Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Christelle Balouzat-Loubet, Le gouvernement de la comtesse Mahaut en Artois (1302-1329), Turnhout, Brepols, 2014, collection « Atelier de recherche sur les textes médiévaux », 18, 476 p.

Matthieu Leguil

Texte intégral

1Rendue célèbre par le roman Les rois maudits et ses adaptations à la télévision, Mahaut d’Artois apparaît comme une figure aussi trempée que sulfureuse de la fin du Moyen Âge français. Pourtant, même si le portrait dépeint par Maurice Druon est loin d’être assurément attesté par la documentation historique, ce n’est pas sur la biographie de cette femme haute en couleurs, mais sur sa façon d’administrer ses domaines que se penche Christelle Balouzat-Loubet dans Le gouvernement de la comtesse Mahaut en Artois (1302-1329). Car suite à la mort de son père Robert II d’Artois en 1302 et de son mari Othon IV de Bourgogne en 1303, la princesse capétienne, petite-nièce de saint Louis et mère de deux reines de France, gouverna elle-même ses héritages artésiens et bourguignons pendant plus d’un quart de siècle. Et ce dans les décennies mêmes où la monarchie française s’attachait à exclure les femmes de la succession à la couronne ! De quoi s’interroger sur l’exercice du pouvoir politique par une femme en France au début du XIVe siècle.

2Pour répondre à cette question, le livre, version remaniée d’une thèse de doctorat soutenue en 2009, ne néglige pas de s’appuyer sur les jalons bibliographiques fournis par les travaux fondateurs de J.-M. Richard ou B. Delmaire, mais exploite surtout les abondantes sources de la pratique produites dans le cadre de l’administration du comté d’Artois au temps de Mahaut et qui gisent pour l’essentiel dans le trésor des chartes d’Artois conservé aux Archives départementales du Pas-de-Calais. C’est bien là l’un des principaux mérites de Christelle Balouzat-Loubet que de s’être plongée dans les chartes, pièces de procès et – surtout – comptabilités de Mahaut d’Artois pour dépasser l’image partielle et partiale qu’en ont donnée les textes littéraires. Les comptes de son hôtel, de son receveur d’Artois et de deux bailliages artésiens, ceux d’Arras et de Tournehem, dont les taux de conservation varient entre un tiers et la moitié, ont en particulier fait l’objet de dépouillements systématiques et d’une exploitation statistique inédite.

3Le livre offre ainsi une monographie solide et maniable du principat de Mahaut d’Artois ; en faisant cependant le choix de se limiter à l’étude de l’administration du comté d’Artois et d’écarter celle des domaines détenus par la princesse dans le comté de Bourgogne et dans le Gâtinais, en raison de l’attachement premier et particulier manifesté par celle-ci à l’endroit de son héritage paternel et du caractère très secondaire dans ses préoccupations et ses revenus des seigneuries venues de son époux et de sa mère. L’introduction cadre le sujet en centrant le questionnement sur la naissance et l’affirmation dans l’espace artésien d’un « État princier ». Suivent, après une cinquantaine de pages présentant les sources et les ressources bibliographiques (sans négliger les sites internet), trois parties bien équilibrées consacrées aux permanences et héritages qui déterminent l’action de Mahaut d’Artois, à son administration du comté et à l’affirmation de son autorité comtale et de sa légitimité. Enfin, après une conclusion concise, un index des noms de personnes, un autre des noms de lieux et des annexes comportant d’utiles et belles cartes, des généalogies et deux textes édités – l’auteur aurait sans doute souhaité en produire davantage – facilitent la lecture et la manipulation de l’ouvrage.

4Dans la première partie du livre, qui sacrifie au réexamen des événements les plus célèbres qui ont marqué la vie de Mahaut d’Artois, comme le conflit avec son neveu Robert ou la révolte nobiliaire des années 1314-1319, Christelle Balouzat-Loubet s’attache à montrer que la construction de la principauté artésienne s’appuie sur un domaine déjà constitué et structuré par des institutions héritées des prédécesseurs de Mahaut ainsi que sur la combativité de la comtesse face aux pouvoirs concurrents – des rois de France ou des villes – et à ses adversaires – Robert d’Artois et les nobles artésiens. Dans la deuxième partie, elle étudie l’administration de la principauté, c’est-à-dire tant les institutions que les hommes qui les peuplent et les mettent en œuvre. L’organigramme institutionnel, avec au sommet l’hôtel, le conseil et quelques grands officiers – le chancelier, qui existe en fait, mais non en titre, ou le trésorier –, et au niveau local le receveur d’Artois, les baillis et des officiers subalternes comme les châtelains ou les sergents, est méticuleusement reconstitué, même si les développements consacrés aux finances, aux mécanismes gestionnaires (budget, ordonnancement des dépenses et maniement des deniers, etc.) et aux comptabilités de Mahaut sont plutôt décevants au regard des potentialités de la documentation conservée – on aurait par exemple aimé trouver des graphiques évaluant et synthétisant les recettes et les dépenses de Mahaut d’Artois. Les pages consacrées aux serviteurs de la comtesse, au premier rang desquels le fidèle et emblématique Thierry de Hérisson, et à la société politique artésienne sont en revanche parmi les plus convaincantes de l’ouvrage. Dans la troisième partie, enfin, Christelle Balouzat-Loubet se penche sur la légitimation de son autorité par Mahaut d’Artois. Elle montre par une étude précise des itinéraires de la princesse comment celle-ci résout par ses choix résidentiels et ses déplacements le problème de l’éclatement géographique de ses états et des risques qu’il peut faire peser sur son autorité ; puis elle étudie les rapports qui s’instaurent entre le pays et la comtesse, en particulier à travers l’exercice de la justice. Au total, l’ouvrage offre donc une reconstitution rigoureuse du principat de Mahaut et de sa manière de gouverner, laquelle ne se distingue guère des habitudes des homologues masculins de la princesse – « elle gouverne comme un homme ». Il conclut que l’action de Mahaut pose « les fondations d’un État princier », malgré des « faiblesses persistantes ».

5C’est sur ce dernier point que la thèse de Christelle Balouzat-Loubet est peut-être moins convaincante : ce choix d’un axe problématique centré sur la construction d’un État peut en effet être discuté. Mahaut d’Artois a-t-elle construit et/ou voulu construire un « État princier » ? C’est ce que s’attache à démontrer le livre alors même que ses pages sont jalonnées d’éléments qui conduisent à en douter. Mahaut défend certes la « souveraineté » qu’elle exerce sur l’Artois et sur ses « sujets », mais elle ne remet jamais en cause le pouvoir du roi, auquel elle est profondément attachée et soumise : elle fait appel à des conseillers et officiers qui sont fortement intégrés dans l’État royal, comme Henri de Sully ou Thierry de Hérisson, elle ne légifère pas, ne développe pas de fiscalité propre ni ne remet en cause l’autorité supérieure de la justice du roi et de son parlement ; de sorte que cette « souveraineté » ne semble pas devoir s’entendre comme une volonté d’indépendance ou même seulement d’autonomie, mais comme une défense de l’honneur comtal, c’est-à-dire de la charge publique dont Mahaut est investie à la suite de son père. À travers son âpre résistance face aux prétentions de Robert d’Artois ou ses protestations contre les empiètements des officiers royaux dans le territoire artésien, on peut penser que Mahaut défend moins l’indépendance d’un État que l’intégrité de son comté ainsi que des ressources qui sont attachées à l’exercice de l’autorité comtale sous l’égide du roi de France. Bien sûr, pendant un quart de siècle, Mahaut s’efforce de construire une administration en partie imitée des institutions de l’État royal, mais elle ne le fait pas avec la volonté de se doter d’un « formidable outil de construction de l’État », mais dans le but d’assurer de façon optimale l’exploitation de ses héritages.

6De ce point de vue, il est peut-être regrettable que Christelle Balouzat-Loubet ait fait le choix d’écarter presque complètement de son étude les possessions comtoises de Mahaut. Car si l’administration du comté d’Artois et la défense de son intégrité peuvent être lues jusqu’à un certain point au prisme de la construction d’un État, l’examen de la mise en valeur des domaines situés dans un comté de Bourgogne cédé au roi de France dès 1295 par Othon IV aurait sans doute conduit à insister sur les efforts déployés par Mahaut pour exploiter ses seigneuries et défendre son prestige personnel dans la société politique française du début du XIVe siècle et dans l’entourage des rois de France successifs. Porter, même de façon secondaire ou rapide, un regard sur le comté de Bourgogne aurait sans doute permis de constater que Mahaut d’Artois ne s’est jamais considérée comme le chef d’un État composite, mais « seulement » comme une princesse de sang royal, forte de son statut de pair de France et obligée d’administrer ses principautés avec rigueur et fermeté non seulement dans le but de tenir son rang, mais aussi dans celui de remplir sa charge, c’est-à-dire de faire régner la paix et la justice dans ses domaines. Cette fermeté et cette intégrité dans l’exercice du pouvoir politique dont fait preuve Mahaut d’Artois ressort d’ailleurs fortement des démonstrations de Christelle Balouzat-Loubet, qui ont l’intérêt sinon de battre en brèche du moins de dépasser la légende noire qui s’est bâtie autour d’elle du XIVe siècle à nos jours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Leguil, « Christelle Balouzat-Loubet, Le gouvernement de la comtesse Mahaut en Artois (1302-1329), Turnhout, Brepols, 2014, collection « Atelier de recherche sur les textes médiévaux », 18, 476 p. », Comptabilités [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://comptabilites.revues.org/1737

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org