Skip to navigation – Site map
Les comptables au Moyen Âge : parcours collectifs et individuels

Providus et discretus vir. La charge du depositarius des comptes à Bologne de la fin du xiiie siècle au début du xve siècle

“Providus et discretus vir”. The charge of “depositarius” of accounting of Bologne from the late 13th century to the early 15th century
« Providus et discretus vir ». Das Amt des Kontenverwalters (« depositarius ») in Bologna vom Ende des 13. bis zum Anfang des 15. Jahrhunderts
« Providus et discretus vir ». El cargo de « depositarius » de la cuentas de Boloña desde finales del siglo XIII hasta principios del siglo XV
Marco Conti

Abstracts

This contribution will investigate the charge of depositarius of accounting of the city of Bologna, from the late thirteenth century to the early fifteenth century, in two steps. First, it will take an interest to the social and geographical origins of these officers witch are remarkably diversified (clerics, merchants, foreign officers, etc.). Secondly, this data will be linked to the various forms of the successive governments in those years, considering the charge of depositarius as an instrument of mobility and affirmation of a social group for inhabitants of the city and as an instrument of control for foreign dominations on Bologna.

Top of page

Full text

  • 1 Keller, Hagen, Grubmüller, Klaus et Staubach Nikolaus éd., Pragmatische Schriftlichkeit im Mittelal (...)
  • 2 Buffo, Paolo, « Prassi documentarie e gestione delle finanze nei comuni del principato di Savoia-Ac (...)

1Ces dernières années, l’étude des écritures administratives et de ses acteurs a pris une place importante dans le monde de la recherche, donnant lieu à une multiplication de journées d’étude, ateliers et ouvrages lui étant dédiés1. L’objet de notre travail est d’analyser la charge de trésorier, clé des systèmes comptables des communes italiennes. Mis à part quelques recherches plus anciennes, c’est surtout récemment que l’étude de cette charge a commencé d’intéresser les chercheurs (mais il en fut de même pour de sujets comme la Chambre Apostolique, la Savoie, ou le domaine des Visconti)2.

2Le cas que nous avons choisi d’étudier est celui des trésoriers de la ville de Bologne à la fin du xiiie siècle au début du xve siècle. Bologne, à la fin du xiiie siècle (depuis 1279), est une commune de Popolo comme beaucoup d’autres villes du centre-nord de l’Italie. Suite aux forts conflits internes qui ont agité la société bolonaise, Bertrand du Pouget se voit concéder le titre de dominus de Bologne, le 5 février 1327, et la ville est soumise à la papauté.

  • 3 Pour l’histoire de Bologne médiévale principalement : Tamba, Giorgio, I Documenti del Governo del C (...)

3Cependant, après avoir réussi à mettre en place une politique fiscale fort dure (mais en ayant toutefois échoué à pacifier la ville), Bertrand du Pouget est chassé en 1334. La ville retrouve alors son organisation politique communale, mais pas pour longtemps. En effet, dès le 28 août 1337, Taddeo Pepoli, un représentant d’une des familles bolonaises les plus puissantes de l’époque, arrive à se faire proclamer seigneur. Il gouverne jusqu’à sa mort en 1347 et passe alors le pouvoir à ses fils Giovanni et Giacomo. Ce gouvernement dure seulement trois ans, car les deux Pepoli cèdent ensuite la ville à l’archevêque de Milan Giovanni Visconti. Les Visconti vont tenir la ville jusqu’en 1360, moment où la politique pontificale menée par le cardinal Albornoz conduit à soumettre Bologne au pouvoir du Saint-Siège. La situation économique précaire ainsi que le mécontentement dû à la forte limitation des pouvoirs des magistratures font grandir le mal-être à l’intérieur de la société bolonaise ; celle-ci, avec l’aide d’ailleurs de Florence, se révolte contre la domination pontificale le 19 mars 1376. Cette révolte est menée par Taddeo Azzoguidi, un des représentants de l’aristocratie locale, avec l’aide d’une partie du Popolo et des sociétés de métiers ou arti. Ensemble, ils mettent en fuite le vicaire du pape Guillaume de Noellet. La ville retrouve alors son autonomie, mais avec à sa tête un régime oligarchique composé par les plus importantes familles de la ville. Cet équilibre dure jusqu'aux tentatives d’instauration de seigneuries personnelles. Initiées par Carlo Zambeccari, elles se poursuivent par celles de Giovanni Bentivoglio, Gian Galeazzo Visconti, Baldassare Cossa (par la suite élu pape sous le nom de Jean XXIII). Bologne se retrouve finalement commune libre en mai 1411, suite à une révolte menée par Pietro Cossolini3.

  • 4 Par exemple : Romiti, Antonio, L'armarium comunis della Camara Actorum di Bologna : l'inventariazio (...)
  • 5 Pour cette étude, nous avons exploité principalement : les libri introitituum et expensarum ; les P (...)

4Pour des raisons liées à la volonté de délimiter notre étude dans le temps, nous arrêterons notre récit de l’histoire de Bologne aux années 1288-1412. Vue l’hétérogénéité de la situation politique de Bologne, il sera intéressant de voir les choix faits par chaque gouvernement respectif en ce qui concerne la charge de trésorier, en cherchant à en comprendre les raisons. Nous avons cherché à combler les lacunes de la documentation comptable par des informations et documents édités dans d’autres ouvrages4. Nous avons l’intention d’étudier trois aspects : dans un premier temps, les caractéristiques de la charge de trésorier telles qu’elles apparaissent dans les statuts de la ville, pour tâcher de comprendre les rapports entre cet officier et les institutions ; dans un deuxième temps, la provenance géographique des trésoriers ; et enfin la provenance sociale des trésoriers, c’est à dire leur extraction sociale (des banquiers, des clercs, etc.)5.

La charge de depositarius generalis dans les Statuts de la ville

5Iuro ego massarius seu depositarius comunis Bononie recipere totam pecuniam comunis Bononie que michi datibur, ex quacumque de causa vel quocumque modo, et etiam omnes alias res pertinentes comuni Bononie que michi designabuntur, et ipsam pecuniam que ad me pervenit et res quam recipiam custodire et salvare bona fide ad utilitatem comunis Bononie.

  • 6 Fasoli, Gina et Sella, Pietro éd., Statuti di Bologna dell’anno 1288, Cité du Vatican, 1937, p. 113
  • 7 Orlandelli, Gianfranco, Gli ufficici economici, op. cit., p. X-XI.
  • 8 Trombetti Budriesi, Anna Laura éd., Lo statuto del comune di Bologna dell'anno 1335, Rome, 2008, p. (...)

6Ce serment ouvre la rubrique des Statuts de 1288, De sacramento et offitio depositarii seu massari comunis Bononie6. Cette rubrique, spécifique à la charge de depositarius, nous donne de nombreuses informations. Avant tout il est intéressant de remarquer l’utilisation comme synonymes des termes massario generalis et depositarius (les statuts de 1335 ajoutent le terme de thesaurarius). Cela est dû au rôle du massarius : en effet, à l’origine, l’administration fiscale de la ville était partagée entre le podestat et le massarius, dans une activité de contrôle réciproque. Dans un deuxième temps, la ville a décidé que le massarius ne pouvait pas être à la fois depositarius et administrateur des biens de la ville, en raison d’un éventuel conflit d’ intérêts7. C’est seulement au début du xiiie siècle que le rôle du massarius a été séparé de celui du depositarius, même si les deux noms sont encore utilisés comme synonymes8.

  • 9 Pour le fonctionnement des conseils de la ville voir : Tamba, Giorgio, « Consigli elettorali degli (...)
  • 10 Fasoli, Gina et Sella, Pietro éd., Statuti di Bologna, op. cit., p. 476-477.
  • 11 Ibid., I, p. 115.
  • 12 Ibid., I, p. 591.
  • 13 Ibid., I, p. 113.
  • 14 Ibid., I, p. 114.
  • 15 Ibid., p. 115.
  • 16 Ibid., p. 79-80 et 114. Les statuts mettent en évidence que les notaires du trésorier devaient réal (...)

7Le depositarius des comptes était élu par le conseil des Ottocento. Ce conseil était chargé de l’élection de la plupart des officiers de la ville9. Il restait en charge pour un semestre, ce qui était aussi le cas pour d’autres charges principales de la ville10. Le trésorier, avant d’occuper effectivement sa charge, devait donner une caution de 1 000 livres, cette obligation s’expliquant par l’importance des sommes qu’il serait amené à gérer11. Cette condition ne pouvait être remplie que par des personnes riches ou qui avaient éventuellement la possibilité de demander un prêt. Le trésorier pouvait être un laïque ou bien un clerc. En effet, les statuts prévoyaient et ordinaverunt quod depositarius laicus qui eligebatur una cum fratre ad officium massarie seu depositarie communis Bononie, non elligatur deinceps ad dictum officium, nec aliquid possit percipere a communi Bononie, et quod dictus frater depositarius de cetero eligendus non possit habere pro suo salario nisi treginta libras bononinorum12. Le trésorier ne pouvait pas faire de paiements sans l’autorisation du podestat, du capitaine du peuple, d’un de leur substitut, ou des conseils urbains. Pour les payements inférieurs à 25 livres, il lui fallait l’autorisation du podestat ou du capitaine du peuple, et au-delà de 25 livres celle des conseils de la ville13. Il avait la possibilité de faire élire un ou deux notaires pour son office et furtum, domum vel fraudem non committam in pecuniam seu de rebus comunis, nec lucrum occasione mei offitii faciam nec sinam alium facere ultra feudum michi concessum pro me et notariis mei14. Le depositarius était aussi chargé de mettre chaque nuit dans la chapelle du palais communal une bougie pour la Vierge Marie. Le lieu et les caisses de la ville étaient protégés par dix soldats. Cet officier recevait de l’argent de tous les offices économiques de la ville. En marge de la rubrique mentionnée ci-dessus, nous pouvons lire : Millesimo ducentesimo nonagesimo, inditione tercia, die penultima decembris. Reformatum fuit tempore domini Fulchi de Buçacarinis capitanei populi Bononie quod massarii et depositarii generalem comunis Bononie et eorum notarii modo electi, et qui pro tempore erunt ad dicta ofitia exercenda, teneantur et debent scribere introitus et expensas distinte et continue per capitula, non inserendo alios introitus vel expensas nisi que continenti sub dicti capitulis, videlicet capitulum denariorum receptorum de gabelle et capitulum denariorum receptorum ad dischi Ursi, et sicut de singulis, de omnibus introitus et expensis ordinariis comunis Bononie, sub certa pena et banno cuilibet eorum15. Cet ajout donne des indications précises sur la tenue des registres comptables. L’obligation de devoir porter clairement les revenus et les dépenses sur le registre comptable avait pour but de rendre plus facile la révision des comptes du trésorier et aussi de rendre plus rapides les opérations de contrôle. De plus, dans un ajout de 1295, il est exigé que les Trésoriers teneantur et debent scribere introytus et expensas dicti massarii in cartis pecudinis... scribendo quantitates per silabas, dictiones integras, et non per abriviaturam, ita quod sint duo libri eiusdem tenoris, unus quorum remaneat et remanere debeat penes dictos notarios depositarii, alter vero per dictos notarios ad camera actorum deponatur infra unum mensem a die (exitu) eorum officii16.

  • 17 Ciaccio, Lisetta, « Il Cardinal legato Bertrando del Poggetto in Bologna (1327-1384) », dans Atti e (...)

8Sur la période correspondant à la domination de Bertrand du Pouget, les statuts qui ont dû être rédigés à l’époque de son travail, ne sont pas arrivés jusqu’à nos jours. Mais nous savons qu’ils ont été publiés en 1332, trois ans après son travail. Grâces aux riformagioni, nous savons qu’il y a eu une restructuration administrative dans le but de réduire les charges et qu’en 1332 la charge du depositarius pecunie bladi fut unie à celle de depositarius generalis17.

  • 18 Trombetti Budriesi, Anna Laura éd., Lo statuto del comune, op. cit., p. 140.

9Dans les statuts de 1335, rédigés après la domination de Bertrand du Pouget, pour restaurer la liberté politique de la commune, se trouvait encore une rubrique réglementant l’office de trésorier. Ce dernier devait être élu par le conseil du peuple dans les huit premiers jours de décembre. La charge pouvait être tenue par un laïque ou un clerc. Toutefois, quand il s’agissait d’un laïque, deux trésoriers étaient élus afin d’assurer un contrôle réciproque. Dix jours après son élection, le trésorier, avant de commencer la prise en charge de l’étude pour un an, à compter du premier janvier, devait donner une caution de 10 000 livres et prêter serment. Il pouvait, comme avant, recourir à l’aide de deux bonos et fidos notaires et unum coadiutorem, qui non sit canpsor, pro pecunia numerandis et discernendis, lesquels étaient élus directement par le depositarius ou ad brevia18.

  • 19 Ibidem, 137-141.

10Les statuts prévoyaient que toutes les recettes de la ville devaient parvenir au depositarius. Les recettes devaient être divisées en trois caisses différentes : une caisse recueillait les recettes destinées aux dépenses militaires ; une autre celles tirées de la vente du blé ; et une troisième qui contenait toutes les autres sources de revenus. De plus quorum cassonorum et scrineorum quilibet habeat et habere debeat ad minus duas bonas claves et clavaturas, sub quibus dicta pecunia custodiatur et salvatur, quas claves dictus depositarius tenere debeat penes se19. Tous les revenus et recettes devaient être bien transcrits sur les registres. Pour chaque paiement, le trésorier prenait 14 deniers de taxe sur chaque livre bolonais. Le depositarius était aussi tenu de signaler au juge du Disco dell’Orso (office chargé aussi de la gestion des impayés et de l’évasion fiscale), les noms des communes qui n’avaient pas payé. Cela démontre les difficultés de la ville à recouvrer l’argent qui lui était dû.

  • 20 Ibid., p. CLXVI.
  • 21 ASBo, Tesoreria e Contrallatore, Liber expensarum n° 10, c. 82r ; Antonioli, Guido, Conservator pac (...)

11Pour la période suivante, nous avançons l’hypothèse d’une continuité de cette procédure pendant la domination de Taddeo Pepoli (1337-1347), qui instaura une seigneurie respectueuse des traditions communales avec le soutien et une grande participation des forces populaires20. Ce que nous affirmons trouve une confirmation dans le Liber expensarum du 1347. En effet, à propose d’un payement de son salaire au depositarius et à ses notaires, il est mentionné que ces derniers ont été élus ad brevia au conseil de quatuormilium21.

  • 22 Les statuts de 1357 ne comportent pas de modifications significatives par rapport aux statuts de 13 (...)
  • 23 Maire-Vigueur, Jean-Claude éd., Signorie cittadine nell'italia comunale, Rome, 2013.
  • 24 Braidi, Valeria éd., Gli statuti del Comune di Bologna degli anni 1352, 1357, 1376, 1389, Bologne, (...)
  • 25 Lorenzoni, Giulia, Conquistare e governare la città. Forme di potere e istituzioni nel primo anno d (...)

12En revanche, à la lecture des deux statuts produits en 1352 et 135722, période de domination des Visconti, on peut remarquer la mise en place d’un système typique de seigneurie personnelle où le pouvoir de promulguer des normes et des lois est réservé complètement au seigneur qui a une supériorité reconnue sur toute l’administration et ses magistratures23. Dans ces statuts, en effet, la rubrique dédiée au depositarius est absente. La règlementation sur les notaires reste analogue : ils sont élus exactement de la même façon, et Introytus et expensas comunis Bononie, prout eis comitterentur per dictos depositarios, scribere clate et aperte, sub suis mensibus et diebus et tittulis ordinatis ; et de solutionibus fiendis cartexellas… et finito suo officio, libros introytus et expensarum, quos et quas scripserint in cartis membranis in formam publicam, facere et dare depositariis predictis24. Pour la première fois, des statuts indiquent les types de supports utilisés pour les registres, notamment la production des cartexellas, c’est-à-dire des reçus. Comme l’a fait remarquer Giulia Lorenzoni, l’absence de rubrique sur la charge du trésorier est une manifestation claire de la volonté politique des Visconti d’éliminer un éventuel appui normatif, afin de limiter et d’éloigner d’éventuelles plaintes sur leurs comportements25.

  • 26 Vancini, Oreste, « Bologna della Chiesa (1360-76) », AMR, 3e série, 24, 1906, p. 514-515.
  • 27 Braidi, Valeria éd., Gli statuti del Comune., op. cit., p. LXXXII- LXXXIII.

13Ensuite, pendant la période de la domination papale, les statuts ne furent pas rénovés. Les officiers de la ville pouvaient être directement choisis et nommés par le légat pontifical26. Le trésorier restait, en effet, sous le total contrôle du pape. Quand, au dernier quart du xive siècle, le Popolo se rebella contre le légat et contrôla la ville, des nouveaux statuts furent rédigés, pour restaurer les magistratures communales. Mais c’était plus formel qu’effectif, étant donné que le pouvoir demeurait concentré dans les mains d’un nombre limité de familles aristocratiques, dont l’ensemble était appelé le Secondo Popolo27.

  • 28 Ibid., p. 485.
  • 29 Ibid., p. 486.
  • 30 Ibid., p. 488.
  • 31 Ibid., p. 485-494.
  • 32 Ibid., p. 492.
  • 33 Ibid., p. LXXXVII.

14Dans les Statuts de la ville de 1376 et 1382, la charge de trésorier tend à se normaliser. Concernant son élection, in conscilio quatuormilium comunis et pupuli Bononie, un trésorier est élu pour chaque semestre. Il doit avoir au moins 35 ans28. Comme dans les statuts de 1335, le depositarius est tenu de ante initium et introytum sui offici satisdare et securitatem de decem millibus librarum bononinorum prestare comuni Bononie, cutodire et salvare legaliter et bone fide ad utilitatem comunis Bononie teneatur29 et facere soluptiones secundum formam dictarum boletarum et non aliter vel alio modo, aliter de suo proprio solvisse intelligatur et sic solutum comuni Bononie resarcire teneantur30. La façon de tenir le registre est aussi régularisée, ordinate et clare et aperte31. Les statuts fournissent en outre des informations à propos de la conservation des registres, nichilominus tabulam introytuum et expenssarum et rationum predictarum in formam publicam in cartis pechudinis ad camera actorum comuni Bononie dare et consignare teneatur dictus depositarius infra duos menses finito suo officio, sub pena quingentarum librarum bononinorum comuni Bononie applicata32. Ces derniers statuts resteront en vigueur jusqu’en 1454 ; c’est du moins ce qu’on peut déduire des nombreux ajouts faits à la fin du manuscrit33.

  • 34 Un aspect que nous voulons montrer en note, vu les informations plutôt lacunaires, est le sujet des (...)

15En conclusion, comme nous l’avons vu dans les Statuts, quand la commune était gouvernée par le Popolo, la charge du depositarius était bien normalisée, mais quand la domination fut en rupture avec la tradition communale, il n’y eut plus d’appui sur les statuts de la ville, et cela, dans le but d’éviter tout type de revendication34.

Profil et provenance du depositarius

  • 35 Les sources desquelles ont été prises toutes ces informations sont mises en note en annexe.

16Pour la période allant de 1288 à 1411, nous avons pu identifier 83 trésoriers35. Précisément, sur le total des officiers, comme cela est montré par le graphique suivant, nous savons que 68 sont originaires de Bologne ou d’une institution religieuse de la ville et 11 sont des étrangers venant de Florence, de Milan ou d’un diocèse d’Italie centrale (pour 4 d’entre eux, nous n'avons pas pu identifier leur lieu de provenance). À partir de la fin du XIIIe siècle jusqu’au début du xve siècle, chaque fois qu’il y avait un gouvernement de Popolo, le trésorier était élu parmi les habitants de Bologne, ou parmi des clercs d’une institution religieuse de la ville (à part les cas où l’institution n’est pas indiquée, ils provenaient du monastère de Saint Grégoire ou de l’église de Saint Bernardin).

Fig. 1. Provenance géographique des trésoriers

Fig. 1. Provenance géographique des trésoriers
  • 36 Ciaccio, Lisetta, « Il Cardinal legato Bertrando », op. cit., p. 125 et 142.

17Sous la domination de Bertrand du Pouget, celui-ci laisse en place dans un premier temps les clercs du monastère de Saint Grégoire. Dans un deuxième temps, pour avoir sous son contrôle tout le mécanisme administratif de Bologne, il donne la charge de trésorier à un de ses fidèles, son chapelain Bertrandus Emergani, avec comme assistant un frère mineur36.

  • 37 Lorenzoni, Giulia, Conquistare e governare la città, op. cit. Voir aussi : Mainoni, Patrizia, « Un (...)
  • 38 Mainoni, Patrizia, « Il Governo del Re », op. cit., p. 122-124.

18En 1351, l’archevêque Giovanni Visconti, nomme comme trésoriers de Bologne Donisolo de Pasquale et Pasolo de Marliano, deux de ses hommes de confiance, qui avaient déjà occupé pour la famille Visconti des charges de nature financière. Donisolo fut trésorier à Côme en 1349, puis à Bologne, et à Plaisance en 1356-1357. Durant cette période, tous les offices fiscaux sont contrôlés par des Milanais, comme l’a bien montré Giulia Lorenzoni dans son ouvrage Conquistare e governare la città37. Par exemple, à Bologne nous n'avons pas retrouvé de situation équivalente à celles de Plaisance, Brescia ou de la Toscane pendant la domination des Anjou, où l’on trouvait, aux côtés des trésoriers de la ville, un trésorier du roi38.

  • 39 Renouard, Yves, Les relations des Papes d’Avignon et des Compagnies commerciales et bancaires de 13 (...)

19Dans le cas de la domination papale en Romagne, l’administration pontificale était expérimentée, car la Papauté avait déjà une longue expérience de gouvernement des provinces au sud de l’Apennin. Bologne est à cette époque sous le contrôle des représentant pontificaux. La Chambre Apostolique s’occupe de percevoir les revenus des différentes villes. La charge de trésorier devient un moyen de médiation entre pouvoir central et administration locale, ce qui renforce sa stabilité. Pour la gestion de son patrimoine, à la fin du xiiie siècle, la papauté, nomme des trésoriers d’origine toscane, signe de la grande puissance bancaire de la région (Riccardi, Pulci, Roberti, Scotti, Chiarenti). Dans les années soixante-dix du xiiie siècle, l’existence d’un lien conjoncturel entre papes et compagnies bancaires s’affine. Chaque pape avait ses banquiers de confiance : ainsi Boniface VIII était-il en lien avec les Cerchi, les Mozzi et les Spini. Au contraire, au xive siècle, surtout dans la période avignonnaise, des clercs d’origine française sont préférés39. Dans notre cas, pendant la domination papale du xive siècle, les trésoriers sont florentins (avec pour l’un d’entre eux la certitude qu’il provenait d’une famille de banquier), ce qui prouve l’existence d’un « circuit guelfe » des officiers et démontre une certaine continuité dans les choix des officiers périphériques.

  • 40 Gozzadini, Giovanni, Nanne Gozzadini e Baldassare Cossa poi Giovanni XXIII, Bologne, 1880 ; De Grif (...)

20La domination des Pepoli et de Baldassare Cossa fait exception à cette manière de procéder. Car ils choisissent au contraire des trésoriers parmi les habitants de Bologne. La seigneurie des Pepoli, qui comme cela a été dit plus haut, respecte les traditions populaires, agit en matière de trésorier comme durant la période communale. La seigneurie de Baldassare Cossa, quant à elle, décide de faire une politique de compromis avec une grande partie des familles bolonaises les plus importantes, parmi lesquelles les Magnanis. Mathei ser Thome de Magnanis est trésorier de la ville de 1406 jusqu’à la révolte du 1411, à la fin de sa seigneurie40.

21Pour conclure, nous pouvons avancer les certitudes suivantes : quand la ville est dominée par le Popolo ou des seigneuries, plus ou moins en lien avec les traditions populaires, le trésorier sera toujours un habitant de Bologne ou un clerc d’un institut religieux de la ville. En revanche en cas de dominations étrangères, comme sous Bertrand du Pouget, les Visconti de Milan, et la Papauté, cette charge sera plutôt donnée à un officier étranger.

Provenance sociale des trésoriers

22Après avoir vu la provenance géographique des trésoriers, nous allons faire une brève analyse de leur provenance sociale, en nous penchant sur quelques cas spécifiques. Sur la totalité des trésoriers étudiés, nous avons constaté que 43 charges étaient données à des personnes engagées dans le prêt d’argent et la mercantia.

23Fig. 2. Origine sociale des trésoriers

  • 41 Cf. note 36.

24Concernant les trésoriers des années 1350-1351 (domination Visconti), nous avons des informations ultérieures grâce aux travaux de Patrizia Mainoni. Nous savons que le lignage des Pasquali, auquel appartient Donisolo, est engagé dans le commerce et le prêt d’argent, et qu’entre 1340 et 1370 plusieurs membres de la famille ont été officiers dans le domaine des Visconti à la tête des offices de nature fiscale. La famille de Marliano connut un parcours similaire41.

  • 42 Di Coppo Stefani, Marchione, Istoria Fiorentina, Florence, 1781, t. 8, p. 88.

25En 1364-1365, la Papauté met à la tête de la trésorerie Cione Vaninis Abadinghi de Florentia, de la famille Abadinghi (une importante famille de banquiers florentins). Cione était en 1370 un des prieurs de la ville de Florence42. Durant ces années, plusieurs podestats et capitaines du peuple viennent de la Toscane, et en particulier de Florence, cette ville devenant un important centre de recrutement de la Papauté.

  • 43 ASBo, Tesoreria e Contrallatore, Liber expensarum n° 14, c. 26f et Liber introituum n° 17, c. 63f ; (...)

26En regardant les trésoriers d’origine bolonaise, nous trouvons des familles de banquiers comme les Ghisileri, les Aldovrandini, les Gozzadini, les Foscarari, les de Magnis, les de Blanchis, les Bentivogli, etc. Parmi ces familles nous voudrions observer de plus près Nanne de Gozzadini et Romeo Foscararii. Nanne de Gozzadini est né à Bologne vers 1340, et se forme pour travailler comme banquier avec son père Gabione di Gozzadino. Ensuite, il s’associe avec son frère, avec pour siège la paroisse de San Cataldo. Les affaires marchent très bien, car en 1385 les deux frères déclarent 6637 livres bolonaises de propriété immobilière. Puis Nanne ajoute à ses affaires plusieurs charges publiques. En 1376 il est dans les organes d’assemblée, en 1377 il est trésorier de la ville, et à partir du 1378 il est chargé comme ambassadeur de quelques missions. À la fin du xive siècles, quand la ville est gérée par une oligarchie, il fait partie des personnes les plus influentes de Bologne : en 1385 il est gonfalonier de justice, en 1388 un des Dieci di Balia, organe qui concentrait plusieurs pouvoirs de gouvernement. En 1397, Nanne active un banc de prêt à Rome, en commençant un service de prélèvement et de prêt pour la Chambre Apostolique, avec de nombreux prêts à des clercs du nord de l’Italie et des provinces allemandes. Son prestige augmente également grâce aux prêts assidus que Nanne fait à la ville de Bologne pour contenir la dette publique. Nous le trouvons successivement impliqué dans toutes les affaires politiques majeures de la ville, se disputant le pouvoir sur Bologne avec Carlo Zambeccari, puis avec Giovanni Bentivoglio, mais aussi les Visconti, et le légat Baldassare Cossa. Il meurt en voyage en retournant dans sa résidence à Ferrare en 140743.

  • 44 Tamba, Giorgio, « Foscarari (Foscherari) Romeo », dans Dizionario Biografico degli Italiani, t. 49, (...)

27Concernant Romeo Foscarari, il naquit vers 1363, deuxième enfant d’un père banquier. En 1385, comme c’était la tradition familiale, il acquiert le titre de notaire, même s’il ne semble pas avoir exercé la profession. Ce n’est seulement qu’après la mort de son père, qu’il obtient une première charge publique. En 1400 il est un des Sedici Riformatori dello Stato di Libertà, qui est la plus importante magistrature de l’époque. Contrairement à Nanne Gozzadini, Romeo devient un allié de Giovanni Bentivoglio, en échange de quoi il est fait chevalier et nommé depositarius en 1401. Dans la seigneurie de Gian Galeazzo Visconti, il reste à l’écart de la vie politique, et c’est seulement avec le gouverneur des Visconti Facino Cane, qu’il devient bandito de la ville. En septembre 1403 il rentre à Bologne au côté du légat Baldassare Cossa, et devient podestat de Faenza en 1404. Après le départ du légat, qui est chassé de la ville, il siège de nouveau dans le collège des Riformatori, et obtient d’autres charges publiques les années suivantes, surtout comme ambassadeur. Il meurt à Bologne en 143844.

  • 45 Ginatempo, Maria, Prima del debito. Finanziamento della spesa pubblica e gestione del deficit nelle (...)
  • 46 Franceschi, Franco et Taddei, Ilaria, Le città italiane nel Medioevo xii xiv secolo, Bologne, 201 (...)

28Comme nous avons pu le montrer au travers de ces deux cas, les Bolonais qui ont occupé la charge de trésorier, ont aussi servi dans d’autres charges publiques. Concernant les habitants de Bologne, nous pouvons dire qu’ils n’ont jamais eu de carrière comme trésoriers dans leur propre ville. Par contre, les Visconti ou la Papauté, qui avaient un grand territoire à administrer, avaient des hommes de confiance qu'ils envoyaient dans leurs domaines. Dans ce contexte, ces hommes pouvaient faire une carrière comme trésorier, comme le démontre le cas de Donisolo de Pasquale. Le choix de retenir un banquier est lié au fait que la ville avait un besoin structurel d’argent pour financer sa dette publique45, et le fait de mettre à la tête de cet office un banquier permettait d’avoir des prêts rapides, et d’avoir une personne experte dans ce domaine pouvant servir d’intermédiaire avec d’autres banquiers susceptible de prêter à la ville. Tous les marchands-banquiers étaient porteurs d’un grand savoir-faire pratique, car après avoir appris à lire et à écrire, ils étudiaient l’arithmétique, la géométrie et la comptabilité46. Du point de vue du banquier, la charge de depositarius était très utile pour son activité, car il pouvait élargir ses affaires en contrôlant les revenus et les dépenses de la ville, en élargissant ses relations privées avec les autorités et d’autres personnes liées à l’économie de la ville.

29Dans seulement 7 cas, nous avons pu trouver comme trésoriers de la ville des notaires. Au deuxième semestre de 1299, nous trouvons Guillelmus de Canutis et Richobonis de Plastellis. Ce dernier, en septembre, au cours de l’exercice de sa charge, est substitué par son fils Gerardus de Plastellis.

Fig. 3. Le trésorier Guillelmus de Canutis

Fig. 3. Le trésorier Guillelmus de Canutis

Sources : Archivio di stato di Bologna, Frammenti di Manoscritti, Libro di entrate e uscite del depositario generale del Comune (1299). Reproduction autorisé par le « Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del Turismo – Archivio di Stato di Bologne » (Autorisation n° 1076 du 20 février 2014).

  • 47 Vallerani, Massimo, « I disegni dei notai », dans Medica, M. éd., Duecento : Forme e Colori Del Med (...)
  • 48 ASBo, Capitano del Popolo, Venticinquine, Busta 7, Quartiere di Porta Procola, Cappella di San Barb (...)
  • 49 Stelling-Michaud, Suzanne et Sven, Les juristes suisses à Bologne : 1255–1330, Genève, 1960, p. 210

30Ce croquis, fait par un notaire de la commune, montre le dessin exécuté sur la couverture du Liber introituum et expensarum de 1299, d’un homme assis à une table avec deux sacs plein de pièces de monnaie, portant les inscriptions : « Introitus expens(e) custodu(m) » ; « d(o)m(in)i guill(elm)i d(e) Canutis depositarii », et « + d carte LXXII » (notation de la camera actorum). Comme nous le verrons un peu plus loin, ce notaire fut le rédacteur de nombreux registres et il exerça plusieurs charges publiques. En conséquence, il pourrait s’agir d’une représentation visant à célébrer son prestige47. Guillelmus quondam Francisi de Canutis est résident du quartier de Porta Procola48. Pour les années 1270 nous avons une seule attestation de son activité de notaire : un acte de nature financière qu’il rédigea le 13 septembre 1273, à la demande d’un certain Herm. de Landeberg pour lequel il opérait une substitution entre deux codébiteurs d’un emprunt solidaire49.

  • 50 Romiti, Antonio, L'armarium comunis della Camara actorum, op. cit., p. 108.
  • 51 Fasoli, Gina et Sella, Pietro éd., Statuti di Bologna, op. cit., p 393.
  • 52 Ibid., p. 164.
  • 53 Romiti, Antonio, L'armarium comunis della Camara actorum, op. cit., p. 161.
  • 54 Fasoli, Gina et Sella, Pietro éd., Statuti di Bologna, op. cit., p. 55.
  • 55 Neppi, Bruno éd., Riformagioni e provvigioni, op. cit., p. 100 et 172.
  • 56 Ghirardacci, Cherubino, Della Historia di Bologna, Bologne, 1596, t. 1, p. 529.

31Durant la dernière décennie du xiiie siècle, il occupa de nombreuses charges : en 1287, il rédigea pour la ville un acte de vente de huit plastellas de plunbo entre Aymelghinus Rolanducii Potestas Castri Franchi et Rolandini Feratarii massario dicti terre50 ; en 1288 Guillelmus est un des ançianis et consulibus du mois d’août élu parmi les membres de la société des armes Traversarum Barbarie51 et rédige un librum securitatum et aliarum diversarum scripturarum recepttarum coram dominis procuratoribus52 ; il est notarium et cancelarius de la commune de Bologne en 129153 ; en 1293 et 1295 il est élu sapiens pour les affaires publiques54 ; en 1297, il est prepositus officio bollite ; et en 1298 il est notaire des ancianis et consulibus.55 Nous savons qu’en 1309 il a été encore actif comme notaire pour la commune56.

  • 57 Romiti, Antonio, L'armarium comunis della Camara actorum, op. cit., p. 578
  • 58 Tamba, Giorgio, La società dei notai di Bologna : saggio storico e inventario, Rome, 1988, p. 278 e (...)
  • 59 Fasoli, Gina et Sella, Pietro éd., Statuti di Bologna, op. cit., p. 5.
  • 60 Ibid., p. 399 et 471.
  • 61 ASBo, Registro Grosso, II, cc. 127r-158r.
  • 62 Fasoli, Gina et Sella, Pietro éd., Statuti di Bologna, op. cit., p. 18.
  • 63 Romiti, Antonio, L'armarium comunis della Camara actorum, op. cit., p. 578, Fasoli, Gina et Sella, (...)
  • 64 Fasoli, Gina et Sella, Pietro éd., Statuti di Bologna, op. cit., p. 150 et 372.
  • 65 Tamba, Giorgio, La società dei notai di Bologna, op. cit., p. 305 ; Neppi, Bruno éd., Riformagioni (...)

32L’autre notaire est Richobonus de Plastelis qui habitait dans le quartier de la Porte Steri57. Entre 1283 et 1284 il fut proconsul de la société des notaires58. En 1288 il est parmi les compilateurs des statuts de la même année59, et ministralis de la société d’arme Branche de Castello60. Dans les années 1290, il occupait certaines charges : en 1294 Richobono est un des notaires des huit officiers chargés d’étudier les terrains publics et leur récupération pour les travaux de la Piazza Maggiore61 ; en 1295 il est notaire du capitaine du peuple Florini de Pontecarali et du conseil du peuple de Bologne62 ; en 1295 il est notaire des ancianis de la ville et nommé sapientes pour quelques provisiones63 ; et en 1297 et 1298 il est encore notaire des ancianorum64. Il est probable que Richoboni mourut en 1299 car Gerardus, son fils65, prend sa place comme depositarius au cours du deuxième semestre 1299.

  • 66 Tamba, Giorgio, La società dei notai di Bologna, op. cit. ; Pini, Antonio Ivan, « Manovre di regime (...)

33En observant les activités de ces deux notaires et des autres qui ont occupé cette charge, on s’aperçoit qu’ils étaient tous des notaires très actifs et très connus dans les offices publics de la ville. Peut-être que le fait que ces notaires aient été élus comme trésoriers par la ville, était un des signes de puissance de la société des notaires (à la fin de la période des politiques menées par Rolandino Passegeri)66.

  • 67 Frati, Luigi éd., Statuti di Bologna dall'anno 1245 all'anno 1267, Bologne, 1869, p. 41-53 ; Vauche (...)
  • 68 Caby, Cécile, De l'érémitisme rural au monachisme urbain : les Camaldules en Italie à la fin du Moy (...)
  • 69 Andrews, Frances et Pincelli, Agata éd., Churchmen and Urban Government in Late Medieval Italy, c.  (...)
  • 70 Andrews, F., « Un inde melius fiat : the commune of Parma and its religious personnel », dans Andre (...)
  • 71 Caby, Cécile, De l'érémitisme rural, op. cit., p. 490-502.
  • 72 Borgia, Luigi, éd., Le Biccherne : tavole dipinte delle magistrature senesi (secoli xiii xviii), (...)
  • 73 Bonacini, Pierpaolo, « Employment of religious in the administration of the Modena commune from the (...)
  • 74 Pincelli, Maria Agata, « Verona : a model case in the study of relationships between members of rel (...)
  • 75 Pirani Francesco, Fermo, Todi, 2010.

34Comme dans beaucoup d’autres villes italiennes, à Bologne, des clercs sont appelés à exercer plusieurs charges dans des offices publics67. Comme l’écrit Cécile Caby, « les monastères et les églises sont l’objet de l’attention des pouvoir publics qui les assistent et les protègent. En retour, les villes attendent des communautés religieuses une assistance spirituelle, celle de la prière et des intercessions, voire une aide plus matérielle, celle d’une catégorie d’hommes de culture que leur vocation religieuse place au-dessus de tout soupçon »68. Dans un ouvrage récent intitulé Churchmen and Urban Government in Late Medieval Italy, c. 1200 - c. 1450 : Cases and Contexts69, plusieurs chercheurs ont bien montré comment, dans différents contextes, des pénitents, des moines, et d’autres viri religiosi occupent une grande quantité de charges publiques. Par exemple, à Parme un grand nombre de pénitents, humiliés, et cisterciens sont chargés de la réglementation de la nourriture en ville, de celle des travaux publics, de l’officium salis, et d’offices financiers70. À Florence, les frères de Santa Maria degli Angeli sont responsables de l’organisation et de la répartition des impôts depuis 1370, et depuis 1375, de l’élaboration d’une nouvelle allibratio, mais dans d’autres villes, ils sont aussi appelés pour des services diplomatiques ou administratifs, comme la conservation des registres ou des trésors communaux71. Concernant la charge de trésorier dans la majorité des villes en Toscane, les moines cisterciens de San Galgano sont appelés à compter de la moitié du xiiie siècle72 à exercer très souvent la charge de trésorier. Dans d’autres villes se reproduit le même phénomène, comme à Modène73, ou à Vérone où en 1327 les statuts demandent un moine de l’ordre des Humiliés comme trésorier74. À Fermo, le gouvernement de la ville avait une relation particulière avec l'ordre des Prêcheurs, qui était chargé de missions diplomatiques, de la gestion des archives de la ville, et souvent de l’administration de la trésorerie75.

  • 76 Masini, Antonio di Paolo, Bologna perlustrata, Bologne, 1823, t. II, p. 337-339.
  • 77 Fasoli, Gina et Sella, Pietro éd., Statuti di Bologna, op. cit., t. 2, p. 190-191.
  • 78 Braidi, Valeria éd., Gli statuti del Comune di Bologna degli anni 1352, op. cit., p. 1117.
  • 79 ASBo, Tesoreria e Contrallatore, Liber introituum n° 18, c. 109r.

35Pour revenir à notre cas, nous avons recensé plusieurs clercs. La plus grande partie d’entre eux viennent du monastère de Saint Grégoire, à l’extérieur de la porte San Vitale. Saint Grégoire a été un monastère de l’ordre de Saint-Benoit depuis le xiie siècle. Il appartient aux chanoines de Martorano à compter de 125476. Dans les Statuts du 1288 nous savons qu’il reçut 40 corbes de froment, et que le jour de la fête de Saint Grégoire, le podestat, sa famillia, les anciani et les offices de la curie durent sortir en procession du palais public, avec un baldaquin et des cierges77. En 1352 les Statuts établissent que ces trésoriers auront un salaire de 25 livres pour la fête de Saint Grégoire78. En 1379, dans le cas de Simonis prioris monasteri et conventum Sancti Gregori est depositarium, il est spécifié qu’il est de l’ordre de Saint-Augustin. Au vu de ces informations, on peut être enclin à penser que, pour cette période, le ministère passa aux Augustins, mais cela ne reste qu’une hypothèse. Parmi les clercs du monastère de Saint Grégoire, deux sont désignés comme prieurs (il est possible qu’ils aient été choisis principalement parmi des clercs ayant l’habitude d’exercer des fonctions de gestion administrative et de comptabilité). Il est très intéressant de noter que, dans un registre des revenus de 1384, est noté un payement fait en août par Frater Symone de Sancto Gregorio olim depositarus79. Comme nous l’avons vu plus haut, frère Simone a été depositarius en 1379, soit au moins cinq années avant le paiement. Frère Simone paye à la ville l’importante somme de 177 livres 18 sous et 10 deniers, pour iuxta rationem suam calculée par Thomasum de Clarissimis calcultarorem de la ville de Bologne. De ce fait, le frère Symonis s’était soit trompé de bonne foi dans son calcul, soit avait essayé de voler de l’argent au trésor public de Bologne. Cet exemple montre que même avec des clercs à la tête de la trésorerie, le risque d’erreur ou de malhonnêteté demeurait.

36Il est intéressant de remarquer qu’une partie des clercs qui ont occupé la charge de depositarius des comptes à la fin du xiiie siècle, fait partie des familles comme les Bacacomitibus, les Bochafogaça, les Bonçagnis, les Fogaçiis, qui géraient des activités bancaires et mercantiles. Ces familles, à la fin du xiiie siècle, ne se font pas remarquer par leur puissance ni par une présence très forte dans les institutions communales.

  • 80 Ghirardacci, Cherubino, Della Historia di Bologna, Bologne, op. cit., t. II, p. 561 ; Spinelli, Gio (...)
  • 81 Francica, Ilaria, « Gli umiliati a Bologna nel 200 : forme e significato di una religio attiva », d (...)

37En 1339, 1342 et 1343, le trésorier est le moine Guillelmus q. Iacobi (des Humiliés de Saint Bernard). L’hôpital de Saint Bernard est mentionné pour la première fois en 1293 dans le testament de Francesco d’Accursio. L’hôpital s’occupait de l’accueil des pauvres et des infirmes. En 1312 et 1327, la ville entreprit des travaux pour agrandir l’hôpital afin de mieux servir les pauvres et les malades, ce qui démontre un fort lien entre la commune et cet établissement. Dans la moitié du xve siècle, avec la disparition de l’ordre des Humiliés, l’hôpital cessa son activité80. Les Humiliés sont présents en ville au moins depuis 1230, très actifs dans la production de laine, et dans la gestion foncière. Depuis la moitié du xiiie siècle ils sont souvent à la tête de quelques offices de la ville, notamment pour le contrôle et la réparation des moulins, ou dans des charges liées à la finance publique (par exemple comme depositarius ad solvendum dacium bladum en 1270)81. Enfin, pour tous les autres noms cités ou trouvés nous n’avons pas d’informations claires concernant la provenance sociale de ces personnes, hormis le fait qu’en 1399 le trésorier Fra Antonio dai Spontuni est frère mineur, et qu’en 1405 il est trésorier patris domini Bertolomei episcopi valvensis.

38Pour conclure, Bologne ne recrutait pas que des clercs appartenant à un seul ordre. Ses choix devaient découler d’un rapport particulier entre les ordres et les différents acteurs du jeu politique : c’est-à-dire que chaque groupe au pouvoir était plus proche à un moment donné d’un ordre plutôt que d’un autre. Ces clercs, comme nous avons vu pour le cas de la fin du xiiie siècle, apportaient aussi de grandes compétences techniques.

Conclusion

39L’objet de notre étude était de retracer les caractéristiques des trésoriers de Bologne de la fin du xiiie siècle au début du xive siècle, et leurs liens avec le pouvoir. Contrôler les trésoriers ne signifiait pas seulement contrôler l’argent du trésor, mais aussi vérifier la production et la gestion des documentations comptables, outils indispensables pour gouverner.

40Les Statuts de la ville normalisaient cette charge plus soigneusement quand la ville avait un gouvernement communal, tandis qu’en temps de domination étrangère ces appuis de droit disparaissaient pour limiter les éventuelles contestations contre le seigneur et son entourage. Les seigneuries étrangères constituaient un grand système de clientélisme, et ce système permettait aux grands seigneurs, comme le seigneur Visconti, de pouvoir mettre à la tête des plus importants offices fiscaux de la ville des hommes de confiance. Ces hommes ne devaient pas avoir les mains liées par la loi locale, et c’est pour préserver leur marge de manœuvre que les Statuts étaient vidés des normes qui leur étaient destinées. C’est dans ces cas-là que les trésoriers étaient recrutés dans les zones d’influence du pouvoir central, par exemple la Lombardie pour les Visconti ou Florence pour la Papauté. Quand la domination était celle du Popolo, la ville recrutait les trésoriers parmi les bolonais ou les clercs pour un semestre, (mis à part quelques rares exceptions dues à des situations politiques instables, comme par exemple au début du xve siècle).

41À Bologne, la charge de trésorier était principalement partagée entre clercs et banquier, ce n’était que rarement que cette charge était gérée par un notaire. Il semble évident que seuls des hommes de bonne renommée, de bona fama, et qui bénéficiaient d’une approbation sociale, pouvaient accéder à cette charge. Le fait de choisir des clercs peut être lu comme une conséquence de la politique guelfe amenée par la ville.

42Les habitants de Bologne ne pouvaient pas faire une carrière de trésorier dans leur ville. En effet, celle-ci avait intérêt à ce que cette charge reste le plus possible indépendante des intérêts individuels ou des groupes sociaux. Pour l’instant nous ne savons pas si les Bolonais arrivèrent à faire une carrière itinérante dans d’autres villes italiennes, mais cette question pourra devenir un prochain champ de recherche.

Fig. 4. Les trésoriers de Bologne (de la fin du xiiie siècle au début du xve siècle

Année

Depositarius

Gouvernement

Provenance

Profession

1288 (1er sem.)

Gherardi de Bochafogaça

Commune

Bologne

Marchand/ Banquier

1288 (2nd sem.)

Guillelmus de Pavanensibus

Commune

Bologne

Marchand/ Banquier

1289 (sem. ?)

Frater Iacobus de Carçano

Commune

Bologne

Clerc

? (Entre 1290 et 1295)

Frater Arduynus de Bonçagnis

Commune

Bologne

Clerc

1295 (1er sem.)

Frater Jacobus de Carçano

Commune

Bologne

Clerc

1295 (2nd sem.)

Frater Liaçarius de Bochafogaça

Commune

Bologne

Clerc

1296 (1er sem.)

Frater Egidius Iacobini

Commune

Bologne

Clerc

1297 (1er sem.)

Gardinum de Pegolottis

Commune

Bologne

Marchand / Banquier

1297 (2nd sem.)

Frater Liaçarius de Fogaciis

Commune

Bologne

Clerc

? (Entre 1296 et 1298)

Frater Mons domini Johannis de Basacomatribus

Commune

Bologne

Clerc

1299 (2nd sem. 13 juillet -18 septembre)

Richobonis de Plastellis et Guillelmus Canutis

Commune

Bologne

Notaire

1299 (2nd sem. 18 septembre - décembre)

Guillelmus de Canutis et Gerardus de Plastellis

Commune

Bologne

Notaire

1302 (1er sem.)

Gerardi de Montagiso et Andree de Scipa

Commune

Bologne

Marchand/ Banquier

1303 (2nd sem.)

Bitinum de Ghisileris et Gregorium Aldrevandini de Provedellis

Commune

Bologne

Marchand/ Banquier

1304 (1er sem.)

Bombolongnus de Pegolottis

Commune

Bologne

Marchand/ Banquier

1304 (2nd sem.)

Ursus de Blanchittis

Commune

Bologne

Marchand/ Banquier

1305 (1er sem.)

Bombologno de Pegolottis

Commune

Bologne

Marchand/ Banquier

1306 (1er sem.)

Ghibertus de Monferrari

Commune

Bologne

 ?

1306 (2nd sem.)

Philippus de Pepolis

Commune

Bologne

Marchand/ Banquier

1307 (1er sem.)

Franciscus de Gapto et Bruninus Blancicosse

Commune

Bologne

Marchand/ Banquier

1308

Goççadinis de Beccadellis

Commune

Bologne

Marchand/ Banquier

1309 (1er sem.)

Boniohannes de Zovenzonibus

Commune

Bologne

Marchand/ Banquier

1309 (2nd sem.)

Thomax de Riccis

Commune

Bologne

Notaire

1310 (1er sem.)

Iacobo de Sabadinis

Commune

Bologne

Marchand/ Banquier

1310 (2nd sem.)

Bennus de Goçadinis

Commune

Bologne

Marchand/ Banquier

1311 (1er sem.)

Baxilius Egidii Ambroxii

Commune

Bologne

Notaire

1311 (2nd sem.)

Pietrus Bianchetti

Commune

Bologne

Marchand/ Banquier

1312 (1er sem.)

Bartolomeus de Sancto Alberto

Commune

Bologne

 ?

1314 (1er sem.)

Iohannem condam Petri de Abellis

Commune

Bologne

 ?

1314 (2nd sem.)

Conte condam Alberti Saccacii

Commune

Bologne

Marchand/ Banquier

1315 (1er sem.)

Franciscus De Rotis

Commune

 ?

 ?

1315 (2nd sem.)

Guillelmi Mascarini

Commune

 ?

 ?

1320 (1er sem.)

Berardus de Bombolognis

Commune

Bologne

Notaire

1328 (2nd sem.)

Fratres Angelus et Gregorius de Sancto Gregorio

Bertrand du Pouget

Bologne

Clerc

1330 (sem. ?)

Fratres Aldovrandus et Pax de ordine predicatorum

Bertrand du Pouget

Bologne

Clerc

1331 à 1334

Bertrandus Emergani et un frère mineur

Bertrand du Pouget

France

Clerc

1335 (1er sem.)

Frater Gregorius monasterii Sancti Gregorii

Commune

Bologne

Clerc

1335 (2nd sem.)

Frater Angelus monasterii Sancti Gregorii

Commune

Bologne

Clerc

1337 (2nd sem.) – 1338 (1er sem.)

Fratres Manfredinus et Gregorius de sancti Gregori

Pepoli

Bologne

Clerc

1339 (1er sem.)

Frater Guillielmus q. Iacobi (Humiliés de San Bernardino)

Pepoli

Bologne

Clerc

1342 à 1343 (1er sem.)

Frater Guillielmus q. Iacobi (Humiliés de San Bernardino)

Pepoli

Bologne

Clerc

1343 (2nd sem.) à 1347 (1er sem.)

Nicolao de Magnanis et Petro de Blanchis

Pepoli

Bologne

Notaire- Marchand/Banquier

1347 (2nd sem.) à 1348 (1er sem.)

Frater Manfredinun priore monasterii et conventus Sancti Gregori

Pepoli

Bologne

Clerc

1348 (2nd sem.) à 1350

Leo de Leonibus et Rolando de Blanchis

Pepoli

Bologne

Marchand/Banquier

1350 à 1351

Donisolo di Pasquale et Pasolo da Marliano

Visconti

Milan

Marchant/Banquier

1352

Giovannolo Pagani

Visconti

Milan

 ?

? Entre (1353 et 1355)

Iacopo Cassano

Visconti

Milan

 ?

1360 (2nd sem.)

Thome Blanchitis

Papauté

Bologne

Marchand/Banquier

1361 (1er sem.)

Lodovicus de Lodovicis

Papauté

 ?

 ?

1362 (1er sem.)

Thome de Blanchitis

Papauté

Bologne

Marchand/Banquier

1362 (2nd sem.)

Ramponus de Aliottis

Papauté

 ?

 ?

1363 (1er sem.) à 1364 (1er sem.)

Fratres Symone et Bencevenne Sancti Gregori

Papauté

Bologne

Clerc

1364 (2nd sem.) à 1365 (2nd sem.)

Cionus Vaninis Abadinghi de Florentia

Papauté

Florence

Marchand/Banquier

1366

Quiriacus de Florentia

Papauté

Florence

 ?

1377 (2nd sem.)

Nanne de Gozadinis et Gerardinus de Negosantibus

Commune

Bologne

Marchand/Banquier

1379

Simone priore monasteri et conventum Sancti Gregori (ordine Sancti Augustini)

Commune

Bologne

Clerc

1382 (2nd sem.)

Bochinus q. Guidonis de Buchis

Commune

Bologne

 ?

1386 (1er sem.)

Zodinus de Chospis

Commune

Bologne

 ?

1386 (2nd sem.)

Iohannes de Garsedinis

Commune

Bologne

Marchand/Banquier

1391 (1er sem.)

Iacobo de Aregheria

Commune

Bologne

 ?

1391 (2nd sem.)

Bertolomeus de Guidotis

Commune

Bologne

Marchand/Banquier

1392 (1er sem.)

Nicolaus de Gozzadinis

Commune

Bologne

Marchand/Banquier

1392 (2nd sem.)

Iohannes de Oretis

Commune

Bologne

Marchand/Banquier

1393 (2nd sem.)

Ale Nannis de Testis

Commune

Bologne

Marchand/Banquier

1395

Mateus de Canitulo et Christofarus de Canonicis

Commune

Bologne

Marchand/Banquier

1397

Andallo' di Bentivogli

Commune

Bologne

Marchand/Banquier

1399

Fra Antonio dai Spontuni, frère mineur

Commune

Bologne

Clerc

1401 (1er sem.)

Gracia Musini Callegari

Giovanni I Bentivoglio

Bologne

Marchand/Banquier

1401 (2nd sem.)

Romeus de Foscharariis

Giovanni I Bentivoglio

Bologne

Marchand/Banquier

1403 (2nd sem.) 1404

Antonius Arcutii de Isola et Petrum Bardella de Florentia

Papauté

Florence

Marchand/Banquier

1405

Pater Bertolomeus episcopi valvensis

Papauté

Italie centrale

Clerc

1406-1411 (mai)

Matheus ser Thome de Magnanis

Papauté

Bologne

Marchand/Banquier

1411 (mai-juin)

Merchione d'i Mazuoli

Commune

Bologne

Marchand/Banquier

1411 (2nd sem.)

Nicolaus quandam Antonii ser Ture

Commune

Bologne

 ?

Top of page

Notes

1 Keller, Hagen, Grubmüller, Klaus et Staubach Nikolaus éd., Pragmatische Schriftlichkeit im Mittelalter. Erscheinungsformen und Entwicklungsstufen, Munich, 1992 ; Barbero, Alessandro et Castelnuovo, Guido, « Governare un ducato. L'amministrazione sabauda nel tardo medioevo », dans Società e storia, 57, 1992, p. 465-511 ; Castelnuovo Guido, Ufficiali e gentiluomini. La società politica sabauda nel tardo medioevo, Turin, 1994 ; Baietto, Laura, « Scrittura e politica. Il sistema documentario dei comuni piemontesi nella prima metà del secolo xiii », dans Bollettino storico-bibliografico subalpino, XCVIII/1-2, 2000, p. 105-165 et 473-528 ; Maire-Vigueur, Jean-Claude, I podestà dell’Italia comunale, Rome, 2000 ; Monacchia, Paola éd., Ut bene regantur. Politica e amministrazione periferica nello Stato Ecclesiastico. Atti del Convegno di Studi Perugia, 6-8 maggio 1997, Modene, 2000 ; Baietto, Laura, « Elaborazione di sistemi documentari e trasformazioni politiche nei comuni piemontesi (sec. XIII) : una relazione di circolarità », dans Società e storia, XCVIII, 2002, p. 645-679 ; Jamme, Armand et Poncet, Olivier éd., Offices et papauté, xive-xviie siècle : charges, hommes, destins, Rome, 2005 ; Coquery, Natacha, Menant, François et Weber, Florence éd., Écrire, compter, mesurer : vers une histoire des rationalités pratiques, Paris, 2006 ; Castelnuovo, Guido, « Uffici e ufficiali nell'Italia del basso medioevo (metà Trecento-fine Quattrocento) », dans L'Italia alla fine del medioevo : i caratteri originali nel quadro europeo, Florence, 2006, p. 295-332 ; Jamme, Armand et Poncet, Olivier, Offices, Écrit et Papauté (xiiiexviie siècle), Rome, 2007 ; Lazzarini Isabella, éd., Scritture e potere. Pratiche documentarie e forme di governo nell’Italia tardomedievale (xiv-xv secolo), Reti Medievali Rivista, IX 2008/01, disponible sur http://www.retimedievali.it. Une des dernières journées dédiées à ces aspects a été celle du 15 et 16 novembre 2013 à Bergame sur « Les grands officiers dans l'espace angevin ».

2 Buffo, Paolo, « Prassi documentarie e gestione delle finanze nei comuni del principato di Savoia-Acaia (Moncalieri, Pinerolo, Torino, fine secolo xiii -prima metà secolo xiv) », dans Scrineum Rivista, 11, 2014, p. 217-259 ; Mainoni, Patrizia, « Il Governo del Re. Finanza e fiscalità nelle città angioine (Piemonte e Lombardia al tempo di Carlo I d’Angio) », dans Comba, Rinaldo éd., Gli Angio’ nell’Italia Nord-Occidentale (1259-1382), Milan, 2006, p. 103-138 ; Jamme, Armand, « De la banque à la chambre ? Naissance et mutations d’une culture comptable dans les provinces papales entre xiie et xve siècle », dans Jamme, Armand et Poncet, Olivier, Office, écrits et papauté, op. cit., p. 97-161 ; Giannini, Massimo Carlo, « Note sui tesorieri generali della Camera apostolica e sulle loro carriere tra xvi e xvii secolo », dans Jamme, Armand et Poncet, Olivier, Offices et Papauté (xive-xviie siècle), op. cit., p. 859-883 ; Pirani, Francesco, « L’evoluzione di una funzione amministrativa : i tesorieri provinciali della Marca nel secolo XIII », dans Ut bene regantur, op. cit., p. 111-129 ; Angiolini, Enrico, « I primi registri della Camera Apostolica in Romagna nel’Archivio vaticano Segreto », dans Monacchia, Paola éd., Ut bene regantur, op. cit., p. 91-110 ; Zerbi, Tommaso, La banca nell'ordinamento finanziario visconteo. Dai mastri del Banco Giussano, gestore della Tesoreria di Piacenza, 1356-58, Côme, 1935. Pour une liste des trésoreries entre 1272 et 1407 : Jamme, Armand, « Annexe. Trésoriers et camériers des papes et des recteurs affectés dans les provinces de Grégoire X à Grégoire XII (1272-1407) », dans Jamme, Armand et Poncet, Olivier, Office, écrits et papauté, op. cit., p. 162-251.

3 Pour l’histoire de Bologne médiévale principalement : Tamba, Giorgio, I Documenti del Governo del Comune Bolognese (1116-1512). Lineamenti della struttura istituzionale della città durante il medioevo, Bologne, 1978 ; Capitani, Ovidio éd., Storia di Bologna, II. Bologna nel Medioevo, Bologne, 2007 ; Wray, Shona Kelly, Communities and crisis : Bologna during the Black Death, Boston, 2009 ; Blanshei Sarah Rubin, Politics and justice in late medieval Bologna, Boston, 2010 ; Milani, Giuliano, Bologna, Spolète, 2012.

4 Par exemple : Romiti, Antonio, L'armarium comunis della Camara Actorum di Bologna : l'inventariazione archivistica nel xiii secolo, Rome, 1994.

5 Pour cette étude, nous avons exploité principalement : les libri introitituum et expensarum ; les Provvigioni comptables, la documentation du Giudice al Sindacato et des Difensori dell'avere, et les statuts de la ville. Pour les inventaires des sources fiscales et économiques, Orlandelli, Gianfranco, Gli uffici economici e finanziari del Comune dal xii al xv secolo. 1, Procuratori del comune, difensori dell'avere, tesoreria e contrallatore di tesoreria. Inventario, Bologne, 1954 ; Neppi, Bruno éd., Riformagioni e provvigioni del Comune di Bologna dal 1248 al 1400. Inventario, Rome, 1961 ; Zanni Rosiello, Isabella, « Archivio di stato di Bologna », dans Guida generale degli Archivi di Stato italiani, Rome, 1981, t. 1, p. 551-661. Une bonne partie des registres des dépenses et recettes (quasiment tous inédits) présente un prologue, dans lequel se trouve une salutatio, une datatio, une description de l’objet du registre, et il est mentionné le depositarius et ses notaires. Le Liber expensarum de 1377 commence par ce prologue : « In nomine Domini Nostri Iesu Christi amen. Sequntur soluciones et expense facte et solute per suprascriptos Nannem de Gozadinis et Gerardinum de Negosantibus depositarios comunis Bononie infrascriptis personis, et scripte per me Benvenutum de Ripoli notarium pro comuni Bononie deputatum in officio tresaurarie, incipiendo die primo iulii anni .mccclxxvij. pro tempore sex mensium ». Archivio di stato di Bologna (désormais ASBo), Comune, Camera del Comune sec. xiii - sec. xvi, Tesoreria e Contrallatore di Tesoreria (désormais Tesoreria e Contrallatore), Liber expensarum n° 14, c. 1r. De plus, il arrive que le contenu du registre nous fournisse également des informations relatives à leurs salaires ou à l’existence des trésoriers ayant tenu les registres des années précédentes. Les 9 registres inédits des Provvigioni comptables nous donnent la possibilité d’avoir des informations ultérieures, manquantes dans les libri introituum et expensaruum, pour la période de 1342 à 1350 (ASBo, Comune, Governo, Riformagioni e Provvigoni, Signoria Pepoli, reg. 19, 22, 25, 28, 31, 35, 39, 41). Concernant les statuts de la ville, utiles à la compréhension du fonctionnement de cet office, nous disposons de ceux de 1288, 1335, 1352-1357 et 1376-1386.

6 Fasoli, Gina et Sella, Pietro éd., Statuti di Bologna dell’anno 1288, Cité du Vatican, 1937, p. 113.

7 Orlandelli, Gianfranco, Gli ufficici economici, op. cit., p. X-XI.

8 Trombetti Budriesi, Anna Laura éd., Lo statuto del comune di Bologna dell'anno 1335, Rome, 2008, p. CLX.

9 Pour le fonctionnement des conseils de la ville voir : Tamba, Giorgio, « Consigli elettorali degli ufficiali del Comune bolognese alla fine del secolo XIII », dans Rassegna degli Archivi di Stato, vol. 42 (1982) p. 34-95.

10 Fasoli, Gina et Sella, Pietro éd., Statuti di Bologna, op. cit., p. 476-477.

11 Ibid., I, p. 115.

12 Ibid., I, p. 591.

13 Ibid., I, p. 113.

14 Ibid., I, p. 114.

15 Ibid., p. 115.

16 Ibid., p. 79-80 et 114. Les statuts mettent en évidence que les notaires du trésorier devaient réaliser deux registres en parchemin (un pour l’archive de la ville et un autre à conserver au bureau du trésorier), comportant l’indication de tous les revenus et des dépenses effectuées.

17 Ciaccio, Lisetta, « Il Cardinal legato Bertrando del Poggetto in Bologna (1327-1384) », dans Atti e Memorie. Deputazione di Storia Patria per le Provincie di Romagna (désormais AMR), Sér. 3, t. 23, 1904-1905, p. 134-135. Par la suite, les charges sont de nouveau unies, comme le montre un payement de 1379 de Gerardutio Aymerici depositario bladi ; ASBo, Tesoreria e Contrallatore, Liber expensarum n° 3, c. 19r.

18 Trombetti Budriesi, Anna Laura éd., Lo statuto del comune, op. cit., p. 140.

19 Ibidem, 137-141.

20 Ibid., p. CLXVI.

21 ASBo, Tesoreria e Contrallatore, Liber expensarum n° 10, c. 82r ; Antonioli, Guido, Conservator pacis et iustitie. La signoria di Taddeo Pepoli a Bologna (1337-1347), Bologne, 2004, p. 125-146.

22 Les statuts de 1357 ne comportent pas de modifications significatives par rapport aux statuts de 1352.

23 Maire-Vigueur, Jean-Claude éd., Signorie cittadine nell'italia comunale, Rome, 2013.

24 Braidi, Valeria éd., Gli statuti del Comune di Bologna degli anni 1352, 1357, 1376, 1389, Bologne, 2002, p. 87.

25 Lorenzoni, Giulia, Conquistare e governare la città. Forme di potere e istituzioni nel primo anno della signoria viscontea a Bologna (ottobre 1350 – 1351), Bologne, 2008, p. 137-139.

26 Vancini, Oreste, « Bologna della Chiesa (1360-76) », AMR, 3e série, 24, 1906, p. 514-515.

27 Braidi, Valeria éd., Gli statuti del Comune., op. cit., p. LXXXII- LXXXIII.

28 Ibid., p. 485.

29 Ibid., p. 486.

30 Ibid., p. 488.

31 Ibid., p. 485-494.

32 Ibid., p. 492.

33 Ibid., p. LXXXVII.

34 Un aspect que nous voulons montrer en note, vu les informations plutôt lacunaires, est le sujet des salaires. Nous savions qu’en 1288 le salaire du dépositaire était de 50 livres pour un semestre, en 1335 son salaire est quatre fois plus important, 200 livres, auxquels s’ajoutaient 50 livres uniquement pour l’achat de registres et papiers. Par contre en 1352, avec la domination Visconti, le salaire passe à 50 livres par trésorier comme à la fin du xiiie siècle (mais il y aura deux depositarii). Nous ne connaissons pas le salaire de la fin du xve siècle, mais nous savons qu’une décision du gouvernement du 24 mars 1394 avait réduit tous les salaires, parmi lesquels celui du trésorier. Cette ordonnance obligeait les trésoriers à avancer l’argent pour acheter du papier et de l’encre qui lui étaient remboursés en fin de charge, l’administration fournissant uniquement les registres.

35 Les sources desquelles ont été prises toutes ces informations sont mises en note en annexe.

36 Ciaccio, Lisetta, « Il Cardinal legato Bertrando », op. cit., p. 125 et 142.

37 Lorenzoni, Giulia, Conquistare e governare la città, op. cit. Voir aussi : Mainoni, Patrizia, « Un bilancio di Giovanni Visconti arcivescovo e signore di Milano », dans Chiappa Mauri, Luisa, De Angelis Cappabianca, Laura et Mainoni, Patrizia éd., L'eta dei Visconti, Milan 1993, p. 3-26 ; Eadem, Economia e politica in Lombardia medievale. Da Bergamo a Milano tra xiii e xv secolo, Cavallermaggiore, 1994, p. 139-140 ; Eadem, Le radici della discordia. Ricerche sulla fiscalità a Bergamo tra XIII secolo e xv secolo, Milan 1997, p. 14-15.

38 Mainoni, Patrizia, « Il Governo del Re », op. cit., p. 122-124.

39 Renouard, Yves, Les relations des Papes d’Avignon et des Compagnies commerciales et bancaires de 1316 à 1378, Paris 1941 ; Gardi Andrea, « L’amministrazione pontificia e le province settentrinali dello Stato (xiii – xviii secolo) », dans Ut bene regantur, op. cit., p. 35-66 ; Angiolini Enrico, « I primi registri della Camera », op. cit., p. 122-123 ; Jamme, Armand, « De la banque à la chambre ?  », op. cit., p. 97-161.

40 Gozzadini, Giovanni, Nanne Gozzadini e Baldassare Cossa poi Giovanni XXIII, Bologne, 1880 ; De Griffonibus, Matthaei, « Memoriale historicum de rebus Bononiensium <aa. 4448 A.C. -1472 D.C.> », dans Rerum Italicarum scriptores, XVIII/2, Città di Castello, 1902.

41 Cf. note 36.

42 Di Coppo Stefani, Marchione, Istoria Fiorentina, Florence, 1781, t. 8, p. 88.

43 ASBo, Tesoreria e Contrallatore, Liber expensarum n° 14, c. 26f et Liber introituum n° 17, c. 63f ; Tamba, Giorgio, « Nanne de Gozzadini », dans Dizionario Bigliografico degli Italiani, t. 58, 2002. Consultable à l’adresse http://www.treccani.it/enciclopedia/nanne-gozzadini_(Dizionario-Biografico)/

44 Tamba, Giorgio, « Foscarari (Foscherari) Romeo », dans Dizionario Biografico degli Italiani, t. 49, 1997. Consultable à l’adresse http://www.treccani.it/enciclopedia/romeo-foscarari_(Dizionario_Biografico)/. L’élite bolonaise ne semble pas avoir un caractère féodal, mais une prééminence sociale et politique basée sur la culture juridique ; sur ce sujet voir Bordone, Renato, Castelnuovo Guido et Varanini, Gian Maria éd, Le aristocrazie dai signori rurali al patriziato, Rome, 2004, p. 78.

45 Ginatempo, Maria, Prima del debito. Finanziamento della spesa pubblica e gestione del deficit nelle grandi città toscane (1200-1350 ca), Florence, 2000.

46 Franceschi, Franco et Taddei, Ilaria, Le città italiane nel Medioevo xii xiv secolo, Bologne, 2012, p. 67.

47 Vallerani, Massimo, « I disegni dei notai », dans Medica, M. éd., Duecento : Forme e Colori Del Medioevo a Bologna, Bologne, 2000, p. 75–83.

48 ASBo, Capitano del Popolo, Venticinquine, Busta 7, Quartiere di Porta Procola, Cappella di San Barbaziano, 1328 ; Fasoli, Gina et Sella, Pietro éd., Statuti di Bologna, op. cit., p. 578.

49 Stelling-Michaud, Suzanne et Sven, Les juristes suisses à Bologne : 1255–1330, Genève, 1960, p. 210.

50 Romiti, Antonio, L'armarium comunis della Camara actorum, op. cit., p. 108.

51 Fasoli, Gina et Sella, Pietro éd., Statuti di Bologna, op. cit., p 393.

52 Ibid., p. 164.

53 Romiti, Antonio, L'armarium comunis della Camara actorum, op. cit., p. 161.

54 Fasoli, Gina et Sella, Pietro éd., Statuti di Bologna, op. cit., p. 55.

55 Neppi, Bruno éd., Riformagioni e provvigioni, op. cit., p. 100 et 172.

56 Ghirardacci, Cherubino, Della Historia di Bologna, Bologne, 1596, t. 1, p. 529.

57 Romiti, Antonio, L'armarium comunis della Camara actorum, op. cit., p. 578

58 Tamba, Giorgio, La società dei notai di Bologna : saggio storico e inventario, Rome, 1988, p. 278 e 297.

59 Fasoli, Gina et Sella, Pietro éd., Statuti di Bologna, op. cit., p. 5.

60 Ibid., p. 399 et 471.

61 ASBo, Registro Grosso, II, cc. 127r-158r.

62 Fasoli, Gina et Sella, Pietro éd., Statuti di Bologna, op. cit., p. 18.

63 Romiti, Antonio, L'armarium comunis della Camara actorum, op. cit., p. 578, Fasoli, Gina et Sella, Pietro éd., Statuti di Bologna, op. cit., p. 102.

64 Fasoli, Gina et Sella, Pietro éd., Statuti di Bologna, op. cit., p. 150 et 372.

65 Tamba, Giorgio, La società dei notai di Bologna, op. cit., p. 305 ; Neppi, Bruno éd., Riformagioni e provvigioni, op. cit., p. 173.

66 Tamba, Giorgio, La società dei notai di Bologna, op. cit. ; Pini, Antonio Ivan, « Manovre di regime in una città-partito : il falso Teodosiano, Rolandino Passaggeri, la Società della Croce e il barisello nella Bologna di fine Duecento », dans AMR, t. 49, 1998, p. 282–318 ; Id., « Un principe dei notai in una Repubblica dei notai : Rolandino Passaggeri nella Bologna del Duecento », dans Nuova rivista storica, 1, 2000, p. 51–72.

67 Frati, Luigi éd., Statuti di Bologna dall'anno 1245 all'anno 1267, Bologne, 1869, p. 41-53 ; Vauchez, André, Ordini mendicanti e società italiana, xiii xv secolo, Milan, 1990 ; Giansante, Massimo, « Insediamenti religiosi e società urbana a Bologna dal x al xviii secolo », dans L’Archiginnasio, LXXXIX, 1994, p. 206–228 ; Marchesini, Marco, « Francescani a Bologna nel secolo xiii », dans AMR, t. 49, 1998, p. 395-449.

68 Caby, Cécile, De l'érémitisme rural au monachisme urbain : les Camaldules en Italie à la fin du Moyen Âge, Rome, 1999, p. 490-491.

69 Andrews, Frances et Pincelli, Agata éd., Churchmen and Urban Government in Late Medieval Italy, c. 1200 - c. 1450 : Cases and Contexts, Cambridge, 2013.

70 Andrews, F., « Un inde melius fiat : the commune of Parma and its religious personnel », dans Andrews, Frances et Pincelli, Agata éd., Churchmen and Urban Government, op. cit., p. 45-66.

71 Caby, Cécile, De l'érémitisme rural, op. cit., p. 490-502.

72 Borgia, Luigi, éd., Le Biccherne : tavole dipinte delle magistrature senesi (secoli xiii xviii), Rome, 1984 ; Andrews, Frances et Pincelli, Agata éd., Churchmen and Urban Government, op. cit., p. 5-6 ; Caby, Cécile, De l'érémitisme rural, op. cit., p. 501.

73 Bonacini, Pierpaolo, « Employment of religious in the administration of the Modena commune from the twelfth to the fifteenth century », dans Andrews, Frances et Pincelli, Agata éd., Churchmen and Urban Government, op. cit., p. 108-126.

74 Pincelli, Maria Agata, « Verona : a model case in the study of relationships between members of religious orders and the government of the city », dans Andrews, Frances et Pincelli, Agata éd., Churchmen and Urban Government, op. cit., p. 127-135.

75 Pirani Francesco, Fermo, Todi, 2010.

76 Masini, Antonio di Paolo, Bologna perlustrata, Bologne, 1823, t. II, p. 337-339.

77 Fasoli, Gina et Sella, Pietro éd., Statuti di Bologna, op. cit., t. 2, p. 190-191.

78 Braidi, Valeria éd., Gli statuti del Comune di Bologna degli anni 1352, op. cit., p. 1117.

79 ASBo, Tesoreria e Contrallatore, Liber introituum n° 18, c. 109r.

80 Ghirardacci, Cherubino, Della Historia di Bologna, Bologne, op. cit., t. II, p. 561 ; Spinelli, Giovanni, « Gli Umiliati in Emilia Romagna », dans Atti del Convegno di Bologna nel xv centenario della nascita di S. Benedetto, Cesena, 1981, p. 133-174 ; Carboni, Massimo, Fornasari, Mauro et Poli, Marco éd., La città della Carità. Guida alle istituzioni assistenziali di Bologna dal xii al xx secolo, Bologne, 1999, p. 29.

81 Francica, Ilaria, « Gli umiliati a Bologna nel 200 : forme e significato di una religio attiva », dans AMR, t. 45, 1994, p. 271-294 ; ASBo, Comune, Ufficio dei Memoriali, 14 (1270), c 15v.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1. Provenance géographique des trésoriers
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/2146/img-1.jpg
File image/jpeg, 24k
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/2146/img-2.jpg
File image/jpeg, 24k
Title Fig. 3. Le trésorier Guillelmus de Canutis
Credits Sources : Archivio di stato di Bologna, Frammenti di Manoscritti, Libro di entrate e uscite del depositario generale del Comune (1299). Reproduction autorisé par le « Ministero dei Beni e delle Attività Culturali e del Turismo – Archivio di Stato di Bologne » (Autorisation n° 1076 du 20 février 2014).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/2146/img-3.jpg
File image/jpeg, 144k
Top of page

References

Electronic reference

Marco Conti, « Providus et discretus vir. La charge du depositarius des comptes à Bologne de la fin du xiiie siècle au début du xve siècle », Comptabilités [Online], 9 | 2017, Online since 30 January 2017, connection on 23 August 2017. URL : http://comptabilites.revues.org/2146

Top of page

About the author

Marco Conti

CIHAM (UMR 5648, Université Lumière-Lyon 2)
mrc.conti87@gmail.com

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org