Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1 Foucault, M., L’archéologie du savoir, Paris, 1969.

1Avant de s’intéresser à une archéologie de la comptabilité au Proche-Orient ancien, il convient de définir la signification exacte de cette entreprise, en même temps que ses enjeux et ses limites. Deux sens du terme même « archéologie » sont assumés dans ce numéro : celui de la discipline scientifique, si familière aux spécialistes de l’Antiquité, qui s’appuie sur une herméneutique pour analyser les vestiges matériels, et celui de la méthode inspirée de cette herméneutique qui vise à explorer le domaine des « choses dites », des archives, si cher à Michel Foucault1.

  • 2 La naissance de la comptabilité est très souvent associée aux débuts de l’écriture au Proche-Orient (...)
  • 3 Je renvoie aux remarques de Véronique Chankowski dans ses propos introductifs du numéro 6 de Compta (...)

2Il ne s’agit donc pas d’entamer une quête des origines2, qui présupposerait une histoire linéaire de la comptabilité à travers les âges, et qui s’avouerait à la fois artificielle et vaine3. L’enjeu est non seulement de déceler et de décrire des pratiques comptables dans différents types de sources (épigraphiques, archéologiques, iconographiques…), mais aussi de saisir leurs conditions d’apparition, leurs caractéristiques et leurs finalités dans des contextes socio-économiques et culturels déterminés, en essayant autant que se peut d’appréhender les modes de pensées des Anciens.

  • 4 Ce champ de recherche comprend les artefacts, les milieux humains et les techniques, et rend possib (...)
  • 5 Pour la façon dont interagissent texte et contexte, que Marcel Mauss abordait par une réflexion soc (...)

3Ce numéro se propose plus particulièrement d’explorer et d’interroger, à côté de l’analyse des textes comptables eux-mêmes, la part indissociable de culture matérielle4 dans laquelle se développent, se concrétisent et s’expriment les rationalités pratiques mises à l’œuvre dans les sociétés proche-orientales de la proto-histoire et de la haute Antiquité. Il est bien connu que le sens d’un texte ne réside pas uniquement dans son contenu mais s’appréhende également dans son contexte – « avec le texte » – et faire dire aux textes ce pour quoi ils n'étaient absolument pas faits représente l’une des tâches difficiles de l’historien5.

  • 6 Fraenkel, B., « Actes écrits, actes oraux : la performativité à l’épreuve de l’écriture », Études d (...)

4Ce travail présuppose donc une étude des textes anciens selon plusieurs points de vue, bien au-delà du déchiffrement et de la traduction. Le premier contact que l’on peut avoir avec un document comptable antique est d’ailleurs avant tout matériel ; il s’agit de tablettes ou de scellements en argile, de papyri ou de reliefs en pierre, et donc de supports d’écriture produits, d’après les travaux de Béatrice Fraenkel, par trois actes : « fabriquer un artefact […], produire un énoncé et poser un acte qui modifie le cours des choses, petites et grandes »6. Bien que ces actes interagissent, chacun a son importance.

5Le premier acte, la fabrication d’un artefact, dont l’étude est facilitée par la diplomatique des documents maintenant répandue dans les travaux sur le Proche-Orient ancien, pose la question de la matérialité des supports et, de façon concomitante, de la pertinence des sources dont nous disposons pour reconstruire les pratiques comptables anciennes.

6D’une part, en effet, seuls les documents inscrits sur des supports non périssables nous sont parvenus, et l’importance des actes comptables inscrits sur d’autres types de support, que nous savons avoir existé, reste encore souvent à évaluer. Boris Alexandrov questionne ainsi le rôle exact joué dans la comptabilité des Hittites par les tablettes en bois, recouvertes de cire ou sur lesquelles on pouvait probablement écrire avec de l’encre, à côté du nombre de tablettes en argile trouvées en Anatolie, beaucoup plus faible que ce que l’on serait en mesure d’attendre de l’administration. De même, Alexey Lyavdansky souligne que les ostraca retrouvés dans le sud du Levant restent actuellement pratiquement les seules sources permettant d’appréhender les pratiques comptables de cette région dans la première moitié du ier millénaire av. J.-C. ; la grande majorité des textes de comptes de cette période, rédigés sur des papyri ou sur du cuir, n’a en effet pas résisté au temps.

  • 7 Voir à ce sujet les remarques de Chambon, G. et Arkhipov, I., « Pratiques comptables dans le Palais (...)

7D’autre part, on est en droit de se demander en quoi les données souvent parcellaires et éparses auxquelles l’historien est confronté, en raison de cette pérennité ou non des supports et du hasard des fouilles, permettent d’obtenir une image d’ensemble fiable des pratiques comptables d’une société donnée. Les ostraca du Levant sont, par exemple, considérés par les spécialistes comme de simples brouillons, destinés à rédiger des récapitulatifs et des livres de comptes sur des matériaux périssables, aujourd’hui disparus. De plus, il nous faut admettre que les sources écrites ne sont pas nécessairement le reflet des pratiques comptables mais seulement un de leurs éléments constitutifs. Comme le montre par exemple Aline Tenu, le développement de la comptabilité à Uruk, à la fin du ive millénaire, qui accompagne les débuts de l’urbanisation et la naissance de l’État, ne se caractérise pas uniquement par « l’invention » d’une écriture minimale et normative à des fins administratives, mais également par l’usage concomitant de petits jetons en argile, des calculi, et par l’emploi des sceaux cylindres. Ces derniers constituaient en particulier un système sophistiqué permettant un contrôle efficace des biens, même en l’absence d’écriture. La question se pose également de savoir si les administrateurs des sociétés les plus anciennes ont souhaité constituer de véritables archives de comptes, ou si ce sont les fouilles actuelles qui les considèrent comme telles. Par exemple, il n’existait pas en Mésopotamie et en Égypte de véritables « archives d’État » et à caractère public : nos propres catégories archivistiques ne s’appliquent donc pas automatiquement à la documentation cunéiforme ou démotique7. Manuel Molina souligne en particulier combien serait utile de connaître avec précision le contexte archéologique de milliers de textes comptables de l’empire sumérien d’Ur III, ainsi que les relations de forme et de contenu entre les différentes archives regroupant ces textes, afin d’en comprendre la véritable fonction et d’en établir une typologie plus fine.

  • 8 À propos du rôle de l’écrit dans la gestion économique du IIIe millénaire, voir par exemple l’étude (...)

8Nous savons cependant que les Anciens faisaient la plupart du temps le tri, et se débarrassaient des documents qui avaient une valeur temporaire, comme les mémorandums, les petits billets quotidiens de comptabilité, les actes de remises de dettes, et ce sont les textes littéraires ou religieux qui étaient conservés pour la postérité. Dès lors, pourquoi ont-ils parfois décidé de conserver des documents comptables, qui normalement auraient dû être détruits ? Le cas des archives concernant la gestion du grain dans le palais de Mari, au xviiie siècle avant J.-C., révèle ainsi que la plupart des petits billets enregistrant des opérations ponctuelles étaient conservés plusieurs années, malgré leur reprise dans de grands récapitulatifs sur plusieurs mois. L’écrit servait-il donc vraiment à garder la trace d’une opération, susceptible d’être soumise par la suite à un contrôle, ou bien avait-il un effet de prestige ?8

9Ces questions nous conduisent à nous intéresser au deuxième acte, celui de la production de l’énoncé, que nous devons chercher, afin d’en comprendre à la fois le sens et la portée, à mettre en relation avec d’autres pratiques que celles du domaine de l’écrit, comme par exemple la pesée de métaux, les mesures de denrées, la confection de produits consommables, ou la transaction commerciale. Cette production s’inscrit tout d’abord dans une temporalité courte qu’il nous faut comprendre : à quel moment exact, dans l’enchaînement des opérations administratives, était rédigé un document comptable ? Il semble que les scribes aient voulu la plupart du temps fixer par écrit les occasions où les quantités de denrées et les nombres d’items particuliers (outils, armes, bijoux etc.) étaient susceptibles de changer, du fait même de leur manipulation (opérations de pesées et de mesures, conditionnements pour le transport, le stockage, etc.). Les Anciens pouvaient ainsi opérer, comme le montrent l’exemple des textes comptables d’Ur III et celui des archives du Palais de Mari, une véritable traçabilité des produits à l’échelle d’une province administrative ou à celle d’une administration palatiale.

  • 9 Chambon, G. « L’historien face aux données chiffrées et métriques de la documentation cunéiforme: i (...)

10Les formulaires nous apparaissent alors bien souvent stéréotypés, concis et laconiques. Les scribes ne cherchaient en fait pas à consigner par écrit les moindres détails des opérations mais s’en tenaient aux informations principales (quantités et types de produit, protagonistes, lieu, type d’opération, date), qui pouvaient leur servir de moyens mnémotechniques afin de rappeler les termes d’un accord ou la nature d’une transaction. On pourrait être tenté d’interpréter systématiquement les informations chiffrées des textes comme l’enregistrement objectif de données effectives, susceptibles de fournir un tableau économique fiable de la gestion et des flux de biens au Proche-Orient ancien. En réalité, on a affaire parfois à de véritables écritures comptables, intégrant des estimations ou des opérations à anticiper (taxes, remises de dettes…) ou procédant de conventions, servant à assurer la lecture et prévenir des éventuelles fraudes9. Damien Agut remarque ainsi que ce que l’on pourrait interpréter comme des équivalences pratiques entre produits (le miel, le vin, l’orge, l’amidonnier…) fondées sur leurs valeurs marchandes dans les textes juridiques démotiques trouvés à ‘Ayn Manâwir en Égypte, correspondent en réalité à des relations fictives définies par les comptables, afin de réaliser des parités notariales à partir de produits (l’argent et l’orge) investis de fonctions monétaires. De même, mon étude sur la comptabilité du grain à Mari révèle le caractère prévisionnel de plusieurs documents, prenant en considération des transactions réalisées mais intégrant également des estimations forfaitaires liées aux taxes sur les produits agricoles dues au Palais. Produire un énoncé dans un cadre comptable implique donc aussi la référence à une temporalité longue, par l’intégration de résultats antérieurs ou l’enregistrement de données programmatiques.

  • 10 On retrouve par exemple chez les marchands assyriens du début du IIe millénaire, comme l’a montré C (...)

11Cet acte mobilise des compétences scribales respectant des normes graphiques et de « mise en page » particulières ainsi que les règles de notations des nombres et unités de mesures appropriées. Ce caractère normatif n’était pas forcément contraignant : les scribes prenaient parfois une certaine liberté dans leurs façons d’écrire et malgré le caractère stéréotypé de la terminologie comptable, une même nomenclature pouvait renvoyer à des réalités administratives différentes qui nous échappent parfois, la seule indication véritable sur sa signification exacte étant apportée par le contexte que nous cherchons à reconstruire. Ceci est particulièrement vrai lorsque cette nomenclature a été empruntée à une culture de langue différente, comme on peut le voir dans la façon dont les Akkadiens ou les Hittites s’appropriaient des termes sumériens, ou bien les Égyptiens des unités pondérales grecques dans leur propre comptabilité. Les documents comptables ont souvent vocation à « marcher » ensemble, dans le sens où ils sont liés par leur contenu ou une partie de leur contenu, à travers un enchaînement d’opérations administratives : le quitus sert par exemple à rédiger des récapitulatifs mensuels qui eux-mêmes seront intégrés dans des récapitulatifs sur de grandes périodes ; les billets de dépenses et de recettes permettent de réaliser l’équilibre des comptes, et ainsi d’établir des notices prévisionnelles10.

  • 11 Je renvoie aux remarques introductives de l’article de Jean-Guy Degos : Degos J-G., « Axiological h (...)

12Ces divers constats montrent combien il est difficile mais essentiel de réaliser une typologie des documents comptables au plus proche des préoccupations réelles des Anciens, qui rend compte – sans jeu de mots – à la fois de la terminologie employée, du format du texte, du type de support et du contexte de l’opération. Souhaiter empêcher tout anachronisme ne signifie pas pour autant éviter toute discussion avec un comptable professionnel : il est en effet pertinent de se demander jusqu’où et de quelle façon des compétences modernes dans le domaine de la comptabilité peuvent être utiles au spécialiste de l’Antiquité11, non pas, rappelons-le, pour faire une « histoire de la comptabilité », mais pour aider à préciser un vocabulaire descriptif et produire des « histoires de pratiques comptables » dans leurs contextes socio-culturels.

13On doit également se poser la question de l’auteur du document : les comptables écrivaient-ils eux-mêmes les documents ou supervisaient-ils un groupe de scribes qui en avaient la charge ? Peut-on alors déceler une forme de hiérarchie comptable à travers l’étude des documents mêmes ? La question ne se pose en fait pas dans les mêmes termes en Égypte et en Mésopotamie : contrairement aux habitudes égyptiennes, il n’était pas de coutume pour les scribes de Mésopotamie – sauf exceptionnellement – de mentionner leurs noms dans les actes comptables qu’ils rédigeaient. On doit donc faire souvent appel à la paléographie, à l’orthographe dans les textes ou à des listes de personnes nommées avec leur fonction, pour identifier différents scribes. Suivant ce principe, Nele Ziegler réussit à distinguer trois mains de scribes dans la comptabilité des cuisines du Palais de Mari, et à révéler qu’il s’agit de femmes qui ont joué un rôle important dans l’administration : en réorganisant les textes chronologiquement, elle arrive à retrouver la durée de leurs fonctions respectives.

14Enfin, concernant le troisième acte, qui modifie le cours des choses, petites ou grandes, nous nous intéressons ici surtout au principe d’intention, explicitée ou non, dont est porteur le document comptable. Il s’agit bien entendu du plus difficile à reconstituer, puisqu’il touche les catégories et les modes de pensée des Anciens, et répond souvent à des problématiques historiquement déterminées ainsi qu’à des préoccupations évoluant au cours du temps.

  • 12 Cette question de la performativité de l’énoncé doit être abordée du point de vue historique et ant (...)

15Pourquoi tenaient-ils des comptes ? Cette question en apparence naïve, très souvent occultée dans les travaux historiques par la question du « comment ? », ouvre plusieurs pistes de réflexions concernant le Proche-Orient ancien, que les contributions de ce numéro ont souhaité aborder : Quelles sont les motivations qui ont conduit à traduire par écrit les opérations matérielles effectuées (mesures, calculs, conversions, inventaires…) ? Un énoncé comptable peut-il être performatif12 ? Quelle est la part d’innovation dans les procédés comptables ? Tenir des comptes implique-t-il de rendre des comptes ? Quelles étaient les institutions mobilisées et avec quels dispositifs de contrôle ? Quel est le lien entre le développement des plus anciennes pratiques comptables que l’on peut identifier et la question de la naissance de « l’État » ?

16L’archéologie de la comptabilité au Proche-Orient ouvre ainsi de nouveaux chantiers, qui impliquent plusieurs sciences sociales.

17

Fig 1 : Petite jarre trouvée à Mari sur le Moyen-Euphrate, avec inscription de son volume en unités de capacité. Les pratiques de comptabilité et de mesures étaient directement liées dans le cadre des activités administratives au Proche-Orient.

Fig 1 : Petite jarre trouvée à Mari sur le Moyen-Euphrate, avec inscription de son volume en unités de capacité. Les pratiques de comptabilité et de mesures étaient directement liées dans le cadre des activités administratives au Proche-Orient.

A. Parrot, Le Palais de Mari, BAH 70, 1969, p. 135 et pl. XXXII.

Haut de page

Notes

1 Foucault, M., L’archéologie du savoir, Paris, 1969.

2 La naissance de la comptabilité est très souvent associée aux débuts de l’écriture au Proche-Orient, au tournant du IVe millénaire, mais cette question est actuellement débattue, comme le montre Aline Tenu pour le cas de la Mésopotamie. On remarque néanmoins que la documentation cunéiforme témoigne dès ses origines d’un lien fort entre les notions de literacy et de numeracy (voir E. Robson, « Literacy, Numeracy, and the State in Early Mesopotamia », in K. Lomas, R. D. Whitehouse, et J. B. Wilkins (eds.), Literacy and the State in the Ancient Mediterranean, Londres, 2007, p. 37-50.).

3 Je renvoie aux remarques de Véronique Chankowski dans ses propos introductifs du numéro 6 de Comptabilité(S), Comptables et comptabilités dans l’Antiquité, 2014.

4 Ce champ de recherche comprend les artefacts, les milieux humains et les techniques, et rend possible l’étude historique mais également anthropologique de la relation entre sujets, objets et savoirs. Comme le rappelle Luc Bourgeois dans son argumentaire pour le colloque « La culture matérielle : un objet en question », qui s’est tenu à Caen les 9 et 10 octobre 2015 : « […] parler de culture matérielle est une façon d’aborder l’histoire économique en se fondant sur ce qu’il y a de plus concret et de plus visible et de participer ainsi à une forme d’anthropologie, ce qui est possible, même pour des périodes hautes » (« La culture matérielle : un objet en question », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 01 juillet 2015, http://calenda.org/334214).

5 Pour la façon dont interagissent texte et contexte, que Marcel Mauss abordait par une réflexion sociologique, je renvoie en particulier aux travaux de Jean-Pierre Vernant.

6 Fraenkel, B., « Actes écrits, actes oraux : la performativité à l’épreuve de l’écriture », Études de communication [En ligne], 29 | 2006, mis en ligne le 20 novembre 2014 (http://edc.revues.org/369).

7 Voir à ce sujet les remarques de Chambon, G. et Arkhipov, I., « Pratiques comptables dans le Palais de Mari au Proche-Orient ancien (début du IIe millénaire av. J.-C.) », in O. Mattéoni & P. Beck (éds.) Classer, dire, compter, Actes du colloque Discipline du chiffre et fabrique d’une norme comptable à la fin du Moyen-Âge (Archives Nationales et Cour des Comptes : 10-11/10/2012), Paris, 2015, p. 361-374 (en particulier p. 362).

8 À propos du rôle de l’écrit dans la gestion économique du IIIe millénaire, voir par exemple l’étude de Steinkeller, P., « The function of written documentation in the Administrative Praxis of Early Babylonia », in Michael Hudson & Cornelia Wunsch (éds.), Creating Economic Order: Record-Keeping, Standardization and the Development of Accounting in the Ancient Near East, Bethesda, 2004, p. 65-85.

9 Chambon, G. « L’historien face aux données chiffrées et métriques de la documentation cunéiforme: intérêt pour l’histoire sociale et culturelle », actes du Colloque Les matériaux de l’historien de l’Orient (Collège de France - Société Asiatique - CNRS : 29-30/05/2012), Journal Asiatique 301/2, Paris, 2013, p. 367-384.

10 On retrouve par exemple chez les marchands assyriens du début du IIe millénaire, comme l’a montré Cécile Michel, plusieurs types de documents qui interagissent et aident à la comptabilité des marchands, pour organiser une caravane commerciale (contrat de transport, lettre d’instruction, compte de la caravane…) : voir Michel, C., « La comptabilité des marchands assyriens de Kaniš (XIXe siècle av. J.-C.) », Comptabilités [En ligne], 6 | 2014, ( http://comptabilites.revues.org/1437).

11 Je renvoie aux remarques introductives de l’article de Jean-Guy Degos : Degos J-G., « Axiological history, a relevant way to reconcile historians and accountants », Accounting and Financial History Research Journal, Muuhasabe ve Finans Tarihi Arastirmalari Derisi (Turquie) Vol. 1, n°2, 2012, p. 22-38.

12 Cette question de la performativité de l’énoncé doit être abordée du point de vue historique et anthropologique. Selon le premier point de vue, il est en particulier intéressant d’analyser la façon dont les rationalités pratiques s’exprimaient à travers la rhétorique des Anciens ; je renvoie par exemple aux travaux de Giovanna Cifoletti sur la dialectique rhétorique des mathématiciens et juristes de la Renaissance, qui n’était pas un art de persuader mais un art de penser, de l’ordre de la lisibilité, de la brièveté et de l’utilité (Cifoletti, G., « Mathematics and Rhetoric. Introduction », in G. Cifoletti (ed.) The Art of Thinking Mathematically, Early Science and Medicine 11/4, 2006, p. 369-389).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig 1 : Petite jarre trouvée à Mari sur le Moyen-Euphrate, avec inscription de son volume en unités de capacité. Les pratiques de comptabilité et de mesures étaient directement liées dans le cadre des activités administratives au Proche-Orient.
Crédits A. Parrot, Le Palais de Mari, BAH 70, 1969, p. 135 et pl. XXXII.
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1875/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grégory Chambon, « Introduction », Comptabilités [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 20 juin 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://comptabilites.revues.org/1875

Haut de page

Auteur

Grégory Chambon

Maître de conférences à l’Université de Bretagne Occidentale
Directeur d’études à l’EHESS, équipe AnHIMA (en cours de nomination)
gregory.chambon@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org