Navigation – Plan du site
Articles

Le châtelain, le compte et le clerc. Les acteurs de la reddition des comptes de châtellenie en Bourgogne aux xive et xvsiècles, d’après l’exemple du bailliage d’Auxois

The castellan, the account and the clerk. Actors of accounting of lordships in the duchy of Burgundy in the fourteenth and fifteenth centuries, according to the example of the Bailiwick of Auxois
El castellano, la cuenta y el pasante. Los actores de la rendición de cuentas de castellanía en Borgoña en los siglos XIV y XV, según el ejemplo de la bailía de Auxois
Der Burgherr, die Abrechnung und der Notar. Die Akteure der Rechnungsführung einer Kastellanei im Burgund des 14. und 15. Jahrhunderts am Beispiel der Vogtei von Auxois
Matthieu Leguil

Résumés

Les comptes des châtellenies ducales bourguignonnes des xive et xvsiècles sont conservés en nombre aux Archives départementales de Côte-d’Or. Mais si les historiens les exploitent abondamment depuis la seconde moitié du xixsiècle, les modalités de leur production restent largement méconnues. En s’appuyant sur l’exemple des châtellenies du bailliage d’Auxois – Semur-en-Auxois, Avallon, Montbard, Montréal, Pouilly-en-Auxois et Vieux-Château – et en mettant l’accent sur la période allant des années 1330 aux années 1410, ce travail s’attache à exhumer les acteurs et la division du travail à l’œuvre pour la confection des registres rendus à la chambre des comptes de Dijon. Il montre l’implication variable des châtelains dans l’administration domaniale et la reddition des comptes. Il reconstitue la répartition des tâches qui existait entre l’officier lui-même et des agents subalternes – clercs, lieutenants et procureurs – dont l’expertise en matière d’écriture, de droit et de finances était à même de pallier les insuffisances de leur maître. Enfin, il étudie l’extraction socioprofessionnelle, la formation et les compétences du personnel comptable et met en lumière un recrutement opéré de façon privilégiée parmi les clercs, les juristes, notamment les notaires, et les marchands.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Bautier Robert-Henri et Sornay Janine, Les sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge(...)
  • 2 Ibid., p. 211-217 et 303-348.
  • 3 Bartier John, Légistes et gens de finances au XVe siècle. Les conseillers des ducs de Bourgogne Phi (...)
  • 4 Programme du colloque sur le « rôle des agents intermédiaires dans les tâches de gouvernement et d’ (...)
  • 5 Le présent travail s’inscrit dans le prolongement d’un article réalisé avec Fabienne Couvel, « Fabr (...)

1à l’image des comptabilités de l’état bourguignon en général, les comptes des châtellenies du duché de Bourgogne des xive et xvsiècles, aujourd’hui conservés à Dijon, forment une masse documentaire aussi formidable qu’inépuisable1. Dans le seul bailliage d’Auxois, l’un des cinq qui composaient le duché, six châtellenies – Semur-en-Auxois, Avallon, Montbard, Montréal, Pouilly-en-Auxois et Vieux-Château – furent à peu près continuellement possédées par les ducs de Bourgogne et leur gestion dut donner lieu entre 1341, date du premier registre conservé, et la fin du principat de Jean Sans Peur, en 1419, à la reddition de quelque 474 comptes annuels ; dans les faits, ce sont pas moins de 314 registres qui gisent aujourd’hui dans la série B des Archives de Côte-d’Or, soit les deux tiers de ceux qui purent être rendus (figure 1) ! Encore n’inclut-on pas ici les comptes remis pour cinq autres seigneuries châtelaines qui furent ponctuellement tenues par Eudes IV ou ses successeurs – Arconcey, Mont-Saint-Jean, Vitteaux, Grignon et Courcelles-lès-Semur – ou les nombreux comptes particuliers produits à l’échelon châtelain pour le gouvernement d’une terre saisie, l’administration d’une prévôté ou la réalisation de travaux2. Ces sources constituent donc un fonds exceptionnel et pour plagier John Bartier, il y a près de deux siècles « que tous les historiens y prennent à pleines mains, sans jamais parvenir à en épuiser la richesse. »3 Et pourtant, jusqu’à une date récente, le processus de production des comptes n’avait jamais suscité le questionnement de ceux qui les exploitaient : leurs auteurs, la division du travail qui régissait leur reddition ou les compétences mobilisées pour les réaliser n’étaient que très mal connus. S’emparer de ce questionnement n’est pas de peu d’intérêt. D’une part, il s’inscrit dans un thème de recherche actuel qui voudrait mieux élucider les mécanismes des activités administratives, notamment de celles « que les tenants de l’autorité conserv[aient] en apparence par devers eux, mais dont l’exécution [était] assumée par leur entourage »4. D’autre part, il peut s’avérer utile à la bonne compréhension des documents et de leur valeur par les chercheurs nombreux qui en font le terrain de leurs investigations. Après avoir évalué le rôle des châtelains, principaux officiers ducaux intervenant dans la reddition des comptes des châtellenies, on approfondira l’étude de la division du travail de production des registres en se penchant sur l’ensemble des agents subordonnés qui intervenaient pour assister ou suppléer le châtelain, avant de mettre en relation les compétences indispensables à la production des comptes et l’extraction des comptables5.

Fig. 1 – Premier feuillet du compte de Jehan Dominé, châtelain de Montréal, 1370-1371

Fig. 1 – Premier feuillet du compte de Jehan Dominé, châtelain de Montréal, 1370-1371

(Archives départementales de Côte-d’Or (www.archives.cotedor.fr), B 5406-2, f° 1, réutilisation soumise à conditions).

1 – Le châtelain bourguignon, officier comptable ?

1.1 – Le châtelain, « officier ayant maniance de finances »

  • 6 Castelnuovo Guido et Mattéoni Olivier dir., « De part et d’autre des Alpes ». Les châtelains des pr (...)
  • 7 Richard Jean, Les ducs de Bourgogne et la formation du duché du XIe au XIVe siècle, Dijon, 1954, p. (...)
  • 8 Mattéoni Olivier, « Service du prince, fonction châtelaine et élites nobiliaires dans la principaut (...)
  • 9 Archives départementales de Côte-d’Or, B 5318-1, f° 1, pièce justificative n° 1. Dans les notes qui (...)

2Dans la plupart des principautés de l’Occident de la fin du Moyen Âge, l’officier névralgique pour le gouvernement des populations et l’administration du domaine était le châtelain6. Dans le duché de Bourgogne cependant, il apparaissait plus qu’ailleurs comme « l’officier domanial par excellence », pour reprendre les mots de Jean Richard7. En effet, alors que, bien souvent, l’administrateur vit ses fonctions évoluer dans le sens d’une militarisation ou d’une politisation de l’office, comme dans le Bourbonnais cher à Olivier Mattéoni8, celui du duché resta jusqu’à la fin du siècle des Valois un officier de finances et de justice, au moins autant sinon plus qu’un agent militaire. En 1402, Jehan Daubenton, châtelain de Montbard, ne décrivait-il pas sa charge comme un « office ou il fault faire recepte et avoir gouvernement de justice »9 ?

  • 10 B 3354, f° 1-2.

3C’est à ce titre que les « chastellains » pouvaient en 1411 être dénombrés par le duc Jean Sans Peur parmi ses « officiers ayans maniance de [ses] finances » et dont l’une des tâches principales étaient de « compt[er] et affin[er] chascun an leurs comptes si tost et incontinant que les annees desquelles ils dev[oient] compter [est]oient passees »10. Au-delà des textes normatifs, les registres eux-mêmes témoignent de leurs attributions comptables, puisqu’ils débutent invariablement en stipulant que le châtelain était l’auteur du compte, c’est-à-dire l’officier qui en était juridiquement responsable, comme le montre l’exemple du préambule du compte remis par le châtelain de Vieux-Château pour l’exercice 1364-1365 :

  • 11 B 6524-1, f° 1. Cf. aussi les préambules des comptes reproduits dans les figures 1, 4, 5 et 6.

« C’est le compte Guiot Belledant d’Espoysse, chastellain de Vuelchastel, des receptes et missions qu’il a faites en ladicte chastellenie dés la Saint Martin d’hiver l’an M CCCLXIIII jusques a la Saint Martin d’hiver l’an MIL CCCLXV renduz par luy en la meniere qui s’ansuit. »11

  • 12 Mattéoni Olivier, Servir le prince. Les officiers des ducs de Bourbon à la fin du Moyen Age (1356-1 (...)

4On le voit, en Bourgogne, le châtelain était bien le principal administrateur domanial, celui qui avait la charge de la gestion d’une seigneurie ducale et devait rendre chaque année compte des recettes et des dépenses qu’il avait effectuées dans ce cadre. à la différence de leurs homologues de bien des principautés comme le Bourbonnais ou la Comté de Bourgogne, qui étaient parvenus à se délester de la reddition des comptes sur des receveurs, les châtelains bourguignons avaient conservé cette attribution12.

1.2 – Les châtelains, des comptables ?

5à examiner l’extraction des châtelains durant les principats des deux derniers ducs de Bourgogne capétiens, Eudes IV et Philippe de Rouvres, et des deux premiers Valois, Philippe le Hardi et Jean Sans Peur, il y a pourtant de quoi douter qu’ils aient systématiquement eu des compétences en matière de comptabilité (figure 2).

Fig. 2 – L’extraction sociale et professionnelle des 57 châtelains (hors commis au gouvernement d’une châtellenie) du bailliage d’Auxois en poste entre 1331 et 1420.

Fig. 2 – L’extraction sociale et professionnelle des 57 châtelains (hors commis au gouvernement d’une châtellenie) du bailliage d’Auxois en poste entre 1331 et 1420.
  • 13 B 5401-3, f° 1 et B 356 (1366).
  • 14 B 2774-1, f° 11, B 2779-1, f° 9, B 6236, 2e cahier de papier, f° 20v, B 5047-7, f° 1, et BNF, Colle (...)

6L’histogramme révèle que l’état ducal ne privilégiait pas en premier lieu le savoir-faire comptable au moment de recruter et d’instituer les officiers : l’appartenance à la noblesse, l’hérédité ou encore la faveur du prince avaient une large part dans les nominations. C’est ainsi que Guillaume des Granges succéda à son père décédé, le chevalier Hugues des Granges, dans la charge de châtelain de Montréal, en 1351 ou 1352, à l’âge de 20 ans environ seulement13. De même, un demi-siècle plus tard, en 1412, Guiot Merlin obtint l’office de châtelain de Lantenay, alors qu’il n’était âgé que de 25 ans, grâce à une intervention auprès de la duchesse Marguerite de Bavière de sa mère, Isabelle de Semur, qui avait été nourrice et « breceresse » des filles du duc Philippe le Hardi14.

  • 15 B 5402-1, f° 1, B 5404-5, f° 1, B 1412, f° 17, B 10513 (1365), B 11402-1, f° 11 et B 4941-3.
  • 16 Courtépée Claude et Béguillet Edme, Description générale et particulière du duché de Bourgogne, Dij (...)

7Il en résulte que pour pas moins de 25 châtelains, aucune compétence financière ou comptable n’est attestée par la documentation ! Voici « messire Jehan de Muxey, chevalier, sire de Jours[-lès-Baigneux] » ; « chastellain et capitain de Montreaul et de Chastel Girart » de 1356 à 1366, il devait « pour et a cause du gouvernement desdictes chastellenies par la fin de ses comptes renduz sur ce en la chambre [des] comptes [du duc] a Dijon […] la somme de dix huit cens florins de Florance ou environ ». Les deux châtellenies produisant chaque année entre 400 et 500 florins de recettes, avant que n’en soit défalquée la moindre charge, l’officier avait creusé en moins de dix ans une dette représentant au moins quatre fois les revenus domaniaux annuels ! Arrêté et emprisonné par les gens des comptes, qui firent également saisir ses biens, il obtint finalement du duc, « pour consideracion [de ses] services », que sa dette fût réduite à 1 000 florins, qu’il acquitta en lui cédant sa terre de Grignon15. On voit que si Jehan de Mussy avait certainement des talents dans le domaine militaire, qui avaient dû lui valoir de se voir confier une châtellenie qui était la « clef de la Bourgogne, du côté de la Champagne »16, en une période où les Anglais puis les Grandes Compagnies menaçaient le duché, il s’était montré un piètre gestionnaire.

  • 17 Les lettres de son institution sont éditées dans Couvel Fabienne et Leguil Matthieu, « "Salaire de (...)
  • 18 Peincedé Jean-Baptiste, Inventaire de la chambre des comptes de Bourgogne, 36 volumes manuscrits co (...)

8Voici encore l’écuyer et panetier du duc Jehan de Jeux, qui fut châtelain de Vieux-Château de 1370 à 137517. à l’image de Jehan de Mussy, on le trouve figurant dans des montres d’armes et dans la charge de capitaine du château de Vieux-Château18. Or, sa signature, une première fois raturée et finalement bien maladroite sur un acte de 1370, laisse perplexe sur sa capacité à produire un rapport écrit de sa gestion ou même à en superviser la production (figure 3).

Fig. 3 – Quittance de Jehan de Jeux pour ses gages de la capitainerie de Vieux-Château, 1370

Fig. 3 – Quittance de Jehan de Jeux pour ses gages de la capitainerie de Vieux-Château, 1370

(Archives départementales de Côte-d’Or (www.archives.cotedor.fr), B 11834, réutilisation soumise à conditions).

  • 19 BNF, Collection de Bourgogne, t. LII, f° 140, et t. XXIII, f° 7v, Petit Ernest, Itinéraires de Phil (...)

9Voici enfin Jehan Daubenton, écuyer, fourrier et valet de chambre de Philippe le Hardi dès 1365, suffisamment familier du duc pour qu’il soit présent avec Marguerite de Male à Montbard en 1374 lorsque « s’y firent les noces de Jehan Daubenton » ; institué châtelain de cette ville en 1398, il demandait dès avril 1402 de résigner sa charge parce que « pour la foiblesse de son aaige et auxi qu’il n’est point clerc, il ne puet plus bonnement excercer ledit office »19. On le voit, trouver des officiers manifestement incapables de produire eux-mêmes leurs comptes n’est guère difficile.

1.3 – Des châtelains impliqués dans la reddition de leurs comptes

10Pour autant, on ne peut dire que les châtelains ducaux se désintéressaient des comptes dont ils étaient les auteurs officiels. Ils ne prenaient certes jamais en charge intégralement leur production. Notamment, on ne trouve aucun officier assurant lui-même l’écriture de ses registres : chaque fois en effet que l’on peut comparer le « seingnet manuel » de l’un d’entre eux et l’écriture de ses comptes, on constate que les mains diffèrent (figure 4).

Fig. 4 – Deux mains distinctes :

Fig. 4 – Deux mains distinctes :

1- Une certification écrite et signée par Evrart de Nesle, coadjuteur de tabellion, 1363

2- Un compte du même, châtelain de Grignon, 1373-1374
(Archives départementales de Côte-d’Or (www.archives.cotedor.fr), B 1376 et B 4941-7, f° 1, réutilisation soumise à conditions).

  • 20 B 1376 (1363), B 4940-1, f° 1, B 4941-12, f° 1, Peincedé Jean-Baptiste, Inventaire …, op. cit., t.  (...)
  • 21 Voir pour Perrenot Périlleux, dit de Vieux-Château, châtelain de Montréal (1386-1420), B 5420-2 et (...)

11L’exemple d’Evrart de Nesle, dont l’écriture et la signature sont connues par les actes qu’il a rédigés en tant que coadjuteur de tabellion et qui fut châtelain de Grignon de 1366 à 1379 et de Montbard de 1370 à 1391, est emblématique20. Mais bien d’autres cas suggèrent que le fait était une règle générale en Auxois comme ailleurs dans le duché, au xive comme au xvsiècle21.

  • 22 B 1470, f° 16v, B 6214-1, f° 1, B 6212-1, B 11513, f° 64v et B 6214-2, f° 12.

12Pourtant, l’implication des officiers dans la tenue des comptes ne fait guère de doute. C’est ainsi que Guillaume Le Boguet, alias de Ruères, châtelain de Semur de 1386 à 1406, qui n’écrivait pas davantage ses comptes que ses homologues, n’en était pas moins en mesure de présenter aux gens des comptes « ses manuelz, comptes particuliers et papiers » à l’occasion de la clôture de ses comptes en 141022. On voit que si les officiers étaient amenés à confier l’écriture des comptes à des scribes qui devaient en faire profession – on y reviendra –, ils étaient impliqués dans la gestion elle-même de la châtellenie et l’élaboration du discours comptable qui en résultait.

  • 23 Voir par exemple les préambules de comptes transcrits ou présentés en photographies.
  • 24 B 5405-1, f° 11.
  • 25 B 5444, f° 1.
  • 26 B 6532-2, f° 1.

13La meilleure preuve en est qu’une large majorité des comptes étaient bien « renduz » par les châtelains eux-mêmes : sur 167 registres dont les préambules précisent l’identité de celui qui les a « renduz », pas moins de 110 sont attribués à l’officier lui-même, soit les deux tiers23. Parfois, des mentions marginales ou des notations ajoutées au moment de l’audition du compte permettent de s’assurer de la présence effective de l’officier pour présenter et défendre le compte remis à la chambre des comptes. C’est ainsi que « en l’audicion de [son] compte » pour l’exercice 1366-1367, le châtelain de Montréal Jehan Dominé reçut « au burel » des injonctions des gens des comptes concernant la façon de faire et ordonner ses rapports financiers24. De même, son lointain successeur Jehan Millot présenta lui-même son compte de la châtellenie de Montréal pour l’année 1447 au maître des comptes Jehan Chapuis et à l’auditeur Jehan Monot le 7 février 1449 et fut présent lors de sa clôture le 15 février25. à l’inverse, lorsque le compte était explicitement rendu par quelqu’un d’autre que le châtelain, c’était dans près de la moitié des cas – 24 comptes – en raison du décès de l’officier. C’est ainsi que « le compte de Jehan Mellin, chastellain et cappitain de Vieschastel, » pour l’année 1418 fut « randu, pour le trespassement dudit Jehan Merlin, par Katherine de Rueres, jaidis femme dudit feu chastellain, et par Guiot Mellin, frere et heritier d’icellui feu Jehan », une mention inscrite en tête du document indiquant plus précisément que le compte avait été présenté à Dijon en 1426 par Pierre de Villiers, nouveau mari de la veuve26.

14Ainsi, si les châtelains bourguignons n’avaient pas forcément de compétences en matière de finances et de comptabilités, ils ne se désintéressaient pas pour autant de la reddition de leurs rapports financiers. Bien au contraire, ils en assumaient officiellement la responsabilité. C’est que pour être en mesure de le faire, ils avaient autour d’eux de précieux et compétents auxiliaires.

2 – Autour du châtelain : la division du travail de production et de reddition des comptes

  • 27 B 6214-2 (compte de Guillaume Le Boguet, alias de Ruères, châtelain de Semur, 1405-1406, rendu par (...)

15Rapports officiels de la gestion des deniers dont les officiers avaient la charge, les comptes n’avaient pas lieu de s’appesantir sur les subordonnés auxquels ceux-ci pouvaient faire appel pour les assister : seul importait pour la chambre des comptes de Dijon l’officier responsable de la recette. Pourtant, si l’on revient sur les 167 comptes dont les préambules précisent l’identité de celui qui les a « renduz », on constate qu’une fois sur cinq – 33 comptes –, les châtelains déléguaient la reddition à un tiers. Sorte de partie émergée de l’iceberg, le fait nous fournit l’occasion d’apprendre qu’ils recouraient aux services de trois types d’auxiliaires, le clerc, le lieutenant et le procureur27. Dès lors, le repérage de mentions incidentes contenues dans les comptes peut permettre de mieux comprendre la division du travail qui présidait à la confection et à la reddition des écrits de gestion.

2.1 – Le châtelain assisté : le clerc du châtelain

  • 28 B 6669ter-1, f° 4, B 6210-1, f° 8v et B 5421-5, f° 21-21v.

16Le « clerc du chastellain » était l’assistant incontournable. On en trouve de si nombreuses mentions qu’il n’est pas imprudent d’affirmer que tout châtelain avait un clerc attitré à ses côtés. On rencontre ainsi Milot Ancelot, châtelain de Vitteaux, recevant en 1347 un défraiement pour lui, son clerc, le portier du lieu, sa chambrière et son valet ; Thibault Le Fort, châtelain de Semur, voyageant avec son clerc en 1381 ; ou encore Perrenot Périlleux, dit de Vieux-Château, châtelain de Montréal, envoyant son clerc à Dijon porter une somme d’argent au receveur général de Bourgogne en 140628.

  • 29 B 11353, f° 89 (contrat de louage d’un clerc auprès d’un boucher, 1392), édité dans Couvel Fabienne (...)
  • 30 B 1336 (Jehan Le Louat, clerc de Jehan des Granges, bailli d’Auxois, 1311), 7 H 578 (Perrenot, cler (...)
  • 31 Voir par exemple le compte de la châtellenie de Montréal pour 1392-1393 : B 5419-1, f° 19v-20. De f (...)
  • 32 Voir les exemples ci-dessus n. 26 ou aussi B 4371-1, f° 3v (Montigny et Courcelles, vers 1368), B 5 (...)
  • 33 Voir par exemple B 5725-3 (Robin Dadot, clerc de Girart Le Grant, châtelain de Pouilly-en-Auxois, 1 (...)

17C’est que l’emploi d’un clerc, lié à « son maistre » par un contrat de louage qui le faisait entrer dans sa dépendance, pour « servir bien et loyalment en l’art et science d’escripture et en touz autres ouvrages et services licites etc., qu’il pou[vait] ne sa[vait] faire » était une pratique courante dans les classes aisées de la société médiévale29. Tel officier ducal, tel chanoine, tel baron ou même tel riche artisan ou commerçant avait ainsi recours à un clerc pour lui servir de secrétaire30. Auprès du châtelain, même s’il pouvait recevoir des indemnités pour des missions particulières et si le châtelain était toujours défrayé « pour parchemin, papier et ancre pour faire ce present compte et pour les despens, guaiges et salaires du clert qui [l’]a faiz, minuez et grossez », ce secrétaire de l’officier ne recevait jamais de salaire à titre personnel de la part de l’état ducal31. Il était donc bien un employé privé du châtelain ; ce qui explique qu’il reste le plus souvent dans les comptes un anonyme32. C’est donc seulement au hasard d’un article de dépense détaillé ou d’une délégation de pouvoir concédée par l’officier à son clerc pour une tâche spéciale, comme le suivi d’un chantier, que l’on peut connaître l’identité de ce précieux auxiliaire33.

  • 34 B 6529-2, B 6531-1 ou B 6531-2, E 1453 (1410) et Archives municipales de Semur-en-Auxois, EE 6 (141 (...)

18Le clerc du châtelain intervenait naturellement dans le processus de production et de reddition des comptes. Il pouvait écrire le registre, comme on voit Jehan Rigolot, clerc du châtelain de Vieux-Château Jehan Merlin, le faire, si l’on en croit la comparaison des comptes et d’actes établis par lui en qualité de coadjuteur de tabellion (figure 5)34.

Fig. 5 – Compte de la châtellenie de Vieux-Château de Jehan Merlin écrit de la main de son clerc, Jehan Rigolot, 1413

Fig. 5 – Compte de la châtellenie de Vieux-Château de Jehan Merlin écrit de la main de son clerc, Jehan Rigolot, 1413

(Archives départementales de Côte-d’Or (www.archives.cotedor.fr), E 1453 (1410), et B 6531-2, f° 1, réutilisation soumise à conditions).

  • 35 B 1337 (5, 26 et 27 décembre 1404).

19Il pouvait encore écrire les pièces justificatives, comme les certifications ou quittances, qui étaient exigées par les gens des comptes pour entériner les opérations financières, à l’image de Jehan L’Estevenin, clerc du châtelain de Semur-en-Auxois Guillaume Le Boguet, alias de Ruères35.

20Pourtant, il arrivait aussi qu’il se délestât de la fastidieuse tâche d’écrire le compte sur un scribe spécialement employé à cet effet. Avant de devenir châtelain de Montréal, Perrenot Périlleux, dit de Vieux-Château, assuma auprès de Jacques Paris de La Jaisse, bailli d’Auxois et châtelain de Semur de 1383 à 1386, la fonction de clerc ; or, la comparaison de l’écriture des registres et de sa signature révèle qu’il n’écrivit pas lui-même les comptes (figure 6).

Fig. 6 – Préambule du compte de Jacques Paris de La Jaisse, châtelain de Semur-en-Auxois, pour l’exercice 1383-1384 et signature du clerc du châtelain, Perrenot Périlleux, 1397

Fig. 6 – Préambule du compte de Jacques Paris de La Jaisse, châtelain de Semur-en-Auxois, pour l’exercice 1383-1384 et signature du clerc du châtelain, Perrenot Périlleux, 1397

(Archives départementales de Côte-d’Or (www.archives.cotedor.fr), B 6211-2, f° 1, et B 11513, f° 111, réutilisation soumise à conditions).

  • 36 B 6211-1 et 2.

21Pour autant, il ne se tint pas à l’écart du processus de production des documents : c’est lui qui les rendit aux gens des comptes au nom de son maître, passant cinq jours à Dijon en août 138636. En fait, si l’on se rappelle que le châtelain cumulait son office domanial avec celui de bailli d’Auxois, on peut faire l’hypothèse qu’il avait délégué la gestion de la châtellenie et la rédaction du compte à son clerc.

22Les tâches assumées par le clerc du châtelain pouvaient donc grandement varier : il pouvait être simplement la plume d’un officier actif faisant résidence et assurant directement et réellement le travail administratif ou au contraire se rapprocher d’un « lieutenant » et suppléer le châtelain. C’est d’ailleurs dans ce type de configurations, où le clerc endossait une part de la responsabilité incombant à l’officier, qu’il paraît avoir pu le plus souvent sortir de l’anonymat et être nommé par les comptes.

2.2 – Le châtelain suppléé : le lieutenant du châtelain

  • 37 B 5318-1, f° 1 et 1v, pièce justificative n° 1.
  • 38 B 2975-1, f° 1 et B 2976-4, f° 10v, B 2976-1, f° 1, B 2976-2, f° 1 et 7v et B 2976-4, f° 1 et 10v.
  • 39 Peincedé Jean-Baptiste, Inventaire…, op. cit., t. XXIV, p. 723, B 11752 (1387) et B 2977-1, f° 1.
  • 40 B 2976-4, f° 10v et B 2977-1, f° 1.
  • 41 B 4940-1, f° 8-9, B 5413, f° 12v-13, B 983 (1405), B 2977-8, f° 3 et B 6529-2, f° 20.
  • 42 B 5313, f° 13, ainsi que les références indiquées dans la note précédente.

23Sans doute parce qu’elle entrait en contradiction avec la « continuelle residence » à laquelle les châtelains ducaux étaient en principe astreints37, la figure du lieutenant est parmi l’ensemble des auxiliaires la moins bien éclairée par les comptabilités. Des lieutenants existaient pourtant bel et bien. Les comptes les font apparaître dans deux configurations principales : lorsqu’un châtelain d’extraction noble donnait la priorité à la poursuite des armes et/ou lorsqu’un membre de sa famille était en mesure de suppléer l’officier. Châtelain d’Avallon de 1387 à 1398, Geoffroy Guindot vit ses quatre derniers comptes rendus, du 7 au 14 juin 1398, par son « frere et lieutenant », Pierre Guindot de Saint-André, « en absence dudit Joffroy »38. C’est que l’officier, qui était écuyer et avait participé dès 1387 à la guerre de Brabant « sous monseigneur de La Trimouille », avait pris part au « voyage de Hongrie », qui, après avoir quitté Dijon en avril 1396, déboucha sur la défaite des armées chrétiennes à Nicopolis face aux Turcs le 25 septembre 1396, et au cours duquel il disparut39. L’entrée en scène d’un lieutenant se justifiait donc sans difficulté dans ce cas, jusqu’à ce que le duc se décide à instituer un nouveau châtelain « en lieu dudit Joffroy que l’en espere estre demoré ou voyaige darrain fait en Hongrie »40. L’exemple de ce châtelain parti et mort en croisade et laissant le gouvernement de son office à un lieutenant est sinon exemplaire, du moins emblématique : car sur sept officiers en charge entre 1341 et 1419 et connus pour avoir eu un lieutenant, cinq et peut-être six étaient nobles – le châtelain de Grignon Guillemot de Lierche, ceux de Montréal Guillaume des Granges et Perrenot Périlleux, dit de Vieux-Château, ceux d’Avallon Geoffroy Guindot et Jehan de Laignes et, peut-être, celui de Vieux-Château Jehan Merlin, clerc des offices de l’hôtel du duc41 – et quatre l’avaient recruté dans leur plus proche parenté – Jehan Merlin, qui était suppléé par son frère Guiot, Jehan de Laignes, qui l’était par son frère Girart, le châtelain de Montbard Evrart de Nesle, par son gendre Pierre Le Goix, et bien sûr Geoffroy Guindot42.

  • 43 B 1266.
  • 44 B 4939-1, 2, 4 et 5.
  • 45 B 11706 (1369) et B 4940-1, f° 8-9.

24Lorsqu’ils émergent dans la documentation, les lieutenants paraissent avoir été étroitement impliqués dans la gestion des châtellenies et la reddition des comptes. En 1325, Guillaume des Mouhes, « leu tenant a Montreaul » du châtelain Hugues des Granges, assumait la perception puis la vente des avoines dues au duc43. Une quarantaine d’années plus tard, Guillemot de Lierche, châtelain de Grignon depuis 1362, mourut en charge le 15 août 136644. S’il était au clair pour sa gestion jusqu’au 11 novembre 1365, ayant rendu ses comptes pour les trois premiers exercices en juillet 1366, il était « encores tenuz [au duc] a cause du gouvernement de ladicte chastellerie de Grignon » du 11 novembre 1365 à la date de son décès. Soucieux de recouvrer ce qui restait dû, les gens des comptes ordonnèrent au successeur du défunt « que ouest le compte du lieutenant de Guilemot de Lierche » Symon Quartier45. Si celui-ci refusa de rendre compte, affirmant n’avoir rien reçu, il est intéressant de constater que les officiers ducaux se tournèrent avec assurance vers lui pour clarifier la gestion de la recette et ouïr le compte qui en faisait état.

25Même s’il n’apparaît explicitement que lorsque l’officier était en mesure de justifier le recours à ses services de façon irréprochable, le lieutenant pouvait donc être un auxiliaire très précieux pour le châtelain, assumant parfois pour lui la réalité de la gestion des ressources domaniales de la châtellenie ; et si celui-ci profitait de la présence de ce suppléant pour se désintéresser totalement du versant financier de son office, il pouvait même être amené à lui déléguer l’ensemble de son activité comptable, jusqu’à la reddition des comptes et à leur défense devant la chambre des comptes à Dijon. Le lieutenant était alors investi d’une procuration par le châtelain et les sources le désignent comme son « lieutenant et procureur », à l’image de Drouin Malvoisin, chargé en 1402 par le châtelain d’Avallon Jehan de Laignes de rendre ses comptes pour la période du 1er juin 1398 au 10 novembre 1401 :

  • 46 B 2977-2, f° 1.

« Ce present compte [de la châtellenie d’Avallon pour l’exercice du 11 novembre 1398 au 10 novembre 1399 a été] rendu par Droin Mauvoisin d’Avalon, lieutenant dudit chastellain, lequel Droin il a ordonné et establi son procureur en la chambre en la presence de messeigneurs des comptes ou estoient maistre A. Paste, N. Vaillant et G. de Bray le IIe de may M CCCC ET DEUX et donné puissance de rendre ses autres comptes ensuiant, tant de la chastellenie comme de la gruerie et veoir et accepter la cloison d’iceulz et de son premier compte aujourd’ui rendu par ledit chastellain et generalment de faire tout ce que en tel cas appartient et que il mesme feroit se present y estoit en sa personne etc. »46

2.3 – Le châtelain défendu : le procureur du châtelain

26C’est que face à la technicité de la comparution devant les gens des comptes pour l’audition de leurs rapports financiers, les châtelains pouvaient ressentir quelque inquiétude et redouter d’éprouver les limites de leurs compétences. Représentant l’officier dans les actes juridiques et notamment devant la cour de justice que constituait la chambre des comptes, le procureur pouvait dès lors pallier ses insuffisances et rendre et défendre ses comptes à sa place, se faisant en quelque sorte l’avocat de sa gestion. C’est pourquoi une fois sur cinq – pour 31 des 167 registres dont les préambules précisent l’identité de celui qui les a « renduz » –, on voit les officiers – ou leurs héritiers – faire ainsi appel à un procureur.

  • 47 B 6214-1, f° 1 et B 6214-2, f° 1 et 11v-12.

27Ce procureur était parfois l’un des auxiliaires habituels du châtelain. On vient de le voir pour le lieutenant, avec l’exemple de Drouin Malvoisin. Mais le cas se rencontre aussi avec des clercs de châtelain. Ainsi, en octobre 1407, Jehan Rigolot – que l’on a déjà rencontré au service du châtelain de Vieux-Château Jehan Merlin – assuma la reddition du dernier compte de la châtellenie de Semur-en-Auxois de Guillaume Le Boguet, alias de Ruères, pour la période du 11 novembre 1405 au 7 août 1406, ainsi que celle de ses comptes de la prévôté de Semur de Noël 1404 au 6 novembre 1406, en tant que « clerc et procureur dudit Guillaume » ; et en juin et juillet 1410, il assistait à nouveau aux séances de la chambre visant à « mectre conclusion » à l’ensemble des comptes de « son maistre » suite à sa sortie de charge47. Ces exemples de lieutenants ou de clercs de châtelain rendant les comptes à la place de l’officier en titre suggèrent une fois de plus que ces auxiliaires pouvaient être les véritables comptables, tandis que les châtelains se concentraient sur les tâches les plus nobles, ayant trait à la justice, à l’administration des populations ou aux armes.

  • 48 B 5321-3, couverture, pièce justificative n° 2 et B 2977-2, f° 1.
  • 49 Jassemin Henri, La chambre des comptes de Paris au XVsiècle, Paris, 1933, passim.
  • 50 B 1569, f° 89v, f° 109-109v, f° 115v et Mollat Michel, Favreau Robert éd., Comptes généraux de l’ét (...)
  • 51 B 2783-1, B 2783-2, B 2783-3, B 1563, B 3354, B 3355-1 et B 3355-2. Les renseignements sur Bracon m (...)
  • 52 B 2977-6, 7 et 8, B 2977-8, B 2979-1, 2 et 3, B 2980-1, B 5320-1, B 5321-3, B 5735, B 6215-1 et 2, (...)

28Cependant, on rencontre également, et de plus en plus à mesure que se déroule le xvsiècle, une situation presque complètement inverse qui mérite d’être mise en lumière : c’est l’appel à un procureur à la fois étranger à la gestion de la châtellenie et à la rédaction du registre et spécialisé dans la reddition des comptes devant l’institution de contrôle dijonnaise. Ces professionnels du droit et des finances publiques, qui étaient le plus souvent dijonnais, développaient d’étroites relations avec les institutions centrales de l’état ducal, au premier rang desquelles la chambre des comptes, et devaient donc apparaître pour les receveurs comme des intermédiaires capables de faciliter le bon déroulement de l’audition de leurs comptes et l’obtention dans les meilleures conditions de l’indispensable quitus que délivraient les gens des comptes. Ils assumaient seuls la défense des rapports financiers devant ceux-ci, après avoir été constitués procureurs par les officiers, par le biais de lettres de procuration ou d’une déclaration solennelle faite le jour de leur convocation par les contrôleurs ducaux48. Sans en porter le titre, ils ne sont pas sans évoquer les « procureurs des comptes » qui existèrent à la chambre des comptes de Paris à partir du xvsiècle49. Voici le premier et le plus actif de ces procureurs spécialisés : Martin Le Fèvre. Clerc demeurant à Dijon, juré de la cour du duc et coadjuteur du tabellion de la capitale du duché, l’homme assurait de multiples services pour les gens des comptes ou le receveur général de Bourgogne, instrumentant pour eux, copiant des lettres ou des comptes ou prenant en charge des commissions diverses50. Parallèlement, il s’était fait une spécialité de représenter les officiers comptables des deux Bourgognes devant la chambre des comptes, puisqu’on le voit présenter et/ou défendre dans les années 1410 et 1420 les comptes de tel receveur de la gruerie du bailliage d’Auxois, de tel receveur de la châtellenie comtoise de Bracon ou encore de tel commis à la recette générale des duché et comté de Bourgogne51. Quant aux châtelains de l’Auxois, ils faisaient très largement appel aux services du procureur dijonnais puisqu’on le retrouve impliqué dans la reddition d’au moins 36 comptes rendus entre 1408 et 143752.

29On l’a compris, il n’existait pas un modèle unique de division du travail de reddition des comptes des châtellenies ducales de l’Auxois. Il était possible à un châtelain de s’attacher les services d’un clerc qui lui servait de secrétaire dans l’ensemble de son activité économique et sociale, d’employer un lieutenant pour administrer sa châtellenie, de faire appel à un ou plusieurs clercs payés à la tâche pour écrire son compte et enfin de solliciter un juriste dijonnais pour lui servir de procureur spécial devant la chambre ; de même qu’un officier actif et impliqué dans sa fonction pouvait rédiger lui-même son compte et le dicter à son clerc, avant d’aller le présenter et le défendre en personne à Dijon. Dans tous les cas cependant, la reddition des comptes de châtellenie impliquait la présence d’un certain nombre de compétences indispensables à la production de ces écrits de gestion.

3 – Être comptable : extraction, formation et compétences des comptables

  • 53 B 6527-4, f° 1.
  • 54 Rappelons que certains individus se retrouvent à la fois dans plusieurs catégories, par exemple ceu (...)

30On a évoqué ci-dessus le problème des officiers dont on pouvait douter des compétences en matière de comptabilité et l’on s’est notamment interrogé sur ce châtelain de Vieux-Château qui ne savait que si maladroitement signer, Jehan de Jeux. On a compris cependant que ceux qui ne détenaient pas les savoirs nécessaires pouvaient faire appel à des auxiliaires ; et en effet, le compte de la châtellenie de Vieux-Château de 1372-1373 fut « rendu par Jehan de Rougemont, clerc dudit chastellain »53. Pour bien comprendre les qualités et compétences que devaient détenir les comptables des châtellenies bourguignonnes, la façon dont ils les avaient acquises ou encore l’extraction sociale, culturelle et/ou professionnelle qui était la leur, il convient donc de considérer non seulement les 64 châtelains ou commis au gouvernement d’une châtellenie connus, mais encore l’ensemble du personnel impliqué dans la reddition des comptes que l’on a pu identifier, c’est-à-dire huit lieutenants, quatorze clercs, quatre scribes employés ponctuellement et huit procureurs, soit au total 85 individus54.

3.1 – Lire et écrire : l’appel aux clercs

  • 55 Un exemple parmi tant d’autres : la copie, datée de 1389, des lettres ducales d’institution de Geof (...)

31La première compétence qui était attendue pour la reddition des comptes domaniaux bourguignons était – bien sûr – de savoir lire et écrire. Si la qualité des écritures qui ont noirci les peaux des registres comptables des châtellenies variait évidemment selon les mains à l’œuvre, d’une façon générale, il est incontestable que les scribes maîtrisaient bien l’art de l’écriture. La comparaison de prestigieux registres royaux comme ceux du trésor des chartes du roi de France et des modestes comptes des châtellenies de l’Auxois témoigne de la maîtrise que détenaient les clercs bourguignons de l’écriture de chancellerie qui avait cours à travers tout l’espace français aux xive et xvsiècles55.

32Pour satisfaire à cette exigence de comptes écrits soigneusement et conformément aux canons en vigueur dans les chancelleries et écritoires de l’Occident de la fin du Moyen Âge, l’on faisait appel à des scribes pour qui l’écriture était une activité professionnelle. Ces hommes pouvaient, on l’a dit, être les clercs des châtelains eux-mêmes, mais le plus souvent on recourait aux services de salariés payés à la tâche et que les sources laissent dans un anonymat complet, qui ne va pas sans poser un délicat problème pour comprendre leur extraction, leur formation et leurs compétences.

  • 56 Pour d’autres exemples, cf. B 4371, f° 9, B 6206-2, f° 1, B 1440 (1371-1375), f° 65v ou B 6228, f°  (...)

33Par bonheur, ces scribes prenaient parfois le temps de se représenter – parmi d’autres éléments de leur cadre de vie – sur les comptes qu’ils écrivaient, et plus précisément dans les initiales ornées dont ils les agrémentaient (figure 7)56.

Fig. 7. Initiale ornée représentant un clerc tonsuré en tête du préambule du compte de la châtellenie de Semur-en-Auxois de 1365-1366

Fig. 7. Initiale ornée représentant un clerc tonsuré en tête du préambule du compte de la châtellenie de Semur-en-Auxois de 1365-1366

(Archives départementales de Côte-d’Or (www.archives.cotedor.fr), B 6205-2, f° 1, réutilisation soumise à conditions).

  • 57 B 5417-1, f° 30v, B 5420-4, f° 24v, B 983 (1405), f° 2 et B 5419-2, cahier de menues parties, f° 1v
  • 58 B 6202-1, f° 13v et Archives municipales de Semur-en-Auxois, CC 33 (1396), f° 13, et CC 33 [1397], (...)

34Même si certains semblent avoir pu être des « escripvains » laïcs, qui savaient tenir le calame, mais ignoraient le latin, à l’image sans doute de ce Jehan Seurre, alias L’Escripvain, de Cormarin, clerc du châtelain de Montréal Perrenot Périlleux, dit de Vieux-Château de 1388 à 1399 mais que les sources ne mentionnent jamais comme jouissant de l’état de clerc57, ils apparaissent plus souvent à travers ces illustrations comme des clercs tonsurés. Et en effet, lorsqu’ils peuvent par chance être identifiés grâce à leur écriture, on constate que ce sont bien de ces clercs simples qui étaient si nombreux dans les villes et les bourgs de la France des xive et xvsiècles. C’est le cas d’un scribe bien éclairé, Oudot Le Guay (figure 8). Clerc marié et coadjuteur de tabellion attesté à Semur-en-Auxois de 1359 à 1397, l’homme assumait, moyennant salaire, « certaines escriptures » pour les officiers ducaux, comme le bailli d’Auxois ou les châtelains d’Avallon ou de Semur58.

Fig. 8 – Trois spécimens de l’écriture d’Oudot Le Guay, 1367 [n. s.]

Fig. 8 – Trois spécimens de l’écriture d’Oudot Le Guay, 1367 [n. s.]

1- Un compte du bailli d’Auxois, 1361-1362

2- Un instrument public

3- Un compte de la châtellenie de Semur-en-Auxois, 1374-1375
(Archives départementales de Côte-d’Or (www.archives.cotedor.fr), B 2749, f° 1, B 11693 (1367) et B 6208-3, f° 1, réutilisation soumise à conditions).

35Quant aux châtelains eux-mêmes, à leurs lieutenants et, à plus forte raison, à leurs clercs, on constate que s’ils n’écrivaient en général pas les comptes, ils n’en savaient pas moins bien souvent lire et écrire : en cumulant ceux que les sources qualifient de « clercs », ceux qui savaient signer ou encore ceux qui pratiquaient une activité impliquant une maîtrise de l’écrit comme celle de coadjuteur de tabellion, on peut dire que plus du tiers – 32 sur 85 – étaient alphabétisés.

36Comment les officiers, leurs auxiliaires et les scribes employés à la tâche acquéraient-ils cette alphabétisation ? La documentation n’offre guère d’informations explicites pour répondre à cette question, mais on peut observer une étroite corrélation entre la présence de petites écoles et la carte des institutions ducales de l’Auxois, comme si les besoins croissants de l’état bourguignon avaient soutenu le développement des établissements scolaires, qui pouvaient seuls fournir à un grand nombre d’hommes la culture et l’éducation nécessaires à la bonne exécution des activités administratives (figure 9).

Fig. 9 – Les petites écoles dans l’Auxois et ses alentours du xive à la première moitié du xvisiècle.

Fig. 9 – Les petites écoles dans l’Auxois et ses alentours du xive à la première moitié du xvie siècle.

3.2 – Rédiger en bonne forme : l’appel aux praticiens du droit

  • 59 Mattéoni Olivier, « Vérifier, corriger, juger. Les Chambres des comptes et le contrôle des officier (...)
  • 60 Pour un exemple d’opération validée par les gens des comptes car dûment appuyée sur la tradition tr (...)

37S’il était indispensable d’être lettré pour participer à la tâche de reddition des comptes ducaux, cette qualité n’était pas suffisante : il était tout aussi nécessaire de détenir des connaissances juridiques et de savoir rédiger en bonne forme. En effet, suite à l’adoption par l’état ducal à partir du milieu du xivsiècle de la norme comptable française élaborée par la chambre des comptes de Paris pour la rédaction, la reddition et l’audition des comptabilités des officiers royaux, les châtelains bourguignons devaient rédiger leurs comptes en respectant un plan préétabli qui avait vocation à enregistrer et à suivre la mémoire des droits ducaux et en justifiant les recettes et les dépenses qu’ils inscrivaient par la production d’actes authentiques tels que les mandements ordonnant les opérations et les quittances attestant leur réalisation ; in fine, leurs rapports financiers étaient ouïs par la chambre des comptes de Dijon dans le cadre d’une procédure juridique qui équivalait à un jugement du compte59. Le respect des règles qui constituaient cette norme comptable était donc fondamental pour le receveur, sous peine de voir les contrôleurs dijonnais rejeter ses opérations et lui refuser le quitus60.

  • 61 B 2977-1 à 5, B 2780-2, f° 7v, B 15, f° 63 et Archives départementales de l’Yonne, G 2212 (1400), G (...)
  • 62 B 2981-1 à B 2985-5 et Archives départementales de l’Yonne, 4 E 25 CC 83, f° 15 et G 2212 (1424), e (...)

38C’est ce qui explique le recrutement par l’état ducal de praticiens du droit : plus d’un tiers des comptables – 30 sur 85 – sont attestés comme notaires (tabellions ou coadjuteurs de tabellion) ou juristes, c’est-à-dire comme officiers de justice ducaux (lieutenants de bailli, procureurs du duc, clercs et libellances de cour de justice…), juges de justice seigneuriale ou procureurs d’institutions ou de personnes privées. Drouin Malvoisin d’Avallon, que l’on a déjà évoqué, est une bonne illustration de ces praticiens du droit impliqués dans l’administration financière ducale. Lieutenant et procureur du châtelain d’Avallon Jehan de Laignes de 1398 à 1401, on l’a dit, il est attesté par ailleurs comme coadjuteur du tabellion d’Avallon de 1400 à 1404 ainsi que comme juge du chapitre de la collégiale d’Avallon en 140561. Par la suite, cette compétence juridique lui permit d’accéder à l’office de receveur de la gruerie au bailliage d’Auxois, qu’il exerça de 1404 à 1422, puis à la charge de lieutenant du bailli d’Auxois, en 1415 au plus tard, et jusqu’en 142862.

  • 63 B 1375 (1302), Muteau Charles, Les écoles et collèges en province depuis les temps les plus reculés (...)
  • 64 Il faut attendre 1552 pour trouver un receveur de la châtellenie de Semur licencié en droit, Jehan (...)

39Comme les scribes des comptes, les praticiens du droit avaient dû commencer leur formation par la fréquentation des petites écoles, qui devait être l’occasion d’acquérir un savoir juridique de base à visée pratique et professionnelle, si l’on en croit le grand nombre de maîtres d’école bourguignons attestés comme coadjuteurs de tabellion, de ce Guillermus, rector scolarum de Reomo, clericus, publicus notarius juratus curie Lingonensis, en 1302, à Michel Le Curt, recteur de l’école de Saint-Seine de 1375 à 1396, et coadjuteur du tabellion de Dijon à Saint-Seine en 1396, en passant par maître Clément, recteur des écoles de Semur et clerc juré de la cour de l’archidiacre de Flavigny en 131163. En revanche, on ne trouve aucun châtelain, ni aucun lieutenant ou clerc de châtelain ayant fréquenté l’université64.

  • 65 B 11356, f° 39v-40, et B 6535-2, cahier papier, inséré à la fin du compte de châtellenie, f° 1.
  • 66 B 6529-2, f° 20, et B 6531-1, f° 1 et 1v, B 6236, 2e cahier de papier, f° 20v, et BNF, Collection d (...)

40Après les écoles, l’acquisition des savoirs devait se poursuivre directement auprès d’un officier, même s’il est impossible de quantifier le phénomène. On a déjà évoqué le cas de Perrenot Périlleux, dit de Vieux-Château, qui fut clerc d’un bailli d’Auxois et châtelain de Semur avant de succéder à son oncle Guillaume des Granges comme châtelain de Montréal en 1386. Son fils Guillaume de Vieux-Château suivit la même voie, puisqu’il était clerc de Jehan Moisson, receveur du bailliage de Dijon, en 1405, avant de devenir châtelain de Vieux-Château en 1420 puis de Montréal de 1421 à 142365. De même, Guiot Merlin était à l’âge de 24 ans lieutenant de son frère Jehan Merlin, commis au gouvernement de la châtellenie de Vieux-Château en 1411, avant d’être à son tour, on l’a dit, mis à la tête de la châtellenie de Lantenay en Dijonnais66. L’acquisition des savoirs, débuté à la petite école, se poursuivait donc bien souvent par un placement auprès d’un parent ou d’un ami qui acceptait de parfaire l’apprentissage du futur officier.

3.3 – Calculer et compter : l’appel aux marchands et aux financiers

  • 67 Jassemin Henri, La chambre des comptes…, op. cit., p. 112 et 129, Mattéoni Olivier, « Vérifier, cor (...)
  • 68 Ces rôles figurent dans les « menues parties » des comptes ; cf. par exemple B 5723-4, cahier de pa (...)
  • 69 B 5726-1, f° 16v, et B 5726-5, f° 8, 9, 10, 10v et 15.

41Une dernière compétence était nécessaire aux comptables ducaux : la maîtrise des chiffres et du calcul. Non que les comptables aient eu à établir les sommes et les totaux des comptes, puisque ce travail incombait aux clercs de la chambre des comptes qui se chargeaient des sommes des chapitres (« fausses sommes ») et aux maîtres des comptes qui « jetaient » celles des grandes sections du registre (« grosses sommes »), avant d’établir la balance du compte67. Mais, parce que dans leur gestion des recettes et des dépenses de la châtellenie qu’ils avaient en charge et dans le compte qui en faisait état, ils étaient amenés à calculer les montants des opérations elles-mêmes. C’est ainsi par exemple que les rôles de tailles ou de franchises donnaient lieu chaque année à des recettes « muables » dont le montant résultait de l’addition de l’ensemble des droits payés par les hommes de la seigneurie68. De même, pour les recettes et dépenses en nature, l’utilisation de multiples mesures impliquait encore des calculs et des conversions, comme on le voit dans les comptes de la châtellenie de Pouilly-en-Auxois des années 1370, où sont utilisées pas moins de quatre mesures à grains, celles de Pouilly, de Mont-Saint-Jean, de Semur-en-Auxois et de Dijon69.

  • 70 Voir par exemple B 6212-2.
  • 71 B 11834 (sans date, vers 1400).

42Au-delà des mathématiques, la gestion des seigneuries ducales exigeait des connaissances et des savoir-faire relatifs à la « marchandise ». Il fallait être capable de se retrouver dans le foisonnement des monnaies. Par exemple, dans les comptes de la châtellenie de Semur-en-Auxois des années 1400, c’est-à-dire en dehors de toute période d’instabilité monétaire, le comptable manipulait quatre monnaies de compte différentes, le florin et la livre digenois, pour les cens, la livre tournois, pour les rentes et bourgeoisies non muables, et le franc, pour les recettes muables et toutes les dépenses, avant de ramener l’ensemble des opérations en livres tournois70. De même, l’administrateur devait maîtriser le calendrier économique, afin de gérer de façon optimale les prélèvements et les débours. Il devait connaître avec précision les termes des prélèvements et au contraire les moments de l’année où les officiers centraux lui réclamaient des sommes d’argent « sur ce qu’il pouvoit devoir a cause de sa recepte ». La chambre des comptes exigeait encore des officiers qu’ils vendissent les denrées collectées à la « droite saizon », soit au moment de la soudure, lorsque les prix étaient au plus haut, « c’est assavoir les advoines ou mois de mars, le fourment et le segle ou moys de may et le vin a la Magdalene »71.

  • 72 B 5727-1, f° 1, et B 5731-3, f° 1, B 1394, f° 18v, et B 1423, f° 9, et, entre de multiples exemples (...)
  • 73 B 2758-2, f° 2, B 2762-2, f° 2v, B 2763-2, f° 1v-2 et 7v, B 2765-2, f° 2-2v et 5v, B 2767-2, f° 5v- (...)

43C’est pour satisfaire à ces exigences que l’état ducal faisait appel de façon privilégiée aux marchands et aux financiers : plus de la moitié des comptables des châtellenies de l’Auxois – 44 sur 85 – sont en effet attestés comme ayant pratiqué le commerce, retenu à ferme des seigneuries, des impositions ou d’autres revenus ou exercé des fonctions de receveur pour le compte de seigneurs laïcs ou ecclésiastiques. Châtelain de Pouilly-en-Auxois de 1379 à 1400, Pierrot Chevillart de Pouilly avait auparavant été deux fois prévôt fermier de Pouilly pour le duc, en 1352 et 1365, et à de multiples reprises amodiataire de droits et de revenus seigneuriaux du duc dans la châtellenie de Pouilly, tels que fours, dîmes ou tierces72. Mais surtout, avant et parallèlement à son office, il fut l’un des plus gros fermiers de l’imposition du vingtième des prévôtés d’Arnay-le-Duc et de Pouilly, emportant entre 1370 et 1396 pas moins de 14 adjudications, pour le montant total considérable de 3 685 francs ; et, entre 1374 et 1400, il était encore l’un des plus gros marchands de laines de l’Auxois73.

  • 74 B 6521-1, f° 1, B 5721-1, f° 1, et B 5725-4, f° 1, Petot Pierre éd., Registres des Parlements de Be (...)
  • 75 B 457 (1371-1372), B 1402, f° 20, B 1416, f° 10 et 12v, B 2754-2, f° 1, B 2758-2, f° 1, B 2761-1, f (...)
  • 76 Voir respectivement B 5405-1, f° 1, et B 356 (1366), et B 15, f° 201 et 205, et B 454 (1416).

44Ces riches marchands, l’état ducal les trouvait au sein de l’élite économique et sociale des bourgeois des petites villes de l’Auxois ou des coqs de village du plat-pays ; comme en témoigne l’exemple de Girart Le Grant, châtelain de Vieux-Château de 1360 à 1361, puis de Pouilly-en-Auxois de 1361 à 1374, qui était un serf de Villy-en-Auxois qui faisait commerce de blé dès 1357 et fut affranchi en 1362 par le roi Jean le Bon74. Et il les recrutait à un âge relativement avancé, lorsqu’ils avaient amassé une solide fortune. Clerc marié rompu à l’affermage de revenus ducaux de toutes natures – prévôtés, mairies, impositions… –, Guiot Belledent d’Epoisses demeurant à Semur-en-Auxois devint châtelain de Vieux-Château en 1363 à l’âge de 49 ans et le resta jusqu’en 137075. D’autres opulents bourgeois obtinrent aussi un office après avoir atteint la cinquantaine, par exemple Jehan Dominé devenu châtelain de Montréal à 50 ans ou Pierre Basin institué châtelain de Pouilly à 54 ans76.

45Ainsi, si les châtelains étaient bien souvent issus de l’aristocratie nobiliaire bourguignonne, ceux qui assumaient la réalité du travail de gestion des seigneuries ducales et de production des comptabilités, qu’ils aient été les officiers eux-mêmes ou leurs auxiliaires, se recrutaient au sein des élites techniciennes des clercs, des praticiens du droit et des marchands.

Conclusion

46à la différence de ceux de nombreuses autres principautés, les châtelains ducaux bourguignons restèrent tout au long des xive et xvsiècles des officiers polyvalents aux fonctions à la fois administratives et judiciaires, financières et militaires. Cette pérennité explique l’émergence d’une discordance entre un recrutement favorisant la noblesse – au moins un tiers des châtelains en étaient issus – et la nécessité de détenir des connaissances en matière de comptabilité pour remplir convenablement la fonction : les administrateurs des seigneuries ducales n’étaient pas prioritairement recrutés sur des critères de compétence comptable, sans pour autant pouvoir se désintéresser de la reddition de leurs comptes, puisqu’ils en étaient responsables et risquaient en cas de négligence ou d’erreur de se trouver chargés de lourdes dettes à l’égard de l’état ducal. Pour résoudre cette contradiction, les officiers peu au fait des questions financières et comptables faisaient appel à des auxiliaires issus d’une classe de techniciens spécialisés dans la production des écrits de gestion, dont l’expertise apparaissait de plus en plus indispensable, comme en témoigne le recours croissant aux procureurs des comptes pour défendre la gestion des châtelains devant les contrôleurs dijonnais. Ces scribes, clercs, lieutenants et procureurs, ainsi que les officiers eux-mêmes lorsqu’ils étaient issus de la bourgeoisie et de l’élite rurale des coqs de village, se caractérisaient par des compétences remarquables dans les domaines de l’écriture documentaire, du droit et des finances qui expliquent la qualité des comptabilités aujourd’hui conservées. Ce personnel comptable était en majorité issu des mondes entrecroisés des clercs simples, des praticiens du droit et des marchands et autres adjudicataires de revenus affermés. Il témoignait tout à la fois de la concentration des honneurs entre les mains des aristocraties et de l’affirmation de l’élite technicienne des administrateurs professionnels.

Haut de page

Annexe

Pièces justificatives

1. Lettres de Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, portant institution de Gauthier Brocart, châtelain de Montbard (copie collationnée en tête du premier compte de l’officier), 1402 [n. s.], 1er avril

B 5318-1, f° 1-1v

Copie77,

Phillippe78, filz de roy de France, duc de Bourgoingne, conte de Flandres, d’Artois et de Bourgoingne palatin, sire de Salins, conte de Rethel et seigneur de Malines, a tous ceulx qui ces presentes lettres verront, salut.

Comme dés l’an mil ccc iiiixx et dix sept [a. s], nous eussions commis et ordonné nostre bien amé Jehan Daubenton, escuier, nostre chastellain de Mombar79, et ycellui Jehan nous ait aujourd’ui exposé que, pour la foiblesse de son aaige et auxi qu’il n’est point clerc, il ne puet plus bonnement excercer ledit office ou il fault faire recepte et avoir gouvernement de justice, en nous humblement suppliant que dudit office, le voussissions deschargier et en porveoir a Gauthier Brocquart, son gendre, qui est jeusnes homs souffisans et bien reseans audit lieu de Mombar, si comme il dit, savoir faisons que nous, inclinans favorablement a la supplicacion dudit Jehan Daubenton, icellui avons deschargié et deschargeons dudit office par ces presentes.

Et pour consideracion des bons et aggreables services que ycellui Jehan nous a fais dés son enffance, audit office de chastellain, avons commis, ordonné et establi, commettons, ordonnons et establissons par la teneur de ces presentes lettres ledit Gautier Brocquart pour icellui office avoir, tenir et excercer par ycellui Gautier tant qu’il nous plaira aux gaiges, droiz, prouffis et emolumens accoustumez et qui y appartenent.

Lequel Gautier sera tenu de diligemment et loyaument garder nostre chastel dudit Mombar et y faire continuelle residence et de prendre par bon et loyal inventoire les biens mobles et utensiles a nous appartenans estans en nostredit chastel ; duquel inventoire nous voullons le double signié d’un de noz tabellions estre envoyé en nostre chambre des comptes a Dijon.

Et par ces meismes presentes, nous donnons poissance et auctorité a ycellui Gautier de faire faire gait et garde de jours et de nuiz en nostredit chastel, d’y contraindre a y venir tous ceulx qu’il appartiendra toutes et quantes fois que mestier sera, et generalment de faire toutes et chascunes des choses qui, audit office, appartiennent.

Si donnons en mandement a noz amez et feaulx les gens de noz comptes a Dijon que, receu dudit Gautier le serement accoustumé, ycellui, s’il est ad ce soffisans, mectent et instituent [f° 1v] en possession dudit office et lui aloent en ses comptes et rabatent de sa recepte les gaiges acoustumez en prenent pour une fois vidimus de ces presentes collacionné en nostredicte chambre.

En tesmoing de ce, nous avons fait mettre nostre seel a ces presentes.

Donné a Saint Denis en France le premier jour d’avril l’an de grace mil iiiic et deux avant Pasques80.

Ainsin signé : « Par mons. le duc, P. de Courlon81. »

<Et au dos desdictes lettres, estoit escript ce qui s’ensuit :>

Anno Domini millesimo quadrigentesimo secundo, xiio die aprilis post Pasca, Galtherus Brocquardi, in albo nominatus, prestuit juramentum solitum in manibus dominorum compotorum qui per tradicionem presentum litterarum induxerunt eum in possessionem et saisinam officii de quo, in albo, fit mencio. Scriptum in camera dictorum compotorum Divioni anno et die supradictis82. Ainsin signé : J. Bonost83.

Collacio hujus transcripti cum originali signato ac sigillato ut supra facta fuit in camera compotorum Divioni xxiiio marcii mo cccco quarto [a. s.] per me D.Marescalli84 et me R.Gonbaut85.

2. Lettres de Jehan Nicolas, châtelain de Montbard, portant constitution de procureur spécial au profit de Marin Le Fèvre demeurant à Dijon, 1415, 3 septembre

B 5321-3, couverture

Je, Jehan Nicolas dit Petit, de Mombar, et chastellain dudit lieu pour monseigneur de Bourgoingne, fais savoir a tous que j’ay fait et fais par ces presentes, constitue, ordonne et establi Martin Le Fevre, demourant a Dijon, mon procureur singulier et especial pour rendre et finir ce present compte86 devant messeigneurs des comptes a Dijon, en ycellui faire et besoingnier antre tant comme se je y estoie personnelment. Promet avoir acceptable et aggreable tout ce que par ledit Martin sera fait et compté et paier a mondit seigneur ce d’argent et autres choses en quoi je porray estre tenu par la fin de cedit compte. Tesmoing mon soing manuel duquel je use cy mis le iiie jour de septembre l’an mil quatre cens et quinze. [Signé :] J.Nycolas.

3. Châtelains et commis au gouvernement des châtellenies de l’Auxois, 1331-1419

Les dates portées sans indication particulière signifient que l’officier a été institué ou déchargé par le pouvoir ducal. Celles suivies de l’indication « mention » correspondent à la première ou à la dernière mention de l’officier dans sa charge. Enfin, les dates suivies de l’indication « † » signifient que l’officier est mort en charge.

Châtellenie d’Arconcey

Jehan Baudouin de Beaune, châtelain, 1331, avant le 1er février (mention)–1332, 16 janvier (mention)87.

Châtellenie d’Avallon

Guillaume de Salive, châtelain, 1329, 29 novembre (mention)–1331, 1er décembre (mention)88.

Hugues des Granges, chevalier, châtelain, 1336, avant le 7 janvier (mention)–1347, 1er novembre (mention)89.

Jehan Gautherin d’Avallon, châtelain, 1348, 8 juin (mention)–1360, 29 novembre (†)90.

Jehan de La Porte de Semur, châtelain, 1361, 25 avril–30 novembre91.

Huguenin Guindot, dit de Saint-André, châtelain, 1361, 30 novembre–1386, 30 décembre (†)92.

Geoffroy Guindot, châtelain, 1386, 30 décembre–1398, 1er juin (†)93.

Jehan de Laignes, châtelain, 1398, 1er juin–1409, 30 mars94.

Girart de Laignes, châtelain, 1409, 30 mars–1411, 28 mai95.

Guillaume de Presles d’Avallon, commis au gouvernement de la châtellenie, 1411, 28 mai–31 décembre96.

Girart de Laignes, châtelain, 1412, 1er janvier–1413, 10 août (†)97.

Jehan Bourges, châtelain, 1413, 30 août–1434, 29 avril (mention)98.

Châtellenie de Courcelles-lès-Semur et de Montigny-sur-Armançon

Guillaume des Granges, écuyer, châtelain, 1368, 29 janvier–1369, 24 juin99.

Châtellenie de Grignon

Perrenot de Coulmier, châtelain, 1360, 26 octobre–1360 ou 1361, avant le 11 novembre 1361100.

Jocelin de Langres, châtelain, 1360 ou 1361, avant le 11 novembre 1361–1362, 18 octobre101.

Guillemot de Lierche, châtelain, 1362, 18 octobre–1366, 15 août (†)102.

Evrart de Nesle, châtelain, 1366, 15 août–1379, 24 juin103.

Châtellenie de Montbard

Hugues Chapelus, châtelain, 1331, 16 janvier (mention)–1336, 10 novembre (mention)104.

Perreau de Boisthierry, châtelain, 1340, avant le 22 janvier (mention)–1353, 12 février105.

Guillaume Brocart, châtelain, 1353, 12 février–1361, 29 juin (†)106.

Perrenot de Sauvigny, commis au gouvernement de la châtellenie, 1361, 29 juin–1361, date inconnue avant le 11 novembre107.

Jocelin de Langres, châtelain, 1361, avant le 11 novembre–1369, peu après le 11 novembre108.

Evrart de Nesle, châtelain, 1369, peu après le 11 novembre–1373, 1er juin109.

Michel Galé de Laignes, châtelain, 1373, 30 mai–1375, octobre (†)110.

Evrart de Nesle, châtelain, 1375, 11 novembre–1391, 11 novembre (?)111.

Ambresin Marie, châtelain, 1391, 11 novembre (?)–1394, 25 juillet112.

Enguerrand de Houllefort, châtelain, 1394, 25 juillet–1398, 27 mars (†)113.

Jehan Daubenton, châtelain, 1398, 27 mars–1402, 4 avril114.

Gauthier Brocart, châtelain, 1402, 12 avril–1405, 12 février115.

Jacot de Lyon, châtelain, 1405, 3 février–1410, 13 février116.

Jehan Nicolas, dit Petit, châtelain, 1410, 13 février–1411, 1er juin117.

Nicolas Marie, commis au gouvernement de la châtellenie, 1411, 1er juin–31 décembre118.

Jehan Nicolas, dit Petit, châtelain, 1412, 1er janvier–1423, 23 octobre119.

Châtellenie de Montréal et de Châtel-Gérard

Hugues des Granges, chevalier, châtelain, 1320, 15 décembre (mention)–1351, après le 11 novembre, ou 1352, avant le 11 novembre (†)120.

Guillaume des Granges, écuyer, châtelain, 1351, après le 11 novembre, ou 1352, avant le 11 novembre–1356, 1er septembre121.

Jehan de Mussy, chevalier, sire de Jours[-lès-Baigneux], châtelain, 1356, 27 juillet–1366, 11 novembre122.

Jehan Dominé, châtelain, 1366, 11 novembre–1371, 11 novembre123.

Guiot Audrouin de Montréal, châtelain, 1371, 11 novembre–1372, 24 juin124.

Jehan Dominé, châtelain, 1372, 24 juin–1375, 7 septembre125.

Perrenot Brancion, châtelain, 1375, 7 septembre–1378, 16 août126.

Guillaume des Granges, écuyer, châtelain, 1378, 16 août–1386, 11 novembre127.

Perrenot Périlleux, dit de Vieux-Château, écuyer, 1386, 11 novembre–1421, 7 août (†)128.

Châtellenie de Mont-Saint-Jean

André Aliot de Saint-Thibault, gouverneur de la terre, 1329, 6 janvier (mention)–1335, 29 novembre (mention)129.

Châtellenie de Pouilly-en-Auxois

Jehan Espiart de Mont-Saint-Jean, châtelain, 1360, 14 décembre–1361, 1er novembre (†)130.

Girart Le Grant de Villy[-en-Auxois], châtelain, 1361, 1er novembre–1374, 11 novembre (†)131.

Elie Le Grant de Villy[-en-Auxois], châtelain, 1374, 11 novembre–1379, 24 juin132.

Pierre Chevillart de Pouilly[-en-Auxois], châtelain, 1379, 5 juillet–1400, 3 juillet (†)133.

Jehan de Champrenault, châtelain, 1400, 14 juillet–1411, 31 mai134.

Jehan Margueron, commis à la recette de la châtellenie, 1411, 31 mai–31 décembre135.

Jehan de Champrenault, châtelain, 1412, 1er janvier–1430, 8 avril (†)136.

Châtellenie de Semur-en-Auxois

André Christole, châtelain, 1331, 1er janvier (mention)–29 novembre (mention)137.

Guillaume de Sauvigny, gouverneur de la châtellenie, 1336, 12 janvier (mention)–5 décembre (mention)138.

Milot Ancelot, châtelain, 1348, 6 décembre (mention)–1353, 12 février139.

Guillaume Brocart, châtelain, 1353, 12 février–1359, 1er avril140.

Perrenot de Sauvigny de Semur, châtelain, 1359, 1er avril–1363, 5 mai (†)141.

Thibault Le Fort d’Autun, châtelain, 1363, 5 mai–1383, 11 novembre142.

Jacques Paris de La Jaisse, châtelain, 1383, 11 novembre–1387, date inconnue après le 1er juin143.

Guillaume Le Boguet, dit de Ruères, châtelain, 1387, date inconnue après le 1er juin–1406, 7 août144.

Guiot Brandin, commis au gouvernement de la châtellenie puis châtelain, 1406, 7 août–1411, 31 mars145.

Jehan Bouhot, commis à la recette et au gouvernement de la châtellenie, 1411, 1er avril–31 décembre146.

Guiot Brandin, châtelain, 1412, 1er janvier–1416, 2 octobre147.

Jehan de Sauvigny, commis au gouvernement de la châtellenie, 1416, 3 octobre–31 décembre148.

Guiot Brandin, châtelain, 1417, 1er janvier–1439, 31 décembre149.

Châtellenie de Vieux-Château

Perrenot de Courcelles, curé de Bierre, [pas de titre], 1360, 28 octobre–16 décembre150.

Girart Le Grant de Villy[-en-Auxois], châtelain, 1360, 6 décembre–1361, 2 novembre151.

Jacot Brûlé, châtelain, 1361, 2 novembre–1362, 8 septembre (†)152.

Perrenot de Sauvigny, châtelain, 1362, 16 septembre–1363, 5 mai (†)153.

Guiot Belledent d’Epoisses, châtelain, 1363, 5 mai–1370, 27 juillet154.

Jehan de Jeux, écuyer, châtelain, 1370, 27 juillet–[1375, 23 octobre ?]155.

Perrenot de La Borde, châtelain, [1375, 23 octobre ?]–1378, après le 1er novembre, ou 1379, avant le 1er novembre156.

Guillaume Savereau, châtelain, 1379, après le 1er novembre, ou 1380, avant le 1er novembre–1399, 14 mai157.

Guillaume Le Boguet, dit de Ruères, commis au gouvernement de la châtellenie, 1399, 14 mai–1400, 29 janvier158.

Jehan Andriot, châtelain, 1400, 29 janvier–30 octobre159.

Huguenin Mangeart de Rouvray, châtelain, 1400, 30 octobre–1407, 11 novembre160.

Pierre Drouin demeurant à Guillon, châtelain, 1407, 10 octobre–1408, 27 octobre161.

Pierre Drouin demeurant à Guillon, commis au gouvernement de la châtellenie, 1410, 4 mars–1411, 28 mai162.

Jehan Merlin de Semur, commis à la recette de la châtellenie, 1411, 28 mai–31 décembre163.

Pierre Drouin demeurant à Guillon, châtelain, 1412, 1er janvier–4 octobre164.

Jehan Merlin de Semur, châtelain, 1412, 17 septembre–1420, 5 septembre (†)165.

Châtellenie de Vitteaux166

Guiot Foucher d’Arnay, [sans titre], 1336, 24 juin (mention)–1336, 22 septembre167.

Hugues de La Salle de « Pontallié » [Pontarlier ou Pontailler], châtelain, 1336, 22 septembre–1337, 8 septembre (mention)168.

Milot Ancelot de Semur, gouverneur de la châtellenie, 1346, 5 novembre–1349, 9 juin169.

Haut de page

Notes

1 Bautier Robert-Henri et Sornay Janine, Les sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge, 2e série : Les états de la Maison de Bourgogne, vol. 1, fasc. 1, Archives centrales de l’état bourguignon (1384-1508), Archives des principautés territoriales : 1. Les principautés du Sud, 2. Les principautés du Nord (supplément), Paris, 2001, p. 229-302.

2 Ibid., p. 211-217 et 303-348.

3 Bartier John, Légistes et gens de finances au XVe siècle. Les conseillers des ducs de Bourgogne Philippe le Bon et Charles le Téméraire, Bruxelles, 1955-1957, 2 vol. , t. 1, p. 5.

4 Programme du colloque sur le « rôle des agents intermédiaires dans les tâches de gouvernement et d’administration au Moyen Âge », organisé à Limoges en 2010, consultable sur le site d’études médiévales Ménestrel : http://www.menestrel.fr/IMG/pdf/Colloque_Limoges_1_.pdf.

5 Le présent travail s’inscrit dans le prolongement d’un article réalisé avec Fabienne Couvel, « Fabrique et usages d’un outil de gestion à la fin du Moyen Âge. Les comptes des châtellenies ducales de Semur-en-Auxois et de Vergy aux XIVe et XVe siècles », à paraître aux Presses universitaires de Rennes en 201§ dans les actes du colloque Productions, remplois, mises en registre : la pratique sociale de l’écrit à travers la documentation médiévale bourguignonne organisé en 2009 par l’U.M.R. 5594-ARTeHIS. Il reprend, éprouve et développe les pistes esquissées dans cet article sur la division du travail de production des comptes dans les deux châtellenies. J’adresse mes remerciements aux collègues et amis avec qui j’ai eu des échanges fructueux au sujet de cette recherche et qui m’ont apporté leur aide, en particulier, Sylvie Bépoix, Fabienne Couvel et Harmony Dewez.

6 Castelnuovo Guido et Mattéoni Olivier dir., « De part et d’autre des Alpes ». Les châtelains des princes à la fin du Moyen Âge. Actes de la table ronde de Chambéry, 11 et 12 octobre 2001, Paris, 2006.

7 Richard Jean, Les ducs de Bourgogne et la formation du duché du XIe au XIVe siècle, Dijon, 1954, p. 484.

8 Mattéoni Olivier, « Service du prince, fonction châtelaine et élites nobiliaires dans la principauté bourbonnaise à la fin du Moyen Age », dans Castelnuovo Guido et Mattéoni Olivier dir., « De part et d’autre des Alpes »…, op. cit., p. 251-287.

9 Archives départementales de Côte-d’Or, B 5318-1, f° 1, pièce justificative n° 1. Dans les notes qui suivent, les références données sans indication de dépôt renvoient aux Archives départementales de Côte-d’Or.

10 B 3354, f° 1-2.

11 B 6524-1, f° 1. Cf. aussi les préambules des comptes reproduits dans les figures 1, 4, 5 et 6.

12 Mattéoni Olivier, Servir le prince. Les officiers des ducs de Bourbon à la fin du Moyen Age (1356-1523), Paris, 1998, p. 167-172, Gauthier Jules, « Les châteaux et les châtelains domaniaux en Franche-Comté sous les comtes et ducs de Bourgogne (xiiie et xive siècles) », dans Procès-verbaux et mémoires de l’Académie de Besançon, 1902, p. 265-302, et, par exemple, Archives départementales du Doubs, 1 B 148 et 1 B 149 (comptes de la châtellenie de Vadans, 1358-1362). Dans les états des comtes de Savoie, les châtelains étaient receveurs, mais les comptes des châtellenies étaient confectionnés par les gens des comptes au moment de l’audition de l’officier ; cf. Gaulin Jean-Louis et Guilleré Christian, « Des rouleaux et des hommes : premières recherches sur les comptes de châtellenies savoyards », dans Études savoisiennes, t. 1, 1992, p. 51-108, et le site consacré aux comptes des châtellenies savoyardes, www.castellanie.net.

13 B 5401-3, f° 1 et B 356 (1366).

14 B 2774-1, f° 11, B 2779-1, f° 9, B 6236, 2e cahier de papier, f° 20v, B 5047-7, f° 1, et BNF, Collection de Bourgogne, t. LV, f° 59.

15 B 5402-1, f° 1, B 5404-5, f° 1, B 1412, f° 17, B 10513 (1365), B 11402-1, f° 11 et B 4941-3.

16 Courtépée Claude et Béguillet Edme, Description générale et particulière du duché de Bourgogne, Dijon, 1848 (2e édition), 4 vol. , t. 3, p. 623.

17 Les lettres de son institution sont éditées dans Couvel Fabienne et Leguil Matthieu, « "Salaire de la peine" et "jouissance des gages" : l’élaboration d’un vocabulaire de la rétribution en Bourgogne aux XIVe et XVe siècles »,dans Beck Patrice, Bernardi Philippe, Feller Laurent (dir.), Rémunérer le travail au Moyen Âge. Pour une histoire sociale du salariat, Paris, 2014, p. 241. Sur Jehan de Jeux, voir aussi la notice biographique publiée dans Prost Bernard et Henri éd., Inventaires mobiliers et extraits des comptes des ducs de Bourgogne de la Maison de Valois (1363-1390), Paris, 1902-1913, 2 vol. , t. 1, p. 209, B 2762-1, f° 2v, B 2763-1, f° 3v.

18 Peincedé Jean-Baptiste, Inventaire de la chambre des comptes de Bourgogne, 36 volumes manuscrits conservés aux Archives départementales de Côte-d’Or, fin du XVIIIe siècle, t. XXVI, p. 493-495 (numérisé et consultable sur le site des Archives : www.archives.cotedor.fr).

19 BNF, Collection de Bourgogne, t. LII, f° 140, et t. XXIII, f° 7v, Petit Ernest, Itinéraires de Philippe le Hardi et de Jean Sans Peur, ducs de Bourgogne (1363-1419), Paris, 1888, p. 109, Peincedé Jean-Baptiste, Inventaire …, op. cit., t. XVII, p. 734, et B 5318-1, f° 1, pièce justificative n° 1.

20 B 1376 (1363), B 4940-1, f° 1, B 4941-12, f° 1, Peincedé Jean-Baptiste, Inventaire …, op. cit., t. XVII, p. 728-732.

21 Voir pour Perrenot Périlleux, dit de Vieux-Château, châtelain de Montréal (1386-1420), B 5420-2 et 3 et B 11513, f° 111, pour Michelet Girost, châtelain de Chenôve (1393-1407), de Vergy (1396-1398) et de Lantenay (1402-1412), B 11578, f° 37, et B 6482-1, ou pour Guiot Brandin, châtelain de Semur (1406-1439) G 3277 (1403), B 11569-2, f° 60, B 11515, f° 1 et 161, B 6215-1, B 6218-1 et B 6227-2.

22 B 1470, f° 16v, B 6214-1, f° 1, B 6212-1, B 11513, f° 64v et B 6214-2, f° 12.

23 Voir par exemple les préambules de comptes transcrits ou présentés en photographies.

24 B 5405-1, f° 11.

25 B 5444, f° 1.

26 B 6532-2, f° 1.

27 B 6214-2 (compte de Guillaume Le Boguet, alias de Ruères, châtelain de Semur, 1405-1406, rendu par Jehan Rigolot, son clerc), B 2977-2 (compte de Jehan de Laignes, châtelain d’Avallon, 1398-1399, rendu par Drouin Malvoisin d’Avallon, son lieutenant) ou B 6528-2 (compte d’Huguenin Mangeart de Rouvray, châtelain de Vieux-Château, 1404-1405, rendu par « Huguenin Charpy, clerc, demorant a Avalon, procureur dudit chastellain »).

28 B 6669ter-1, f° 4, B 6210-1, f° 8v et B 5421-5, f° 21-21v.

29 B 11353, f° 89 (contrat de louage d’un clerc auprès d’un boucher, 1392), édité dans Couvel Fabienne et Leguil Matthieu, « Salaires de la peine … », op. cit.

30 B 1336 (Jehan Le Louat, clerc de Jehan des Granges, bailli d’Auxois, 1311), 7 H 578 (Perrenot, clerc de Thibault de Semur, clerc du duc, 1330), B 1390-2, compte n° 2 (Jehan Chopillart, clerc du seigneur de Thil, 1340), et Archives départementales de l’Yonne, G 2035-3, f° 55 (Jehan Bourges, clerc de maître Robert Armote, chanoine de l’église d’Avallon, 1406-1407).

31 Voir par exemple le compte de la châtellenie de Montréal pour 1392-1393 : B 5419-1, f° 19v-20. De façon inhabituelle, dans les comptes de la châtellenie de Montbard du milieu du xivsiècle, le clerc du châtelain recevait de l’argent « pour une robe achetee […] en la foire chaude de Chalon » ; cf. B 5304-1, f° 3v ou B 5304-2, f° 3.

32 Voir les exemples ci-dessus n. 26 ou aussi B 4371-1, f° 3v (Montigny et Courcelles, vers 1368), B 5411, f° 13v (Montréal, 1381-1382) ou B 5728-3, f°18v (Pouilly, 1387-1388).

33 Voir par exemple B 5725-3 (Robin Dadot, clerc de Girart Le Grant, châtelain de Pouilly-en-Auxois, 1374) ou B 5415, f° 28v (Poinsot Guichart, clerc de Guillaume des Granges, châtelain de Montréal, 1386).

34 B 6529-2, B 6531-1 ou B 6531-2, E 1453 (1410) et Archives municipales de Semur-en-Auxois, EE 6 (1412).

35 B 1337 (5, 26 et 27 décembre 1404).

36 B 6211-1 et 2.

37 B 5318-1, f° 1 et 1v, pièce justificative n° 1.

38 B 2975-1, f° 1 et B 2976-4, f° 10v, B 2976-1, f° 1, B 2976-2, f° 1 et 7v et B 2976-4, f° 1 et 10v.

39 Peincedé Jean-Baptiste, Inventaire…, op. cit., t. XXIV, p. 723, B 11752 (1387) et B 2977-1, f° 1.

40 B 2976-4, f° 10v et B 2977-1, f° 1.

41 B 4940-1, f° 8-9, B 5413, f° 12v-13, B 983 (1405), B 2977-8, f° 3 et B 6529-2, f° 20.

42 B 5313, f° 13, ainsi que les références indiquées dans la note précédente.

43 B 1266.

44 B 4939-1, 2, 4 et 5.

45 B 11706 (1369) et B 4940-1, f° 8-9.

46 B 2977-2, f° 1.

47 B 6214-1, f° 1 et B 6214-2, f° 1 et 11v-12.

48 B 5321-3, couverture, pièce justificative n° 2 et B 2977-2, f° 1.

49 Jassemin Henri, La chambre des comptes de Paris au XVsiècle, Paris, 1933, passim.

50 B 1569, f° 89v, f° 109-109v, f° 115v et Mollat Michel, Favreau Robert éd., Comptes généraux de l’état bourguignon entre 1416 et 1420, Paris, 1965-1976, 6 vol. , passim.

51 B 2783-1, B 2783-2, B 2783-3, B 1563, B 3354, B 3355-1 et B 3355-2. Les renseignements sur Bracon m’ont été aimablement communiqués par Sylvie Bépoix, que je remercie.

52 B 2977-6, 7 et 8, B 2977-8, B 2979-1, 2 et 3, B 2980-1, B 5320-1, B 5321-3, B 5735, B 6215-1 et 2, B 6216-1 et 2, B 6217, B 6218-1, 2 et 3, B 6219-1, 2 et 3, B 6220-1, 2 et 3, B 6223-1, 2, 3 et 4, B 6224-1, 2 et 3, B 6225-1 et 3, B 6532-2 et B 6533-1 et 2. Encore ce relevé n’est-il pas exhaustif.

53 B 6527-4, f° 1.

54 Rappelons que certains individus se retrouvent à la fois dans plusieurs catégories, par exemple ceux qui ont exercé la fonction de clerc avant de devenir châtelain.

55 Un exemple parmi tant d’autres : la copie, datée de 1389, des lettres ducales d’institution de Geoffroy Guindot de Saint-André, châtelain d’Avallon, revêt une écriture d’une qualité égale à celles qui se lisent sur un registre contemporain de la chancellerie du roi ; cf. B 2974-5, f° 1 et Archives nationales, JJ 138.

56 Pour d’autres exemples, cf. B 4371, f° 9, B 6206-2, f° 1, B 1440 (1371-1375), f° 65v ou B 6228, f° 28v.

57 B 5417-1, f° 30v, B 5420-4, f° 24v, B 983 (1405), f° 2 et B 5419-2, cahier de menues parties, f° 1v.

58 B 6202-1, f° 13v et Archives municipales de Semur-en-Auxois, CC 33 (1396), f° 13, et CC 33 [1397], f° [6v], et B 2750, f° 10v, et B 2971-2.

59 Mattéoni Olivier, « Vérifier, corriger, juger. Les Chambres des comptes et le contrôle des officiers en France à la fin du Moyen Âge », Revue historique, n° 641, 2007/1, p. 31-69 et Jassemin Henri, « Le contrôle financier en Bourgogne sous les derniers ducs capétiens (1274-1353) », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 79, 1918, p. 102-141.

60 Pour un exemple d’opération validée par les gens des comptes car dûment appuyée sur la tradition transmise par les comptes précédents et sur des actes juridiques justificatifs, voir B 6217, f° 7, article relatif à la recette des tailles de Marcilly, et pour une opération rejetée au motif que les lettres n’étaient pas suffisantes, voir B 6214-2, f° 11v, réclamation du châtelain Guillaume Le Boguet, alias de Ruères, pour ne pas être chargé de sommes qui ont été reçues par un autre officier.

61 B 2977-1 à 5, B 2780-2, f° 7v, B 15, f° 63 et Archives départementales de l’Yonne, G 2212 (1400), G 2035-2, f° 43v et G 2035-3, f° 50v.

62 B 2981-1 à B 2985-5 et Archives départementales de l’Yonne, 4 E 25 CC 83, f° 15 et G 2212 (1424), et Anonyme, « Comptes des recettes et dépenses de la ville d’Avallon, 1e partie : 1404-1500 », Bulletin de la Société d’Etudes d’Avallon, t. 14, 1873, p. 44.

63 B 1375 (1302), Muteau Charles, Les écoles et collèges en province depuis les temps les plus reculés jusqu’en 1789, Dijon, 1882, p. 93 et 102-104, et 10 H 73 (1396), et B 1337 (1311).

64 Il faut attendre 1552 pour trouver un receveur de la châtellenie de Semur licencié en droit, Jehan de La Grange ; cf. B 6269.

65 B 11356, f° 39v-40, et B 6535-2, cahier papier, inséré à la fin du compte de châtellenie, f° 1.

66 B 6529-2, f° 20, et B 6531-1, f° 1 et 1v, B 6236, 2e cahier de papier, f° 20v, et BNF, Collection de Bourgogne, t. LV, f° 59.

67 Jassemin Henri, La chambre des comptes…, op. cit., p. 112 et 129, Mattéoni Olivier, « Vérifier, corriger, juger… », op. cit., p. 53, et Schnerb Bertrand, « L’activité de la Chambre des comptes de Dijon entre 1386 et 1404 d’après le premier registre de ses mémoriaux », dans Contamine Philippe et Mattéoni Olivier dir., La France des principautés. Les Chambres des comptes, XIVe et XVe siècles. Actes du colloque tenu aux Archives départementales de l’Allier, Moulins-Yzeure, 1995, Paris, 1996, p. 62-63 ; et pour des exemples de « fausses sommes » et de « grosses sommes » inscrites sur les comptes par des mains différentes de celle du scribe du registre, voir par exemple B 6213-2, f° 16, et B 4372, f° 7v.

68 Ces rôles figurent dans les « menues parties » des comptes ; cf. par exemple B 5723-4, cahier de papier de « menues parties » à la suite du compte, B 6211-1, f° 16 et suivants, ou B 5438-2, f° 35v et suivants.

69 B 5726-1, f° 16v, et B 5726-5, f° 8, 9, 10, 10v et 15.

70 Voir par exemple B 6212-2.

71 B 11834 (sans date, vers 1400).

72 B 5727-1, f° 1, et B 5731-3, f° 1, B 1394, f° 18v, et B 1423, f° 9, et, entre de multiples exemples, B 5725-2, f° 3, ou B 5726-1, f° 9v.

73 B 2758-2, f° 2, B 2762-2, f° 2v, B 2763-2, f° 1v-2 et 7v, B 2765-2, f° 2-2v et 5v, B 2767-2, f° 5v-6 et 7, B 2769-2, f° 10, B 2770-2, f° 9v, B 2771-2, f° 10v, B 2772-3, f° 6v, B 2773-2, f° 11, B 2774-2, f° 11, B 2775-1, f° 13v, B 2775-2, f° 8v, B 2775-3, f° 9, B 2775-4, f° 11v, B 2776-1, f° 10, B 2776-2, f° 11, B 2776-3, f° 10v, B 2777-1, f° 9v-10, B 2777-2, f° 8-8v et 10, et B 2777-3, f° 8v.

74 B 6521-1, f° 1, B 5721-1, f° 1, et B 5725-4, f° 1, Petot Pierre éd., Registres des Parlements de Beaune et Saint-Laurent-lès-Chalon (1357-1380), Paris, 1927, art. 71, et B 2761-1, f° 6v.

75 B 457 (1371-1372), B 1402, f° 20, B 1416, f° 10 et 12v, B 2754-2, f° 1, B 2758-2, f° 1, B 2761-1, f° 1, B 2765-2, f° 1v, B 6522-2, f° 1, et B 6526-2, f° 1.

76 Voir respectivement B 5405-1, f° 1, et B 356 (1366), et B 15, f° 201 et 205, et B 454 (1416).

77 En marge : Traditus in camera coram magistro R. Gonbaut, magistro [sic], et D. Marescalli, clerico camere, XXIIIum marcii Mo CCCo IIII[a. s.]. 

78 Philippe II de Bourgogne, dit le Hardi (1342-1404), duc de Bourgogne (1364-1404).

79 B 15, f° 46v : le premier mémorial de la chambre des comptes stipule que « ledit xxviie jour de mars mil CCC IIIIxx XVII [a. s.], Jehan Daubenton retenu par monseigneur en chastellain de Montbar ou lieu de feu Enguerram de Houllefort, fist le serement sur ce en la chambre des comptes es mains de messeigneurs desdiz comptes, les lettres d’icelles retenue donnees le iiie jour de novembre l’an mil CCC IIIIxx XVII ».

80 La date du « premier jour d’avril l’an de grace mil iiiic et deux avant Pasques » est erronée, puisqu’on peut lire dans la mention de l’institution de l’officier par les gens des comptes que celle-ci est intervenue le 12 avril 1402 post Pasca.

81 Pierre de Courlon, secrétaire du duc de Bourgogne attesté de 1394 à 1403.

82 B 15, f° 59v : le premier mémorial de la chambre des comptes stipule que Gauthier Brocart a été retenu châtelain de Montbard en lieu de Jehan Daubenton, déchargé, par lettres du duc données le 1er avril 1402 après Pâques, et a fait le serment en la chambre des comptes le 12 avril. L’article ajoute : « Et s’est obligié de bien et leaulment exercer ledit office, rendre et paier etc., en compter etc., Et pour plus grande seurté etc. ledit Jehan Daubenton s’est establi plege pour ledit Gaultier a sa requeste de tout ce que icellui Gaultier pourra estre tenuz etc., a cause dudit office etc., par lettres receues soubz le seel de la court de mons. le duc xiie jour d’avril mil CCCC II aprés Pasques par Jehan Bonost, coadjuteur du tabellion de Dijon, qui, icelle lettres doit rendre en la chambre franchement pour ce que ledit Gaultier a paié la façon d’icelle. »

83 Jehan Bonost, clerc des comptes du duc à Dijon à partir de 1400, puis auditeur des comptes en 1407 et enfin maître des comptes de 1408 à 1441 au moins.

84 Dreu Maréchal, clerc des comptes du duc à Dijon attesté de 1405 à 1410, puis maître des comptes attesté de 1412 à 1429.

85 Regnault Gombaut, maître des comptes du duc à Dijon attesté de 1398 à 1412.

86 Compte de la châtellenie pour l’exercice du 1er janvier au 31 décembre 1414.

87 B 1388, n° XXXIIII, f° 37v.

88 B 1388, n° XXVIII, f° 32.

89 B 1389, n° V, f° 7v-8, et B 5400, f° 1.

90 Petit Ernest, Histoire des ducs de Bourgogne de la race capétienne, avec des documents inédits et des pièces justificatives, Paris, 1885-1905, 9 vol. , t. 8, p. 71, et B 2970-9, f° 1.

91 B 2971-2, f° 1.

92 B 2972-1, f° 1, et B 2974-5, f° 1.

93 Idem et B 2976-4, f° 1. Geoffroy Guindot participa au voyage de Hongrie et semble avoir trouvé la mort à Nicopolis, si bien que, de 1396 à 1398, la châtellenie fut gouvernée en son nom par son frère Pierre Guindot de Saint-André.

94 B 2977-1, f° 1, et B 2979-1, f° 1.

95 Idem et B 2979-2, f° 1.

96 B 2980-1, f° 1.

97 B 2979-3, f° 1.

98 B 2980-2, f° 1, et B 2985-3, f° 14.

99 B 4371, f° 1, et B 4372, f° 1. La châtellenie fut ensuite donnée par le duc de Bourgogne à Guy et Guillaume de La Trémoïlle.

100 B 4938-1, f° 1. La châtellenie était auparavant tenue en douaire par Jeanne de Chalon, comtesse de Tonnerre, veuve de Robert de Bourgogne. Le compte du 26 octobre 1360 au 11 novembre 1361 étant rendu conjointement par Perrenot de Coulmier et son successeur Jocelin de Langres, on ne sait quand celui-ci entra en charge.

101 Idem, B 4938-2, f° 1, et B 4939-1, f° 1.

102 Idem et B 4939-5, f° 1.

103 Idem et B 4941-12, f° 1. La châtellenie fut ensuite donnée par le duc de Bourgogne à Guillaume de La Trémoïlle.

104 B 1388, n° XV, f° 18v, et B 1389, n° IX, f° 11v.

105 B 1390-1, n° XV, f° 19, et B 5304-1, f° 1.

106 Idem et B 5308-2, f° 1.

107 Peincedé Jean-Baptiste, Inventaire…, op. cit., t. XVII, p. 726.

108 Ibid., p. 728.

109 Idem et B 5309, f° 1.

110 B 5310-1, f° 1, et B 5310-3, f° 1.

111 B 5311, f° 1, et Peincedé Jean-Baptiste, Inventaire…, op. cit., t. XVII, p. 732. Le terme du 11 novembre 1391 est supposé car J.-B. Peincedé évoque simplement un compte « fini en 1391 ».

112 Idem.

113 Ibid., p. 733. « L’on croit [Enguerrand de Houllefort] être mort au voiage de Hongrie », si bien que de 1396 à 1398, la châtellenie a été gouvernée par sa femme et son frère.

114 Ibid., p. 733-734, et B 1534, f° 28v.

115 B 5318-1, f° 1, pièce justificative n° 1, et B 5318-4, f° 1.

116 B 5317-2, f° 1, et B 5319-3, f° 1.

117 B 5320-1, f° 1, et B 5320-2, f° 1.

118 Idem.

119 B 5321-1, f° 1, et Peincedé Jean-Baptiste, Inventaire…, op. cit., t. XVII, p. 738. La châtellenie fut ensuite donnée par le duc de Bourgogne à Arthur, comte de Richemont.

120 B 983 (1320) et B 5401-3, f° 1. Le compte du 11 novembre 1351 au 11 novembre 1352 est rendu par Guillaume des Granges, fils et successeur d’Hugues des Granges, si bien que l’on ne sait quand intervint la mort du père et l’entrée en charge du fils.

121 Idem et B 5401-7, f° 1.

122 B 5402-1, f° 1 et 2v, et B 5404-5, f° 1. Jehan de Mussy fut « institué chastellain novel ylec par lettres de monseigneur de Joigny donnees le xxviiie jour de juillet mil ccc lvi et entra oudit gouvernement en l’ancommancement de septembre ensuigant."

123 B 5405-1, f° 1, et B 5406-2, f° 1.

124 Idem. Rétabli dans son office le 24 juin 1372, Jehan Dominé rendit compte pour tout l’exercice courant du 11 novembre 1371 au 11 novembre 1372.

125 Idem et B 5406-6, f° 1.

126 B 5407-1, f° 1, et B 5407-4, f° 1.

127 B 5408-1, f° 1, et B 5415, f° 1.

128 B 5416-1, f° 1, et B 6535-2, cahier de papier inséré à la fin du compte, f° 1.

129 B 1388, f° 12-12v, et B 5484bis. La seigneurie de Mont-Saint-Jean, qui appartenait à Estienne, seigneur de Mont-Saint-Jean, était alors détenue temporairement par le duc de Bourgogne.

130 B 5720, f° 1.

131 B 5721-1, f° 1, et B 5725-4, f° 1. La date exacte de la mort de Girart Le Grant et de son remplacement par son fils Elie n’est pas connue avec exactitude.

132 B 5726-1, f° 1, et B 5726-5, f° 1.

133 B 5727-1, f° 1, et B 5731-3, f° 1.

134 B 5732-1, f° 1, et B 1559, f° 17v-18.

135 B 1563, f° 25, et B 1569, f° 65v-66.

136 B 1559, f° 17v, B 1569, f° 26-26v, et B 15, f° 201.

137 B 1388, n° XI, f° 15.

138 B 1389, n° XXXVII, f° 41v-42.

139 B 6669ter-2, f° 1, et B 6198, f° 1.

140 B 6199, f° 1, et B 6200-4, f° 1.

141 B 6202-1, f° 1, et B 6203-3, f° 1.

142 B 6204-1, f° 1, et B 6210-3, f° 1.

143 B 6211-1, f° 1, et B 1465, f° 14v.

144 B 1470, f° 16v, et B 6214-2, f° 1.

145 B 6215-1, f° 1, et B 6216-2, f° 1.

146 B 6217, f° 1.

147 B 6218-1, f° 1, et B 6218-3, f° 1.

148 B 6219-3, f° 1.

149 B 6220-1, f° 1, et B 6227-2, f° 1.

150 B 6521-2. La châtellenie était auparavant tenue par Jeanne de Chalon, comtesse de Tonnerre, veuve de Robert de Bourgogne. Perrenot de Courcelles administra la châtellenie jusqu’à l’institution du nouveau châtelain.

151 B 6521-1, f° 1.

152 B 6521-3, f° 1.

153 B 6522-1, f° 1.

154 B 6522-2, f° 1, et B 6526-2, f° 1.

155 B 6527-1, f° 1, et Prost Bernard et Henri éd., Inventaires mobiliers…, op. cit., t. 1, p. 209, et B 2762-1, f° 2v, et B 2763-1, f° 3v. La date du 23 octobre correspond à l’institution de Jehan de Jeux dans l’office de bailli et maître des foires de Chalon. L’hypothèse que cette date ait correspondu aussi à sa sortie de l’office de châtelain de Vieux-Château est corroborée par les comptes du bailliage d’Auxois qui montrent qu’il était toujours châtelain dans le registre couvrant l’exercice du 1er novembre 1374 au 1er novembre 1375, mais ne l’était plus dans le suivant.

156 Idem et B 2769-1, f° 2v.

157 B 2770-1, f° 2v, B 15, f° 48v, et B 11834 (sans date).

158 B 15, f° 48v et 50.

159 Idem et B 6528-5, f° 1.

160 Idem et B 15, f° 74, et B 6528-4, f° 1.

161 B 15, f° 74, et B 6529-1, f° 1 et fin du compte. Le 27 octobre 1408, le duc de Bourgogne donna la châtellenie de Vieux-Château à Regnier Pot, sans obligation d’en rendre compte.

162 B 6530-1, f° 1, et B 6530-2, f° 1. Le 4 mars 1410, Regnier Pot rendit la châtellenie de Vieux-Château au duc de Bourgogne.

163 B 6529-2, f° 1.

164 B 6529-3, f° 1.

165 B 6531-1, f° 1, et B 6533-2, f° 1. Jehan Merlin fut châtelain de Vieux-Château pour le duc de Bourgogne jusqu’au 1er janvier 1416, date à laquelle les profits de la seigneurie revinrent à Regnier Pot, à qui ils avaient été donnés par le duc de Bourgogne par lettres du 18 juillet 1415, à charge pour lui d’entretenir la châtellenie et d’en rendre compte à la chambre des comptes de Dijon ; cf. B 6532-2, f° 1. Le 31 mai 1420, Regnier Pot rendit la châtellenie au duc de Bourgogne, qui la bailla à la duchesse Marguerite, sa mère, pour son douaire, si bien que Jehan Merlin rendit compte pour elle du 1er juin 1420 à sa mort et à son remplacement par Guillaume de Vieux-Château le 5 septembre 1420 ; cf. B 6533-2, f° 1, et B 6534-1, f° 1.

166 La châtellenie de Vitteaux appartenait à la maison comtoise des Chalon-Arlay ; cf. B 1266, B 305 et B 10488 (accord entre le duc et Jehan (I) de Chalon-Arlay portant cession à celui-ci des château et ville, terres et appartenances de la terre de Vitteaux évalués à 1 000 l. t. de revenu annuel, 1300 [n. s.], analysé dans Peincedé Jean-Baptiste, Inventaire…, op. cit., t. I, 169 et 560, et t. XXV, 230-231 et 447). Mais, au xivsiècle, elle fut à plusieurs reprises saisie par le duc de Bourgogne, qui plaça à sa tête des officiers ducaux.

167 B 1389, n° XL, f° 44v.

168 Ibid., n° XXXVIII, f° 43, et Archives départementales du Doubs, 7 E 1279 (1337).

169 B 1382-2 (1346-1347) et B 6669ter-2. Milot Ancelot entra en charge lorsque la châtellenie fut mise en la main du duc par le bailli d’Auxois et en sortit lorsqu’elle fut rendue à Jehan (II) de Chalon-Arlay, par mandement de la reine. Il la gouverna pour le duc durant tout le temps où il fut en charge, à l’exception de la période du 23 juillet 1347 au 2 février 1348, où la châtellenie fut baillée en douaire à Jeanne, comtesse de Boulogne et veuve du fils d’Eudes IV, Philippe Monsieur.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Premier feuillet du compte de Jehan Dominé, châtelain de Montréal, 1370-1371
Crédits (Archives départementales de Côte-d’Or (www.archives.cotedor.fr), B 5406-2, f° 1, réutilisation soumise à conditions).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1740/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 2 – L’extraction sociale et professionnelle des 57 châtelains (hors commis au gouvernement d’une châtellenie) du bailliage d’Auxois en poste entre 1331 et 1420.
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1740/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 3 – Quittance de Jehan de Jeux pour ses gages de la capitainerie de Vieux-Château, 1370
Crédits (Archives départementales de Côte-d’Or (www.archives.cotedor.fr), B 11834, réutilisation soumise à conditions).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1740/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 4 – Deux mains distinctes :
Crédits 1- Une certification écrite et signée par Evrart de Nesle, coadjuteur de tabellion, 1363
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1740/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Crédits 2- Un compte du même, châtelain de Grignon, 1373-1374 (Archives départementales de Côte-d’Or (www.archives.cotedor.fr), B 1376 et B 4941-7, f° 1, réutilisation soumise à conditions).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1740/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 5 – Compte de la châtellenie de Vieux-Château de Jehan Merlin écrit de la main de son clerc, Jehan Rigolot, 1413
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1740/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Crédits (Archives départementales de Côte-d’Or (www.archives.cotedor.fr), E 1453 (1410), et B 6531-2, f° 1, réutilisation soumise à conditions).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1740/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 6 – Préambule du compte de Jacques Paris de La Jaisse, châtelain de Semur-en-Auxois, pour l’exercice 1383-1384 et signature du clerc du châtelain, Perrenot Périlleux, 1397
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1740/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Crédits (Archives départementales de Côte-d’Or (www.archives.cotedor.fr), B 6211-2, f° 1, et B 11513, f° 111, réutilisation soumise à conditions).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1740/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 7. Initiale ornée représentant un clerc tonsuré en tête du préambule du compte de la châtellenie de Semur-en-Auxois de 1365-1366
Crédits (Archives départementales de Côte-d’Or (www.archives.cotedor.fr), B 6205-2, f° 1, réutilisation soumise à conditions).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1740/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 8 – Trois spécimens de l’écriture d’Oudot Le Guay, 1367 [n. s.]
Crédits 1- Un compte du bailli d’Auxois, 1361-1362
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1740/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Crédits 2- Un instrument public
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1740/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Crédits 3- Un compte de la châtellenie de Semur-en-Auxois, 1374-1375(Archives départementales de Côte-d’Or (www.archives.cotedor.fr), B 2749, f° 1, B 11693 (1367) et B 6208-3, f° 1, réutilisation soumise à conditions).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1740/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 9 – Les petites écoles dans l’Auxois et ses alentours du xive à la première moitié du xvisiècle.
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1740/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Leguil, « Le châtelain, le compte et le clerc. Les acteurs de la reddition des comptes de châtellenie en Bourgogne aux xive et xvsiècles, d’après l’exemple du bailliage d’Auxois », Comptabilités [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 02 octobre 2015, consulté le 26 mai 2016. URL : http://comptabilites.revues.org/1740

Haut de page

Auteur

Matthieu Leguil

Professeur d’histoire-géographie au lycée Jacques Duhamel (Dole, Jura) - Chercheur associé au Laboratoire des Sciences historiques (Université de Franche-Comté, EA-2273), mleguil@hotmail.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org