Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Rémunérer le travail au Moyen Âge. Pour une histoire sociale du salariat, sous la direction de Patrice Beck, Philippe Bernardi et Laurent Feller, Paris, Éditions Picard A. et J. Picard, 2014, 528 p., illustrations, cartes et graphiques.

Jean-Marie Yante

Texte intégral

1Cet imposant volume réunit les interventions, révisées et complétées, qui ont été présentées au cours de six séminaires organisés entre 2006 et 2008 grâce à un financement de l’Agence Nationale de la Recherche. Les chercheurs mobilisés ont été invités à décliner les aspects pratiques et l’utilisation concrète de la notion de salaire, les modalités et les formes de la rémunération du travail. Ils ont largement laissé de côté les aspects philosophiques et théologiques de la question.Afin de multiplier les approches et de permettre la confrontation de points de vue, les rencontres ont réuni des praticiens de diverses disciplines (histoire, histoire de l’art, droit et économie), dont les travaux concernent les principaux pays d’Europe occidentale (Allemagne, Espagne, France, Italie et Portugal). Force toutefois est de regretter la part congrue réservée au monde britannique et l’absence totale des Pays-Bas.

2Un large panel de sources a été mis à contribution. Des comptabilités « souveraines », seigneuriales, domaniales (laïques ou ecclésiastiques), urbaines, voire industrielles ont été amplement critiquées et exploitées. On sait que quelques grands chantiers médiévaux ont laissé de façon précoce une documentation comptable abondante, mais on ne peut taire leur prisme « patronal ». A ceci s’ajoutent des sources réglementaires (émanant d’autorités politiques ou corporatives), des contrats d’apprentissage ou d’embauche (quand et où ils ont cessé d’être oraux), des témoignages littéraires (hagiographiques et autres), des actes notariés, des archives judiciaires, des documents fiscaux et, dans une moindre mesure, des écrits religieux ou théologiques et des sources iconographiques. Un biaisage résulte forcément du caractère relativement tardif de l’essentiel du corpus.

3Les contributions sont regroupées en quatre parties correspondant à autant de problématiques. La première intitulée « Historiographie » vise à prendre la mesure de l’héritage propre aux différents pays prospectés (y inclus cette fois l’Angleterre) ou lié à des approches disciplinaires, juridiques et économiques en l’occurrence. Les concepteurs du projet restent toutefois conscients que pareil choix est sujet à caution et que le cadre géographique est parfois ambigu et risque de gommer des spécificités régionales. La démarche souligne notamment l’accent mis en France, à la fin du XIXe siècle, sur l’étude du travail, de son coût et de ses formes, tandis que les historiens allemands se préoccupaient davantage du pouvoir d’achat et du niveau de vie et que leurs collègues italiens s’attelaient à une approche politique et économique des métiers médiévaux. L’Allemagne a produit d’importantes éditions de sources alors que l’Angleterre, notamment dans le sillage de Beveridge, reconstituait des séries de salaires se prêtant à un traitement statistique. Par ailleurs, de pays à pays, les rythmes historiographiques accusent de nettes disparités. Pour l’heure, l’approche quantitative, cible de nombreuses critiques, cède le pas à une perspective méthodologique qu’on pourrait qualifier de qualitative. Et l’on est désormais conscient que le matériau documentaire peut être révélateur de rapports sociaux, d’un processus de domination ou de négociation entre les employeurs et les travailleurs, ce qui conduit à une remise en question de certaines oppositions simplificatrices, par exemple entre « sources normatives » et « sources de la pratique ».

4De la deuxième partie « Salarium, stipendium, dieta… approche terminologique de la rémunération du travail » se dégage une fréquente désignation imprécise du salaire et de ses composantes. Dans un même type de sources, de patients comptages statistiques ne conduisent pas toujours à des conclusions significatives, mais les mots ou formules employés peuvent être révélateurs du lien unissant, ici ou là, le travailleur à son employeur. On ne peut hélas que se rallier au constat d’un « indicible salariat ».

5Les contributions de la troisième partie « Les modes de rémunération du travail : formes de l’embauche et composition du paiement » révèlent l’absence d’une correspondance automatique entre les modalités d’embauche et un type de rétribution. Le travail est rémunéré à la journée, à la tâche ou à forfait, le choix procédant de sa nature mais aussi d’autres critères. Au « salaire » de base, réglé en espèces, en nature ou de manière mixte, versé régulièrement ou par tranche, peut s’ajouter un complément pour le gîte, le couvert, l’habillement ou l’hygiène (le Badegeld dans les villes d’Empire).

6La quatrième et dernière partie de l’ouvrage « Les formes du paiement : évaluation des rémunérations » examine, dans l’espace et le temps, les critères susceptibles de déterminer et de faire varier le niveau des salaires. Entrent en ligne de compte, selon des modalités et dans des proportions échappant aux investigations, le temps de travail et son éventuelle pénibilité, la qualification et la hiérarchie professionnelle, l’âge et le genre du travailleur, mais aussi la saison (distinction entre salaire d’été et salaire d’hiver), le risque, la propriété des outils de production, la direction d’un chantier s’ajoutant au travail presté sur celui-ci, l’implication de l’épouse, d’enfants ou d’apprentis dans l’exécution de la tâche et last but not least la conjoncture économique, le marché du travail. Certains éléments sont pris en considération sous forme d’indemnités, de gratifications en argent ou d’avantages en nature. Et la question est posée si la précarité de certaines embauches, sur les chantiers de construction par exemple, engendre une rémunération plus élevée, intégrant une prime d’insécurité. Enfin, toute complexe soit-elle, évoquée dans le rapport sur les rémunérations à la cour pontificale, la question des variations possibles du rapport entre monnaie de compte et monnaie réelle et d’éventuelles adaptations aux mutations monétaires aurait requis davantage d’attention. Par ailleurs, ici encore par-delà les difficultés inhérentes à l’opération et malgré les critiques formulées ici ou là, pourquoi se priver de conversions en pouvoir d’achat ?

7Le volume que Patrice Beck, Philippe Bernardi et Laurent Feller offrent à la communauté scientifique foisonne d’informations et de questions. La plupart des contributions ont trait à l’économie urbaine, au monde de l’artisanat et de la construction, mais l’univers agricole n’en est pas totalement absent. Sans doute peut-on s’interroger sur la part que représente le travail salarié dans l’économie médiévale et sur son évolution au fil du temps et selon les régions. Du fait de la documentation écrite, disponible aujourd’hui mais aussi produite à l’époque étudiée (essentiellement au bas Moyen Âge), toute réponse s’avérerait largement hasardeuse. Si le secteur du bâtiment – sources obligent – est omniprésent, de stimulantes incursions sont proposées dans la construction navale et la navigation maritime, l’exploitation d’une alunière toscane et même le service d’armes dans l’Italie du XIVe siècle. Récurrente, la question d’un « intervalle doré des salaires » au lendemain de la grande peste du milieu du XIVe siècle a suscité, on le sait, d’importantes divergences historiographiques. Pour l’heure, force est de le regretter, la vaste enquête que Charles-Marie de La Roncière a consacrée à Florence n’a pas suscité d’émule d’égale envergure.

8Les mérites de l’ouvrage présentement recensé sont incontestables. Un double regret peut toutefois être formulé. Le projet n’accorde guère d’attention au recrutement de la main-d’œuvre. Le rôle dévolu aux places d’embauche, attestées notamment en Allemagne, en Angleterre, en France et en Italie, les réglementations ou pratiques en vigueur sur celles-ci auraient mérité quelques développements, qu’il s’agisse du secteur de la construction, des industries textiles ou des emplois agricoles, saisonniers notamment. La mobilité de la main-d’œuvre, la durée et la régularité des embauches auraient pareillement gagné à être davantage scrutées.

9Le volume rendra assurément d’insignes services. À la suite de Monique Bourin, à qui échoit de tirer les conclusions d’une passionnante enquête, « Gageons que l’histoire sociale du salariat médiéval suscitera très vite de nouveaux développements ». On notera enfin, cerise sur le gâteau, qu’une riche bibliographie et un précieux index clôturent le livre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Yante, « Rémunérer le travail au Moyen Âge. Pour une histoire sociale du salariat, sous la direction de Patrice Beck, Philippe Bernardi et Laurent Feller, Paris, Éditions Picard A. et J. Picard, 2014, 528 p., illustrations, cartes et graphiques.  », Comptabilités [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 23 avril 2017. URL : http://comptabilites.revues.org/1738

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org