Navigation – Plan du site
Articles

Jean Fourastié, un expert en comptabilité

Régis Boulat

Résumés

Qui ne connait pas Jean Fourastié, auteur de la formule des “Trente Glorieuses” et de plusieurs essais économiques grand public qui, en décrivant les mécanismes économiques de long terme, ont dévoilé aux Français le sens et la portée des transformations que leur pays connait après la guerre ? Pourtant, les amalgames les oublis et les simplifications montrent qu'il est un “inconnu célèbre”. Dans ce contexte, et à la lumière de recherches récentes, son rôle dans l'harmonisation des pratiques comptables dans le domaine des assurances, son champ d'expertise originel, comme sa participation aux différents comités à l'origine de la comptabilité nationale pendant la Deuxième Guerre mondiale doivent être réévalués.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Béatrice Touchelay, « La France des mots, la France des chiffres ». Fiscalité et comptabilité des (...)
  • 2  Antoine Weexsteen, Le conseil aux entreprises et à l’État en France, le rôle de Jean Milhaud (1898 (...)
  • 3  Sur les CO, voir Hervé Joly (dir.), Les comités d’organisation et l’économie dirigée du régime de (...)

1Dès le XIXe siècle, la plupart des entreprises françaises tiennent une comptabilité générale, présentent un bilan, un compte de pertes et profits à l’assemblée générale de leurs actionnaires, les pratiques évoluant au gré des besoins. Toutefois, au cours de l’entre-deux-guerres, face aux fortes variations d’une entreprise à l’autre des règles d’évaluation des actifs, des modalités de prise en compte des risques comme de la présentation des bilans et des comptes de pertes et profits, des voix s’élèvent pour réclamer l’adoption de règles communes susceptibles de donner aux dirigeants une image plus juste des entreprises et de protéger les tiers susceptibles de contracter ces dernières. Dans une logique différente, il s’agit également pour l’État (administration des contributions directes) d’améliorer son système fiscal1. Dans ce contexte, on assiste à un mouvement de normalisation progressive de la comptabilité industrielle (rôle de la Commission Générale d’Organisation Scientifique du Travail-CEGOS, d’Auguste Detoeuf, de Jean Milhaud)2, à la diffusion des pratiques du contrôle budgétaire (rôle du CNOF, de l’UIMM), alors que, de son côté, l’État exige des entreprises participant au réarmement la tenue d’une comptabilité de plus en plus rigoureuse avant d’imposer un premier plan comptable au secteur des assurances. Avec l’Occupation et les exigences de l’économie dirigée, qui se traduisent notamment par la mise en place de Comité d’organisation (CO)3 et d’offices de répartition, les pressions se multiplient pour obtenir l’unification des plans comptables des entreprises industrielles : alors que Detoeuf entend profiter des circonstances pour concrétiser ses projets, les autorités allemandes se doivent, pour leur part, de contrôler les prix de revient de leurs fournisseurs afin d’obtenir des baisses de tarifs. Finalement adopté en 1942, le premier plan comptable général – d’inspiration allemande – s’accompagne également d’un encadrement de la profession d’expert comptable.

  • 4  Nous nous permettons de renvoyer à Régis Boulat, Jean Fourastié, un expert en productivité, Besanç (...)
  • 5  Olivier Dard, « Fourastié avant Fourastié : la construction d’une légitimité d’expert », French Po (...)

2Un homme au parcours singulier se dégage des experts qui participent à ce processus ; il s’agit de Jean Fourastié (1907-1990). La postérité retient surtout son action d’expert – en productivité ou en main-d’œuvre –, de vulgarisateur – il est à l’origine d’un genre littéraire nouveau, l’essai économique grand public – et d’enseignant – il forme les élites françaises au CNAM, à l’ENA, EHESS ou à Sciences-po – dans la France d’après-guerre4. Or, il existe un « Fourastié avant Fourastié »5, puisqu’il est, dès les années trente, commissaire-contrôleur des assurances à l’origine du plan comptable de 1938-1939. Fort de sa légitimité en matière d’assurances, il s’intéresse à la comptabilité pour comprendre le sens des mots « crédit » et « débit » (« lorsqu’il y a de l’argent dans la caisse, c’est un débit de caisse ») :

  • 6  Jacqueline Fourastié et Béatrice Bazil, Jean Fourastié entre deux mondes. Mémoires en forme de dia (...)

« L’histoire m’a appris combien il était difficile de fixer le sens de ces mots crédit et débit de manière à ce que les comptes clients (comptes de tiers) soient compréhensibles pour le client. Si le banquier veut créditer le compte du client, il est bien forcé de le débiter de sa propre caisse. Par conséquent les signes du compte caisse et du compte de tiers sont inversés. Il faut que le banquier adopte la terminologie du client, qui n’est pas un professionnel et ne comprend que le sens littéraire des titres de colonnes »6.

3Progressivement, il se forge une réputation d’expert en comptabilité grâce à sa participation aux travaux de la Commission du plan comptable et, surtout, grâce à la publication de plusieurs ouvrages salués par la critique dont un « Que sais-je ? » sur La Comptabilité qui paraît en 1943.

Un centralien atypique

Un commissaire-contrôleur à l’origine du plan comptable des assurances

  • 7  Sur l’adhésion de Charles Rist puis son rejet des idées de Keynes jugées « opportunistes, simplist (...)
  • 8  Ancien élève de l’école Polytechnique, Jean Romieu (1858-1953) entre en 1881 au Conseil d’État. Ma (...)

4Né en 1907 dans une famille aux origines paysannes et croyantes, Jean Fourastié intègre l’École Centrale mais, guère tenté par une carrière d’ingénieur, il poursuit ses études à l’École libre des sciences politiques (ELSP) où il suit peu les cours, sauf ceux de Charles Rist, qui lui décrit les théories de Keynes7, et de Jean Romieu8. En 1932, alors que le nombre d’ingénieurs diplômés des grandes écoles au chômage est de plus en plus important, il passe le concours de commissaire-contrôleur des compagnies d’assurances, mais doit attendre 1934 avant d’avoir un poste.

  • 9  Pour un aperçu de l’histoire du corps des commissaires-contrôleurs des assurances qui a fêté son c (...)
  • 10  La Direction est au ministère du Travail car le contrôle a commencé par celui des opérations d’ass (...)
  • 11  Successeur d’Aron, c’est lui qui, ancien des Finances, fait rattacher sa direction à ce ministère. (...)
  • 12  CAEF PH 181-94-1, Note sur la carrière de M. Fourastié.

5Il effectue au siège des compagnies d’assurances des vérifications financières et juridiques qui ont pour objet, d’une part, l’instruction des plaintes déposées par les assurés ; et de l’autre, l’étude de la situation financière des entreprises9. Aron, Inspecteur général des Ponts et Chaussées, Directeur des Assurances privées, service chargé au ministère du Travail du contrôle de l’État sur les compagnies d’assurances, lui confie deux enquêtes10 : la première, sous la direction de Gabriel Chêneaux de Leyritz (1899-1973)11, conduit au retrait d’enregistrement de la Lyonnaise de capitalisation et à la mise en faillite de huit sociétés du groupe ; la seconde aboutit à la liquidation de la Prévoyance, mutuelle française12. « Dans une période où les faillites financières étaient nombreuses, où la législation était à fonder », les directeurs successifs lui montrent comment on peut traduire en acte les enseignements de Jean Romieu.

  • 13  Jean Fourastié, Le Contrôle de l’État sur les sociétés d’assurances, Paris faculté de droit, 1937, (...)
  • 14  Docteur en droit, chargé de conférences aux facultés de droit de Paris et de Caen, il devient comm (...)

6En 1937, il soutient sa thèse sur le contrôle par l’État des sociétés d’assurances13, publiée chez Dalloz l’année suivante avec une préface de Paul Sumien14. Jean Fourastié y critique le régime légal en vigueur avant d’en appeler à une réforme :

  • 15  Jacqueline Fourastié et Béatrice Bazil, op. cit., 1994, p 66.

« Une grande partie de cette thèse a pour objet de mettre en évidence ce que sont les réserves mathématiques, et comment il faut les traiter en comptabilité ; il s’agit bien d’une dette à inscrire au passif et à couvrir par des placements d’actifs (…). Or, jusque-là, les compagnies avaient aimé laisser entendre qu’elles étaient riches de leurs immeubles. (…) Le nouveau vocabulaire a été difficile à mettre en œuvre, car il y avait des habitudes et une terminologie qui avaient un siècle d’existence »15.

7Cette thèse connaît un certain succès puisque deux éditions successives sont épuisées en quelques mois et que des comptes rendus élogieux paraissent tant en France qu’à l’étranger dans les revues spécialisées. Lorsque la procédure des décrets-lois permet à Chêneaux de Leyritz, directeur des Assurances, de mettre en œuvre la réforme que Fourastié appelait de ses vœux en 1937, il est chargé des décrets d’application et envoyé en missions d’enquête auprès des autorités de contrôle suisses, allemandes et italiennes pour étudier la pratique administrative, l’organisation économique et la législation des autres États européens en matière d’assurance. C’est la Suisse surtout qui retient son attention :

  • 16  Ibid., p. 67.

« Il n’y avait pas de plan comptable général en France, mais il y en avait déjà dans d’autres pays, notamment en Suisse et en Allemagne. Je les ai étudiés et j’ai même accompli une mission en Suisse. Dans ce pays, il y a une forte industrie de l’Assurance. Notre législation a institué en même temps qu’un plan comptable une procédure de transfert de portefeuille. Lorsqu’un agrément était retiré à une compagnie, d’après les lois du droit commun telles qu’elles s’appliquaient avant les décrets lois, il y avait liquidation judiciaire […]. Les assurés ne pouvaient avoir, en contrepartie que ce que donnait la liquidation de l’entreprise, ce qui était souvent faible. Or les Suisses avaient depuis de nombreuses années, un contrôle solide des assurances par l’État. Dans le cas d’un retrait d’agrément, ils avaient une disposition qui permettait le transfert de portefeuille de la Société en faillite à une Société solvable, celle-ci reprenait, pas toujours à 100 %, les contrats en cours de celle-là »16.

8Cette réflexion aboutit au décret-loi du 14 juin 1938 qui crée un nouveau régime juridique d’assurance et institue en France, le transfert de portefeuille. Ce travail dans les assurances lui fait prendre conscience du fossé entre la science économique et la réalité concrète :

  • 17  Jean Fourastié, « Le progrès technique et les activité économiques », Revue Économique, n°1, 1966, (...)

« Je fus de plus en plus frappé par l’imperméabilité qui séparait l’activité économique concrète de la science économique, laquelle aurait dû décrire et guider cette activité. Dans les sociétés d’assurance que je contrôlais au nom de l’État et dont je vivais en détail les problèmes et les méthodes, on parlait avant tout de comptabilité, statistique, prix de revient ; dans les livres de science économique, lorsque sporadiquement, il en était question, c’était pour décrire des procédés entièrement ignorés des hommes d’action »17.

  • 18  D’origine russe, reçu au baccalauréat à seize ans, entré à Polytechnique en 1926, Maxime Malinski  (...)

9Les sociétés d’assurance sont les premières entreprises auxquelles l’État impose des règles comptables : depuis la loi du 17 mars 1905, les sociétés d’assurance sur la vie sont tenues de publier chaque année leur compte général de pertes et profits et leur balance générale au Journal officiel (dispositions étendues aux autres sociétés d’assurance par le décret du 8 mars 1922). Toutefois, pour Fourastié et son collègue Maxime Malinski18, des améliorations sont possibles :

« Il s’agissait d’énoncer des règles et des terminologies que doit employer une entreprise pour établir sa comptabilité. (…) La comptabilité, le bilan, le compte de profits et pertes annuels des Compagnies avaient beaucoup d’importance pour le contrôle, puisqu’il s’agissait de juger de leur solvabilité et de la manière dont elles respectaient les règlements relatifs aux placements et aux garanties données aux assurés. Or, les compagnies rendaient les comptes comme elles l’entendaient ».

  • 19  CAEF, B 59 661 pour les dossiers et procès verbaux des séances d’un Conseil composé d’une centaine (...)
  • 20  CAEF, B 62 298, Comptabilité des sociétés d’assurances, travaux préparatoires et application (1939 (...)
  • 21  Véronique Dussauze et Jacques Chezleprêtre, Organisation professionnelle comparée, cours de l’ESOP (...)

10Fourastié est donc associé à la rédaction d’un plan cohérent, ne paralysant pas la gestion des entreprises mais la rendant plus claire, applicable tant à des sociétés d’assurance-dommage qu’à des sociétés d’assurance-vie. Le groupe de travail dont il fait partie rédige deux projets détaillés soumis au Conseil supérieur des assurances qui est composé de hauts-fonctionnaires et de représentants des sociétés19. Si les compagnies jugent d’abord les textes inapplicables, les tensions se calment rapidement, ce qui rend possible la publication du décret du 28 juillet 1939, faisant suite au décret-loi du 14 juin 1938 : toutes les entreprises d’assurances doivent désormais avoir des règles uniformes de comptabilité, elles ont aussi l’obligation de fournir un compte rendu annuel de leurs opérations contenant le bilan, le compte-général des pertes et profits, l’état de placements à toute personne le réclamant20. Dès 1939, plusieurs sociétés appliquent, sans y être obligées, les dispositions relatives à la comptabilité générale et à la publication des bilans et des comptes de pertes et profits. En 1940, plus de cent sociétés suivent cet exemple. Dans ces conditions, la direction des Assurances n’hésite pas à rendre obligatoire, au 1er janvier 1941, les prescriptions du plan relatives à la comptabilité générale et à compter du 1er janvier 1942, les dispositions concernant la comptabilité des prix de revient21.

  • 22  Olivier Dard, art. cit., 2004, p.6 ; voir également Pierre Martin, Histoire du groupe Azur : les m (...)
  • 23  CAEF, PH 181-94-1, Note sur la carrière de M. Fourastié.
  • 24  Cette annotation figure dans son carnet de rendez-vous à la date du 6 mai 1940. Cette tournée le c (...)

11Lorsque la guerre éclate, Jean Fourastié est donc « un fonctionnaire en vue dans sa spécialité et a commencé à se faire une réputation d’expert en assurance, par son action de conseiller et ses publications »22. Après une période de mobilisation, il est remis en octobre à la disposition du ministère du Travail et participe alors à la rédaction des textes sur l’assurance contre les risques de guerre et est plus spécialement chargé de régler le contrôle des changes en matière d’assurance23. Il effectue un voyage d’étude en Suisse début mai 1940 au cours duquel il fait « la tournée des grandes sociétés » d’assurance24. Son retour en France coïncide avec le déclenchement de l’offensive allemande.

  • 25  Olivier Dard, art. cit., 2004, p. 7.
  • 26  Le ministre qui a besoin d’un « expert » choisit le commissaire-contrôleur dont on lui dit qu’il s (...)
  • 27  Sur l’action de Fourastié au COA, voir Olivier Dard [2004], art. cit., et « Le comité d’organisati (...)

12Après la débâcle, il est notamment désigné pour représenter la direction des Assurances en zone occupée et participer aux négociations économiques franco-allemandes de Paris, tout restant un rédacteur en vue au ministère où il rédige le texte organisant la profession de l’assurance25. À l’automne, alors que Chêneaux de Leyritz est nommé commissaire du gouvernement auprès du Comité d’Organisation des Assurances (COA), c’est lui qui le remplace dans la plupart des réunions. Enfin, au printemps 1942, sur les conseils et à la demande de Chêneaux de Leyritz, afin de faciliter la signature de nombreux textes qu’il désirait voir « sortir », Fourastié entre au cabinet d’Yves Bouthillier, ministre des Finances, assurant ainsi la liaison avec la direction des Assurances26. Ce passage assez court au cabinet, Bouthillier démissionnant le 10 avril 1942, permet à Fourastié de faire signer deux textes, qui se révèlent toutefois être très importants et symboliques de l’action qu’il entend poursuivre : les arrêtés des 2 et 3 avril 1942 supprimant le tarif minimum dont bénéficiaient, depuis 1907, les compagnies d’assurance sur la vie. Après la nomination de Chêneaux de Leyritz en juillet 1942 à la tête du COA, Fourastié reste commissaire adjoint du gouvernement auprès de ce dernier jusqu’en août 194427.

L’arrivée du CNAM

  • 28  Jean et Jacqueline Fourastié, op. cit., 1994, p. 116-117. Voir aussi Anne Reverdy-Berthet, « L’ens (...)

13Sa réputation grandissante d’expert ouvre à Fourastié les portes de l’enseignement supérieur. Bien qu’il ne se sente pas une « vocation d’enseignant », il supervise la préparation, organisée par le ministère des Finances, des candidats au concours de commissaire contrôleur et donne quelques cours à l’Association philotechnique et l’École polytechnique d’assurances28. Mais c’est avec le CNAM qu’il fait son entrée officielle dans l’enseignement.

  • 29  CAEF, PH 181-94-1, Arrêté du 22 février 1941 le nommant remplaçant du cours d’Assurances au CNAM à (...)
  • 30  Archives CNAM, Chemise « Cours Assurances ».
  • 31  Archives CNAM, Jean Fourastié, Cours d’assurances aux point de vue économique et juridique, plan r (...)

14La loi du 3 octobre 1940 portant statut des juifs obligeant Maxime Malinski à quitter son poste au CNAM où il faisait un cours d’assurances au point de vue économique et juridique depuis 1938, Chêneaux de Leyritz et Guerard, alors président du COA, proposent le nom de Fourastié au directeur du CNAM. C’est ainsi qu’il devient chargé de cours suppléant (la charge de travail est analogue à celle d’un professeur titulaire, avec la même procédure d’élection, mais il travaille à mi-temps et reçoit mi-traitement)29. Son premier cours a lieu le 27 janvier, il précède de quelques mois l’élection « officielle » qui n’intervient qu’au printemps. Dès le premier semestre 1941, son cours hebdomadaire du lundi rencontre un certain succès30 : cette affluence inédite s’explique non seulement par la publicité faite auprès des compagnies mais aussi parce que Fourastié conçoit ce cours comme « un moyen, pour les jeunes employés d’assurance, de chercher à s’évader de la petitesse de leurs occupations habituelles, pour montrer leur savoir et leur valeur ». Il avait été frappé, en effet, lors d’une enquête qu’il avait été chargé de faire sur « l’état d’esprit dans le monde de l’assurance », de la mentalité du « petit employé des sociétés d’assurances » qui a « l’impression d’être le rouage infime d’une énorme machine »31. Les matières traitées sont celles « dont la connaissance est nécessaire à un bon chef ou sous-chef de service et qui ne sont en fait enseignées dans aucune autre école ou faculté française ».

  • 32  Archives CNAM, Jean Fourastié, op. cit., 1944, p.18.

15Son cours se concentre sur l’étude des questions économiques se rapportant à l’assurance, domaine assez mal connu tant pour la France que pour l’étranger. Il décrit notamment l’évolution depuis 1900 de la notion de risque assurable, les répercussions sur l’assurance de l’évolution économique et sociale de la nation ou la puissance économique de l’assurance (vie, réassurance, accidents du travail) dans divers pays. À partir de ces comparaisons internationales, Fourastié est conduit à présenter « une conception modeste de l’action de l’assurance en France » et à « désirer assez vivement les réformes que le Comité d’organisation est en train, non pas d’imposer, mais d’appliquer en matière d’assurance »32. Dans ses cours Fourastié revient également sur la place de l’assurance dans la doctrine économique, mettant en évidence le contraste existant entre une abondante littérature juridique et une littérature économique presque inexistante et se montrant déjà très critique vis-à-vis de l’économie politique traditionnelle :

  • 33  Archives CNAM, Jean Fourastié, op. cit., 1944

« Les lois dégagées par les économistes ne sont guère que des théories. Les démonstrations rationnelles sont floues. Elles ne retiennent de données complexes qu’un petit nombre d’éléments arbitraires. De plus ces lois sont trop peu nombreuses pour intéresser toute la matière. Enfin, elles ne comportent aucune vérification expérimentale. Les applications des lois ne conduisent ni à la prévision des faits ni à la détermination des moyens d’action, mais à des explications contradictoires et dont la synthèse reste à faire »33.

16Fourastié a donc très tôt pour ambition, moins d’imposer des théories que de « décrire des faits », en particulier les transformations importantes accomplies depuis 1938 dans le monde de l’assurance, grâce à l’action de Chéneaux de Leyritz qui comme président du COA poursuit sur le plan économique ce qu’il a commencé sur le plan juridique. C’est donc tout naturellement qu’il est conduit à s’intéresser de plus près aux problèmes comptables.

Aux origines de sa légitimité en matière de comptabilité

La commission du Plan comptable

  • 34  CAEF, 1CC 33 526, dossier personnel de Jacques Chezleprêtre. Né en 1897, combattant de la Première (...)

17Le Plan comptable est élaboré à partir de la fin de l’année 1940 par Jacques Chezleprêtre, administrateur des contributions directes et directeur de la Documentation économique34. Cette direction a été créée en juillet 1939 pour regrouper des experts capables de rechercher dans les comptabilités des entreprises des renseignements utiles à l’action gouvernementale ; son organisation est retardée par les événements de 1940 et ce n’est qu’en avril 1941 qu’elle se met vraiment au travail, apportant son concours aux services de l’Économie générale dans la détermination des prix de revient comptables. Ce travail de recherche de la documentation statistique professionnelle tirée des comptabilités privées souligne la nécessité de mettre au point des règles normalisées de comptabilité et la préparation d’un plan comptable général.

  • 35  CAEF, B 55 187, étude du projet de M. Chezleprêtre, compte rendu de la commission plénière du plan (...)
  • 36  Antoine Weexsteen, op. cit., 1999, p. 200-204.
  • 37  Sur ce dernier voir François Bloch-Laîné, fonctionnaire, financier, citoyen, Paris, CHEFF, 2005.
  • 38  CAEF, voir la liste en B 55 187.
  • 39  CAEF, B 55187, interventions de Fourastié et Detoeuf, compte rendu de commission plénière du plan (...)

18Le projet élaboré par Chezleprêtre à partir d’études réalisées à la direction générale des contributions directes, est adopté comme base de travail par les membres de la commission interministérielle du plan comptable créée le 22 avril 1941 qui y voient « une position moyenne entre les points de vue opposés »35. Si Chezleprêtre est secrétaire général de cette commission, elle est vice-présidée par l’incontournable Auguste Detoeuf, président du CO de la construction électrique et homme d’influence à la CEGOS36. Jean Fourastié y représente de son côté la direction des Assurances ; Pierre Dieterlen, le Comité d’Information Interprofessionnelle ; François Bloch-Laîné37, la direction du Trésor. On y retrouve également plusieurs experts comptables actifs dans l’organisation de leur profession, au moins trois membres de la CEGOS (dont Jean Parenteau), le président de l’AFNOR…38. Ces hommes ont des avis divergents. Si Fourastié estime qu’on pourrait, « comme en matière d’assurance, se borner à réglementer le bilan, le compte d’exploitation et le compte des pertes et profits », Auguste Detoeuf, au contraire, pense « que les buts de la comptabilité (détermination du prix de revient, renseignements à fournir à l’exploitant, aux actionnaires et aux prêteurs) ne peuvent être atteints que par l’établissement d’un plan normalisé »39.

  • 40  Jacques Chezleprêtre, « Les raisons d’être d’un plan comptable général », Revue de l’économie cont (...)

19Le premier projet de Chezleprêtre sert donc de base à la sous-commission des règles où s’effectue le véritable travail d’élaboration40. Fourastié n’y participe pas, ce qui confirme sa position marginale et ses handicaps aux yeux de Detoeuf : il n’est pas polytechnicien, il a délaissé une carrière d’ingénieur au profit du droit et des assurances, enfin, il n’est pas spécialiste de la question des prix de revient et de la comptabilité industrielle, qui sont, finalement, les enjeux majeurs des débats de la commission car les décisions prises en ce domaine conduisent à la révision du plan initial. Deux conceptions s’affrontent en effet. La première entend construire un plan

  • 41  CAEF, B 55 187, note sur le Projet de plan comptable mis au point par le Comité de rédaction, lue (...)

« qui donne du point de vue financier, une présentation impeccable, qui sépare les existantes des résultats, les comptes d’actifs des comptes de passifs, et qui prépare, par anticipation le bilan annuel »41.

20Cette conception du Plan comptable a le grave inconvénient pour des hommes comme Detoeuf de ne réserver à la comptabilité industrielle qu’une seule classe alors que les travaux de la sous-commission des règles précisent bien ce que le cadre comptable doit comprendre : une classe de comptes de dépenses, une classe de comptes parallèles de dépenses réparties ; une classe de comptes de frais par sections, une classe pour les comptes de prix de revient. C’est pourquoi, une seconde conception tend à limiter en revanche l’aspect financier pour s’attacher, avant tout,

  • 42  Ibid.

« à enregistrer les opérations, dans les comptes et dans les classes, par analogie, de telle manière qu’elles puissent se totaliser facilement pour servir de base à des opérations de comparaison d’entreprise à entreprise »42.

  • 43  Sur la préparation du plan de 1942, voir Peter E.M. Standish, « Les origines du plan comptable gén (...)
  • 44  Jean-Guy Degos, Histoire de la comptabilité, Paris, PUF, 1998, p. 102-103 et Jacques Richard, « Pl (...)

21Cette dernière conception est solidement défendue par Detoeuf. Ainsi, le Plan comptable de 1942 intègre dans un même cadre la comptabilité générale et la comptabilité industrielle, pratique répandue dans les entreprises et diffusée par des manuels de comptabilité avant la Seconde Guerre mondiale43. Conçu pour permettre le contrôle économique dans un contexte de pressions allemandes, il s’inspire également du plan comptable allemand44, bien que ses concepteurs s’en défendent, et ne doit pas grand chose à Jean Fourastié. Ce dernier assiste aux séances plénières, bénéficie de l’appui de Chezleprêtre, mais il ne siège pas dans les deux sous-commissions où s’effectue le travail de préparation et se trouve en décalage par rapport à l’homme fort de la commission, Auguste Detoeuf, partisan d’un plan comptable normalisé où les prix de revient occupent une place centrale. Ce déficit de reconnaissance au sein de la commission du plan comptable n’empêche pas Fourastié de se forger une légitimité en matière de comptabilité : la vulgarisation et l’enseignement vont l’y aider.

La pensée comptable de Fourastié et sa réception

  • 45  Journal de la Société Statistique de Paris, n°5-6, mai-juin 1947, p. 211.
  • 46  Chiffres fournis par Jacqueline Fourastié.

22En effet, fort de sa réputation d’expert en assurances, Jean Fourastié profite de la naissance de la Collection « Que sais-je ? » aux PUF pour proposer un ouvrage sur la comptabilité à Paul Angoulvent dont il tire la matière de la préparation de ses cours. Le « brillant petit volume destiné aux gens du monde »45 censé réconcilier le grand public avec la comptabilité, paraît donc en février 1943 (21 éditions et 161 000 exemplaires vendus jusqu’en novembre 1998, ce qui est un cas unique dans l’histoire de l’édition comptable française46). Dans sa préface, Chezleprêtre insiste sur le fait que la comptabilité constitue un moyen d’encadrer le progrès technique et le machinisme afin qu’ils ne se retournent pas contre leurs auteurs et il trouve intéressant de suivre, avec Fourastié, l’évolution qui a préparé cette nouvelle étape. Pour Chezleprêtre, l’intérêt s’accroît du fait que l’ouvrage de Fourastié, « comme son remarquable enseignement », ne s’adresse pas seulement aux élites, aux cadres de direction, « qui en France, ont malheureusement jusqu’à présent, été tenus éloignés de l’enseignement, et surtout de la pensée comptables ».

23Dès l’introduction consacrée au rôle juridique et au rôle économique de la comptabilité, Jean Fourastié donne une définition opératoire de la comptabilité qui a pour but l’enregistrement en unités monétaires des mouvements de valeurs économiques, en vue de faciliter la conduite des affaires financières, industrielles et commerciales. Pour l’objectif économique de la comptabilité, il rappelle le rôle du bilan, « qui n’est pas exactement un état patrimonial » et énonce l’aspect dynamique du compte d’exploitation industrielle et du compte global des résultats commerciaux. Il observe également que l’économie dirigée et la guerre entraînent une modification des pratiques comme des théories : il ne s’agit plus d’établir une comptabilité répondant aux besoins plus ou moins conscients de l’entrepreneur et variable d’une entreprise à l’autre, mais d’imposer à toutes les entreprises une comptabilité répondant aux besoins de la collectivité.

24La première partie traite du perfectionnement continu des méthodes comptables sous l’influence des besoins de l’entreprise : la comptabilité simple, la comptabilité primitive à partie double, les perfectionnements apportés à la méthode à partie double de 1400 à 1939. Il termine sur les perfectionnements apportés en cinq siècles en revenant sur le parallèle entre bilan et budget. Pour que le bilan ait une fonction budgétaire, il est nécessaire de prévoir des réserves et de faire des provisions (il utilise là sa connaissance des provisions en matière d’assurance). Pour Jean-Guy Degos, il fait une approche intéressante de la notion de risque couvert par les provisions, mais il oublie l’amortissement et ne peut pas généraliser les notions de charges décaissées et de charges calculées. La seconde partie de l’ouvrage détaille la révolution de la technique comptable sous l’influence des besoins nouveaux de la collectivité et de l’État (le plan comptable, les comptes rendus annuels…). Il précise notamment que le plan comptable français a bénéficié des enseignements du plan allemand et distingue les comptes de bilan (la première classification comprenant les comptes de valeurs, les comptes de tiers, les comptes de correction ou de provision, les comptes d’ordres et une seconde les comptes d’actifs, de passif et les comptes mixtes) des comptes de situation nette (scindés en comptes de résultat dont le plus important est le compte de profits et pertes et en comptes de classements). Il insiste également sur la numérotation des comptes du plan comptable.

25L’ouvrage se termine par une discussion des comptes rendus annuels, du compte général de profits et pertes, qui décrit la vie économique à court terme de l’entreprise, de l’évaluation des inventaires. Présentant le bilan comme une conséquence de la comptabilité, il en montre également les limites et introduit la question de l’exactitude… Ainsi, pour Jean Fourastié :

« La révolution économique et sociale que subit le monde redonne au vieil art comptable une troisième jeunesse. Sans rien perdre de son intérêt privé, la comptabilité acquiert un intérêt général ; elle devient indispensable à la direction de l’économie, à la répartition des matières premières et des biens de consommation, à la justice et la paix sociales ».

  • 47  Voir la conclusion, p. 115.
  • 48  Jean-Guy Degos, « L’essentiel et l’accessoire dans la diachronie d’une pensée comptable », op. cit
  • 49  CAEF 1C 33 526, suspendu dès le 21 août 1944, révoqué sans pension pour faits d’intelligence avec (...)

26Cette « révolution » consacre la profession de comptable, « que beaucoup considéraient naguère encore comme un employé subalterne, auquel on dicte les ordres les plus propres à tromper le fisc et à endormir les actionnaires » et qui se voit confier le rôle de « témoin public »47. Dans sa version originale de 1943, l’ouvrage est, pour Jean-Guy Degos, celui d’un auteur qui a assimilé l’essentiel de la comptabilité, qui a compris sa perspective historique et qui a pressenti certains de ses développements futurs48. Dans les 19 éditions suivantes, on assiste à la disparition de la préface de Chezleprêtre, épuré49, et la deuxième partie tient compte de la situation d’après-guerre : l’exposé introductif ne parle plus de Detoeuf alors qu’Aymé Lepercq fait son apparition. L’auteur supprime les passages concernant l’inspiration allemande du plan comptable de 1942, valorisant ainsi l’originalité du plan comptable français, et ajoute des renvois bibliographiques à ses propres publications. Si l’édition de 1946, la première après la Libération, est intéressante par son arrière-plan politique, elle contient aussi une note relative au décret du 5 février 1946 sur la dévaluation, dans laquelle Fourastié voit « une première quoique modeste étape dans la voie de l’adoption du plan comptable général ». C’est avec la quatrième édition de 1947, juste après la publication du premier vrai plan comptable, que les modifications sont les plus importantes. Lepercq, résistant, membre de la première commission du plan comptable mais éphémère ministre des Finances, rejoint Chezleprêtre aux oubliettes. Il fait place à l’analyse du travail de la Commission de normalisation des comptabilités sous la tutelle d’André Philip, ministre de l’Économie nationale, qui n’a pas toujours été tendre pour le plan comptable. Un chapitre désormais consacré au « Plan comptable de 1947 ».

27Pour Degos,

  • 50  Jean-Guy Degos, Introduction à la pensée comptable de Jean Fourastié, Centre de Recherches et d’Ét (...)

« Fourastié avait pressenti beaucoup de choses essentielles en comptabilité : on ne peut vraiment comprendre sa logique qu’en ayant une approche historique ; les opérations de trésorerie sont primordiales sans être uniques ; les états financiers sont la conséquence et non la cause des mouvements comptables et il est facile de les manipuler légalement ; l’éducation est indispensable à la comptabilité qui est autre chose qu’une simple technique administrative »50.

28En 1944, Jean Fourastié fait paraître un autre ouvrage sur la comptabilité, La comptabilité générale conforme au plan comptable général, manuel qui, à la différence du « Que sais-je ? », s’adresse moins au grand public qu’aux étudiants et aux professionnels, mais la doctrine exposée et la méthode utilisée sont les mêmes. Reste à savoir comment sont reçus ces deux ouvrages, qui différent par leur but, leur poids et leur public, mais nullement par leur contenu, organisé autour de deux éléments essentiels, dont on peut suivre l’élaboration à partir des cours au CNAM : il s’agit d’abord de la théorie des parties doubles basée sur la classification des comptes en deux séries hétérogènes, et d’autre part d’une prise de position nette en faveur d’un plan comptable général, uniforme, obligatoire.

  • 51  CAEF, 5 A 131, liste détaillée des comptes-rendus des premiers ouvrages de Fourastié. Outre les ar (...)
  • 52  X, «  La comptabilité par M. Fourastié », Temps Nouveaux, 20-21 juin 1943, p.3.
  • 53  Lucien Febvre, « Techniques intellectuelles », Mélanges d’histoire sociale, V, 1944, p.74.

29En ce qui concerne le « Que sais-je ? », des comptes rendus favorables paraissent dans diverses revues professionnelles et économiques51 : tous soulignent qu’il s’agit d’une synthèse historique, dans laquelle les chefs d’entreprise, les comptables et le grand public trouveront une utile mise au point « car les renseignements manquent à peu près complètement sur l’esprit et le but réel du plan comptable »52. Pour Lucien Febvre aussi, le livre de Fourastié, « vient à son heure » car le changement de structure de l’économie entraîne un bouleversement total des méthodes comptables : « La comptabilité n’est pas ce qu’un vain peuple pense, nous démontre avec force Jean Fourastié, tout au long du petit livre qu’il lui consacre, […], nous sommes gagnés d’avance aux Annales, à cette démonstration »53. À l’instar de l’article qui paraît dans le numéro de Production de mars 1944, tous s’accordent donc pour reconnaître que la comptabilité occupe « une position centrale dans la technique des réformes économiques et sociales de demain » et que les discussions autour du plan comptable et de la réforme de l’entreprise lui ont donné encore plus de poids et d’actualité :

  • 54  Production, mars 1944, 4e année, n°29, p. II.

« Aussi le petit livre de vulgarisation intelligente que Jean Fourastié a consacré à la comptabilité dans l’excellente collection « Que sais-je ? » des PUF vient-il à son heure. « Petit livre » dont l’intérêt s’accroît du fait qu’il donne de la comptabilité une explication historique et entièrement nouvelle »54.

30À propos de la deuxième partie, Production reconnaît qu’il s’agit de

  • 55  Et parmi celles-ci, Detoeuf, Strohl, Dumerckez, Chezleprêtre, dont certaines, on l’a vu, disparais (...)
  • 56  Production, mars 1944, 4e année, n°29, p. II.

« l’aspect moderne du problème » dont Fourastié étudie l’évolution la plus récente, plan comptable compris, en indiquant, chemin faisant, ses sources et ses références modernes55. Conclusion : il s’agit d’un « précieux petit livre, d’une bonne tenue et d’une bonne venue, qui rendra la comptabilité intelligible au profane et au semi-profane, au chef d’entreprise, à l’étudiant, à l’honnête homme, en un temps où son intelligence n’a jamais été plus nécessaire à la juste appréciation des problèmes de la profession »56.

  • 57  Marcel Torti, Journal de la Société Statistique de Paris, mai-juin, 1947, p. 210-222.
  • 58  Ancien contrôleur financier du canton de Berne, considéré dans les pays de langue allemande comme (...)

31En 1947, à l’occasion de la parution de la troisième édition du « Que sais-je ? », leJournal de laSociété Statistique de Paris57, publie l’étude la plus intéressante, la plus technique aussi, car elle intègre les deux ouvrages sur la comptabilité publiés par Fourastié. Cet article, élogieux, présente d’abord Fourastié comme « l’un des hommes qui, chez nous, auront le plus contribué à la défense et l’illustration de la comptabilité » : « par le succès de ses ouvrages, l’éclat de son enseignement, par l’efficacité aussi de ses réalisations pratiques, il a réhabilité en quelque sorte la technique séculaire autrefois inventée par les vieux scrivanidu trecento ». Torti aborde notamment les deux idées maîtresses de Fourastié : la théorie des parties doubles et le plan comptable. En ce qui concerne la première, Torti essaie, à partir des formes successives de l’enseignement de Fourastié, de suivre les progrès d’une pensée qui redécouvre la théorie dualiste en retraçant l’histoire de la comptabilité et en prenant appui sur les idées du Suisse Hugli58. Dans son premier exposé de la technique comptable au CNAM, Fourastié s’attache uniquement à expliquer l’inversion des signes du compte de caisse. La recherche de cette explication le conduit à effectuer des recherches historiques sur les comptes de tiers qui apparaissent pour la première fois dans sa première série de cours à l’ELSP en 1941 : « La description du mécanisme de cette inversion des signes sous l’influence des comptes de tiers est l’élément premier, fondamental et original de la pensée de l’auteur ». Cet élément est seul retenu dans la Comptabilité de 1943,

  • 59  L. « La comptabilité générale », La vie industrielle, 26 janvier 1944, n°801, p. 1. Cet article te (...)

« dont l’objet essentiel est de faire comprendre comment l’esprit humain est passé et peut passer de la comptabilité simple, dite de cuisinière, à la technique plus complexe de la comptabilité à partie double. Ce n’est que l’année suivante dans La Comptabilité générale, « première exégèse du plan comptable contribuant à une indispensable unification de doctrine et d’action que la théorie de la dualité des comptes, qui se trouvait en germe antérieurement, prend de l’ampleur sous forme de notes ayant plus valeur de compléments que de développement essentiel » »59.

32Ainsi, Fourastié abouti à la Zweikonten Theorie par une voie toute personnelle, et il enseigne moins cette théorie « qu’une méthode qui y conduit ». Pour Torti, ces idées qui se rattachent à la Zweikonten Theorie par opposition à la Geschäftstheorie, tout en restant distinctes des travaux du Suisse Hugli, justifient la réputation et l’autorité acquises par Fourastié auprès des professionnels. Cependant, le consensus disparaît lorsque l’on aborde le plan comptable général obligatoire.

  • 60  Auteur anonyme, « Le plan comptable », Bulletin de l’Association nationale des sociétés par action (...)
  • 61  Journal de la Société de Statistiques de Paris, n°6, mai-juin 1947, p 221.

33Fourastié est en effet l’objet de vives critiques dans les milieux opposés à l’institution d’un plan comptable : l’Association nationale des sociétés par actions (ANSA) prend même le soin de publier pour ses adhérents une présentation synthétique de ses idées et fait de lui un « idéologue chimérique et un révolutionnaire utopique »60. L’auteur de la brochure qui se décrit lui-même comme un « partisan attardé » du libéralisme économique (qui à la lecture se révèle un libéralisme sans concurrence : « Si une organisation professionnelle se maintient, sa principale préoccupation sera la répartition des marchés »), critique d’abord ouvertement les « conséquences désastreuses de la transparence comptable ou de la comptabilité sur la place publique », même s’il reconnaît que la Commission de 1941 a prévu certaines précautions en établissant une distinction entre la communication réservée à certaines administrations publiques et aux CO, et la publication qui s’adresse à tous les tiers (mais tout de même, la distinction lui paraît spécieuse…) ; toute aussi vive est sa critique d’une publication éventuelle des états annexes précisant le contenu de chacun des postes des bilans ; enfin, il reproche (nous sommes en juin 1944) au Plan français d’imiter le plan allemand. À cette dernière objection, Fourastié, on l’a vu, oppose le nom de Lepercq dans l’édition de 1946 du « Que sais-je ? » sur la comptabilité et, sur un plan plus technique, affirme que « le plan comptable allemand et le plan français n’ont guère en commun que le système de numération des comptes »61.

  • 62  Faute de références plus précises, nous n’avons pas retrouvé cet article qui ne figure dans aucun (...)
  • 63  Le nouveau directeur des Assurances assure que, « de notoriété publique », « M. Fourastié ne saura (...)

34Alors qu’en septembre-octobre 1944 la commission d’épuration du ministère des Finances classe sans suite la procédure entamée contre Fourastié (cet examen n’a donné lieu à aucune suspension, même provisoire, ni à aucune autre sanction), il est toutefois suspendu temporairement de ses fonctions au CNAM le 30 octobre 1944. À l’origine de « l’affaire », il y aurait une lettre anonyme indiquant son passage au cabinet de Bouthillier alors qu’un « entrefilet de journal »62 l’accuse d’avoir dispensé un enseignement « conforme à l’esprit de la nouvelle Europe ». Soutenu par Malinski, par le directeur du CNAM et par ses collègues des Assurances63, il démonte facilement ces accusations et, en ce qui concerne ses cours, montre qu’il a abordé chaque année, depuis 1941, des problèmes « nouveaux et difficiles » :

  • 64  Archives CNAM, dossier personnel de Jean Fourastié, « Note relative aux faits qui auraient motivé (...)

« J’ai rénové l’enseignement de la comptabilité en lui donnant un sens historique et social, j’ai clarifié l’étude des réserves techniques et créé l’étude économique de l’assurance »64.

  • 65  Archives CNAM, dossier personnel J. Fourastié.
  • 66  Archives CNAM, Chemise « Cours assurances », extrait du procès verbal de la réunion du 27 juillet (...)

35Parallèlement, alors qu’il veut démissionner de son poste au CNAM afin de permettre une « nomination en loyale compétition »65, Malinski lui demande d’appuyer auprès de la direction du CNAM la création d’un nouveau cours d’assurance, spécialisé dans les questions pratiques : on assiste donc à la création d’un cours d’assurances double66.

La consécration et l’arrivée au Plan

  • 67  Jean Fourastié et Henri Montet, L’Économie française dans le monde, Paris, PUF, 1945, Coll. « Que (...)
  • 68  Jacqueline Fourastié et Béatrice Bazil, op. cit., 1994, p. 70-71.

36À la Libération, Jean Fourastié est un expert reconnu tant en matière d’assurance que de comptabilité puisqu’avec les remaniements qui interviennent au sein de la commission du plan comptable (en premier lieu l’éviction de Detoeuf), il joue un rôle de premier plan dans la commission de normalisation des comptabilités, créée en 1946, les vœux de Robert Lacoste, président de la commission, s’accordant bien avec sa capacité de synthèse. Toutefois, c’est avec l’Économie française dans le monde que la consécration arrive. Cet ouvrage qui regroupe les traits essentiels de sa prise de conscience des faits économiques67 veut expliquer comment la France « qui avait gagné presque seule la guerre de 1914-1918, avait pu subir la déconfiture de 1940 »68. Il ne s’agit donc pas d’une nouvelle « géographie économique » mais d’un essai « d’économie géographique » dont l’optimisme tranche avec le pessimisme des essais du même genre parus pendant les années trente. Remarqué par Jean Monnet, Fourastié intègre le Plan où il commence par s’occuper de comptabilité nationale avec Gavanier, Froment et Dumontier : ensemble, ils dressent quelques comptes nationaux « avec les moyens du bord » mais semblent vite mesurer qu’il faut des moyens importants :

  • 69  Henry Rousso (dir.) [1986], De Monnet à Massé, Paris, Editions du CNRS, p. 211et suivantes.

« Si j’ai mauvaise conscience, c’est qu’aussi bien Sauvy que Monnet ont beaucoup insisté pour que je prenne au Plan ce travail en charge. Je me sentais assez capable de le faire, étant donné mon expérience antérieure, mais j’étais trop occupé à d’autres tâches. Or l’orientation que je voulais donner à la comptabilité nationale eut été radicalement différente de ce qu’elle a été »69.

  • 70  Le témoignage de Fourastié est, par ailleurs, fortement contesté par Claude Gruson lors de la tabl (...)

37Pour Jean Fourastié qui travestit légèrement la réalité, ce serait sur ses conseils que Monnet « abandonne » finalement la comptabilité nationale, or, c’est au début de l’année 1950, au cours d’un déjeuner réunissant Bloch-Laîné, Gruson et Monnet, que ce dernier se laisse convaincre, au demeurant assez facilement, « d’abandonner » une comptabilité nationale qui résulte, en fait, « d’initiatives dispersées, de trajectoires individuelles diversifiées » auxquelles de nouvelles structures donnent de la cohérence70. Parallèlement, il effectue, à sa demande, une mission d’étude en Suède et aux États-Unis sur les questions de comptabilité nationale, de progrès technique et de productivité. Comme il l’explique lui-même, ce voyage de trois mois aux États-Unis explique l’apparition du troisième facteur constitutif de ses premiers travaux sur la productivité, la disparité entre prix français et américains : « à Paris une paire de chaussures valait 20 coupes de cheveux, tandis qu’à New York, une paire de chaussures ne valait que cinq coupes ». Sa formation d’ingénieur et de comptable lui permet, à partir de cette constatation, de saisir l’importance des prixde revient :

  • 71  Jean Fourastié, « Remarques sur l’introduction de la notion de progrès technique dans la science é (...)

«Ainsi, ces trois facteurs (prix de revient, progrès technique et dépopulation des campagnes) joints à une quantité d’autres qui les corroborent, évoquent directement la notion aujourd’hui connue sous le nom de productivité, que je désignais dans les premières éditions de mes livres par le mot rendement »71.

38Au final, l’expertise de Fourastié en matière de comptabilité joue un rôle prépondérant dans sa prise de conscience progressive de l’importance de la notion de productivité qu’il contribue à mettre sur orbite à partir de 1948 grâce à ses essais économiques grand public, son action d’expert au Plan où il organise les missions de productivité avec l’Economic Cooperation Administration chargée d’administrer le Plan Marshall et grâce à son rôle dans la formation des élites françaises.

Haut de page

Notes

1  Béatrice Touchelay, « La France des mots, la France des chiffres ». Fiscalité et comptabilité des entreprises entre état et organisations patronales (1916-1959), mémoire inédit d’habilitation à diriger des recherches, 2009.

2  Antoine Weexsteen, Le conseil aux entreprises et à l’État en France, le rôle de Jean Milhaud (1898-1991) dans la CEGOS et l’ITAP, thèse d’histoire, Patrick Fridenson (dir.), Paris, EHESS, 1999.

3  Sur les CO, voir Hervé Joly (dir.), Les comités d’organisation et l’économie dirigée du régime de Vichy, Caen, CRHQ, 2004.

4  Nous nous permettons de renvoyer à Régis Boulat, Jean Fourastié, un expert en productivité, Besançon, PUFC, 2008.

5  Olivier Dard, « Fourastié avant Fourastié : la construction d’une légitimité d’expert », French Politics Culture and Society, 2004, vol. 22, n°1, p.1-6.

6  Jacqueline Fourastié et Béatrice Bazil, Jean Fourastié entre deux mondes. Mémoires en forme de dialogues avec sa fille Jacqueline, Paris, Beauchesne, 1994, p. 70.

7  Sur l’adhésion de Charles Rist puis son rejet des idées de Keynes jugées « opportunistes, simplistes et archaïques », voir Olivier Dard, « Economie et économistes des années trente aux années cinquante : un tournant keynésien ? », Historiens & Géographes, 1998, n°361, mars-avril, p. 173-196.

8  Ancien élève de l’école Polytechnique, Jean Romieu (1858-1953) entre en 1881 au Conseil d’État. Maître des requêtes, conseiller d’État, il est d’abord commissaire du gouvernement avant de présider la Section du Contentieux où il contribue à élargir le champ du contentieux administratif, renforçant par là le contrôle du Conseil d’État sur les institutions publiques, au profit des particuliers. Son enseignement à l’ELSP est considéré comme un « modèle de dialectique », il est surtout consacré aux travaux publics, aux grands services concédés.

9  Pour un aperçu de l’histoire du corps des commissaires-contrôleurs des assurances qui a fêté son centenaire le 19 octobre 2000, voir l’article de Michel Crinetz, « Le centenaire du corps de contrôle des assurances », Notes bleues de Bercy, n°134, novembre 2000.

10  La Direction est au ministère du Travail car le contrôle a commencé par celui des opérations d’assurances d’accidents du travail. La loi de 1898 avait rendue obligatoire l’assurance des employeurs pour les accidents du travail, au profit des salariés.

11  Successeur d’Aron, c’est lui qui, ancien des Finances, fait rattacher sa direction à ce ministère. Sur Chêneaux de Leyritz, voir sa notice biographique dans Roland Drago et alii. [2004], Dictionnaire biographique des membres du conseil d’État, 1799-2002,  Paris, Fayard, p. 441.

12  CAEF PH 181-94-1, Note sur la carrière de M. Fourastié.

13  Jean Fourastié, Le Contrôle de l’État sur les sociétés d’assurances, Paris faculté de droit, 1937, 275 p.

14  Docteur en droit, chargé de conférences aux facultés de droit de Paris et de Caen, il devient commissaire-contrôleur adjoint au ministère du Travail en 1902. Chef du service du Contrôle des assurances privées en 1918, il est promu directeur et conseiller d’État en 1922. Directeur honoraire au ministère du Travail en 1931, Paul Sumien est aussi professeur à l’ELSP ; voir Roland Drago et alii. (dir.), op. cit., 2004, p. 606.

15  Jacqueline Fourastié et Béatrice Bazil, op. cit., 1994, p 66.

16  Ibid., p. 67.

17  Jean Fourastié, « Le progrès technique et les activité économiques », Revue Économique, n°1, 1966, janvier, p.115-126.

18  D’origine russe, reçu au baccalauréat à seize ans, entré à Polytechnique en 1926, Maxime Malinski (1907-1993) est reçu en 1935 au concours du corps de contrôle des assurances du ministère du Travail. Nommé chargé de mission au cabinet du ministre Spinasse en 1936,  il fait ensuite partie,  avec Fourastié, de la petite équipe qui entoure Chêneaux de Leyritz. Voir Bertrand Balaresque, « Maxime Malinski », in Claudine Fontanon et André Grelon (dir.), Les professeurs du Conservatoire National des Arts et Métiers : Dictionnaire biographique, 1794-1955, Paris, CNAM/INRP, 1994, p. 204-214.

19  CAEF, B 59 661 pour les dossiers et procès verbaux des séances d’un Conseil composé d’une centaine de membres qui se réunissent pour la première fois le 21 février 1938.

20  CAEF, B 62 298, Comptabilité des sociétés d’assurances, travaux préparatoires et application (1939-1960)  et Jacqueline Fourastié et Béatrice Bazil, op. cit., 1994, p. 65.

21  Véronique Dussauze et Jacques Chezleprêtre, Organisation professionnelle comparée, cours de l’ESOP, Paris, CII, 1943, p. 165 et suivantes.

22  Olivier Dard, art. cit., 2004, p.6 ; voir également Pierre Martin, Histoire du groupe Azur : les mutations d’un groupe d’assurances mutuelles 1819-2000, thèse pour le doctorat d’histoire, Université Paris I Panthéon Sorbonne, 2003, Jacques Marseille (dir.), [publiée sous le titre Deux siècle d’assurance mutuelle : le groupe Azur, Paris, Éd. de CTHS, 2009], p. 379-384.

23  CAEF, PH 181-94-1, Note sur la carrière de M. Fourastié.

24  Cette annotation figure dans son carnet de rendez-vous à la date du 6 mai 1940. Cette tournée le conduit via Berne et Bâle à Zurich, Winterthur, Lausanne, Archives personnelles de Mademoiselle Fourastié (APF), carnet de rendez-vous de Jean Fourastié, 16 mai 1940.

25  Olivier Dard, art. cit., 2004, p. 7.

26  Le ministre qui a besoin d’un « expert » choisit le commissaire-contrôleur dont on lui dit qu’il sortait, comme lui, de Centrale.

27  Sur l’action de Fourastié au COA, voir Olivier Dard [2004], art. cit., et « Le comité d’organisation des sociétés d’assurances et de capitalisation entre technique et politique », in Hervé Joly (dir.), Les Comités d’organisation et l’économie dirigée du régime de Vichy, Caen, CRHQ, 2004,p. 191-199.

28  Jean et Jacqueline Fourastié, op. cit., 1994, p. 116-117. Voir aussi Anne Reverdy-Berthet, « L’enseignement de Jean Fourastié », in Jean Fourastié, 40 ans de recherche, Paris, Dalloz, 1978, p. 81-84.

29  CAEF, PH 181-94-1, Arrêté du 22 février 1941 le nommant remplaçant du cours d’Assurances au CNAM à compter du 1er janvier. Voir aussi Raymond Saint Paul, « Jean Fourastié professeur au CNAM, 1941-1978 », Chroniques d’actualité de la SEDEIS, 15 décembre (numéro spécial, « Hommage à Jean Fourastié »), 1990, p. 7-8.

30  Archives CNAM, Chemise « Cours Assurances ».

31  Archives CNAM, Jean Fourastié, Cours d’assurances aux point de vue économique et juridique, plan résumé et documentation statistique des cours des années 1942-1944, Paris, 1944.

32  Archives CNAM, Jean Fourastié, op. cit., 1944, p.18.

33  Archives CNAM, Jean Fourastié, op. cit., 1944

34  CAEF, 1CC 33 526, dossier personnel de Jacques Chezleprêtre. Né en 1897, combattant de la Première Guerre mondiale (Croix de Guerre, chevalier de la Légion d’Honneur à titre militaire), docteur en droit, contrôleur adjoint stagiaire dans le Nord en 1920, contrôleur dans la Seine en 1926, rédacteur principal à la direction générale en janvier 1929, sous-chef de bureau jusqu’en 1937, chef de bureau en 1939 avant de devenir directeur (de troisième classe) de la Documentation économique.

35  CAEF, B 55 187, étude du projet de M. Chezleprêtre, compte rendu de la commission plénière du plan comptable, 29 mai 1941, p. 5.

36  Antoine Weexsteen, op. cit., 1999, p. 200-204.

37  Sur ce dernier voir François Bloch-Laîné, fonctionnaire, financier, citoyen, Paris, CHEFF, 2005.

38  CAEF, voir la liste en B 55 187.

39  CAEF, B 55187, interventions de Fourastié et Detoeuf, compte rendu de commission plénière du plan comptable, 29 mai 1941, p. 4 .

40  Jacques Chezleprêtre, « Les raisons d’être d’un plan comptable général », Revue de l’économie contemporaine,  1942, p.1-8.

41  CAEF, B 55 187, note sur le Projet de plan comptable mis au point par le Comité de rédaction, lue à la séance du 2 octobre 1941 adressée à tous les membres de la commission.

42  Ibid.

43  Sur la préparation du plan de 1942, voir Peter E.M. Standish, « Les origines du plan comptable général français, rapport du centre de recherche et de documentation des experts-comptables et commissaires aux comptes », Dossier Minerve, 1992, n°4, janvier.

44  Jean-Guy Degos, Histoire de la comptabilité, Paris, PUF, 1998, p. 102-103 et Jacques Richard, « Plans comptables », in Bernard Colasse (dir.), Encyclopédie de comptabilité, contrôle de gestion et audit, Paris, Economica, 2000, p. 943-959.

45  Journal de la Société Statistique de Paris, n°5-6, mai-juin 1947, p. 211.

46  Chiffres fournis par Jacqueline Fourastié.

47  Voir la conclusion, p. 115.

48  Jean-Guy Degos, « L’essentiel et l’accessoire dans la diachronie d’une pensée comptable », op. cit.

49  CAEF 1C 33 526, suspendu dès le 21 août 1944, révoqué sans pension pour faits d’intelligence avec l’ennemi et port de la francisque. Le procès verbal de la Commission d’épuration des Finances relève ses rapports avec les autorités d’occupation (« un caractère personnel déplacé, un zèle particulièrement apprécié de ces autorités, tente d’intéresser les Allemands à plusieurs reprises à l’application d’une loi sur le plan comptable dont la mise en vigueur avait été reconnue inopportune en période d’occupation par les pouvoirs publics ») et ses appuis politiques (relations suivies avec l’entourage du Maréchal). Chezleprêtre dépose une requête en 1946 avant de se désister de son pourvoi en 1952. Il finit sa carrière comme directeur financier (flamboyant) du Bon Marché.

50  Jean-Guy Degos, Introduction à la pensée comptable de Jean Fourastié, Centre de Recherches et d’Études en Gestion, 1997, n°9703, 26 p.

51  CAEF, 5 A 131, liste détaillée des comptes-rendus des premiers ouvrages de Fourastié. Outre les articles principaux détaillés ci-dessus, on peut se reporter à la liste suivante : « Les bases et l’avenir de la comptabilité », Bulletin quotidien d’études et d’informations économiques, 25 mars 1943 ; Voix françaises par F.F. Legueu, 16 avril 1943 ; Argus des Assurances, 30 janvier 1944 ; Journal de la Bourse, 5 février 1944.

52  X, «  La comptabilité par M. Fourastié », Temps Nouveaux, 20-21 juin 1943, p.3.

53  Lucien Febvre, « Techniques intellectuelles », Mélanges d’histoire sociale, V, 1944, p.74.

54  Production, mars 1944, 4e année, n°29, p. II.

55  Et parmi celles-ci, Detoeuf, Strohl, Dumerckez, Chezleprêtre, dont certaines, on l’a vu, disparaissent dans les éditions suivantes.

56  Production, mars 1944, 4e année, n°29, p. II.

57  Marcel Torti, Journal de la Société Statistique de Paris, mai-juin, 1947, p. 210-222.

58  Ancien contrôleur financier du canton de Berne, considéré dans les pays de langue allemande comme le chef de l’Ecole « Zweikontiste ».

59  L. « La comptabilité générale », La vie industrielle, 26 janvier 1944, n°801, p. 1. Cet article tente d’expliquer le paradoxe de « la vive faveur dont jouissent les études sur la comptabilité dans les temps que fleurissent les transactions irrégulières ».

60  Auteur anonyme, « Le plan comptable », Bulletin de l’Association nationale des sociétés par actions, n°56, juin 1944.

61  Journal de la Société de Statistiques de Paris, n°6, mai-juin 1947, p 221.

62  Faute de références plus précises, nous n’avons pas retrouvé cet article qui ne figure dans aucun des fonds d’archives Fourastié, tant au CNAM qu’au CAEF ou dans les archives du Plan.

63  Le nouveau directeur des Assurances assure que, « de notoriété publique », « M. Fourastié ne saurait encourir, de près ou de loin, la moindre critique quant à son attitude et à son activité pendant les années d’Occupation ; au contraire, il a eu une attitude très ferme en mainte occasion et notamment à propos des déportations en Allemagne ».

64  Archives CNAM, dossier personnel de Jean Fourastié, « Note relative aux faits qui auraient motivé  la suspension de mon emploi de chargé de cours au Conservatoire »,  novembre 1944.

65  Archives CNAM, dossier personnel J. Fourastié.

66  Archives CNAM, Chemise « Cours assurances », extrait du procès verbal de la réunion du 27 juillet 1945 du Conseil d’administration.

67  Jean Fourastié et Henri Montet, L’Économie française dans le monde, Paris, PUF, 1945, Coll. « Que Sais-je ? » n°191, 136 p.

68  Jacqueline Fourastié et Béatrice Bazil, op. cit., 1994, p. 70-71.

69  Henry Rousso (dir.) [1986], De Monnet à Massé, Paris, Editions du CNRS, p. 211et suivantes.

70  Le témoignage de Fourastié est, par ailleurs, fortement contesté par Claude Gruson lors de la table ronde organisée par l’Institut pour l’Histoire du Temps Présent en 1983 : « Ce colloque n’est pas destiné à étudier l’histoire de la comptabilité nationale. A propos de la question que m’a posée Jean Fourastié, je n’ai pas besoin de dire que je ne suis pas d’accord avec lui. Il faut prendre cette critique en considération, mais je  ne peux pas le faire en cinq minutes. J’aime autant me taire complètement, d’autant que je n’ai pas le même témoignage que lui concernant la manière dont le SEEF a pris en charge la responsabilité de la comptabilité nationale » in Henry Rousso (dir.) [1986], op.cit., p. 211 et suivantes. Voir Aude Terray, Des francs-tireurs aux experts, l’organisation de la prévision économique au ministère des Finances 1948-1968, Paris, CHEFF, 2002, p. 72 ; sur l’histoire de la comptabilité nationale voir, André Vanoli, Une histoire de la comptabilité nationale, Paris, La Découverte-Repères, 2002.

71  Jean Fourastié, « Remarques sur l’introduction de la notion de progrès technique dans la science économique », Économie appliquée, 1961, p. 173-188.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Régis Boulat, « Jean Fourastié, un expert en comptabilité », Comptabilités [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 13 décembre 2010, consulté le 23 mars 2017. URL : http://comptabilites.revues.org/184

Haut de page

Auteur

Régis Boulat

LARHRA, Université Pierre Mendès-France, Grenoble

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org