est tenu de respecter (recette de 2100 dr. ; distribution proportionnelle de 1610 dr. entre sept cavaliers ; partage [équitable ?] du solde de 490 dr.) et qu’il complète par des recettes et des dépenses extraordinaires. Dans les comptes de Damôn, l’adéquation presque parfaite entre la recette et la dépense (pour un total de 6080 dr. 1 ob. 6 ch. d’étalon d’argent attique, 661 dr. 4 ob. d’étalon d’argent sym­machique et 93 dr. d’étalon de bronze) peut s’expliquer soit par l’observation scrupuleuse d’un budget détaillé63, dans lequel il faudrait souligner avec étonnement l’extrême précision, à la demi-obole près (p. ex. 83 dr. 1 ob. 6 ch. ; 98 dr. 2 ob.), des montants alloués à la plupart des postes qui ne sont pas prévus « en application de la loi » (ek tou nomouκ το νμου), soit par l’existence d’une ligne de crédit « sur les fonds sacrés » (ek tôn hierôn khrêmatôn – κ τν ερν χρημτων, l. 3‑4), alimentée par le prêt à intérêt ([t]okos – [τ]κος, l. 4), sur laquelle l’agonothète peut tirer des fonds jusqu’à concurrence d’un certain montant ; en ce cas, la mention initiale de la recette perçue chez le trésorier Théôn, suivie de l’énumération de toutes les dépenses de Damôn, ne reflète pas l’ordre chronologique des opérations de caisse, mais procède d’une réélaboration synthétique, à des fins de clarté comptable, d’opérations successives de prélèvement dans la caisse sacrée et de payement des frais inhérents à la célébration des Délia, qui se sont étalées sur plusieurs mois. À l’inverse, les comptes de Glaukos sont clairement analytiques, comme le confirment les comptes de la commission de Kaphisias : le versement de 3000 dr. de Kaphisias à Glaukos est effectué en une fois, avant la célébration des Sarapieia, et la restitution des 140 dr. de reliquat de Glaukos à Kaphisias a lieu à la fin de l’agonothésie de Glaukos ; en ce cas, l’agonothète est clairement tenu de se conformer à un budget préalable, privilégiant les sommes rondes (recette de 3000 dr. ; dépense de ca 2400 dr. — en fait, 2380 ou 2390 dr. — pour les récompenses64 ; de ca 300 dr. — en fait, 320 ou 310 dr. — pour les représentations théâtrales65 ; de 300 dr. pour le sacrifice et le banquet solennels), et d’en rendre compte poste par poste, comme l’atteste la coexistence d’un déficit de 276 dr. pour l’achat des statères d’or et d’un reliquat de 140 dr. pour la distribution des seconds prix. Quant aux comptes de Xénarchos, l’absence du chapitre des dépenses ne permet pas de démontrer l’établissement d’un budget, et la fluctuation des recettes provenant de la mise en location de l’hippodrome et du stade ne plaide pas en faveur de cette hypothèse ; cependant, l’existence d’une eisphora, qui finance d’ordinaire le concours, suppose une certaine planification des frais liés à l’organisation des Basileia, afin de pouvoir déterminer à l’avance le montant de l’impôt.

59De la même manière, l’oktôbolos eisphora à Messène témoigne d’une certaine projection dans la logique comptable : au départ d’une somme exigée par les autorités romaines (ca 100 000 drachmes, soit 75 000 deniers) et des registres cadastraux existants, complétés par une évaluation complémentaire et rectifiés au besoin, Aristoklês a pu fixer le taux de l’eisphora à huit oboles par mine recensée, afin d’atteindre la somme demandée tout en répartissant le plus équitablement possible la charge de l’impôt sur l’ensemble de la population messénienne. Toutes ces opérations préliminaires étaient nécessaires pour établir et percevoir exactement les sommes dues par chacune des onze catégories de contribuables, et pour tenir à jour un registre des sommes versées et des arriérés.

Haut de page

Notes

1 Sur l’archivage et la publication épigraphique, cf. Laura Boffo, « Ancora una volta sugli “archivi” nel mondo greco : conservazione e “pubblicazione” epigrafica », Athenaeum, 83, 1995, p. 91-130 ; Ead., « Per una storia dell’archiviazione pubblica nel mondo greco », Dike, 6, 2003, p. 5-85 ; Léopold Migeotte, « Information et vie politique dans la cité grecque », dans J. Andreau & C. Virlouvet (éd.), L’information et la mer dans le monde antique, Rome, 2002, p. 21-32.

2 Conformément à l’usage épigraphique, nous signalons ci-dessous les lacunes entre [crochets droits], les corrections entre <chevrons>, les interpolations entre {accolades} et les abréviations entre (parenthèses).

3 Cf. Marcus N. Tod, Ancient Greek Numerical Systems, Chicago, 1979.

4 Cf. Jean Bousquet, « Les unités monétaires dans les comptes de Delphes », BCH 110 (1986), p. 273-274 = Études sur les comptes de Delphes, p. 189-190. Certaines confusions peuvent toutefois survenir lors de la lecture et de la transcription en toutes lettres des nombres notés en système acrophonique sur l’abaque ou sur la minute du lapicide : cf. Jean Bousquet, « Les comptables de Delphes et le dixième de garantie », dans H. Walter (éd.), Hommages à Lucien Lerat I, Paris, 1984, t. I, p. 135-143 = op. cit., p. 145-153.

5 Cf. Alain Schärlig, Compter avec des cailloux. Le calcul élémentaire sur l’abaque chez les anciens Grecs, Lausanne, 20012 ; Idem, ici même.

6 Le système alphabétique permet de noter tous les nombres de 1 à 999 au moyen de trois rangs et vingt-sept chiffres, tandis que le système acrophonique nécessite quinze rangs et six chiffres ; quant à notre système arabo-indien, il se contente de trois rangs et dix chiffres.

7 Véronique Van Driessche, Etudes de métrologie grecque I. Des étalons pré-monétaires au monnayage en bronze, Louvain-la-Neuve, 2009.

8 Nous n’abordons pas ici la question de la comptabilité et de la gestion financière dans le sanctuaire de Délos aux époques classique et hellénistique : le sujet est traité avec brio par Véronique Chankowski, Athènes et Délos à l’époque classique. Recherches sur l’administration du sanctuaire d’Apollon délien, Athènes & Paris, 2008 ; Ead., Parasites du dieu. Pratiques financières et vie économique dans la Délos hellénistique (thèse d’habilitation, Paris, 2011), à paraître dans la BEFAR.

9 Sur l’évergétisme, cf. en particulier Philippe Gauthier, Les cités grecques et leurs bienfaiteurs (iveier siècle avant J.-C.). Contribution à l’histoire des institutions, Paris, 1985 ; Léopold Migeotte, « L’évergétisme des citoyens aux périodes classique et hellénistique », dans M. Christol & O. Masson (éd.), Actes du Xe Congrès International d’épigraphie grecque et latine, Paris, 1997, p. 183-196 = Économie et finances publiques des cités grecques I, p. 247-260.

10 Pour d’autres exemples, dans le même contexte, cf. Alessandra Manieri, Agoni poetico-musicali nella Grecia antica I. Beozia, Pise & Rome, 2009 ; Léopold Migeotte, « Le financement des concours dans la Béotie hellénistique », AncW, 37, 2006, p. 14-25 ; plus largement, cf. Id., « Le financement des concours dans les cités hellénistiques : essai de typologie », dans B. Le Guen (éd.), L’argent dans les concours du monde grec, Paris, 2010, p. 127-143.

11 Ces différents types de documents sont rassemblés, traduits et commentés par Léopold Migeotte, L’emprunt public dans les cités grecques. Recueil des documents et analyse critique, Québec & Paris, 1984 ; Id., Les souscriptions publiques dans les cités grecques, Genève & Québec, 1992 ; Id., Économie et finances publiques des cités grecques I. Choix d’articles publiés de 1976 à 2001, Lyon, 2010. Cf. également, pour les questions bancaires, Raymond Bogaert, Banques et banquiers dans les cités grecques, Leyde, 1968 (fort vieilli) ; Koenraad Verboven, Katelijn Vandorpe et Véronique Chankowski (éds), Pistoi dia tèn technèn. Bankers, Loans, and Archives in the Ancient World. Studies in Honour of Raymond Bogaert, Louvain, 2008.

12 Cf. Charles Doyen, Études de métrologie grecque II. Étalons de l’argent et du bronze en Grèce hellénistique, Louvain-la-Neuve, 2012.

13 Sur l’Amphictionie pyléo-delphique, cf. François Lefèvre, L’Amphictionie pyléo-delphique. Histoire et institutions, Paris, 1998 ; Pierre Sànchez, L’Amphictionie des Pyles et de Delphes. Recherches sur son rôle historique, des origines au iie s. de notre ère, Stuttgart, 2001.

14 Sur cette période, cf. Pierre Sànchez, op. cit. [n. ], p. 173-268.

15 Les comptes des trésoriers amphictioniques sont publiés par Jean Bousquet, Corpus des inscriptions de Delphes II. Les comptes du quatrième et du troisième siècle, Paris, 1989 (ci-après : CID II), p. 145-248, nos 74-115. Les sommes, indiquées en toutes lettres, sont libellées en t(alents), m(ines), st(atères), dr(achmes), ob(oles), ch(alques) ; pour le confort du lecteur, nous les convertissons systématiquement en statères.

16 Olivier Picard, « Les monnaies des comptes à apousia », dans D. Knoepfler (éd.), Comptes et inventaires dans la cité grecque, Neuchâtel & Genève, 1988, p. 91-101 ; Jean Bousquet, « Les trésoriers et l’amende des Phocidiens », op. cit. [n. ], p. 155-165 ; Patrick Marchetti, « Révision des comptes à apousiai (CID II, 75–78) », BCH, 123, 1999, p. 405-422.

17 Charles Doyen, « Le salaire de Dexios Retour sur la frappe du nouvel amphictierique», BCH, 135, 2011 p. 237-259 ; cette pratique présente de remarquables analogies avec les usages comptables des orfèvres.

18 Patrick Marchetti, « L’épikatallagè à Delphes, à Épidaure et chez Théophraste », dans G. Moucharte et al. (éd.), Liber amicorum Tony Hackens, Louvain-la-Neuve, 2007, p. 78-83.

19 Notamment la réévaluation indue de 190 dariques d’or, enregistrés avant 335 dans l’encaisse en argent à la valeur nominale de 14 drachmes (ou 7 statères) éginétiques par darique, et réévalués à l’automne 327 à 15 drachmes (ou 7,5 statères) éginétiques par darique, en vertu de l’épikatallagê (CID II, 97, l. 4-9) ; cette opération crée une recette factice de 190 drachmes (ou 95 statères) éginétiques, qui sera corrigée à l’automne 324. Cf. Patrick Marchetti, « Quelques aspects trop souvent négligés des comptes de Delphes : l’amphictionique nouveau, l’épikatallagè et les couronnes d’Olympias », Pallas, 87, 2011, p. 133-150 (en part. p. 144-149).

20 Cf. loc. cit. [n. ]. À la fin de la pylée de printemps 335, lorsque la frappe du nouvel amphictionique est brusquement interrompue, Dexios avait déjà produit 61,51 talents (1605,41 kg) de monnaies amphictioniques, et devait encore frapper ca 46 talents (1200,60 kg) de métal, qui auraient produit 44,31 talents (1156,49 kg) de monnaies amphictioniques. L’encaisse fictive en nouvel amphictionique s’élève donc à 105,82 talents ( = 61,51 + 44,31). Afin de constituer une troisième encaisse, les trésoriers extraient de l’encaisse en amphictionique les ca 46 talents que le monnayeur n’avait pas encore passés au creuset, pour les convertir en 45,31 talents (1182,59 kg) de monnaies attiques. Puisque le coût de cette opération est inférieur aux frais et pertes escomptés à la frappe de l’amphictionique, les trésoriers enregistrent, par un jeu d’écritures comptables, un gain d’un peu plus d’un talent lors de la division de l’encaisse théorique en amphictionique (105,82 talents) en deux encaisses réelles, l’une en amphictionique (61,51 talents), l’autre en attique (45,31 talents).

21 Dans l’encaisse en attique, les 53 drachmes 2 oboles sont converties en 20 statères éginétiques, selon le rapport 100 
:75. La différence considérable entre le grand total, en étalon éginétique réduit, et la sommation des encaisses s’élève à 16 023,27 statères éginétiques réduits, soit 7,63 talents (4,78 % du grand total).

22 Cf. Pierre Fröhlich, Les cités grecques et le contrôle des magistrats (iveier siècle avant J.-C.), Genève, 2004 (en part. p. 465-508 pour la Béotie à la basse époque hellénistique).

23 IG V, 1, 1390, l. 48-52. Sur les Mystères d’Andania, cf. en dernier lieu Nadine Deshours, Les mystères d’Andania. Étude d’épigraphie et d’histoire religieuse, Bordeaux, 2006 ; Laura Gawlinski, The Sacred Law of Andania. A A New Text with Commentary, Berlin, 2012.

24 IG VII, 2426. Cf. Catherine Grandjean, « Les comptes de Pompidas (IG VII 2426). Drachmes d’argent symmachique et drachmes de bronze », BCH, 119, 1995, p. 1-26 ; Jean Bousquet, 1996, 221 ; Pierre Fröhlich, op. cit. [n. ], p. 486-492, 548-549. Ces comptes sont notés au moyen d’un système acrophonique différant légèrement du système attique que nous avons présenté en préambule.

25 Cf. Charles Doyen, op. cit. [n. ], p. 133-137.

26 Dans le total de la dépense en étalon d’argent (symmachique), le lapicide a gravé « 1710 dr. » plutôt que « 1610 dr. » (l. 18). Par ailleurs, la somme de 7 dr. 4 ob. + 5 dr. + 137 dr. 3 ob. (§ 2.2) donne 150 dr. 1 ob., mais le total des dépenses en étalon de bronze indique seulement 150 dr. (§ 2.4). Peut-être faut-il corriger le premier montant en « 7 dr. ⟨3⟩ ob. » (l. 15).

27 Contra, cf. Catherine Grandjean, loc. cit. [n. ], p. 5-8 (qui voudrait que les drachmes « de l’argent » et « du bronze » eussent forcément la même valeur, et que le change de 5 
:4 pratiqué par Kaphisodôros cachât dès lors un agio de 25 %). Une fine analyse de la comptabilité delphique aurait sans doute permis de faire l’économie de cette hypothèse, qui est définitivement ruinée par les comptes de l’agonothète Damôn (cf. infra).

28 Cédric Brélaz, Angeliki Andreiomenou & Pierre Ducrey, « Les premiers comptes du sanctuaire d’Apollon à Délion et le concours pan-béotien des Delia », BCH, 131, 2007, p. 235-308 (SEG LVII, 452, en part. A, l. 1-35) ; Denis Knoepfler, 2010, 311 ; Charles Doyen, « Des couronnes d’Olympias aux couronnes des Sarapieia. Nouvelles réflexions sur les équivalences entre l’or et l’argent », dans N. Badoud (éd.), Philologos Dionysios. Mélanges offerts au professeur Denis Knoepfler, Neuchâtel & Genève, 2011, p. 257-258. Ces comptes sont notés en système alphabétique.

29 Au début de la l. 8, le texte porte [χ]αλκοῦ ιηˊ « en étalon de bronze, 18 dr. » ; l’éditeur a proposé de corriger ce passage en [χ]αλκοῦ ⟨ϙ⟩ηˊ « en étalon de bronze, 98 dr. », afin de rectifier le grand total du §3.1 (Cédric Brélaz et al., loc. cit. [n. ], p. 247, 259 n. 50). À défaut de cette correction, il faudrait admettre que, de son propre chef, Damôn a ajouté 80 drachmes au 18 drachmes « du bronze » reçues de Théôn, par exemple pour payer sur ses propres ressources les frais liés aux deux sacrifices préliminaires (qui, au total, ont coûté 75 drachmes « du bronze »). Dans ce cas, il pourrait paraître étonnant que Damôn n’ait pas indiqué sa propre contribution au chapitre de la recette ; cependant, les agonothètes ne doivent rendre compte que de l’utilisation des fonds publics et ne chiffrent pas leurs propres libéralités, même s’ils se plaisent à les évoquer (comme le montrent les apologiai de Glaukos et de Xénarchos, cf. infra). Le fait que les dépenses en étalon de bronze liées aux sacrifices sont précisément évoquées au début du compte, avant l’énoncé des grandes dépenses en étalon d’argent attique, est certainement un argument en faveur de cette hypothèse.

30 Les taux de change théoriques sont de 3 
:2 entre l’« argent attique » et l’« argent symmachique », de 11 :9 entre l’« argent symmachique » et le « bronze » (ou 5 
:4 dans les comptes de Pompidas, en incluant un agio de 2,22 % pour le changeur) et de 11 
:6 entre l’« argent attique » et le « bronze » : cf. Charles Doyen, op. cit. [n. ], en part. p. 160.

31 Selon l’hypothèse proposée par Cédric Brélaz et al., loc. cit. [n. ], p. 259-260.

32 Cf. Olivier Picard, « Sur deux termes des inscriptions de la trésorerie d’Aï Khanoum », dans H. Walker (éd.), Hommages à Lucien Lerat II, Paris, 1984, p. 679-690.

33 SEG XXV, 501 + XXXI, 496 (en part. l. 19-56). Cf. Marguerite Calvet & Paul Roesch, « Les Sarapieia de Tanagra », RA, 1966, p. 297-332 ; William J. Slater, « Making Crowns for the “Sarapieia” », RA, 1991, p. 277-280 ; Pierre Fröhlich, op. cit. [n. ], p. 498-504 ; Alessandra Manieri, op. cit. [n. ], p. 268-277 ; Charles Doyen, loc. cit. [n. ], p. 231-259. Ces comptes sont notés en système alphabétique.

34 Au vu des apologiai de Pompidas et de Damôn, il est très probable que l’agonothète Glaukos ait utilisé l’« étalon de bronze » (khalkos – χαλκός) pour régler les dépenses sur le marché local (frais relatifs aux serments et aux repas quotidiens ; frais d’aspersion et de fumigation [l. 53-56]). Cependant, Glaukos ne doit pas rendre compte de ces dépenses, qu’il a assumées sur ses propres ressources (cf. infra) : son apologia se contente donc de faire état des dépenses prévues au budget officiel, qui sont intégralement libellées en étalon d’argent attique.

35 Ce montant, perdu dans une lacune de la stèle, est connu grâce à l’apologia de la commission de Kaphisias, qui suit immédiatement celle de Glaukos, et indique le versement de 3000 dr. à l’agonothète Glaukos (l. 65).

36 Ce fait est confirmé par l’apologia de la commission de Kaphisias, qui indique avoir reçu de l’agonothète Glaukos le « reliquat » (loipon – λοιπόν) issu de son apologia (l. 71-72).

37 À l’instar des trésoriers amphictioniques — dans un contexte, il est vrai, tout à fait particulier —, Glaukos aurait pu, par exemple, intituler une rubrique comptable « différence, déficit » (apousia – ἀπουσία).

38 Pour ce qui suit, cf. Charles Doyen, loc. cit. [n. ], p. 231-259.

39 Une rubrique comparable se trouve dans l’apologia de Damôn (SEG LVII, 452, Al. 11-14) : « Pour la fabrication de 38 couronnes en or, dont le poids est de 190 (statères) d’or, façon comprise, au prix de 24 dr. d’(étalon d’argent) attique par (statère) d’or ; cela fait, en tout, 4560 dr. »

40 Cette libéralité complète une dépense prévue au cahier des charges de l’agonothète, sanctionnée par un décret (l. 48-49) : « pour le sacrifice à Sarapis et à Isis et aux autres dieux, et pour le repas de ceux qui sont prévus par le décret » ([εἰς τὴ]ν θυσίαν τῶι Σαράπιδι καὶ τῇ Ἴσιδι καὶ τοῖς ἄλλοις θεοῖς [καὶ τὴν ἑσ|τί]ασιν τῶν κατὰ τὸ ψήφι⟨σ⟩μα).

41 Sauf à envisager que Glaukos, voulant assumer lui-même certaines dépenses prévues dans le cahier des charges et le budget des Sarapieia, se serait contenté de ne recevoir qu’une partie de la subvention accordée par la commission de Kaphisias.

42 Nouveau choix 22, en part. A, l. 20-37 ; Pierre Fröhlich, op. cit. [n. ], p. 472-483 ; Alessandra Manieri, op. cit. [n. ], p. 156-163. L’inscription est datée du règne de Ptolémée XI Aulète : cf. Roland Etienne & Denis Knoepfler, Hyettos de Béotie et la chronologie des archontes fédéraux entre 250 et 171 avant J.-C., Paris, 1976, p. 246-249 ; Jeanne & Louis Robert, 1977, 218 ; Pierre Fröhlich, op. cit. [n. ], p. 546-548, 560-561. Sur ce concours, cf. Denis Knoepfler, « Louis Robert en sa forge : ébauche d’un mémoire resté inédit sur l’histoire controversée de deux concours grecs, les Trophônia et les Basileia à Lébadée », CRAI, 2008, p. 1421-1462. Ces comptes sont notés en système alphabétique.

43 Cf. Charles Doyen, op. cit. [n. ], p. 141-157.

44 L’absence de l’étalon de bronze dans l’apologia de Glaukos pourrait n’être que fortuite, puisque l’agonothète reprend à sa charge toutes les dépenses locales (serments et repas quotidiens ; frais de fumigation et d’aspersion), susceptibles d’être réglées en étalon de bronze : cf. supra, n. .

45 Unanimement interprété comme le concours hippique (qui apparaît en toutes lettres en C, l. 38-39 : [ἐν] | τῷ ἱππικ[ῶ]ι ἀγῶν[ι]), l’hippikon – ἱππικόν pourrait également être le fonds public d’où proviendrait cette somme (à l’instar du theôrikon – θεωρικόν athénien, initialement destiné à financer les spectacles, ou du khorêgikon – χορηγικόν délien, destiné à financer les chœurs), voire un règlement relatif au concours hippique, en application duquel la somme serait prélevée (la tournure ἐκ τοῦ ἱππικοῦ ferait alors écho au banal ἐκ τοῦ νόμου, qui figure notamment dans les apologiai de Xénarchos lui-même [C, l. 36] et de Damôn [SEG LVII, 452, A, l. 19-20, 21]).

46 Wilhelm Vollgraff, « Inscriptions de Béotie », BCH, 25, 1901, p. 372-373 ; Maurice Holleaux, « Observations sur une inscription de Lébadeia », BCH, 30, 1906, p. 472, n. 2 = Études d’épigraphie et d’histoire grecques I, p. 132, n. 2 ; Michel Feyel, Contribution à l’épigraphie béotienne, Le Puy, 1942, p. 76, n. 2.

47 Nouveau choix d’inscriptions grecques, Paris, 1971, p. 123 ; Louis Robert, « Catalogue agonistique des Rômaia de Xanthos », RA, 1978, p. 284 = Opera minora selecta VII, p. 688 ; Pierre Fröhlich, op. cit. [n. ], p. 476-478 ; Alessandra Manieri, op. cit. [n. ], p. 162.

48 La première objection est formulée par Louis Robert, loc. cit. [n. ], p. 284 ; la seconde, par Pierre Fröhlich, op. cit. [n. ], p. 478. La solution médiane, prudemment proposée par Louis Robert, est soutenue plus ouvertement par Pierre Fröhlich.

49 Cette institution est particulièrement bien documentée à Athènes : cf. Rudi Thomsen, Eisphora. A Study of Direct Taxation in Ancient Athens, Copenhague, 1964 ; Patrice Brun, Eisphora – syntaxis – stratiotika. Recherches sur les finances militaires d’Athènes au ive siècle av. J.-C., Paris, 1983, p. 3-73 ; Matthew R. Christ, « The Evolution of the Eisphora in Classical Athens », CQ, 57, 2007, p. 53-69.

50 IG V, 1, 1433. Adolf Wilhelm, « Urkunden aus Messene », JÖAI, 17, 1914, p. 1-120 = Kleine Schriften II, 1, p. 467-586 ; Adalberto Giovannini, Rome et la circulation monétaire en Grèce au iie siècle avant Jésus-Christ, Bâle, 1978, p. 115-122 ; Léopold Migeotte, « La date de l’oktôbolos eisphora de Messène », Topoi, 7, 1997, p. 51-61 = Économie et finances publiques des cités grecques I, p. 367-376, « L’organisation de l’oktôbolos eisphora de Messène », dans Catherine Grandjean (éd.), Le Péloponnèse. D’Épaminondas à Hadrien, Bordeaux, 2008, p. 229-243 ; Charles Doyen, « De la drachme au denier : retour sur l’ὀκτώβολος εἰσφορά de Messène », à paraître dans les actes du Colloque « Το νόμισμα στην Πελοπόννησο » (Argos, mai 2011). Ces comptes sont notés en toutes lettres, en t(alents), m(ines), st(atères), dr(achmes), ob(oles) et ch(alques) dans la première partie (Fig. 14) ; en (drachmes), ob(oles) et ch(alques) dans la seconde partie (Fig. 15).

51 Cf. IG V, 1, 1432.

52 Ces assistants avaient été désignés ad hoc par Aristoklês, avec une probité louée par tous : cf. infra (IG V, 1, 1432, l. 24-30).

53 Cf. Adolf Wilhelm, loc. cit. [n. ], p. 67-68.

54 Les chalques et les oboles, qui sont probablement comptés en base duodécimale (12 chalques = 1 obole et 12 oboles = 1 statère), peuvent chacun être notés sur une seule colonne ; par contre, les statères, les mines nécessitent une colonne supplémentaire pour les dizaines, puisque plus de 30 statères et font la mine et que 60 mines font le talent ; quant aux talents, ils nécessitent quatre colonnes pour noter les unités, les dizaines, les centaines et les milliers.

55 Cf. Alain Schärlig, op. cit. [n. ], p. 61-95, 181-189.

56 Soit deux colonnes pour les chalques et les oboles, et cinq autres colonnes pour les drachmes (unités, dizaines, centaines, milliers, dizaines de milliers).

57 La récurrence du pronom au génitif « de cela » (toutou – τούτου), qui introduit le calcul de l’impôt (§5, l. 30), le décompte des sommes payées (§6-7, l. 32), ainsi que les exemptions (§8, l. 36), souligne en tout cas la concaténation de ces trois rubriques.

58 IG V, 1, 1432, l. 24-30.

59 Ibid., l. 5-6.

60 Pour ces observations, cf. Adolf Wilhelm, loc. cit. [n. ], p. 51 ; Léopold Migeotte, « L’organisation… », loc. cit. [n. ], p. 235.

61 Ainsi pourrait s’expliquer l’erreur d’une mine dans le premier reliquat (§4) : cf. supra.

62 Par hypothèse, l’on pourrait imaginer que certaines corrections effectuées par Aristoklês (§3.1) avaient déjà été reportées dans l’une ou l’autre entrée du recensement (§2.1), sans affecter pour autant le grand total (§2.2), qui sera pour sa part amendé par le total des corrections (§3.2) pour établir le reliquat imposable (§4). Cette distorsion entre la logique de la comptabilité globale et la précision des recensements particuliers produirait le déficit aberrant d’environ 1 talent 50 mines.

63 Telle est l’opinion de Cédric Brélaz et al., loc. cit. [n. ], p. 258-261.

64 La même précision mathématique se retrouve dans l’échelonnement des récompenses : 600 dr. pour les quatre couronnes en or de la première catégorie (150 dr.) ; 600 dr. pour les cinq couronnes en or de la deuxième catégorie (120 dr.) ; 1180 ou 1190 dr. pour les sept couronnes des troisième et quatrième catégories (100 et 90 dr.) et pour les douze seconds prix (50 et 40 dr.).

65 Soit [90 ou 80] dr. pour le costumier, 150 dr. pour les chœurs tragiques et comiques avec le maître de chœur, 40 dr. pour les chœurs comiques avec le maître de chœur, 40 dr. pour les aulètes tragiques et comiques.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig.1 : Comparaison entre les trois systèmes de notation numérale (d’après IG V, 1, 1433, l. 30-31, 34)
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1465/img-1.png
Fichier image/png, 42k
Légende Fig.2 : Système numéral acrophonique
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1465/img-2.png
Fichier image/png, 17k
Légende Fig.3 : Système numéral alphabétique
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1465/img-3.png
Fichier image/png, 25k
Légende Fig.4 : Unités monétaires à l’époque classique
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1465/img-4.png
Fichier image/png, 35k
Légende Fig.5 : Premier fragment du compte à apousiai (CID II, 77, col. II, l. 1-10)
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1465/img-5.png
Fichier image/png, 20k
Légende Fig.6 :Second fragment du compte à apousiai (CID II, 75, col. I, l. 1-45)
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1465/img-6.png
Fichier image/png, 85k
Légende Fig. 7. Comparaison entre la somme des lots conservés et le récapitulatif général (CID II, 75, col. I, l. 46-51)
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1465/img-7.png
Fichier image/png, 23k
Légende Fig.8 : Grand total effectué au début de la pylée de printemps 335 (CID II, 76, col. I, l. 1-11)
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1465/img-8.png
Fichier image/png, 18k
Légende Fig.9 : Grand total effectué à la fin de la pylée de printemps 335 (CID II, 76, col. III, l. 32-47)
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1465/img-9.png
Fichier image/png, 24k
Légende Fig.10 : Comptes de Pompidas, hipparque à Thèbes, vers 170–150 (IG VII, 2426)
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1465/img-10.png
Fichier image/png, 87k
Légende Fig. 11 : Comptes de Damôn, agonothète des Dêlia à Dêlion, fin iie s. (SEG LVII, 452)
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1465/img-11.png
Fichier image/png, 113k
Légende Fig.12 : Comptes de Glaukos, agonothète des Sarapieia à Tanagra, vers 90–80 (SEG XXV, 501)
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1465/img-12.png
Fichier image/png, 66k
Légende Fig. 13 : Comptes de Xénarchos, agonothète des Basileia à Lébadée, vers 80–51 (Nouveau Choix, 22)
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1465/img-13.png
Fichier image/png, 25k
Légende Fig. 14 : Prélèvement de l’oktôbolos eisphora à Messène, vers 43–31 (IG V, 1, 1433, l. 1-29)
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1465/img-14.png
Fichier image/png, 79k
Légende Fig. 15 : Prélèvement de l’oktôbolos eisphora à Messène, vers 43–31 (IG V, 1, 1433, l. 30-48)
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1465/img-15.png
Fichier image/png, 65k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Doyen, « Pratiques comptables en Grèce hellénistique », Comptabilités [En ligne], 6 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 24 février 2017. URL : http://comptabilites.revues.org/1465

Haut de page

Auteur

Charles Doyen

F.R.S.–FNRS (UCLouvain)
charles.doyen@uclouvain.be

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org