Navigation – Plan du site
Comptes Rendus
Rencontres

Quinzièmes Journées d'Histoire de la Comptabilité et du management

Paris IX – Dauphine, 24, 25 et 26 mars 2010
Yannick Lemarchand
  • 1  Pour un bref historique de cette manifestation, cf. Yannick Lemarchand, "Les Journées d'histoire d (...)

Depuis leur création en 1995, les Journées d'Histoire de la Comptabilité et du management, sont l'un des rares lieux de rencontre pluridisciplinaire autour de l'objet « management des organisations » et de son histoire. Elles rassemblent non seulement des chercheurs des diverses sous-disciplines de la gestion, mais leur associent aussi des spécialistes d'autres secteurs des sciences humaines et sociales — historiens, sociologues, juristes ou encore économistes26 mars 2010, qui plus est avec une large ouverture internationale1. Leur quinzième édition s’est déroulée à l’Université Paris IX Dauphine, les 24, 25 et 26 mars 2010. Organisée par le Centre de Recherche Européen en Finance et Gestion (CREFIGE), la manifestation était placée, comme chaque année, sous le parrainage de l’Association Francophone de Comptabilité.

Une soixantaine de participants ont suivi ces Journées, ce qui les place exactement dans la moyenne des précédentes en termes de fréquentation. Elles s’en distinguent en revanche par le nombre de communications — 32 cette année contre 21 en moyenne —, une augmentation qui confirme une tendance observable depuis les Journées d’Orléans en 2008. Autre élément positif : sept historien(ne)s figurent parmi les auteurs de communications, soit plus d’un cinquième, et deux ont collaboré avec des gestionnaires, mettant ainsi en œuvre une interdisciplinarité que les Journées n’ont cessé d’encourager. Enfin avec six communications présentées par des collègues venus de Grande-Bretagne, d’Italie et du Portugal, la participation étrangère se situait dans la moyenne des années précédentes

Les organisateurs avaient proposé comme thème « la structuration de l’économie et de la société par les dispositifs de gestion », tout en précisant que l’expression « dispositifs de gestion » devait être entendue au sens large : « des outils comptables et financiers aux techniques des ressources humaines, de la stratégie ou du marketing. » Les auteurs l’ont interprété tout aussi largement et comme, à l’instar des années précédentes, il était loisible de soumettre des propositions portant sur d’autres thématiques, l’ensemble finalement obtenu se révèle assez varié, tant par les périodes concernées que par les thématiques abordées. Une vingtaine de communications, dont la liste est donnée ci-dessous, se rattachent à l’histoire des comptabilités, c’est à elles que nous allons consacrer notre propos.

Plus des trois-quarts portent sur l’époque contemporaine et quelques-unes relèvent quasiment de l’histoire immédiate. On note d’ailleurs une influence directe de l'actualité sur le choix de certaines des questions abordées. Ceci témoigne d’un souci légitime de relier la recherche historique aux préoccupations actuelles et l’on doit s’en féliciter. On peut cependant regretter que depuis le début des Journées, le Moyen-Âge en soit quasiment absent, la période moderne n’y fasse que de rares apparitions et que les contributions se rapportant à ces deux périodes émanent plus souvent d’historiens que de gestionnaires. La technicité requise, notamment pour le Moyen-Âge, et l’importance des investissements de connaissance expliquent certainement le fait que ces derniers hésitent à aborder ces périodes. Mais c’est aussi en raison de l’idée fausse mais répandue, selon laquelle il ne serait guère pertinent de reculer au-delà de la Révolution industrielle pour examiner des situations de gestion et en tirer des enseignements. Il est permis d’espérer que la fréquentation des historiens et de leurs travaux fera évoluer l’attitude des gestionnaires à cet égard.

Abordé de manière directe ou indirecte par la majorité des communications, le thème de « la structuration de l’économie et de la société par les dispositifs de gestion » ne fournissait pas un critère de partition pertinent. Nous avons donc choisi de présenter ces interventions de façon classique, selon leur répartition en trois domaines principaux — comptabilité financière, comptabilité et contrôle de gestion, professions comptables26 mars 2010, auxquels nous avons adjoint une inévitable rubrique «varia ».

Près de la moitié des communications sont consacrées à la comptabilité qualifiée, aujourd’hui, de « financière » car essentiellement tournée vers la production d’informations destinées aux investisseurs potentiels. Cependant, les investisseurs ne sont pas les seuls utilisateurs des informations issues de cette comptabilité, elles concernent de fait l’ensemble des « parties prenantes », c’est-à-dire tout individu ou groupe d’individus susceptibles d’être affecté par les décisions de l’entreprise ou d’influencer ces décisions. Une première série d’interventions s’intéresse à ces utilisateurs, tandis que deux autres séries concernent les informations elles-mêmes, d’abord eu égard à leur contenu, puis relativement aux conditions sociales et politiques de la mise en œuvre d’une réglementation les concernant.

Les entreprises ont appris à prendre en compte la variété des parties prenantes et de leurs attentes, ainsi que le montre une étude de la communication financière de la Société générale à l’occasion de trois crises ayant touché cette banque entre 1988 et 1999 (Chekkar et Onnée). Il est dommage qu’elle n’ait pas su réellement tirer profit de ces expériences, lors d’une crise plus récente ! Incapables de peser sur les décisions par le seul biais de leurs votes, les petits actionnaires des sociétés américaines et anglaises et leurs associations ont rapidement compris que leur présence dans les assemblées générales était importante et tenté de mettre en place une amorce de contre-pouvoir à la toute puissance des conseils d’administration (Rutterford). Les salariés figurent eux aussi au premier des parties prenantes et la diffusion d’informations à leur intention a été officialisée, en France, par la création des comités d’entreprise après la seconde guerre mondiale. À la lumière d’une analyse des publications professionnelles comptables, on voit qu’après une période plutôt favorable à cette diffusion et à son élargissement, le débat se concentre à partir des années quatre-vingt sur les aspects juridiques et fait fi des objectifs initiaux de la mesure (Floquet). Paradoxalement, l’accent mis depuis une vingtaine d’années sur les besoins des utilisateurs externes finirait par faire oublier que les données de la « comptabilité financière » peuvent aussi avoir une utilité interne. Le cas de la société Pechiney-Ugine-Kuhlmann (1971-1982) vient à juste titre le rappeler, en témoignant de l’intérêt que la direction du groupe portait aux comptes consolidés pour sa propre gouverne (Bensadon).

La question de la fiabilité et de la pertinence de ces informations continue d’être, d’année en année, au centre des préoccupations des chercheurs. C’est ainsi que deux communications abordent le problème de l’évaluation. L’une le fait en termes de pratiques, à travers une étude du comportement des différents acteurs de la procédure de faillite à partir du fonds d’archives de la juridiction consulaire parisienne pour la seconde moitié du XIXe siècle (Labardin). L’autre se place d’un point de vue plus théorique, en étudiant les apports des auteurs italiens des XIXe et XXe siècles aux concepts de valeur d’échange et de coût historique (Gonella).

Délaissant les aspects techniques pour aborder l’influence du politique, d’autres contributions viennent éclairer l’histoire de la normalisation comptable « à la française ». De nouvelles investigations permettent de démontrer que le plan comptable 1942 est le fruit d’une initiative française antérieure à la Guerre et ne résulte nullement d’une intervention de l’Occupant, bien qu’il ait été plus tard qualifié de « plan allemand » et abandonné comme tel après la Libération (Ouriemmi). L’histoire de ce plan et de ceux qui lui succédèrent, en 1947 et 1957, est intimement liée à l’histoire de la comptabilité nationale. L’idée d’un usage macro économique des données issues des comptabilités privées, présente dès avant 1940, a joué un rôle déterminant dans la normalisation de ces comptabilités (Touchelay). C’est là un phénomène que l’on ne retrouve, semble-t-il, nulle part ailleurs. Mais à partir des années quatre-vingt, l’interventionnisme est quelque peu passé de mode ainsi qu’en témoigne le récit édifiant de l’importation de l’institution des comités d’audit, des États-Unis à la France (Compernolle). Le lecteur y constate sans grande surprise que les arguments des adversaires de cette réforme sont très proches de ceux qu’avancèrent les opposants à la loi du 17 juillet 1856, sur la mise en place de conseils de surveillance dans les sociétés en commandite par actions.

Second centre d’intérêt des intervenants, la production et les usages de l’information comptable interne, ainsi que les dispositifs de surveillance et de contrôle qui leur sont associés, ont suscité quatre communications. L’écrit est longtemps resté le vecteur obligé du contrôle à distance et c’est par le biais d’une correspondance administrative standardisée, nourrie de données comptables, que passe le contrôle exercé par le propriétaire d’une grande propriété agricole italienne du XIXe siècle26 mars 2010 la Casa Spaletti26 mars 2010 sur l’ensemble de ses régisseurs et métayers (Rossi). Avec la seconde Révolution industrielle et le développement du management scientifique, les mêmes préoccupations vont conduire à la mise au point de divers outils combinant statistiques et graphiques comme le contrôle budgétaire, né aux États-Unis, ou le tableau de bord français, dont les histoires respectives ont déjà fait l’objet d’investigations. Mais il faut ajouter à la liste l’expérience britannique du Higher Control, dont le concept a été développé durant l’entre-deux-guerres par Thomas Gerald Rose et sur lequel les historiens ne s’étaient guère penchés jusque-là (Boyns). L’histoire a parfois tendance à se répéter, même si ce n’est jamais à l’identique bien sûr, et les méthodes de calculs de coûts en offrent au moins deux exemples. Après l’introduction de l’analyse coût - volume - profit dans les années cinquante, vue par certains comme un substitut aux sections homogènes, le récent renouveau des méthodes d'équivalence, après le succès de l’ABC, montre que la technique ne cesse d’osciller entre complexification et simplification, à la recherche d’un difficile équilibre entre précision et pertinence (Levant et Zimnovitch). Les tentatives d’uniformisation des méthodes de calcul de coût se succèdent et ne se ressemblent pas nécessairement. Surtout lorsque trois quarts de siècle les séparent, comme les expériences de l’entre-deux-guerres et le calcul réglementé des coûts, mis récemment en place par l’État, dans certains secteurs comme la santé ou les télécommunications. Dans les deux cas cependant, l’objectif, avoué ou non, est bien d’en faire un instrument de régulation de la concurrence à l’échelle de la branche d’activité (Nikitin, Zelinschi et Delouis).

Nous en arrivons au troisième domaine d’investigation : les professions comptables. De nombreux travaux leur ont déjà été consacrés en Grande-Bretagne, mais les teneurs de livres et maîtres écrivains britanniques de l’époque moderne restaient relativement méconnus. Ils font pour la première fois l’objet d’une étude approfondie et largement documentée, en tant qu’enseignants, auteurs de manuels et praticiens de la comptabilité (Edwards). Il est à souhaiter qu’une recherche analogue soit entreprise en France, où seul le rôle des maîtres écrivains dans la normalisation de l’écriture française a vraiment été étudié. L’organisation des professions comptables varie d’un pays à un autre mais il est encore, en ce domaine, une spécificité bien française que seule l’histoire permet de comprendre. Il s’agit de l’existence de deux professions réglementées séparées26 mars 2010 experts comptables et commissaires aux comptes26 mars 2010, alors que la plupart du temps les mêmes individus relèvent des deux statuts et réalisent tantôt des missions d’expertise, tantôt des missions d’audit légal ! À ce jour toutes les tentatives d’unification ont échoué (Rossignol et Saboly). Si l’institution du commissariat aux comptes a été relativement longue à se mettre en place — il a fallu attendre les années 196026 mars 2010, l’expérience de la période d’autorisation gouvernementale de la création des sociétés anonymes (1807-1867), montre qu’à défaut d’être toutes résolues, nombre de questions essentielles du contrôle légal des comptabilités étaient posées (Dattin). Les choses auraient donc pu avancer plus rapidement, si les divisions des organisations professionnelles, leur absence de réelle légitimité, la résistance des entreprises attachées au secret des affaires et la passivité des politiques n’en avaient voulu autrement.

Nous terminerons avec deux communications qui n’étaient guère susceptibles d’entrer dans l’une ou l’autre des rubriques précédentes. À l’heure de la normalisation comptable internationale et de l’alignement de son vocabulaire sur celui des comptables anglo-saxons, par le biais de traductions souvent discutables, une remarquable analyse étymologique et sémantique des termes utilisés pour désigner la comptabilité dans 65 langues différentes vient heureusement rappeler les multiples finalités de l’outil (Richard). Un second travail s’appuie sur les techniques d’analyse des réseaux sociaux pour reconstituer, à partir de données issues d’une comptabilité, la trame et les logiques de fonctionnement du réseau d’affaires d’un marchand du XVIIIe siècle. L’outil mathématique permet d’en repérer les acteurs clés et d’identifier ses principales lignes de force, tandis que l’enquête historique approfondie aide à valider et expliciter les résultats et à enrichir la représentation obtenue. (McWatters et Y. Lemarchand).

Liste des communications portant sur (ou en relation avec) l’histoire des comptabilités ; accessibles, sauf exception, à l’adresse suivante : http://halshs.archives-ouvertes.fr/

  • Bensadon Didier, Information comptable consolidée et mesure de la position concurrentielle : Le cas Pechiney-Ugine-Kuhlmann (1971-1982).

  • Boyns Trevor, The development of managerial control in British firms, c.1880-c.1940.

  • Chekkar Rahma et Onnée Stéphane, Gestion de la relation avec les parties prenantes et communication financière dans un contexte de crise : le cas de la Société générale de 1988 à 1999.

  • Compernolle Tiphaine, Les tribulations du comité d’audit des États-Unis jusqu’à la France.

  • Dattin Christine, Censeurs, commissaires, contrôleurs et inspecteurs des SA autorisés : les ancêtres du commissaire aux comptes.

  • Jean-Guy Degos, Christian Prat dit Hauret, Le Canal du Midi au XVIIe siècle : lacunes comptables et innovations financières.

  • Edwards John Richard, Writing masters and accountants in England – a study of occupation, status and ambition in the early modern period.

  • Floquet Mathieu, Généalogie de la diffusion de l’information aux salariés : l’institutionnalisation du débat par la profession comptable.

  • Gonella Enrico, The Problem of Financial Accounting Measurement in Italian Accounting Thought between the 19th and the 20th Century From “Exchange Value” to “Historical Cost”.

  • Labardin Pierre, Comprendre le comportement des acteurs dans les faillites à partir de l’évaluation comptable. Une étude dans le département de la Seine (1847-1887).

  • Levant Yves et Zimnovitch Henri, L'évolution contemporaine du calcul des coûts : un éclairage par les méthodes d'équivalence en France ?

  • McWatters Cheryl et Lemarchand Yannick, Réseaux marchands et comptabilité au XVIIIe siècle.

  • Nikitin Marc, Zelinschi Dragos, et Delouis Béatrice, La normalisation du calcul des coûts : un dilemme récurrent ?

  • Ouriemmi Oussama, Le plan comptable de 1942 : un plan « de » ou « sous » l’Occupation ?

  • Platonova Natalia, La codification du droit et la comptabilité publique en Russie impériale : le « Recueil des règlements comptables » de 1848.

  • Richard Jacques, Meanings and Roots of the Word “Accounting” A Comparative Study of Sixty Five Languages.

  • Rossi Marie-Lucie, Gouvernance d’entreprise à la Casa Spaletti au XIXe siècle : le contrôle de gestion par l’emprise de la correspondance.

  • Rossignol Jean-Luc et Saboly Michèle, La profession comptable libérale française à la recherche de l’unité : tentatives et échecs au XXe siècle.

  • Rutterford Janette, The Place to be Seen ? Annual General Meetings in the UK 1890 to 1965.

  • Touchelay Béatrice, Le développement de la normalisation comptable et de la comptabilité nationale en France entre les années 1920 et les années 1960, des analogies singulières.

Notes

1  Pour un bref historique de cette manifestation, cf. Yannick Lemarchand, "Les Journées d'histoire de la comptabilité et du management 1995 – 2008 : Rétrospective et perspectives", Revue française de gestion, 2008, vol. 34, n° 188-189, p. 31-52. http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=RFG_188_0031

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org