Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Enric Saguer Hom, Gabriel Jover Avellà, Helena Benito Mundet (Eds.), Comptes de senyor, comptes de pagès. Les comptabilitats en la història rural, Biblioteca d’Història rural, Col.lecció Fonts, 7, Girona, 2013, 358 p.

Sandrine Victor

Texte intégral

1Cet ouvrage fait suite à un séminaire organisé à l’université de Gérone en 2011 par l’Associació d’Història rural et le Centre de Recerca d’Història rural. La réflexion s’inscrit dans la poursuite des travaux menés depuis 1988 par Ramon Garrabou, Juan Manuel Naredo et Pablo Campos, qui ancraient eux-mêmes leur intérêt pour les comptabilités rurales dans les articles de Pierre Vilar ou d’Emili Giralt, parus dans les années 1970. Forts de cette illustre lignée scientifique, les auteurs proposent l’édition de 12 articles regroupés en deux blocs, précédés d’un bloc introductif, et suivis d’une bibliographie générale.

2L’introduction vise, en deux articles, d’abord d’Enric Saguer et Gabriel Jover « Les comptabilitats com a font per a l’història rural », puis d’Helena Benito Mundet « La comptabilitat agrària en els manuals de comptabilitat », à caractériser les documents comptables dans leurs traits généraux, et à les différencier d’une supposée norme. Même si le propos est clair, structuré et documenté, on peut regretter une approche très classique du sujet. Au final, il est difficile de percevoir l’originalité ou la particularité des dites comptabilités. Elles sont caractérisées par leur hétérogénéité, par leur faible niveau dans la maîtrise de la technique comptable – soulignant l’objectif de contrôle et non la connaissance réelle des entrées et sorties –, et la partialité de la perspective des informations enregistrées, qui empêche la reconstruction historique des flux physiques et monétaires. Les auteurs notent enfin une diffusion de la pratique comptable dans le monde rural différenciée entre les propriétaires et les affermataires, et soulignent une différence, à approfondir, entre monde rural et monde urbain. Ils sont eux-mêmes conscients des limites et difficultés de l’étude.

3Le premier bloc d’articles a pour ambition de décrire les fonds comptables. Les auteurs sollicités approfondissent la caractérisation et la description des fonds à disposition des chercheurs. Ainsi, ils donnent une image des instruments comptables au travers des exemples des pieuses aumônes (Rosa Lluch Bramon et Pere Benito i Monclús), des institutions monastiques (Gabriel Jover Avellà), des patrimoines nobiliaires (Antònia Morey Tous, Josep Villalonga Morell), des gestions de mas paysans (Pere Gifre Ribas, Antònia Morey Tous), et enfin des industries (Helena Benito Mundet). Les textes présentent donc au lecteur une grande variété de fonds, du XIIIe au XXe siècle, principalement centrés sur la Catalogne et les Baléares. Ce corpus d’exemples aurait mérité une approche plus approfondie, permettant de dépasser le stade de la description physique de la source, de la typologie des recettes-dépenses et du personnel en charge. Cet exercice, certes essentiel, met néanmoins le lecteur face à un catalogue dont il est parfois difficile de voir la cohérence. Soulignons cependant les très belles études de Rosa Lluch et Pere Benito pour la période médiévale, respectivement pour l’Almoina de Gérone et la Seu de Barcelone, qui tous deux tentent une mise en perspective des fonds.

4Le second bloc d’articles étudie les possibilités d’utilisation des différents types de comptabilités agraires pour la recherche historique. La lecture est guidée vers deux axes. D’abord, les livres de comptes sont les dépositaires de faits. Ils permettent une étude du travail agricole et du marché du travail (Gabriel Jover Avellà), ainsi que l’analyse du fonctionnement de ces marchés de produits agricoles (Mònica Bosch Portell), et la position des affermataires sur ces marchés. Au final, ils permettent de reconstruire une image de la production et des rendements (Jordi Plans et Enric Saguer), aidant le chercheur à évaluer la productivité agricole. Ensuite, les livres de comptabilité sont les artefacts culturels d’un lieu et d’un moment déterminés, en particulier dans les cas des comptabilités privées (José-Miguel Lana). Plus court, ce bloc est néanmoins porteur de fortes réflexions.

5Du Moyen Age à l’époque contemporaine, cet ouvrage permet donc de faire un point sur l’utilisation des comptabilités pour l’histoire rurale. Même si de grandes nouveautés n’émaillent pas le propos, le travail est sérieux et permettra sûrement un décloisonnement des réflexions entre comptabilités urbaines et comptabilités rurales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Victor, « Enric Saguer Hom, Gabriel Jover Avellà, Helena Benito Mundet (Eds.), Comptes de senyor, comptes de pagès. Les comptabilitats en la història rural, Biblioteca d’Història rural, Col.lecció Fonts, 7, Girona, 2013, 358 p. », Comptabilités [En ligne], 6 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 27 juin 2017. URL : http://comptabilites.revues.org/1540

Haut de page

Auteur

Sandrine Victor

Framespa, Centre Universitaire Albi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org