Navigation – Plan du site
Articles

Ruptures politiques et mutations comptables au bailliage d’Hesdin en Artois au xive siècle

Jean-Baptiste Santamaria

Résumés

L’évolution progressive des comptes tenus pour la recette du bailliage d’Hesdin en Artois au cours du xive siècle a entraîné leur radicale transformation, depuis des rouleaux de parchemins couvrant quelques mois jusqu’à d’amples registres reliant entre eux des séries entières de comptes annuels. Or parallèlement, le comté d’Artois changeait de main, passant notamment sous le contrôle des ducs capétiens de Bourgogne, de la monarchie française, du comte de Flandre, pour échoir finalement aux ducs Valois de Bourgogne. Les transformations institutionnelles ayant accompagné ces bouleversements, l’introduction de nouvelles méthodes de gestion comme les décharges et la standardisation opérée par les instances de contrôle ont entraîné une modification de l’usage de ces comptes, instruments de contrôle plus que de gestion. Les évolutions codicologiques constatées entre les années 1320 et 1390 renvoient à la complexification d’une ingéniérie financière fondée sur les jeux d’écriture, donc la virtualisation de l’argent, exigeant un instrument indispensable au contrôle de flux financiers à une échelle dépassant les cadres de l’Artois. À partir des années 1380, les spécialistes en charge de ce contrôle, à savoir les gens des comptes, furent les catalyseurs de cette transformation codicologique entamée une cinquantaine d’années plut tôt.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Archives départementales du Pas-de-Calais, série A (Trésor des chartes d’Artois) : ADPdC.
  • 2 Archives départementales du Nord, série B (Chambre des comptes de Lille et Trésor des chartes de Li (...)

1Au cours du xive siècle, les comptes des bailliages d’Artois subissent une transformation profonde : à la fin du principat de Mahaut d’Artois ils sont tenus par des baillis, sous forme de rouleaux de parchemin remis en trois termes annuels à un groupe instable de contrôleurs, et servent à alimenter le compte d’un receveur général d’Artois. À la fin du siècle, ils sont tenus par des receveurs toujours sur parchemin mais sous forme de gros registres annuels qui, remis à la Chambre des comptes de Lille, alimentent la comptabilité du receveur général de toutes les finances du duc de Bourgogne. L’étude du bailliage d’Hesdin permet, en raison de l’état de conservation de la série, de suivre les mutations codicologiques d’un compte domanial, en particulier au cours de plusieurs phases de changements politiques et administratifs, particulièrement nombreux en Artois, et ce bien avant l’instauration de la Chambre des comptes de Lille en 1386. La présente enquête couvre cette période de mutation, allant de 1324 à 1391, et s’appuie sur l’étude de 39 comptes conservés à Arras1 et Lille2 ; incomplète sur un plan sériel, elle laisse également de côté la période 1347-1352, pour laquelle les comptes conservés sont des copies réalisées à la Chambre des comptes de Paris. Les comptes exploités constituent par ailleurs des années complètes, soit trois termes jusque 1385, un compte annuel ensuite. La confrontation d’années entières permet en particulier d’évaluer l’évolution de la quantité de parchemin employée.

2Il s’agit donc de comprendre les logiques ayant conduit à l’élaboration progressive d’un compte-livre, en allant au-delà de la simple constatation d’une tendance générale entre xiiie et xve siècle : d’une part en replaçant l’étude codicologique, réalisée de la manière la plus précise possible, dans le cadre des transformations politiques, institutionnelles et sociales, d’autre part en mettant en rapport forme comptable, réalité de la gestion de la caisse et coûts d’élaboration. C’est pourquoi il faudra nous intéresser à la figure du clerc comptable, véritable artisan du compte. Mais plus encore, c’est la question de la finalité du compte que pose cette transformation : pièce de contrôle, document d’archives, moyen de règlement financier entre manieurs d’argent ?

  • 3 Hans Robert Jauss, Pour une esthétique de la réception, Paris, 1978. Cette théorie, définie afin de (...)

3Notre interrogation sera donc la suivante : en quoi les transformations matérielles, codicologiques, témoignent-elles d’une modification de la fonction du compte au sein de la principauté artésienne ? Dans ce cadre, il faudra nous interroger sur les examinateurs pour lesquels ces comptes furent réalisés. La notion de réception, voire d’esthétique de la réception définie par Hans Robert Jauss, sera donc l’un des fils conducteurs de cette analyse3.

  • 4 Les cotes commençant par A proviennent des ADPdC, et donc du Trésor des Chartes d’Artois, les cotes (...)

Fig. 1 : corpus des comptes du bailliage d’Hesdin utilisés dans cette étude4

Cote actuelle

Date de début d'exercice

Date de fin d'exercice

A 436-1

Toussaint 1324

Chandeleur 1325

A 438-2

Chandeleur 1325

Ascension 1325

A 441-4

Ascension 1325

Chandeleur 1325

A 602-5

Toussaint 1340

Chandeleur 1341

A 604-3

Chandeleur 1341

Ascension 1341

A 606 3

Ascension 1341

Toussaint 1341

A 651-1 (incomplet)

Ascension 1346

Toussaint 1346

A 654-2

Toussaint 1346

Chandeleur 1347

A 655-5

Chandeleur 1347

Ascension 1347

B 15 272-1

Ascension 1358

Toussaint 1358

B 15 272-2

Toussaint 1358

Chandeleur 1359

B 15 272-3

Chandeleur 1359

Ascension 1359

B 15 274-1

Ascension 1366

Toussaint 1366

B 15 274-2

Toussaint 1366

Chandeleur 1367

B 15 274-3

Chandeleur 1367

Ascension 1367

B 15 274-4

Ascension 1367

Toussaint 1367

B 15 275-1

Toussaint 1367

Chandeleur 1368

B 15 275-2

Chandeleur 1368

Ascension 1368

B 15 275-3

Ascension 1368

Toussaint 1368

B 15 275-4

Toussaint 1368

Chandeleur 1369

B 15 275-5

Chandeleur 1369

Ascension 1369

B 15 276

Ascension 1369

Toussaint 1369

B 15 283-1

Chandeleur 1381

Ascension 1381

B 15 283-2

Ascension 1381

Toussant 1381

B 15 283-3

Toussaint 1381

Chandeleur 1382

B 15 284-1

Chandeleur 1382

Ascension 1382

B 15 284-2

Ascension 1382

Toussaint 1382

B 15 824-3

Toussaint 1382

Chandeleur 1383

B 15 285-1

Chandeleur 1383

Ascension 1383

B 15 285-2

Ascension 1383

Toussaint 1383

B 15 285-3

Toussaint 1383

Chandeleur 1384

B 15 286-1

Chandeleur 1384

Ascension 1384

B 15 286-2

Ascension 1384

Toussaint 1384

B 15 286-3

Toussaint 1384

Chandeleur 1385

B 15 287

Ascension 1385

24 juin 1386

B 15 288

25 juin 1386

24 juin 1387

B 15 289

25 juin 1387

24 juin prolongé au 1er septembre 1388

B 15 290

1er septembre 1388

24 juin 1389

B 15 291

25 juin 1389

24 juin 1390

B 15 292

25 juin 1390

24 juin 1391

La longue construction du livre comptable (nature des supports, reliure, volume et formats)

Du rouleau au registre : la marche de l’histoire codicologique ?

  • 5 Bernard Delmaire, Le compte général du receveur d’Artois pour 1303-1304. Edition précédée d’une int (...)

4En Artois, les comptes de bailliages étaient tenus en rouleau dans la première moitié du xive siècle. Comme l’a montré Bernard Delmaire, on utilisait cependant déjà les registres pour les comptes du receveur général d’Artois, qui retranscrivait d’ailleurs le détail des comptes des bailliages5. Les comptes en rouleau des bailliages constituaient donc un document d’une importance relative pour les archives et, de toute manière, les baillis étaient responsables de leurs finances devant le receveur général, bien plus que devant le prince.

  • 6 Compte du bailliage d’Avesnes, pour le roi, Ascension 1349. Le compte du bailliage de Chocques à l’ (...)

5Le basculement des rouleaux aux registres se fit à Hesdin entre l’Ascension 1347 et l’Ascension 1358. La question de la forme des comptes originaux en 1347-1353 dont nous est restée une copie en registres, intéresse évidemment cette analyse. Il est en tout cas attesté que dans d’autres bailliages, comme celui d’Avesnes, les rouleaux étaient encore utilisés en 1349, dans des comptes rendus pour le roi6. Il est en tout cas clair que la période correspondant à ce basculement est celle d’une mainmise de la monarchie, directe en 1348-1349, puis par le biais de Jeanne de Boulogne. Nous le verrons, des causes plus financières expliquent ce basculement, si l’on s’en rapporte au bilan des comptes.

Volume des comptes

  • 7 6,11 folios en moyenne de 1324 à 1347. La moyenne est certes faussée par le compte de la Toussaint (...)

6Le premier compte étudié, pour la Chandeleur 1325, comporte 5 folios, et les comptes en rouleaux font en moyenne 6 folios7. Les comptes en registres des années 1358-1385 en comportent de 8 à 20, en moyenne 12,5 folios. Les derniers comptes courant entre 1385 et 1391 en contiennent en moyenne 31. La transformation de l’objet-compte est donc radicale. Mais en réalité, la perspective est faussée par deux basculements : celui du rouleau au registre, qui se solde par un raccourcissement des folios, et l’intégration en 1 volume annuel des trois termes rendus séparément jusqu’en 1385. Pour être plus juste, il faut donc mesurer la longueur du texte sur une durée annuelle, en regroupant les trois comptes rendus sur cette durée jusqu’en 1385, et en comptant le recto seul des folios de rouleaux, et le recto et le verso des registres. La longueur exprimée en mm fait apparaître une évolution plus pertinente.

Fig. 2 : évolution du volume des comptes du bailliage d’Hesdin

Année complète d'exercice

Format du compte

Nombre de comptes

Longueur de la surface utilisée (en mm)

Longueur du parchemin

Toussaint 1324- Toussaint 1325

Rouleau

3

8388

8388

Toussaint 1340- Toussaint 1341

Rouleau

3

12 264

12 264

Ascension 1346- Ascension 1347

Rouleau

3

9087 [Incomplet]

9087 [Incomplet]

Ascension 1358-Ascension 1359

Registre

3

31635

15817

Ascension 1366-Ascension 1367

Registre

3

22940

11470

Ascension 1367-Ascension 1368

Registre

3

23790

11895

Ascension 1368-Ascension 1369

Registre

3

25416

12708

Chandeleur 1381-Chandeleur 1382

Registre

3

32628

16294

Chandeleur 1382-Chandeleur 1383

Registre

3

27672

13836

Chandeleur 1383-Chandeleur 1384

Registre

3

23468

11824

Chandeleur 1384-Chandeleur 1385

Registre

3

25004

12502

Ascension 1385-24 juin 1386

Registre

1

19818

9909

25 juin 1386-24 juin 1387

Registre

1

17664

8832

25 juin 1387-24 juin 1388

Registre

1

21 344

10 672

25 juin 1388-24 juin 1389

Registre

1

22 260

10 320

25 juin 1389-24 juin 1390

Registre

1

26 988

13 494

25 juin 1390- 24 juin 1391

Registre

1

28 044

14 022

  • 8 Dans les comptes en rouleaux, on se contente d’indiquer la somme des dépenses de travaux, en précis (...)
  • 9 C’est notamment le cas des pensions et gages, dont le volume diminue de moitié entre 1384-1385 et 1 (...)

7Les comptes en rouleaux manifestent une relative régularité, entre 8,3 et 12,3 m de longueur de surface utilisée, encore que s’esquisse une relative augmentation entre les années 1320 et les années 1340. La véritable rupture se situe avec l’avènement des registres, dont la longueur est bien plus importante : dès 1358 on atteint les 31,6 m de longueur, longueur qui atteint en moyenne pour les années 1358-1385 les 26,6 m, soit bien plus du double. Ce changement ne saurait être interprété comme une inflation documentaire, due à l’ajout de détails dans le compte : on a simplement intégré dans les nouveaux registres le compte des ouvrages réalisés au château d’Hesdin, lesquels étaient comptés à part par compte spécial du temps des comptes en rouleau. Désormais, du fait d’une gestion comptable confiée à un spécialiste des finances, on concentre dans un même compte et une même reddition ces deux gestions, sans d’ailleurs renoncer à la tenue d’un compte en rouleau des œuvres : cet ajout représente ainsi la moitié du compte de 1358-13598. En réalité, la sobriété de la documentation est remarquable, au moins jusqu’à la fin de notre période. On demeure dans un volume mesuré : les comptes des années 1380 sont d’une longueur équivalente aux années 1360. On peut même constater que la commission des comptes de 1385 puis la Chambre parviennent même à faire baisser la longueur des comptes. L’annualisation du compte se traduit en effet par une réduction du volume des recettes, dont les parties sont simplifiées : un même paiement sur trois termes ne donne plus lieu qu’à une mention et non trois9. Cependant, après 1386, une tendance nouvelle et régulière à la hausse se manifeste, conduisant à une augmentation en 5 ans de 70 %. On resta cependant dans des volumes inférieurs au compte de 1358-1359.

  • 10 Notamment dans le paiement de certaines parties par décharges et assignations, qui conduit à des ré (...)
  • 11 En fin du compte de la Chandeleur 1347, une note de type « memoire » précise ainsi : « memoire de r (...)

8Cette tendance était due aux exigences désormais plus fréquentes de précisions10. Les demandes de ce type étaient en effet bien plus rares avant 1385, se limitant à des consignes pour obtenir à l’avenir des précisions sur la valeur d’une terre et de ses revenus, déjà à l’époque des rouleaux11.

  • 12 Je renvoie sur ce chapitre à ma thèse : Jean-Baptiste Santamaria, La Chambre des comptes de Lille d (...)
  • 13 ADN B 15286-2, f°9.

9C’est surtout dans le basculement des comptes à trois termes vers un compte annuel que les gens de la commission temporaire des comptes établie par Philippe le Hardi portent la plus grande responsabilité. Ils imposent ce changement par une note inscrite dans le compte, comme ils l’ont fait dans les autres bailliages d’Artois, suivant ce qui avait déjà été imposé par la Chambre des comptes de Dijon à Lens, du temps où ce bailliage faisait partie des biens de Marguerite de Male12. Pour le compte d’Hesdin, c’est lors de la vérification intervenue les 3 et 4 octobre 1385 qu’ils inscrivirent au compte-courant de l’Ascension à la Toussaint 1384 la mention suivante :13

« Soit fait doresenavant le compte de ceste baillie pour I an entier commencant a la nativité Saint Jehan fenissant a samblable jour, et pour le prouchain compte soit fait de l'Ascension CCCIIIIIXX V jusques a la nativité Saint Jehan CCC IIIIXX VI tout anchiz pour le dit premier prouchain compte. »

  • 14 Compte courant de l’Ascension 1385 à la Toussaint 1386. ADN B 15287.
  • 15 « <Deniers bailliéz tous comptans> Roye pour ce qu'il est mis au net cy apres [...] <soit mis cy apres en deniers paiéz par mandement de monseigneur> [verso :] <Autres deniers paiez tant par mandement de monseigneur <comme pour dons et remissions> Royé pour ce que ce chapitre est mi</Autres></soit></Deniers> (...)
  • 16 « Il est ordené par monseigneur le chancellier et le conseil estans a Hesdin ou mois de decembre M (...)

10Le premier compte rendu après cet ordre suivait fidèlement ces instructions14. Le changement fut définitif. Plus rarement, les gens des comptes purent imposer la modification du compte une fois celui-ci rendu : jugeant par exemple peu claire la disposition de certains chapitres de dépenses au compte de 1390-1391, ils exigèrent que le chapitre des « deniers bailliéz tous comptans » et « autres deniers paiéz tant par mandement de monseigneur comme pour dons et remissions » soient rayés et réorganisés. Pour faire face à l’afflux de dépenses gagées sur cette recette locale, une organisation plus claire était en effet nécessaire pour comparer les virements effectués entre comptes15. Preuve s’il en est de l’influence des consignes ou des attentes des contrôleurs, sur le plan formel du moins. Ils n’étaient pas seuls à s’en soucier. Une autre modification intervint à la suite d’une note des gens des comptes, mais sur décision du chancelier et du conseil ducal réunis à Hesdin en décembre 1390 : c’est l’instance suprême du pouvoir, après le prince, qui signifia que le receveur aurait désormais à préciser « en l’ordinaire de ses comptes » le détail des opérations concernant les avoines, confié un temps au frère du receveur16.

  • 17 Le plus souvent, les comptes forment un volume compris entre 28 et 38 folios.

11Le basculement progressif des rouleaux vers des registres annuels suit donc les étapes suivantes : rouleaux couvrant trois termes, puis registres regroupant ces trois termes distincts jusqu’en 1385, et enfin registres annuels à partir de 1386. Cette évolution s’est accompagnée d’une augmentation de la régularité du volume en folios. Certes, les comptes à trois termes tenus en registres reflètent encore la même irrégularité de volume que pour les comptes en rouleaux, puisqu’on trouve sur une même année (en 1358-1359) des comptes de 8, 17 et 20 folios. Le compte de la période Ascension-Toussaint, période traditionnelle de rentrée d’argent dans les campagnes, est caractérisé par un plus grand volume. Le rapport de proportion entre les termes a tendance à rester constant au cours des années 1382-1385. Pour ce qui est du volume total, les écarts de dimension sont encore plus limités, de sorte que sur la période 1358-1385, et même au-delà, l’ampleur de l’information comprise dans un compte annuel varie peu17. On trouve donc sinon un souci de régularité, du moins une relative récurrence des pratiques scripturales.

Superficie

12Une autre variable mérite également notre attention, celle de la superficie de parchemin utilisée entre 1324 et 1391. On a en effet là un indicateur du souci ou non d’utilisation de la matière première du compte, et un moyen de savoir quelle quantité de peau était utilisée.

  • 18 Le calcul repose sur les dimensions de chaque feuille de parchemin pour les comptes de 1324-1325, e (...)

13Le constat est alors assez voisin de celui relatif à la longueur des comptes. L’augmentation est sensible entre comptes en rouleaux et comptes en registres : les comptes de 1324-1325 ont nécessité 2,2 m² de parchemin, surface déjà notable, mais ceux de 1381-1382 portent cette surface à 5,2 m² pour 45 folios18, et en 1382-1383 encore 4,5 m² pour 37 folios. Les dimensions voisines des comptes suivants laissent deviner des proportions voisines. Il fallait donc environ 4 à 5 m² pour un compte d’une quarantaine de folios, volume non négligeable. Mais on observera que l’augmentation était bien moins forte que celle de la surface écrite. Dans la mesure où la largeur des comptes a peu varié, on peut prendre comme référence la longueur des comptes de 1324 et 1381, et observer que la longueur utile d’écriture était passée de 8,3 m à 32 m. On avait donc quadruplé la surface disponible, en doublant le matériau utilisé : cela était dû au fait que les folios des registres étaient écrits au recto et au verso. Le souci d’économies était là encore évident, et l’augmentation due aux consignes d’inclure le compte des travaux dans le compte de bailliage. Les clercs se sont toujours montrés soucieux de ne pas gaspiller le parchemin.

Dimensions

14La dimension des feuilles de parchemin laisse apparaître des transformations dans la tenue des comptes, mais aussi un souci empirique de régularité, souci s’affirmant spécialement avec la tenue des comptes en registres.

Fig. 3 : évolution de la dimension des comptes du bailliage d’Hesdin

Cote

Date de début d'exercice

Date de fin d'exercice

Nombre de folios

Longueur totale

A 436-1

Toussaint 1324

Chandeleur 1325

5

2169

A 438-2

Chandeleur 1325

Ascension 1325

6

2379

A 441-4

Ascension 1325

Chandeleur 1325

7

3840

TOTAL 1324-1325

18

8388

A 602-5

Toussaint 1340

Chandeleur 1341

10

5128

A 604-3

Chandeleur 1341

Ascension 1341

6

3213

A 606 3

Ascension 1341

Toussaint 1341

6

3923

TOTAL 1340-1341

22

12 264

A 651-1 (incomplet)

Ascension 1346

Toussaint 1346

5

3363

A 654-2

Toussaint 1346

Chandeleur 1347

4

2838

A 655-5

Chandeleur 1347

Ascension 1347

6

2886

TOTAL 1346-1347

15

9087

B 15 272-1

Ascension 1358

Toussaint 1358

8

5600

B 15 272-2

Toussaint 1358

Chandeleur 1359

20

14050

B 15 272-3

Chandeleur 1359

Ascension 1359

17

11985

TOTAL 1358-1359

45

31635

B 15 274-1

Ascension 1366

Toussaint 1366

14

10360

B 15 274-2

Toussaint 1366

Chandeleur 1367

9

6660

B 15 274-3

Chandeleur 1367

Ascension 1367

8

5920

TOTAL 1366-1367

31

22940

B 15 274-4

Ascension 1367

Toussaint 1367

12

8880

B 15 275-1

Toussaint 1367

Chandeleur 1368

11

8250

B 15 275-2

Chandeleur 1368

Ascension 1368

9

6660

TOTAL 1367-1368

32

23790

B 15 275-3

Ascension 1368

Toussaint 1368

18

13320

B 15 275-4

Toussaint 1368

Chandeleur 1369

8

6048

B 15 275-5

Chandeleur 1369

Ascension 1369

8

6048

TOTAL 1368-1369

34

25416

B 15 276

Ascension 1369

Toussaint 1369

20

15096

B 15 283-1

Chandeleur 1381

Ascension 1381

16

12224

B 15 283-2

Ascension 1381

Toussant 1381

17

11884

B 15 283-3

Toussaint 1381

Chandeleur 1382

12

8520

TOTAL 1381-1382

45

32628

B 15 284-1

Chandeleur 1382

Ascension 1382

9

6728

B 15 284-2

Ascension 1382

Toussaint 1382

16

12144

B 15 824-3

Toussaint 1382

Chandeleur 1383

12

8800

TOTAL 1382-1383

37

27672

B 15 285-1

Chandeleur 1383

Ascension 1383

8

5920

B 15 285-2

Ascension 1383

Toussaint 1383

14

10360

B 15 285-3

Toussaint 1383

Chandeleur 1384

12

7368

TOTAL 1383-1384

34

23648

B 15 286-1

Chandeleur 1384

Ascension 1384

8

5840

B 15 286-2

Ascension 1384

Toussaint 1384

14

10332

B 15 286-3

Toussaint 1384

Chandeleur 1385

12

8832

TOTAL 1384-1385

34

25004

B 15 287

Ascension 1385

24 juin 1386

27

19818

B 15 288

25 juin 1386

24 juin 1387

24

17664

B 15 289

25 juin 1387

24 juin prolongé au 1er septembre 1388

29

21 344

B 15 290

1er septembre 1388

24 juin 1389

30

22 260

B 15 291

25 juin 1389

24 juin 1390

39

26 988

B 15 292

25 juin 1390

24 juin 1391

38

28 044

15L’âge des rouleaux n’est nullement marqué par l’anarchie des dimensions : la logique de ce type de support n’imposait pas les mêmes contraintes que celle des registres. En effet, la longueur des feuilles n’exigeait pas de régularité, en l’absence de réglage par piqûre, en l’absence de nécessité de voir les feuilles superposées. Une fois roulée, la longueur des feuillets n’avait aucune importance. Pour autant, les dimensions rencontrées révèlent des proportions voisines pour les feuilles d’un même compte, proportions que l’on ne retrouve cependant pas du tout d’un compte à l’autre. Ainsi la plupart des feuilles du compte de la Chandeleur 1325 oscillent entre 472 et 536 mm, celles du compte de l’Ascension 1325 entre 444 et 462 mm à deux exceptions près, celles de la Chandeleur 1325 entre 510 et 607 mm à une exception près. Encore en 1346, le compte de la Toussaint 1346 comprend des feuilles oscillant entre 716 et 826 mm, à une exception près. Cette relative régularité pourrait s’expliquer par une nécessité économique, à savoir le découpage des peaux. Autre relative constante, chaque compte s’achève sur une feuille bien plus courte (195 mm à la Chandeleur 1325, 198 mm à l’Ascension 1326, encore 200 mm à l’Ascension 1347). C’est le cas de la plupart des comptes. Les clercs ont visiblement souhaité éviter l’emploi d’un parchemin trop long pour terminer leur compte. Dernière observation relative à la longueur des peaux : une tendance assez sensible entre les années 1320 et les années 1340 à l’allongement, dont j’ignore la cause.

Fig. 4 : évolution de la longueur des rouleaux de parchemin

Date de fin d'exercice

Folio 1 : longueur en mm

Folio 2 : longueur en mm

Folio 3 : longueur en mm

Folio 4 : longueur en mm

Folio 5 : longueur en mm

Folio 6 : longueur en mm

Folio 7 : longueur en mm

Folio 8 : longueur en mm

Folio 9 : longueur en mm

Folio 10 : longueur en mm

Chandeleur 1325

503

536

463

472

195

Ascension 1325

456

462

364

444

455

198

Chandeleur 1325

565

567

592

607

529

470

510

Chandeleur 1341

528

680

508

544

602

328

505

670

558

205

Ascension 1341

720

627

549

585

578

154

Toussaint 1341

697

636

692

508

688

702

Toussaint 1346

808

826

288

716

725

Chandeleur 1347

925

715

890

308

Ascension 1347

643

665

197

674

507

200

16La largeur des rouleaux présente une régularité bien plus grande, qui s’explique notamment par un souci de présentation, puisque les feuillets sont généralement bien alignés au niveau de la couture, surtout sur la gauche, mais aussi parce que la largeur des feuilles commandait la largeur du rouleau.

Fig. 5 : évolution de la largeur des rouleaux de parchemin

Date de fin d'exercice

Folio 1 : largeur en mm

Folio 2 : largeur en mm

Folio 3 : largeur en mm

Folio 4 : largeur en mm

Folio 5 : largeur en mm

Folio 6 : largeur en mm

Folio 7 : largeur en mm

Folio 8 : largeur en mm

Folio 9 : largeur en mm

Folio 10 : largeur en mm

Chandeleur 1325

301

297

294

290

290

Ascension 1325

273

275

275

275

275

275

Chandeleur 1325

281

282

284

274

278

281

280

Chandeleur 1341

281

275

277

276

283

270

280

270

273

257

Ascension 1341

285

288

291

285

285

280

Toussaint 1341

289

283

289

288

291

279

Toussaint 1346

275

279

283

278

272

Chandeleur 1347

285

285

284

280

Ascension 1347

282

278

283

278

285

283

17Plus encore, la largeur des feuillets est très voisine d’un compte à l’autre au sein d’une année, mais aussi d’une année à l’autre, avec une assez grande précision, bien souvent de l’ordre de quelques mm : la dimension de référence semble être aux environs de 280 mm, dimension pas si éloignée de celle des comptes en registres.

  • 19 Compte de l’Ascension 1347. ADPdC A 655-2.

18Le souci de régularité au sein de chaque compte est très certainement lié à une volonté de présentation, afin de faciliter la lecture. Mais le maintien des proportions d’un compte à l’autre renvoie, à mon avis, à une volonté de faciliter la consultation des documents comme pièces d’archives. En effet, il semble qu’un calibrage différent existe entre les différents bailliages d’Artois : on trouve en effet une largeur que l’on ne retrouve à Hesdin, 240 mm, sur un des comptes du bailliage d’Avesnes19.

19Le basculement en registres entraîne une standardisation bien plus poussée des dimensions. Au sein de chaque cahier tout d’abord, la longueur comme la largeur des folios est rigoureusement identique, de sorte que leur bord a certainement été coupé après pliage, ce qui pourrait correspondre à un pliage en 2 dans le sens de la longueur des feuilles jusque-là utilisées dans les rouleaux si l’on s’en réfère aux dimensions en quatre. C’est là un phénomène présent dès 1358, et constant par la suite.

Fig. 6 : évolution de la longueur des cahiers de parchemin

Cote

Date de début d'exercice

Date de fin d'exercice

Longueur du premier cahier

(en mm)

Longueur du deuxième cahier (en mm)

Longueur du troisième cahier

(en mm)

B 15 272-1

Ascension 1358

Toussaint 1358

350

350

B 15 272-2

Toussaint 1358

Chandeleur 1359

350

355

B 15 272-3

Chandeleur 1359

Ascension 1359

353

352

B 15 274-1

Ascension 1366

Toussaint 1366

370

370

B 15 274-2

Toussaint 1366

Chandeleur 1367

370

370

B 15 274-3

Chandeleur 1367

Ascension 1367

370

370

B 15 274-4

Ascension 1367

Toussaint 1367

370

B 15 275-1

Toussaint 1367

Chandeleur 1368

375

375

B 15 275-2

Chandeleur 1368

Ascension 1368

370

B 15 275-3

Ascension 1368

Toussaint 1368

370

370

B 15 275-4

Toussaint 1368

Chandeleur 1369

378

B 15 275-5

Chandeleur 1369

Ascension 1369

378

B 15 276

Ascension 1369

Toussaint 1369

378

377

B 15 283-1

Chandeleur 1381

Ascension 1381

382

382

B 15 283-2

Ascension 1381

Toussant 1381

346

351

346

B 15 283-3

Toussaint 1381

Chandeleur 1382

358

349

B 15 284-1

Chandeleur 1382

Ascension 1382

374

372

B 15 284-2

Ascension 1382

Toussaint 1382

380

379

B 15 824-3

Toussaint 1382

Chandeleur 1383

372

356

B 15 285-1

Chandeleur 1383

Ascension 1383

370

B 15 285-2

Ascension 1383

Toussaint 1383

370

B 15 285-3

Toussaint 1383

Chandeleur 1384

370

Total

B 15 286-1

Chandeleur 1384

Ascension 1384

365

B 15 286-2

Ascension 1384

Toussaint 1384

369

B 15 286-3

Toussaint 1384

Chandeleur 1385

368

B 15 287

Ascension 1385

24 juin 1386

367

B 15 288

25 juin 1386

24 juin 1387

368

B 15 289

25 juin 1387

24 juin prolongé au 1er septembre 1388

368

B 15 290

1er septembre 1388

24 juin 1389

371

371

B 15 291

25 juin 1389

24 juin 1390

347

345

B 15 292

25 juin 1390

24 juin 1391

369

369

369

20D’un cahier à l’autre et d’un compte à l’autre, les variations sont mineures. Concernant la longueur notamment, pour laquelle on retrouve des dimensions égales au sein d’un compte lorsqu’il est composé de plusieurs cahiers, le plus souvent au mm près. Une régularité qui se retrouve, dans une moindre mesure, au fil des ans, tous les comptes étant compris dans un écart de 3 cm, et la tendance l’emportant dès 1366 et se confirmant dans les années 1380 allant aux comptes de 370 mm, avec parfois des comptes de 345 à 350 mm. Ici, les nécessités de la lecture et de l’archivage se sont imposées pour améliorer l’utilisation des comptes, conduisant à une véritable standardisation.

Fig. 7 : évolution de la largeur des cahiers de parchemin

Cote

Date de début d'exercice

Date de fin d'exercice

Largeur du

premier cahier

Largeur du

deuxième cahier

Largeur du

troisième cahier

B 15 272-1

Ascension 1358

Toussaint 1358

290

290

B 15 272-2

Toussaint 1358

Chandeleur 1359

296

295

B 15 272-3

Chandeleur 1359

Ascension 1359

295

297

B 15 274-1

Ascension 1366

Toussaint 1366

300

300

B 15 274-2

Toussaint 1366

Chandeleur 1367

294

B 15 274-3

Chandeleur 1367

Ascension 1367

298

B 15 274-4

Ascension 1367

Toussaint 1367

301

B 15 275-1

Toussaint 1367

Chandeleur 1368

300

303

B 15 275-2

Chandeleur 1368

Ascension 1368

297

B 15 275-3

Ascension 1368

Toussaint 1368

301

301

B 15 275-4

Toussaint 1368

Chandeleur 1369

308

B 15 275-5

Chandeleur 1369

Ascension 1369

308

B 15 276

Ascension 1369

Toussaint 1369

307

307

B 15 283-1

Chandeleur 1381

Ascension 1381

328

324

B 15 283-2

Ascension 1381

Toussant 1381

314

322

310

B 15 283-3

Toussaint 1381

Chandeleur 1382

317

318

B 15 284-1

Chandeleur 1382

Ascension 1382

318

333

B 15 284-2

Ascension 1382

Toussaint 1382

323

328

B 15 824-3

Toussaint 1382

Chandeleur 1383

328

301

B 15 285-1

Chandeleur 1383

Ascension 1383

329

B 15 285-2

Ascension 1383

Toussaint 1383

309

B 15 285-3

Toussaint 1383

Chandeleur 1384

307

B 15 286-1

Chandeleur 1384

Ascension 1384

306

B 15 286-2

Ascension 1384

Toussaint 1384

310

B 15 286-3

Toussaint 1384

Chandeleur 1385

307

B 15 287

Ascension 1385

24 juin 1386

314

B 15 288

25 juin 1386

24 juin 1387

308

B 15 289

25 juin 1387

24 juin prolongé

au 1er septembre 1388

310

B 15 290

1er septembre 1388

24 juin 1389

305

308

B 15 291

25 juin 1389

24 juin 1390

328

328

B 15 292

25 juin 1390

24 juin 1391

321

321

321

21La largeur des comptes reproduit très largement les mêmes évolutions, avec des écarts souvent inférieurs au mm d’un cahier à l’autre (mais moins régulièrement que pour les longueurs), et compris entre 290 et 328 mm sur l’ensemble de la période.

  • 20 Et ce déjà pour les années 1385-1388 : ADN B 15287-15289. La netteté de l’écriture, le soin porté a (...)

22On peut donc considérer qu’il n’y a pas de souci d’une régularité mathématique mais bien visuelle, les différences d’écart n’étant guère flagrantes à la lecture des registres. On peut donc parler d’un artisanat régulier, mais pas d’une production spécifiquement normée par le recours à des modèles millimétrés, sauf en quelques occasions. Il est ainsi à noter que l’habileté des clercs comme le climat général ont dû jouer sur le caractère rigoureux de la métrique. À ce titre, la période de fondation de la Chambre des comptes de Lille est exemplaire : elle correspond aux années où le clerc de recette Adam Baudet perfectionne son art, y compris sur le plan visuel20. Dans ses comptes, les écarts d’un cahier à l’autre sont en outre infimes au sein de chaque année.

23La préoccupation de régularité relevait certainement pour parti d’un souci ergonomique destiné à faciliter la lecture du compte, mais aussi de la volonté de faire perdurer dans le temps une forme régulière permettant la constitution de séries d’archives homogènes, préoccupation apparue à partir du milieu du siècle et concomitante des immixtions de la monarchie et du développement d’un milieu de gens des comptes.

Coûts de travail et mise en registre

  • 21 ADPdC A 606-3.
  • 22 ADN B 15272-1, f°7.
  • 23 « Pour le parquemin du clerc a faire et a doubler les comptes ordinaires pour tout l'an au parisis (...)
  • 24 ADN B 15285-2.
  • 25 « Pour le parkemin des oeuvres a faires les comptes doubles pour toute l’anee LX s. » ADPdC A 669-1 (...)

24Des mentions de paiements pour la rédaction des comptes se retrouvent dans les dépenses, quoiqu’incidemment, ce qui pose problème quant à la rémunération du clerc. Dès 1341, le compte est très explicite. Désignant le « salaire du clerc de toute l’anée », la mention fut rayée par la correction, et remplacée par le terme de « parchemin ». Il répugnait à l’administration de reconnaître un salaire et de payer une personne, ce qui aurait conduit à faire du clerc un officier. On payait fictivement la fourniture, sans d’ailleurs modifier le prix inscrit par le receveur au titre de salaire, soit 60 sous, montant couvrant les comptes de l’année mais aussi leur double21. Ce paiement resta la norme avec le passage aux registres au milieu du siècle, même si le clerc fut plus explicitement mentionné comme bénéficiaire du paiement : « Pour le parquemin du clerc le receveur de ceste annee a faire les comptes et doubler LX s., escus XX s. valent XLVIII s. »22. Paradoxalement, aucune mention semblable ne se retrouve dans les autres comptes dépouillés pour les années 1350-1360, ce qui pourrait laisser penser à un paiement sur les deniers personnels du receveur. Le mystère reste cependant entier. Il faut attendre la Toussaint 1382 pour une nouvelle allusion, toujours semblable, et pour un tarif identique. Mais la mention est portée dans la rubrique des gages, signe d’une officialisation progressive du clerc23. Il en va de même à la Toussaint 138324. Ce paiement annuel témoigne non seulement du fait que le même clerc rédigeait tous les comptes, mais aussi que le principe de l’annualisation était déjà bien affirmé. Même processus pour le paiement des comptes des travaux rendus à part dans les années 1340, qui donnaient lieu à une rémunération annuelle équivalente25. Il va sans dire que lorsque ces comptes furent également recopiés intégralement dans le compte ordinaire, on continua à payer le rouleau des ouvrages, mais pas l’ajout au compte ordinaire.

  • 26 « Au clerc de la recepte pour le parquemin affaire et doubler les comptez des ouvrages pour tout l' (...)
  • 27 « Au clerc de le recepte pour le parquemin a faire et doubler lez comptes ordinaires de le dite rec (...)
  • 28 « Au clerc de la recepte pour le parquemin a faire et doubler les comptes ordinaires de la recepte (...)
  • 29 2,3 m² en 1324-1325, et 2,6 m² en 1346-1347.

25Ces paiements pouvaient être tardifs. On se remémora en 1385 qu’il y avait bien matière à payer comptes ordinaires comme comptes des œuvres, avec un rappel depuis la Chandeleur 138426. Ce n’est probablement pas un hasard si cette augmentation déguisée survint au cours de la période de réforme : elle servit certainement à motiver le clerc, ce qui fut en effet le cas. Car l’annualisation en 1385-1386 ne changea pas la rémunération de base27. Désormais les paiements annuels furent mentionnés régulièrement selon le même tarif28. Lequel peut être évalué en fin de période (années 1381-1391) en raison d’une moyenne de 33,7 folios par parchemin, et en comptant deux comptes par an, à 0,89 sou le folio. Le calcul de superficie pour l’année 1382-1383, à 4,5 m², surface à doubler, aboutit à un tarif de 6,7 sous le m². On en était à peine à plus de la moitié de cette superficie dans la première moitié du xive siècle pour un tarif identique29. La rémunération du clerc s’était donc dégradée.

  • 30 En 1366, le clerc touche ainsi 60 sous supplémentaires pour avoir été entendre avec le maire et les (...)

26On comprend là l’un des enjeux du basculement entre rouleaux et registres : il dut se faire autant que possible à coûts constants pour le clerc, qui ne vit pas ses émoluments augmenter. Reste que l’utilisation des deux faces du parchemin, dont le coût représentait visiblement l’essentiel du prix des comptes, constituait certainement une économie, qui permit de dégager une marge permettant d’assumer une véritable inflation de l’écrit, mais moins de la masse de parchemin dans un premier temps. À moyen terme la rémunération semble cependant se réduire, et il n’est pas étonnant de voir apparaître le clerc dans d’autres parties, pour des paiements très divers liés à sa charge30. C’était certainement une compensation : il fallait fidéliser ces agents, sans rendre leur fonction officielle ni leur accorder une rémunération adaptée, quitte, nous le verrons, à leur accorder par la suite une promotion.

  • 31 ADPdC A 606-3.

27D’ailleurs, le coût du parchemin a un impact sur la forme des comptes d’un autre point de vue : les feuilles déchirées avant la rédaction sont visiblement conservées et cousues : c’est très visible sur le compte de la Toussaint 1341, dont le 5e folio, très long, a été recousu sur 10 cm au niveau de la colonne centrale ; le texte a ensuite été rédigé à distance respectable de la couture (3 à 5 mm), preuve que la déchirure est antérieure à l’écriture31.

La fabrique du livre comptable : de la composition à la reliure

Le rouleau : une composition simple

  • 32 Hormis pour le compte de la Chandeleur 1341, avec de 15 à 17 points. ADPdC A 602-5.
  • 33 Compte de l’Ascension 1325, compte de la Toussaint 1325 (avec des variations entre 19 et 21 bandes) (...)
  • 34 Les comptes de la Chandeleur, de l’Ascension et de la Toussaint 1341 manifestent une certaine désin (...)
  • 35 Compte du terme de l’Ascension 1347. ADPdC A 655-5.

28La composition des rouleaux de parchemin ne présente guère d’originalité, puisqu’il s’agit de feuilles simples reliées entre elles par une couture régulière, suivant différents modèles. Les clercs ont effectué un travail souvent précis, à l’instar du compte de la Chandeleur 1325, pour lequel on retrouve sur la plupart des coutures 12 points, hormis la dernière avec 17 points, toutes ces coutures respectant une superposition du feuillet précédent sur le suivant. Par la suite, le schéma des points est plus systématique et standardisé avec 20 points environ, plus rarement 1632, pouvant respecter la même superposition, comme c’est le cas en 132533, mais pas toujours. L’ordre n’est plus guère respecté dans les années 1340, notamment en 1340-134134. C’est là l’affaire de chaque clerc. La cordelette torsadée végétale grise est en revanche toujours la même. Fréquemment, la couture a été renforcée sur les côtés par deux points très serrés pour éviter les déchirures, ce qui a visiblement relativement bien fonctionné vu l’état de conservation. On rencontre également deux types de disposition des points : soit droite, dans la plupart des cas, soit en spirales (de biais), bien plus rarement35. On trouve donc des variantes selon le clerc, mais sans grande fantaisie autour du modèle de base. Enfin, caractéristique de ces comptes en rouleaux dont les folios n’ont pas toujours une largeur égale : c’est le long du côté gauche que se fait l’alignement. C’est sur ce côté que le bord est le plus droit, certains côtés droits ne présentant pas un caractère strictement rectiligne ; et c’est sur ce côté que l’on aligne les folios au niveau de la couture. L’impression globale est donc celle d’un effort de régularité visuelle.

Le registre : un feuilleté délicat

29La composition des registres est évidemment plus complexe et offre de multiples possibilités dans l’organisation interne des cahiers comme dans leur reliure en un registre lui-même parfois cousu à d’autres registres. On dispose ainsi d’un feuilletage de niveaux de reliure, depuis les bifeuillets formant un cahier jusqu’au groupement de plusieurs registres dans un gros registre actuellement consultable, mais dans lequel les cotes modernes distinguent chaque registre médiéval, en passant par des registres formés à la fin du moyen âge. Renvoyant à la fois aux enjeux de la classification et de l’archivage mais aussi à la chronologie de confection des comptes, ce feuilletage exige au moins trois niveaux d’analyse.

30Le premier niveau correspond au niveau des registres actuels (souvent composés de plusieurs registres médiévaux). Dans l’ensemble, l’état actuel de la documentation manifeste un souci de relier de grosses masses documentaires.

  • 36 « Hesdin. Pour la court [Autre main :] Depuis l'ascension CCCIIIIXX V jusques a la Saint Jehan Bapt (...)

31Des registres ont parfois d’ailleurs été regroupés précocement, dès la fin du Moyen Âge, comme en témoignent les couvertures de registres ayant également servi à désigner un groupement de registres reliés entre eux. C’est le cas avec l’instauration des comptes annuels. Si désormais cette unité est parfaitement adaptée au travail du contrôle, cela n’empêche pas la Chambre d’établir des regroupements. On a ainsi ajouté au compte de 1385-1386 les deux suivants, en notant simplement sur la couverture du premier « Item pour II ans fenissant à la Saint Jehan CCC IIIIXX et huit inclus »36. De même, les comptes des années 1388-1391 ont été reliés et titrés ensemble ; il semble même que les deux comptes de 1388-1390 aient été reliés ensemble, le second n’ayant pas de couverture propre. Tout indique que la fondation de la Chambre ne mit pas fin à l’habitude de couvrir simultanément plusieurs comptes, ou de relier plusieurs registres, malgré la mise en place du terme annuel. Confrontés à une masse documentaire de plus en plus abondante, les gens des comptes continuèrent à opérer un regroupement à un niveau supérieur puisque ces comptes étaient déjà le produit de la réunion des comptes à terme. C’est cette logique qui fut reprise et amplifiée par les archivistes modernes.

  • 37 Ainsi sur la couverture du B 15274, et afin de désigner la période couverte par les registres B 152 (...)
  • 38 32 mm sur 25
  • 39 « H [...]//557 » ADN B 15283.

32Pour la période précédente, les registres formés eux-mêmes de 3 à 4 comptes ont été reliés entre eux, selon la même logique, mais les traces d’intervention en semblent plus modernes. Ainsi le registre regroupant les 3 comptes de l’Ascension 1358 à l’Ascension 1359 qui forment la cote B 15 272 a été relié au registre couvrant l’année suivante sous la cote B 15273. Les 3 cotes suivantes forment un autre gros registre couvrant ainsi la période 1366-1373. Ces gros registres sont de fabrication tardive et systématique pour toute la série puisque présentant les mêmes caractéristiques. On n’a pas prévu de couverture spécifique, reprenant la couverture de cote correspondant à la couverture des registres annuels. Sur cette couverture, on a inscrit en une écriture du xviiie siècle les années concernées, sans préciser le bailliage déjà évoqué par le titre médiéval du registre annuel37. Les registres ont été reliés par une corde grise tressée, en fibre végétale, reliant des ais de cuir rectangulaire de dimension standardisée, eux-mêmes cousus deux par deux sur chaque registre38. Sur la tranche de ces nouveaux registres, une étiquette verte a été collée, souvent dans un mauvais état, portant la trace d’une numérotation antérieure au classement actuel39. Il s’agit donc bien d’un classement intervenu aux débuts de la période d’intérêt strictement archivistique, et destiné à un souci de classement, selon un système jugé comme insuffisamment précis lors de la classification actuelle du xixe siècle qui reviendra à une numérotation au niveau des registres médiévaux, sur une base globalement annuelle.

  • 40 Le procédé est particulièrement visible au niveau des déchirures. ADN B 15272.
  • 41 Une couverture mégissée a été enduite d’une préparation à base d’un bain de farines et de jaunes d’ (...)
  • 42 368x310 mm pour le compte B 15272.
  • 43 Le système est employé tout au long de la série.
  • 44 Les écritures sont lisibles sur les bandes torsadées défaites, notamment sur le registre B 15283

33Le second niveau est formé de registres strictement médiévaux, formés d’un ou de plusieurs comptes reliés et protégés par une couverture semi-rigide. Ils forment la base du classement de la série B. Leur couverture est simplement formée de deux bifeuillets de parchemin collés l’un sur l’autre40, et ayant probablement été mégissés pour leur assurer souplesse et solidité, ce qui leur confère une couleur pâle41. La taille de la couverture est légèrement supérieure à celle des folios de parchemin, afin de garantir la protection de leurs côtés42. À la couverture sont reliés plusieurs cahiers par l’emploi de bandes de parchemin torsadées, différentes des cordelettes des rouleaux43. Ces parchemins sont de remploi comme en témoignent les écritures lisibles à l’intérieur44. Ce recyclage témoigne d’un souci d’économies.

  • 45 Réglure lisible sur la couverture des comptes de l’Ascension 1384 à l’Ascension 1385. B 15286

34Ces couvertures ont donné lieu à la rédaction de titre résumant le contenu, souvent plusieurs comptes. Les titres ne présentent guère d’originalité. La page, partiellement réglée avant rédaction45, porte la mention du bailliage et de l’ensemble des termes contenus dans le registre, en insistant sur le caractère annuel de l’ensemble. Ainsi pour le registre B 15 272 intitulé « Comptes de le baillie de Hesdin de I an commenchant a le toussains l'an CCC LVIII ».

35Les dimensions des lettres gothiques sont généralement réduites, sans souci d’inventivité ou de décoration (6 à 15 mm en 1358-1359). La comparaison de plusieurs couvertures de registres paraît indiquer qu’ils ont été rédigés de la même main : c’est le cas pour les registres B 15 272 et B 15273. Le même phénomène se retrouve sur les registres B 15 274 et B 15 275. Il est cependant impossible de savoir si le travail fut effectué par le même clerc de recette ou une fois remis par les personnes chargées de l’archivage. Mais qu’il s’agisse du clerc de recette ou des gens des comptes, tout poussait à une annualisation.

36Le relevé des comptes compris dans ces registres de confection médiévale permet de comprendre la logique archivistique et les tendances à l’œuvre au sein de l’administration quant à la mise en forme et à l’utilisation des comptes après leur réalisation.

  • 46 T : Toussaint. C : Chandeleur. A : Ascension.

Fig. 8 : composition des registres médiévaux regroupant les comptes du bailliage d’Hesdin46

Registre médiéval (cote)

Exercice du compte n° 1

Exercice du compte n° 2

Exercice du compte n° 3

Exercice du compte n° 4

Exercice du compte n° 5

Durée totale

B 15 272

A 1358- T 1358

T 1358- C 1359

C 1359- A 1359

1 an

B 152724

A 1366- T 1366

T 1366-C 1367

C 1367- A 1367

A 1367- T 1367

1 an et un terme

B 15 275

T 1367- C 1368

C 1368- A 1368

A 1368- T 1368

T 1368- C 1369

C 1369- A 1369

1 an et deux termes

B 15 276

A 1369- sept 1369

1 terme

B 15 283

C 1381- A 1381

A 1381- T 1381

T 1381- C 1382

1 an

B 15 284

C 1382- A 1382

A 1382- T 1382

T 1382- C 1383

1 an

B 15 285

C 1383- A 1383

A 1383- T 1383

T 1383- C 1384

1 an

B 15 286

C 1384- A 1384

A 1384- T 1384

T 1384- C 1385

1 an

B 15 287

A 1385- 24 juin 1386

1 an

B 15 288

25 juin 1386- 24 juin 1387

1 an

B 15 289

25 juin 1387-24 juin 1388

1 an

B 15 290

25 juin 1388- 24 juin 1389

1 an

B 15 291

25 juin 1389-24 juin 1390

1 an

37La tendance est limpide. Dès les débuts du passage au registre, la tendance est à la constitution de blocs annuels, regroupant 3 termes traditionnels, voire parfois 4 ou 5. Si les années 1360 manifestent encore des hésitations, les choses sont parfaitement ordonnées pour la série dès le début des années 1380, bien avant la fondation de la Chambre des comptes.

38Du point de vue du contrôle, il est évident que la base des termes traditionnels avait perdu tout intérêt. La consultation des comptes ne se faisait plus qu’annuellement, c’était devenu la nouvelle référence, ce qui s’explique logiquement : la base de gestion n’était pas le terme traditionnel, puisque chaque terme procurait des revenus différents. Sur une base annuelle, la mesure de la régularité était bien plus simple. La navigation archivistique permettant la confrontation des comptes au sein d’une même série, mais aussi, nous le verrons, entre plusieurs séries comptables, s’en trouvait largement facilitée. On peut se demander si cet effort de classification ne fut pas obtenu tardivement, et rétrospectivement. Il n’en est rien comme le montre l’étude précise de l’enchaînement des cahiers.

39À l’intérieur de ce deuxième niveau, on insistera sur un particularisme : l’existence de plusieurs comptes dans un même registre médiéval, formant souvent l’équivalent des futurs comptes annuels. En effet, la composition des cahiers et leur enchaînement témoignent de la tendance précoce à l’annualisation.

  • 47 Les termes de la Toussaint 1366 et de la Chandeleur 1367 se suivent au 2e cahier du compte B 15274- (...)
  • 48 Entre les termes de la Toussaint 1367 et ceux de la Chandeleur 1368. ADN B 15275-1 et 2.

40Dès les comptes de 1358-1359, on constate que les comptes en trois termes semblent n’avoir pas été rédigés séparément, et former déjà une œuvre unique. En effet, le compte fini à la Chandeleur 1359 débute dans le deuxième cahier sur lequel est rédigé le compte précédent de la Toussaint 1358. Le même phénomène se retrouvant au compte suivant fini à l’Ascension 1359. L’hypothèse la plus logique est celle d’une rédaction en une seule fois. Certes, il est possible que les comptes aient été rédigés au fur et à mesure des termes, pour éviter le gâchis. Mais la main est à chaque fois identique, donnant pour le moins l’impression d’un compte annuel artificiellement découpé en termes traditionnels. Ce phénomène n’est bien entendu pas isolé. Dans les faits, on retrouve le même enchaînement pour les comptes de 1366-136747 et 1367-136848, le procédé ne se retrouvant cependant pas dans les années 1380.

  • 49 C’est ce que montre l’étude de la période bourguignonne, où la Chambre est harcelée de demandes au (...)

41On voit ici tout l’intérêt de l’étude de la composition pour comprendre la genèse du compte. Une autre information peut d’ailleurs être confrontée pour connaître la date de rédaction, à savoir la date de remise du compte aux contrôleurs. En effet, il est très probable, c’est ce que montrent les comptes remis à la Chambre des comptes de Lille, que les comptes ont été rédigés peu de temps avant leur remise, dans la mesure où les comptables ont intérêt à réunir le maximum de pièces justificatives avant de réclamer leurs dus, réunion qui nécessite du temps. En effet, ces pièces ne sont pas toujours rédigées lors de la transaction, mais bien souvent après coup, à la suite de réclamations, voire d’enquête sur la validité de telle ou telle demande dont le paiement a été avancé par l’agent sur le moment49. Par défaut, pour les comptes dont la date de remise est inconnue, on indiquera la date de clôture. Les dates de reddition sont claires : ainsi les comptes de 1358-1359 ont tous été clos en même temps, du 21 juin au 7 juillet 1363. Les comptes de 1366-1367 ont tous été clos le 12 février 1368 ; et ainsi de suite dans la plupart des cas. Ce sont donc les rythmes de reddition des comptes qui expliquent cette composition peu orthodoxe ; c’est du contrôleur qu’est venue l’habitude, simplement entérinée et officialisée par la Chambre, de redditions annuelles. Cependant, la confrontation des dates de reddition, simultanées ou non, et des modalités de reliure en registre témoignent du fait que les comptes n’étaient pas reliés avant d’être remis aux gens des comptes mais au contraire reliés une fois remis : c’est en tout cas évident pour le registre B 15 286, dans la mesure où les comptes qui le composent furent remis en deux fois, soit en août 1384 puis en octobre 1385. C’est la preuve qu’ils n’ont pu être reliés avant. C’était déjà le cas du compte B 15 285 pour l’année 1383-1384. Il n’est pas interdit de penser qu’il en allait de même depuis longtemps, comme le suggère le caractère souvent standardisé des titres sur plusieurs registres…

42Ceci étant posé, il faut évidemment pousser l’analyse à un troisième niveau, celui de la composition des comptes en cahiers formés de feuillets et bifeuillets. Le nombre de cahiers est très variable pour chaque registre, mais plusieurs tendances se dessinent, répondant à un souci d’économies du parchemin, à une volonté de régularité mais aussi à une certaine improvisation, facteurs dépendant de la personnalité du clerc.

Fig 9 : composition en cahiers des registres du compte du bailliage d’Hesdin

Cote du registre

Exercice couvert par la totalité du registre

Nombre de cahiers

Nombre

de folios

Cahiers sur lesquels est rédigé le premier compte

Cahiers sur lesquels est rédigé le deuxième compte

Cahiers sur lesquels est rédigé le troisième compte

Cahiers sur lesquels est rédigé le quatrième compte

Cahiers sur lesquels est rédigé le cinquième compte

B 15 272

Ascension 1358-

Ascension 1359

(trois termes)

6

50

1/2

2/3/4

4/5/6

B 15 274

Ascension 1366-

Toussaint 1367

6

44

1/2

2/3

4

5/6

B 15 275

Toussaint 1367-

Toussaint 1368

7

54

1/2

2/3

4/5

6

7

B 15 283

Chandeleur 1381-

Chandeleur 1382

7

45

1/2

3/4/5

6/7

B 15 284

Chandeleur 1382-

Chandeleur 1383

6

37

1/2

3/4

5/6

B 15 285

Chandeleur 1383-

Chandeleur 1384

3

34

1

2

3

B 15 286

Chandeleur 1384-

Chandeleur 1385

4

46

1

2

3/4

B 15 287

Ascension 1385-

24 juin 1386

2

27

B 15 288

25 juin 1386-

24 juin 1387

1

24

B 15 289

25 juin 1387-

24 juin 1388

2

29

B 15 290

25 juin 1388-

24 juin 1389

2

30

B 15 291

25 juin 1389-

24 juin 1390

3

39

B 15 292

25 juin 1390-

24 juin 1391

5

43

Fig. 10 : composition en bifeuillets des cahiers des comptes du bailliage d’Hesdin

Cote

Terme du registre

Nbre

de cahiers

Nbre de folios

Premier cahier

Deuxième cahier

Troisième cahier

B 15 272

Ascension 1358-Ascension 1359

(trois termes)

6

50

4 bifeuillets emboîtés régulièrement

4 bifeuillets emboîtés régulièrement, et un demi-feuillet inseré entre les cotés droits des bifeuillets A et B

4 bifeuillets emboîtés régulière-ment et deux folios insérés entre les côtés gauches des bifeuillets A et B, et les côtés droits des bifeuillets C et D

B 15 274

Ascension 1366-Toussaint 1367

6

44

4 bifeuillets emboîtés régulièrement

4 bifeuillets emboîtés régulièrement

4 bifeuillets emboîtés régulière-ment

B 15 275

Toussaint 1367- Toussaint 1368

7

54

4 bifeuillets emboîtés régulièrement

4 bifeuillets emboîtés régulièrement

2 bifeuillets emboîtés régulièrement

B 15 283

Chandeleur 1381-

Chandeleur 1382

7

45

4 bifeuillets emboîtés régulièrement

4 bifeuillets emboîtés régulièrement

4 bifeuillets emboîtés

B 15 284

Chandeleur 1382-Chandeleur 1383

6

37

4 bifeuillets emboîtés régulièrement

1 feuillet

4 bifeuillets emboîtés régulièrement

B 15 285

Chandeleur 1383-Chandeleur 1384

3

34

4 bifeuillets emboîtés régulièrement

7 bifeuillets emboîtés régulièrement

6 bifeuillets emboîtés régulièrement

B 15 286

Chandeleur 1384-Chandeleur 1385

4

46

4 bifeuillets emboîtés régulièrement

7 bifeuillets emboîtés régulièrement

6 bifeuillets emboîtés régulièrement

B 15 287

Ascension 1385-

24 juin 1386

2

27

13 bifeuillets emboîtés régulièrement

1 feuillet

B 15 288

25 juin 1386-

24 juin 1387

1

24

12 bifeuillets emboîtés régulièrement

B 15 289

25 juin 1387-

24 juin 1388

2

29

14 bifeuillets (12 emboîtés régulièrement, et 2 insérés entre les côtés droits des bifeuillets I et J.

1 feuillet

B 15 290

25 juin 1388-

24 juin 1389

2

30

14 bifeuillets emboîtés régulièrement

1 bifeuillet

B 15 291

25 juin 1389-

24 juin 1390

3

39

15 bifeuillets emboîtés régulièrement

1 feuillet

4 bifeuillets emboîtés régulièrement

B 15 292

25 juin 1390-

24 juin 1391

5

43

14 bifeuillets emboîtés régulièrement, auxquels sont ajoutés 1 feuillet

(entre les côtés gauche des bifeuillets

A et B), et un bifeuillet (entre les côtés droits des bifeuillets K et L)

1 feuillet

1 feuillet

43     

Cote

Terme du registre

Nbre

de cahiers

Nbre de folios

Quatrième cahier

Cinquième cahier

Sixième cahier

Septième cahier

B 15 272

Ascension 1358-Ascension 1359

(trois termes)

6

50

4 bifeuillets emboîtés

régulièrement

4 bifeuillets emboîtés régulièrement et un folio ajouté au milieu

3 bifeuillets emboîtés régulièrement

B 15 274

Ascension 1366-Toussaint 1367

6

44

4 bifeuillets emboîtés

régulièrement

4 bifeuillets emboîtés régulièrement

2 bifeuillets emboîtés régulièrement

B 15 275

Toussaint 1367- Toussaint 1368

7

54

4 bifeuillets emboîtés

régulièrement

5 bifeuillets sans ordre

(A contenant B ainsi que C contenant lui-même D contenant lui-même E)

4 bifeuillets emboîtés régulièrement

4 bifeuillets emboîtés régulièrement

B 15 283

Chandeleur 1381-

Chandeleur 1382

7

45

4 bifeuillets emboîtés

régulièrement

1 feuillet

4 bifeuillets emboîtés régulièrement

2 bifeuillets régulièrement

B 15 284

Chandeleur 1382-Chandeleur 1383

6

37

4 bifeuillets emboîtés

régulièrement

4 bifeuillets emboîtés régulièrement

2 bifeuillets

régulièrement

B 15 285

Chandeleur 1383-Chandeleur 1384

3

34

B 15 286

Chandeleur 1384-Chandeleur 1385

4

46

6 bifeuillets emboîtés

régulièrement

B 15 287

Ascension 1385-

24 juin 1386

2

27

B 15 288

25 juin 1386-

24 juin 1387

1

24

B 15 289

25 juin 1387-

24 juin 1388

2

29

B 15 290

25 juin 1388-

24 juin 1389

2

30

B 15 291

25 juin 1389-

24 juin 1390

3

39

B 15 292

25 juin 1390-

24 juin 1391

5

43

1 feuillet

4 bifeuillets emboîtés régulièrement

44L’exemple du registre B 15 272 reflète les pratiques en cours dans les années 1350 : pour la cinquantaine de folios employés pour trois comptes, 6 cahiers ont été utilisés. Les 5 premiers sont formés de 4 bifeuillets régulièrement emboîtés, mais pour lesquels il a fallu ajouter 1 à 2 folios dans trois cahiers afin de faire rentrer le texte du compte. Le dernier cahier est constitué de seulement 3 bifeuillets, évitant ainsi de laisser en compte des folios vierges. On devine donc qu’il y a bien un modèle global de cahier de 4 bifeuillets, avec lequel on prend des arrangements pour s’adapter aux exigences du texte, et aux contraintes financières. En outre, le recours à des folios insérés dans les cahiers déjà constitués semble indiquer que le travail préparatoire du clerc constitué par la rédaction de minutes de comptes (dont les mentions existent à une époque plus tardive), n’est pas suffisamment précis pour éviter les erreurs, mais que le coût du parchemin interdit de reprendre l’ouvrage depuis le début.

  • 50 Le 5e cahier comporte une composition baroque, qui renvoie certainement à des ajouts progressifs : (...)

45Le registre B 15 274 témoigne cependant d’une bien meilleure capacité du clerc à maîtriser l’arrangement du compte, pour un registre de 6 cahiers, regroupant 4 comptes sur 44 folios. Désormais, le nombre de cahiers communs à plusieurs comptes est réduit même si la facture générale et la date de reddition indiquent une composition simultanée, aucun folio n’est introduit dans les cahiers, qui sont d’une régularité parfaite avec 4 bifeuillets pour tous, hormis les 2 bifeuillets du dernier cahier, toujours dans un souci d’économies. Le registre B 15 275 manifeste également une régularité certaine, sans pour autant supprimer totalement les compositions hasardeuses50. On peut donc parler d’une relative harmonisation, autour du cahier qui tend à former un compte à lui seul, même si on est encore loin d’un schéma rigoureux.

  • 51 Le premier compte est formé d’un cahier de 4 bifeuillets et d’un folio simple ; le suivant de 2 cah (...)

46Au début des années 1380, cette tendance s’affirme largement. Désormais les comptes ne partagent aucun cahier, et l’objectif d’un ou deux cahiers réguliers de 4 bifeuillets par compte se rapproche. Ainsi pour le compte de la Chandeleur à l’Ascension 1381, on constate qu’il y a bien une volonté de standardisation autour d’un compte à terme de 2 cahiers de 4 bifeuillets, objectif atteint, et à peine dépassé au compte suivant (2 cahiers de 4 bifeuillets, puis un folio seul), mais pas au dernier (2 cahiers inégaux de 4 et 2 bifeuillets). La cote suivante témoigne d’une composition semblable51. Une rupture s’établit au compte de 1383-1384, compte remis pour partie du temps de Louis de Male et pour partie du temps de Philippe le Hardi. En effet, le même clerc Adam Baudel parvient à réaliser désormais des compositions solides et proportionnées. En 1383-1384, il n’utilise qu’un cahier par compte, cahier comportant de 4 à 7 bifeuillets. On retrouve une logique voisine au registre suivant, composé d’un compte comportant un cahier de 4 bifeuillets, un deuxième compte formé d’un cahier de 7 bifeuillets, et d’un troisième organisé autour de 2 cahiers de 6 bifeuillets. Ce degré de perfectionnement formel, qui suppose une organisation préalable de l’information sous forme d’une minute bien avancée, se traduit dans d’autres aspects codicologiques et relève d’une amélioration sensible. Paradoxalement, cette amélioration du système dans le cadre des termes traditionnels intervient au moment même de l’avènement de Philippe le Hardi, mais avant la formation d’une commission aux comptes puis d’une Chambre des comptes, qui entraîne sa disparition.

  • 52 Compte de 1385-1386.
  • 53 Compte de 1388-1389.
  • 54 Si le compte de 1386-1387 est formé d’un cahier simple, le suivant témoigne d’ajouts destinés à com (...)
  • 55 Le compte de 1390-1391 présente en effet 1 grand cahier de 15 bifeuillets, auxquels on a ajouté 1 f (...)
  • 56 Ce compte est formé d’un premier cahier de 15 bifeuillets, suivi d’un feuillet simple et d’un cahie (...)

47Cependant, l’expérience acquise par Baudel lui permet de trouver une solution satisfaisante à la confection des nouveaux comptes. Il décide de réaliser pour chacun un cahier unique et proportionné, dans lequel les bifeuillets sont emboîtés méthodiquement. Toute l’année 1386-1387 est ainsi formée d’un cahier de 12 bifeuillets, exemple cependant unique. Baudel complète en effet à l’occasion le dispositif d’un feuillet final simple52, d’un bifeuillet final53, voire de bifeuillets insérés moins harmonieusement54. Ces ajouts sont d’ailleurs parfois liés aux demandes de la Chambre des comptes, soucieuse de modifier la disposition des parties : leur caractère tardif, et la présence des notes marginales, montrent que les modifications et les ajouts de feuillets qu’elles entraînent ont été réalisés au moment de la reddition, les ajouts étant donc effectués avec la bénédiction de la Chambre55. C’est d’ailleurs là un argument majeur pour penser que la reliure était réalisée, au moins ici, après contrôle. De sorte que le dernier compte de notre série témoigne de remaniements complexes voire anarchiques. De toute manière, en dehors de ces interventions extérieures, qui montrent le caractère secondaire de la composition du point de vue des contrôleurs, et même chez cet artisan accompli que fut Baudel, la perfection n’est pas de mise, malgré un souci de la préparation jamais rencontré jusque-là et qui témoigne de nouvelles préoccupations formelles. De toute façon, la méthode présente ses limites : au-delà de 14 ou 15 bifeuillets, il paraît indispensable de créer un nouveau cahier, comme c’est le cas pour le compte de 1389-139056.

  • 57 Patrice Beck, Archéologie d’un document d’archives. Approche codicologique et diplomatique des cher (...)

48On constatera donc avec Patrice Beck que le caractère répétitif d’une telle série comptable n’entraîne pas nécessairement l’adoption d’un modèle unique de composition57, encore que là encore le souci de rationalisation et d’organisation pointe, sans jamais imposer un standard. En revanche, certaines contraintes et surtout des logiques administratives et financières ont pesé sur le long terme sur l’organisation de ces comptes, qui reflète bien souvent, nous le verrons, l’organisation de l’administration financière.

Réglure et mise en page

49L’étude de l’évolution de la réglure et de la mise en page des comptes permet tout d’abord de comprendre les techniques de travail de préparation du support matériel du compte : c’est évidemment une étape essentielle de la fabrication du document, qui conditionne largement sa lisibilité. Dans le même temps, la mise en page témoigne de la pluralité des enjeux autour de la mise en forme des comptes. Pour le clerc, il s’agit de savoir comment il utilise la masse de parchemin : intensivement ou extensivement. Il s’agit également pour lui d’offrir un document utilisable pour celui qui le recevra. On retrouve là la question de « l’esthétique de la réception ». Enfin, il doit prendre en compte les possibles ajouts de la part des lecteurs, principalement les notes marginales apposées par les officiers préposés à l’examen. C’est donc une question capitale pour notre propos.

Piqûres et réglures

  • 58 Jacques Lemaire, Introduction à la codicologie, Louvain-la-Neuve, 1989, p. 95.

50Les manuscrits médiévaux comportent très fréquemment des piqûres, utilisées par les clercs comme point de repère technique pour guider les droites servant à organiser la mise en page58. Il faut noter qu’à Hesdin les traces de piqûres apparaissent avec le passage au registre, et forment donc une innovation. Les folios superposés permettent une piqûre sur plusieurs couches de parchemin, ce qui n’est pas possible sur les rouleaux. Sur ces derniers, aucune marque ne permet de connaître la manière dont la réglure fut guidée.

  • 59 ADN B 15287, f°2, 9, 26 et 27.
  • 60 Dans le compte fini le 24 juin 1388, on observe au f°18 ces piqûres de rappel en haut à droite et e (...)

51Pour les comptes en registre, on peut donc observer l’efficacité de la méthode dans la préparation de la réglure. Si l’on prend pour exemple le compte du 24 juin 1386, on peut constater que les petits trous ont été effectués une fois constitué le registre de 27 folios qui compose le compte, formé de 13 bifeuillets emboîtés et d’un folio rajouté. On a en effet percé d’un même coup les 7 premiers folios, avant de repiquer quasiment au même endroit, à 1 ou 2 mm près, les 19 folios suivants. Le dernier folio ajouté à la suite présente des marques voisines avec un décallage de quelques millimètres59. De sorte que l’on trouve sur certains folios jusque 4 trous pour le même repère, preuve que le travail était bien effectué une fois le registre constitué par la reliure des cahiers, par le clerc voire une petite main. À l’inverse, les folios ajoutés tardivement, une fois le registre constitué, ne comportent pas de telles marques : c’est donc un instrument pour comprendre la genèse de la composition60.

52À partir des années 1350, les registres sont tous piqués, mais avec des variantes qui témoignent des diverses méthodes de cadrage. Durant toute la période, le cadre est toujours piqué. Ainsi pour le compte de la Toussaint 1366, on distingue très précisément les piqûres effectuées sur le premier folio : au recto, 2 trous en haut à gauche et en bas à gauche guident la gouttière gauche, avec leurs équivalents pour la gouttière droite.

  • 61 Dans le compte de la Chandeleur 1384, les écarts entre lignes verticales sont ainsi inversés entre (...)
  • 62 Comptes des années 1389-1390 et 1390-1391. ADN B 15291-15292.

53Autre variable d’un compte à l’autre : certains comportent une piqûre unique pour le recto et le verso, ce qui suppose une régularité et une symétrie de la page. On trouve cette méthode chez Adam Baudet, qui réduit ainsi le nombre de piqûres, quitte parfois à accepter de légères variations entre recto et verso61. Les comptes sont d’ailleurs piqués en prévision de l’utilisation des deux côtés, de sorte que recto et verso ont leur propre cadrage qui ne se superpose pas nécessairement, afin bien souvent de respecter une similarité pour le lecteur. Le même clerc se distingue par l’adoption à la fin des années 1380 d’une procédure plus simplifiée encore, avec uniquement 4 piqûres au recto, formant le cadre, les autres traits verticaux comme horizontaux étant tracés de visu62.

  • 63 ADN B 15272-1.
  • 64 Jusque 46 piqûres pour les lignes horizontales du compte fini à la Toussaint 1366. ADN B 15274-1.
  • 65 C’est particulièrement visible à la Toussaint 1366. Ibid.
  • 66 Le compte de l’Ascension 1381 témoigne de la singularité de la méthode employée par le clerc Adam B (...)
  • 67 C’est par exemple flagrant sur le registre B 15275.

54Dans les années 1350, le clerc fournit un travail de piqûre très précis. En effet chaque ligne horizontale est dictée par une piqûre en marge droite sur le recto : on distingue ainsi 34 trous de haut en bas sur le compte fini à la toussaint 135863. Le même système est adopté pour les autres comptes de l’année, comme pour ceux des années 136064. On se contentait cependant de piquer sur un seul côté de la page, et les piqûres n’étaient pas alignées verticalement, signe d’un travail à la main, ne suivant pas une règle droite65. Reste que l’affaire relevait de la technique de chaque clerc, puisqu’à partir des années 1380 le clerc ne fit plus de piqûres pour les lignes horizontales, se contentant de délimiter par des piqûres le cadre, à savoir les lignes verticales et la première et la dernière ligne horizontale66. La symétrie de la réglure entre recto et verso semble en revanche une constante. Les comptes des années 1358-1359 montrent que les mêmes piqûres ont guidé les gouttières gauches et droites, tout comme les lignes horizontales, et il en va de même par la suite. Et sur l’ensemble de la période les lignes d’écriture sont tracées, du moins sur la colonne centrale de chaque feuille. L’examen d’ensemble de la page ne semble pas indiquer que les lignes se poursuivent de la page de gauche à la page de droite dans la mesure où la colonne gauche n’est souvent pas tracée, établissant une rupture. Cependant, l’examen du cadre, en particulier des lignes supérieures paraît bien indiquer une continuité67

55On constate donc encore une fois les mêmes tendances : une recherche relative de régularité, assez artisanale et sans souci d’exactitude. Si au sein d’un même compte la volonté d’unité est flagrante, mais pas nécessairement atteinte, les variations légères sont acceptées au cours de la série. Il s’agit de ne pas dérouter, d’être lisible dans une routine tolérante. On est en tout cas très loin de méthodes industrielles, et tout indique que le travail est adapté à chaque cahier et compte, peut-être par le clerc lui-même. Enfin, ce n’est pas là un domaine marqué par la recherche perpétuelle d’une plus grande précision : l’avènement de la Chambre est au contraire marqué par le travail de plus en plus simplifié d’Adam Baudet. Une fois acquis un niveau certain de précision, il s’agirait probablement de gagner surtout du temps, de rechercher un gain de productivité. Reste que la piqûre ne se comprend que par l’œuvre de réglure qu’elle permet ; là encore, on retrouve certains traits caractéristiques.

  • 68 Le f°1 du compte fini à la Chandeleur 1341 ne comporte quasiment plus de trace de cette mine. ADPdC (...)
  • 69 Patrice Beck, Archéologie d’un document d’archives. Approche codicologique et diplomatique des cher (...)
  • 70 L’insertion du développement sur la terre de Conchi conduit Adam Baudet en 1382 à utiliser deux esp (...)

56Les lignes sont toutes tracées à la mine, d’une mine dont les traits s’effacent bien souvent sur les parchemins roulés, ce qui pose problème pour leur analyse, mais pas pour la lecture du texte68. Ce tracé s’explique notamment par l’usage du parchemin, qui rend délicat l’emploi de la pointe sèche ou de la pliure, comme on peut les rencontrer en Bourgogne pour les cherches de feux69. Globalement la recherche de régularité dans l’espacement des lignes horizontales l’emporte : il arrive que la volonté du clerc de faire entrer dans la page un texte particulier le conduise à modifier clairement la régularité du marquage sur un bref passage ; c’est cependant très rare70.

La mise en page : dimension horizontale

  • 71 Du premier au dernier compte de la série, on retrouve cette division.
  • 72 Le premier folio de chacun des comptes de l’année courant de la Toussaint 1324 à l’Ascension 1325 o (...)
  • 73 ADPdC A 604-3.
  • 74 ADN B 15272-1.
  • 75 Compte de la Toussaint 1381 à la Chandeleur 1382. ADN B 15283-3. Voir tableau.

57Schématiquement, toute la série des comptes présente certaines analogies. Dans la disposition horizontale des lignes, on observe globalement une tripartition marge latérale gauche, colonne centrale et marge latérale droite71. Ces zones sont séparées par des gouttières de quelques millimètres à 1,5 cm de large72, voire de simples lignes. Le schéma marge/gouttière/colonne/gouttière/marge se retrouve dans la totalité des comptes en rouleaux. On rencontre une très légère variante, avec deux gouttières droites73. Avec le passage aux comptes en registres on rencontre différentes formes, qui jouent surtout sur la partie droite : dès les années 1350, la gouttière droite disparaît74. Dans les années 1380, on retrouve cependant encore des gouttières droites, parfois aussi une deuxième marge droite, voire les deux, et ce au sein d’un même compte75

58D’un compte à l’autre, les écarts entre les lignes verticales et donc les dimensions des marges, de la colonne centrale et des gouttières, varient sensiblement, tandis qu’une relative homogénéité se retrouve au sein de chaque compte. Les comptes en rouleau de l’année 1324-1325 témoignent de cette volonté d’harmonisation interne, quoique non systématique : les comptes de l’Ascension et de la Toussaint 1325 en sont un bel exemple, avec une stabilité des dimensions remarquables, variant souvent entre 0 et 3 mm. La colonne centrale est le plus souvent ajustée au mm. L’effort se retrouve pour le premier compte, hormis dans la marge gauche du dernier folio, qui introduit un décalage de 7 mm. On a donc affaire, pour ces premiers rouleaux, à une précision tout à fait remarquable, malgré l’absence de piqûre, et à un achèvement formel certain. Quant à l’inégalité des proportions d’un compte à l’autre, elle est en fait sans importance car il s’agit de documents qui ne sont pas disposés en registre, mais consultés séparément : le lecteur ne peut être attentif qu’à l’harmonie interne.

Fig. 11 : organisation horizontale des rouleaux de l’année 1324-1325

Toussaint 1324- Chandeleur 1325 (A 436-1)

Marge gauche (en mm)

Gouttière gauche (en mm)

Colonne centrale (en mm)

Gouttière droite (en mm)

Marge droite

(en mm)

Folio 1

21

4

206

10

59

Folio 2

19

6

205

9

57

Folio 3

20

4

?

?

57

Folio 4

14

6

?

?

?

Chandeleur 1325- Ascension 1325 (A 438-2)

Marge gauche (en mm)

Gouttière gauche (en mm)

Colonne centrale (en mm)

Gouttière droite (en mm)

Marge droite

(en mm)

Folio 1

29

7

145

16

75

Folio 2

28

7

146

16

78

Folio 3

31

7

144

16

77

Folio 4

31

7

144

16

77

Folio 5

29

7

144

16

79

Folio 6

30

7

145

16

77

Ascension 1325- Toussaint 1325 (A 441-4)

Marge gauche (en mm)

Gouttière gauche (en mm)

Colonne centrale (en mm)

Gouttière droite (en mm)

Marge droite

(en mm)

Folio 1

29

3

159

12

78

Folio 2

29

3

159

12

79

Folio 3

27

4

159

11

82

Folio 4

27

3

159

10

82

Folio 5

28

4

156

12

78

Folio 6

29

4

157

10

81

Fig. 12 : organisation horizontale des rouleaux de l’année 1340-1341

Toussaint 1340- Chandeleur 1341 (A 602-5)

Marge gauche

(en mm)

Gouttière gauche

(en mm)

Colonne centrale

(en mm)

Gouttière droite

(en mm)

Marge droite

(en mm)

 

Folio 1

17

3

179

11

47

 

Folio 2

15

2

205

12

42

 

Folio 3

18

2

207

18

38

 

Folio 4

15

3

205

11

36

 

Folio 5

15

3

206

12

44

 

Folio 6

19

3

190

11

46

 

Folio 7

14

3

214

10

32

 

Folio 8

11

3

?

?

?

 

Folio 9

17

3

213

11

57

 

Chandeleur 1341- Ascension 1341 (A 604-3)

Marge gauche

(en mm)

Gouttière gauche

(en mm)

Colonne centrale

(en mm)

Gouttière droite

(en mm)

Seconde gouttière droite

(en mm)

Marge droite

(en mm)

Folio 1

18

2

216

9

14

26

Folio 2

18

2

227

3

13

25

Folio 3

18

3

221

3

14

32

Folio 4

18

2

202

?

?

?

Folio 5

17

3

225

13

27

Ascension 1341- Toussaint 1341 (A 606-3)

Marge gauche

(en mm)

Gouttière gauche

(en mm)

Colonne centrale

(en mm)

Gouttière droite

(en mm)

Marge droite

(en mm)

Folio 1

21

2

201

25

40

Folio 2

27

6

206

13

41

Folio 3

21

2

202

13

51

Folio 4

21

2

196

11

55

Folio 5

21

2

206

18

44

Folio 6

?

?

?

?

?

  • 76 ADPdC A 602-5.

59Reste que là encore, chaque clerc fait preuve d’une dextérité et d’une rigueur qui lui est propre, et nul canon ne semble s’imposer : 15 ans plus tard le rouleau du compte de la Chandeleur 1341 est beaucoup moins régulier, quoique sur un schéma identique. Là les dimensions de la colonne centrale varient de 179 à 214 mm76

  • 77 On retrouve des données voisines pour les années 1346-1347.

60Il y a donc un patron globalement respecté sur l’ensemble des comptes en rouleaux, et une proportion relativement établie entre marge, gouttières et colonnes au profit de la dernière, qui ne fait pas la part belle à la marge gauche, au contraire de celle de droite77.

61Les comptes en registres ne sont certes pas une garantie de totale unité, si l’on s’en réfère aux dimensions précises de chaque cahier. Mais l’impression générale, due au système des piqûres, était sensiblement plus homogène que pour les comptes en rouleaux, puisque sur plusieurs pages, parfois plusieurs dizaines de pages, on demeurait dans un même écart entre les lignes verticales. Surtout, les dimensions respectives laissent apparaître un accroissement considérable de la marge gauche ; celle-ci traduit bien entendu la part croissante prise par le contrôle comptable, cet espace étant réservé aux notes des officiers chargés du contrôle. Il n’est que de prendre les comptes de la Toussaint 1358 et de la Chandeleur 1359, dont les dimensions des marges varient entre recto et verso, mais aussi d’un cahier à l’autre, la colonne centrale demeurant plus stable. Cependant, à l’intérieur de chaque cahier, le système des piqûres demeure le garant d’une plus grande unité.

Fig. 13 : dimensions horizontales des comptes en registre de l’Ascension 1358 à la Chandeleur 1359

Ascension 1358- Toussaint 1358 (B 15 272-1)

Marge gauche (en mm)

Gouttière gauche

(en mm)

Colonne centrale

(en mm)

Marge droite

(en mm)

Premier cahier recto

64

9

182

35

Premier cahier verso

54

9

182

45

Deuxième cahier recto

60

8

183

39

Deuxième cahier verso

60

8

187

35

Toussaint 1358- Chandeleur 1359 (B 15 272-2)

Marge gauche (en mm)

Gouttière gauche

(en mm)

Colonne centrale

(en mm)

Marge droite

(en mm)

Premier cahier recto

60

8

184

44

Premier cahier verso

65

7

189

35

Deuxième cahier recto

52

8

183

52

Deuxième cahier verso

72

8

187

28

62On retrouve globalement des proportions voisines par la suite, malgré l’introduction d’une gouttière voire d’une deuxième marge à droite, à la fin du principat de Marguerite de France (comptes rédigés sous Louis de Male). Disons-le cependant, si la marge gauche est globalement avantagée, et si les proportions sont très grossièrement respectées, le sentiment d’un certain dédain pour la régularité l’emporte nettement, au sein de la série et même d’un même compte.

Fig. 14 : dimensions horizontales des comptes en registre de l’Ascension 1381 à la Chandeleur 1382

Ascension 1381- Toussaint 1381 (B 15 283-2)

Marge gauche

(en mm)

Gouttière gauche

(en mm)

Colonne centrale

(en mm)

Marge droite

(en mm)

Deuxième marge droite (en mm)

Premier cahier recto

50

8

199

57

Premier cahier verso

50

8

199

57

Deuxième cahier recto

51

10

202

39

20

Deuxième cahier verso

51

10

201

38

22

Troisième cahier recto

35

7

218

7

43

Troisième cahier verso

43

7

218

7

35

Toussaint 1381- Chandeleur 1382 (B 15 283-3)

Marge gauche

(en mm)

Gouttière gauche

(en mm)

Colonne centrale

(en mm)

Gouttière droite

(en mm)

Marge droite

(en mm)

Deuxième marge droite

(en mm)

Premier cahier recto

52

10

198

7

55

15

Premier cahier verso

60

10

218

37

5

Deuxième cahier recto

44

8

202

43

21

Deuxième cahier verso

66

8

201

33

5

63La fondation de la Chambre des comptes de Lille marque d’ailleurs une rupture du fait d’une régularité bien plus grande. Désormais, à quelques millimètres près, les dimensions sont figées, pour les années 1386-1388, alors qu’il s’agit de comptes ayant été rédigés sur plusieurs années et non simultanément. Les proportions sont d’ailleurs équilibrées entre marge gauche et marge droite, gouttière gauche et gouttière droite, avec une étonnante symétrie qui se retrouve de part et d’autre du folio. Il faut également mettre ce progrès sur le compte de la maîtrise atteinte par le clerc, Adam Baudet, qui se lance également dans des décorations nouvelles, faisant de ces comptes un véritablement achèvement de perfection. Mais là encore, l’attention se relâche rapidement et le résultat est de courte durée. Dès le deuxième cahier du compte de 1388-1389, on abandonne la belle régularité, pour en rester à une impression globale de proportionnalité, préservant malgré tout un certain espace pour la marge gauche.

Fig. 15 : dimensions horizontales des comptes en registre entre 1386 et 1390

25 juin 1386-24 juin 1387 (B 15 288)

Marge gauche

(en mm)

Gouttière gauche

(en mm)

Colonne centrale

(en mm)

Gouttière droite

(en mm)

Marge droite

(en mm)

Premier cahier recto

46

5

203

4

49

Premier cahier verso

49

5

200

4

50

25 juin 1387-24 juin 1388 (B 15 289)

Marge gauche

(en mm)

Gouttière gauche

(en mm)

Colonne centrale

(en mm)

Gouttière droite

(en mm)

Marge droite

(en mm)

Premier cahier recto

52

4

198

4

52

Premier cahier verso

52

4

198

4

52

25 juin 1388-24 juin 1389 (B 15 289)

Marge gauche

(en mm)

Gouttière gauche

(en mm)

Colonne centrale

(en mm)

Gouttière droite

(en mm)

Marge droite

(en mm)

Premier cahier recto

49

4

200

4

48

Premier cahier verso

49

4

202

4

46

Deuxième cahier recto

36

7

201

7

48

Deuxième cahier verso

46

7

185

7

53

25 juin 1389-24 juin 1390 (B 15 290)

Marge gauche

(en mm)

Gouttière gauche

(en mm)

Colonne centrale

(en mm)

Gouttière droite

(en mm)

Marge droite

(en mm)

Premier cahier recto

39

233

38

Premier cahier verso

45

224

41

Deuxième cahier recto

41

7

237

43

Deuxième cahier verso

38

7

223

56

Troisième cahier recto

41

7

230

49

Troisième cahier verso

44

6

217

7

52

64Sans présenter le signe d’une standardisation totale, demeurant une affaire artisanale, la documentation comptable et sa mise en page manifestent clairement le souci d’une homogénéité en trompe-l’œil, qui s’installe avec la mise au point des registres dans la durée, et bénéfice aux notes marginales. On est donc dans le confort de lecture. L’impression générale de lecture, d’un compte à l’autre, d’un cahier à l’autre, demeure d’une relative régularité. Le clerc ne recherche pas la perfection formelle.

La mise en page : dimension verticale

65L’espacement et le positionnement des lignes horizontales donnent moins de latitude : trois parties se distinguent, marge de tête, hauteur de la colonne de texte, et marge de queue ou de pied.

66Les comptes en rouleau présentent un profil uni. Les données relatives à l’année 1324-1325 font clairement apparaître un souci d’exploiter le maximum de surface dans la rédaction.

Fig. 16 : dimensions verticales des comptes en rouleau de l’année 1324-1325

Toussaint 1324- Chandeleur 1325 (A 436-1)

Marge de tête (en mm)

Hauteur de la colonne de texte (en mm)

Marge de pied (en mm)

Nombre de ligne

Écartement moyen entre les lignes (en mm)

F° 1

32

465

6

67

6,9

F° 2

4

522

8

74

7,1

F° 3

10

449

3

74

6,1

F° 4

6

460

6

74

6,2

F° 5

20

132

43

26

5,1

Total

72

2028

66

315

6,4

Répartition sur la hauteur de la page des différentes composantes

(en pourcentage)

3,30 %

93,60 %

3,00 %

Chandeleur 1325- Ascension 1325 (A 438-2)

Marge de tête (en mm)

Hauteur de la colonne de texte (en mm)

Marge de pied (en mm)

Nombre de ligne

Écartement entre les lignes (en mm)

Nombre de lignes utilisées

F° 1

52

391

12

49

8

48

F° 2

6,5

417

39

66

6,3

41

F° 3

20

308

36

54

5,7

36

F° 4

6

433

5

62

7

58

F° 5

6

444

5

66

6,7

63

F° 6

6

174

18

32

5,4

18

Total

96,5

2167

115

329

6,6

264

Répartition sur la hauteur de la page des différentes composantes (en pourcentage)

2,50 %

90,80 %

4,80 %

Ascension 1325- Toussaint 1325 (A 441-4)

Marge de tête (en mm)

Hauteur de la colonne de texte (en mm)

Marge de pied (en mm)

F° 1

37

518

10

F° 2

12

535

20

F° 3

8

580

4

F° 4

4

600

4

F° 5

5

514

10

F° 6

10

555

5

F° 7

5

420

85

Total

81

3722

138

Répartition sur la hauteur de la page des différentes composantes (en pourcentage)

2,00 %

94,40 %

3,50 %

  • 78 On donnera pour exemple le compte de la Toussaint 1346, dont la dimension des marges de tête, haute (...)

67En effet, les lignes occupent 93,6 % du premier compte, et le comptable n’hésite pas à réduire marges hautes et basses à quelques millimètres, aérant principalement le début et la fin de son compte de quelques centimètres au plus. On retrouve des données voisines pour les comptes suivants, qui témoignent cependant d’une certaine latitude. Le souci d’économie n’est pas non plus obsessionnel78. Concernant le nombre de lignes, il est bien entendu proportionné à la longueur du parchemin, et donc très variable. Si l’on s’en tient aux premiers comptes, le ratio est de 315 lignes pour 2 028 mm de hauteur de colonne de texte, soit 6,4 mm entre chaque ligne, mais la valeur moyenne de chaque folio est différente, oscillant entre 5,1 et 7,1 mm : on a donc la volonté de rester aux environs de 6 mm, le tracé à la main laissant apparaître de légères variations. La régularité l’emporte et le compte est relativement serré. Le relevé sur les deux comptes suivants révèle les mêmes préoccupations et les mêmes écarts. Les comptes de l’année 1346 sont dans la même optique.

68Autre trait caractéristique de ces lignes, leur utilisation pour l’écriture : le nombre de lignes tracées restant vierges est relativement restreint. Ainsi pour l’Ascension 1325 avec 264 lignes utilisées sur 329 (80 %). On retrouve de telles proportions au fil des ans : pour la Chandeleur 1341, le rapport est de 379 lignes sur 463 (81,9 %). Dans ce rapport, on tiendra pour négligeable la part infime des lignes rédigées ne respectant pas les lignes tracées, étant écrites en interlignes (en l’occurrence deux lignes). De sorte que ce pourcentage renvoie clairement à une volonté d’aération du compte, mais nullement à des abus pour allonger le parchemin écrit.

69Avec les comptes en registres, le changement est très net dans la disposition des lignes horizontales : on accède à une régularité jamais atteinte, par le système des piqûres, ainsi que du fait d’une vigilance accrue dans la similitude des cahiers, voire des comptes lorsque ces derniers sont rendus d’un coup pour plusieurs termes. Alors le clerc cherche à offrir une régularité qui peut atteindre la précision de quelques millimètres, et se traduire par un nombre rigoureusement identique de lignes, comme c’est le cas pour l’ensemble de l’année courant de l’Ascension 1358 à l’Ascension 1359.

Fig. 17 : dimensions verticales des comptes en registre de l’année 1358-1359

Ascension 1358- Toussaint 1358 (B 15 272-1)

Marge de tête (en mm)

Hauteur de la colonne de texte (en mm)

Marge de pied

(en mm)

Nombre de lignes

Cahier 1 recto

32

264

54

34

Cahier 1 verso

31

269

50

34

Cahier 2 recto

36

264

50

34

Cahier 2 verso

36

267

47

34

Cahier 3 recto

Cahier 3 verso

Toussaint 1358- Chandeleur 1359 (B 15 272-2)

Marge de tête (en mm)

Hauteur de la colonne de texte (en mm)

Marge de pied

(en mm)

Nombre de lignes

Cahier 1 recto

30

268

52

34

Cahier 1 verso

31

267

52

34

Cahier 2 recto

34

267

54

34

Cahier 2 verso

35

267

53

34

Chandeleur 1359- Ascension 1359 (B 15 272-3)

Marge de tête (en mm)

Hauteur de la colonne de texte (en mm)

Marge de pied

(en mm)

Nombre de lignes

Cahier 1

29

270

54

34

Cahier 2

31

271

51

34

Cahier 3

28

271

53

34

31

270

52

34

70L’écartement entre les lignes, présente de même une régularité bien plus grande, l’homogénéité semblant parfaite sur chaque page de l’année 1358-1359, pages qui superposent les lignes à l’identique.

  • 79 B 15283 et B 15284.

71C’est là un des progrès acquis par la piqûre, ainsi probablement que par le recours à un patron. Cependant, la rigueur n’est pas absolue : tout d’abord au sein de la série le nombre de lignes varie. Sur les comptes de 1367-1369, les dimensions des marges de tête sont réduites, et oscillent entre 14 et 29 mm, tandis que la hauteur du texte est comprise entre 297 et 311 mm et celle des marges de pied entre 45 et 56 mm, le plus souvent autour de 50 mm. En 1381-1382, on oscille autour de dimensions similaires pour les marges, mais entre 268 et 318 mm pour le texte, soit des variations assez importantes79. La création de la Chambre des comptes n’y change pas beaucoup : pour les années 1386-1389, les variations sont encore sensibles.

Fig. 18 : dimensions verticales des comptes en registres des années 1386-1390

25 juin 1386- 24 juin 1387 (B 15 288)

Marge de tête (en mm)

Hauteur de la colonne de texte (en mm)

Marge de pied

(en mm)

Nombre de lignes

Cahier 1 recto

33

295

38

43 à 45

Cahier 1 verso

25

298

40

43 à 45

25 juin 1387- 24 juin 1388 (B 15 289)

Marge de tête (en mm)

Hauteur de la colonne de texte (en mm)

Marge de pied

(en mm)

Nombre de lignes

Cahier 1 recto

21

316

31

43 ou 42

Cahier 1 verso

22

313

33

43 ou 42

25 juin 1388- 24 juin 1389 (B 15 290)

Marge de tête (en mm)

Hauteur de la colonne de texte (en mm)

Marge de pied

(en mm)

Nombre de lignes

Cahier 1 recto

26

305

37

45 à 46

Cahier 1 verso

28

303

37

45 à 46

Cahier 2 recto

30

286

55

46 à 47

Cahier 2 verso

27

298

46

46 à 47

25 juin 1389- 24 juin 1390 (B 15 291)

Marge de tête (en mm)

Hauteur de la colonne de texte (en mm)

Marge de pied

(en mm)

Nombre de lignes

Cahier 1 recto

16

315

15

46 à 47

Cahier 1 verso

17

310

20

46

Cahier 2 recto

20

277

48

43

Cahier 2 verso

15

283

47

43

Cahier 3 recto

20

278

45

43

Cahier 3 verso

18

280

45

43

  • 80 Le compte de 1386-1387 fait apparaître une marge de tête au premier cahier de 33 mm, contre 15 pour (...)

72Les écarts sont certes limités si l’on prend en compte la totalité de la série, oscillant autour de dimensions voisines (20 mm de marge de tête, 300 de hauteur de texte, 40 de marge de pied), respectant globalement les proportions précédentes. Mais le détail des cahiers fait apparaître des écarts entre les comptes d’une part80, et à l’intérieur d’un seul compte, en particulier celui de l’année 1389-1390, avec des dimensions variant jusqu’à 40 mm d’un cahier à l’autre.

  • 81 C’est la technique employée pour les derniers comptes de 1386-1390.
  • 82 C’est le cas entre les deux cahiers du compte de la Toussaint 1382. ADN B 15284-2.

73Quant au nombre de lignes, il n’est pas véritablement fixe, oscillant entre 43 et 47, même d’un cahier à l’autre, puisqu’aucun compte ne présente même d’unité absolue. L’espacement entre ces lignes reste cependant relativement stable, compris entre 6,1 et 7,5 mm, généralement aux alentours de 6,7 mm. On est là probablement aux limites des capacités de l’œil humain. La variation dans le nombre de lignes est d’autant plus difficilement perceptible pour le lecteur que bien souvent, le clerc a cherché à maintenir une symétrie entre les pages en vis-à-vis, un même nombre de lignes se prolongeant de part et d’autre81. On la rencontre surtout pour les comptes rédigés par Adam Baudet dans les années 1381-1390, une époque où le piquage préparatoire des lignes horizontales a disparu. De sorte que c’est bien une méthode de substitution, dont on ignore les raisons de l’adoption Elle montre une fois de plus que ce réglage était effectué après constitution des cahiers, puisqu’il arrive de relever des correspondances sur des folios en vis-à-vis appartenant à deux cahiers différents82.

74Enfin, et là le cas se rencontre durant toute la période des registres, la possibilité offerte par l’ajout de lignes en marge de pied de page est trop tentante pour le comptable qui peut ainsi éviter de reporter sur la page suivante la fin d’une partie. L’usage est encore très fréquent dans les années 1350-1360.

  • 83 Les dimensions moyennes sont les suivantes : 22,7 mm de marge de tête, 296,9 mm de hauteur de la co (...)

75Il faut donc relativiser ces écarts. Au final, l’impression visuelle de continuité l’emporte. Ainsi pour la fin de notre période, si l’on prend pour base une dimension moyenne des cahiers, on obtient un modèle dont les dimensions ne sont dépassées ou réduites que de 23 mm au plus et en réalité, dans la plupart des cas, de quelques mm83. L’artisanat de la méthode ne perturbe pas la lecture, et permet de circuler d’un compte à l’autre sans perte de repère : on reste toujours dans une certaine proportion entre les trois parties. De même, les lignes maintiennent un effort d’unité, de cohérence ; et si leur nombre peut varier, notamment du fait de l’utilisation de l’alignement pour les pages en vis-à-vis, à la place de la piqûre, ce n’est nullement gênant. Au final, ce sont les méthodes personnelles du clerc qui expliquent ces variantes, plus qu’une évolution vers plus de précision. Car là n’est pas l’essentiel.

  • 84 Patrice Beck, Archéologie d’un document d’archives..., op. cit., p. 85.

76On rejoint donc largement le constat de Patrice Beck au sujet des cherches de feux : il serait abusif de parler d’une norme précise imposée par l’administration84. Néanmoins, la régularité relative, artisanale qui se détache de la série des comptes laisse apparaître des constantes, et les modèles ne semblent pas aussi variés, quoique l’exécution laisse apparaître une certaine marge.

  • 85 Henri Jassemin, La chambre des comptes de Paris au XVe siècle, Paris, 1933, p. 112-113.

77La différence est par ailleurs grande avec la situation décrite par Henri Jassemin à Paris, où les clercs sont payés à la pièce, 2 sous tournois par feuillet, ce qui engendre la multiplication des pages à moitié blanches ou les grandes majuscules, usages que l’on tenta d’éradiquer en 145485. Le paiement fixe, forfaitaire du clerc explique à mon sens la grande sobriété en parchemin comme en majuscules de ces comptes hesdinois, et a du fortement peser sur leur relative stabilité.

De la mise en page au texte

78La réglure commande la mise en page : la disposition en colonnes, et éventuellement en gouttières, est un élément de repérage visuel essentiel pour le texte, tout comme l’est l’utilisation de lignes blanches pour délimiter chapitres et sous-chapitres. Sur ce point, les quelques variations enregistrées au cours de la période soulignent un effort sensible pour prendre en compte les lecteurs et correcteurs du compte.

  • 86 Au compte de l’Ascension 1341, 4 notes sont visibles. On rencontre ainsi un debz, abréviation bien (...)

79Les comptes en rouleau présentent un schéma simple : la colonne ou marge gauche n’a presqu’aucune utilité scripturale, elle délimite une zone blanche, ce qui permet également d’éviter que le texte soit rogné, les rouleaux n’ayant pas de couverture. D’où son caractère réduit. Au mieux y trouve-t-on quelques précisions, pointant telle ou telle partie, ce qui ne signifie pas forcément que ce soit l’œuvre d’un vérificateur, puisqu’il s’agit plutôt d’indexer une partie précise. Mais les cas sont extrêmement rares (j’en ai rencontré dans deux comptes, en quantité très limitée)86.

  • 87 Terme de la Chandeleur 1326. ADPdC A 441-4.
  • 88 On relève la première utilisation de ce principe au compte de l’Ascension 1341. A 604-3.
  • 89 On l’abandonne pour le compte de la Chandeleur 1347. Seule une majuscule indique le commencement d’ (...)
  • 90 Ce schéma se vérifie sur l’ensemble des rouleaux.

80La colonne centrale est bien entendu la plus importante, comprenant non seulement le texte mais aussi les titres, tous alignés sur l’extrémité gauche de la colonne. C’est également là que sont rédigées les sommes de chapitres. Il arrive que ce texte déborde sur la gouttière droite, quoique rarement87. Reste que lorsqu’aucune ligne blanche ne vient séparer ces parties, la lecture n’est pas toujours simple, puisqu’aucun décalage n’est prévu sur la gauche. Le problème est cependant réglé, au plus tard à partir des années 1340, par l’utilisation de la gouttière gauche, qui accueille désormais la première lettre de chaque partie en majuscule, offrant un confort inédit au lecteur88. Le procédé ne s’impose cependant pas définitivement dans les comptes en rouleaux89. Toujours dans ce souci, mais déjà dans les années 1320, un décalage est prévu pour les sommes de chapitres, à 3 ou 4 cm du bord gauche de la colonne, très visibles donc90. Enfin la colonne droite accueille les chiffres de chaque partie, parfois les débordements du texte. Ces chiffres sont écrits sur la dernière ligne utilisée par le texte, sans possibilité de confusion. Ce schéma est très stable.

  • 91 Le clerc a ainsi laissé 3 lignes entre le titre du compte et le titre du premier chapitre, encore 3 (...)
  • 92 Les dépenses du bailliages, ou mises de baillies, sont ainsi coupées par 3 lignes en plein milieu.
  • 93 ADPdC A 602-5.

81Pour la disposition verticale, l’utilisation du parchemin ne présente guère de singularités. Nous avons rappelé la densité forte d’utilisation de ces lignes, due aux modalités de paiement du clerc. Ce dernier est cependant sensible à une mise en page lisible, quoique très peu régulière. En prenant pour exemple le compte de l’Ascension 132591, on relève généralement des écarts assez réduits, mais lisibles : deux lignes entre les chapitres, ou entre le texte et la somme d’un chapitre, mais cela peut varier entre 1 et 3 lignes. Chaque chapitre forme un bloc relativement compact, même si parfois ce dernier peut être brisé, afin d’aérer une suite trop longue de parties92. Les habitudes des clercs sont cependant variables, et certains souhaitent aérer davantage leur compte : le clerc responsable de la rédaction du terme de la Chandeleur 1341 présente des coupures de 3 lignes, parfois 5 voire 893. La libre appréciation semble l’emporter, le clerc disposant d’une marge entre le coût en parchemin et le souci esthétique, sans jamais sacrifier totalement l’un ou l’autre.

  • 94 Exercice courant jusqu’à la Toussaint 1358. ADN B 15272-1.
  • 95 Exercice courant jusqu’à la Toussaint 1366. ADN B 15274-1.
  • 96 C’est par exemple le cas du compte de la Toussaint 1358 en recette de forfaitures, au sujet d’un cu (...)
  • 97 C’est notamment pour les longs chapitres relatifs aux travaux du château d’Hesdin. Compte courant j (...)
  • 98 Dans la gouttière droite notamment : c’est par exemple le cas dans le compte de la Toussaint 1366. (...)
  • 99 Henri Jassemin, La Chambre des comptes..., op. cit., p. 111 et 129 ; d’une manière générale, la ten (...)

82Les comptes en registres introduisent sur l’utilisation de la mise en page de sérieux changements, tout en entérinant des nouveautés introduites progressivement dans les comptes en rouleaux, comme l’usage de la gouttière gauche pour les majuscules de début de parties94. Le procédé est même amélioré dans les années 1360 par un décalage entre la majuscule et la suite du texte, laissant mieux ressortir le début de chaque partie95. C’est évidemment l’usage des colonnes qui est le plus profondément transformé par l’emploi de la colonne gauche pour les notes marginales. Dès les années 1350, leur nombre est très important, sous forme d’abréviations mais aussi de textes complets sur plusieurs lignes96. On conçoit qu’une plus grande place leur soit désormais consacrée. En outre, cette colonne de gauche va acquérir une nouvelle fonction, celle d’accueillir des sommes intermédiaires, pour des sous-totaux à l’intérieur des chapitres97. Les deux autres colonnes principales gardent leur fonction, et les débordements du texte sur la droite ne disparaissent pas98. Cette mise en page n’est nullement originale, et relève même d’un standard pour la comptabilité, bien antérieur à 1386, inspiré du modèle parisien99. La Chambre des comptes lilloise le valide totalement, et son avènement n’y change rien.

  • 100 Compte courant jusqu’à l’Ascension 1382. ADN B 15284-1.
  • 101 On citera pour exemple, en raison de sa relative régularité dans l’emploi du procédé, le compte du (...)
  • 102 ADN B 15272-1.
  • 103 Compte de l’Ascension 1382. ADN B 15284-1.
  • 104 En recette, les chapitres de rentes héritables, de rentes muables, de ventes de bois se terminent p (...)
  • 105 La régularité des espacements et de la mise en page est croissante entre les années 1382 et 1388. A (...)

83Dans la disposition verticale du texte, les comptes en registre ne modifient que très peu les usages. Les variantes sont très nombreuses dans l’aération du texte : on se contente parfois du saut d’une ligne entre les chapitres, ou entre le titre et les parties d’un chapitre100. Mais la liberté est grande : le plus souvent 2 à 3 lignes101. Cependant, une tendance se dessine, sans cesse remise en cause : dès les années 1350, une rupture visuelle entre recettes et dépenses est établie, le clerc n’hésitant pas à reporter au verso le début des dépenses en laissant une demi-page blanche102. Toujours est-il que l’usage ne va pas encore jusqu’à renvoyer à la page suivante le chapitre suivant : ce phénomène se développe dès le début des années 1380 sous la plume du clerc Adam Baudet103, et semble s’enraciner avec la fondation de la Chambre, sans être systématisé : on ne renvoie à la page suivante que lorsque la fin du chapitre est bien avancée dans la page en cours104. On rappellera encore le principe du paiement au forfait… Surtout, il semble que l’évolution institutionnelle n’explique pas seule ce progrès, qui a bénéficié de la conjonction de ce changement administratif et de l’initiative d’un clerc bien enraciné, particulièrement soucieux de son travail, et dont l’œuvre se caractérise par son élégance, et un souci d’amélioration constante de son travail105.

  • 106 En haut à gauche de la marge de tête, on lit au compte de la Toussaint 1358 : « Hesding » et la dat (...)
  • 107 Les mentions sont encore lisibles au compte courant en 1386-1387, et disparaissent au suivant. ADN (...)
  • 108 Les comptes de Guy Guilbaut sous Jean sans Peur sont ainsi foliotés : ainsi de l’exercice courant d (...)
  • 109 Les mentions d’autres comptes dans les notes marginales de la recette générale de toutes les financ (...)

84On constate là encore que le passage du rouleau au registre, en même temps que l’avènement d’un contrôle plus lourd, explique pour partie ce développement des marges de tête et de pied, et leur toute relative standardisation. En effet, les comptes étant reliés les uns après les autres en un registre, et les registres parfois reliés, le souci de commodité conduit le clerc à préciser en marge de tête des informations utiles, sur le premier folio, voire sur tous les suivants. Le bailliage et le terme du compte permettent à celui qui feuillette le compte de se repérer géographiquement et temporellement, notamment dans la succession des trois termes annuels. L’usage est visible dès les années 1350, seulement au premier folio106. Mais à la fin de la période prébourguignonne, il se répand sur les marges de têtes de toutes les pages : c’est le cas dans les années 1380 sur tous les rectos. C’est évidemment là la marque d’une volonté de faciliter le repérage pour les lecteurs. L’importance de ces repères se comprend aisément du point de vue de ces derniers dans une période où les comptes de plusieurs termes sont rendus en une fois, reliés entre eux, et où l’habitude de corriger les comptes de séries différentes s’est enracinée. Mais une fois les trois termes annuels abandonnés sur ordre de la Chambre, la pratique est rapidement et définitivement abandonnée, les comptes annuels formant un bloc unique107. C’est cependant également dans cette marge de tête que viendra, tardivement et au-delà de notre étude, se loger le n° du folio, ultime perfectionnement des méthodes de repérage, plus précocement employé en Bourgogne108. Il faut sans doute y voir la séquelle des trois termes annuels, qui ont servi de repères et ont donc retardé l’usage du folio ; ce n’est donc pas un hasard si les gens des comptes lillois, dans leurs notes de corrections ou les listes de parties envoyées à Dijon, n’ont pas repris l’usage bourguignon de relever le numéro des folios. C’est là une pratique qui n’est toujours pas enracinée dans les années 1410109.

  • 110 Terme de la Chandeleur 1368. ADN B 15275-1.
  • 111 Terme de l’Ascension 1369. ADN B 15275-5. Terme de l’Ascension 1381. ADN B 15283-1
  • 112 Terme de la Toussaint 1384. ADN B 15286-2.
  • 113 Jean-Baptiste Santamaria, La Chambre des comptes de Lille..., op. cit., p. 141-155.
  • 114 Les comptes entendus en octobre 1385 voient la mention écrite à gauche, le compte suivant déposé le (...)
  • 115 La chronologie en est étrange : la réception du compte de 1386 le 18 décembre 1387 est en français, (...)

85L’habitude vient également dans les années 1360 d’y noter la mention « Pro curia »110 ou « Pour la court » qui indique le destinataire, à savoir les vérificateurs puis la Chambre des comptes111. C’est dans cet espace marginal dont la vocation est de donner un repère chronologique que les gens des comptes commenceront dès octobre 1385 à inscrire la date de dépôt du compte, soit au moment précis de la mise en place d’une grande commission chargée de préparer l’installation de la Chambre des comptes de Lille112, suivant les pratiques déjà en place en Bourgogne comme à Paris113. D’abord inscrite à gauche, cette mention est rapidement déportée à droite114. La coutume sera maintenue par la Chambre, en latin puis en français115.

  • 116 « Soit respondu es compte ensuivant de la confisquacion du seigneur de Tesselles et ses complices, (...)
  • 117 La fin du compte du terme de l’Ascension 1367 est un bel exemple de cette désinvolture. ADN B 15274 (...)

86Enfin, le développement des notes marginales conduit également les contrôleurs des comptes à utiliser, de manière très limitée, un espace jusque-là vierge : les marges de pied de page. C’est essentiellement le lieu où sont rédigés les « memoires », généralement au dernier folio des recettes, à l’intention du comptable et des contrôleurs, précisant que certains points doivent être surveillés à l’avenir116. C’est également là que les gens des comptes, s’affranchissant clairement du cadre et manifestant ainsi une plus grande liberté que le comptable, rédigent la somme totale du compte, ainsi que des mentions relatives à son épuration, voire la clôture du compte117. Le franchissement des règles visuelles renvoie ainsi clairement à la hiérarchie des pouvoirs.

  • 118 ADPdC A 604-3, f°2 et 3.
  • 119 On distinguera ainsi les comptes des années 1350-1360, où les exemples ne manquent pas (notamment p (...)

87Globalement, la réglure est suivie par le texte. Quasiment toujours, mais les exceptions existent. Ainsi pour le compte de l’Ascension 1341, dans lequel plusieurs folios ne respectent nullement ce réglage ni pour les chiffres, ni pour le texte, dont la largeur varie à chaque partie118. Mais ce type de mise en page est assurément très rare, car il rompt véritablement l’équilibre. Le débordement en bas de page est le plus fréquent, bien qu’il reste limité et tende surtout à s’estomper voire à disparaître au cours de la période, pour devenir anecdotique aux temps de la Chambre des comptes119. C’est que c’est bien la prérogative des contrôleurs que de s’affranchir de ces limites…

88En somme domine l’impression d’un cadre structurant, de plus en plus avec les comptes en registre, dans lesquels les débordements sont permis, mais où l’impression de régularité se dégage dans l’approche visuelle. C’est bien ce qui devait compter pour les correcteurs. On est au final très loin de méthodes industrielles, et tout indique que le travail est adapté à chaque cahier et compte par le clerc lui-même. Si ces aspects sont laissés à l’appréciation du clerc, avec une certaine marge de tolérance tant que l’unité visuelle est conservée, on observe cependant que pèsent de très lourdes tendances politiques, administratives et économiques sur l’évolution des comptes. C’est sur ce point que je souhaite terminer cette interrogation.

Évolutions des formes ou révolution de l’information ?

L’Artois : une principauté sous influence

89Pour comprendre ces transformations, il faut avoir en tête que l’Artois a été largement ouvert au xive siècle aux influences administratives extérieures. Un tableau permet de comprendre la complexité des changements politiques au cours du xive siècle.

Fig. 19 : le gouvernement de l’Artois au xive siècle

Comte d'Artois en titre

Durée du principat

Autres territoires détenus par le comte

Époux exerçant le pouvoir

Territoires détenus par l'époux

Régent détenteur du pouvoir et mainmise royale

Territoires tenus par le régent

Mahaut d'Artois

1302-1329

Comté de Bourgogne

Othon IV

(en 1302-1303)

Comté de Bourgogne

Jeanne II de Bourgogne

1329-1330

Comté de Bourgogne

Philippe V le Long

Royaume de France

Jeanne III de Bourgogne, dite Jeanne de France

1330-1347

Comté de Bourgogne

Eudes IV de Bourgogne

Duché de Bourgogne

1332 : prise du bailliage d'Aire. 1337 : mainmise du roi sur l'Artois.

1346 : mainmise du roi sur l'Artois

Royaume, comté de Boulogne et d'Auvergne

Philippe Ier de Bourgogne

1347-1361

Comté de Bourgogne, duché de Bourgogne

(à partir de 1349)

1348-1349: mainmise du roi.

1349 : régence de Jeanne de Boulogne, puis de Jeanne et Jean de Normandie puis Jean II le Bon ; toujours régente en 1358

Royaume, comté de Boulogne et d'Auvergne

Marguerite de France

1361-1382

Comté de Bourgogne

Louis de Male

1382-1384

Comté de Flandre, comté de Bourgogne, comté de Rethel, comté de Nevers

Marguerite de Male

1384-1405

Comté de Flandre, comté de Bourgogne, comté de Rethel, comté de Nevers

(jusque 1385)

Philippe le Hardi

(jusque 1404)

Duché de Bourgogne

90Tout d’abord, les comtes d’Artois en titre sont en effet rattachés à plusieurs dynasties, et sont dans le même temps détenteurs d’autres principautés. Mahaut d’Artois et sa descendance sont d’origine capétienne, détiennent le comté de Bourgogne. Avec Philippe de Rouvres, comte en 1347, la maison capétienne de Bourgogne accède au comté d’Artois, et y associe donc le duché et le comté de Bourgogne. Marguerite de France est également une princesse capétienne détentrice du comté de Bourgogne. Louis de Male, son fils est quant à lui le descendant d’un lignage strictement flamand, réunissant enfin les comtés séparés par Philippe Auguste et, comme plus tard sa fille Marguerite de Male, il est à la tête d’un ensemble composite entre Flandre, Artois, Rethelois, comtés de Bourgogne et de Nevers.

  • 120 Lettre de Philippe VI datée de Vincennes, le 4 octobre 1337 faisant remise au duc de Bourgogne de 1 (...)
  • 121 Lettre de Philippe VI du 2 décembre 1346 adressée aux bailli et receveur d’Amiens les informant que (...)

91La donne politique est surtout compliquée par la récurrence des comtesses en titre (Mahaut, les deux Jeanne, Marguerite de France et Marguerite de Male) qui, à l’exception de Mahaut et de Marguerite de France, doivent céder le pouvoir à un époux princier aux attaches extérieures à l’Artois. Il s’agit principalement du roi Philippe le Long, époux de Jeanne II, du duc de Bourgogne Eudes IV, époux de Jeanne III, et de Philippe le Hardi, duc de Bourgogne. Enfin des régents ou le roi peuvent intervenir et diriger l’Artois. Le principat de Jeanne III est ainsi marqué par au moins deux mainmises, dues notamment à la situation militaire, en 1337120 et 1346121.

92Nous ne pouvons entrer dans les détails mais chacun de ces princes, maris et régents apporte avec lui ses hommes et ses dirigeants. C’est surtout vrai pour Eudes IV et Philippe le Hardi, qui ont le temps d’imposer leurs officiers dans les instances de contrôle, de gestion et de chancellerie. C’est, par exemple, le cas de Jean Canard pour Philippe le Hardi ; mais les princesses peuvent agir de même : Ancel de Salins, chancelier de Marguerite de France, est un comtois qui supervise toute l’administration. C’est là un dossier que nous ne pouvons développer ici, mais le contrôle comptable subit les mêmes influences extérieures.

  • 122 Bernard Delmaire, Le compte général du receveur d’Artois..., op.cit., compte du receveur d’Artois c (...)

93Avant 1347, les mentions ne sont guère explicites de ce contrôle. Tout indique cependant l’existence de sessions du conseil d’Artois, notamment sous Mahaut, avec Thierry d’Hirson122.

  • 123 « Auditus apud Attrabatum XXIX april CCC XLVIII in presencia Johanis de Hangesto consiliari et magi (...)
  • 124 Il est appelé maître Yves de Conne, chanoine de Saint-Quentin, dans un mandement du gouverneur d’Ar (...)
  • 125 Quittance du 10 janvier 1362. ADPdC A 692.
  • 126 Il est désigné dans le mandement du 24 juillet 1358 par ce titre, et est alors également commis à l (...)
  • 127 Une quittance du 22 septembre 1366 nous indique ainsi qu’il fut envoyé de Dijon à Conflans puis Arr (...)
  • 128 Il est mentionné en clôture du compte du receveur d’Arras fini à l’Ascension 1371 :« Auditus fuit i (...)
  • 129 Il est cité dans le mandement du 24 juillet 1358.
  • 130 Quittance de Robert Ghelluy du 28 avril 1348 pour un paiement relatif à un voyage sur ordre du gouv (...)
  • 131 Quittance de Robert Ghelluy, clerc, donnée au receveur général d’Artois le 27 mai 1331. ADPdC A 517
  • 132 C’est ainsi qu’il est désigné lorsqu’il est commis maître de l’hôpital d’Hesdin le 26 octobre 1346. (...)
  • 133 Quittance du 12 juin 1364, ADPdC A 709.
  • 134 Compte courant de l’Ascension à la Toussaint 1369. ADN B 15275. Sur ce sujet : Jean-Baptiste Santam (...)

94C’est sous Philippe Ier, précisément dans la période qui voit le basculement du rouleau au registre que les mentions apparaissent. Ainsi le compte de la Toussaint 1347 est-il entendu à Arras en avril 1348 par Jean de Hangest, conseiller et maître des comptes du roi, commissaire à l’audition des comptes en Artois, avec Robert de Lugny, un bourguignon, trésorier de Chalon et futur chancelier de Philippe Ier123. Un duo semblable formé d’un officier gravitant autour de la monarchie et d’un Bourguignon se retrouve à la fin des années 1350 en Artois. Ainsi encore le trio commis en 1358 : Yves de Conne, chanoine de Saint-Quentin124, appelé clerc de la reine125 et attesté en Artois en 1358-1360 ; Jean Biset, secrétaire du duc de Bourgogne126 qui doit à l’occasion faire le voyage depuis Dijon127, présent en Artois entre 1358 et 1371 au moins128 et intégrant alors l’entourage de Marguerite de France dont il est conseiller ; enfin un agent témoignant de l’existence d’une tradition artésienne du contrôle, à savoir Robert Ghelluy, également commis par la reine en 1358129 mais déjà présent dans les redditions de comptes en 1348130. Ce dernier est un véritable artésien : il est originaire d’Arras et est attesté comme clerc en Artois en 1331131, il devient chanoine de Béthune et sert Eudes IV dans les années 1340132 ; en 1364 il est qualifié de clerc des comptes de la comtesse133 et meurt en 1368. L’enracinement du contrôle en Artois est tel que les sources évoquent parfois même une Chambre des comptes d’Arras, déjà sous Marguerite de France134.

95On ne reviendra pas sur le début du principat de Philippe le Hardi, également propice à ces associations d’hommes venus de Paris, comme Jean Creté, maître des comptes du roi, ou de Dijon, comme Regnault Gombaut. Même le court principat de Louis de Male voit débarquer en Artois un maître des comptes flamand, Jean Le Brune. De sorte que les comptes sont bien contrôlés par des hommes issus de plusieurs espaces administratifs, et qui restent souvent dans le temps au-delà d’un principat : on a là un puissant facteur de transformation, même s’il n’est pas le seul.

Une transformation radicale de l’usage du compte

96En effet, l’intégration de l’Artois dans des ensembles politiques plus vastes, ainsi que le développement de pratiques nouvelles dans la gestion comme dans le contrôle, modifièrent la finalité même du compte, expliquant largement les transformations codicologiques.

  • 135 A 436-1, A 438-2, A 441-4.
  • 136 Nombre de baillis d’Hesdin, que ce soit du temps où ils sont en charge du compte ou non, sont menti (...)
  • 137 Compte de Mathieu Le Reniaume, receveur de Remy, terme de la Toussaint 1327. A 460.
  • 138 Le compte de la Toussaint 1336 est rendu par Baudouin Le Wastelier, receveur, Enguerran de Louvenco (...)
  • 139 Il s’agit de Guillaume Le Roux, Jean de Thélu étant bailli (A 561).
  • 140 Voir les comptes sous la cote A 639.
  • 141 - Le 10 avril 1350, un receveur est attesté à Saint-Omer et Tournehem, et en 1354-1355, après une s (...)
  • 142 Quittance de Colart Le Vacque, bourgeois d’Hesdin, datée du 20 novembre 1370. ADPdC A 741.
  • 143 Commission de receveur donnée à Colard Rumet, le 12 février 1371. ADPdC A 98. Le même jour, c’est u (...)

97La paternité des comptes est un élément clé pour comprendre leur genèse et leur évolution. La nature des personnes impliquées dans leur confection a subi de réelles transformations, qui ont pu peser à plusieurs titres. La principale rupture réside dans l’instauration d’un receveur. En effet, les premiers comptes en rouleaux de notre série sont remis par un bailli, officier de justice nullement spécialisé dans la finance : c’est le cas en 1325 avec Jean de Chartres135. Ces agents appartiennent à la noblesse tout au long du xive siècle136. La fonction de receveur est déjà attestée dans la terre de Rémy dès 1327 au plus tard137, et dans le bailliage de Béthune dès 1336138. À Hesdin, la première mention d’un receveur date de l’Ascension 1337139. Preuve de l’ouverture sur les influences françaises du bailliage, il est en avance sur les autres grands sièges de recette artésiens, comme Aire, Arras, Calais, Saint-Omer, qui ne disposent pas encore de receveurs en 1345140. C’est seulement avec les années 1350 que cet office se généralise définitivement141. Ces receveurs ont un autre statut social comme le laissent entendre leurs noms, à consonance plus roturière qu’aristocrate (Guillaume Le Roux, Colart Le Vaque, Colart Rumet, Philippe Lescot) et surtout le fait qu’aucun n’est dit écuyer ni chevalier. Plusieurs sont aisément rattachables à la bourgeoisie locale, étant connus à l’instar de Colard Le Vaque142 et Colard Rumet143 comme bourgeois d’Hesdin. Cela va avoir un impact très profond à moyen terme sur la gestion de leur office, et donc progressivement sur la forme de leur compte.

  • 144 Un certain Huon de Dourrier est qualifié de « clerc de la baillie de Hesdin », Compte courant de la (...)
  • 145 « A Jehan de Doullens et au clerc le recheveur pour leurs despens d'aler a Aubin le nuit Saint Nico (...)
  • 146 C’est le clerc du receveur qui est envoyé à Arras pour « parler à li de plusieurs besongnes » duran (...)
  • 147 Il est alors au service de Colart Le Vacque, commis le 2 octobre 1358ADN B 15272-1, f°6v°.
  • 148 Il a entre temps servi Mathieu de La Vacquerie commis le 19 septembre 1369, et est encore appelé «  (...)

98Mais lors de la rupture de 1337, la différence est très loin de sauter aux yeux. Concernant les dimensions, la mise en page, l’usage du parchemin en général, aucune révolution, ni même d’évolution. C’est que derrière ces officiers, d’autres agents sont en réalité chargés du travail, de sorte que l’avènement d’un receveur ne change pas fondamentalement les conditions d’élaboration matérielle. Il existe en effet des clercs de recette, fonction non gagée mais de plus en plus reconnue. Du temps du compte rendu par le bailli, un clerc du bailliage est déjà attesté144. L’avènement d’un receveur ne signifie nullement que ce dernier va prendre en charge la rédaction : déjà en 1341, c’est un « clerc le recheveur », qui rédige les comptes d’Hesdin et se charge de quelques menues opérations145. Déjà impliqué dans la gestion, il peut représenter son maître devant les autorités centrales146, mais il demeure méconnu et va progressivement sortir de l’ombre. Les deux figures les mieux connues et les premières à être nommées sont celles de Jean du Tristre et celle d’Adam Baudet. Le premier apparaît à ce poste le 20 octobre 1358147 et l’est encore en 1381, soit près d’un quart de siècle après, et malgré le changement de titulaire de l’office de receveur148 : il s’agit bien d’un pilier de l’ordre administratif, certainement plus au fait de sa recette que ses supérieurs. Sa présence explique d’ailleurs en grande partie la stabilité de la présentation du compte durant ces années, malgré les changements de titulaire à la tête de la recette. On retrouve cette stabilité avec Adam Baudet, présent entre 1383 et 1391 au moins. Ces deux clercs supportèrent de lourdes contraintes financières dans la tenue des comptes, dont la rémunération fut plafonnée à 60 sous dès les années 1340, somme toujours versée pour une année au clerc de recette, non pas comme un gage mais comme le prix des fournitures. Le clerc ne devait pas en effet être reconnu comme un officier, ce qui était assez hypocrite. En fin de période, le tarif correspondait à 0,9 sou par folio, ou encore 6,7 sous le m². On en était à peine à plus de la moitié de cette superficie dans la première moitié du xive siècle pour un tarif identique. On comprend là l’un des enjeux du basculement entre rouleaux et registres : il dut se faire autant que possible à coûts constants pour le clerc, qui ne vit pas ses émoluments augmenter. Si l’utilisation des deux faces du parchemin, constituait certainement une économie, qui permit de dégager une marge permettant d’assumer une véritable inflation de l’écrit, la rémunération semble cependant se dégrader, et il n’est pas étonnant de voir apparaître le clerc dans d’autres parties, pour des paiements très divers liés à sa charge.

  • 149 Adam Baudel, dit Adam de Houssel ou Adam de Houssel ou de Le Houssel est attesté le 25 novembre 138 (...)
  • 150 Une ordonnance royale du 23 décembre 1454 tenta de mettre fin à ces pratiques. H. Jassemin, La Cham (...)

99C’était certainement une compensation, car il fallait fidéliser ces agents, sans rendre leur fonction officielle ni leur accorder une rémunération adaptée. Un autre moyen fut de leur permettre de belles carrières en sortie de cléricature. Adam Baudel devint ainsi receveur d’Avesnes, Aubigny et Quiéry, tout en continuant d’exercer le rôle de clerc dans un premier temps149. La différence est grande avec la situation décrite par Henri Jassemin à Paris, où les clercs sont payés à la pièce, 2 sous tournois par feuillet150, ce qui engendre la multiplication des pages à moitié blanches ou les grandes majuscules. Le paiement fixe, forfaitaire du clerc explique à mon sens la grande sobriété en parchemin comme en majuscules de ces comptes hesdinois, et a du fortement peser sur leur relative stabilité formelle.

100Si le personnel des clercs paraît avoir joué un rôle stabilisateur au cours du xive siècle, l’évolution du bilan financier de la recette témoigne de transformations bien plus radicales, qui accompagnent l’évolution du personnel titulaire.

Fig. 20 : évolution du bilan financier des comptes de la recette d’Hesdin (1306-1347)

Nom du comptable

Office

Début

Terme

Recette

Dépense

Bilan

Référence

Wistasse de Cochove

bailli

Chandeleur 1306

Ascension

1306

1 227 l. 16 s. 6 d.

469 l 5 d

758 l. 16 s. 1 d.

Jean de Chartres

bailli

Toussaint

1320

Chandeleur

1321

961 l. 2 s. 6 d.

315 l. 18 secondes 9 d.

645 l. 3 s. 9 d.

A 393

Jean de Chartres

bailli

Chandeleur 1321

Ascension

1321

903 l. 14 s. 9 d.

373 l. 13 s. 8 d.

530 l. 1 s. 1 d.

A 394

Jean de Chartres

bailli

Toussaint

1322

Chandeleur

1323

1 051 l. 5 s. 7 d.

456 l. 13 s. 6 d.

594 l 12 s. 1 d

A 410

Jean de Chartres

bailli

Chandeleur 1324

Ascension

1324

616 l. 9 s.

213 l. 6 s. 3 d.

403 l. 2 s. 9 d.

A 427

Jean de Chartres

bailli

Toussaint

1324

Chandeleur

1325

834 l. 19 s. 7 d.

215 l. 7 s. 11 d.

619 l. 11 s. 8 d.

A 436

Jean de Chartres

bailli

Chandeleur 1325

Ascension

1325

652 l., 13 s. 2 d.

559 l. 18 s. 11 d.

92 l. 14 s. 3 d.

A 438

Jean de Chartres

bailli

Ascension 1325

Toussaint

1325

785 l. 9 s. 3 d.

631 l. 10 s. 4 d.

153 l. 18 s. 11 d.

A 441

Jean de Chartres

bailli

825 l. 9 s. 8 d.

1 099 l. 12 s. 1 d.

On doit au comptable

284 l. 5 deniers

A 451

Jean de Chartres

bailli

Chandeleur 1327

Ascension

1327

639 l. 14 s. 3 d.

401 l. 21 d.

dont œuvres

238 l. 12 sous 6 d.

A 457

Jean de Chartres

bailli

Toussaint

1327

Chandeleur

1328

555 l. 13 s. 8 d.

448 l. 9 s. 4 d.

107 l. 4 s. 4 d.

A 469

Jean de Chartres

bailli

Chandeleur 1328

Ascension

1328

435 l. 2 s. 7 d.

428 l. 8 s. 4 d.

6 l. 14 s. 3 d.

A 473

Jean de Thélu

Bailli

Chandeleur 1331

Ascension

1331

635 l. 9 s. 2 d.

560 l. 18 s. 1 d.

74 l. 11 s. 1 d.

A 513

Jean de Thélu

bailli

Ascension 1331

Toussaint

1331

945 l. 16 s.

671 l. 17 s. 7 d.

273 l. 18 s. 5 d.

A 514

Jean de Thélu

bailli

Toussaint

1331

Chandeleur

1332

737 l. 13 d. ob.

350 l. 12 s. 4 d.

386 l. 8 s. 9 d. ob.

A 521

Jean de Thélu

bailli

Chandeleur 1332

Ascension

1332

544 l. 23 d.

359 l. 16 s. 2 d.

184 l. 5 s. 9 d.

A 524

Jean de Thélu

bailli

Ascension 1332

Toussaint

1333

909 l. 15 d.

929 l. 14 s.

On doit au comptable

20 l. 12 s. 3 d.

A 535

Jean de Thélu

bailli

Chandeleur 1336

Ascension

1336

688 l. 6 s. 3 d.

322 l. 4 s. 2 d. ob.

366 l. 2 s. ob.

A 554

Willaume Le Rous

(mais Thélu toujours bailli)

receveur

Chandeleur 1337

Ascension

1337

585 l. 4 s. 8 d. poit.

356 l. 14 s. 10 d.

228 l. 9 s. 10 d.

A 555

Willaume Le Roux

receveur

Toussaint

1337

Chandeleur

1338

844 l. 15 s. 10 d. poit.

623 l. 13 s. 5 d.

221 l. 2 s. 5 d. poit.

A 566

Willaume Le Roux

receveur

Chandeleur 1339

Ascension

1339

688 l. 13 s. 4 d.

406 l. 13 s. 10 d.

281 l. 19 s. 6 d.

A 578

Willaume Le Roux

receveur

Ascension 1339

Chandeleur

1339

1 172 l. 14 s. 9 d. poit

994 l. 7 s. 3 d.

178 l. 7 s. 6 d. poit.

A 581

Willaume Le Roux

receveur

Chandeleur 1340

Ascension

1340

825 l. 10 s. 2 d. ob.

Manque

Manque

A 590

Willaume Le Roux

receveur

Toussaint

1340

Chandeleur

1341

2 001 l. 12 s. 3 poit.

3 026 l. 10 s.

On doit au comptable

1 024 l. 18 s.

A 602

Willaume Le Roux

receveur

Chandeleur 1341

Ascension

1341

722 l. 19 s.

1 024 l. 17 s. 4 d.

(soit somme due au compte précédent)

On doit au comptable

301 l. 1 s. 8 d.

A 604

Willaume Le Roux

receveur

Ascension 1341

Toussaint

1341

1 178 l. 19 s. 1 d. poit.

1 557 l. 11 s. 7 d.

On doit au comptable

379 7 s. 6 d.

A 606

Willaume Le Roux

receveur

Ascension 1342

Toussaint

1342

1 523 l. 25 d.

1 833 l. 3 s.

On doit au comptable

313 l. 11 d.

A 616

Willaume Le Roux

receveur

Toussaint

1342

Chandeleur

1343

1 640 l. 3 s. 11 d.

1 347 l. 3 s.

313 l. 11 d.

A 622

Willaume Le Roux

receveur

Chandeleur 1344 ???

Ascension

1344 ???

938 3 d. 3 poit

Manque

Manque

A 636

Willaume Le Roux

receveur

Ascension 1345

Toussaint

1345

1 462 l. 2 s. 10 d.

2 654 l. 11 s. 7 d. + œuvres

On doit 1 192 l. 8 s. 9 d.// avec œuvres : 1437 l. 2 s. 3 d

A 644

Willaume Le Roux

receveur

Ascension 1346

Toussaint

1346

1 189 l. 15 s. 2 d. 4 poit.

manque

On doit au comptable

1 437 l. 10 s.

A 651

Willaume Le Roux

receveur

Toussaint 1346

Chandeleur

1347

1 168 l. 5 s. 7 d.

1 842 l. 4 s.

On doit au comptable en tout

673 l. 18 s. 5 d.

A 654

Willaume Le Roux

receveur

Chandeleur 1347

Ascension

1347

976 l. 19 d.

1 040 l. 4 s. 5 d.

On doit au comptable en tout

64 l. 2 s. 10 d.

A 655

101À l’époque des baillis, les comptes présentent généralement un bilan positif. À chaque terme, la caisse laisse un revenant bon. Dès lors, c’est le receveur général d’Artois qui récupère ce surplus lors de l’audition du compte et l’utilise pour les dépenses centrales. Mais une fois qu’un receveur est commis, un homme généralement issu de la bourgeoisie spécialisé dans la finance, l’attitude de l’administration change. Il est en effet davantage sollicité. L’usage commence à se développer d’un bilan négatif de la caisse à chaque terme : le receveur fournit la totalité de ce qu’il reçoit, voire plus, avant de rendre son compte. C’est le cas dès le début des années 1340.

  • 151 Une des premières mentions date de 1340-1341 : « A Sauwale du Huton recheveur d'Artois paié par le (...)
  • 152 Procédé extrêmement fréquent dans les années 1360. Pour exemple, en 1367 : « A monseigneur Regnault (...)
  • 153 On en arrive d’ailleurs à ce qu’une part essentielle de la recette soit ainsi distribuée directemen (...)
  • 154 Ainsi du voyage accompli par le receveur en 1385-1386. « Pour les despens du receveur qui ala a Lil (...)
  • 155 La réorganisation en est particulièrement vigoureuse après la création de la Chambre des comptes : (...)

102Cette évolution fut rendue possible par l’utilisation de nouvelles pratiques permettant aux gestionnaires centraux d’exploiter la ressource à la base. De fait, le début des années 1340 correspond à l’utilisation de décharges, permettant au receveur d’Artois de faire payer sur son ordre certaines dépenses par le receveur local d’Hesdin151. Le procédé se développe sous Marguerite de France152. Mais c’est surtout avec l’avènement de Louis de Male puis de Philippe le Hardi que l’utilisation systématique de ces ressources locales explose : les décharges des officiers centraux de ces princes sont nombreuses et élevées153. Sous les ducs de Bourgogne, le trésorier ducal joue le rôle principal, convoquant constamment le receveur d’Hesdin pour connaître ses disponibilités et les affecter aux dépenses du receveur général de toutes les finances154. Dès lors, il faut créer le chapitre des « Deniers bailliés à officiers qui en doivent compter »155. La création de la Chambre des comptes de Lille permet, en coordination avec celle de Dijon, d’opérer les corrections, les comparaisons d’un compte à l’autre.

103Dans ce cadre, la reddition des comptes en trois termes perd radicalement de son intérêt financier. Il est inutile d’attendre de faire rendre compte pour accéder à l’argent. La reddition devient désormais uniquement un outil de contrôle, et non de financement. En outre, la sollicitation plus massive de l’agent local oblige à revoir sa gestion. Il doit disposer de ressources plus solides, et le terme annuel répond à cette logique. Enfin, pour justifier son compte, il doit rassembler davantage de pièces, notamment de la main des officiers centraux, ce qui augmente les délais de reddition. Tout ceci est la véritable cause de l’abandon des comptes à trois termes annuels.

  • 156 On voit ainsi sur le compte de 1385-1386 qu’une vérification sur le receveur de toutes les finances (...)
  • 157 Jean-Baptiste Santamaria, La Chambre des comptes de Lille..., op. cit., p. 507-509.
  • 158 C’est le cas du compte de l’année 1410-1411. ADN B 15321.

104Quant au basculement en registres, il s’explique par la nécessité nouvelle d’une consultation plus assidue des documents comptables après leur clôture. La complexification des opérations financières, due à la multiplication des virements, décharges et assignations, conférait une utilité nouvelle au compte archivé. Ces opérations impliquaient en effet plusieurs agents : receveur local, receveur central principalement. La comparaison des comptes de plusieurs séries était donc nécessaire : c’est ce que l’on appelle des « corrections », destinées à vérifier la cohérence entre les positions des différents agents. Les notes marginales témoignent de ces corrections à Hesdin, avec les mentions corrigendum, ou super ipsum : ces notes indiquaient la nécessité de vérifier sur le compte de cet autre agent la concordance. L’opération réalisée, on soulignait la mention, souvent complétées par une allusion au fait que la partie avait bien été vérifiée dans tel compte156. Pour ce faire, les Chambres des comptes de Dijon et Lille s’envoyaient fréquemment des extraits de ces parties exigeant vérification, et cherchant à en obtenir de l’administration royale, avec plus ou moins de difficultés selon que le duc de Bourgogne était en position de force ou de faiblesse à Paris157. Il va sans dire que cette pratique de l’intertextualité comptable impliquait une consultation des comptes déjà clos, ce qui n’était guère le cas des comptes en rouleaux. Il fallut donc former des registres pratiques, enchaînant les années et les termes, et disposant de solides repères : titres de couvertures, rappel des termes en marge de tête, utilisation de marque-pages indiquant le début des recettes et des dépenses, puis numérotation des folios dans les années 1410158.

Conclusion

105La modification des comptes a impliqué l’ensemble de la chaîne administrative, qu’il s’agisse du pouvoir central - les princes et leurs gens des comptes - ou des officiers locaux - baillis et receveurs - dont la gestion fut profondément transformée au cours du xive siècle. Mais j’aimerais terminer en insistant sur le rôle des clercs de recette, agents trop longtemps ignorés qui furent pourtant les vrais artisans des comptes, dont deux exemples permettent de comprendre l’importance, en raison de leur enracinement et de leur réactivité. Survivant aux receveurs comme au prince, ils jouent un rôle majeur dans le maintien des formes lors de phases charnières, comme le passage du bailli au receveur, qui se fait sans rupture. Mais ils sont également réactifs, répondant aux demandes de contrôleurs parfois étrangers. Au final, c’est bien aux transformations administratives, elles-mêmes fruits de l’affirmation d’États princiers de plus en plus complexes, qu’il faut attribuer les mutations comptables à Hesdin. Le développement d’une ingéniérie financière fondée sur les jeux d’écriture, donc la virtualisation de l’argent, explique que l’on soit passé d’un compte-rouleau à usage unique, servant à solder l’état d’un agent et le versement à une caisse centrale, à un compte-livre sans intérêt financier immédiat, mais instrument indispensable au contrôle de flux financiers beaucoup plus complexes, mais aussi souples et rapides. Ces flux complexes qui dépassaient les cadres de l’Artois, durent être contrôlés par des spécialistes reconnus et dépassant ce strict cadre local, à savoir les gens des comptes. Ils furent les véritables moteurs de cette transformation codicologique.

Annexe 2 : Première page du compte de la recette d’Hesdin : exercice courant du 25 juin 1390 au 24 juin 1391, rédigé par le clerc Adam Baudet. ADN B 15 292, f° 1 r.

Annexe n° 3 : Détail du titre du compte de la recette d’Hesdin courant du 25 juin 1390 au 24 juin 1391. ADN B 15 292, f° 1 r.

Haut de page

Annexe

Documents annexes :

Annexe 1 : Première page du compte de la recette d’Hesdin, exercice courant de la Chandeleur à l’Ascension 1384, rédigé par le clerc Adam Baudet. ADN B 15 286, f° 1 r.

Haut de page

Notes

1 Archives départementales du Pas-de-Calais, série A (Trésor des chartes d’Artois) : ADPdC.

2 Archives départementales du Nord, série B (Chambre des comptes de Lille et Trésor des chartes de Lille) : ADN.

3 Hans Robert Jauss, Pour une esthétique de la réception, Paris, 1978. Cette théorie, définie afin de revaloriser l’histoire littéraire, est centrée sur la notion d’écart esthétique entre l’horizon d’attente du lecteur et ce que l’écrivain lui propose, décalage qui constitue le caractère innovant et par là même littéraire d’un auteur. Dans le cadre des documents comptables, c’est surtout la dimension dialectique du rapport entre auteur et lecteur qui nous intéresse au premier plan, relation dont la complexité apparaîtra dans cet article.

4 Les cotes commençant par A proviennent des ADPdC, et donc du Trésor des Chartes d’Artois, les cotes commençant par B des ADN, et donc des archives de la Chambre des comptes de Lille.

5 Bernard Delmaire, Le compte général du receveur d’Artois pour 1303-1304. Edition précédée d’une introduction à l’étude des institutions financières de l’Artois aux XIIIe-XIVe siècles, Bruxelles, 1977. On dispose d’une mention de paiement pour ce travail qui coûtait 10 livres. « A Jacquemart Viellet pour faire les registres des comptes des baillis d’Artois et du recheveur des termes de le Toussains et de le Candelier l’an XXII et de l’Ascension ensivant l’an XXIII, et pour parquemin mis as dis registres faire, X l » ADPdC A 413.

6 Compte du bailliage d’Avesnes, pour le roi, Ascension 1349. Le compte du bailliage de Chocques à l’Ascension 1349 est également un rouleau. ADPdC A 665.

7 6,11 folios en moyenne de 1324 à 1347. La moyenne est certes faussée par le compte de la Toussaint 1346, incomplet, mais dont l’étude du plan, comparée à ses prédécesseurs, indique qu’il ne devait comporter qu’un folio de plus que les 5 conservés. ADPdC A 651-1.

8 Dans les comptes en rouleaux, on se contente d’indiquer la somme des dépenses de travaux, en précisant que les parties en sont rendues à part : Ainsi au compte de la Toussaint 1341 : « et pour ouvraiges fais en ce terme dont les parties sont devers la court : IIIC XXVI l. V s. II d. ». ADPdC A 606-3. En 1358-1359, les oeuvres couvrent 19 folios, soit la moitié du compte !

9 C’est notamment le cas des pensions et gages, dont le volume diminue de moitié entre 1384-1385 et 1385-1386.

10 Notamment dans le paiement de certaines parties par décharges et assignations, qui conduit à des réorganisations des chapitres en 1388-1391.

11 En fin du compte de la Chandeleur 1347, une note de type « memoire » précise ainsi : « memoire de rapporter aux comptes de l'ascension prochain la valeur de le terre qui fu Willaume de Cou [effacé] en lequelle terre il a eu en l'aoust d'aen passe ble lequelle n'estoit point batus a ces presents comptes de le candeleur ne n'aporterent point l'estimacion des garbes ». A 654-2.

12 Je renvoie sur ce chapitre à ma thèse : Jean-Baptiste Santamaria, La Chambre des comptes de Lille de 1386 à 1419. Essor, organisation et fonctionnement d’une institution princière, université Lille 3, 2009, non publiée, p. 139-140.

13 ADN B 15286-2, f°9.

14 Compte courant de l’Ascension 1385 à la Toussaint 1386. ADN B 15287.

15 « <Deniers bailliéz tous comptans> Roye pour ce qu'il est mis au net cy apres [...] <soit mis cy apres en deniers paiéz par mandement de monseigneur> [verso :] <Autres deniers paiez tant par mandement de monseigneur <comme pour dons et remissions>> Royé pour ce que ce chapitre est mis en autre et meilleur fourme cy apres ». Compte courant en 1390-1391. ADN B 15292, f°26 r° et v°.

16 « Il est ordené par monseigneur le chancellier et le conseil estans a Hesdin ou mois de decembre M CCC IIIIXX et dix que les avaines deues a monseigneur a Hesdin dont le compte est rendu cy apres ou nom de Willaume Lescot qui par long temps a esté colecteur d'icelles a la descharge du receveur dudit Hesdin seront doresenavant receues par le receveur ordinaire dudit Hesdin et a ses charges et perilz et non par ledit Willaume ne autres senz ce que le dit receveur ordinaire ait aucun accroissement de gaiges pour la dite cause, et sera tenuz d'en rendre bon et loyal compte chacun an en son nom, comme de raison appartendra, et en l'ordinaire de ses comptes ainsi qu’il est acoustumé ». Compte courant du 1er septembre 1388 au 24 juin 1389. ADN B 15290, f°28.

17 Le plus souvent, les comptes forment un volume compris entre 28 et 38 folios.

18 Le calcul repose sur les dimensions de chaque feuille de parchemin pour les comptes de 1324-1325, et sur les dimensions de chaque cahier, rapporté au nombre de feuilles, pour les comptes de 1381-1382.

19 Compte de l’Ascension 1347. ADPdC A 655-2.

20 Et ce déjà pour les années 1385-1388 : ADN B 15287-15289. La netteté de l’écriture, le soin porté aux titres s’améliore encore ensuite, à partri de 1388-1389 et donne même lieux à quelques légers travaux d’ornementation sur les lettrines, à l’instar des fleurs de lys sur le C majuscule ouvrant le compte de 1390-1391. ADN B15290-15291.

21 ADPdC A 606-3.

22 ADN B 15272-1, f°7.

23 « Pour le parquemin du clerc a faire et a doubler les comptes ordinaires pour tout l'an au parisis LX s. » ADN B 15284-2, f°17 v°.

24 ADN B 15285-2.

25 « Pour le parkemin des oeuvres a faires les comptes doubles pour toute l’anee LX s. » ADPdC A 669-1, compte de la Toussaint 1349 à la Chandeleur 1350.

26 « Au clerc de la recepte pour le parquemin affaire et doubler les comptez des ouvrages pour tout l'an a ce terme LX s parisis et pour le terme de le candelier dores a un an l'an CCC IIIIXX III lors oublie a metre en compte et pour ceste cause si qu'il puet apparoir par les comptez dudit terme pour ce LX s. parisis sont VI l le franc XVI s qui vallent monnoie de ce compte VII l X s. » ADN B 15286-3, f°31v°.

27 « Au clerc de le recepte pour le parquemin a faire et doubler lez comptes ordinaires de le dite recepte pour tout l'an LX s. » ADN B 15287, f°20.

28 « Au clerc de la recepte pour le parquemin a faire et doubler les comptes ordinaires de la recepte pour tout l'an LX s. » ADN B 15292, f°31v°.

29 2,3 m² en 1324-1325, et 2,6 m² en 1346-1347.

30