Navigation – Plan du site
Articles

Les comptabilités de la commune de Dijon

Patrice Beck

Résumés

Des comptabilités communales de Dijon sont conservés quelques documents de la première moitié du XIVe siècle et l’ensemble ou presque des registres depuis les années 1390 jusqu’à nos jours. Seuls les XIVe et XVe siècles sont ici pris en compte, qui voient le registre remplacer le rouleau, la réglure imposer un cadre général contraignant bien que divers dans son détail et fixer ainsi une mise en page apte somme toute à faciliter le contrôle séquentiel et l’usage sériel des informations collectées.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Archives municipales de Dijon (désormais AM), série M. Un grand merci au personnel, notamment à  l (...)

1C’est en 1183-1187 que le duc Hugues III accorde à Dijon une Charte de Commune mais les premiers documents comptables conservés de cette institution datent du début du XIVe siècle et encore s’agit-il pendant longtemps de pièces éparses et incomplètes : des lambeaux concernent les années 1308-1309, 1313 à 1325, puis 1372. Ce n’est finalement qu’à partir de la fin du XIVe siècle que la série véritablement débute. Elle est alors considérable : entre 1392 et 1790, seuls 74 registres annuels manquent, 324 années de comptabilités sont conservées1. (Fig. 1)

Fig. 1 : Les comptabilités d’Ancien Régime de la commune de Dijon : état de conservation.

M46bis

1312-26 - 1371-72

le maire et ?

?

M47

1392-1395

Perrenot Moreau

3

M48-M49

1395-1398… 1401

Jean Moisson

6

M50-M51

1401… 1407

Jean de Saint Léger

6

M52

1407-1410

Perrenot Jaqueron

3

M53

1410-1411

Jean le Tanneur

1

M54

1411-1412

Jean Bernard de Courtaoust

1

M55… M57

1412… 1430

Nicolas Saint Ion

18

M58 et M63

1430… 1439

Jean Philibert

10

lacune de 6 années

M64

1445-1448

Simon Naissaut

au moins 4

M66

1448-1449-1450

Pierre Daridel

2

M67… M70

1450… 1456

Claude Malpoy

6

lacune de 11 années

M71… M75

1467-1473

Guillaume Jaumart

6

M76… M79

1473… 1483

Jean Jaquier

10

M80

1483-1485

Thomas de Valleroy

2

lacune de 12 années

M81-M82

1497-98 & 1523-24

Jean Tricaudet

lacune de 24 ans

lacune de 6 années

M83-M84

1530-1532

Louis Hesse

au moins 2

lacune de 13 années

M85… M87

1545-1549

Guillaume Royhier

au moins 4

M88… M116

1549… 1578

Pierre Lhéritier

30

lacune de 2 années

M117… M135

1580… 1603

Anthoine Vautheron

23

M136… M224

1603… 1650

Philibert Nicolardot

47

M225… M235

1650… 1660

Pierre Parisot

10

M236… M238

1660… 1663

Guillaume Naullot

3

M239… M266

1664… 1692

Pierre Parisot

29

M267… M273

1693… 1699

Pierre de La Loge

7

M274… M286

1700… 1712

Claude de La Loge

13

M287… M311

1713… 1737

Jean-Baptiste Joly

25

M312

1737-1740

Veuve et héritiers de JB Joly

3

M313… M315

1740-1742

?

2

M316… M320

1742… 1752

Jean-Baptiste Joly

11

M321

1752-1754

François Martin

2

M321… M326

1755-1783

Antoine Finot

29

M327… M333bis

1784… 1790

Jean-Baptiste Pelversié

7

2Le responsable des finances, le maire au début et un receveur au tournant du XIVe siècle, rédige en fin d’année, ou dicte à un clerc, un compte général à partir des comptes particuliers, des cédules et des quittances qu’il a établis et reçus au fur et à mesure. Le document est alors déposé, reçu, contrôlé puis archivé. À travers les recettes et les dépenses occasionnées par les droits de propriétés et les prérogatives en matière de gestion des biens et des personnes, c’est la vie de la cité, capitale de duché puis de province, qui s’y découvre dans le détail de ses institutions et de son personnel, de sa propriété foncière et de son urbanisme, de ses activités économiques comme de sa justice et de sa délinquance (Fig. 2).

Fig. 2 : Compte de Perrenot Moreaul de Dijon, receveur général des deniers de la ville de Dijon, des receptes et missions par lui faites en ung an commençent à la feste de la nativitey Saint Jehan Baptiste courant mil CCC IIIIxx et douze et fenissant à la dicte feste de Saint Jehan Baptiste ensuignant mil CCC IIIIxx et treze… (M47-A, f° 309).

Fig. 2 : Compte de Perrenot Moreaul de Dijon, receveur général des deniers de la ville de Dijon, des receptes et missions par lui faites en ung an commençent à la feste de la nativitey Saint Jehan Baptiste courant mil CCC IIIIxx et douze et fenissant à la dicte feste de Saint Jehan Baptiste ensuignant mil CCC IIIIxx et treze… (M47-A, f° 309).

3L’analyse matérielle des volumes, quant à elle, permet d’éclairer les pratiques et les modalités de mises en place des normes administratives de l’institution : à titre d’exploration des potentialités informatives d’une telle étude codicologique, six documents éclairant 17 années de comptes distribuées sur les deux derniers siècles du Moyen Âge ont été sélectionnés (Fig. 3).

Fig. 3 : Les comptes étudiés.

M46bis

1312-1326

liasse

par/pap

fragments de comptes rendus de 1313 à 1326

M47

1392-1395

registre

pap

1 registre : 3 ans de comptes généraux (1392-1395)

M48

1395-1398

registre

par/pap

1 registre : 3 ans de comptes généraux (1395-1398)

M49

1398-1401

registre

par

1 registre : 3 ans de comptes généraux (1398-1401)

M50… M51

1401… 1407

registre

par

M52

1407-1410

registre

par/pap

M53

1410-1411

registre

par/pap

M54

1411-1412

registre

par

M55… M57

1412… 1430

registre

par

M58 et M63

1430… 1439

registre

par

M64

1445-1448

registre

par

M66

1448-1450

registre

par

1 registre : 2 ans de comptes généraux (1448-1450)

M67… M70

1450… 1456

registre

par

M71… M75

1467-1473

registre

par

M76

1473-1474

registre

par

1 registre : 2 ans de comptes généraux (1473-1474 et 1479-1480)

M77

1474-1479

registre

par

1 registre : 5 ans de comptes généraux (1474-79)

M78

1480-1482

registre

par

1 registre : 2 ans de comptes généraux (1480-1482)

M79

1482-1483

registre

par

1 registre : 1 an de comptes généraux (1482-1483)

4Ont d’abord été étudiées la nature et la qualité du support (papier, parchemin), susceptibles de révéler les modes d’acquisition et de gestion de la matière première. Les formats (rouleau, registre) et la composition (feuille, cahier, registre) ont ensuite retenu l’attention pour évoquer les modalités d’utilisation et d’archivage. Puis les formes de la réglure et l’ordre de présentation du contenu ont été enregistrés, pour approcher les choix de mise en page, donc de mise en scène de l’information. Enfin, les différentes mains trahissant les interventions successives et la place qu’elles occupent dans la page ont été individualisées, pour aider à reconstituer la chaîne de production et donc tenter de comprendre les finalités et les enjeux attachés à ces documents.

Fig. 4 : Saisie des informations sur tableur.

M78 - ORGANISATION DE CONTENU

Cahier

Élément

Descriptif

réglure

Poil/Chair

USAGE

I

a

4 bifeuillets emboîtés

1(I)

COUPE

1v°

COUPE

2 (II)

Rb

C

titre

2v°

0

P

rentes non muables

3 (III)

0

P

rentes non muables

3v°

Rb

C

rentes non muables

4 (IIII)

Rb

C

rentes non muables

4v°

0

P

rentes non muables

4.2 (V)

0

P

rentes non muables

4.2v°

Rb

C

rentes non muables

3.2 (VI)

Rb

C

rentes non muables

3.2v°

0

P

rentes non muables

2.2 (VII)

0

P

rentes non muables

2.2v°

Rb

C

rentes non muables

1.2 (VIII)

Rb

P

rentes non muables

1.2v°

Rb

C

rentes non muables

Cahier

Élément

Descriptif

réglure

Poil/Chair

USAGE

II

a

4 bifeuillets emboîtés

1(IX)

Rb

C

rentes non muables

1v°

0

P

rentes non muables

2 (X)

0

P

rentes non muables

2v°

Rb

C

rentes non muables

3 (XI)

Rb

C

rentes non muables

Nature et qualité du support : papier et/ou parchemin.

  • 2  AM, M 84 & M85.

5À étudier l’ensemble de la série, une constatation s’impose : entre 1532 et 15452, le papier remplace totalement le parchemin (Fig. 5).

Fig. 5 : Nature du support.

Date

Nature du support

Format

1308-1310

par

rouleau

1313-1325

par/pap

rouleau

1371-1372

pap

cahier

1392-1395… 1410

pap

registre

1395-1398, 1398-1401

par/pap

registre

1401… 1407

par

registre

1407-1410

par/pap

registre

1410-1411

par/pap

registre

1411-1412

par

registre

1412… 1430

par

registre

1430… 1439

par

registre

1445-1448

par

registre

1448-1450

par

registre

1450… 1456

par

registre

1467-1473

par

registre

1473… 1483

par

registre

1483-1485

par/pap

registre

1497… 1524

par

registre

1530…1532

par

registre

1545-1549

pap

registre

1549… 1578

pap

registre

1580… 1603

pap

registre

1603… 1650

pap

registre

1650… 1660

pap

registre

1660… 1663

pap

registre

1664… 1692

pap

registre

1693… 1699

pap

registre

1700… 1712

pap

registre

1713… 1737

pap

registre

1737-1740

pap

registre

1740-1741

pap

registre

1741-1742

pap

registre

1742… 1752

pap

registre

1752-1754

pap

registre

1755-1783

pap

registre

1784… 1790

pap

registre

6Pendant tout le Moyen Âge, les deux matières sont utilisées pour l’établissement des comptes mais il ne faut pas s’en étonner : les comptabilités sont rendues en deux exemplaires, comme l’indiquent les documents eux-mêmes alors qu’ils énoncent les dépenses occasionnées pour leur confection (Fig. 6) :

Fig. 6 : Dépenses pour la rédaction du compte des années 1474-1478 (M 77-A, f°255v° et 256).

a) A luy la somme de vingt et sept livres quatorze solz huit deniers tournois, assavoir vingt et une livre six solz huit deniers pour la grosse de ce present compte qui contient IIc LVI fueilles chacun fueillet au…

a) A luy la somme de vingt et sept livres quatorze solz huit deniers tournois, assavoir vingt et une livre six solz huit deniers pour la grosse de ce present compte qui contient IIc LVI fueilles chacun fueillet au…

b)…pris de vingt deniers tournois et six livres huit solz pour le double dudit compte contenant semblablement IIc LVI fueillez en papier, chacun fueillet au feur de six deniers tournois, font ces deux parties ladite somme de XXVII livres XIIII solz VIII deniers tournois.

b)…pris de vingt deniers tournois et six livres huit solz pour le double dudit compte contenant semblablement IIc LVI fueillez en papier, chacun fueillet au feur de six deniers tournois, font ces deux parties ladite somme de XXVII livres XIIII solz VIII deniers tournois.

7Le parchemin utilisé n’est pas sans défauts : les bords des feuillets sont régularisés mais conservent fréquemment des découpes. Plus gênants pour l’écriture, des trous et coupures internes sont aussi fréquents mais ils sont réparés avant usage de la feuille, ou contournés pendant la rédaction (Fig. 7).

Fig. 7 : De la qualité du parchemin, défauts et réparations.

8Faut-il s’étonner de la qualité seconde de la matière utilisée ? Il s’agit de réaliser des documents administratifs et non des œuvres précieuses destinées à charmer les bibliophiles ; le format requis pour chaque feuille, plus de 30 cm de large sur plus de 50 cm de long, impose des pleines peaux ; la demande devait être importante en cette cité de Dijon concentrant les administrations de toutes sortes. Il faut surtout remarquer que l’apprêt de surface est malgré tout convenable et si le côté poil reste rugueux et plus sombre, il n’empêche en rien l’écriture. Les produits mis en vente et acquis sont de bonne qualité. Leur usage est d’autre part soigné, attentif, respectueux de la règle de Grégory : y compris d’un cahier à l’autre, les vis-à-vis sont de même côté (Fig. 8).

Fig. 8 : Alternance du « côté poil » et du « côté chair » (M66-A, cahier I).

Cahier

descriptif

Poil/Chair

I

4 bifeuillets emboîtés

1.1 (I)

C

1.1v°

P

2.1 (II)

P

2.1v°

C

3.1 (III)

C

3.1v°

P

4.1 (IIII)

P

4.1v°

C

4.2 (V)

C

4.2v°

P

3.2 (VI)

P

3.2v°

C

2.2 (VII)

C

2.2v°

P

1.2 (VIII)

P

1.2v°

C

Cahier

descriptif

Poil/Chair

II

4 bifeuillets emboîtés

1.1 (IX)

C

1.1v°

P

2.1 (X)

P

9Pour le papier, la matière apparaît de constante et de bonne qualité : les documents consultés ne montrent que des dégradations dues aux conditions d’archivage, à l’humidité, aux vers et aux rongeurs. Elle semble aussi fort abondante : les filigranes enregistrés sont nombreux, mélangés dans les documents et mêmes dans les cahiers (Fig. 9).

Fig. 9 : Diversité des filigranes et donc des fabricants des papiers utilisés dans les registres comptables des années 1392-1393 à 1394-1395 (M47- docts A, B et C).

a) tableau de répartition

M47-doct. A - compte de l'année 1392-1393

cahier I

couronne (8)

grand P (1)

cahier II

couronne (5)

fleur (1)

cahier III

couronne (3)

cahier IIII

lune étoilée (5)

cahier V

couronne horizontale (10)

cahier VI

couronne horizontale (3)

cahier VII

couronne horizontale (2)

couronne horizontale (2)

cahier VIII

lune étoilée (2)

cahier IX

couronne horizontale (7)

arc (2)

H à la croix (1)

cahier X

couronne horizontale (2)

M47-doct. B - compte de l'année 1393-1394

cahier I

H (8)

cahier II

arc (5)

cahier III

H (8)

cahier IV

grand P (1)

M47-doct. C - compte de l'année 1394-1395

cahier I

Petit P (2)

grand P (4)

cahier II

Petit P (6)

cahier III

Petit P (6)

couronne horizontale (2)

cahier IV

grand P (6)

cahier V

couronne horizontale (5)

b) filigrane à l’arc (M47-B, cahier II)

b) filigrane à l’arc (M47-B, cahier II)

c) filigrane au croissant de lune étoilé (M47-A, cahier VIII)

c) filigrane au croissant de lune étoilé (M47-A, cahier VIII)
  • 3  Un usage fort courant rencontré aux mêmes dates dans la constitution des registres de papier des c (...)

10À Dijon dès la fin du XIVe siècle, l’approvisionnement en papier est aisé, diversifié et de format standardisé, favorisant visiblement un usage courant des « fins de séries » dans la constitution des documents3.

Format et composition des documents.

  • 4  AM, M46bis, documents B1 à B10.

11Les dix épaves conservées du début du XIVe siècle se présentent sous la forme de rouleaux4. S’y distingue une comptabilité en deux termes successifs courant sur dix mois : d’abord du jeudi après la Saint Martin d’iver l'an courant mil trois cent et huist jusques à la saint Jehan Baptiste en suignant, puis de cette fête à « la Sainte Croix en septembre ». Elle est constituée de deux bandes de parchemin aux bords coupés de 210 mm de large et, respectivement, de 480 mm (I) et 500 mm (II) de long. Au recto, coté chair, sont écrites les recettes organisées en chapitres et s’achevant par un récapitulatif ; les « missions » sont ensuite pareillement énoncées et sommées ; enfin, d’une autre écriture, la ligne du debet précise la somme restant due et son bénéficiaire, en l’occurrence ici le maire qui rend compte de sa gestion à la commune. En haut du verso, côté poil, une phrase identifie le contenu général (Fig. 10).

Fig. 10 : M46bis, document B1 :

a) vue générale de la feuille de tête

a) vue générale de la feuille de tête

b) en tête du verso : Cest li compe Berthelomot Janniot maiour de la qommune de Dijon

b) en tête du verso : Cest li compe Berthelomot Janniot maiour de la qommune de Dijon

c) en fin de recto : somme que l’on doit au maire…

c) en fin de recto : somme que l’on doit au maire…
  • 5  AM, M46bis, doct A.

12Le document suivant selon la chronologie, une autre épave conservée dans la même liasse5, date de 1372-1373. Il s’agit de fragments d’une comptabilité énonçant une partie des recettes en argent puis des dépenses en salaires d’ouvriers : ils courent sur une année entière et se présentent sous la forme de deux cahiers de papier, respectivement constitués de six et de deux bifeuillets emboîtés. Ce rythme annuel et ce format « registre » deviennent exclusifs de l’ensemble des comptes suivants (Fig. 11).

Fig. 11 : Archives municipales de Dijon, l’une des étagères aux comptabilités.

Fig. 11 : Archives municipales de Dijon, l’une des étagères aux comptabilités.
  • 6  Robert-Henry Bautier & Janine Sornay, Les sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge (...)

13Entre les deux dates, à quand remontent exactement ces deux mutations ? Rien ne permet de le dire ici en raison des lacunes qu’enregistre la série. Les archives ducales voisines, à peine moins délabrées pour la première moitié du XIVe siècle, tendent à montrer, question format, que jusqu’en 1335 environ, presque tous les comptes sont rendus sous forme de rouleaux et qu’ensuite ce sont, « pro camera », essentiellement des registres6.

14Ces registres des comptabilités municipales regroupent, entre d’épais et rigides plats habillés de peau, des documents en quantités diverses, de formats variés et de natures différentes : des comptes généraux annuels ou pluri-annuels, des comptes particuliers de quelques mois et des pièces justificatives, telles des suppliques (Fig. 12). Les uns sont de papier, les autres de parchemin et, en M77, les deux bifeuillets du document C sont de même hauteur mais de largeur supérieure à celle du registre : ils ont été pliés sur 55 mm pour entrer dans le format de 305 x 270 mm.

Fig. 12 : Type des documents réunis dans les registres étudiés.

REG

nb.

docts

doc. À

doc. B

doc. C

doc. D

organisation

M47

4

compte 1392-93

compte 1393-94

compte 1394-95

compte 1409-10

succession

M48

4

compte 1395-96

compte 1396

compte 1396-97

compte 1397-98

succession

M66

2

compte 1448-49

compte 1449-1450

emboîtement

M77

3

compte 1474-78

compte 1478-79

supplique 1476-77

succession

M78

3

compte 1480-81

compte, sd - 1f°

compte 1481-82

succession

15Les pages de garde utilisent des papiers millésimés qui indiquent que ce travail de reliure a été réalisé au XVIIIe siècle, en respectant généralement les agencements d’origine mais pas toujours : le registre M66 comporte deux comptabilités annuelles qui ne se présentent pas successivement mais emboîtées. Le premier cahier du compte second y prend en effet place au cœur du dernier cahier du premier compte dont les folios situés alors à la suite ont été coupés : étaient-ils vides ou comportaient-ils, comme pour les autres comptes, les récapitulatifs des dépenses et des recettes, le solde et le certificat paraphé des auditeurs ? (Fig. 13)

Fig. 13 - Composition du cahier XII du registre M66.

Cahier

Élément

Descriptif

USAGE

XIIa

a

3 bifeuillets emboîtés

1.1 (IIIIxxIX)

1.1v°

2.1 (IIIIxxX)

2.1v°

3.1 (IIIIxxXI)

fin du compte premier

3.1v°

gaiges d'officiers

début du compte second

4.1 (I)

titre général

XIIb

b

4 bifeuillets emboîtés

4.1v°

5.1 (II)

5.1v°

6.1 (III)

6.1v°

7.1 (IV)

7.1v°

7.2 (V)

7.2v°

6.2 (VI)

6.2v°

5.2 (VII)

5.2v°

4.2 (VIII)

4.2v°

XIIa

a

f° 2 des 3 premiers

3.2

coupé

bifeuillets

3.2v°

coupé

2.2

coupé

2.2v°

coupé

1.2

coupé

1.2v°

coupé

16La logique d’archivage est cependant claire : le regroupement a été réalisé par receveur (Fig. 1) et il ne vient finalement guère perturber ou masquer la composition d’origine des documents qui présentent eux aussi des géométries variables mais très explicites.

  • 7  AM M77 A

17Les comptabilités peuvent être en effet rédigées et rendues annuellement ou pluri-annuellement : alors qu’en 1473-1474 et 1478-1479, Jehan Jaquier alias de Cherlieu rédige et rend une comptabilité annuelle, il rédige et rend une comptabilité quadriennale entre 1474 et 14787.

18Ces documents formant des unités de comptabilité annuelles ou pluri-annuelles sont constitués généralement de cahiers composés de bifeuillets emboîtés et reliés, les cahiers étant juxtaposés et reliés à leur tour (Fig. 14).

Fig. 14 : Reliures.

a) reliure des bifeuillets emboîtés formant un cahier

a) reliure des bifeuillets emboîtés formant un cahier

b) reliure de deux cahiers juxtaposés dans un document

b) reliure de deux cahiers juxtaposés dans un document
  • 8  AM, M78 A.

19Mais parfois cet agencement est quelque peu perturbé : des feuillets ou des bifeuillets peuvent être ajoutés : juxtaposés ou intercalés, foliotés ou non, reliés ou non. L’agencement du cahier III du compte annuel pour l’année 1480-14818 a été ainsi modifié : entre le folio 4.2 (f° XXXIIII) et le folio 3.2 (f° XXXV) un bifeuillet a été intercalé ; a été alors introduite une foliotation spéciale ajoutant au f° XXXIIII la précision I° et identifiant en f° XXXIIII II° et f° XXXIIII III° les deux folios du bifeuillet ajouté (Fig. 15).

Fig. 15 : Bifeuillet intercalé dans le cahier III du compte de l’année 1480-1481 (M78-A).

Fig. 15 : Bifeuillet intercalé dans le cahier III du compte de l’année 1480-1481 (M78-A).

20Des oublis ou des repentirs corrigés et des ajustements en fonction de l’importance des affaires à enregistrer peuvent être ainsi réalisés par le scribe lui-même mais aussi par d’autres intervenants, comme c’est le cas ici : les ajouts sont d’une autre main.

21D’autres indices montrent que la confection des documents procède pour une certaine part, de l’empirisme et de procédures d’adaptabilité (Fig. 16 et 17). Même s’il s’agit, somme toute, de répéter année après année les mêmes rubriques, inévitablement les informations peuvent grossir ou diminuer d’un bilan comptable à l’autre et le nombre de cahiers ou de folios évolue alors en proportion. Il est vrai à cet égard que l’administration, pendant un temps certain, néglige ou peine à rationaliser les pratiques : le nombre de bifeuillets par cahier a bien du mal à se stabiliser sur ce qui pourrait bien être des standards, marchands ou administratifs : 4 plutôt à l’extrême fin du XIVe siècle et dans la première moitié du XVe, 6 plutôt dans les années 1480. Et le nombre de pages blanches ou de feuillets coupés n’est pas négligeable, oscille entre 6 % et 14 % d’un document étudié à l’autre. Mais ce sont là des détails et l’essentiel paraît préservé : la foliotation et la reliure assurent la fixation du nombre de pages écrites et donc la fixation de l’information recueillie ; en matière d’ergonomie d’usage et d’archivage, les dimensions changent mais de manière assurément maîtrisées, augmentant en trois paliers de 295 mm de hauteur sur 220 de largeur à 310 x 270 mm en 1395 et à 345 x 265 mm dans la seconde moitié du XVe siècle.

Fig. 16 : Composition du compte de l’année 1392-1393 (M47-A).

M47-A - compte de l'année 1392-1393 - ORGANISATION DE CONTENU

Cahier I

1 bifeuillet juxtaposé & 3 bifeuillets emboîtés & 1 feuillet juxtaposé

Cahier II

5 bifeuillets emboîtés & 1 bifeuillet intercalé

Cahier III

3 bifeuillets emboîtés & 2 feuillets intercalés

Cahier IIII

5 bifeuillets emboîtés

Cahier V

13 feuillets emboîtés

Cahier VI

4 feuillets emboîtés

Cahier VII

2 bifeuillets emboîtés

Cahier VIII

12 feuillets emboîtés

Cahier IX

10 bifeuillets emboîtés

Cahier X

5 feuillets emboîtés

Fig. 17 : Composition des documents analysés.

Document

M47-B

M47-C

M48-A

M48-C

date

1393-1394

1394-1395

1395-1396

1396-1397

support

papier

papier

parchemin

parchemin

dimensions

295 x 220

295 x 220

310 x 270

310 x 270

nb de cahiers

4

5

5

6

nb de bi-f° par cahier

8-5-8-1

6-6-8-6-7f°

5-4-4-4-4

4-4-4-2-4-4

nb de f° & pages

44 & 88

59 & 118

42 & 84

44 & 88

nb de feuillets coupés

0

0

3

2

nb de pages blanches

13

8

7

3

nb de pages utilisés

75

110

71

81

Document

M48-D

M66-A

M 78-A

M 78-C

date

1397-1398

1448-1449

1480-1481

1481-1482

support

parchemin

parchemin

parchemin

parchemin

dimensions

310 x 270

310 x 270

345 x 265

345 x 265

nb de cahiers

5

12

7

10

nb de bi-f° par cahier

4-4-4-4-2

11x4 & 3

6-6-6-6-6-6-6

6x4 & 5-4-4-5

nb de f° & pages

36 & 72

94 & 188

42 & 84

82 & 164

nb de feuillets coupés

0

3

3

5

nb de pages blanches

3

7

6

7

nb de pages utilisés

69

175

72

147

La réglure et la mise en page.

  • 9  AM, M46bis-B1.
  • 10  AM, M46bis-B2.

22La préparation de la page d’écriture présente une évolution certaine entre début et fin du XIVe siècle : la réglure assurément devient plus complexe, plus directive. Sur les deux feuilles de parchemin formant rouleau et portant le compte de l’année 13099, des lignes horizontales, espacées de 10 mm et tracées à la pointe sèche, guident du même côté chair une écriture pleine page et serrée. Sur les deux feuilles de papier formant rouleau et portant des opérations comptables réalisées entre 1313 et 132510, une simple ligne verticale réalisée à la pointe sèche délimite à gauche une marge de 20 mm.

  • 11  AM, M46bis-A.
  • 12  AM, M47-C.

23Les fragments du plus ancien des comptes en format registre conservés, écrit sur papier et datant de l’année 1372-1373, montrent une réglure au cadre : deux lignes verticales et deux lignes horizontales tracées à la mine traversent la page et délimitent ainsi un cadre entouré de huit espaces11. Cette forme se retrouve dans les quelques comptes suivants conservés sur papier mais sous d’autres formes et sans exclusive : la plupart des feuillets du compte de l’année 1394-139512 présente une réglure au cadre tracée à la pointe sèche et constituée de deux fois une ligne horizontale et de deux fois deux lignes verticales ; mais un feuillet a été réglé par pliure pour former deux repères verticaux (Fig. 18).

Fig. 18 : Réglures des comptes sur papier (M47-C, compte de l’année 1394-1395, cahier III)

a) cadre à deux traits verticaux à la pointe sèche (f° 177)

a) cadre à deux traits verticaux à la pointe sèche (f° 177)

b) deux lignes verticales par pliure (f° 181)

b) deux lignes verticales par pliure (f° 181)

24Les feuilles semblent donc préréglées, dans l’officine sans doute, selon des « modes » ou des « écoles » diverses. Mais c’est la réglure au cadre qui s’impose sur parchemin : elle est non seulement exclusive mais aussi rationalisée dans sa réalisation (Fig. 19). Elle est marquée à la mine côté chair, régularisée au niveau des lignes horizontales qui traversent d’un seul tracé le bifeuillet ouvert, harmonisée par cahier d’un bifeuillet à l’autre par des piqûres placées notamment aux intersections des lignes horizontales et verticales, marquant dans le cadre central des lignes espacées certes plus au moins régulièrement de 10 à 15 mm.

Fig. 19 : Réglure sur parchemin normalisée (AM, M78-A).

Fig. 19 : Réglure sur parchemin normalisée (AM, M78-A).

25La réglure assurément se stabilise ainsi mais seulement dans ces grandes lignes car elle reste labile dans ses formulations, dans le même document d’un cahier à l’autre ou dans le même cahier d’un bifeuillet à l’autre. Tantôt les piqûres sont bien présentes mais les lignes ne sont pas tracées, tantôt la limite verticale du cadre n’est doublée que d’un seul côté, ou bien triplée, en marge gauche ou droite, selon des écartements variés, selon qu’elle est centrée ou non dans la page, donc symétrique et valable aussi pour le verso ou non (Fig. 20). Ce sont des « petites mains » qui doivent préformater les feuilles qui arrivent dans les officines, avant que les rédacteurs des comptes ne les prennent en puisant dans un stock passablement hétérogène dans le détail, sans que l’on puisse déceler d’usages différenciés à ces variantes.

Fig. 20 : Variété des formulations de la réglur

a) un seul trait vertical à droite (M77-A)

a) un seul trait vertical à droite (M77-A)

b) trois traits verticaux à droite (M78-A)

b) trois traits verticaux à droite (M78-A)

26La diversité du rendu est grande mais ne semble pas toujours renvoyer à des nécessités administratives car les variantes qu’elles introduisent ne sont pas toutes utilisées par le rédacteur. Certes le double trait vertical délimitant une « gouttière » entre le cadre et les marges, a une utilité à la fois esthétique et administrative forte : celle de pouvoir détacher du texte cadré les initiales des paragraphes à gauche, les sommes à droite. Mais elles ne sont pas systématiques et ne sont donc pas imposées ni réprimées par l’administration ordonnatrice. En l’absence alors d’un « patron » rigide imposé, de quel principe cette souplesse est-elle l’expression ? D’une nonchalance permissive ou d’une incitation à l’amélioration du produit ?

27Le résultat est en tout cas évident : même incomplètement normalisée, la réglure vise à toujours plus de clarté dans la mise en page et donc d’efficacité dans la transmission, le contrôle et la fixation des informations.

28Sur les rouleaux à la réglure embryonnaire du début du XIVe siècle, l’information écrite est compactée : quelques lignes sont sautées il est vrai et les sommes récapitulatives sont centrées mais ce sont là les seuls effets de mise en page ; l’écriture est sans relief, ne distingue rien (Fig. 21)

Fig. 21 : Mise en page de l’information sur le compte de 1308 (M46bis-B1).

Fig. 21 : Mise en page de l’information sur le compte de 1308 (M46bis-B1).

29Sur les registres de la fin du XIVe siècle, les rubriques sont bien séparées, généralement reportées en haut des folios ; les dépenses commencent même toujours en haut d’un recto, le scribe ne change certes pas systématiquement de cahier mais il laisse parfois vide la fin du recto et tout le verso du feuillet précédent portant la fin des recettes. Les titres sont écrits en lettres accentuées et parfois ornés de lettrines montrant à la fois une extrême habilité à réaliser les volutes et une liberté de ton dans l’ornementation par « grotesques » (Fig. 22). Les paragraphes sont détachés les uns des autres par des lignes sautées et les débuts signalés par placement de l’initiale du premier des mots dans la marge gauche au-delà de la gouttière marquée par le double trait vertical ; les chiffres sont détachés des mots et les sommes des recettes et des dépenses de chaque paragraphe sont placées les unes sous les autres dans la marge droite, plus au moins séparées du texte selon qu’il existe ou non une ou plusieurs gouttières (Fig. 23).

Fig. 22 : Lettrine du titre de la rubrique achat de draps au f° 55v° du compte pour l’année 1474-1478 (M77-A).

Fig. 22 : Lettrine du titre de la rubrique achat de draps au f° 55v° du compte pour l’année 1474-1478 (M77-A).

Fig. 23 : Mise en page de l’information sur le f° 1 du compte pour l’année 1397-1398 (M 48-D).

Fig. 23 : Mise en page de l’information sur le f° 1 du compte pour l’année 1397-1398 (M 48-D).

30Il est certain que le compte est rédigé à l’aide du document de l’année précédente et que, au XVe siècle au moins, le modèle du formulaire est conçu à défaut de pouvoir être appliqué : en raison de l’inévitable plasticité des informations à consigner d’une année sur l’autre, il est impossible de préformater l’ensemble du compte mais le paragraphe concernant les frais occasionnés par l’écriture des deux exemplaires est parfois prérédigé, les espaces destinés à recueillir en fin de rédaction le nombre de feuillets étant laissé en blanc (Fig. 24).

Fig. 24 : Le paragraphe prérédigé des dépenses pour la rédaction de la grosse et du double du compte pour l’année 1448-1449 (M66-A).

Fig. 24 : Le paragraphe prérédigé des dépenses pour la rédaction de la grosse et du double du compte pour l’année 1448-1449 (M66-A).

31Le paiement au feuillet qu’énoncent les documents explique certes l’aération de la mise en page : la rémunération du scribe s’en trouve augmentée d’autant. Mais il est non moins évident que l’administration ordonnatrice laisse faire et y trouve donc intérêt.

Une place pour chaque intervention et chaque intervention à sa place.

32Cette mise en page, normalisée dans la seconde moitié du XIVe siècle et appliquée somme toute scrupuleusement par les receveurs successifs, répond parfaitement aux deux fonctions assignées à de tels documents : assurer en continu le contrôle de la gestion des finances de la ville et permettre dans la durée la constitution d’archives vives aisément consultables. Le compte passe ainsi par plusieurs mains qui, toutes, laissent des signes de leur intervention en des places bien précises, toujours ou presque les mêmes.

33Les recettes et les dépenses, détaillées dans le cadre central et chiffrées dans la marge droite, sont vérifiées par une cour composée de représentants à la fois de la commune et de l’administration ducale qui sont identifiés dans la marge de tête du premier folio : en 1448-1449, le compte a été mis en court par ledit receveur le cinquieme jour du mois d’aoust l’an M CCCC cinquante et ung par devant noble seigneur Phelippe de Courcelles, seigneur de Pollans et de Bousselanges, bailli de Dijon, et honorable homme et saige maistre Jehan Russy, maistre des comptes de monseigneur le duc de Bourgoingne audit Dijon, commissier de par mondit seigneur en ceste partie. Et Odot le Bedier, receveur du bailliaige dudit Dijon et Mongin Lacorne, commis de par messires les mayeur et eschevins de ladite ville à oyr les comptes d’icelle ville (Fig. 25).

Fig. 25 : Réception du compte de l’année 1448-1449 (M66-A, f° 1).

Fig. 25 : Réception du compte de l’année 1448-1449 (M66-A, f° 1).

34Il faut remarquer que ce sont là des spécialistes délégués à la fois de la ville et du prince : le regard de l’administration ducale n’était évidemment pas que technique mais aussi politique.

35Le calendrier mérite aussi attention : dans l’exemple précédent, entre la fin de l’année comptable 1449 intervenant le jour de la nativité Saint-Jean Baptiste, soit le 24 juin, et le 5 août 1451, jour de la « mise en court » du susdit compte, plus de deux ans se sont écoulés. Il est certes possible d’invoquer la charge de travail de ces hauts officiers et la difficulté de les réunir, mais ces documents ne sont évidemment pas destinés à la gestion directe et quotidienne des finances de la ville. Celle-ci doit suivre des canaux différents, qui constituent un sujet d’étude en soi dépassant l’objet de cette présentation, qui doivent passer notamment par le jeu social du crédit à la fois de la ville et de son receveur et produire d’autres documents.

36Mais retardé ou pas, le contrôle est réalisé, sérieusement semble-t-il. Au cours de l’audition, les sommes en marge droite sont corrigées quand cela est nécessaire. La marge gauche porte des « notes » et des « mémoires » énonçant les problèmes que certains paragraphes suscitent, notamment les défauts de présentation des certificats ou des quittances indispensables à justifier les dépenses. Sont ainsi posées des questions, énoncées des directives, référencées des preuves trouvées dans d’autres documents, consignés des actions menées et leurs résultats. Ainsi au f°1 du même compte de l’année 1448-1449, il est précisé que ce présent compte a esté oy sur le compte de Simon Naissaut feny au XXVe jour de juing l’an mil CCCC XLVIII (Fig. 26).

Fig. 26 : Annotation dans la marge gauche du f°1 du compte de l’année 1448-1449 (M66-A).

Fig. 26 : Annotation dans la marge gauche du f°1 du compte de l’année 1448-1449 (M66-A).

37Au f° 6v°, devant le paragraphe présentant l’amodiation de certains moulins, les pièces justificatives sont réclamées, car elles n’ont pas été présentées par le receveur ; et une autre main a apposé la suite donnée à cette réclamation (Fig. 27).

Fig. 27 : Annotation dans la marge gauche du f°6v° du compte de l’année 1448-1449 (M66-A). Rende le receveur en son compte suignant les lettres originales de ceste admodiation ou lad. la copie. Il appert par le compte Symon Naissaut, folio X° que ladite ferme fut baillée pour huit ans commençant à Noel M CCCC XLV, et ainsi rend bien cy ledit receveur.

Fig. 27 : Annotation dans la marge gauche du f°6v° du compte de l’année 1448-1449 (M66-A). Rende le receveur en son compte suignant les lettres originales de ceste admodiation ou lad. la copie. Il appert par le compte Symon Naissaut, folio X° que ladite ferme fut baillée pour huit ans commençant à Noel M CCCC XLV, et ainsi rend bien cy ledit receveur.

38À la fin de l’audition, le compte est clos et certifié par signature des auditeurs : les sommes des recettes, des dépenses et du debet sont inscrites et paraphées (Fig. 28). La réglure est alors largement ignorée : l’écriture, plus nerveuse et irrégulière, déborde sur la marge droite et paraît s’emparer de tout l’espace, s’affranchir des contraintes de la réglure suivie par le clerc, marquer une hiérarchie de fait entre faiseurs de comptes et contrôleurs des comptes.

Fig. 28 : Clôture du compte de l’année 1480-1481 (M78-A, f°86).

Fig. 28 : Clôture du compte de l’année 1480-1481 (M78-A, f°86).

39La reliure des cahiers avec les ajouts éventuels des feuillets isolés doit alors intervenir et le document archivé. Mais il reste une archive vive, susceptible d’être sortie, utilisée et donc annotée pendant de nombreuses années encore : c’est ainsi que le compte pour l’année 1448-1449, toujours dans la marge de gauche, porte les traces d’interventions au cours des années 1454 et 1458 (Fig. 29).

Fig. 29 : Annotation marginale datée de l’année 1458 dans le compte de l’année 1448-1449 (M66-A).

Fig. 29 : Annotation marginale datée de l’année 1458 dans le compte de l’année 1448-1449 (M66-A).

Conclusion

40À la fin du XIVe siècle, l’essentiel est fait et ne bouge plus que dans le détail au moins pendant le siècle couvert par notre échantillon : les comptes en registres sont écrits par des professionnels et non plus, comme au début du siècle, par le responsable politique. Ils présentent une réglure formalisée qui prépare le support afin que les receveurs ou leurs scribes successifs donnent une information somme toute « pro format », c’est-à-dire non seulement lisible et aisément contrôlable année après année mais aussi transmissible et consultable facilement dans la durée. Le principe du formulaire, c’est-à-dire, de la page prérédigée, est même déjà en place, certes ponctuellement appliqué encore et l’on peut bien imaginer, en attendant vérification, qu’il ne prendra son essor qu’avec l’imprimerie.

Haut de page

Notes

1  Archives municipales de Dijon (désormais AM), série M. Un grand merci au personnel, notamment à  la Conservatrice, madame Éliane Lochot, pour l’accueil, l’aide et l’aimable autorisation de reproduire les images.

2  AM, M 84 & M85.

3  Un usage fort courant rencontré aux mêmes dates dans la constitution des registres de papier des cherches des feux commandées par les États de Bourgogne en vue de recenser les feux solvables du duché et asseoir au mieux les aides financières octroyées au Duc : cf. Patrice Beck, Archéologie d’un document d’archives. Approche codicologique et diplomatique des cherches des feux bourguignonnes (1285-1543), Etudes et rencontres de l’École des Chartes n° 20, Paris, 2006, p. 49-62.

4  AM, M46bis, documents B1 à B10.

5  AM, M46bis, doct A.

6  Robert-Henry Bautier & Janine Sornay, Les sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge. Les états de la maison de Bourgogne, Paris, 2001, vol 1, p. 182.

7  AM M77 A

8  AM, M78 A.

9  AM, M46bis-B1.

10  AM, M46bis-B2.

11  AM, M46bis-A.

12  AM, M47-C.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 2 : Compte de Perrenot Moreaul de Dijon, receveur général des deniers de la ville de Dijon, des receptes et missions par lui faites en ung an commençent à la feste de la nativitey Saint Jehan Baptiste courant mil CCC IIIIxx et douze et fenissant à la dicte feste de Saint Jehan Baptiste ensuignant mil CCC IIIIxx et treze… (M47-A, f° 309).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/371/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre a) A luy la somme de vingt et sept livres quatorze solz huit deniers tournois, assavoir vingt et une livre six solz huit deniers pour la grosse de ce present compte qui contient IIc LVI fueilles chacun fueillet au…
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/371/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre b)…pris de vingt deniers tournois et six livres huit solz pour le double dudit compte contenant semblablement IIc LVI fueillez en papier, chacun fueillet au feur de six deniers tournois, font ces deux parties ladite somme de XXVII livres XIIII solz VIII deniers tournois.
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/371/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre a) M78-C
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/371/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1004k
Titre b) M77-A
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/371/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre b) filigrane à l’arc (M47-B, cahier II)
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/371/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre c) filigrane au croissant de lune étoilé (M47-A, cahier VIII)
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/371/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre a) vue générale de la feuille de tête
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/371/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre b) en tête du verso : Cest li compe Berthelomot Janniot maiour de la qommune de Dijon
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/371/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre c) en fin de recto : somme que l’on doit au maire…
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/371/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 11 : Archives municipales de Dijon, l’une des étagères aux comptabilités.
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/371/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre a) reliure des bifeuillets emboîtés formant un cahier
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/371/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 5,6M
Titre b) reliure de deux cahiers juxtaposés dans un document
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/371/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 4,7M
Titre Fig. 15 : Bifeuillet intercalé dans le cahier III du compte de l’année 1480-1481 (M78-A).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/371/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre a) cadre à deux traits verticaux à la pointe sèche (f° 177)
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/371/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre b) deux lignes verticales par pliure (f° 181)
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/371/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Titre Fig. 19 : Réglure sur parchemin normalisée (AM, M78-A).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/371/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre a) un seul trait vertical à droite (M77-A)
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/371/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Titre b) trois traits verticaux à droite (M78-A)
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/371/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Fig. 21 : Mise en page de l’information sur le compte de 1308 (M46bis-B1).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/371/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Titre Fig. 22 : Lettrine du titre de la rubrique achat de draps au f° 55v° du compte pour l’année 1474-1478 (M77-A).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/371/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 23 : Mise en page de l’information sur le f° 1 du compte pour l’année 1397-1398 (M 48-D).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/371/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Fig. 24 : Le paragraphe prérédigé des dépenses pour la rédaction de la grosse et du double du compte pour l’année 1448-1449 (M66-A).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/371/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 25 : Réception du compte de l’année 1448-1449 (M66-A, f° 1).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/371/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 26 : Annotation dans la marge gauche du f°1 du compte de l’année 1448-1449 (M66-A).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/371/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Fig. 27 : Annotation dans la marge gauche du f°6v° du compte de l’année 1448-1449 (M66-A). Rende le receveur en son compte suignant les lettres originales de ceste admodiation ou lad. la copie. Il appert par le compte Symon Naissaut, folio X° que ladite ferme fut baillée pour huit ans commençant à Noel M CCCC XLV, et ainsi rend bien cy ledit receveur.
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/371/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Fig. 28 : Clôture du compte de l’année 1480-1481 (M78-A, f°86).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/371/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 916k
Titre Fig. 29 : Annotation marginale datée de l’année 1458 dans le compte de l’année 1448-1449 (M66-A).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/371/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrice Beck, « Les comptabilités de la commune de Dijon », Comptabilités [En ligne], 2 | 2011, mis en ligne le 17 novembre 2011, consulté le 01 mai 2017. URL : http://comptabilites.revues.org/371

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org