Navigation – Plan du site
Dossier

Comptables et comptabilités dans l’Antiquité : conclusion

Gérard Minaud

Texte intégral

1Les articles que contient ce dossier consacré à l’Antiquité conduisent à de nombreuses réflexions : elles procèdent de deux catégories. Les premières, bien sûr, concernent les sujets qu’aborde chaque texte. Les secondes, de façon plus large, interrogent tout d’abord sur ce qu’il faut entendre par le terme de comptabilité, placé dans une perspective historique et, ensuite, sur ce que peut apporter l’histoire de la comptabilité. Pour les temps anciens, la documentation donne une coloration particulière à ces questions.

2La fréquence et la nature des informations imposent des contraintes. Paradoxalement, c’est pour les périodes les plus reculées que les sources directes sont les plus nombreuses. Elles se comptent en dizaines de milliers pour les marchands assyriens du XIXe siècle av. J.-C., alors qu’elles se réduisent à quelques dizaines pour l’époque romaine, deux mille ans plus tard. En revanche, le monde romain, contrairement aux sociétés antérieures, a laissé, dans sa littérature et dans son droit, des milliers d’informations indirectes sur la comptabilité. Toutes ces indications sont fort ténues, mais elles permettent d’imaginer ou de reconstituer ce qu’auraient été les sources directes, si elles avaient survécu au temps.

3Chaque période de l’Antiquité présente des spécificités pour étudier les comportements comptables qu’elle a pu sécréter, même si les préoccupations des utilisateurs respectifs de ces comptes semblent avoir été toujours assez proches. Dans toutes les circonstances, l’historien est prisonnier du vocabulaire. Pour commencer, il est prisonnier des termes qu’il rencontre dans les documents anciens. Ensuite, il est prisonnier des mots qui y font défaut à ses yeux pour les comprendre, mais dont nul n’avait besoin lors de leur rédaction, car on n’explique pas ce que chacun sait. Pour finir, l’historien est prisonnier du lexique que lui-même va utiliser pour exprimer ce qu’il a cru comprendre.

4Y avait-il, en effet, des termes techniques comptables dans les langues anciennes ou non ? Faut-il ou non recourir au vocabulaire comptable moderne pour commenter des documents comptables antiques ? Dans ce cas, il pourrait y avoir un risque d’anachronisme, à moins que des termes strictement équivalents aient existé dans les langues anciennes et modernes. Seul un linguiste comptable ou un comptable linguiste pourrait s’en apercevoir, et il faudrait qu’il soit en même temps historien pour comprendre la portée des pièces qu’il examine. Plutôt que de rechercher un tel profil, mieux vaut réduire la difficulté à définir ce que l’on retient par comptabilité, et encore l’analyse mériterait-elle davantage de nuances en distinguant la sphère publique et la sphère privée. Faut-il tenir pour comptabilité une famille cohérente de documents contenant des nombres et des explications, ou bien considérer pour comptabilité la seule tenue de comptes selon les règles de l’art ? Le praticien préférera certainement la deuxième hypothèse, mais l’historien pourrait difficilement s’en satisfaire.

5L’histoire de la comptabilité ne saurait se limiter à celle des procédures de tenue de registres de comptes et à leur évolution. Les contributions au présent dossier en font la démonstration.

6L’enregistrement de données quantitatives sur un support traduit en premier lieu le besoin ou la volonté qu’a exprimée un groupe social de se l’imposer. L’histoire de la comptabilité apporte alors un éclairage sur le comportement d’agents économiques qui organisaient des échanges et des transferts de richesses à titre d’activités patrimoniales. La comptabilité est témoin et conservateur de ces actes de la vie quotidienne. L’histoire de la comptabilité est ainsi moins restrictive que l’histoire des techniques comptables : elle l’englobe.

7Les auteurs de ce dossier ont montré comment la comptabilité a servi à justifier des créances ou à anticiper des flux de valeurs dans un cadre privé et, dans un cadre public, à effectuer des prélèvements fiscaux ou à attester l’honorabilité d’un homme, sinon à le confondre dans ses turpitudes quand il gérait les biens d’une collectivité.

8Pour y parvenir, les moyens matériels n’étaient pas les mêmes : tant les supports - argile, bois, bronze, cire, marbre ou papyrus -, que les langues et l’écriture, ou, l’essentiel, les numérations. Néanmoins, les procédures semblaient convenir aux utilisateurs du moment ; ils les faisaient évoluer quand cela devenait nécessaire.

9Dans le monde hellénistique, les hommes savaient faire la distinction entre ce qu’il est d’usage d’appeler aujourd’hui « charges d’exploitation » et « charges exceptionnelles » (idem pour les produits). Était aussi identifié ce que l’actuelle comptabilité nomme « écart de conversion », lorsque plusieurs unités monétaires sont à prendre en compte. Même si le traitement de ces phénomènes par les Anciens n’est pas nécessairement satisfaisant aujourd’hui, leur méthode suffisait probablement alors. Il est vain de qualifier d’erreur ce qui correspondait tout simplement aux attentes d’une mentalité. Qualifier les comptabilités antiques de primitives ou de modernes n’aurait pas plus de sens que de le faire à propos de la bicyclette ou du cheval. Les comptabilités antiques répondaient à des besoins qu’il appartient à l’historien de découvrir, comprendre et commenter sans jugement. Il lui incombe aussi, tâche bien plus difficile, de savoir pourquoi d’autres choix potentiels ont alors été écartés. Les données quantitatives étant porteuses d’informations, et quelle que soit l’époque, toutes ne sont pas toujours les bienvenues tandis que d’autres sont utilisés à des fins politiques. Gouverner, c’est savoir utiliser des chiffres. Les Anciens le faisaient.

10La comptabilité était devenue une banalité. Les chiffres s’étaient immiscés partout : la reddition de comptes publics était un acte officiel, mais banal dans les mondes grec puis romain. Les comptes servaient de toiles de fond aux rapports entre les particuliers ayant quelque activité économique, ils semblent avoir été nombreux à Rome. Parler d’argent, de débit et de crédit, n’était pas une attitude incorrecte en public, même en recourant à des termes techniques en grec ou en latin. L’inverse semble même s’être produit sans que l’on sache encore pourquoi. Les premiers chrétiens usèrent aussi de ce trait de civilisation pour illustrer leur croyance.

11Quand on considère l’Antiquité, l’histoire de la comptabilité ne se résume pas à un fastidieux énoncé de nombres. C’est l’inverse qui se produit, car les chiffres font défaut pour mieux connaître ces siècles. L’histoire de la comptabilité agit plutôt comme un révélateur de mentalités, de comportements et de dynamismes ou de ralentissements économiques, individuels ou collectifs. Elle contribue largement à reconstituer des flux de biens et de personnes qui n’ont pas laissé de trace par ailleurs. Elle fait aussi connaître les éléments les plus humbles de la société dont on ne saurait rien si une procédure comptable n’avait pas incidemment croisé leur vie.

12Au premier siècle de notre ère, dans la pensée romaine, une comptabilité était irrémédiablement installée dans toute existence humaine, sous la forme d’une balance de crédits et de débits, de bienfaits et de dommages, faits, perçus ou subis. À tout moment, chacun peut en extraire un solde, le dernier sera fatal.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Minaud, « Comptables et comptabilités dans l’Antiquité : conclusion », Comptabilités [En ligne], 6 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 01 mai 2017. URL : http://comptabilites.revues.org/1539

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org