Navigation – Plan du site
Dossier

De l’amidonnier contre de l’orge : le sens de la conversion des quantités dans les ostraca démotiques de ‘Ayn Manâwir (Oasis de Kharga, Égypte)

Archéologie de la comptabilité. Culture matérielle des pratiques comptables au Proche-Orient ancien
Emmer Wheat for Barley : the Meaning of the Converted Quantities in the Ayn Manawir Demotic Ostraka (Kharga Oasis, Egypt)
Zweikorn im Austausch gegen Gerste : Vom Sinn der Konvertierung von Maßeinheiten auf den demotischen Ostraka des ´Aya Manâwir (Oase Charga, Ägypten)
Trigo turgidum a cambio de cebada : el significado de la conversión de cantidades en los ostraca demóticos de ‘Ayn Manâwir (Oasis de Kharga, Egipto)
Damien Agut-Labordère

Résumés

La documentation démotique d’époque perse (ve-ive siècle av. J.-C.) provenant du site de ‘Ayn Manâwir, au sud de l’Oasis de Kharga (Égypte) éclaire la signification de la pratique singulière observée dans les contrats et les documents comptables démotiques consistant à convertir une quantité d’orge en quantité de blé amidonnier. Il s’agit là très vraisemblablement d’une pratique scribale visant à éviter les erreurs de lecture ou les tentatives de falsification. Par ricochet, cette avancée permet de préciser la portée de la conversion des statères d’argent grecques en unités pondérales égyptiennes et, ce faisant, de réévaluer la chronologie de la présence effective de la monnaie grecque à ‘Ayn Manâwir.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Wuttmann, M. et al., « Premier rapport préliminaire des travaux sur le site de ‘Ayn Manâwir (oasis (...)
  • 2 Wuttmann, M., « Les qanats à ‘Ayn Manâwîr (oasis de Kharga, Égypte) » in P. Briant (éd.), Irrigatio (...)
  • 3 On trouvera deux excellentes introductions générales aux études démotiques en lisant Depauw, M., A (...)

1Située à l'extrême sud de l'Oasis de Kharga, la fouille du site de 'Ayn Manâwir par l’Institut français d’archéologie orientale a permis la mise au jour d’un ensemble daté des ve et ive siècles av. J.-C. composé d’habitats massés autour d'un temple1. Loin d'être anecdotique dans le paysage pourtant extrêmement riche de l'archéologie égyptienne, cette découverte offre l’exemple unique d’un village oasien de l’Âge du Fer. En sus des éléments bâtis et des galeries drainantes qui permettaient d'irriguer le terroir agricole2, les fouilleurs ont exhumé des centaines d'inscriptions sur tessons de poterie (ostraca) qui témoignent à la fois du fonctionnement des institutions locales mais aussi des petites affaires conduites par les notables du cru. Ces textes ont tous été rédigés en démotique, terme qui désigne à la fois un niveau de la langue égyptienne mais aussi une écriture cursive mise au point dans le nord du pays durant la première moitié du viie siècle av. J.-C.3

  • 4 Chauveau, M., « Les archives d’un temple des oasis au temps des Perses », BSFE, 137, 1996, p. 32-47 (...)

2Un peu plus de 460 documents (désignés au moyen de l’abréviation d’O.Man.) ont pu être traduits sous la direction de Michel Chauveau et sont aujourd'hui accessibles en ligne sur le site Achemenet.com dirigé par Pierre Briant4. Il s'agit là d'une documentation exceptionnelle à plusieurs titres. D'abord parce qu’elle permet de connaître le fonctionnement et la vie quotidienne de ce village avec un degré de précision sans équivalent pour aucun des autres sites ruraux d’époque pharaonique. Ensuite parce que cette documentation renseigne la manière dont les oasiens avaient organisé la gestion de la ressource hydrique, vendant, louant des "jours d'eau" afin d'irriguer les champs et les jardins. Enfin parce que les ostraca de 'Ayn Manâwir révèlent la plus ancienne mention d'une monnaie grecque – en l'occurrence le statère d'argent – en Égypte. Datée 412 av. J.-C., cette attestation montre que quatre-vingt ans avant la conquête d’Alexandre le Grand, les pièces grecques avaient commencé à circuler dans l’espace égyptien.

  • 5 Chauveau, M., « La première mention du statère d’argent en Égypte », Transeuphratène, 20, 2000, p.  (...)
  • 6 Agut-Labordère, D., « L'orge et l'argent », Les usages monétaires à ‘Ayn Manâwir à l'époque perse, (...)

3D'abord mise en évidence par Michel Chauveau dans un article fondamental5, la présence précoce de statères dans la documentation démotique, émanant de ce site éloigné de la vallée du Nil, n'a depuis lors cessé d'intriguer les historiens, suscitant des interprétations opposées. Si certains y ont vu la preuve que des monnaies circulaient sur le site de 'Ayn Manâwir dès la fin du ve siècle av. J.-C., d'autres chercheurs se montrèrent plus réservés, considérant que les statères n'étaient mentionnées dans les textes démotiques qu'à titre d'unité de compte. Il est vrai que la manière dont les scribes démotiques exprimaient les montants en argent laisse planer le doute quant à la nature des moyens de paiement effectivement employés dans les transactions. Dans la plupart des cas, le nombre de statères est en effet suivi ou précédé d’une équivalence exprimée en unités pondérales égyptiennes (le dében de 91 gr. ou la qité de 9,1 gr. à proportion de 5 statères pour 1 dében). Cette conversion quasi systématique de la monnaie d’argent grecque en monnaie égyptienne, ou réciproquement, entretient effectivement une suspicion légitime quant à la réalité de l’utilisation des statères à 'Ayn Manâwir. En 2014, l'auteur de ces lignes a repris cette question et, s'appuyant sur le fait que les statères apparaissent au moins par trois fois sans leur équivalent égyptien, défendu l'idée que la monnaie grecque avait bien atteint l'extrême sud de l'oasis de Kharga6.

4Le présent travail propose de reprendre cette question en s'interrogeant sur le sens même de la pratique consistant à convertir les statères en débens ou en qités. Pour ce faire, nous proposons d’abandonner momentanément la question de la monnaie d’argent pour mieux y revenir par la suite (Partie 3). En effet, cette manière d’associer deux types de biens selon un rapport fixe est aussi attestée pour deux céréales, l’orge et le blé amidonnier (Partie 2) qui participaient à une vaste « chaîne d’équivalences » qui n’est aujourd’hui connue que par un seul et unique document, l’O.Man.5469 (Partie 1).

1. L’ostracon ‘Ayn Manâwir n° 5469 et la question des équivalences établies entre des produits de natures différentes.

5Ce document tout à fait exceptionnel est daté de 380 av. J.-C. Il s’agit d’une déclaration par laquelle un particulier, nommé Nesinher, s’engageait à verser une rente en céréales à un certain Imhotep.

Ostracon de ‘Ayn Manâwir 5469

(1.) En l'an 2, mois de Thot du pharaon v.p.s. Nectanébo Ier v.p.s., Nesinher fils de Pétosiris et de Neshor a déclaré à Imhotep fils de Horkheb(2.) et de Tabastet : « Moi, je te donnerai 16 artabes de belle orge chaque année à partir d'aujourd'hui jusqu'à la fin de(3.) l'an 10, je te les donnerai et je les donnerai (à) Pétéamenheb fils d'Imhotep, ton fils, après que tu aies fait ton temps(4.) 2 (mesures) de miel = 4 (mesures) de vin pur = 8 (mesures) de ricin = 24 (mesures) de blé … Je devrai te les donner à partir d'aujourd'hui.(5.) Je devrai les donner (à) Pétéamenheb fils d'Imhotep jusqu'à l'accomplissement des dix années. Les biens nommés que je donnerai en compensation(6.) … chaque mois.(7.) je ne pourrai aller au tribunal pour(8.) produire un document contre toi à leur sujet … Sans qu'il puisse y avoir d'argument à t'opposer. »(9.) Écrit par Nesinher fils de Pétéisé en présence de quatre hommes … étant témoins :(10.) Inaros fils d'Amontefnakht ; Hor fils de Horkheb(11.) Pétéamenheb fils de Pétéisé ; Pétubastis fils d'Amenirdis. Déclaration établissant une rente.

6La rente annuelle due par Nesinher consistait donc en 16 mesures de « belle orge » (t nfr).

7Dans la mesure où l’unité employée pour évaluer la quantité d’orge était vraisemblablement l’artabe, imposée par les Perses en Egypte au Ve siècle av. J.-C., Nesinher s’engageait donc à fournir tous les ans pas moins de 624 l. de céréales à son créancier. Nous ne savons pas précisément en quoi consistait cette « belle orge » : s’agissait-il d’une variété particulière de cette céréale ? Ou bien de grains d’orge ayant subi un traitement spécifique après le battage ? Il nous est, à l’heure actuelle, impossible de répondre à ces questions.

8Quoiqu’il en soit, la ligne 4 de ce document est pour notre propos d’une importance capitale. C’est en effet à cet endroit que se trouve exprimée une série d’équivalences comptables unique par le nombre de produits impliqués :

Fig. 1 : (l. 4, extrait) ἰby 2 w῾b ἰrp 4.t tgm 8 bt 24 (fac-similé réalisé par Michel Chauveau) « 2 (mesures) de miel ( =) 4 (mesures) de vin pur ( =) 8 (mesures) de ricin ( =) 24 (mesures) de blé amidonnier »

Fig. 1 : (l. 4, extrait) ἰby 2 w῾b ἰrp 4.t tgm 8 bt 24 (fac-similé réalisé par Michel Chauveau) « 2 (mesures) de miel ( =) 4 (mesures) de vin pur ( =) 8 (mesures) de ricin ( =) 24 (mesures) de blé amidonnier »

9Comme les scribes démotiques avaient établi une équivalence de 1 à 1,5 entre les quantités d’orge (t) et d’amidonnier (bt), les 16 mesures de la rente correspondent donc bien aux 24 mesures d’amidonnier présentes à la fin de la liste. C’est donc bien par rapport au montant de la rente établie au profit d’Imhotep que cette liste d’équivalences avait été établie. L’échelle de conversion employée par les scribes démotiques peut donc être reconstituée de la manière suivante : 1 mesure de miel = 2 mesures de vin = 4 mesures de ricin = 8 mesures de belle orge = 12 mesures de blé amidonnier.

10L’examen de cette série fait apparaître quelque chose d’étrange quant à sa réalité pratique. Il est d’abord tout à fait surprenant que les unités employées traditionnellement dans la documentation démotique, pour évaluer la quantité de ces différents produits, ne soient pas les mêmes. Ainsi, le miel et le vin sont-ils normalement mesurés au moyen du hin équivalant à 0,4 l. alors que, comme nous l’avons déjà vu un peu plus haut, les céréales étaient évaluées au moyen de l’artabe d’environ 30 l. De même, la division par deux répétée au fur et à mesure que l’on descend l’échelle des équivalences – à l’exception notable du dernier niveau, entre l’orge et l’amidonnier – a, par sa régularité, quelque chose de suspect si l’on considère que cette échelle reflète la valeur marchande de ces différents produits.

  • 7 Malinine, M., « Un prêt de céréales à l’époque de Darius I (Pap. dém. Strasbourg N° 4) », Kemi 11, (...)
  • 8 Vleeming, S. P., The Gooseherds of Hou (pap. Hou) : A Dossier Relating to Various Agricultural Affa (...)

11Deux hypothèses ont été émises pour expliquer l’existence de ces jeux de conversion. Michel Malinine a ainsi proposé que les scribes démotiques y recouraient lorsque les créanciers ou les bénéficiaires consentaient à ce que les dettes ou les rentes leur fussent réglées par l’un ou l’autre des produits mis en équivalence7. À l’opposé, Sven Vleeming estime plus vraisemblable que cette pratique servait en réalité à prévenir les erreurs de lecture ou les tentatives frauduleuses de modifier les chiffres et les nombres en proposant une « réécriture » de ce montant recalculé selon un rapport conventionnel8.

2. L’équivalence 1 mesure d’orge = 1 mesure amidonnier, une convention

  • 9 Au moins deux autres reçus (O.Man. 6019 et 6020) pourraient aussi contenir ce type d’équivalence. T (...)

12La documentation de ‘Ayn Manâwir permet de trancher cette question et d’écarter l’hypothèse d’une interchangeabilité des deux produits mis en équivalence. En effet, si celle-ci est envisageable dans le cadre d’une reconnaissance de dette, d’un acte établissant une rente ou d’un ordre de livraison, elle perd tout sens lorsqu’une équivalence entre de l’orge et du blé amidonnier apparaît dans un reçu. L’objet de ce dernier type de document étant de certifier qu’une certaine quantité d’un produit précis a bien été remise, il serait absurde qu’un individu affirme avoir reçu une certaine quantité de l’une ou de l’autre de ces céréales. Or, au moins, deux reçus découverts à ‘Ayn Manâwir contiennent une équivalence comptable entre l’orge et le blé amidonnier9.

13Le premier concerne une quantité d’orge remise entre le 8 juillet et le 6 août 436 av. J.-C. à un collecteur de redevances travaillant pour le temple d’Osiris-iou, nommé Horkheb fils de Hor :

Ostracon de ‘Ayn Manâwir 6893

(1.) Horkheb fils de Hor est satisfait pour les 5 (artabes) d'orge(2.) qui font 7 (artabes) et demie de blé amidonnier (reçues) de la part de Hor, fils d'Onnophris(3.) Écrit par Khaous en l'an 29,(4.) le dernier jour du mois de Pharmouthi.

14Le même phénomène se répète en O.Man. 5747 daté du printemps 426 av. J.-C. Cette fois-ci, Horkheb livre une grande quantité d’orge (et un peu de semences de ricin) au temple pour laquelle Khaous, l’une des scribes travaillant pour cette institution, lui délivre le reçu suivant :

Ostracon de ‘Ayn Manâwir 5747

(1.) En l'an 39, 2ème jour de Phamenoth. Reçu de la part de Horkheb (2.) fils de Hor : 168 (artabes) d'orge qui font 252 (artabes) de blé amidonnier (3.) 4 + [ ] (mesures) de semence de ricin. Écrit par Khaous.

15Ces reçus montrent que l’équivalence établie entre l’orge et l’amidonnier dans la documentation juridique démotique ne signifiait donc pas que ces céréales étaient substituables l’une à l’autre mais servait à assurer la lecture de la quantité de produit effectivement impliquée dans la transaction. Ainsi, seule la quantité et le produit figurant dans le premier terme de la comparaison avaient en l’espèce une réalité physique.

3. La chronologie de la présence de monnaie grecque à ‘Ayn Manâwir se précise.

  • 10 Chauveau, M., Transeuphratène 20, 2000, p. 142 ; Picard, O., « La monnaie lagide au regard des hist (...)

16Ceci posé, nous pouvons maintenant en revenir aux cas de conversions impliquant de l’argent. En premier lieu, le fait que les équivalences de ce type soient de nature conventionnelle permet d’expliquer l’inadéquation pondérale observée dans le rapport établi entre le dében et le statère. En effet, dans la mesure où le poids du statère oscillait entre 17 et 17,30 g, celui cumulé de cinq statères (censé équivaloir à un dében dans la documentation démotique) se situait entre 85 et 86,5 g. soit 5 à 6 g. en dessous de celui du dében égyptien (qui, rappelons-le, pesait 91 gr.)10. Inexplicable dans le cas d’une équivalence réelle entre les deux monnaies, impliquant par exemple la possibilité d’effectuer des opérations de change entre elles, l’existence de cet écart cesse d’être problématique si l’on considère qu’il s’agissait là d’une parité scribale, notariale, du même type que celles avec laquelle les scribes démotique liaient fictivement les quantités d’orge et de blé amidonnier.

  • 11 On pourra comparer cette chronologie avec celle de l’histogramme n° 2 que l’on trouvera en Agut-Lab (...)

17Ensuite, si nous ne retenons que les documents mentionnant réellement des statères, c’est-à-dire ceux où la monnaie grecque apparaît en première position ou de manière isolée, la chronologie des attestations de la monnaie grecques à ‘Ayn Manâwir se voit sensiblement précisée11 :

  • 12 Agut-Labordère, D., Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2014/1 69e année, p. 79, notes 18 et 19.

Date du document (av. J.-C.)

Référence des ostraca mentionnant un statère sans équivalence(*) ou un statère en première position

dans une équivalence12

412

O.Man. 7547*

410

O.Man. 3928

408

O.Man. 3972

410

O.Man. 4160*

402

O.Man. 4158

400

O.Man. 4161

394

O.Man. 6056

392

O.Man. 5488

381

O.Man. 4067

377

O.Man. 6048A

18On notera que les documents liés à des transactions ayant impliqué de la monnaie grecque sont particulièrement nombreux entre 412 et 400 av. J.-C. (6 occurrences en 12 ans) pour ensuite se faire de plus en plus rares (4 attestations en 33 ans). Comme si, après son apparition, la monnaie grecque n’avait plus été présente qu’à titre résiduel. Même si cette chronologie ne repose que sur un nombre réduit de documents, il apparaît clairement que la « statérisation » de l’économie manâwirite est un phénomène ponctuel concernant la dernière décennie du ve siècle av. J.-C.

Conclusion : les produits convertibles étaient-ils des « monnaies marchandises » ?

  • 13 Agut-Labordère, D., Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2014/1 69e année, p. 84-86.
  • 14 Agut-Labordère, D. et Newton, C., « L’économie végétale à ‘Ayn-Manâwir à l’époque perse : archéobot (...)
  • 15 Il est vrai que le premier n’est que peu attesté dans la documentation manâwirite alors que le seco (...)

19Si, à ‘Ayn Manâwir, les montants en argent pesés ou frappés étaient convertis de manière quasi systématique par les scribes, l’orge ne l’était que parfois et, chose plus surprenante, l’amidonnier jamais. L’analyse de l’emploi des formules d’équivalence fait ainsi apparaître que les montants en amidonnier ne furent jamais exprimés en équivalent orge. Seules les quantités d’argent et d’orge semblent avoir été susceptibles de conversion. Or, l’analyse de la documentation locale fait apparaître que l’orge et l’argent ont aussi en commun d’avoir été investis de fonctions monétaires. Outre le fait qu’ils servaient d’unité de compte, ils étaient aussi employés comme moyen de paiement ou de cautionnement13. Il est donc possible que la convertibilité d’un produit soit étroitement liée au fait qu’il pouvait aussi servir de monnaie. À l’appui de ceci, il est particulièrement frappant d’observer que le ricin, pourtant bien attesté dans la liste de conversion de l’O.Man. 5469, n’est en revanche jamais converti dans les très nombreux documents - principalement des reçus - qui le mentionnent14. Or, si elle faisait bien l’objet d’une redevance levée par le temple local d’Osiris-iou, l’huile de ricin ne semble jamais avoir servi de monnaie au sein de l’économie locale, pas plus que le vin ou le miel, deux autres produits présents dans la partie « haute » de la liste de l’O.Man. 546915. Ainsi est-il possible de supposer, que si les scribes démotiques disposaient d’une échelle de conversion permettant de sécuriser l’écriture des quantités d’un grand nombre de produits, seules les quantités de ceux qui pouvaient servir de monnaie étaient susceptibles de pouvoir devenir, au sein de la documentation écrite, autre chose que ce qu’ils étaient réellement.

Haut de page

Notes

1 Wuttmann, M. et al., « Premier rapport préliminaire des travaux sur le site de ‘Ayn Manâwir (oasis de Kharga) », Bifao 96, 1996, p. 385-451 ; Wuttmann, M. et al., « ‘Ayn Manâwir (Oasis de Kharga). Deuxième rapport préliminaire », Bifao 98, 1998, p. 385-451.

2 Wuttmann, M., « Les qanats à ‘Ayn Manâwîr (oasis de Kharga, Égypte) » in P. Briant (éd.), Irrigation et drainage dans l’Antiquité, qanats et canalisations souterraines en Iran, en Égypte et en Grèce, Paris, Thotm Ed., 2001, p. 109-136. 

3 On trouvera deux excellentes introductions générales aux études démotiques en lisant Depauw, M., A Companion to Demotic Studies, Bruxelles, Fondation égyptologique Reine Elisabeth, 1997 et Hoffmann, F., Ägypten : Kultur und Lebenswelt in griechisch-römischer Zeit : Eine Darstellung nach den demotischen Quellen, Berlin, Akademie Verlag, 2000.

4 Chauveau, M., « Les archives d’un temple des oasis au temps des Perses », BSFE, 137, 1996, p. 32-47 ; Chauveau, M., « The Demotic Ostraca of ‘Ayn Manâwir », Egyptian Archaeology. The Bulletin of The Egypt Exploration Society, 22, 2003, p. 38-40 (http://www.achemenet.com/fr/tree/?/sources-textuelles/textes-par-regions/egypte/ayn-manawir/ostraca-d-ayn-manawir#set).

5 Chauveau, M., « La première mention du statère d’argent en Égypte », Transeuphratène, 20, 2000, p. 137-143.

6 Agut-Labordère, D., « L'orge et l'argent », Les usages monétaires à ‘Ayn Manâwir à l'époque perse, Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2014/1 69e année, p. 75-90.

7 Malinine, M., « Un prêt de céréales à l’époque de Darius I (Pap. dém. Strasbourg N° 4) », Kemi 11, 1950, p. 1-23, voir les p. 5 et 14.

8 Vleeming, S. P., The Gooseherds of Hou (pap. Hou) : A Dossier Relating to Various Agricultural Affairs from Provincial Egypt of the Early Fifth Century B. C., Louvain, Peeters, 1991, p. 185 (note ll).

9 Au moins deux autres reçus (O.Man. 6019 et 6020) pourraient aussi contenir ce type d’équivalence. Toutefois le piètre état de conservation de ces documents impose d’attendre de disposer de photographies infrarouges pour assurer nos lectures à ce sujet.

10 Chauveau, M., Transeuphratène 20, 2000, p. 142 ; Picard, O., « La monnaie lagide au regard des historiens modernes » in P. Pion & B. Formoso (éds.), Monnaie antique, monnaie moderne, monnaies d’ailleurs, Paris, De Boccard, 2012, p. 77-87, spécialement p. 79.

11 On pourra comparer cette chronologie avec celle de l’histogramme n° 2 que l’on trouvera en Agut-Labordère, D., Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2014/1 69e année, p. 83.

12 Agut-Labordère, D., Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2014/1 69e année, p. 79, notes 18 et 19.

13 Agut-Labordère, D., Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2014/1 69e année, p. 84-86.

14 Agut-Labordère, D. et Newton, C., « L’économie végétale à ‘Ayn-Manâwir à l’époque perse : archéobotanique et sources démotiques » ARTA 2013.005, p. 1-49, p. 16-18, p. 36-38, http://www.achemenet.com/document/ARTA_2013.005-Agut-Newton.pdf.

15 Il est vrai que le premier n’est que peu attesté dans la documentation manâwirite alors que le second ne l’est qu’une seule fois.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : (l. 4, extrait) ἰby 2 w῾b ἰrp 4.t tgm 8 bt 24 (fac-similé réalisé par Michel Chauveau) « 2 (mesures) de miel ( =) 4 (mesures) de vin pur ( =) 8 (mesures) de ricin ( =) 24 (mesures) de blé amidonnier »
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/1945/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Agut-Labordère, « De l’amidonnier contre de l’orge : le sens de la conversion des quantités dans les ostraca démotiques de ‘Ayn Manâwir (Oasis de Kharga, Égypte) », Comptabilités [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 20 juin 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://comptabilites.revues.org/1945

Haut de page

Auteur

Damien Agut-Labordère

Chercheur au CNRS
UMR 7041 (ArScAn, équipe Histoire et archéologie de l’Orient cunéiforme)
damien.agut@mae.u-paris10.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org