Navigation – Plan du site
Articles

Savoirs, techniques et pratiques comptables dans l’administration des Pays-Bas bourguignons, fin XIVe-début XVe siècle

Accounting knowledge, techniques and practices in the administration of the Burgundian administration, late fourteenth and early fifteenth Century
Saberes, técnicas y prácticas contables en la administración de los Países Bajos borgoñones, finales del siglo XIV-principios del siglo XV
Wissen, Technik und Rechnungspraxis in der Verwaltung der burgundischen Niederlande, Ende 14. - Anfang 15. Jahrhundert
Jean-Baptiste Santamaria

Résumés

La maîtrise des savoirs mathématiques au sein des administrations financières des principautés du bas Moyen Âge, longtemps minorée par rapport à la science des marchands, apparaît dans toute sa diversité dans le contrôle comptable exercé par les Chambres des comptes princières. Pratiquant avec dextérité l’art de « bien jeter », de compter avec des jetons sur un abaque, les officiers de la Chambre lilloise au service des ducs Valois de Bourgogne pour le sud des Pays-Bas, démontrent un excellent niveau dans la maîtrise des opérations les plus simples, manifestant une capacité à éviter les erreurs malgré des centaines d’opérations lors du contrôle d’un compte majeur, comme celui de la recette générale de Flandre. La vérification des calculs témoigne de leur rigueur, supérieure à celle des officiers dont ils assurent le contrôle. S’appuyant sur des traditions bien ancrées dans les Pays-Bas depuis le XIVe siècle et les usages importés de Bourgogne et Paris, leur action est en partie réglementée mais s’appuie avant tout sur un « stille » local, façonné par l’habitude ; leur travail embrasse également des opérations plus complexes facilitées par l’existence d’un manuel apportant des conseils sur l’art d’établir les moyennes pour des revenus variables ainsi que de nombreux tableaux offrant les résultats de multiples calculs difficiles à effectuer par le moyen de l’abaque, en particulier des divisions. Le calcul à l’abaque n’est pas une affaire d’ignorant ou d’analphabètes : l’usage de tableaux, le calcul des opérations complexes rendait nécessaire l’emploi de l’écrit, d’une manière différente de celle des algoristes. En outre, la longueur supposée des calculs complexes était largement réduite par une mutualisation des résultats, copiés et diffusés sous forme de tableau. L’expertise en faits de comptes était ainsi source de rémunération, une compétence spécifique quoiqu’assez artisanale qui permettait aux officiers de se distinguer et de faire reconnaître un savoir moins établi que le droit. Elle formait même une source de prestige, l’art de jeter se manifestant dans ces jetons précieux, qui affichaient une éthique comptable par leurs devises, faisant de la science du compte la source du salut, de la paix, de la justice, prenant modèle sur l’équité divine. Comme le proclamait un jeton de la Chambre lilloise au début du XVIe siècle : « Qui tient bon conte, paix lui reste ».

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Van Kuyk Johannes, « Jetons van de Nederlandsche Rekenkamers in het Koninklijk Penningkabinet », Ja (...)

1« Qui bien jettera, le compte trouvera »1.

2Cette devise figurant sur un jeton de la Chambre des comptes de Lille que nous conservons pour la fin du XVe siècle manifeste l’importance d’une éthique et d’un savoir comptables dans le milieu de l’administration financière des Pays-Bas.

  • 2 On ne reviendra pas sur les doutes exprimés par Lucien Febvre sur les compétences comptables des ge (...)
  • 3 Blockmans Wim, « Princes conquérants et bourgeois calculateurs. Le poids des réseaux urbains dans l (...)

3Dans le cas des Chambres des comptes, la place occupée par les mathématiques et le calcul dans l’activité des gens des comptes a souvent été minorée, de même que leur compétence, alors même que le nom de cette institution provenait de ce qui était le cœur de sa mission2. Dans la tenue de la comptabilité, néanmoins, les gens des comptes travaillaient avec les comptables eux-mêmes, qui rédigeaient l’essentiel des comptes, et partageaient leur culture professionnelle. Or c’est davantage la science des marchands, des agents privés qui a bien souvent été valorisée et considérée comme la plus en pointe, au point d’opposer « princes conquérants et bourgeois calculateurs »3. Mais que dire dans ce cas de ces bourgeois au service du prince et de sa puissance qu’étaient les gens des comptes ? Quelle place les mathématiques occupent-elles dans la culture administrative des gens des comptes ? En quoi leurs connaissances en matière de calcul contribuent-elles à faire des gens des comptes des instruments indispensables de la puissance princière ?

  • 4 Et ce bien avant le bas Moyen Âge : voir à ce sujet Howell Martha, Commerce before Capitalism in Eu (...)
  • 5 Non seulement en Flandre mais aussi en Artois, une fois de plus. Santamaria Jean-Baptiste, La Chamb (...)

4L’exemple de la Chambre des comptes de Lille, fondée en 1386 par le premier duc Valois de Bourgogne Philippe le Hardi, permet de mesurer, grâce aux archives conservées, le développement et l’institutionnalisation de ces savoirs techniques dans une pratique administrative installée en une terre où les finances et le commerce avaient atteint un très haut degré de sophistication4, et où la tradition administrative était elle-même solide5. Nous proposerons d’y répondre en partant des cadres institutionnels et matériels régissant (ou non) le travail du calcul, avant de mesurer concrètement les méthodes et les résultats des calculs, en partant des plus simples pour nous intéresser aux formes les plus complexes, en essayant de mesurer les erreurs éventuelles et ce qu’elles peuvent nous apprendre sur les méthodes et les objectifs du travail « en fait de comptes ». Pour ce faire, les comptes permettent de reconstituer une partie des calculs qui ont permis d’obtenir les sommes totales, calculs qu’il est possible de confronter aux techniques proposées aux gens des comptes dans un manuel à leur usage, afin de mieux appréhender la réalité d’une tâche qui constituait le quotidien de la Chambre, jusqu’à son plus haut sommet.

1 – Compter pour le prince : les cadres institutionnels et matériels

1.1 – Un cadre réglementaire peu contraignant, un travail conséquent

  • 6 Idem, « Conseiller le prince : le rôle de la Chambre des comptes de Lille dans les processus de déc (...)
  • 7 Idem, « “Expers et cognoissans en fait de comptes”. Conseil et expertise comptable dans les Pays-Ba (...)

5Les missions de la Chambre des comptes exigeaient presque toutes des calculs, essentiellement liés à des sommes comptables : bien entendu l’audition et le contrôle des comptes des officiers dans les territoires septentrionaux des ducs, mais aussi la surveillance des revenus tirés du domaine, des aides ou des monnaies, ou encore le conseil au prince6. En somme, comme le rappelaient parfois les lettres de commission un officier de la Chambre devait être « expert et cognoissant en fait de comptes »7.

  • 8 Instructions et lettres patentes du 15 février 1386. Archives départementales du Nord (désormais AD (...)
  • 9 Instruction non datée, sous Philippe le Bon, consécutive à une enquête menée par Jean Bonost à Lill (...)

6Mais paradoxalement, ni les ordonnances ni les instructions ducales n’évoquent ce domaine, qui relève d’un cadre technique laissé, il faut bien le dire, à l’appréciation des spécialistes, qui pratiquent une forme d’autocontrôle. On passera sur l’instruction de 1386, dite de fondation pour la Chambre, qui n’aborde pas le sujet et n’emploie même pas la qualification de Chambre des comptes8. Il faut attendre les années 1420 pour que des instructions précises soient promulguées, à la suite d’erreurs et d’errements comptables de grande ampleur9. Sur les 56 articles de ces instructions, seuls deux (n° 42 et 51) concernent directement la manière de compter par les gens des comptes, tandis que quatre autres traitent de la manière dont le comptable est responsable des parties qu’il porte en compte. Les quelques précisions de ces instructions sont cependant éloquentes, car elles sont l’expression directe d’une volonté de corriger les errements constatés dans les années 1420. L’article 42 exigeait ainsi « que, en la fin de chascun chapitre, tant en recepte comme en depense, soient gettées et illec assises les sommes de chascune monnoie, quant il y aura plusieurs monnoies, et, en la somme totale de la recepte, soient faiz les avaluemens de chascune monnoie ». Ce dernier point était également applicable en dépenses. Jean Bonost, officier venu de la Chambre des comptes de Dijon, avait en effet découvert de nombreuses fautes ; il reprochait aux gens des comptes lillois d’effectuer au fil du compte, à l’intérieur de chaque partie, les conversions depuis les livres tournois, livres parisis de France ou encore écus, ce qui avait occasionné des erreurs, en particulier au profit des maîtres qui avaient effectué une surévaluation de leurs gages :

  • 10 ADN, B 13, f° 24v.

« combien que pour mieulx et plus seurement et tost avoir faiz les avaluemens des monnoies tant en recepte comme en despense, l’en deust faire rendre les menues parties des chapitres a telle monnoie comme l’en a receu ou despense, et en la fin de chacun chapitre particulier l’en doit faire la somme de chacune monnoie, et samblablement en la somme totale de recepte et de despense, l’en doit faire somme de chacune monnoie, et faire deduction de chacune monnoie de la recepte contre la despense, car il y peut avoir en la recepte plusieurs d’icelles monnoies qui s’acquittent contre la despense, et apres la deduction faicte de la recepte contre la despense l’en peut plus tost tout a une fois avaluer les restes que doit le receveur, ou que l’en lui doit de chacune monnoie, que l’en n’auroit avalue chacune menue partie de la recepte et despense. Neantmoins es comptes des receeurs generaulx de Flandres et d’Artois ilz font en chacune des menues parties de recepte et despense son avaluement de la somme contenue en chacune menue partie revenans a monnoie du compte, qui est une trop longue occupacion et peine, que a faire ainsi que dessus est dit. Et si y a communement de menues faultes de deniers, de mailles de poitevines, ou de plus, en pluseurs sommes particulieres, contre monseigneur ou contre le receveur, dont le plus d’icelles faultes sont faictes par hastivité, ou autrement, qui n’est pas bien propre chose, car en la Chambre des comptes l’on doit faire tout au juste »10.

  • 11 « Item, que, se par aucun des maistres ou clercs, en faisant les corrections des comptes, ou autrem (...)
  • 12 Expression employée dans une minute de lettre adressée au chancelier par les gens des comptes datée (...)
  • 13 ADN, B 4098. C’est aussi le cas des comptes précédent et suivant : ADN, B 4097 et 4099.
  • 14 Article 45 de l’instruction en date du 5 octobre 1541, comportant 82 articles. ADN, B 1. Les articl (...)

7L’article 51 des instructions établies par Philippe le Bon prévoyait, en cas de découverte d’une « erreur de giet » par un membre de la Chambre, que le responsable fût consulté afin de reconnaître et de corriger son erreur11. Il était clair que les gens des comptes étaient en charge du calcul, mais la procédure restait en grande partie de leur initiative, ou du moins dans le respect du « grant stille de compte » adopté par la Chambre à l’instar du style de Parlement12. D’ailleurs, ce style était tellement ancré et idiosyncrasique à Lille que l’article 42, d’inspiration dijonnaise, ne fut jamais respecté : le compte tenu en 1440-1441 par Gautier Poulain, receveur général de Flandre-Artois ne comporte que des parties en livres de Flandre, les autres monnaies étant converties au fil du compte13. Encore en 1541, lorsque Charles Quint édicta un nouveau règlement qui reprenait la plupart des dispositions antérieures, et en particulier les articles 42 et 51 touchant au calcul, il dut rappeler la nécessité d’un décompte séparé des monnaies, qui n’était toujours pas appliqué14.

  • 15 Ainsi, une somme nulle mentionnée par « Neant » en recette avait été remplacée par les gens des com (...)

8On ne peut donc en rester à la réglementation. L’examen formel des comptes prouve néanmoins que le calcul était effectué à la Chambre. Tout simplement parce que chaque partie étant susceptible d’être rayée ou modifiée, noter les sommes de chapitres avant la reddition n’avait aucun sens pour le comptable : les rayures présentes au compte B 4098 comme en bien d’autres le prouvent15.

  • 16 ADN, B 4098, f° 78r, 91r, 94v.

9Les opérations de calcul étaient longues, et exigeaient des pauses, lors desquelles le vérificateur traçait une enseigne, flèche ou main, d’une mine plus légère que le reste des notes de vérification. On peut parfois trouver deux enseignes successives sur une même page, en un exemple où il s’agissait littéralement de compter des moutons, ceux qui étaient donnés aux léopards et lions que le duc détenait à Bruges, des fauves qui en engloutissaient ¼ par jour chacun16.

  • 17 On trouve de telles minutes parmi les lettres reçues et dépêchées de la Chambre, souvent au verso d (...)
  • 18 « Audit Robert de Bailleux lequel par l’ordonnance de mes diz seigneurs est alé de la ville d’Amien (...)

10Ce travail de calcul n’était pas forcément directement effectué au propre sur le compte lors de la clôture. En effet, on trouve quelques (trop) rares minutes de calculs, en particulier pour des conversions de monnaies, dans les archives internes de la Chambre, qui montrent un tel travail en amont de la rédaction des sommes sur le compte17. Lors de ces séances d’examen et de jet du compte, le comptable pouvait participer, en tant que spectateur. Ainsi, le receveur de toutes les finances Robert de Bailleux, en poste sous Jean sans Peur en 1411-1412, fait passer dans ses frais un séjour à Lille afin d’assister à la clôture de son compte « pour estre a jetter et concluire ledit compte, et a la cloison d’icellui ». C’était donc bien alors que l’on jetait, c’est-à-dire qu’on opérait le calcul de toutes les parties, si possible en présence du comptable18.

  • 19 Santamaria Jean-Baptiste, La Chambre des comptes…, op. cit., p. 548-550.
  • 20 Lettre non datée au chancelier Rolin, écrite à Lille le 16 juin. La mention du 1e compte de Gui Gui (...)

11Les membres de la Chambre devaient donc effectuer réellement les calculs relatifs à une masse de plus de 230 comptes à partir des années 1410, soit plusieurs milliers de folios19. Impossible d’empêcher que des erreurs ne s’y glissent. Et en effet, dans la documentation extra-comptable, on remarque que les maîtres reconnaissaient, en quelques rares occasions, pouvoir se tromper. Ainsi, Jean Bonost reconnut devant le chancelier Rolin qu’il s’était fourvoyé en deux comptes du receveur de toutes les finances Gui Guilbaut, « par erreur de giet » pour une somme très importante de 5 539 francs. Encore précisera-t-on qu’il avait lui-même décelé l’erreur après avoir « reveuz et recoléz lesdiz comptes par moy oiz » et l’avait aussitôt rectifiée, procédant ainsi « en regettant toutes les sommes des chapitres et les sommes totales de recepte et despenses »20. C’était en tout cas bien un travail solitaire, visiblement revérifié, et effectué par les plus hautes sommités qui s’y appliquaient avec sérieux, grâce au système de l’abaque.

1.2 – Moyens matériels

  • 21 Kerhervé Jean, L’état breton aux 14e et 15e siècles. Les Ducs, l’Argent et les Hommes, 2 tomes, Par (...)
  • 22 Rouyer Jules, Hucher Eugène, Histoire du jeton au Moyen Âge. Première partie, Paris, 1858, p. 1-15.
  • 23 Ces jetons ont une valeur de 10 s. parisis de Flandre, faible monnaie, en 1414-1415. Archives Munic (...)
  • 24 En Flandre et en Picardie, le terme de Lyfland renvoie à la Livonie. Il s’agit en fait de résineux (...)
  • 25 « A Hennekin Rabardu pour XVIII aunes de vert drapt a couvrir les comptoirs en ladicte chambre par (...)
  • 26 Drap vert d’Orchies à Lille, qui se retrouve à Vannes, Blois ou Paris à la fin du XVe siècle. Kerhe (...)
  • 27 « Item, pour une sierure et clef refaire et rassire a l’ui d’alez le Chambre de messeigneurs des co (...)
  • 28 Lettre du receveur de Cruibeke et des reliefs de Waes Clément Le Gheytre en octobre 1418, signalant (...)
  • 29 Van Beek, E.J.A., « Rekenpeningen », dans Margry, Peter-Jan, Van Heukelom, E.C., Linders, A.J.R. éd (...)
  • 30 Van Hende Édouard-Henri, « Notice sur Jean Wouters », Numismatique lilloise ou description des monn (...)
  • 31 Archives Nationales, AE II 634.

12La dimension matérielle du comptage est primordiale du fait des chiffres romains, qui interdisent les calculs sur papier rendus possibles par les chiffres arabes21. On utilise au Moyen Âge des jetons et un comptoir où sont tracées lignes permettant d’attribuer à chaque jeton une valeur, et des colonnes permettant de disposer plusieurs nombres. Le système de l’abaque est présent dans chaque activité ayant à manier de l’argent ou compter, villes, particuliers, mais aussi administrations au service des princes22. A l’échevinage de Lille, les comtes de la Hanse chargés de tenir la comptabilité municipale délivrent ainsi des jetons lors de l’audition de leur compte, jetons de faible valeur23. A la Chambre des comptes de Lille, deux grands comptoirs de bois d’Irlande, selon les termes du comptable, en réalité de Lyfland ou Liufland, c’est-à-dire de Livonie24 furent livrés et couverts dès mai 1386 de drap vert25, couleur que l’on retrouve dans la plupart des Chambres des comptes26. Ce comptoir servait à la fois à déposer les registres comptables et à compter, pouvant être fermés à clé27. Il symbolisait aux yeux des comptables l’autorité de la Chambre, au point qu’on appelait les épices de la Chambre « le droit du contoir »28. On peut penser que des abaques étaient gravés sur ces comptoirs. Par le livre de compte de Gillis vanden Hoecke en 1546, on sait qu’on gravait fréquemment 6 à 7 lignes horizontales29. Ces lignes correspondaient en général aux unités, dizaines, centaines, milliers, dizaines de milliers et centaines de milliers. Lorsqu’on utilisait les lignes pour y disposer des jetons, l’espace entre les lignes était utilisé pour des valeurs intermédiaires (5, 50 etc.). Verticalement, ces comptoirs pouvaient être divisés en colonnes servant aux deniers, sols et livres, permettant de compter ainsi tous les nombres30. Or certaines informations relatives aux chambres des comptes n’indiquent pas de telles gravures. La plus ancienne représentation d’un maître des comptes lillois devant son comptoir se trouve sur un jeton de Philippe le Beau que nous avons mentionné : les jetons y occupent toute la place et sont posés directement sur le drap, ce qu’on retrouve dans d’autres représentations parisiennes, en particulier dans une enluminure représentant les gens des comptes du roi au travail au début du XVIe siècle31.

  • 32 BNF, Français 29329, f° 45.

13Sur ces draps, on ne voit nulle part de lignes ni de bandes. C’est encore plus visible sur la représentation du jugement d’un compte sous Charles VII qui illustre le recueil d’ordonnances financières, où certains jetons semblent disposés pour marquer des lignes32.

14On utilisait donc visiblement des jetons particuliers appelés menteurs qui marquent l’emplacement par où passeraient les lignes sur la nappe.

  • 33 Sur ce point : Schärlig Alain, Compter avec des jetons. Tables à calculer et tables de comptes du M (...)
  • 34 Ibid., p. 91.

15On peut penser qu’il s’agit d’abaques à bandes, où les jetons sont placés entre deux lignes, dans la mesure où ce type d’abaque est utilisé pour les comptes en monnaie. Dans ce système, les bandes définissent une unité monétaire, denier, sou, livre33. Dans ce cas, et dans la mesure où aucune ligne n’apparaît il faudrait supposer que deux jetons servaient à délimiter chacune des bandes et des cases, et non plus seulement des lignes. Ce système appelé arbre de numération dans le cas des abaques à ligne était également utilisé pour l’abaque à bandes, donc les comptes de monnaies34. C’en est une preuve supplémentaire

  • 35 Dès 1337 on trouve trace de tels jetons pour le receveur du comte de Flandre, qui avait alors en ch (...)
  • 36 Archives Départementales du Pas-de-Calais (désormais ADPdC), A 701, f° 33r.
  • 37 Registre aux mémoires de la Chambre, en date du 24 février 1428. ADN, B 31, f° 43r.
  • 38 Sur lesquels se trouvaient les mentions suivantes : « JECTOIRS :D :COMPTES :D. :FLAND. » au droit, (...)
  • 39 En 1472-1474 le tailleur des coins de la monnaie de Flandre Jacques du Biez taille « les coings des (...)
  • 40 Inventaire effectué le 17 mars 1386. ADN, B 123, f° 10v.

16Quant aux jetons, ils étaient fournis en nombre par les maîtres des monnaies de Flandre : ainsi le maître de Gand fournit à la Chambre vers 1413, 299 « jettons d’argent » d’une valeur de 43 livres 9 sous, « delivrez en la Chambre des comptes a Lille pour jetter et besongner illec pour les affaires de monseigneur »35. On les trouve également qualifiés de « gettoirs », vers 1362 en Artois36, et encore en 1428, et distingués des « enseignes d’or et d’argent deuz aux gens des comptes »37. Ces jetons personnels formaient un revenu, dont on pourrait croire que les gens des comptes ne faisaient guère usage au quotidien. D’autant que des jetons de cuivre circulaient déjà sous Philippe le Hardi38 et encore sous Charles le Téméraire39. En effet, ces jetons pouvaient être laissés sur place et non thésaurisés. Les maîtres arrivés en 1386 découvrirent ainsi à Lille une bourse avec 158 « gettoirs d’argent de monseigneur et de [madame ?] de Flandres »40. On sait également qu’en certaines occasions les officiers de finance pouvaient compter avec ces jetons. Olivier de La Marche décrit ainsi le travail de Charles le Téméraire en sa Chambre des finances :

« Là vient le duc bien souvent, et ne se cloent nuls comptes sans luy ou sans son sceu. – Luy mesmes il sied au bout du bureau, jecte et calcule comme les autres, et n’y a différence entre eux, en iceluy exercice, sinon que le duc jete en ject d’or, et les autres de ject d’argent ». Cette scène éloquente montre bien l’usage aussi solennel que pratique de tels jetons précieux.

  • 41 BN, Fr. 29329, fol. 45 ; AN, AE II 634.
  • 42 C’est en particulier ainsi que beaucoup de maîtres lillois travaillaient, y compris chez eux. Santa (...)

17D’après l’iconographie, il semble que les jetons placés devant l’officier occupent toute la place, et, comme on le voit à Paris dans les représentations du XVe comme du XVIe siècle, qu’il y ait un officier en charge des écritures sur le compte (sommes), et au moins deux autres qui ne se chargent que des jetons, selon un système de vérification double41. C’est en tout cas ainsi qu’on devait effectuer les opérations lors d’un grand bureau, car tout indique que beaucoup de vérifications étaient solitaires42.

  • 43 158 conservés en 1386, 299 en 1413.
  • 44 ADPdC, A 701, f° 33r. Sur leur nombre, on sait qu’ils sont 3 en 1358 et en 1364. ADPDC, A 685 et 71 (...)
  • 45 Schärlig Alain, Compter avec des jetons…, op. cit., p. 100 et suivantes.
  • 46 1200 jetons de cuivre étaient fournis pour chaque officier des Chambres dans les Pays-Bas bourguign (...)

18Les jetons précieux étaient fréquemment livrés par lots de 150 à 300, dans les années 1350-142043. Cela peut paraître peu, quand on sait qu’en 1362 les gens des comptes d’Artois s’en firent livrer « XXC de jetoirs », alors qu’ils n’étaient que trois44. Or la manière de former un nombre, même complexe, n’exigeait pas nécessairement beaucoup de jetons, comme le montrent les reconstitutions d’Alain Schärlig45. 150 jetons étaient tout à fait utilisables, à condition de ne pas se les partager entre les maîtres, même pour de très grosses sommes. Certes, avec 300 jetons, il est difficile de desservir 5 officiers, soit l’ensemble des membres de la chambre au début du XVe siècle. Or, toujours d’après l’iconographie, il semble que les jetons placés devant l’officier occupent toute la place, et comme on le voit à Paris au XVIe siècle qu’il y ait un officier en charge des écritures sur le compte (sommes), et un autre qui ne se charge que des jetons. Deux officiers vérifiant de concert ont bien assez pour opérer. Les gens des comptes pouvaient donc bien compter avec leurs jetons d’argent ! Sans doute réservait-on les jetons précieux à quelques comptes prestigieux, davantage que pour la venue d’un prince, ce qui ne semble guère arriver à notre époque. Le nombre massif de jetons de cuivre émis pour les diverses chambres des comptes, jetons qui pouvaient se compter en milliers46, permettait en réalité un travail autonome des officiers, certes moins solennel mais plus rapide, au risque cependant de réduire la fiabilité. On voit donc coexister plusieurs pratiques du compte, l'une rituelle et normée, usant de jetons précieux, et une autre moins formelle et sans doute plus solitaire, quoique reconnue par l'usage qui prévoit assez de matériel pour le permettre.

2 – La comptabilité est avant tout une suite d’opérations de base menée par des experts

2.1 – La pesée d’un compte

  • 47 Santamaria Jean-Baptiste, La Chambre des comptes…, op. cit., p. 193.
  • 48 ADN, B 4098, f° 1r et 101v.

19Ayant constaté au cours de ma thèse l’absence ou la faiblesse des erreurs47, j’ai voulu opérer une vérification systématique sur un compte à la fois stratégique, long et complexe, sur une période postérieure à la crise des années 1420, pour voir si les méthodes de la Chambre en étaient sorties changées. Le compte retenu est celui de la recette générale de Flandre-Artois courant du 26 décembre 1440 au 31 décembre 1441, remis le 7 février 1443 et clos le 22 mai suivant à la Chambre48.

  • 49 Le 4 septembre par provision, le 25 à titre définitif. Dumolyn Jan, Staatsvorming en vorstelijke am (...)

20Il couvre 101 folios. Le receveur, Gautier Poulain, occupe la fonction de 1422 à 1432, puis de 1436 à 1446, date à laquelle il est nommé maître des comptes à Lille49. Il connaît son sujet.

  • 50 Première somme du compte de la recette générale de Flandre de 1440-1441 (rentes dites du Transport) (...)
  • 51 Clôture du compte de la recette générale de Flandre-Artois, 1440-1441 (ADN, B 4098, f° 101v). On re (...)

21L’examen des écritures permet de comprendre la manière dont a été effectué le décompte : les sommes de chaque partie, les sommes totales de recette et de dépense et la clôture sont réalisées d’une même main qui diffère de celle ayant rédigé le compte50. Celui qui a noté ces sommes se nomme en fin de compte, Vituli à savoir Gilles Le Veau, dont on retrouve l’écriture au fil des calculs, et dans une partie des notes marginales51.

  • 52 Prévost Danièle, Le personnel de la Chambre des comptes de Paris, 1320-1418, thèse microfilmée sous (...)
  • 53 ADN, B 4098, f° 76r-v.

22Or il s’agit d’un ancien maître des comptes du roi, présent à la Chambre de Paris de 1400 à 1436, date à laquelle le retour de Charles VII conduisit ce partisan de la cause bourguignonne à gagner d’autres cieux et à trouver refuge à Lille où Philippe le Bon le fit maître en 143852. Homme expérimenté, il percevait des gages très élevés, puisqu’il touchait 1 060 livres de Flandre de gage et pension, contre 400 pour ses collègues53, déjà fort bien rémunérés.

  • 54 107 931 l. 4 s. 6 d. 1 ob. 1/2 pitte en recette, 106 143 l. 17 s. en dépense.

23D’un point de vue mathématique, il ne semble pas voler son salaire. Il n’est d’ailleurs pas impossible que Gilles le Veau n’ait fait que noter et n’ait pas effectué les calculs. Quoi qu’il en soit, sur une série de 586 sommes,et pour un total montant à plus de 100 600 livres en recettes et dépenses54, tous les calculs sont absolument exacts, que l’on regarde le détail de chaque chapitre ou les sommes totales, et ce pour une précision allant jusqu’à ½ pitte, soit 1/1920 de livre et donc 1/ 200 000 000e de sa recette ! Un tel calcul qui prend 1 jour et demi pour un historien certes peu entraîné mais bien équipé, constitue avec des jetons un tour de force dont il faut souligner le mérite, et qui semble confirmer l’idée qu’un autre officier effectue un contre-calcul.

2.2 – Dans le détail des parties

  • 55 Ainsi des rentes dites du Transport de Flandre : « Des habitants de la ville de Bruges pour ledit t (...)
  • 56 « De Jehan de Leyackere receveur heritier des briefz d’Artrike pour son rest de la dite Renenghe mi (...)
  • 57 Certaines rentes ne sont pas acquittées entièrement, mais déduction faite des charges, ce qui donne (...)
  • 58 « Des Lombars demourant et tenans table a Malines ausquelz monseigneur a ottroyé de faire ledit fai (...)
  • 59 « De [Boudouin d’Oignies, escuier, gouverneur de Lille] pour la moitié des explois dudit office ren (...)
  • 60 « Desdiz du Dam ausquelz monseigneur par ses lettres patentes et pour les causes et consideracions (...)
  • 61 ADN, B 4098, f° 17-21.

24Par ailleurs, ces calculs simples mais nombreux ne s’arrêtent pas à l’addition des parties. À l’intérieur de chaque partie, des opérations pouvaient et devaient être vérifiées pour s’assurer que le montant, indiqué par le comptable en l’occurrence, fût exact. Certes, l’essentiel des parties est formé, en particulier en recette, de montants fixes de rente55, de restes d’autres comptes, de paiements uniques56, n’exigeant ni opération, ni aucune conversion d’une monnaie dans une autre. Mais bien souvent, le texte de la partie révèle que la formation du montant indiquée dans la colonne des nombres, à droite du texte, relevait d’un calcul : on trouve de nombreuses soustractions simples57, d’additions de 2 ou 3 termes58. Les divisions par 259 ou par 4 étaient également récurrentes, notamment pour les assises des villes, qui étaient souvent partagées au quart pour le prince, au trois-quarts pour la ville, comme pour la ville du Dam60. Elles étaient aisées avec le système de l’abaque. Autre opération fréquente mais légèrement plus complexe, la conversion entre livre de gros et livre parisis de Flandre, qui consiste à multiplier par 12 des montants d’ailleurs très récurrents (5, 6, 10, 20, 24 ou 100 livres de gros). Dans ces cas, la partie ne mentionne même pas les étapes du calcul et le taux de conversion, connu par cœur. On devine à la rédaction ainsi abrégée que de telles opérations répétées des centaines de fois par an par des officiers en postes sur plusieurs décennies se faisaient de tête61. Cet aspect, difficilement perceptible, était très certainement fondamental dans le travail quotidien des officiers.

  • 62 Ce qui fut reproché au maître Roland Du Bois, certes habile mais « habile a mal faire » selon le ju (...)
  • 63 A l’instar d’un maître des comptes renvoyé après onze mois pour son incompétence sous Philippe le H (...)

25L’abaque était un système visiblement performant dans ces calculs, d’autant que les monnaies n’étaient pas décimales, de sorte que les chiffres arabes n’étaient pas forcément les mieux adaptés pour pour passer de la livre au sou et au denier, ce qui exigeait de multiplier respectivement par 20 et par 12. Bien entendu, d’autres sources indiquent que des erreurs existaient. De véritables piliers de Chambre des comptes comme le Dijonnais Jean Bonost, reconnaissent des « erreurs de giets ». Il semble cependant que les cas les plus flagrants pour des opérations simples soient des erreurs volontaires, faisant partie d’entreprise de prévarication puisqu’elles étaient souvent en défaveur du prince, et dont plusieurs maîtres se rendirent coupables62. Sauf cas, assez rare, d’incompétence63, c’était davantage la trop grande habileté des gens des comptes que leur étourderie qui pouvait inquiéter le pouvoir ducal. Mais la complexification de l’administration impliquait des calculs toujours plus délicats, et parfois moins adaptés à l’abaque. Pourtant, là encore, le calcul reste solide.

3 – La maîtrise des opérations complexes : la supériorité relative de la Chambre

  • 64 Van Beek, E. J. A., “Rekenpeningen”, op. cit.
  • 65 Santamaria Jean-Baptiste, « “Expers et cognoissans en fait de comptes”… », op. cit.

26La formation à l’abaque était le plus souvent pratique, les traités d’arithmétiques étant peu nombreux à circuler64. D’ailleurs, si les gens des comptes étaient qualifiés d’experts en fait de comptes, c’était à la suite d’une longue expérience, passée à « hanter la Chambre » ou à servir dans les offices de finances les plus variés : le fait d’être maître des comptes consacrait une maîtrise assez similaire à celle accordée dans le cadre des métiers artisanaux, bien plus qu’une distinction calquée sur un monde universitaire assez étranger au milieu comptable65. Cette approche ne leur interdisait cependant pas de dépasser la simple connaissance d’opérations routinières ou basiques.

3.1 – Les cas complexes dans la comptabilité : le témoignage de la pratique

  • 66 « Audit Jehan Winke et IIII autres maistres couvreur de tieulles assavoir Loy Buscop, Jehan Callewa (...)

27Si l’essentiel des cas relevait d’additions ou de soustractions de quelques nombres, et pouvait parfois être traité de tête, certaines parties formaient en elles-mêmes un véritable compte. On en mesure la difficulté pour les gens des comptes au fait qu’ils inscrivaient des sous-totaux au fil même d’une telle partie. Ainsi, pour les travaux menés au palais ducal de Bruges, en 1441, le décompte des frais de maçonnerie, charpentage, couverture et autres, comporte 74 dépenses, 6 sommes intermédiaires, sur 9 pages. La Chambre les vérifiait-elle ? En 1441 le décompte du comptable n’a pas donné lieu à rectification, aussi on ne peut pas savoir s’il a été vérifié. Mais si on reprend les travaux effectués dans ce même hôtel 30 ans plus tôt, on observe que les erreurs de calcul du comptable furent bel et bien décelées à l’intérieur d’une partie par la Chambre, notamment dans le décompte des salaires des couvreurs66. Le total de la partie tel qu’il avait été rédigé par le receveur ou son clerc fut rayé et rectifié, preuve d’une véritable vérification.

  • 67 « A Guillaume de Fontaines pallerfrenier et concierge de l’ostel de monseigneur a Lille auquel mond (...)

28Plus délicat était le calcul du paiement d’une somme journalière sur un certain nombre de jours, à l’instar des gages de 6 gros par jour au concierge et palefrenier ducal à Lille pour 517 jours en 1441-1442, qui donna lieu à une multiplication, au résultat d’ailleurs correct67.

  • 68 ADN, B 4098, f° 92r.

29Même lorsqu’on combinait conversions de monnaies et divisions simples, aucune erreur n’est détectable. Le paiement des robes des gens des comptes pour 660 l. était le résultat d’une opération complexe, car les tarifs étaient fixés en francs (à 32 gros la livre), et différents pour les 5 maîtres, les 3 auditeurs et le clerc. Le calcul peut se décomposer ainsi pour atteindre la somme en livres : (30+40x3+50x5)x32/2068.

  • 69 Ibid., f° 71v.
  • 70 Pour Omer le Sac, Guillaume le Zadelare, payés à l’année ordinairement. Encore que la différence n’ (...)

30Le travail était-il donc parfait ? On trouve des inexactitudes, en cherchant bien. Ainsi, dans le compte B 4098, l’officier comptable évalue pour un paiement à une certaine Jeanne Humeyde la somme due sur 88 jours pour une rente annuelle de 120 l. parisis à 28 l. 18 s. 10 d. 1 ob.69. Or la somme vraiment due était de 28 l. 18 s. 7 d. 1 ob. et 0,0614 d. Une différence mineure (à peine plus de 3 deniers, soit 0,04 % de la somme), mais qui montre une erreur. On retrouve d’autres arrondis pour des paiements similaires70. Comment comprendre l’exactitude de certains calculs et l’approximation d’autres ? Les documents de la pratique ne l’indiquent pas précisément. C’est une autre source qui nous éclaire sur les modalités des calculs complexes, à savoir un manuel conservé à la Chambre.

3.2 – L’apport du manuel de la Chambre des comptes

  • 71 AGR CC 1324. 89 folios pour la partie médiévale, à laquelle s’ajoutent 25 folios dans plusieurs écr (...)

31Rédigé sous Philippe le Bon, le manuel conservé à Bruxelles sous la cote CC 1324 constitue un document majeur pour comprendre la transmission de la culture administrative au sein de l’État bourguignon, en particulier en matière de finances. Sans date ni titre, rédigé dans une écriture soignée mêlant encres rouges et noires, ce qui est exceptionnel dans les archives comptables, il fut rédigé peu après le 4 février 1423, date du dernier relevé concernant la valeur du mac d’argent71. Il comportait un calendrier des Saints, une histoire du calcul du comput depuis Romulus, des réflexions sur l’année, les mois et semaines, saisons, année solaire et lunaire, ainsi que l’ordre du monde et divers phénomènes naturels. Suivaient les serments prêtés par les divers officiers devant la Chambre des comptes, le calcul de la date de Pâques et diverses considérations relatives au comput voire à la cosmologie. Venait ensuite une importante section comportant toute une série de tableaux facilitant le travail de calculs pour le type d’opérations complexes, fort utiles au travail comptable. Après quoi se succédaient des indications chiffrées sur le calcul de Pâques, une carte représentant l’ordre du monde, des données comptables pour évaluer les revenus de justice et les rentes, les salaires ouvriers, des instructions sur les eaux et forêts des terres de Champagne, le prix des marcs d’or et d’argent, enfin des ajouts du XVIe au XVIIIe réactualisant les serments.

  • 72 Archives générales du royaume –Bruxelles, CC1324, f° 23r
  • 73 Sous Charles le Téméraire, l’état des recettes disponible monte aux environs de 706 000 livres de F (...)

32Le premier tableau, au folio 23, est une table de divisions par 365, permettant de calculer le montant d’une rente annuelle par jour pour chaque nombre de 1 à 9, y compris 1.5, 2.5 et 3.5, puis pour les dizaines (20, 30, 40, 50, 60, 80), et pour chaque centaine, chaque millier jusque 20 000 et dizaine de milliers sauf 70 000 et 90 000, et chaque centaine de milliers jusqu’à « I million »72. Ce dernier chiffre semble la valeur la plus haute envisagée comme un revenu annuel, ce qui reste d’ailleurs au-delà des réalités du « budget » bourguignon73. Ce système indique également comment l’on procédait pour un nombre complexe ; on comprend en effet que pour calculer la valeur journalière d’un revenu annuel de 72 346 livres, il suffisait d’additionner la valeur journalière d’un revenu annuel de 60 000, 12 000, 300, 40 et 6. Opération rapide sur un comptoir. La précision du résultat va jusqu’aux fractions type 1/16e de pitte, soit une précision de 1/15360e de livre, mais la plupart du temps s’arrête au 1/8e de pitte, soit 0,0132 % de livre. On combine ces fractions pour en obtenir d’autres (ob. poitt. III quars VIIIe et XVIe se lit ainsi 1 obole et 1,9375 pitte). Les mentions et ultra ou paulominor indiquent si le nombre peut être majoré ou minoré.

  • 74 La division par calculatrice de 1 000 000 l. par 365 donne 657 534,246575 d. par jour. Le livre don (...)
  • 75 La division par calculatrice de 10 000 l. par 365 donne 27,39726027 l. par jour, soit 6 575,3424 d. (...)

33On peut refaire ces calculs et mesurer des erreurs, ou plutôt des arrondis : pour 1 000 000 de livres, on obtient un écart de 28 d. par jour, soit 42 l. 11 s. 8 d. par an74. Pour 10 000 l. par an, on obtient un écart de 0,0924 d. par jour, soit seulement 33 d. par an (0,0013 % d’erreur)75. La division de 3 000 l. par 365 donne un résultat selon le manuel de 8 l. 4 s. 4 d. ob. et ¼ de poit., paulo minore, soit 1 972 d. et 0,562 d. La calculatrice donne 1972 d. 0,6 d. L’écart de 0,038 d. aurait pu être quasiment annulé en ajoutant 1/8e de pitte, soit 0,03125 d. Ce qui entraîne un écart de 11 d. sur un an, près d’un sou, soit 4,5 % de livre, ou encore 0,0015 % de la somme totale. Sur de petites sommes, comme celle de 20 l. par an, on obtient une différence de 5,83 d. par an, soit le même écart d’ailleurs. Aurait-on pu faire mieux ? Certainement, en notant 13 d. ½ pitte et 1/8e de pitte au lieu de 13 d. et 2/3 de pitte : on réduit alors l’erreur annuelle à 0,0054 d. par jour et 2 deniers par an.

34Les écarts correspondent le plus souvent pour les petites sommes à un « oubli » de 1/16e de pitte, pour les plus gros chiffres à 1/8e de pitte, ce qui circonscrit sur une année l’erreur à quelques deniers, voire quelques sous pour des sommes à 4 ou 5 chiffres. Ces tables ne sont pas parfaites, mais sont parfaitement utilisables, même si elles se contentent souvent d’une approximation. Surtout, le taux d’erreur est relativement stable (autour de 0,0012 %), preuve que l’imprécision est adaptée à l’ampleur de la somme. On voit donc que les gens des comptes ont rechigné à un trop haut degré de précision qui complique les calculs.

35On peut confronter cette imprécision aux calculs effectués dans les comptes. Or la marge d’erreur du compte de la recette générale de Flandre en 1440-1441 que l’on a notée plus haut au sujet de la rente de Jeanne Humeyde fait penser à celle du manuel de la Chambre, ce qui indique que le comptable a procédé de manière similaire dans son calcul. Des tables voisines devaient donc circuler chez les comptables. Mais si le comptable avait utilisé le manuel on aurait obtenu un résultat un peu plus précis : alors que le comptable avait noté, pour 88 jours de rente d’une valeur de 120 livres annuelles, un paiement de 28 l. 18 s. 10 d. 1 ob., le montant aurait dû être au prorata de 28 l. 18 s. 7 d. 1 ob. et 0,0614 d. (environ 1/16e de denier). L’erreur était donc de 2 deniers et 15/16e de denier. En suivant les règles de la Chambre, on serait arrivé 28 l. 18 s. 8 d. 1 ob. 2/3 de pitte (ou 2/12e de denier) ; soit une erreur d’un denier et 10/12e de denier. Cela veut donc dire que la Chambre utilisait des tables légèrement plus précises. Mais cela signifie aussi que les gens des comptes, dans la mesure où ils n'avaient pas corrigé le calcul mais l’avaient validé : ils n’ont donc soit pas effectué eux-mêmes le calcul, soit ont constaté le ridicule de la différence (à peine plus d’un denier) …

36Le second tableau concerne le calcul inverse, et est donc destiné à faciliter les multiplications par 365. La précision est cette fois-ci totale sur les 70 calculs. Les parties montent jusqu’à 10000 l. par jour, soit 3 650 000 l. par an, ce qui s’explique par le fait que l’on pouvait concevoir une telle dépense journalière (même si elle n’était soutenable par aucun prince sur un an !).

Fig. 1 : Quelques exemples tirés du tableau du manuel de la Chambre des comptes permettant de calculer la valeur annuelle (sur 365 jours) d’une rente journalière (AGR CC 1324, f° 24-25).

Valeur journalière d’une rente

Valeur annuelle notée dans le manuel de la Chambre

Valeur annuelle réelle

I poitevine

VII s. VII d. poit

7 s. 7 d. 1 pitte

I ob.

XV s. II d. ob.

15 s. 2 d. 1 ob.

I d.

XXX s. V d.

30 s. 5 d.

IX d.

XIII l. XIII s. IX d.

13 l. 13 s. 9 d.

XVII s.

IIIC X l. V s.

310 l. 5 s.

IIIIXX l.

XXIXMIIC l.

29200 l.

IXC l.

IIIC XXVIIIM VC l.

382500 l.

37Un autre tableau (Fig. 10) permettait d’opérer diverses divisions. Sur trois colonnes une unité donnée est comptée par millier, par centaine, et par vingt-cinq (un quarteron), ce qui permet donc de multiplier et de diviser par 25, 100 et 1000, mais aussi par 4 et 40.

Fig. 2 : Début du tableau permettant de multiplier et diviser par 4, 25, 40, 100 et 1 000 (AGR CC 1324, f° 25-30).

Millier porté au tableau

Millier recalculé à partir de la valeur des centaines

Valeur de base

Valeur de base recalculée à partir de la valeur des centaines

Centaine

Quarteron

Quarteron recalculé

XII s. VI d.

12 s. 6 d.

Demie poit et Xe de poit.

0,15 d. (idem)

XV d.

III d. ob. Poit.

3 d. 1 ob. 1 poit.

XXV s.

25 s.

I poit. I Ve poit.

0,3 d.

II s. VI d.

VII d. ob

7 d. 1 ob.

L s.

50 s.

I ob. I Ve d’ob.

0,6 d.

V s.

XV d.

15 d.

LXXV s.

75 s.

I ob. III Ve d’ob.

0,9 d.

VII s. VI d.

XXII d. ob.

22 d. 1 ob.

C s.

100 s.

1 d. I Ve de denier

1,2 d.

X s.

VI l. V s.

6 l. 5 s.

I d. I ob.

1 d. 1 ob.

XII s. VI d.

III s. I d. ob.

3 s. 1 d. 1 ob.

VII l. X s.

7 l. 10 s.

I d. ob. Poit. Et Ve de poit.

1 d. 1 ob. 1,2 pitte

XV s.

III s. IX d.

3 s. 9 d.

VIII l. XV s.

8 l. 15 s.

II d. Xe de denier

2,1 d

XVII s. VI d.

IV s. IIII d. ob

4 s. 4 d. ob.

X l.

10 l.

II d. et II Ve de deniers

2,4 d.

XX s.

5 s.

5 s.

XI l. V s.

11 l. 5 s.

II d. et ob. et II Ve de ob.

2,7 d.

XXII s. VI d.

V s. VII d. ob.

5 s. 7 d. 1 ob.

38Ce tableau comporte 127 lignes. On en indique les 10 premières, mais la suite est tout aussi rigoureusement exacte. Ainsi pour une unité de 4 s. 6 d. ob. et 1/5e d’ob. correspondant à 227 l. 10 s. par an, les calculs demeurent justes. Au total cela devait rendre de nombreux services, permettant de retrouver des multiplications nombreuses (5 par lignes, soit 635), et autant de divisions qui pourraient s’avérer délicates (du type 17 l. 10 s. divisés par 25). Ce tableau montre à quel point les manieurs de jetons préféraient les additions, dont la répétition n’était cependant pas nécessaire une fois les résultats notés.

39Pour comprendre comment ce tableau est construit, on peut observer dans la colonne des centaines que pour chaque ligne on ajoute 1, 25 puis 2,5 s. de ligne en ligne, et en proportion dans les autres colonnes. C’est donc cette colonne qui semble guider la progression. L’opération est répétée 125 fois (avec de plus grands écarts passés 10 livres). On couvre ainsi toutes les valeurs possibles d’unité depuis la « demi-pitte Xe » jusqu’à 5 sous, valeurs que l’on peut ensuite multiplier ou diviser par 4, 25, 40, 100, 1 000 etc. Ainsi le tableau n’est qu’une suite d’additions et donne un résultat parfaitement exact pour des centaines de divisions possibles.

  • 76 Ibid., f° 31.

40Un dernier tableau permettait de diviser 100 par tous les nombres compris entre 1 et 30, puis de diviser encore le résultat par 276. Cela permettait d’effectuer tout type de divisions en multipliant le résultat ainsi donné : pour diviser 73 par 27, on prenait 100 divisé par 27, dont le tableau donnait la réponse, et on multipliait le résultat par 70 et par 3, et on additionnait les deux multiples. Le tableau se veut absolument exact, et il l’est lorsqu’on le vérifie, grâce à l’emploi imaginatif des fractions. Ainsi trouve-t-on des 1/9, 1/11, qui permettent de résoudre les divisions par 9 et 11, lesquels peuvent ensuite être multipliés par ce qu’on veut, l’arrondi se faisant en fin de calcul. De même, pour diviser 1/11 par 2, on passe du denier à l’obole, de l’obole à la pitte. Rien de plus simple.

41Tous les cas mentionnés plus haut pouvaient ainsi être traités en recourant à ce type de tableaux. le tout était de réduire au maximum le recours aux divisions, voire aux multiplications complexes. On peut d’ailleurs supposer que ces tableaux étaient communiqués avec les enseignements et livres légués aux comptables ayant prêté serment (d’ailleurs le manuel comportait ces serments).

3.3 – Calculs complexes effectués en dehors de la comptabilité

42Reste à voir les cas, mentionnés par le manuel comme la pratique, d’usages des compétences mathématiques de la Chambre hors comptabilité : ses talents étaient en effet utilisés par le prince pour des cas touchant à la proportionnalité, ou encore aux moyennes arithmétiques, qui dépassaient la simple compétence élémentaire.

  • 77 Ce qui exigeait, bien entendu, de posséder les comptes de la ville. C’est ainsi que l’on dut procéd (...)

43Toute forme de rapport proportionnel, de division, recourait à deux méthodes. Principalement, on utilisait des fractions simples (1/31/4,1/8, avec un numérateur susceptible d’être multiplié), certaines désignaient même un type de revenu : le 7e denier est la part du prince sur les revenus de Bruges par lettre ducale du 24 mai 140777, à l’instar du fameux Quart et demi obtenu par Venise dans l’empire byzantin. L’autre désignation reposait sur l’analogie avec les monnaies, qui permettait de désigner des rapports de 1 à 20 (livre/sou) ou 1 à 12 (sou/denier). Ce sont ces rapports qui apparaissent et dans le manuel et dans les comptes pour désigner des proportions inférieures à 1.

  • 78 L’écoutète de Bruges Pierre Gherbode, le seigneur de Matringhem (décédé au 27 juillet 1412) et Jean (...)

44Mais dès qu’il s’agissait de répartir une somme proportionnellement, c’est-à-dire d’attribuer ou de demander à chacun en fonction de la justice, en somme, on devait mobiliser le sens de la justice et l’équité du prince pour des questions d’argent : dès lors, toute procédure était complexe et litigieuse. Ce fut par exemple le cas pour la répartition des biens confisqués aux Anglais en réparation de prises sur les Flamands, pour lesquels trois commissaires avaient été spécifiquement appointés78.

  • 79 Zoete Antoine, De beden in het graafschap Vlaanderen onder de hertogen Jan zonder Vrees en Filips d (...)
  • 80 Minute de lettre des gens des comptes à Montfrand d’Essines datée du 27 février 1414 au sujet de la (...)

45Plus encore, c’est dans le cadre de la fiscalité extraordinaire que se posait avec le plus d’acuité la question d’une bonne méthode non seulement pour établir les proportions autant que pour répartir les sommes dues. En Flandre, l’aide était accordée par les représentants des grandes villes sous la forme des États et surtout des Quatre Membres, puis répartie selon des taux âprement discutés entre les châtellenies et à l’intérieur des châtellenies. Tout était affaire de proportion dans ce complexe partage d’un gâteau peu prisé des contribuables. On s’en référait jusqu’en septembre 1408 au tarif défini après 1312 pour le paiement dit du Transport de Flandre79. Après quoi on opéra une révision pour mieux adapter la répartition aux ressources de chaque territoire, lesquelles avaient changé en un siècle. L’ensemble de la répartition est qualifiée d’« assiette ». Les termes de « porcion », de « taux », de « part et porcion » sont alors employés pour la part de chacun80. La désignation mathématique se fait grâce aux monnaies. On compte non pas à partir de la valeur de chaque aide (qui varie selon les résultats des négociations entre le prince et les villes), mais sur une base 100, fictivement désignée comme 100 livres. Ainsi la part du pays de Waes est de 2 l. 13 s. 5 d.

  • 81 Lettre des gens des comptes à Lille datée du 13 juin 1415 (minute adressée aux gens du Conseil à Ga (...)

« ledit terrouer de Waise avec les appartenances et appendances Beure Calo Verrebrouc et Kieldrecht comprins ens fu tauxez par ledit taux d’Oudembourch en regard aux dechiez d’iceulx et yceulx deduis et rabatus, tout a une somme a paier de 100 livres la somme de 2 livres et 13 sous 5 deniers la par le transport a les sommer tout ensemble ilz payerent 6 sous 4 deniers plus dont par ledit taux ilz furent d’autant diminuez a paier »81.

  • 82 « Et avec ce avons trouvé que en l’ayde ottroyé a feu monseigneur le conte Loys de Flandres, de la (...)

46Les gens des comptes étaient ensuite bien entendu capables de comparer cette part à celle qui était payée auparavant, sur des aides au montant bien différent et dans diverses monnaies, ce qui ne changeait rien à l’affaire. Ils manifestaient là une supériorité claire sur bon nombre d’officiers princiers et peut-être de sujets (pas forcément de bonne foi), et purent ainsi démontrer non seulement que ce taux avait diminué, ce que les habitants de Waes semblaient discuter, et prouvèrent également en comparant les aides courant entre 1375 et 1397 que les habitants de Beveren avaient bien contribué avec ceux du pays de Waes en certaines années mais pas pour d’autres, d’après la variation de la part du pays dans l’ensemble de l’aide de Flandre82. Sur de tels calculs, les gens des comptes semblaient visiblement plus précis que les gens du Conseil qui les interrogeaient, et en tout cas capables de répondre aux réclamations des sujets flamands, dans des calculs qui demeuraient cependant confus pour beaucoup.

  • 83 « En prisiée de terre de rentes muables qui montent et baissent on prend la Xe partie de ce qu’elle (...)
  • 84 En 1406, on lissa ainsi les revenus de 12 ans de la seigneurie d’Hondschoote de 1391 à 1402, à la d (...)

47Enfin, dernière preuve du fait que les gens des comptes avaient diversifié leurs compétences mathématiques, dans un cadre pratique, ils étaient capables de réaliser des moyennes arithmétiques, pour déterminer la valeur d’un bien ou d’un droit dont les revenus étaient variables. Le manuel de la Chambre donne ainsi la méthode pour évaluer la valeur d’un revenu instable, une terre, des revenus casuels comme ceux d’une justice, enfin les rentes grevées par des paiements variables83. La Chambre précisait simplement de prendre « la Xe partie de ce qu’elles ont valu en X ans », ou II s. la livre par an sur 10 ans, ce qui revenait au même. Ce qui semble une évidence pour nous, à savoir le fait de prendre en compte bonnes et mauvaises années, faisait partie de ce qu’un nouveau membre de la Chambre était censé apprendre, et n’était donc pas forcément si clair pour les autres. Cette méthode n’était d’ailleurs pas une règle d’or, mais un conseil issu de l’expérience : on constate dans les faits que les gens des comptes étaient capables d’opérer des moyennes sur 12 ans, quitte à dépouiller 36 comptes pour y parvenir84.

Conclusion

48Assurément, l’exercice du calcul tel que le pratiquaient les gens des comptes n’était pas des plus complexes. Mais il faut aussi reconnaître que l’approximation n’est pas de mise à la Chambre, sauf si elle est voulue et assumée pour accélérer le calcul, dans une perspective pratique. Le recours aux fractions jusque pour des valeurs infimes combiné à l’usage de tableaux ayant exigé des journées entières de travail permettait d’obtenir une précision redoutable. Ce bon niveau semble partagé par les plus hauts officiers comptables : ainsi Gautier Poulain rendit-il aux yeux de la Chambre un compte parfait, et parfaitement vérifié, si on s’en réfère au style de la Chambre, sans pour autant respecter le règlement édifié par le prince. D’ailleurs l’officier devait être intégré à la Chambre en 1446.

49Par ailleurs, le calcul à l’abaque n’est pas une affaire d’ignorant ni d’analphabètes : l’usage de tableaux, le recours à des brouillons montrent que l'on recourait bien à l'écrit pour compter, quoique différemment des algoristes. En outre, la longueur supposée des calculs complexes était largement réduite par une mutualisation des résultats, copiés et diffusés sous forme de tableau. Si l’on s’en réfère aux besoins de l’État, le taux de perte était infime (quelques deniers sur des centaines de milliers de livres), et étant donné les gages (et donc le coût horaire) des gens des comptes, en charge de ces opérations, il n’aurait tout simplement pas été rentable d’aller plus loin dans la précision. Le temps d’un maître comme Gilles le Veaux était ainsi précieux : 1 000 livres par an, soit 4 par jour ouvré au moins, soit environ 100 deniers de l’heure… et donc près de 2 deniers la minute ! Un maître ordinaire coûtait encore 1 denier, moitié moins pour un clerc. Dans la mesure où la phase de calcul des sommes pouvait aisément absorber un officier en charge de noter les chiffres et de deux autres effectuant en parallèle le « jet du compte », on atteignait aisément les 3 deniers à la minute, soit ¾ de livre de l’heure…

  • 85 Jeton de 1505 Au droit : « JET. JET.POUR.LA.CHABRE.DES.CONT'« . Au revers : « Q.TIENT.BON.CONTE.PAI (...)

50Source de rémunération, compétence spécifique quoiqu’assez artisanale et qui permettait aux officiers de se distinguer et de faire reconnaître un savoir moins établi que le droit, la science comptable n’était pas qu’une affaire technique. élément de prestige, l’art de jeter se manifestait dans ces jetons précieux, qui affichaient une éthique comptable par leurs devises, faisant de la science du compte la source du salut, de la paix, de la justice, prenant modèle sur l’équité divine. Comme le proclamait un jeton de la Chambre lilloise au début du XVIe siècle : « Qui tient bon conte, paix lui reste »85.

Haut de page

Notes

1 Van Kuyk Johannes, « Jetons van de Nederlandsche Rekenkamers in het Koninklijk Penningkabinet », Jaaorboek voor Munt- en Penningkunde, 36, 1949, p. 1-34 et 111-147. On trouve des mentions de cette devise sur des jetons de la chambre des comptes de Lille sous Marie de Bourgogne. Van Hende Édouard-Henri, Numismatique lilloise ou description des monnaies, médailles, jetons, méreaux de Lille, Lille, 1858, p. 123. On trouve la devise sur un jeton pour le comte Charles de Charolais, soit avant 1467. Rouyer Jules, « Notes sur des jetons du Moyen Âge relatifs aux Pays-Bas », Revue belge de numismatique, 1876, p. 376-402, 394. Elle est également présente sur des jetons pour la Chambre des comptes du duc, à l’époque de Philippe le Bon ou Charles le Téméraire. C’est le jeton ici présenté, qui reprend le type des doubles gros d’argent ou vierlanders frappés sous ces princes. Rouyer Jules, Hucher Eugène, Histoire du jeton au Moyen Âge, première partie, Paris, 1858, p. 137-138.

2 On ne reviendra pas sur les doutes exprimés par Lucien Febvre sur les compétences comptables des gens des comptes dans une virulente critique contre les travaux d’Henri Jassemin relatifs à la Chambre des comptes de Paris. Nombre de contributions offertes lors de ces rencontres en ont démontré l’inconsistance, même si la précision que nous mettons en lumière à Lille n’est pas toujours atteinte ailleurs : Febvre Lucien, « Comptabilité et chambre des comptes », Annales d’Histoire Economique et Sociale, n° 26, 1934 (2), p. 148-154.

3 Blockmans Wim, « Princes conquérants et bourgeois calculateurs. Le poids des réseaux urbains dans la formation des États », dans Bulst Neithard et Genet Jean-Philippe éd., La ville, la bourgeoisie et la genèse de l’État moderne (XIIe- XVIIIe siècles). Actes du colloque de Bielefeld (29 novembre- 1er décembre 1985), Paris, 1988, p. 167-181.

4 Et ce bien avant le bas Moyen Âge : voir à ce sujet Howell Martha, Commerce before Capitalism in Europe, 1300-1600, Cambridge, 2010. Les recherches actuelles de Martha Howell sur les réseaux de crédit et la culture du crédit, notamment à Ypres, en montrent la complexité. On renverra également à l’étude plus ancienne de Guillaume des Marez, La lettre de foire à Ypres au XIIIe siècle, contribution à l’étude des papiers de crédit, Bruxelles, 1901. Les études artésiennes ne sont certes pas aussi fouillées, mais la place de la banque arrageoise n’est plus à démontrer : Derville Alain, « La finance arrageoise : usure et banque », dans Martin Jean-Pierre et Castellani Marie-Madeleine, Arras au moyen âge. Histoire et littérature, Arras, 1994, p. 37-52.

5 Non seulement en Flandre mais aussi en Artois, une fois de plus. Santamaria Jean-Baptiste, La Chambre des comptes de Lille de 1386 à 1419. Essor, organisation et fonctionnement d’une institution princière, Turnhout, 2012, p. 31-53.

6 Idem, « Conseiller le prince : le rôle de la Chambre des comptes de Lille dans les processus de décision à la cour de Bourgogne (1386-1419) », dans Le Page Dominique dir., Contrôler les finances sous l’ancien régime : regards d’aujourd’hui sur les Chambres des comptes. Colloque des 28, 29 et 30 novembre 2007, Paris, 2011, p. 185-235 ; La Chambre des comptes de Lille…, op. cit., p. 179, 293, 308-312.

7 Idem, « “Expers et cognoissans en fait de comptes”. Conseil et expertise comptable dans les Pays-Bas bourguignons, fin XIVe-début XVe siècle», dans Expertise et conseil au Moyen Âge. 42e congrès de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public, Oxford, 31 mars-3 avril 2011, 2012.

8 Instructions et lettres patentes du 15 février 1386. Archives départementales du Nord (désormais ADN), B 1598, f° 44v-45r.

9 Instruction non datée, sous Philippe le Bon, consécutive à une enquête menée par Jean Bonost à Lille et à une condamnation de deux maîtres des comptes en avril 1428. L’instruction est entièrement publiée dans Gachard Louis Prosper, Inventaire des Archives des Chambres des Comptes, Bruxelles, 1837-1865, 4 vol. , t. 1, P. J. n° III, p. 74-80. Sur ce sujet et la datation : Santamaria Jean-Baptiste, « Un maître prévaricateur à la Chambre des comptes de Lille sous Philippe le Bon : Roland Du Bois », dans Paravicini Werner et Schnerb Bertrand dir., La Face noire de la Splendeur : crimes, violences, malheurs et trahisons à la cour de Bourgogne aux XIVe et XVe siècles, Revue du Nord, t. 91, n° 380, avril-juin 2009, p. 421-447.

10 ADN, B 13, f° 24v.

L’avantage du système était de dissimuler des fraudes : Jean Bonost reprocha à deux maîtres des comptes lillois d’avoir ainsi pu modifier leurs gages : « ilz se sont paiez de leurs diz gaiges et les ont allouez es comptes des receveurs qui paiez les leur ont au pris de XL gros pour franc, qui sont pour lesdictes IIc livres parisis monnoie royal Vc livres monnoie de Flandres de XX gros la livre, nonobstant quelconque foiblesse qui ait este en la monnoie royal par certain temps dont ilz n’ont eu aucun relevement de monseigneur, et ainsi ont trop prins sur monseigneur chacun an pour chacun maistre C livres de XX gros la livre monnoie de Flandres ». ADN, B 13, f° 39v.

11 « Item, que, se par aucun des maistres ou clercs, en faisant les corrections des comptes, ou autrement, estoit trouvé, en aucun d’iceulx comptes, avoir esté faicté aucune faulte, par erreur de giet, ou autrement par inadvertence ou ignorance, et non pas par mauvaiz malice evident, cellui qui ainsi auroit trouvé ladicte faulte, le monstrera à cellui ou ceulx qui ainsi aura oy ledit compte, pour icelle faulte par eulx estre corrigee et amendee ; et , se il en estoit reffusant ou en trop grand delay, ledit compte sera apporté au grant burel, pardevant tous les autres maistres, auxquels sera monstree ladicte faulte, en la presence de cellui ou ceulx qui auront oy ledit compte pour, par iceulx gens des comptes, estre corrigee icelle faulte, comme de raison appartenra ; et se cellui ou ceulx qui auroient faicte ladite faulte, n’estoient plus officiers en ladicte chambre, ladicte faulte sera tantost corrigee par cellui qui l’aura trouvee, et s’il y faisoit aucune doubte, pourquoy de soy seulement ne la deust ne puist corriger, il la rapportera au grant burel ; et, se il estoit trouvé que la faulte fust faicte de fait apensé, par faulseté et mauvais malice, telement que la pugnicion deust appartenir a mondit seigneur, lesdictes gens des comptes le feront savoir secretement, de bouche ou par leurs lettres, à mondit seigneur ou monsr son chancellier , pour y estre pourveu au plaisir d’icellui seigneur. »

12 Expression employée dans une minute de lettre adressée au chancelier par les gens des comptes datée de Lille le 3 juin 1412. ADN, B 17614, chemise « Domaine. Audition des comptes ».

13 ADN, B 4098. C’est aussi le cas des comptes précédent et suivant : ADN, B 4097 et 4099.

14 Article 45 de l’instruction en date du 5 octobre 1541, comportant 82 articles. ADN, B 1. Les articles 45 et 55 qui touchent au calcul par les gens des comptes reprennent presque mot pour mot les articles 42 et 51 de l’instruction de Philippe le Bon.

15 Ainsi, une somme nulle mentionnée par « Neant » en recette avait été remplacée par les gens des comptes par 60 livres : « De Riquart le Bast bailli de Los lequel par resignacion de Guillaume Adin tient a ferme les explois et amendes dudit bailliage le terme de neuf ans, commencans le XXIIIe jour de mars l’an mil CCCC trente quatre avant pasques, pour LX l. parisis par an par et soubz les condicions declairees ou compte precedent, pour ce icy pour le reste de son compte fini le XXIIIIe jour de mars M CCCC XLI avant pasques il n’a point compté et pour ce
Neant
Commencant le XXIIIe de mars MCCCCXL avannt pasques jusques au XIIIe jour de novembre MCCCC XLI il n’a point compté et pour ce
Neant
LXI l.
Soit mandé pour compter
Il a depuis compté. ». ADN, B 4098, f° 46r.

16 ADN, B 4098, f° 78r, 91r, 94v.

17 On trouve de telles minutes parmi les lettres reçues et dépêchées de la Chambre, souvent au verso de courriers. Ainsi au dos d’une supplique de la veuve de Jean de Pacy est inscrit ce qui suit :
« <Il n’a receu forte monnoie que depuis la dite saint Jehan M CCCC XVIII jusques au XVe jour d’aoust ensuivant ou sont LII jours et font a porcion à l’avenant de la dite ferme par ledit temps LXVIII solz III deniers qui valent nouvelle monnoie à compter pour VI fors VII nouveaulx LXXIX solz VII deniers ob. Et depuis ledit XVe jour d’aoust n’a receu que nouvelle monnoie XX livres XI solz IX deniers pour tout ceste annee fenie à la dite saint Jehan CCCC XIX derraine IIIe annee de la dite cense
XX IIII livres XI solz IIII deniers ob.
LVII solz ob valent LXVI solz VI deniers ob. Demeure XVII livres II solz XI deniers ob.... ». ADN, B 17625, chemise « Champigny, Jeanne de ».

18 « Audit Robert de Bailleux lequel par l’ordonnance de mes diz seigneurs est alé de la ville d’Amiens audit lieu de Lille par devers eulx pour rendre aucunes lettres servans sur ce present compte, qui estoient encores demourees a baillier et rendre aprez le darrenier partement de Pierre d’Andoing procureur dudit Robert cy devant nommé, et aussi pour estre a jetter et concluire ledit compte, et a la cloison d’icellui, lesquelles lettres ont esté rendues par ledit Robert mais pour les empeschemens qui ont eu mes diz seigneurs des comptes par monseigneur le conte de Charrolois touchans les besongnes de mon dit seigneur le duc son pere, et de son pays de Flandres, et mesmement que pour ce a convenu que la plus grans partie de mes dis seigneurs des comptes aient esté et alé en la compaignie de mon dit seigneur de Charrolois a Bruges, a Courtray et autre part oudit pays de Flandres ledit compte ». ADN, B 1894, f° 338 r.

19 Santamaria Jean-Baptiste, La Chambre des comptes…, op. cit., p. 548-550.

20 Lettre non datée au chancelier Rolin, écrite à Lille le 16 juin. La mention du 1e compte de Gui Guilbaut ADCO, B 488.

21 Kerhervé Jean, L’état breton aux 14e et 15e siècles. Les Ducs, l’Argent et les Hommes, 2 tomes, Paris, 1987, t. 1, p. 413.

22 Rouyer Jules, Hucher Eugène, Histoire du jeton au Moyen Âge. Première partie, Paris, 1858, p. 1-15.

23 Ces jetons ont une valeur de 10 s. parisis de Flandre, faible monnaie, en 1414-1415. Archives Municipales de Lille, n° 16159.

24 En Flandre et en Picardie, le terme de Lyfland renvoie à la Livonie. Il s’agit en fait de résineux venus de Baltique. Mille Pierre, « Le choix des essences opéré par les artisans du bois à la fin du Moyen Âge. Glossaire », Revue forestière française, XLV, 2, 1993, p. 165-177. La déformation de Lyfland en Irlande est quasiment systématique. Ainsi, alors que le fin connaisseur des pays baltes qu’est Ghilbert de Lannoy mentionne ainsi un chevalier picard parti pour acquérir honneur et renommée « es parties de Prusse et de Lyfland », les différents manuscrits transforment le terme en Hirlande, L’isslande, Hyrlande. Voir les notes géographiques de Jean-Charles Houzeau dans Potvin Charles éd., Œuvres de Ghillebert de Lannoy, Louvain, 1878, p. 337.

25 « A Hennekin Rabardu pour XVIII aunes de vert drapt a couvrir les comptoirs en ladicte chambre par sa quittance donnée le XII doudit may ».

XVIII l. XIIII s. ». Dépense du 12 mai 1386. Archives Générales du Royaume (désormais AGR), CC 47046, f° 80.

26 Drap vert d’Orchies à Lille, qui se retrouve à Vannes, Blois ou Paris à la fin du XVe siècle. Kerhervé Jean, L’état breton…, op. cit., Thibault Jean, « Le personnel de la Chambre des comptes de Blois

Blois, prÈf. du Loir-et-Cher

 », dans Contamine Philippe et Mattéoni Olivier dir, La France des principautés. Les Chambres des comptes. XIVe-XVe siècles, Paris, 1996, p. 149-163, p. 160. Pour la Chambre des comptes de Paris : BNF, fr. 23929, n° 45, Ordonnances et lettres patentes de Charles VIII.

27 « Item, pour une sierure et clef refaire et rassire a l’ui d’alez le Chambre de messeigneurs des comptez VI s. Item, pour le sierure d’un contoir VII s. ». ADN, B 4332, f° 33v.

28 Lettre du receveur de Cruibeke et des reliefs de Waes Clément Le Gheytre en octobre 1418, signalant qu’il envoie par le porteur « le noble pour le droit du contoir », et un écu d’or de Hollande pour l’huissier. ADN, B 17618, chemise « Crubeke, Waes ».

29 Van Beek, E.J.A., « Rekenpeningen », dans Margry, Peter-Jan, Van Heukelom, E.C., Linders, A.J.R. éd., Van Camere vander Rekeninghen tot Algemene Rekenkamer. Zes eeuwen Rekenkamer. Gedenkboek bij het 175-jarig bestaan van de Algeme Rekenkamer, La Haye, 1989, p. 57-66, p. 60.

30 Van Hende Édouard-Henri, « Notice sur Jean Wouters », Numismatique lilloise ou description des monnaies, médailles, méreaux, jetons… etc. de Lille, Lille-Paris, 1858.

31 Archives Nationales, AE II 634.

32 BNF, Français 29329, f° 45.

33 Sur ce point : Schärlig Alain, Compter avec des jetons. Tables à calculer et tables de comptes du Moyen Âge à la Révolution, Lausanne, 2003, p. 48.

34 Ibid., p. 91.

35 Dès 1337 on trouve trace de tels jetons pour le receveur du comte de Flandre, qui avait alors en charge une partie de l’audition des comptes. Rouyer Jules, Hucher Eugène, Histoire du jeton…, op. cit.., p. 17.

36 Archives Départementales du Pas-de-Calais (désormais ADPdC), A 701, f° 33r.

37 Registre aux mémoires de la Chambre, en date du 24 février 1428. ADN, B 31, f° 43r.

38 Sur lesquels se trouvaient les mentions suivantes : « JECTOIRS :D :COMPTES :D. :FLAND. » au droit, et « COMPTES :JECTES :SEUREMENT » au revers, avec l’écu écartelé de Bourgogne nouvelle et de Bourgogne ancienne au droit et l’écu écartelé de Flandre et Bourgogne au revers, le tout frappé en cuivre. Van Hende Édouard-Henri, Numismatique lilloise ou description des monnaies, médailles, jetons, p. 118.

39 En 1472-1474 le tailleur des coins de la monnaie de Flandre Jacques du Biez taille « les coings des jettoirs de cuivre ». Rouyer Jules, Hucher Eugène, Histoire du jeton…, op. cit., p. 23.

40 Inventaire effectué le 17 mars 1386. ADN, B 123, f° 10v.

41 BN, Fr. 29329, fol. 45 ; AN, AE II 634.

42 C’est en particulier ainsi que beaucoup de maîtres lillois travaillaient, y compris chez eux. Santamaria Jean-Baptiste, « Un maître prévaricateur… », op. cit.

43 158 conservés en 1386, 299 en 1413.

44 ADPdC, A 701, f° 33r. Sur leur nombre, on sait qu’ils sont 3 en 1358 et en 1364. ADPDC, A 685 et 717.

45 Schärlig Alain, Compter avec des jetons…, op. cit., p. 100 et suivantes.

46 1200 jetons de cuivre étaient fournis pour chaque officier des Chambres dans les Pays-Bas bourguignons à la fin du XVe siècle, et pour les maîtres des jetons en argent pour un poids d’1 marc. Van Beek, E. J. A., “Rekenpenningen”, op. cit., p. 57. Si ces jetons pesaient le poids des jetons de cuivre, à 2 ou 3 grammes, on aurait une centaine de jetons d’argent par maître des comptes.

47 Santamaria Jean-Baptiste, La Chambre des comptes…, op. cit., p. 193.

48 ADN, B 4098, f° 1r et 101v.

49 Le 4 septembre par provision, le 25 à titre définitif. Dumolyn Jan, Staatsvorming en vorstelijke ambtenaren in het graafschap Vlaanderen (1419-1477), Anvers

Anvers, Belg., ch.-l. de la province díAnvers

-Apeldoorn, 2003, CD-ROM « Prosodata », fiche Gautier Poulain.

50 Première somme du compte de la recette générale de Flandre de 1440-1441 (rentes dites du Transport). ADN, B 4098, f° 3r.

51 Clôture du compte de la recette générale de Flandre-Artois, 1440-1441 (ADN, B 4098, f° 101v). On retrouve la main de Barthélémy a La Truye en première page pour signaler le dépôt du compte. Sur l’identification des mains : Santamaria Jean-Baptiste, La Chambre des comptes…, op. cit., p. 174-180 et 420-422.

52 Prévost Danièle, Le personnel de la Chambre des comptes de Paris, 1320-1418, thèse microfilmée sous la direction de Claude Gauvard, Paris, 2001.

53 ADN, B 4098, f° 76r-v.

54 107 931 l. 4 s. 6 d. 1 ob. 1/2 pitte en recette, 106 143 l. 17 s. en dépense.

55 Ainsi des rentes dites du Transport de Flandre : « Des habitants de la ville de Bruges pour ledit transport et le terme de noel l’an mil quatre cens quarante et ung
XIIcXVII l. ». ADN, B 4098, f° 1-2.

56 « De Jehan de Leyackere receveur heritier des briefz d’Artrike pour son rest de la dite Renenghe mil quatre cens quarante et ung
IIIc VI l. XVIII s. V d. ob. » ADN, B 4098, f° 3v.

57 Certaines rentes ne sont pas acquittées entièrement, mais déduction faite des charges, ce qui donne lieu à un petit compte à l’intérieur même de la partie :
« Des diz maisons et avoir de Ziesselles les quatre corps et le molin que Jehan Paulvels a prins a ferme six ans commencans le premier jour d’avril l’an MCCCC et quarante avant pasques le premier au par-dessus III l. X s. gros pour les paulmees pour XIII l. X. gr. Et les autres cinq annees chacun an pour XVII l. gr. A paier aux termes de noel l’an mil CCCC quarante et ung et le second au jour de la saint Jehan ensuivants […] pour ce pour le terme du noel l’an MCCCCXLI premier XIIe terme VI l. XV s. g. valent IIIIxx I l. parisis dont chiet a rabatre la dite rente heritable montant VII l. XVII s. VI d. demeure cy le surplus montant a la somme de
LXXIII l. II s. VI d. » ADN, B 4098, f° 7v-8r.

58 « Des Lombars demourant et tenans table a Malines ausquelz monseigneur a ottroyé de faire ledit fait en ladite ville de Malines du Ve jour de decembre lan mil CCCC trente six que l’ottroy qu’ilz en avoient paraant expira en quinze ans continuelment ensievans l’un l’autre pour vint livres de gros monnoye de Flandres par an a paier a la saint Jehan et noel… pour ce icy pour les termes de la saint Jehan et Noel l’an mil CCCC quarante et ung IXe et Xe XXXe termes XX l. gros font IIc XL l., de ce rendu par le compte precedent ou chapitre des emprunz f° IIIIXXIIII les CXLIIII livres parisis pour ce icy le residu qui monte a la somme de
IIIIXX XVI l. ». ADN, B 4098, f° 59r.

59 « De [Boudouin d’Oignies, escuier, gouverneur de Lille] pour la moitié des explois dudit office renduz par ses diz comptes de may, septembre et janvier mil CCCC quarante et ung
Vc LXX l. XIII s. IX d.
Ceste parte est prinse par son compte feni en janvier M CCCC XLI. » ADN, B 4098, f° 49r.

60 « Desdiz du Dam ausquelz monseigneur par ses lettres patentes et pour les causes et consideracions declairees en icelles donnees en sa ville d’Arras le XXVIe jour d’aoust l’an mil CCCC XXXV a consenti et ottroé oultre l’ottroy des assiz anciens de povoir cueillir et lever par manière d’assiz sur chacun lest et sur chacun demi lest ou au dessoubz a l’avenant de harenc caque IIII gros et II gros sur chacun tonnel et botte et sur chacune pipe et quart a l’aveant de vin vendu et acheté par estraingiers en la dite ville du Dam, esquelz assiz mondit seigneur doit prendre et avoir le IIIIe denier a son prouffit. Pour ce icy pour le quart des diz assiz lequel ainsi qu’il appert par certifficacion des eschevins d’icelle ville cy rendue pour ung an fini au noel l’an mil CCCC quarante ung a monté a la somme de XV l. III s. II d. g. et III d. p. et valent
CIIIIXX I l XVIII s. III d. » ADN, B 4098, f° 54v.

61 ADN, B 4098, f° 17-21.

62 Ce qui fut reproché au maître Roland Du Bois, certes habile mais « habile a mal faire » selon le jugement d’un noble de la cour de Philippe le Bon. Santamaria Jean-Baptiste, « Un maître prévaricateur… », op. cit.

63 A l’instar d’un maître des comptes renvoyé après onze mois pour son incompétence sous Philippe le Hardi. Santamaria, Jean-Baptiste, « Experts et cognoissans en fait de comptes… », op. cit.

64 Van Beek, E. J. A., “Rekenpeningen”, op. cit.

65 Santamaria Jean-Baptiste, « “Expers et cognoissans en fait de comptes”… », op. cit.

66 « Audit Jehan Winke et IIII autres maistres couvreur de tieulles assavoir Loy Buscop, Jehan Callewaert, Jehan de Le Hauwe, et Jaque du Bois, qui ont ouvré oudit hostel de leur mestier ou temps dessus dit a emploier les estoffes cy dessus par l’espace de CXX jours qui montent a IX s. pour jour <LXIIII l.> (LIIII l.). A Jehan Vingher Elias Wouterzone Jehan Hartemaille et Hans Stapenans manouvriers qui ont ouvré oudit hostel tant en servant lesdiz couvreurs comme autrement oudit temps par l’espace de IIIIXX <XII> II jours qui montent a V s. chaccun pour jour <XXIIII> XX l. p. » Compte de Godefroy le Sauvage courant du 25 juin 1411 au 24 juin 1412. ADN, B 4086, f° 85.
Et toutes les matieres, estoffes, ouvrages et refections devant contenuz et expressés montent ensemble a la somme de XICIIIIXX <XVI> IX l. VI s. VIII d. poitevine parisis feble monnoie de Flandres qui valent forte monnoie de ce compte VIIIC IIIIXX <XVII l. XI s. VI d. sex pd (sic)> (XI l. XIX s. III d. sex pd) […] pour cecy par vertu d’icelle cy rendue a court la dite somme de
<VIIIC IIIIXX XVII l. XI s. VI d. sex pd>
VIIIC IIIIXX XI l. XIX s. III d. sex pd. La mention sex pd semble indiquer une fraction de monnaie de compte, peut-être 1/6 de pitte ou poitevine. ADN, B 4086, f° 87v.

67 « A Guillaume de Fontaines pallerfrenier et concierge de l’ostel de monseigneur a Lille auquel mondit seigenur de sa grace especial a donné six gros monnoye de Flandres par jour sa vie durant a les prendre et avoir sur sadicte recepte generale de Flandres comme il appert plus a plain par le Xe compte dudit receveur e semblable chapitre pour ce icy pour ses diz gaiges par jour escheuz et a lui deux depuis le premier jour d’aoust l’an mil CCCC et quarante exclu jusques au derrenier jour de decembre l’an mil CCCC quarante et ung inclus ou sont comprins cinq cens dix sept jours qui audit pris de VI gros par jour montent par deux ses quictances cy rendues a court
CLX l. II s. ». ADN, B 4098, f° 72. Les exemples sont nombreux et toujours justes : ainsi des paiements des conseillers du Conseil de Flandre Gossuin le Sauvage et Guillaume le Zadelart.

68 ADN, B 4098, f° 92r.

69 Ibid., f° 71v.

70 Pour Omer le Sac, Guillaume le Zadelare, payés à l’année ordinairement. Encore que la différence n’excède pas là le 1/10e de denier, preuve que tous les éléments de la table du receveur n’étaient pas aussi imprécis. Preuve également que les gens des comptes n’effectuaient pas de recalcul non plus. ADN, B 4098, f° 75.

71 AGR CC 1324. 89 folios pour la partie médiévale, à laquelle s’ajoutent 25 folios dans plusieurs écritures modernes, allant du XVIe au XVIIIe siècle.

72 Archives générales du royaume –Bruxelles, CC1324, f° 23r

73 Sous Charles le Téméraire, l’état des recettes disponible monte aux environs de 706 000 livres de Flandre. Dubois Henri, Charles le Téméraire, Paris, 2004, p. 216.

74 La division par calculatrice de 1 000 000 l. par 365 donne 657 534,246575 d. par jour. Le livre donne 2 739 l. 12 s. 4 d. ob. par jour, soit 657 508,5 d. par jour.

75 La division par calculatrice de 10 000 l. par 365 donne 27,39726027 l. par jour, soit 6 575,3424 d. Le livre donne 27 l. 7 s. 11 d. poit. paulo [minor] (un peu moins), soit 6 575,25 d.

76 Ibid., f° 31.

77 Ce qui exigeait, bien entendu, de posséder les comptes de la ville. C’est ainsi que l’on dut procéder pour la période 1407-1414 à Lille, ce qui semble avoir été assez compliqué. ADN, B 17616, minute de lettre des gens des comptes aux gens du Conseil à Gand datée du 14 novembre 1414.

78 L’écoutète de Bruges Pierre Gherbode, le seigneur de Matringhem (décédé au 27 juillet 1412) et Jean Slipp, bailli de l’Ecluse, en avaient été chargées par le duc le 12 mai 1405, comme le rappelait la Chambre dans une lettre du 27 juillet 1412, où elle manifestait également son intérêt pour l’affaire. Les commissaires semblent avoir eu des difficultés dans leur mission, et pas seulement pour des raisons mathématiques ; le sujet était des plus sensibles. ADN, B 17614, chemise « Histoire générale. Généralités ».

79 Zoete Antoine, De beden in het graafschap Vlaanderen onder de hertogen Jan zonder Vrees en Filips de Goede (1405-1467), Bruxelles, 1994.

80 Minute de lettre des gens des comptes à Montfrand d’Essines datée du 27 février 1414 au sujet de la part de l’aide due par le terroir du Franc de Bruges en 1414, et minute de lettre ducale antérieure au 15 février 1414. ADN, B 17616, chemise « Aides ».

81 Lettre des gens des comptes à Lille datée du 13 juin 1415 (minute adressée aux gens du Conseil à Gand). ADN, B 17619, chemise « Aide, Kieldrecht ».

82 « Et avec ce avons trouvé que en l’ayde ottroyé a feu monseigneur le conte Loys de Flandres, de la somme de CM escus a XLIIII gros piece que feu Sohier de Langhmerch fu receveur general de Flandres, qui fu l’an mil CCC LXXV, le taux des diz de Waise appartenances et appendences avoit ete mis en une somme ensemble sur ledit terouer, qui en est demouré en reste de MIXC XII livres II sous VI deniers, pour ce qu’ilz les disoient pdisses [ ?] sur le seigneur de Beure Calo Calodam Verrebrouc Kieldrechet et sur les teres de nostre dit seigneur en Melcele [Niclede ?] comme il est declairé ou premier compte feu Jehan Boudins receveur de Flandres fenissant au noel M CCC LXXVI. Item par le premier compte feu Henry Lippin feni XXII de may l’an mil CCC IIIIXX ou il est touchié d’un ayde de LXM escus d’or de XLIIII gros piece accordé a feu mondit seigneur ou mois de juing l’an lxxix precedent par son dit commun pays de Flandres, appert que ledit terouer de Waise fu assis a VM CC XXX livres X solz qui seroit somme trop excessive se les appartenances et appendence n’y feussent comprinses, comme ilz furent. Item par le VIe compte dudit feu Henry fenissant VIIe de juillet M CCC IIIIXX I [sic] appert ou chappitre de dons fais a monseigneur que le terouer de Waise donna a monseigneur CCCC frans a XLII gros piece qui tout entierement sont paiez selon ledit compte senz ce que le pays de Flandres ne donna riens en general. Item par le premier compte feu Jaque de Screyhem, receveur de Flandres feni dix de mars M CCC IIIIXX VI appert que une tauxacion fu faicte de VIM frans pour mois et ordonné et tauxée par monseigneur et son conseil et son pays de Flandres sur les villes et chastellenies dudit pays pour les gens d’armes payer gisant pour lors ou Westland sur les frontieres de la mer a commencier au XVe jour d’avril M CCC IIIIXX et cinq avant pasques, et fenissant au XVe jour de juing ensuivant IIIIXX VI. qui font deux mois par laquelle le terrouer de Waise senz faire declaracion des appartenances et appendences et par ce sceu s’ilz paient avec eulx on non fu assis pour mois pour sa porcion a CL frans sont pour lesdiz deux mois CCC frans, qui sont rendus en recepte par le IIIe compte dudit feu Jaque feni derrain d’octobre M CCC IIIIXX VIII. Item par ledit IIIe et derrain compte dudit feu Jaque ou il est fait recepte d’un ayde de CM frans fait a feu monseigneur ou mois de janvier l’an M CCC IIIIXX VII par accord et consent de son pays de Flandres a cause de sa guerre contre le duc de Ghelre et appert ledit terrouer de Waise avoir este assis pour lui mesmes senz ses appartenances et appendences a IIM XXXII frans demi et VI gros, y sont les appartenances et appendances declairees en la dicte cedule dudit transport assises a chacun et a par lui pareillement este baillié sa porcion et entre les autres aux habitans de la paroiche de Beure CC LXIII frans demi X sous VI deniers, et aux habitans de la paroiche de Haefsdonc IIIIXX VII frans demi XVII solz VI deniers, senz parler de Calo Verrebrouc et Kieldrecht. Item par le compte de feu Pierre de La Tanerie de l’ayde de LXVM nobles ottroyes par ledit pays de Flandres pour le voyage de Hongherie en l’an M CCC IIIIXX XIIII par l’assiete duquel ayde fu baillie audit terrouer de Waise seul pour sa porcion MD IIIIXXIII nobles et I tiers, et pareillement aux appartenances et appendances a chacun sa part et porcion a par lui, et entre les autres aux habitans de la paroiche de Beure CLXXV nobles et Haesdonc LX nobles et XXX gros et pareillement par le compte dudit feu Pierre de l’ayde de CM nobles ottroyes par ledit pays de Flandres en l’an M CCC IIIIXX XVII pour la redempcion de nostre dit seigneur qui presentement regne des mains des mescreans et ennemis de nostre foy qui le detenoient prisonnier, ou lesdiz de Wayse pour eulx seul furent assis a IIM CC XXXV nobles et les appartenances et appendences chacu a par lui comme dessus et entre les autres les habitans de la paroiche de Beure a CCCII nobles et Haefsdonc a C nobles comme par lesdiz comptes par lesquelz les dictes sommes sont rendues appert plus a plain, sans faire declaracion desdiz de Calo Verrebrouc et Kieldrecht pour ce peut estre qu’ilz payent toudit en chacun ayde avez lesdiz de Beure, comme on peut presupposer veu qu’ilz par leur mandement confessent avoir payé pour la dicte redempcion et que on n’en treuve par les comptes autre declaracion que dit est, et ne y fait riens l’adjouste de la deposicion dudit feu Clais Viid. Car il n’en appert en riens par ses comptes estans en la Chambre pardeca, qui pour celle cause ont este veus et visitez et semble feblement interrogué de deposer sur le contenu de ses comptes senz en faire apparoir ou declairer en quel temps et annee, pour quelle cause et quelle somme. Et quant est du taux fait a Oudembourch en l’an CCCC VIII que on maintient devoir estre fait selon le transport et sur les payans transport et non sur autres, et que les commissaires n’avoient autre povoir etc. le contraire est tout vray comme il appert par les commissions d’iceulx commissaires, encorporees de mot a mot ou roolle dudit taux, car pour ce qu’il ne se povoit faire selon le transport et sur les payans transport seulement mais se devoit faire sur tout le pays de Flandres generalement selon leur faculté fu ordonne a faire ledit taux senz prejudice de la dicte rente dudit transport, ycelle augmenter ne diminuer en aucune maniere comme oudit roolle dudit taux, lequel est en la Chambre pardeca, est bien specifié et declairé. Et pour ce que ledit terrouer de Waise avec les appartenances et appendances Beure Calo Verrebrouc et Kieldrecht comprins ens fu tauxéz par ledit taux d’Oudembourch en regard aux dechiez d’iceulx et yceulx deduis et rabatus, tout a une somme a paier de C livres la somme de II livres et XIII solz V deniers la par le transport a les sommer tout ensemble ilz payerent VI solz IV deniers plus dont par ledit taux ilz furent d’autant diminuéz a paier selon le transport comme par un extrait dudit taux en tant qu’il touche ledit terouer appartenance et appendance d’icellui mis en un feullet de pappier que nous vous envoions enclos en ces presentes vous pourra apparoir. ». Ibid.

83 « En prisiée de terre de rentes muables qui montent et baissent on prend la Xe partie de ce qu’elles ont valu en X ans.
L’exploit de justice c’est assavoir les amendes de LXV s. et au dessoubz l’en prise a part.
Et les amendes qui sont au dessus de LXV s. appartenant a haulte justice l’en prise a part quant les justices sont divisees et a pluiseurs seigneurs, ce sont toutes rentes muables qui se prisent la Xe partie de ce qu’elles ont valu en X ans…
Un molin est prisié la Xe partie de ce qu’il vault en X ans deduittes charges et retenues etc….
La justice de ce que la terre a vallu en I an l’en prise II s. pour livre monnoie dite pour toute justice haulte moiene et basse et en X ans a l’advenant. » AGR CC 1324, f° 46r.

84 En 1406, on lissa ainsi les revenus de 12 ans de la seigneurie d’Hondschoote de 1391 à 1402, à la demande du duc, pour en établir la valeur. Il fallut examiner les 3 comptes rendus annuellement des exploits de la châtellenie de Bergues. ADN, B 17609, chemise « Hondschoote ». Le détail des exploits montre d’ailleurs des écarts importants, entre 48 et 495 livres !

85 Jeton de 1505 Au droit : « JET. JET.POUR.LA.CHABRE.DES.CONT'« . Au revers : « Q.TIENT.BON.CONTE.PAIX.LUI.RESTE ». Van Hende Edouard-Henri, Numismatique lilloise…, op. cit., p. 127.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Santamaria, « Savoirs, techniques et pratiques comptables dans l’administration des Pays-Bas bourguignons, fin XIVe-début XVe siècle », Comptabilités [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 02 octobre 2013, consulté le 27 juillet 2016. URL : http://comptabilites.revues.org/1630

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Santamaria

Université Lille 3, IRHiS, UMR 8529 - jeanbaptiste.santamaria@univ-lille3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org