Navigation – Plan du site
Articles

Copier des comptes au début du règne de la comtesse Mahaut d’Artois (1302-1329)

François Duceppe-Lamarre

Résumés

Cet article a pour but de poser des jalons de comparaison entre deux types de sources comptables d’après leur analyse codicologique. Les comptes généraux étant une retranscription des comptes de bailliage, quels sont les buts poursuivis par l’administration du comte Robert II puis de la comtesse Mahaut d’Artois quand, au début du XIVe siècle, elle réalise ces copies ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le chirographe est un contrat qui, sur le même support, reprend le même texte séparé par le mot ch (...)

1Le terme latin copia, qui a donné notre mot français copie, signifie abondance. Non pas que la copie se trouve en nombre – ce n’est pas toujours le cas - mais bien qu’elle abonde au sens où elle détruit la solitude de l’original. Cette naissance de la gémellité dans les archives s’effectue par la reproduction exacte d’un écrit ou du contenu d’un document sous diverses formes matérielles. Cela peut être un chirographe1 ou, pour les sources comptables, un compte général.

  • 2  Hypothèse proposée dans Robert-Henri Bautier, et Jeanine Sornay, Les sources de l’histoire économi (...)

2Le compte général se situe à la toute fin de la chaîne comptable puisqu’il rassemble les différents comptes des baillis en plus des comptes particuliers des maîtres ou des receveurs pour une année comptable. Ce système de comptabilité a existé de 1283 à 1345 dans le comté d’Artois avant d’être modifié par le roi de France2.

  • 3  L’expression est des auteurs Robert-Henri Bautier, et Jeanine Sornay, Les sources de l’histoire éc (...)

3Or, il se trouve que les archives comptables conservées du comté d’Artois sont qualifiées de « très abondantes à partir de 1300 »3. Cela se comprend aisément quand on sait que les quittances et les mandements sont d’abord transcrits selon leur contenu par type de comptes (de bailliages, de travaux, militaires, de l’hôtel, des eaux et forêts ou comptes particuliers du receveur d’Artois) avant d’être finalement retranscrits dans des comptes généraux du comté. Les notions d’abondance et de copie sont, d’après ce qui vient d’être dit, liées. Cela a-t-il un sens historique, dans la mesure où le nouveau règne de la comtesse Mahaut d’Artois (1302-1329) se distinguerait dans ses objectifs comptables de son prédécesseur le comte Robert II d’Artois (1250-1302) ? Il convient donc de s’interroger sur la signification de l’action de copier des comptes dans des registres à l’époque de la comtesse Mahaut d’Artois.

  • 4  Comptes originaux de la Chandeleur 1303 conservés aux Archives départementales du Pas-de-Calais : (...)
  • 5  Bernard Delmaire,Le compte général du receveur d’Artois pour 1303-1304 : Édition précédée d’une in (...)

4Pour cette enquête, a été sélectionné un échantillon de sept comptes originaux4 et un compte général : celui du receveur d’Artois pour l’année 1303-1304 qui a fait l’objet d’un travail minutieux d’édition de la part de Bernard Delmaire5.

5Pour procéder à leur analyse codicologique comparative, des séries de mesures et d’enregistrements photographiques ont été réalisées afin de décrire le support, le format, la composition et l’organisation du propos.

Support, format et composition

Les originaux : des rouleaux de comptes de bailliage…

  • 6  Les rouleaux sont insérés dans des enveloppes de papier, elles-mêmes regroupées dans des boîtes de (...)

6Chacun des comptes utilise un parchemin qui est conservé sous forme de rouleau encore aujourd’hui6. Le parchemin est en bon état de conservation en général, hormis des cas comme le rouleau de Marck (Arch. dép. du Pas-de-Calais, A10222) qui est en partie rongé dans la portion supérieure de sa bordure gauche. L’écriture de chaque original est aisément lisible car les parchemins sont restés propres. Une telle remarque n’est pas anodine, chaque rouleau servant de support au texte uniquement au recto, l’enroulement permet ainsi de préserver la surface écrite des taches et autres coups du sort.

7Sans insister davantage sur cette relative homogénéité de la composition, le format introduit quant à lui une hétérogénéité certaine dans cet ensemble restreint d’étude à partir de deux paramètres de mesures : la largeur et la longueur des rouleaux (Fig. 1).

Fig. 1 : Mesures des rouleaux de compte originaux.

Longueur

Largeur

Arras, A1881

67,7

24,7

Fampoux, A1881

54

27,5

Langlée, A1881

39,1

26

Hesdin, A1883

72,5

34,4

Hesdin, A1914

67,2

28,2

Hesdin, A1963

65,6

31,6

Marck, A10222

36,1

24,5

  • 7  Le plus long : Hesdin, Arch. dép. du Pas-de-Calais A1883 et le plus court : Marck, Arch. dép. du P (...)
  • 8  Une feuille pour Langlée et Marck ; deux feuilles pour Fampoux et Hesdin ; sept feuilles pour le c (...)

8La longueur moyenne des rouleaux est de 57,5 cm: quatre rouleaux d’environ 60 à 70 cm, un autour de 50 cm et deux près de 40 cm. Le plus long (72,5 cm) fait donc un petit peu plus du double du rouleau le plus court (36,1 cm)7. Cette forte variabilité s’explique par le choix du support qui est réalisé en fonction du nombre d’informations à écrire. Les rouleaux d’Hesdin et d’Arras sont en effet beaucoup plus diserts que ceux de Marck et de Langlée et comprennent soit une, soit deux et jusqu’à sept feuilles de parchemin8.

9La variabilité est logiquement moins grande concernant la largeur. La valeur moyenne s’établit à 28,1 cm, 5 rouleaux étant dans les 20 cm et deux très larges dans les 30 cm. Il faut souligner qu’entre le plus large (Hesdin A1883) et le moins large (Marck A10222), il y a tout de même 10 cm de différence.

  • 9  Cote : Arch. dép. du Pas-de-Calais A1881.
  • 10  Encore faut-il intégrer d’autres paramètres pour gagner en précision comme le calcul des marges et (...)

10Si l’on croise cette fois les paramètres de la longueur et de la largeur, on s’aperçoit que le rouleau le plus long est également le plus large (Hesdin A1883) alors que le plus court est aussi le moins large (Marck A10222). Les mesures extrêmes sont donc cohérentes, c’est-à-dire que le scribe choisit un petit parchemin étroit pour une comptabilité de peu d’informations et au contraire de grands et larges parchemins pour une comptabilité riche d’entrées. L’information plaide pour une expérience pratique du scribe. Toutefois, cette belle règle s’effondre lorsque l’on prend en compte le cas du rouleau d’Arras9. Ce parchemin est le deuxième plus long mais aussi le deuxième plus étroit. Ce qui veut dire que l’étroitesse a dû être compensée par la longueur10 : soit le scribe a mal jugé le support qu’il prenait, soit il a  pris ce qu’il y avait de disponible.

…copiés dans le registre de compte général

  • 11  Arch. dép. du Nord, B13596.

11Le compte général du receveur d’Artois, qui comprend chacun des comptes de bailliage en plus du compte particulier du receveur, utilise lui aussi un support de parchemin11. C’est le seul point commun avec les originaux car format et composition divergent.

  • 12  De fait, cette solution a été utilisée entre 1283 et 1291 par le bailli d’Artois mais pour un seul (...)

12Première différence notable, le compte général est un registre et non plus un rouleau. Techniquement, la solution du rouleau de compte général est envisageable : le scribe choisit un parchemin pour transcrire un compte de bailliage puis il coud bout à bout un autre parchemin afin de continuer à copier les informations provenant des rouleaux originaux de sorte que, toute chose étant égale par ailleurs, le rouleau de compte général correspond à la longueur totale de l’ensemble des rouleaux de compte des bailliages en plus du compte particulier du receveur12. Puisque cette solution n’a plus été retenue, il reste à en trouver les raisons.

  • 13  Il existe d’autres différences matérielles qui sont cependant moins signifiantes comme la présence (...)

13Deuxième différence notable, le compte général est écrit non plus uniquement au recto comme les rouleaux, mais au recto et au verso13. Le gain de surface écrite est évident, ce qui constitue une première explication du changement radical de format et de composition en faveur du registre. Les comptes de bailliage sont écrits les uns à la suite des autres sur des bifeuillets qui sont reliés généralement en quaternions. Les quaternions sont ensuite reliés afin de former un compte trimestriel, c’est donc dire que l’année est divisée en trois termes : la Toussaint, la Chandeleur et l’Ascension. Toutefois, la longueur des termes comptables demeure variable. Ainsi, celui de la Toussaint 1303 est composé de deux cahiers de 4 bifeuillets et d’un cahier de 3 bifeuillets, celui de la Chandeleur 1303 comprend deux cahiers de 4 bifeuillets et un bifeuillet, alors que le compte de l’Ascension 1304 rassemble uniquement 2 quaternions dont un feuillet vierge. Des réclames sont systématiquement présentes à la fin des quaternions pour annoncer le cahier qui suit. Mais le bifeuillet du compte de la Chandeleur 1303 n’en possède pas.

14Concernant l’écriture, un changement de mains est perceptible entre les comptes de Marck et de Tournehem (Fig. 2).

Fig. 2 : Changement de mains entre les comptes de bailliages de Marck et de Tournehem (ADN, registre B13596).

Fig. 2 : Changement de mains entre les comptes de bailliages de Marck et de Tournehem (ADN, registre B13596).

15Cela montre que l’unité de support, plutôt que l’unité de compte correspond au « contrat de travail » du scribe. Ce changement de main est apparemment le seul pour la partie auscultée du registre de compte général.

16La largeur et la longueur des folios du registre ont été mesurées à partir du premier folio de chaque compte afin d’avoir des données qui puissent être comparées (Fig. 3).

Fig. 3 : Mesures des folios du registre du compte général.

Longueur

Largeur

Bapaume

39,9

30,6

Saint-Omer

39,9

30

Hesdin

39,9

30,2

Beuvry

40

30,4

Arras

39,8

29,8

Fampoux

39,9

30,3

Langlée

37,9

28,7

Avesnes/Aubigny

40,3

30,4

Lens

40,1

30,1

Aire

40

30,4

Calais

39,9

30,3

Marck

39,8

29,7

Tournehem

40,3

30,3

Éperlecque

40,5

30

Receveur

40,1

29,9

  • 14  Il est évidemment hors de question de démonter le registre et de modifier ainsi la source d’étude 

17La largeur est régulière, avec une valeur moyenne de 30,1cm, et si une certaine variabilité apparaît, elle est induite par la prise de mesure : le bourrelet créé par le pli des folios introduit en effet une marge d’erreur14. De même, la longueur est partout égale ou presque, autour de 40 cm, et seul le parchemin du bailliage de Langlée, d’une longueur de moins de 38 cm, introduit une distorsion. En tout état de cause, ces résultats montrent la régularité des folios du registre. Une régularité qui va dans le sens d’une source qui se manipule aisément.

Organisation du propos

18Les critères retenus pour comparer l’organisation du propos sont les titres puis la hiérarchisation de l’information avec ou sans ajout fonctionnel ou esthétique.

Des rouleaux plutôt dépourvus de considérations esthétiques

  • 15  Arch. dép. du Pas-de-Calais, Arras A1881, Hesdin A1883, A1914 et A1963, Marck A10222. Par exemple, (...)
  • 16  Arch. dép. du Pas-de-Calais, Fampoux A1881.
  • 17  Arch. dép. du Pas-de-Calais, Langlée A1881 : « Compotus Arnulphi Casset bailliui atrebat(ensis) p( (...)

19Les comptes de bailliage d’Arras, d’Hesdin, de Marck et de travaux d’Hesdin possèdent un titre présentant le compte, son bailli, le lieu et la date en moyen français dans la partie supérieure du parchemin15. Celui de Fampoux possède un titre similaire mais trois mots sont raturés qui ne permettent pas d’identifier le bailli16. Unique exception, le rouleau de Langlée ne possède pas de titre en français dans la partie supérieure recto. En revanche, la partie supérieure verso possède un titre en latin présentant le compte, le bailli, le lieu et la date (Fig. 4 et 5)17.

Fig. 4 : Le rouleau de compte du bailliage de Langlée et son incipit en latin au  verso (ADPdeC, A1881).

Fig. 4 : Le rouleau de compte du bailliage de Langlée et son incipit en latin au  verso (ADPdeC, A1881).

Fig. 5 : Incipit du rouleau de compte du bailliage d’Hesdin en latin au verso (ADPdeC, A1963).

Fig. 5 : Incipit du rouleau de compte du bailliage d’Hesdin en latin au verso (ADPdeC, A1963).
  • 18  Sans doute un ajout par un clerc de la chambre des comptes qui manifeste ainsi, avec quelques cont (...)

20Il existe donc une homogénéité de l’usage du titre ainsi que de son contenu et de l’ordre de la présentation du contenu, bien que la position et l’usage linguistique soient encore parfois sujets à variations. En effet, le compte de la Chandeleur 1304 d’Hesdin, bien que possédant un titre en français, se voit gratifié d’un titre en latin au verso du parchemin (Fig. 5). Manifestement, c’est une écriture du début du XIVe siècle, comme pour le verso du rouleau de Langlée (Fig. 4). Mais il est véritablement ardu de vouloir identifier une même main. L’écriture d’un titre au verso, c’est-à-dire sur la face visible sans dérouler le compte, permet de faciliter l’identification des rouleaux afin de les consulter18.

  • 19  Cas d’Hesdin, Arch. dép. du Pas-de-Calais, Hesdin A1883 et A1914.
  • 20  Cote : Arch. dép. du Pas-de-Calais, A1914.

21Les informations étant regroupées par thème (gages, dépenses de baillie, etc.), la première ligne devient un titre parfois détaché du reste du paragraphe19. Autrement, il fait corps avec le texte en ayant parfois la lettre initiale plus soignée. En revanche, les titres ne pouvaient suffire à établir une hiérarchie au sein de l’abondance d’informations contenues dans les comptes. Il fallait quelque chose qui accrochât le regard. Une première trouvaille a été créée dans le rouleau des travaux d’Hesdin20. Dans la marge, en majuscules, le mot prima attire l’œil du lecteur en face de l’abréviation du mot summa (Fig. 6).

Fig. 6 : Prima summa du rouleau de compte de travaux d’Hesdin (ADPdeC, A1914).

Fig. 6 : Prima summa du rouleau de compte de travaux d’Hesdin (ADPdeC, A1914).

22En continuant à dérouler le compte, les termes latins abrégés secunda, tercia et quarta mettent en évidence les sommes partielles (Fig. 7, 8 et 9).

Fig. 7 : Secunda Prima summa du rouleau de compte de travaux d’Hesdin (ADPdeC, A1914).

Fig. 7 : Secunda Prima summa du rouleau de compte de travaux d’Hesdin (ADPdeC, A1914).

Fig. 8 : Tercia summa du rouleau de compte de travaux d’Hesdin (ADPdeC, A1914).

Fig. 8 : Tercia summa du rouleau de compte de travaux d’Hesdin (ADPdeC, A1914).

Fig. 9 : Quarta summa du rouleau de compte de travaux d’Hesdin (ADPdeC, A1914).

Fig. 9 : Quarta summa du rouleau de compte de travaux d’Hesdin (ADPdeC, A1914).
  • 21  Il faudrait par ailleurs étoffer ce trop court échantillon en insistant autant sur les comptes de (...)

23Malheureusement, la fin du compte est manquante. Cela est d’autant plus dommage que ce rouleau est le seul à posséder une telle hiérarchie21. Toutefois, étant donné la position dans la marge de ces indications, alors même qu’il y a de la place dans l’espace textuel et compte tenu du système d’abréviation et de sa graphie, il apparaît que ces indications sont d’une autre main, postérieure donc à la rédaction du rouleau. Leur objectif consiste, après avoir constaté la difficulté à repérer les sommes d’un compte de travaux, à accélérer leur visualisation. Le rouleau est donc consulté.

  • 22  Arch. dép. du Pas-de-Calais, Marck A10222.

24Les ratures et les suscriptions, c’est-à-dire des ajouts en interlignes, sont des enrichissements de texte qui n’ont pas forcément le même sens d’un cas à l’autre. Elles sont peu fréquentes dans les comptes d’Hesdin, parfois aucune, parfois une, rarement deux sur une même feuille. Les comptes sont donc rédigés avec soin et nécessitent peu de corrections ou d’ajouts. Le rouleau de Marck diffère avec quatre ratures et aucune suscription22. Le scribe semble ici plus mal à l’aise dans sa rédaction. Mais le comble revient à la cote A1881 des archives départementales du Pas-de-Calais qui regroupe le bailliage d’Arras et les prévôtés de Fampoux et de Langlée. Les ratures et les suscriptions abondent ! Pour le compte de Fampoux, des ratures de trois types différents sont présentes pour chacun des paragraphes du premier parchemin du rouleau (Fig. 10).

Fig. 10 : Les diverses ratures du rouleau de compte du bailliage de Fampoux (ADPdeC, A1881).

Fig. 10 : Les diverses ratures du rouleau de compte du bailliage de Fampoux (ADPdeC, A1881).

25Et Langlée n’est guère mieux loti. Par exemple, le premier paragraphe additionne 8 ratures et 10 informations suscrites touchant 9 lignes de texte. Heureusement, cette pluie de corrections se calme par la suite. Manifestement le contrôleur, car il s’agit d’une autre main, a eu beaucoup de travail (Fig. 11 et 12).

Fig. 11 : L’abondance des corrections du rouleau de compte du bailliage de Langlée (ADPdeC, A1881).

Fig. 11 : L’abondance des corrections du rouleau de compte du bailliage de Langlée (ADPdeC, A1881).

Fig. 12 : Détail de l’abondance des corrections du rouleau de compte du bailliage de Langlée (ADPdeC, A1881).

Fig. 12 : Détail de l’abondance des corrections du rouleau de compte du bailliage de Langlée (ADPdeC, A1881).
  • 23  Arch. dép. du Pas-de-Calais, Langlée A1881.
  • 24  Ratures, suscriptions et lettres ornées pour le compte de ce petit bailliage qui rapporte le moins (...)
  • 25  Arch. dép. du Pas-de-Calais, Hesdin A1914.

26Si le compte de  Langlée23 est le plus raturé et le plus truffé de suscriptions, de manière paradoxale il est le seul à avoir reçu des lettres décorées24. La première lettre des mots recette et dépenses, donc les six R et D du rouleau sont des majuscules au trait épais affichant un souci décoratif - assez sommaire tout de même –, qui se démarque nettement du reste du texte (Fig. 12). Les autres rouleaux sont dépourvus d’un tel procédé un tant soi peu esthétique, hormis les pieds de mouche qui peuvent se rapprocher d’un souci décoratif autant que fonctionnel. Aucun compte de bailliage ou de prévôté n’a été gratifié de dessins à l’exception du « contes d’oevres » d’Hesdin25. Au début du titre, un pied de mouche (marginal) se termine dans sa partie supérieure par une ornementation utilisant la même encre noire et représentant une tête d’homme imberbe tournée vers la droite et portant une cagoule (Fig. 13).

Fig. 13 : Rare grotesque d’un rouleau de compte (ADPdeC, A1914, Hesdin).

Fig. 13 : Rare grotesque d’un rouleau de compte (ADPdeC, A1914, Hesdin).

27Elle se situe donc au-dessus du premier mot du titre de la source et peut, en quelque sorte, inviter à débuter la lecture du rouleau.

Un registre de compte général fonctionnel et esthétique

  • 26  Ce qui est également le cas des comptes de la Toussaint et de la Chandeleur 1303.

28Le registre est « propre » dans la mesure où il ne comprend que peu de ratures, d’ajouts marginaux ou de suscriptions. Dans le détail, le compte le plus long, -celui de la Toussaint 1303-, se voit gratifier du nombre le moins élevé de ratures, d’ajouts dans les marges et de suscriptions. À l’inverse, le compte de l’Ascension 1304 (le plus court), possède environ la moitié des ratures, des ajouts marginaux et des suscriptions. Il reste cependant esthétique, car ces ajouts ne concernent à chaque fois qu’un ou deux mots26, sauf dans deux cas où une ligne est raturée et une autre est suscrite. Le contrôleur paraît préférer les ratures et les suscriptions aux ajouts dans les marges en général, hormis pour le compte de la Toussaint 1303 qui se singularise encore une fois.

29La hiérarchie de l’information comptable est ici - mais pas systématiquement - renforcée par des « mains de somme ». Ce sont des avant-bras avec une main et un index pointant, dessinés afin d’indiquer la présence des sommes de dépenses et de recettes recopiées des comptes originaux. Il faut rappeler ici que dans l’échantillon de rouleaux de comptes étudié, aucune main de somme n’était présente.

  • 27  Arch. dép. du Nord, B13596, compte de Fampoux de la Toussaint 1303.

30Lorsque la somme est en retrait par rapport à la marge, la main se trouve dans le corps du texte et lorsqu’il n’y a pas de retrait par rapport à la marge,la main est dessinée partiellement dans la marge27. Afin de ne pas trop déborder dans la marge, le poignet subit une inflexion, que ce soit une main droite ou une main gauche. Dans un cas, alors que la somme est intégrée au corps du texte afin d’économiser une ligne, la main de somme est ajoutée dans la marge inférieure. Il semble donc, d’après la variabilité des cas, que les mains de somme aient été ajoutées après la rédaction du texte.

  • 28  Soit deux comptes sur un total de quinze avec celui du receveur : 2/15 ou 13,3%.
  • 29  Cette fois ce sont trois comptes sur un total de quinze, donc 3/15 ou 20% des comptes ont recours (...)

31Des « mains de somme » ont été dessinées pour les comptes de Fampoux, d’Avesnes et Aubigny de la Toussaint 130328, et pour ceux de Bapaume, d’Hesdin et de Calais de la Chandeleur 130329. C’est donc une pratique qui remporte une certaine fréquence mais qui reste nettement épisodique par rapport à l’ensemble des comptes. De plus, il est amusant de constater que, dans certains cas, les « mains de somme » semblent fournir une indication supplémentaire. Pour le compte de Fampoux (Toussaint 1303), c’est une main gauche qui indique la somme des dépenses alors qu’une main droite présente la somme des recettes. Le compte de Bapaume (Chandeleur 1303) lui, utilise une main gauche pour les recettes et une main droite pour les dépenses (Fig. 14) !

Fig. 14 : Les « mains de sommes » du compte de Bapaume dans le registre général du receveur d’Artois (Arch. dép. du Nord, B13596, Toussaint 1303, f°23v°).

Fig. 14 : Les « mains de sommes » du compte de Bapaume dans le registre général du receveur d’Artois (Arch. dép. du Nord, B13596, Toussaint 1303, f°23v°).
  • 30  Arch. dép. du Nord, B13596.
  • 31  Un total de 3 comptes sur 30 si l’on additionne les deux trimestres, soit 10% des comptes. Les scr (...)

32Il existe également des ajouts fonctionnels, présents dans les registres et absents des rouleaux, permettant d’économiser la répétition d’une information quelques lignes de suite : ce sont les « lignes de répétition ». Le scribe va écrire l’information particulière en début de ligne puis va tirer un trait oblique qui joindra le membre de phrase commun aux quelques lignes concernées (Fig. 15). Un tel ajout est présent dans le compte de Lens de la Toussaint 1303 ainsi que dans ceux d’Aubigny, d’Avesnes et de Fampoux de la Chandeleur 130330. Par la faiblesse numérique des comptes utilisant cet artifice d’écriture31, on ne peut décidément pas parler de systématisation bien que la formule existe. Elle varie vraisemblablement en fonction des différents scribes qui utilisent des savoir-faire différents ainsi que des opportunités d’application de ces savoir-faire.

Fig. 15 : Détail des « lignes de répétition » du compte de Lens dans le registre général du receveur d’Artois (Arch. dép. du Nord, B13596, Toussaint 1303, f°16v°).

Fig. 15 : Détail des « lignes de répétition » du compte de Lens dans le registre général du receveur d’Artois (Arch. dép. du Nord, B13596, Toussaint 1303, f°16v°).

33Le registre général du receveur d’Artois bénéficie aussi d’ajouts esthétiques sous la forme de lettres ornées. Ainsi, la première lettre de l’incipit du compte de la « Toussains ki fu en l’an mil trois cens et trois » est architecturée en plus de recevoir un oiseau marchant sur un perchoir (Fig. 16).

Fig. 16 : Détail du début du compte de la « Toussains ki fu en l’an mil trois cens et trois » f°1 (ADN, B13596).

Fig. 16 : Détail du début du compte de la « Toussains ki fu en l’an mil trois cens et trois » f°1 (ADN, B13596).

34Ce n’est pas le seul ajout esthétique. Le nom du bailliage ou de la prévôté se trouve écrit en lettres plus grosses au-dessus du titre de présentation du compte de bailliage avec des lettres architecturées ou habitées d’un visage dont les traînées de plumes dessinent d’élégantes fioritures. Parfois, la première lettre du titre du compte est également habitée d’un visage ou simplement ornée comme à Marck. De telles lettres ornées, monochromes, sont présentes à la Toussaint 1303 à Hesdin, Marck, Tournehem et Calais et aussi à la Chandeleur 1303 à Hesdin, Beuvry, Langlée et Marck. Cet attrait esthétisant va dans le sens d’une singularisation du registre comptable par rapport aux rouleaux originaux.

  • 32  Toussaint 1303 : Hesdin, Marck, Tournehem et Calais. Chandeleur 1303 : Hesdin, Beuvry, Langlée et (...)
  • 33  Arch. dép. du Nord, B13596.

35Une telle démarche, - esthétique sans doute mais possédant également une dimension fonctionnelle puisqu’elle permet au lecteur de repérer plus aisément un compte d’un autre –, amène diverses remarques. Tout d’abord, elle n’est pas homogène bien qu’elle concerne à chaque terme 4/15 (26,7%) des comptes32. Ensuite, il apparaît, au stade actuel des travaux menés, que certains bailliages sont davantage favorisés comme Hesdin et Marck. Quel est donc le sens de cette faveur de présentation ? Le rôle du scribe doit être examiné de près. Les folios des comptes de Marck et de Tournehem pour la Toussaint 1303 sont parlants à ce sujet33. Ces deux folios sont vis-à-vis et pourtant le verso contient des lettres ornées mais pas le recto qui voit la fin du compte de Marck et le début de celui de Tournehem. Pas de traînées de plumes effectuant des vrilles pour Tournehem, au contraire une écriture plus sobre au trait épais (Fig. 3). De fait, il y a là deux scribes différents, qui changent au cours du travail de retranscription. Cela montre, au moins pour cet exemple précis, que le travail de copie ne se fonde pas sur le rouleau de compte mais bien sur les folios du registre…

Conclusion

  • 34  Le comte meurt le 11 juillet 1302 en Flandre et son corps est récupéré par la suite. Or le compte (...)

36C’est dans le registre du compte général du receveur d’Artois pour l’année 1304-1305 que l’on apprend la mort « comptable »du comte Robert II d’Artois34. Or, la transcription des comptes de bailliage ou des comptes particuliers des baillis puis des maîtres et ensuite des receveurs se poursuit au-delà de la mort de ce comte. L’administration de Robert II réalisait déjà des transcriptions dans les années 1280 et cela se fera ensuite sous la comtesse Mahaut d’Artois. Copier des comptes s’inscrit donc dans une continuité dynastique certaine.

  • 35  Bernard Delmaire,Le compte général du receveur d’Artois pour 1303-1304 : Édition précédée d’une in (...)

37Il convient d’examiner cette continuité en prenant comme base d’analyse le premier compte général complet, qui date de l’année 1303-1304. L’édition critique de ladite année ayant été réalisée35, elle permet de diriger l’exploration codicologique en comparant les critères de format et de composition relatifs au support ainsi qu’à l’organisation du propos entre un échantillon de comptes et le compte général de l’année 1303-1304.

38Premier constat, s’il persiste une continuité de l’usage du parchemin, c’est bien là une des seules permanences concernant le support. En effet, le passage du rouleau au registre introduit une plus grande homogénéité du format des folios de parchemin et surtout l’usage du recto et du verso. Auparavant, le rouleau variait dans ses dimensions en fonction de la multiplicité des données à écrire et n’utilisait qu’un seul côté de parchemin.

  • 36  Ce sont les cas des bailliages de Marck et d’Hesdin. Si le bailliage de Marck est très rentable pa (...)

39Pour ce qui est de l’organisation du propos, l’usage d’un titre, en français, en début de compte dans la partie supérieure du parchemin, contenant les informations du type de compte, du bailli, du lieu et de la date, tout cela va dans le sens d’une application de normes de présentation qui sont quasiment fixées avec les rouleaux et définitivement avec le registre. Mais les points communs s’arrêtent là selon les critères – non exhaustifs - retenus. En effet, les rouleaux sont parfois truffés de ratures et de suscriptions procédant d’une démarche de vérification du texte contrairement au compte général dont les pages sont propres, ce qui va dans le sens d’une utilisation de données contrôlées préalablement. Et si un rouleau utilise des indications afin de hiérarchiser les titres, cela reste l’exception d’un rouleau de compte de travaux. Ces indications ne sont d’ailleurs plus en usage par les scribes des comptes généraux qui en emploient d’autres plus couramment, en particulier les mains de somme et les lignes de répétition. De plus, si les lettrines sont rares dans les rouleaux de compte, elles sont nettement plus fréquentes et élaborées dans le compte général, dont certaines parties semblent d’ailleurs bénéficier plus que d’autres36.

40Pour toutes ces raisons, il y a lieu de penser qu’un saut qualitatif est opéré par l’administration comtale lors de la copie du contenu des rouleaux de comptes sur le registre du compte général. Si ce changement devient possible sous le règne de Mahaut d’Artois, c’est qu’il a été en partie rendu possible à la fin du règne de Robert II qui voit l’adoption du registre au début des années 1290, après avoir essayé et utilisé des rouleaux de comptes généraux entre 1283 et 1291.

Haut de page

Notes

1  Le chirographe est un contrat qui, sur le même support, reprend le même texte séparé par le mot chirographe en majuscules qui sera coupé en deux après signature des contractants afin que les deux parties possèdent chacune son original.

2  Hypothèse proposée dans Robert-Henri Bautier, et Jeanine Sornay, Les sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge, vol. 1, t. 2, Paris, 1984, p. 248.

3  L’expression est des auteurs Robert-Henri Bautier, et Jeanine Sornay, Les sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge, vol. 1, t. 2, Paris, 1984, p. 247. Ces archives « très abondantes » comprennent toutes sortes de comptes (comptes de bailliage, de travaux, généraux, de l’hôtel, militaires, des eaux et forêts et des comptes particuliers du receveur d’Artois) en plus de très nombreuses pièces telles les quittances et les mandements.

4  Comptes originaux de la Chandeleur 1303 conservés aux Archives départementales du Pas-de-Calais : Arras A1881, Fampoux A1881, Langlée A1881, Hesdin A1883 et A1914, Marck A10222 et un compte original de la Chandeleur 1304 conservé aux mêmes archives : A1963.

5  Bernard Delmaire,Le compte général du receveur d’Artois pour 1303-1304 : Édition précédée d’une introduction à l’étude des institutions financières de l’Artois aux XIIIe-XIVe siècles, Bruxelles, 1977. Ce compte est conservé aux Archives départementales du Nord : B13596, f°1-56v°.

6  Les rouleaux sont insérés dans des enveloppes de papier, elles-mêmes regroupées dans des boîtes de carton.

7  Le plus long : Hesdin, Arch. dép. du Pas-de-Calais A1883 et le plus court : Marck, Arch. dép. du Pas-de-Calais A10222.

8  Une feuille pour Langlée et Marck ; deux feuilles pour Fampoux et Hesdin ; sept feuilles pour le compte des travaux d’Hesdin.

9  Cote : Arch. dép. du Pas-de-Calais A1881.

10  Encore faut-il intégrer d’autres paramètres pour gagner en précision comme le calcul des marges et l’évaluation de la surface écrite par rapport à la surface totale du parchemin, en plus de la taille des lettres et de l’interlignage. Les calculs présentés sont bel et bien une première évaluation afin de posséder une idée d’ensemble.

11  Arch. dép. du Nord, B13596.

12  De fait, cette solution a été utilisée entre 1283 et 1291 par le bailli d’Artois mais pour un seul terme par rouleau. Voir Robert-Henri Bautier, et Jeanine Sornay, Les sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge, vol. 1, t. 2, Paris, 1984, p. 249.

13  Il existe d’autres différences matérielles qui sont cependant moins signifiantes comme la présence d’une couverture de parchemin afin de protéger le registre. Cette couverture a été elle aussi protégée par une seconde couverture de carton généralement datée du XIXe siècle.

14  Il est évidemment hors de question de démonter le registre et de modifier ainsi la source d’étude !

15  Arch. dép. du Pas-de-Calais, Arras A1881, Hesdin A1883, A1914 et A1963, Marck A10222. Par exemple, Arras A1881 : « Cest li contes Ernoul Casset bailliu d’Arras fais en l’an de grâce mil trois cens et II ou terme de le Candelier ».

16  Arch. dép. du Pas-de-Calais, Fampoux A1881.

17  Arch. dép. du Pas-de-Calais, Langlée A1881 : « Compotus Arnulphi Casset bailliui atrebat(ensis) p(er) atr(e)bato Fampo(ux) et Remi de t(er)mino Candel(arius) anno m° ccc° se(cun)do ». Également le cas d’Hesdin Arch. dép. du Pas-de-Calais, A196: « Compotus d(o)m(ini) Rob(er)ti de Plexeix militis bailliui hisd(e)men(ensis) de t(er)mino Candel(arius) anno m° ccc° t(er)cio ».

18  Sans doute un ajout par un clerc de la chambre des comptes qui manifeste ainsi, avec quelques contorsions, sa connaissance du latin. L’encre est de couleur différente, plus brune, mais cette coloration résulte de l’exposition à la poussière ainsi qu’à la lumière, contrairement à l’encre du texte préservée par l’enroulement.

19  Cas d’Hesdin, Arch. dép. du Pas-de-Calais, Hesdin A1883 et A1914.

20  Cote : Arch. dép. du Pas-de-Calais, A1914.

21  Il faudrait par ailleurs étoffer ce trop court échantillon en insistant autant sur les comptes de bailliage que sur ceux de travaux.

22  Arch. dép. du Pas-de-Calais, Marck A10222.

23  Arch. dép. du Pas-de-Calais, Langlée A1881.

24  Ratures, suscriptions et lettres ornées pour le compte de ce petit bailliage qui rapporte le moins de tout le comté d’Artois en 1298-1299 et fort peu – mais pour d’autres raisons -, en 1303-1304 d’après Roger Berger, Bernard Delmaire et Bernard Ghienne, Le rentier d’Artois (1298-1299) et le rentier d’Aire (1292), Douai, 2006, p. 40.

25  Arch. dép. du Pas-de-Calais, Hesdin A1914.

26  Ce qui est également le cas des comptes de la Toussaint et de la Chandeleur 1303.

27  Arch. dép. du Nord, B13596, compte de Fampoux de la Toussaint 1303.

28  Soit deux comptes sur un total de quinze avec celui du receveur : 2/15 ou 13,3%.

29  Cette fois ce sont trois comptes sur un total de quinze, donc 3/15 ou 20% des comptes ont recours aux « mains de somme ».

30  Arch. dép. du Nord, B13596.

31  Un total de 3 comptes sur 30 si l’on additionne les deux trimestres, soit 10% des comptes. Les scribes n’utilisent les « lignes de répétition » qu’une fois sur dix.

32  Toussaint 1303 : Hesdin, Marck, Tournehem et Calais. Chandeleur 1303 : Hesdin, Beuvry, Langlée et Marck.

33  Arch. dép. du Nord, B13596.

34  Le comte meurt le 11 juillet 1302 en Flandre et son corps est récupéré par la suite. Or le compte général, qui récapitule le coût des événements qui précédent, comporte un décalage dans le temps qualifié ici de mort « comptable ». Arch. dép. du Nord, B13596, f°57-121. Se reporter au terme de la Toussaint 1304.

35  Bernard Delmaire,Le compte général du receveur d’Artois pour 1303-1304 : Édition précédée d’une introduction à l’étude des institutions financières de l’Artois aux XIIIe-XIVe siècles, Bruxelles, 1977.

36  Ce sont les cas des bailliages de Marck et d’Hesdin. Si le bailliage de Marck est très rentable par rapport à sa taille, Hesdin fait partie des bailliages du comté d’Artois qui rapportent le plus avec celui de Bapaume selon l’analyse comparée dans Roger Berger, Bernard Delmaire et Bernard Ghienne, Le rentier d’Artois (1298-1299) et le rentier d’Aire (1292), Douai, 2006, p. 28 à 55. Sur la ville d’Hesdin : Bernard Delmaire, « Thérouanne et Hesdin ; deux destructions (1553), une reconstruction », dans Destruction et reconstruction de villes, du Moyen Âge à nos jours, Actes du 18e Colloque international, Bruxelles, Crédit communal, n°100, 1999, pp. 127-153. Sur la place d’Hesdin comme résidence cynégétique : François Duceppe-Lamarre, Chasse et pâturage dans les forêts du nord de la France. Pour une archéologie du paysage sylvestre (XIe-XVIe siècles), Paris, 2006, 316 p. et François Duceppe-Lamarre, « Chasser ou être chassé au Moyen Âge », dans Umwelt und Herrschaft in der Geschichte, François Duceppe-Lamarre et Jens Ivo Engels, (dir./herausgegeben von). Munich, Ateliers des Deutschen Historischen Instituts Paris, n°2, 2008, p. 52-72.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 2 : Changement de mains entre les comptes de bailliages de Marck et de Tournehem (ADN, registre B13596).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/592/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Fig. 4 : Le rouleau de compte du bailliage de Langlée et son incipit en latin au  verso (ADPdeC, A1881).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/592/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 5 : Incipit du rouleau de compte du bailliage d’Hesdin en latin au verso (ADPdeC, A1963).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/592/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 6 : Prima summa du rouleau de compte de travaux d’Hesdin (ADPdeC, A1914).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/592/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Fig. 7 : Secunda Prima summa du rouleau de compte de travaux d’Hesdin (ADPdeC, A1914).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/592/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Fig. 8 : Tercia summa du rouleau de compte de travaux d’Hesdin (ADPdeC, A1914).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/592/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Fig. 9 : Quarta summa du rouleau de compte de travaux d’Hesdin (ADPdeC, A1914).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/592/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Fig. 10 : Les diverses ratures du rouleau de compte du bailliage de Fampoux (ADPdeC, A1881).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/592/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Fig. 11 : L’abondance des corrections du rouleau de compte du bailliage de Langlée (ADPdeC, A1881).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/592/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 12 : Détail de l’abondance des corrections du rouleau de compte du bailliage de Langlée (ADPdeC, A1881).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/592/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 13 : Rare grotesque d’un rouleau de compte (ADPdeC, A1914, Hesdin).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/592/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Fig. 14 : Les « mains de sommes » du compte de Bapaume dans le registre général du receveur d’Artois (Arch. dép. du Nord, B13596, Toussaint 1303, f°23v°).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/592/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Fig. 15 : Détail des « lignes de répétition » du compte de Lens dans le registre général du receveur d’Artois (Arch. dép. du Nord, B13596, Toussaint 1303, f°16v°).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/592/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fig. 16 : Détail du début du compte de la « Toussains ki fu en l’an mil trois cens et trois » f°1 (ADN, B13596).
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/592/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 523k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Duceppe-Lamarre, « Copier des comptes au début du règne de la comtesse Mahaut d’Artois (1302-1329) », Comptabilités [En ligne], 2 | 2011, mis en ligne le 25 août 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://comptabilites.revues.org/592

Haut de page

Auteur

François Duceppe-Lamarre

Agrégé d’histoire, docteur en archéologie et ancien boursier de l’Institut historique allemand de Paris, mène des recherches en histoire de l’environnement sur la chasse et sur la résidence princière d’Hesdin en Artois, rattaché à l’UMR CNRS IRHiS - hiboucane@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org