Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Xavier Hermand, Jean-François Nieus et Etienne Renard (Eds.), Décrire, inventorier, enregistrer entre Seine et Rhin au Moyen Âge. Formes, fonctions et usages des écrits de gestion (Actes du colloque international organisé à l’Université de Namur (FUNDP) les 8 et 9 mai 2008), Mémoires et documents de l’Ecole des Chartes n° 92, Paris, 2012, 460 p.

Patrice Beck

Texte intégral

1Le Centre de recherche « Pratiques médiévales de l’écrit » de l’Université de Namur, qui a organisé la rencontre scientifique, et l’Ecole des Chartes de Paris, qui en accueille les Actes dans sa collection « Mémoires et documents », participent activement au développement des études sur la « scripturalité » au Moyen Âge, aident efficacement à l’extension de cette « attitude nouvelle face au document qui, de simple pourvoyeur de matériaux, devient un précieux révélateur des intentions de ses concepteurs et, partant, des modalités et des enjeux du recours à l’écriture » (avant-propos, p. 5).

213 communications sont ici réunies, suivies d’une réflexion conclusive de Jean-Philippe Genet et d’un généreux index des noms de personnes et de lieux (p. 437-455). Elles portent sur un espace volontairement cantonné entre Seine et Rhin mais sont ouvertes, et c’est un fait remarquable, à l’ensemble du Moyen Âge. En focalisant l’attention sur les documents de gestion à caractère « énumératif », elles ont en effet pu mettre en perspective tant les polyptyques carolingiens que tous ces documents dont la diversité et la quantité explosent entre XIe et XVe siècle : les libri traditionum et les cartulaires ecclésiastiques, les registres des actes royaux et les enquêtes féodales, les « pouillés », censiers et rentiers, les coutumiers et les listes de tenanciers ou de serfs, les répertoires d’archives et les inventaires de bibliothèques.

3Certaines des communications, autre fait remarquable, prêtent attention à l’analyse archéologique des documents : elles appellent de leurs voeux le développement de l’approche codicologique et l’appliquent peu ou prou à leur dossier. Etienne Renard prévient seulement que « les caractéristiques matérielles – codicologiques ou paléographiques – nous seront essentiellement utiles en tant qu’indices éventuels de la finalité et des usages du document » (p. 11). Mais Paul Bertrand affirme qu’ « une typologie uniquement fonctionnelle s’avère dangereuse » et « propose donc de la combiner avec une approche attachée à la matérialité, à l’archéologie du document …, en déclinant l’objet de manière codicologique : de la feuille au cahier, du rouleau au registre, du cahier au codex » (p. 166). Jean-Pierre Devroey est lui aussi attentif à la composition (cahiers reliés ou feuilles mobiles) et à la mise en page de l’information (marges et blancs) comme traces des interventions que subissent les polyptiques entre IXe et XIIIe siècles (p. 54). Jean-François Nieus s’interroge sur la « fonctionnalité » des inventaires féodaux et présente donc leur « matérialité générale » (p. 146). Emmanuel Bodard développe une analyse poussée des livres de cens et rentes du grand hôpital de Namur produits entre 1312 et 1521 (p. 264 sq), afin de démontrer comment certains de ces documents s’imposent « comme référence juridique des droits », comment « la mise en page, comparable à celle des manuscrits liturgiques, contribue probablement à renforcer symboliquement la force probante de l’écrit » (p. 289).

4Les comptabilités, en calculant, ne font pas qu’énumérer et les coordonnateurs ont bien tenté d’exclure du programme ces documents qui « relèvent d’une problématique spécifique et bénéficient déjà d’une excellente couverture historiographique » (avant-propos, p. 6). Mais ce fut en vain bien sur, tant sont poreuses les frontières entre les besoins des institutions, les pratiques des administrations et donc les genres documentaires, ainsi que l’ont bien souligné certains des auteurs. Etienne Renard remarque que « les scribes, au IXe comme au XVe siècle, usent en alternance, comme de quasi-synonymes, d’un terme puis d’un autre » (p.9). Jean-François Nieus souligne « la complexité des sources, dont beaucoup témoignent de formules hybrides qui tendent à combiner (voire à juxtaposer) plusieurs procédés d’inventorisation » (p. 127). Ghislain Brunel parle de « sources polymorphes » et montre combien les « chartes, censiers, comptabilités, etc… » des XII-XIVe siècles s’articulent entre eux (p.197). Paul Bertrand affirme que « tout écrit peut aider à gérer, au bas Moyen Âge. Et aucun écrit n’est seulement destiner à gérer » (p. 166).

5Les comptabilités sont donc ici bien présentes. Elles sont déjà dans les titres des contributions de Paul Bertrand (p. 165) et de Bernard Delmaire (p. 291) qui associent dans leur réflexion « censiers, comptabilités, quittances… » en France du Nord aux XIIIe-XIVe siècles pour l’un, « Pouillés, taxaxiones et comptes de décimes » des provinces ecclésiastiques situées entre Seine et Rhin entre XIe et XVIIIe siècle pour l’autre. Comme on l’a vu, les documents comptables alimentent aussi fortement l’analyse de Ghislain Brunel sur « la gestion et la mémoire entre Seine et Oise » du XIIe au XIVe siècle. Tout comme celle que Nicolas Ruffini-Ronzani donne des « Pratiques de l’écrit et dépendance en Hainaut aux XIIIe-XIVe siècles » (p. 248 sq). De même, Emmanuel Bodard attire « l’attention sur les livres de cens et de rentes (de l’Hôpital de Namur entre 1312 et 1521) qui comptabilisent à un moment donné les recettes de l’institution et le patrimoine sur lequel elles se fondent » (p. 262-263). Quant à Etienne Renard, il reprend pour les besoins de sa démonstration une étude de Pierre Ganault publiée en 1974 qui évoquait « les documents comptables du VIIe siècle provenant de Saint-Martin de Tours » (p. 30-31). Et Jean-Pierre Devroey met en exergue les enrichissements comptables dont les polyptiques sont l’objet dès le IXe siècle : pour Saint-Rémy de Reims, « l’exemplaire du polyptique d’Hincmar (après 847) contient systématiquement des sommes de chapitre et une somme des sommes ... » et pour Saint-Germain des Prés, le calcul des sommes concerne « treize chapitres (sur vingt-trois) du polyptique de 823-828 » (p. 57).

6Les spécialistes des comptabilités trouveront donc une riche matière dans cette publication : elle contient en effet de précieuses informations sur les moments, ou plutôt les situations, d’où émerge la nécessité, non pas d’évaluer des revenus et d’établir une balance entre recettes et dépenses car elle est évidemment au moins de tous les temps difficiles, mais de garder la mémoire de ces calculs, de les organiser en séries et de conserver celles-ci. Quand devient-il vital de mesurer les évolutions pour assurer toujours plus efficacement le contrôle du droit mais aussi pour prévoir et planifier le revenu et consolider la pérennité économique de l’institution ? Quand devient-il nécessaire non plus seulement de raconter les pouvoirs sur les biens et les personnes pour les montrer, les conserver et donc les démontrer et les défendre si nécessaire, mais aussi de compter les revenus qui en découlent, évidemment changeants selon la conjoncture et le temps qui passe ?

7Certes il n’y a pas de comptes parmi les « premiers registres capétiens de Philippe Auguste à Louis IX » dont traite ici John Baldwin : ces registres du « Trésor des chartes » ne sont nourris que d’actes solennels engageant le roi, ses fidèles et ses sujets dans la durée, fixant et assurant la transmission et la pérennité du droit ; ils ne s’embarrassent pas de données comptables, par essence éphémères. Mais le changement est alors patent dans les dernières années du règne de Louis IX : un peu avant 1270 y apparaissent des comptes domaniaux (p. 113).

8Avec Paul Bertrand, on conviendra aisément qu’à partir du XIIIe siècle, « le concept de gestion…se déplace de plus en plus du contrôle vers la prévision » (p. 166), que « comptabiliser les revenus devient tout aussi important qu’énumérer les biens fonds et les droits sur les tenures » (p. 168), que « du registre de perception au registre de compte il n’y a qu’un pas » (p.190).

9On sera tout autant d’accord avec les réflexions conclusives de Jean-Philippe Genet : en l’état actuel de la recherche et de la réflexion, « écrire est une chose, conserver l’écrit en est une autre » (p. 427). Le processus d’archivage et ses choix entretiennent apparemment longtemps un lien fort plus avec la construction et la défense des identités juridiques qu’avec les soucis triviaux des consolidations économiques, mais entre IXe et XIIIe siècle, du polyptique au censier puis au compte, les documents, enregistrent dans leur forme et leur fonction une mutation culturelle essentielle : l’importance grandissante du revenu par rapport à la propriété (p. 426-427). L’avènement des comptabilités sérielles et des juridictions comptables est proche : c’est chose faite au siècle suivant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrice Beck, « Xavier Hermand, Jean-François Nieus et Etienne Renard (Eds.), Décrire, inventorier, enregistrer entre Seine et Rhin au Moyen Âge. Formes, fonctions et usages des écrits de gestion (Actes du colloque international organisé à l’Université de Namur (FUNDP) les 8 et 9 mai 2008), Mémoires et documents de l’Ecole des Chartes n° 92, Paris, 2012, 460 p. », Comptabilités [En ligne], 6 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 19 août 2017. URL : http://comptabilites.revues.org/1542

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org