Navigation – Plan du site
Dossier

La comptabilité dans les cuisines d’un roi mésopotamien

Archéologie de la comptabilité. Culture matérielle des pratiques comptables au Proche-Orient ancien
Accounting in the kitchens of a Mesopotamian king
Das Rechnungswesen in den Küchen eines mesopotamischen Königs
La contabilidad en las cocinas de un rey de Mesopotamia
Nele Ziegler

Résumés

En Mésopotamie ancienne, la gestion de la nourriture consommée dans un palais avait recours à l’écrit. Dans le palais de Mari (Tell Hariri, xviiie siècle av. J.-C.), plusieurs centaines de textes ont été archivés qui relatent les dépenses en céréales, épices et légumineuses lors des séjours du roi dans sa capitale. Ces textes sont datés et assez répétitifs. S’ils jettent une lumière sur les quantités différentes de denrées consommées quotidiennement à la table du roi, ils ne permettent pas d’avoir une vision globale de l’alimentation dans l’antiquité et peu de chercheurs se sont intéressés à ces textes. Il est désormais possible d’identifier les auteurs anonymes de cette documentation administrative grâce à l’analyse paléographique. Il s’agit de trois femmes scribes, intégrées dans le service des cuisines palatiales.

Haut de page

Texte intégral

1Le site de Mari (Tell Hariri, Syrie) proche de la ville actuelle d’Abou Kemal sur l’Euphrate est célèbre pour son palais du xviiie siècle av. J.-C. Ses vestiges architecturaux et les textes qui y ont été retrouvés livrent des témoignages très détaillés sur la vie d’une cour mésopotamienne.

Fig. 1 : carte du Proche-Orient à l’époque des archives de Mari

Fig. 1 : carte du Proche-Orient à l’époque des archives de Mari

Charpin D. et Ziegler, N., Mari et le Proche-Orient à l'époque amorrite : essai d'histoire politique, Florilegium Marianum V, Mémoires de NABU 6, Paris, p. 28.

1. Archives de Mari

  • 1 Pour les textes de Mari, consulter le site web www.archibab.fr. Il donne accès à la bibliographie c (...)

2La documentation écrite retrouvée à Mari est en effet exceptionnelle. Elle est estimée à 20.000 textes et fragments, qui forment un lot épigraphique cohérent : plusieurs dizaines de milliers de textes administratifs, souvent datés, documentent le quotidien du palais, ses dépenses régulières et occasionnelles, tandis que la correspondance passive des deux derniers rois de cette ville fournit un regard complémentaire sur les événements et l’organisation de la société de l’époque1. Une centaine de documents juridiques et quelques rares œuvres « littéraires » complètent le tableau. Les textes sont rédigés en écriture cunéiforme sur des tablettes en argile dans une langue sémitique, l’akkadien. La densité de la documentation écrite permet de reconstituer et comprendre le fonctionnement de l’administration et de la comptabilité. L’image ainsi gagnée peut servir de paradigme pour d’autres grands ensembles architectoniques contemporains, palais royaux ou grandes demeures.

2. La population du palais

  • 2 Margueron, J.-C., Recherches sur les palais mésopotamiens à l'Âge du Bronze, Bibliothèque Archéolo (...)
  • 3 Durand, J.-M., « L’organisation de l’espace dans le palais de Mari », in E. Lévy (éd.), Le système (...)

3La documentation administrative retrouvée à Tell Hariri provient de la gestion du palais royal, habitat privé du roi et de son vaste harem, et, par ailleurs, siège de l’administration centrale et lieu d’exercice du pouvoir royal. Le palais de Mari, découvert il y a plus de 80 ans, est bien connu et a été étudié tant du point de vue archéologique que textuel. Pour l'analyse architecturale, on citera notamment les travaux de J.-C. Margueron2. Par ailleurs, les textes découverts dans ce bâtiment ont permis à J.-M. Durand de retrouver les désignations anciennes des différentes parties du bâtiment et de reconstituer leurs fonctions3.

4

Fig. 2 : plan du palais de Mari – 1 : l'entrée officielle avec les secteurs administratifs (le bît têrtim) et la grande cour (131) ; au sud, la chapelle d’Ištar (132) – 2 : chapelles diverses – 3 : un secteur dans lequel il y avait des réserves et dépendances et où le dernier roi de Mari, Zimri-Lim, avait ses appartements à l'étage – 4 : une deuxième cour (106) avec la salle du trône (65) et les cuisines ainsi qu’une zone administrative groupée autour des petites cours (1 et 70) – 5 : le secteur où étaient logées les femmes du palais (au moins une partie d'entre elles) – 6 : le secteur des cuisines et de l’administration de ces dernières.

Fig. 2 : plan du palais de Mari – 1 : l'entrée officielle avec les secteurs administratifs (le bît têrtim) et la grande cour (131) ; au sud, la chapelle d’Ištar (132) – 2 : chapelles diverses – 3 : un secteur dans lequel il y avait des réserves et dépendances et où le dernier roi de Mari, Zimri-Lim, avait ses appartements à l'étage – 4 : une deuxième cour (106) avec la salle du trône (65) et les cuisines ainsi qu’une zone administrative groupée autour des petites cours (1 et 70) – 5 : le secteur où étaient logées les femmes du palais (au moins une partie d'entre elles) – 6 : le secteur des cuisines et de l’administration de ces dernières.

In E. Lévy (éd.), Le système palatial en Orient, en Grèce et à Rome, Strasbourg, 1987

  • 4 Il manque l’angle inférieur gauche de la tablette. De ce fait, certaines quantités sont cassées.

5Le palais était l’habitat du roi, de sa famille et de leur domesticité. Nous savons par plusieurs sources concordantes que les habitants réguliers du palais étaient quasiment en totalité de sexe féminin. Jetons d’abord un œil sur un compte-rendu mensuel des dépenses de plusieurs centaines de litres d’huile effectuées depuis les réserves du palais de Mari ; rappelons qu'à cette époque, l'huile servait notamment aux soins corporels, le savon étant alors inconnu. Ce texte, presque intact4, commence par indiquer les dépenses occasionnelles et se termine par celles plus régulières destinées au roi, à la population de son palais ainsi qu'à diverses personnes rattachées à la personne du souverain, serviteurs et soldats de sa garde du corps.

  • 5 Le texte FM 3 60 a été édité par Duponchel, D., « Les comptes d'huile du Palais de Mari datés de l' (...)
  • 6 Extrait de FM 3 60 : 47-66. La date figure tout en bas du revers : « mois Belet-biri, 30e jour de l (...)

6Le texte administratif FM 3 605 énumère les différents postes de dépenses en mettant tout à gauche les quantités dépensées et, en retrait à droite, les justifications. L’extrait ci-dessous commence à la septième ligne du revers6 :

Fig. 3 : FM 3 60 revers

Fig. 3 : FM 3 60 revers

Texte administratif de Mari (FM 3 60 revers)

« — […litres] rations d’huile du roi.

  • 7 La mesure qa (également notée sila₃ = silà) employée correspond approximativement à notre litre, vo (...)

— [x +] 32 5/6 l7 et 1/8 l de ration d’huile : le palais :

2 femmes 2 l chaque ; 3 femmes 1 1/2 l chaque ; 3 femmes 1 l chaque ; 182 femmes 1/2 l chaque ; 8 femmes 1/3 l chaque ; 117 femmes ¼ l chaque ; 35 femmes 1/8 l chaque et pour 15 portiers ¼ l chaque.

— 3 l de ration d’huile : 3 nourrices-mušêniqtum.

— 69 l de ration d’huile : les nomades (de la garde royale) dirigée par Kalalum :

1 homme 1 l ; 6 hommes 2/3 l chaque ; 10 hommes 1/2 l chaque ; 237 hommes 1/3 l chaque.

— 13 1/3 l et ¼ l de ration d’huile : (service) des appartements privés-ṭemmennum :

1 homme 2/3 l ; 1 homme 1/2 l ; 49 hommes ¼ l chaque.

— 5 l 10 sicles de ration d’huile : (les porteurs) du palanquin :

1 homme à 2/3 l ; 18 hommes ¼ l chaque.

— 4 2/3 l de ration d’huile : (la garde personnelle, composée) d’hommes originaires du Nurrugum :

1 homme 2/3 l ; 15 hommes ¼ l chaque.

Total : […]+ x l d’huile. Dépenses effectuées pour un mois. Responsable : Šub-Nalu. »

  • 8 Cette population palatiale est connue par ailleurs grâce à des listes plus détaillées, voir Ziegler (...)
  • 9 Ziegler N., « Les enfants du palais », Ktèma 22, 1997, p. 45-57.

7Ce récapitulatif mensuel énumère, comme nous venons de le voir, les dépenses d'huile pour la personne royale, la quantité étant malheureusement cassée. Le palais est mentionné après le roi, et à part. Il était habité alors par 350 femmes, énumérées selon la quantité d’huile reçue, ainsi que par 15 gardiens de porte8. Cette population palatiale est traitée séparément des trois nourrices qui exerçaient leur métier très vraisemblablement en dehors du palais, selon ce que nous savons des coutumes mésopotamiennes9. Suivent les rations attribuées à la garde royale ainsi qu’à des domestiques du roi. Ces hommes accompagnaient le monarque dans ses nombreux déplacements, mais nous ne savons pas s’ils étaient logés avec lui dans le palais lors de ses séjours dans la capitale. Cependant, ils ne figurent pas dans la population désignée comme « le palais » par les textes économiques : on peut donc supposer qu’une majorité d'entre eux ne passaient pas la nuit dans ce bâtiment.

  • 10 À l’époque de Zimri-Lim, Mukannišum est un des hommes-clés de l’administration du palais de Mari et (...)
  • 11 ARM 13 9 : 26-30 (a été édité par « Bottéro, J. « Lettres de Mukannišum », in Archives Royales de M (...)

8Le palais n’était pas uniquement une demeure, c'était aussi le centre de l’administration. Nous savons de manière certaine que les administrateurs du palais vivaient en dehors de ce bâtiment et qu’ils s’y rendaient pour leur travail. Cela est dit clairement par un haut fonctionnaire, responsable des réserves du palais, Mukannišum10. Même ce fonctionnaire n’avait pas accès au palais à certaines heures de la journée. Dans une lettre au roi il explique en particulier pourquoi il n’avait pas pu accéder aux réserves palatiales11 :

« Lorsque la tablette de mon seigneur m’est arrivée, c’était la nuit ; les verrous du palais étaient mis et je n’ai pas (pu) faire sortir ces lances. »

9D’autres textes indiquent que le palais était fermé aux heures de la sieste et que c'était un des moments où les femmes de la famille royale pouvaient y circuler plus librement.

3. Les scribes des tablettes administratives de Mari

  • 12 Plusieurs hauts fonctionnaires se décrivent comme « scribe » sur leur sceau ; pour d’autres, ce son (...)
  • 13 Voir ici Charpin, D. op. cit. n. 10, p. 50. La question des femmes scribes a été développée par ail (...)

10Les textes retrouvés dans le palais de Mari portent très exceptionnellement une indication sur leur auteur, rédacteur véritable. Cette situation pose la question de la réalité de l’administration. On sait de façon sûre que certains fonctionnaires savaient lire et écrire12 : écrivaient-ils eux-mêmes les textes de leur comptabilité ou supervisaient-ils un groupe de scribes sous leurs ordres ? La réponse varie probablement d’un service à l’autre. Pour l’instant, elle ne peut pas être donnée avec précision, sauf dans un cas : celui de l’administration des cuisines du palais. On verra ci-dessous que le cas de cette administration est doublement intéressant, car il démontre l’implication active de femmes scribes dans la gestion du palais13. Qui plus est, elles étaient parmi les auteurs les plus prolifiques de tablettes de comptabilité.

4. Les cuisines du palais

  • 14 Parrot, A., Mission archéologique de Mari II. Le palais. Architecture, BAH 68, 1958, p. 206-244 (ab (...)
  • 15 Une partie des moules décorés, retrouvés dans la salle 77 du palais, peuvent être admirés au Louvre (...)
  • 16 Voir e.g. Margueron, J.-C., Mari, métropole de l'Euphrate (op. cit. n. 2), p. 459-500.
  • 17 Parrot, A., MAM II, p. 206.

11Les fouilles de A. Parrot dans les années 193014 ont permis le dégagement de plusieurs ensembles de pièces et petites cours au sud-ouest du palais qui furent identifiées assez vite comme cuisines, grâce à la présence des nombreux fours, et à la découverte de vaisselle en céramique15. Dans l’analyse architectonique du palais, J.-C. Margueron avait désigné cet ensemble de pièces, donc les cuisines à strictement parler, comme « unité des services alimentaires »16. À côté se trouvait un ensemble de pièces autour de la cour 1 que J.-C. Margueron désigne comme la « salle de l’administration et ses dépendances », et qui avait été identifié par A. Parrot avec un « quartier de l’intendance ». Dans la publication des fouilles, ce dernier introduisit le chapitre qui y était consacré par ces mots17 :

« Cette appellation nous a été suggérée par la trouvaille dans une des salles proches de la cour 1, d’un important lot de plusieurs centaines de tablettes de caractère économique. De certains aménagements de la cour, nous avons cru pouvoir aussi donner une interprétation évoquant les fonctions d’un intendant ou si l’on veut, d’un personnage préposé à des enregistrements. […] Il ne s’agit ni d’appartements, ni de “communs”, mais de salles où l’on était occupé aux besognes de l’État ».

Fig. 4 : le début du dégagement des tablettes de la S 5 du palais de Mari

Fig. 4 : le début du dégagement des tablettes de la S 5 du palais de Mari

A. Parrot, MAM II, p. 218 fig. 254

  • 18 Parrot, A., MAM II, p. 217-218.

12Dans la description de la salle 5, attenant à la cour 1, A. Parrot écrit18 :

  • 19 Margueron, J.-C., BAH 107, p. 302 explique en revanche cette hauteur des découvertes épigraphiques (...)

« L’importance de cette chambre tenait à ce qu’elle abritait plusieurs centaines de tablettes, entassées dans des jarres superposées contre la paroi sud. Nous n’avons pas retrouvé de traces d’étagères […] : en ce secteur, où les murs étaient encore hauts de 3,15 m à 3,50 m, les trouvailles épigraphiques commencèrent à moins d’un mètre des superstructures architecturales et se poursuivirent jusqu’au dallage19.

Toute la chambre avait été carrelée (…) et l’usure manifeste indiquait une grande circulation. Affaissements, craquelures, témoignaient de ces allées et venues, entre ce dépôt d’archives et la cour 1, où le fonctionnaire procédait aux enregistrements. »

13Il est rare que nous puissions faire le lien entre archéologie et les textes, et la situation de l’administration des cuisines royales est exceptionnelle. Pour A. Parrot, il était évident que la personne qui avait rédigé les tablettes administratives était de sexe masculin. Ce présupposé peut être corrigé grâce à l’analyse des textes.

4.1. Le service des cuisines

  • 20 Le texte FM 4 3 énumère des déportées de la ville de Kahat (Tell Barri) ; cf. Ziegler, N., FM 4, p. (...)
  • 21 Pour le service des cuisines, voir Ziegler, N., FM 4, p. 98-109.

14Nous avons vu ci-dessus que le palais de Mari était habité majoritairement par des femmes. A la fin de la première année du règne de Zimri-Lim, lors de la rédaction de FM 3 60, elles étaient au nombre de 350. Nous disposons d’autres textes sur les rations distribués aux femmes du harem, plus détaillés et plus tardifs. Nous voyons ainsi qu’un mois après la rédaction de FM 3 69, le palais comportait déjà 384 habitants, notamment suite à la déportation des femmes depuis une ville conquise20. Ces femmes du palais, énumérées nominalement avec leurs rations, étaient entre autres les princesses, donc les filles ou sœurs du roi, ses épouses, les musiciennes de différentes catégories, des chambrières, les servantes de la reine, des gardiennes de portes, des porteuses d’eau et les femmes travaillant dans les cuisines palatiales21.

  • 22 Pour cet homme voir la monographie de Chambon G., Les archives d'Ilu-kân : gestion et comptabilité (...)
  • 23 Pour ces femmes scribes, voir Ziegler, N., FM 4, p. 106.
  • 24 On n’oubliera pas de mentionner que le harem de Mari hébergeait par ailleurs un autre groupe de fem (...)

15Le service des cuisines était sous les ordres d’un homme, Ilu-kân (voir l’article de G. Chambon dans ce numéro), qui n’était pas un habitant du palais22 mais le responsable des stocks à l’extérieur du palais. Dans ce service des cuisines, placé sous son autorité, s’activaient selon le moment entre 25 et 40 femmes qui exécutaient des tâches diversifiées, en tant qu’administratrices des cuisines (abarakkatum « économe »), ou spécialistes de la confection de gâteaux (ša mersim), boulangères ou cuisinières, ou encore chargées de la préparation de boissons, bières himrum ou alappânum. Aux spécialistes de l'élaboration des mets se rattachaient des auxiliaires : meunières, préparatrices de céréales-burrum, puiseuses d’eau et d’autres, ainsi que … des femmes scribes23. Selon la documentation disponible, elles étaient deux à travailler dans les cuisines24.

4.2. Les textes désignés comme « repas du roi »

  • 25 Cette indication connaît quelques petites variantes. En dehors de la ville de Mari, c’est notamment (...)
  • 26 Le texte ARM 12 107 a été édité par Birot, M., Textes administratifs de la salle 5 du palais (2e pa (...)

16Plusieurs centaines de textes appartiennent à un lot assez homogène et plutôt laconique, que nous désignons, par décalque avec la nomenclature des textes akkadiens, comme « repas du roi ». Il s’agit de textes qui énumèrent des quantités de préparations à base de céréales et de légumineuses dépensées pour « le repas du roi et de la troupe à Mari25 ». On peut citer à titre d'exemple le texte ARM 12 10726 :

« 86 l de pain-kum

  • 27 Le texte utilise la mesure kôr, 120 qa que je transpose en 120 l.

12727 l de pain levé

70 (l) de gâteau-mersum

10 (l) de bière-alappânum

5 l de šipkum

2 l de pappasum

10 (l) de fèves pour (accompagner ?) la plante-nagappum

7 l d’huile

½ l de miel

5 l de sésame

Total : 283 l de pain

10 l de bière-alappânum

10 l de šipkum

Repas du roi et de la troupe à Mari.

Date : 28 viii-année 3 de Zimri-Lim (Yaminites 1). »

17Des textes de ce genre ont été retrouvés par centaines dans la salle 5, mais aussi dans d’autres pièces du palais. Ils ont été écrits lors du séjour du roi dans son palais ou lorsque les cuisines palatiales étaient chargées de préparer des denrées supplémentaires pour la table royale. La date est systématiquement mentionnée sur ces textes. Les documents étaient ensuite stockés dans des jarres et archivés, mais non détruits ou recyclés comme ce fut le cas d’autres documents administratifs périmés.

4.3. Les scribes de ces textes

18Les textes des « repas du roi » ne donnent pas un aperçu sur les habitudes culinaires de l’époque, car ils répertorient uniquement les quantités de céréales et de légumineuses, mais pas les quantités de viandes ou autres denrées qui étaient utilisées en même temps pour la préparation des repas.

  • 28 Birot M., ARM 12, p. 16-17. Voir aussi p. 17 n. 1 dans laquelle M. Birot fait allusion à des observ (...)

19Or leur masse considérable et la nature homogène de ces plusieurs centaines de textes a permis à M. Birot, leur principal éditeur, de distinguer trois mains de scribe grâce à plusieurs critères épigraphiques, voire graphologiques. M. Birot décrivit sa démarche en ces termes28 :

« Cet examen nous a permis de déterminer des types d’écriture en prenant comme critères un certain nombre de signes pris parmi ceux qui sont écrits le plus souvent et qui présentent les différences les plus nettes et les plus constantes, en observant qu’à une forme donnée de tel d'entre eux correspond telle forme pour chacune des autres. Le tableau ci-contre montre comment ont été définis les trois types d’écriture A, B et C. »

Fig. 5 : tableau graphologique des mains de scribe A, B et C

Fig. 5 : tableau graphologique des mains de scribe A, B et C

M. Birot, ARM 12, p. 17

  • 29 Voir pour cela le point fait sur la chronologie dans Charpin D. et Ziegler, N., Mari et le Proche-O (...)

20Une fois que M. Birot fut capable de distinguer les mains A, B et C, qu’il soupçonnait appartenir à trois personnes différentes, il répartit chronologiquement les textes écrits par les différentes mains et édités dans son volume. Or, au début des années 1960, lors de la rédaction de ce livre, la succession chronologique des années de Zimri-Lim n’était pas encore bien établie et M. Birot se servit de cet argument pour répartir les années. Aujourd’hui, les noms d’années du règne de Zimri-Lim suivent un ordre relativement bien établi29. Il est donc possible de refaire le tableau de M. Birot avec la répartition en nombre de textes d’ARM 12 selon les mains de scribe, en mettant les années de Zimri-Lim dans leur séquence définitive :

  • 30 Les années de règne de Zimri-Lim (1775-1762 av. J.-C.) sont désignés par les sigles ZL 0-ZL 13.

Année de règne30

Sigle de M. Birot,

ARM 12, p. 17-18

Main A

Main B

Main C

ZL 3

Yaminites I

93

50

ZL 4

Ašlakka I

11

3

ZL 5

Trône de Šamaš I

150

24

ZL 6

Recensement

13 (mois i-iii)

21

160

ZL 7

Dur-Yahdun-Lim

30

220

ZL 8

Statue de Ḫatta

muballiṭum

6

2

145

23

ZL 9

Expédition d’Elam

1

34

  • 31 FM 4, p. 137 texte n° 3, col. vi 6’-8’.

21Il est aujourd’hui possible d’attribuer les mains A, B et C à des femmes scribes ayant travaillé dans les cuisines du palais. Quatre listes énumérant les femmes du harem de Mari nomment les femmes scribes des cuisines. Le texte le plus ancien date du mois xi ZL 1 (Kahat) et énumère les rations d’huile attribuées aux femmes travaillant dans les cuisines et rattachées au « service d’Ilu-kan ». Ce texte indique31 :

« ¼ l (d’huile) : Belti-lamassi

¼ l : Ahum-mati

2 femmes scribes »

  • 32 On notera que le nom de cette femme scribe a été notée en sumérien, ereš-la-ma-gu, une façon suppos (...)

22Même si ce texte est plus ancien que les données enregistrées ci-dessus, il me semble possible d'identifier Belti-lamassi32 et Ahum-mati avec les « mains A et B », bien répertoriées comme celles ayant rédigé les « repas du roi » des années ZL 3 jusqu’au début ZL 6. À ce stade, il est encore impossible d'être plus précis, en identifiant l'une des femmes comme « main A » et l'autre comme « main B ».

  • 33 FM 4 30 : iv 3’-4’.

23Un autre texte est datable du milieu du règne, probablement des années ZL 6 ou ZL 7. Il s’agit d’une liste nominative des femmes du harem, qui énumère parmi le personnel des cuisines les deux femmes scribes, Eštar-šamši et Belti-lamassi33. Nous pouvons donc les identifier avec les mains B et C.

24Si l'on combine cette information avec la précédente, la conclusion s'impose : Belti-lamassi étant commune aux deux textes, c'est elle la « main B ». Par élimination, Ahum-mati est la « main A » et Eštar-šamši la « main C ».

25Ahum-mati est donc attestée au début du règne et a rédigé les textes attribués à la « main A » ; elle collaborait avec Belti-lamassi qui est attestée durant toute la période documentée par les textes rédigées par la « main B ». Eštar-šamsi, soit la rédactrice des textes attribués à la main C, prit le relais de Ahum-mati après le troisième mois de l’année ZL 6.

Conclusion

  • 34 Voir pour les convives du roi Lafont, B., « Le ṣâbum du roi de Mari au temps de Yasmah-Addu », in J (...)

26L’administration des cuisines du palais représentait une tâche certainement impressionnante et quotidienne. Lorsque le roi résidait dans sa capitale, il avait l’habitude de prendre ses repas avec un nombre de convives variable, mais toujours important34. Les documents qui enregistraient les dépenses en céréales et légumineuses lors des « repas du roi et de la troupe » sont un genre de textes au premier abord assez peu passionnants. Mais, pour l’instant, il s’agit du seul corpus de textes pour lequel les chercheurs avaient pu clairement définir des mains différentes. Or il nous semble désormais possible d’identifier ces « mains » avec les femmes énumérées comme « scribes des cuisines ». Elles travaillaient à deux et avaient la charge de rédiger les centaines de textes des « repas du roi » découverts dans les ruines du palais de Mari – elles sont, à leur modeste niveau, probablement les rédactrices les plus prolifiques en nombre de textes qu’on ait pu identifier à ce jour pour toute la documentation cunéiforme.

Haut de page

Notes

1 Pour les textes de Mari, consulter le site web www.archibab.fr. Il donne accès à la bibliographie complète, la transcription et le contenu des textes. Pour une présentation générale, voir Durand, J.-M., Charpin, D., Chambon, G., Jacquet, A., Marti, L. et Reculeau, H., « Tell Hariri / Mari : Textes », Supplément au Dictionnaire de la Bible 14, Paris, 2008, p. 213-456 (téléchargeable sur www.archibab.fr).

2 Margueron, J.-C., Recherches sur les palais mésopotamiens à l'Âge du Bronze, Bibliothèque Archéologique et Historique 107, Paris, 1982 et id., Mari, métropole de l'Euphrate au iiie et au début du iie millénaire avant J.-C., Paris, 2004.

3 Durand, J.-M., « L’organisation de l’espace dans le palais de Mari », in E. Lévy (éd.), Le système palatial en Orient, en Grèce et à Rome, Strasbourg, 1987, p. 39-110.

4 Il manque l’angle inférieur gauche de la tablette. De ce fait, certaines quantités sont cassées.

5 Le texte FM 3 60 a été édité par Duponchel, D., « Les comptes d'huile du Palais de Mari datés de l'année de Kahat », in D. Charpin & J.-M. Durand (éds.), Florilegium Marianum III. Recueil d'études à la mémoire de Marie-Thérèse Barrelet, Mémoires de NABU 4, Paris, 1997, p. 201-262 spécialement p. 229-234.

6 Extrait de FM 3 60 : 47-66. La date figure tout en bas du revers : « mois Belet-biri, 30e jour de l’année où Zimri-Lim a conquis (la ville de) Kahat ». Le texte date donc du dernier jour du dixième mois, probablement notre mois de janvier, de l’année 1774 av. J.-C.

7 La mesure qa (également notée sila₃ = silà) employée correspond approximativement à notre litre, voir Chambon, G., Normes et pratiques : L’homme, la mesure et l’écriture en Mésopotamie. I. Les mesures de capacité et de poids en Syrie Ancienne, d’Ébla à Émar, Berliner Beiträge zum Vorderen Orient 21, Gladbeck, 2011, spécialement p. 25-28. Un qa est divisé en 60 sicles, les subdivisions se font soit par fractions de qa (2/3, ½, 1/3), soit par l’indication des sicles (15 ou 7 ½ sicles correspondant à ¼ ou 1/8 de qa). J’ai décidé de rendre les quantités énumérées par simplicité en « litres » avec les fractions.

8 Cette population palatiale est connue par ailleurs grâce à des listes plus détaillées, voir Ziegler, N., Florilegium Marianum IV. Le Harem de Zimrî-Lîm, Mémoires de NABU 5, Paris, 1999. Les textes édités dans ce volume portent le sigle FM 4 suivi d’un numéro.

9 Ziegler N., « Les enfants du palais », Ktèma 22, 1997, p. 45-57.

10 À l’époque de Zimri-Lim, Mukannišum est un des hommes-clés de l’administration du palais de Mari et de la gestion des réserves de toute nature. Pour cet homme, voir en dernier lieu Lafont, B., « La correspondance de Mukannišum trouvée dans le palais de Mari : nouvelles pièces et essai d'évaluation », in D. Charpin & J.-M. Durand (éds.), Florilegium Marianum VI. Recueil d'études à la mémoire d'André Parrot, Mémoires de NABU 7, Paris, 2002, p. 373-412 (avec bibliographie antérieure).

11 ARM 13 9 : 26-30 (a été édité par « Bottéro, J. « Lettres de Mukannišum », in Archives Royales de Mari XIII, Textes divers, transcrits, traduits et commentés par Dossin G. et al.).

12 Plusieurs hauts fonctionnaires se décrivent comme « scribe » sur leur sceau ; pour d’autres, ce sont des allusions dans des lettres qui permettent de savoir qu’ils savaient écrire. Pour cette question, voir Charpin, D., Lire et écrire à Babylone, Paris, 2008, notamment p. 41-50.

13 Voir ici Charpin, D. op. cit. n. 10, p. 50. La question des femmes scribes a été développée par ailleurs, notamment par Ziegler, N., Florilegium Marianum IV, 1999, p. 91-92 et p. 106 ; Lion, B. et Robson, E., « Quelques textes scolaires paléo-babyloniens rédigés par des femmes », Journal of Cuneiform Studies 57, 2005, p. 37-54 ; Lion, B., « Les femmes scribes de Sippar », Topoi Supplement 10, 2009, p. 289-203 ; ead., « Literacy and gender », in K. Radner & E. Robson (éds.), Handbook of Cuneiform Culture, Oxford, 2011, p. 90-112.

14 Parrot, A., Mission archéologique de Mari II. Le palais. Architecture, BAH 68, 1958, p. 206-244 (abrégé ci-dessous en MAM II)

15 Une partie des moules décorés, retrouvés dans la salle 77 du palais, peuvent être admirés au Louvre dans la salle 3 des Antiquités Orientales : voir pour la vitrine http://cartelen.louvre.fr/cartelen/visite?srv=obj_view_obj&objet=salle_105_25660_AO0003.004.jpg_obj.html&flag=false.

16 Voir e.g. Margueron, J.-C., Mari, métropole de l'Euphrate (op. cit. n. 2), p. 459-500.

17 Parrot, A., MAM II, p. 206.

18 Parrot, A., MAM II, p. 217-218.

19 Margueron, J.-C., BAH 107, p. 302 explique en revanche cette hauteur des découvertes épigraphiques au dessus du sol par le fait que les conteneurs à tablettes seraient tombés de l’étage ; cette même interprétation est donnée par id., Mari. Métropole de l’Euphrate, p. 466. Le lieu de stockage définitif des tablettes, dans la salle 5 ou éventuellement dans une pièce au dessus de cette dernière n’a pas d’incidence sur les auteurs de ces textes.

20 Le texte FM 4 3 énumère des déportées de la ville de Kahat (Tell Barri) ; cf. Ziegler, N., FM 4, p. 131-140.

21 Pour le service des cuisines, voir Ziegler, N., FM 4, p. 98-109.

22 Pour cet homme voir la monographie de Chambon G., Les archives d'Ilu-kân : gestion et comptabilité du grain dans le palais de Mari, Florilegium Marianum XV, Paris (à paraître).

23 Pour ces femmes scribes, voir Ziegler, N., FM 4, p. 106.

24 On n’oubliera pas de mentionner que le harem de Mari hébergeait par ailleurs un autre groupe de femmes scribes : pour celles-ci, voir Ziegler, N., FM 4, p. 91-92. Dans les premières années de règne de Zimri-Lim, elles étaient au nombre de neuf femmes ; pour les autres époques, les données ne sont pas si précises. Ces femmes n’étaient pas rattachées directement au service des cuisines mais étaient mentionnées dans les listes proches des économes (abarakkatum) et des servantes de la reine. On peut supposer qu’elles exécutaient des tâches administratives. Nous ne savons pas si elles pouvaient également rédiger la correspondance des femmes du palais (pour ces lettres, voir Durand, J.-M., Les Documents épistolaires du palais de Mari, tome III, LAPO 18, Paris, 2000, chapitre XV).

25 Cette indication connaît quelques petites variantes. En dehors de la ville de Mari, c’est notamment la ville de Der qui pouvait être le lieu de consommation de ces denrées. Cette dernière abritait un sanctuaire important à une douzaine de kilomètres au sud de Mari. En dehors de cela, les textes de ce genre ne semblent rédigés que lors des séjours du roi, ou dans l'attente de sa venue, mais jamais en son absence. La nourriture consommée quotidiennement par les femmes du harem n’est donc pas enregistrée en même temps que « les repas du roi », ou ces textes n’ont pas été retrouvés.

26 Le texte ARM 12 107 a été édité par Birot, M., Textes administratifs de la salle 5 du palais (2e partie), ARM XII, Paris, 1964. Le volume est cité ci-dessous avec le sigle ARM 12.

27 Le texte utilise la mesure kôr, 120 qa que je transpose en 120 l.

28 Birot M., ARM 12, p. 16-17. Voir aussi p. 17 n. 1 dans laquelle M. Birot fait allusion à des observations semblables faites par M. L. Burke, dans son volume sur les Textes administratifs de la salle 111 du palais, ARM XI, Paris, 1963, p. 125 § 6.

29 Voir pour cela le point fait sur la chronologie dans Charpin D. et Ziegler, N., Mari et le Proche-Orient à l'époque amorrite : essai d'histoire politique, Florilegium Marianum V, Mémoires de NABU 6, Paris, 2003 qui citent les études antérieures, spécialement aux p. 257-262.

30 Les années de règne de Zimri-Lim (1775-1762 av. J.-C.) sont désignés par les sigles ZL 0-ZL 13.

31 FM 4, p. 137 texte n° 3, col. vi 6’-8’.

32 On notera que le nom de cette femme scribe a été notée en sumérien, ereš-la-ma-gu, une façon supposément plus « chic » et savante de noter ce nom propre, même si cette graphie ne suit pas les conventions de noter le sumérien. Nous savons par ailleurs que le nom était prononcé en akkadien (Belti-lamassi) grâce à des attestations phonétiques (cf. Ziegler, N., FM 4, p. 91-92 et 106).

33 FM 4 30 : iv 3’-4’.

34 Voir pour les convives du roi Lafont, B., « Le ṣâbum du roi de Mari au temps de Yasmah-Addu », in J.-M. Durand & J.-R. Kupper (éds.), Miscellanea babylonica. Mélanges offerts à Maurice Birot, Paris, 1985, p. 161-179 et Ziegler, N., « Samsî-Addu et ses soldats », in Ph. Abrahami & L. Battini (éds.), Les armées du Proche-Orient ancien (iiie-ier mill. av. J.-C.). Actes du colloque international organisé à Lyon les 1er et 2 décembre 2006, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, BAR International Series 1855, Oxford, 2008, p. 49-56.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : carte du Proche-Orient à l’époque des archives de Mari
Crédits Charpin D. et Ziegler, N., Mari et le Proche-Orient à l'époque amorrite : essai d'histoire politique, Florilegium Marianum V, Mémoires de NABU 6, Paris, p. 28.
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1920/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Fig. 2 : plan du palais de Mari – 1 : l'entrée officielle avec les secteurs administratifs (le bît têrtim) et la grande cour (131) ; au sud, la chapelle d’Ištar (132) – 2 : chapelles diverses – 3 : un secteur dans lequel il y avait des réserves et dépendances et où le dernier roi de Mari, Zimri-Lim, avait ses appartements à l'étage – 4 : une deuxième cour (106) avec la salle du trône (65) et les cuisines ainsi qu’une zone administrative groupée autour des petites cours (1 et 70) – 5 : le secteur où étaient logées les femmes du palais (au moins une partie d'entre elles) – 6 : le secteur des cuisines et de l’administration de ces dernières.
Crédits In E. Lévy (éd.), Le système palatial en Orient, en Grèce et à Rome, Strasbourg, 1987
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1920/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Fig. 3 : FM 3 60 revers
Crédits Texte administratif de Mari (FM 3 60 revers)
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1920/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
Titre Fig. 4 : le début du dégagement des tablettes de la S 5 du palais de Mari
Crédits A. Parrot, MAM II, p. 218 fig. 254
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1920/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7M
Titre Fig. 5 : tableau graphologique des mains de scribe A, B et C
Crédits M. Birot, ARM 12, p. 17
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1920/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nele Ziegler, « La comptabilité dans les cuisines d’un roi mésopotamien », Comptabilités [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 20 juin 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://comptabilites.revues.org/1920

Haut de page

Auteur

Nele Ziegler

Directrice de recherche au CNRS
UMR 7192 (Proche-Orient – Caucase : Langues, archéologie, cultures)
nziegler@msh-paris.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org