Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Le présent numéro tente de suivre au mieux, sans évidemment pouvoir prétendre à l’exhaustivité, l’actualité des recherches sur les comptabilités : dans sa rubrique Comptes-rendus il présente trois ouvrages parus en 2013 et 2014 ; dans sa rubrique Varia il publie un article soumis au comité de rédaction au début de cette année 2015. Mais il est vrai que le Dossier qui totalise treize textes et constitue ainsi la part la plus grande du volume, rassemble les Actes d’une table ronde tenue en… 2011, déjà…

2On aurait souhaité faire mieux, évidemment.

3Non pas tant pour éviter de voir l’information être dépassée avant que d’être délivrée, car les études sont peu nombreuses encore sur les comptabilités en elles-mêmes et les modalités de leur élaboration : le contenu de ce dossier sur « Les savoirs et les savoir faire des comptables au Moyen Âge » reste assurément d’actualité.

4On pensait seulement que la publication « en ligne » serait rapide par rapport à une édition « papier » mais, à niveau d’exigence égal, ce ne peut être vraiment le cas.

5Chaque dossier doit d'abord prendre rang et attendre son tour en fonction d’une ligne éditoriale attentive à ouvrir aussi largement que possible l’espace et le temps des investigations et à ne pas privilégier telle période ou tel type d’approche. Les médiévistes avaient largement nourri le numéro 2 de 2011 et le numéro 4 de 2012, ils devaient patienter jusqu’à ce numéro 7 de 2015 pour se manifester à nouveau en force.

6Et puis, sous format papier ou électronique, la publication doit passer par les mêmes étapes de fabrication qui, nombreuses sinon longues, sont garantes de la rigueur du propos. D’abord il y a l’étape de la rédaction et de la diffusion de l’appel, suivi de celle de la gestation des contributions. Lui succède celle de la double lecture des textes reçus, celle des échanges entre les auteurs et le comité de lecture, celle encore tant de la vérification de la qualité des figures que des demandes d’autorisation de reproduction ; et ces figures sont souvent nombreuses car la publication en ligne, c’est l’une des ses forces, impose peu de limites en la matière. Arrive l’étape de la traduction des résumés en Allemand et en Espagnol, les auteurs se chargeant de donner les versions en Français et en Anglais : merci à nos traducteurs bénévoles, Anne Dubet en Espagnol pour ce numéro comme pour les précédents, Marie-Laure Legay en Allemand pour les cinq premiers volumes, puis François Duceppe-Lamarre et Klaus Krönert pour celui-ci. Vient alors l’étape clé de la saisie en format électronique par notre secrétaire de rédaction, Martine Aubry, dont il faut saluer la compétence et la disponibilité dans le cadre d’un poste de travail qui n’est évidemment pas, et de loin, uniquement dédié à cette action. Suit celle des envois des épreuves aux auteurs et celle des corrections à apporter, celle, au final, d’une relecture générale par au moins deux des responsables d’édition.

7Le processus de fabrication ne s’arrête pas même avec la mise en ligne car, et c’est une autre force de la publication électronique, les lecteurs peuvent être aussi correcteurs et signaler les coquilles : par eux, la publication est toujours perfectible, perfectionnée.

8Alors, bonne et attentive lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrice Beck, « Éditorial », Comptabilités [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 02 octobre 2015, consulté le 23 mars 2017. URL : http://comptabilites.revues.org/1760

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org