Navigation – Plan du site
Articles

Codicologie d’un compte de châtelain bourguignon : Michelet Girost et les pressoirs de Chenôve (1401-1404)

Patrice Beck

Résumés

Les comptabilités médiévales sont certes largement et depuis longtemps étudiées : nombre de chercheurs y trouvent les informations nécessaires pour mener à terme des dossiers d’histoire des techniques et de la construction, d’histoire économique et sociale, d’histoire des institutions administratives et politiques. Mais l’analyse matérielle des documents, c’est-à-dire l’étude méthodique des matières et des formats utilisés, de la mise en page et de l’organisation de l’information donnée, reste affaire de spécialistes et est surtout développée à propos des manuscrits « nobles » du type cartulaire ou livre de bibliothèque. A partir de l’exemple bourguignon d’un compte de construction des années 1400-1404 conservé comme des milliers d’autres dans les archives de la Chambre des comptes des ducs de Bourgogne, le présent article souhaite montrer combien la codicologie appliquée aux documents administratifs peut être profitable à la mise en lumière des moyens mis en œuvre et des buts poursuivis par les administrations émettrices.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Werner Paravicini, « L’embarras de richesses : comment rendre accessibles les archives financières (...)
  • 2  Robert-Henri Bautier et Janine Sornay, « Les comptabilités », Les sources de l’histoire économique (...)

1L’importance des archives comptables conservées du duché de Bourgogne est bien connue. Elle a fait écrire à Werner Paravicini qu’elle constitue un bel « embarras de richesses »1 et le répertoire qui en a été réalisé par Robert-Henri Bautier et Janine Sornay2 permet d’en prendre aisément la mesure : de la série B des seules Archives départementales de Côte d’Or, les seuls comptes des châtellenies prennent plus de 600 numéros d’inventaires et les ensembles les mieux conservés courent, certes non sans lacunes plus ou moins larges, pendant deux siècles, des années 1350 aux années 1550.

  • 3  Voir les éléments bibliographiques que donnent Robert-Henri Bautier et Janine Sornay, op. cit. not (...)
  • 4  Carla Bozzolo et Ezio Ornato, Pour une histoire du livre au Moyen Âge. Trois essais de codicologie (...)

2De nombreux dossiers d’histoire sociale, économique ou institutionnelle, d’histoire agraire ou des techniques, ont exploité leurs données mais aucune étude codicologique précise n’en a été jusqu’à présent tentée3. La masse documentaire a sans doute effrayé les chercheurs et les spécialistes de l’analyse formelle et matérielle des manuscrits, même ceux qui militent depuis les années 1980 en faveur d’une « codicologie quantitative » appliquée aux séries, ont surtout porté attention aux livres des bibliothèques et aux chartes plutôt qu’aux registres de gestion4. C’est que la discipline intéresse surtout les archivistes et les historiens qui rencontrent un problème de datation et/ou d’identification de la provenance d’un manuscrit, ceux qui étudient la diffusion des produits culturels.

  • 5  Telles sont les questions auxquelles on a tenté de répondre à propos de la série des cherches des (...)

3S’attacher à l’analyse du support et du format, du nombre et de l’organisation des cahiers, de la réglure et de la mise en page, de l’écriture et de l’organisation du texte, de la nature et de la fiabilité des opérations chiffrées dans des registres administratifs conservés en séries bien datées et localisées, présente cependant quelque intérêt : celui de donner des arguments chiffrés pour discuter à la fois de l’efficacité de l’administration émettrice et des compétences de ses agents. Y a-t-il des normes communes, sont-elles partout appliquées, comment évoluent-elles et comment en contrôle-t-on l’application ? Quels sont les manières d’identifier, de classer et de compter qui sont alors utilisées pour gérer le temps, les biens et les personnes5 ?

4La présente étude ne peut répondre à toutes ces questions pour les séries comptables : elle n’est qu’un test de faisabilité portant sur un seul registre, de surcroît un peu particulier. Elle porte en effet sur un compte que rend un châtelain non pas de la gestion « ordinaire » de son ressort mais d’une campagne spécifique de travaux qu’il est chargé de mener à bien.

  • 6  Archives départementales de la Côte d’Or (désormais ADCO) B 4268-2, f° 42.
  • 7  ADCO B 4270-6.

5Le bâtiment qui protège les pressoirs que les ducs de Bourgogne possèdent au moins depuis 1238 au centre du village de Chenôve, aux portes de Dijon, est décrit en 1399 comme en aventure de cheoir, tellement que l’on n’osait y faire les vendanges6. Au cours des quatre années qui suivent, il est intégralement reconstruit, comme les deux pressoirs, et le détail des recettes et dépenses du chantier est donné dans le compte que rent Michelet Girost, chastellain de Lanthannay et gouverneur du cloux de Chenoves pour monseigneur le duc de Bourgogne, conte de Flandres, d’Artois et de Bourgogne, des receptes et missions par lui faites pour les ouvraiges que l’on a faiz pour la maison nuesve des esmais de mon dit seigneur audit Chenoves 7.

Fig. 1 - Entête du compte B 4270-6

Fig. 1 - Entête du compte B 4270-6
  • 8  Le clos de Chenôve (Côte d’Or). La cuverie et les pressoirs des ducs de Bourgogne. Histoire, arché (...)

6Les travaux furent importants, s’étalèrent sur quatre années et coûtèrent plus de 1800 francs, soit 25 années de salaire journalier d’un maître maçon ou charpentier. 39 artisans représentant 13 corps de métier intervinrent et les matériaux utilisés furent soigneusement sélectionnés et transportés parfois à grand frais : les bois de charpente furent convoyés par barges et charrois d’une forêt située outre Saône à une trentaine de km de distance. L’édifice réalisé a traversé le temps et subsiste aujourd’hui encore très largement : 650m2 de surface au sol ; deux caves sous le rez-de-chaussée s’ouvrant sur les pignons par deux portes charretières et deux piétonnes ; une hauteur sous faîtage de 12m ; une toiture de près de 900m2 à deux rampants, couverts de laves jusqu’au milieu du siècle dernier ; une charpente de chêne composée de sept fermes transversales à deux poteaux dont l’analyse dendrochronologique a démontré que les bois avaient été coupés au cours de l’automne-hiver 1400-14018.

Fig. 2 - Pignon arrière de la cuverie de Chenôve (cliché J.L. Duthu – Inventaire général – Dijon)

Fig. 2 - Pignon arrière de la cuverie de Chenôve (cliché J.L. Duthu – Inventaire général – Dijon)

7Les deux énormes pressoirs, avec leurs leviers de 9,90m et 8,05m de longueur, leurs maies de 17 et 11m2 et leurs contrepoids de 5,5 et 5 tonnes, ont à peine moins bien résisté : inévitablement les réparations ont été plus nombreuses et continues sur ces machines activées tous les ans, mais des éléments datés de 1449 y sont encore conservés.

  • 9  Sans le démontage et le regard du spécialiste, l’analyse de la reliure est bien périlleuse ; sans (...)

8La gestion d’un tel chantier a été complexe : elle a nécessité des centaines d’opérations comptables étalées sur au moins 40 mois, sur 12 ans même si l’on pousse jusqu’à l’apurement définitif du compte. Aussi, même si l’étude demande évidemment à être étendue à un échantillon plus vaste de registres et à être poussée plus encore dans les domaines de la nature des supports et des reliures9, les 36 pages de ce compte sont apparues suffisamment riches d’informations pour en oser une approche codicologique qui pouvait au moins permettre d’identifier les problèmes, d’apporter quelques éléments d’appréciation des cadres matériels et mentaux de l’administration bourguignonne au temps du premier duc Valois.

Le support, nature, reliure et format

9Ce compte particulier fait partie d’une liasse de six registres, tous de parchemin. Il est relié par des chaînettes de cordelette aux cinq derniers « comptes ordinaires » qu’a rendu annuellement le même châtelain entre le jour de la Saint-Martin d’hiver 1402 et le 7 décembre 1407, date de son remplacement.

Fig. 3 - Détail des reliures des registres et de la liasse B 4270, partie basse

Fig. 3 - Détail des reliures des registres et de la liasse B 4270, partie basse
  • 10  Cf. infra Fig. 9.
  • 11  ADCO B 4269 1 à 3. Michelet Girost est en poste depuis 1393 (ADCO B 4266).
  • 12  ADCO B 4271 1 à 3. Comptes de Jean de Saint-Ligier.

10Cette reliure générale utilise une fine cordelette tressée grise qui se distingue bien à la fois des cordelettes tressées rougeâtres qui associent les cahiers dans chaque registre et les cordelettes grises torsadées constituant la reliure particulière de chaque cahier dans chaque registre. Ces seuls éléments directs ne permettent pas de trancher quant aux datations de ces reliures : l’association du compte particulier derrière le dernier compte rendu par le châtelain est certes logique, immédiatement fonctionnelle même, car le compte particulier fait référence à des informations rapportées dans les comptes ordinaires10 ; mais la différence de nature des ficelles peut correspondre aussi bien à diverses périodes de gestion de ces archives – certaine(s) contemporaine(s) des faits, d’autre(s) largement postérieure(s) - qu’à deux ou trois gestes techniques différents mais immédiatement successifs, certain(s) réalisé(s) par le châtelain qui relie les cahiers des registres qu’il rend, d’autre(s) par les gens des comptes centraux qui associent les registres qu’ils reçoivent. Rien ne différencie en tout cas cette liasse de celles qui l’encadrent dans la série : la précédente qui livre trois comptes du même châtelain pour les années 1399-140211, comme la suivante qui associe les trois premiers comptes du nouvel administrateur pour les années 1407 à 141012, présentent ces trois mêmes niveaux de reliure qu’il n’est pas facile de démêler.

11Le registre particulier se distingue en tout cas des autres par son format : les comptes ordinaires sont hauts de 350 mm et larges de 310mm, le compte de construction est plus petit, de 320mm de haut et 280mm de large.

Fig. 4 - Formats : à gauche la dernière page du dernier compte ordinaire, à droite la première page du compte de construction

Fig. 4 - Formats : à gauche la dernière page du dernier compte ordinaire, à droite la première page du compte de construction

12S’agit-il d’un fait fortuit, renvoyant à une conjoncture d’approvisionnement particulière ? Ou bien s’agit-il d’un choix assumé, voire administrativement imposé ? D’après l’analyse comparative des situations et des dimensions d’autres comptes, de construction, de gruerie ou de l’ordinaire d’une châtellenie, aucune norme ne paraît avoir été appliquée : les comptes particuliers peuvent se présenter en papier ou en parchemin, isolés ou reliés à d’autres comptes du même administrateur, sous la forme de bandes à l’origine roulées ou de cahiers aux dimensions fort variées.

Tableau 1 – Dimensions de quelques comptes associés de travaux, de gruerie et de châtellenies de la fin du XIVe et du début du XVe siècle

Lieux

Dates

Réf.

Nature

Contenu

Dim. (mm)

Argilly

1367-1368

B 2155-1

Cahier - parchemin

C.pte  travaux

380 x 250

Argilly

1367-1368

B 2155-2

Cahier - parchemin

C.pte ordinaire

380 x 300

Argilly

1367-1368

B 2155-3

Cahier - parchemin

C.pte  gruerie

400 x 300

Argilly

1393-1396

B 2164-1

Cahier - parchemin

C.pte ordinaire

300 x 250

Argilly

1393-1396

B 2164-2

Cahier - parchemin

C.pte ordinaire

300 x 250

Argilly

1393-1396

B 2164-3

Cahier - parchemin

C.pte  gruerie

310 x 260

Argilly

1393-1396

B 2164-4

Cahier - parchemin

C.pte  gruerie

325 x 280

Argilly

1393-1396

B 2164-5

Cahier - parchemin

C.pte  travaux

360 x 270

Beaune

1400–1409

B 524

Rouleau - papier

C.pte  travaux

630 x 300

Beaune

1412-1413

B 525

Rouleau-parchemin

C.pte  travaux

530 x 310

Montcenis

1365-1367

B 4826-1

Cahier - parchemin

C.pte gruerie

350 x 300

Montcenis

1365-1367

B 4826-2

Cahier– parchemin

C.pte travaux

350 x 300

Montcenis

1377-1378

B 5350-1

Cahier - papier

C.pte travaux

300 x 230

Montcenis

1379-1380

B 5350-2

Cahier – papier

C.pte travaux

300 x 230

Montcenis

1409-1410

B 5353

Cahier– parchemin

C.pte travaux

330 x 230

Chenôve

1401-1404

B 4270-1

Cahier– parchemin

C.pte ordinaire

350 x 310

Chenôve

1401-1404

B 4270-2

Cahier– parchemin

C.pte ordinaire

350 x 310

Chenôve

1401-1404

B 4270-3

Cahier– parchemin

C.pte ordinaire

350 x 310

Chenôve

1401-1404

B 4270-4

Cahier– parchemin

C.pte ordinaire

350 x 310

Chenôve

1401-1404

B 4270-5

Cahier– parchemin

C.pte ordinaire

350 x 310

Chenôve

1401-1404

B 4270-6

Cahier– parchemin

C.pte travaux

320 x 280

13Les hauteurs oscillent en effet entre 300mm et 400mm, les largeurs entre 230mm et 310mm, les formats relatifs (largeur/hauteur) varient de 0,65 à 0,85. Aucune normalisation n’est visiblement recherchée.

Composition, réglure et mise en page

14La même liberté préside à la composition des registres. Le nombre de bifeuillets et de cahiers est évidemment tributaire de l’importance de l’information à enregistrer et la variation entre les comptes ordinaires et particuliers peut ainsi s’expliquer aisément. Mais, pour les comptes ordinaires composés de plus d’un cahier, il est possible d’envisager qu’une gestion aussi répétitive que celle des châtellenies et une administration aussi puissante et centralisée que celle des ducs de Bourgogne aient pu favoriser, voire imposer, une normalisation du nombre de bifeuillets du ou des premiers cahiers, la variabilité annuelle des informations à consigner pouvant se reporter sur le dernier cahier. Ce n’est clairement pas le cas. Si tous les registres de la liasse concernée par cette étude sont composés de deux cahiers, ils sont ou non munis d’une couverture englobante constituée d’un bifeuillet de parchemin plus épais et le nombre de bifeuillets de chaque cahier est variable : les cahiers ne sont pas pré-conçus, seulement constitués sur le champ après une évaluation du besoin plus ou moins grossière.

Tableau 2- B 4270, composition

Cahier

Contenu

couverture

Nb cahiers

Nb bifeuillets  cahier 1

Nb bifeuillets cahier 2

1

ordinaire

Oui

2

8

8

2

ordinaire

Non

2

8

8

3

ordinaire

Non

2

8

7

4

ordinaire

Non

2

7

6

5

ordinaire

Oui

2

10

7

6

particulier

Oui

2

5

3

15C’est ainsi que le compte de construction (registre 6) se compose de trois parties.

Tableau 3- B 4270 – 6 : composition du registre

bifeuillet

chronologie

contenu

couverture

A1

4 - COUVERTURE

Titre + pro camera comptorum

couverture

A2

4 - COUVERTURE

Vide

B1

2 - Ajout CAHIER 1

Vide

B2

2 - Ajout CAHIER 1

Vide

1

C1

1 - CAHIER 1

Titre + copie du mandement (1) + vérification

1v°

C2

1 - CAHIER 1

copie du mandement (2) + vérification

2

D1

1 - CAHIER 1

Recettes (1) + vérification

2v°

D2

1 - CAHIER 1

Recettes (2 & somme) + vérification

3

E1

1 - CAHIER 1

Dépenses - salaire

3v°

E2

1 - CAHIER 1

Dépenses - fondations

4

F1

1 - CAHIER 1

Dépenses - achats de pierre (1)

4v°

F2

1 - CAHIER 1

Dépenses - achat de pierre (2)

5

F3

1 - CAHIER 1

Dépenses - transports (1)

5v°

F4

1 - CAHIER 1

Dépenses - Transports (2)

6

E3

1 - CAHIER 1

Dépenses - transports (3)

6v°

E4

1 - CAHIER 1

Dépenses - transports (4)

7

D3

1 - CAHIER 1

Dépenses - charpenterie (1)

7v°

D4

1 - CAHIER 1

Dépenses - charpenterie (2)

8

C3

1 - CAHIER 1

Dépenses - charpenterie (3)

8v°

C4

1 - CAHIER 1

Dépenses - charpenterie (4)

9

B3

2 - Ajout CAHIER 1

Dépenses - charpenterie (5) & maçonnerie (1)

9v°

B4

2 - Ajout CAHIER 1

Dépenses - maçonnerie (2)

10

X1

3 - CAHIER 2

Dépenses - maçonnerie (3)

10v°

X2

3 - CAHIER 2

Dépenses - maçonnerie (4)

11

Y1

3 - CAHIER 2

Dépenses - maçonnerie (5) & outillage

11v°

Y2

3 - CAHIER 2

Dépenses - achat de gants

12

Z1

3 - CAHIER 2

Dépenses - ferrures (1)

12v°

Z2

3 - CAHIER 2

Dépenses - ferrures (2)

13

Z3

3 - CAHIER 2

Dépenses - ferrures (3) & couverture (1)

13v°

Z4

3 - CAHIER 2

Dépenses - couverture (2)

14

Y3

3 - CAHIER 2

Dépenses - communes (1)

14v°

Y4

3 - CAHIER 2

Dépenses - communes (2)

15

X3

3 - CAHIER 2

Dépenses - communes (3) & sommes tot. & debet

X4

3 - CAHIER 2

Vide

couverture

A3

4 - COUVERTURE

Vide

couverture

A4

4 - COUVERTURE

Vide

  • Un bifeuillet de parchemin épais forme une couverture, dont la première page (A1) est réglée à la pointe sèche pour former un cadre. C’est dans la partie haute de ce cadre que la suscription est écrite (cf. supra Fig. 4). A1 comporte aussi dans l’angle inférieur de la marge droite la mention indiquant la finalité du registre : pro camera comptorum. Les trois autres pages (A2, A3 et A4) sont restées vierges.

  • 5 bifeuillets de parchemin souple, emboités les uns dans les autres, forment un premier cahier (B, C, D, E, F). Les deux premières pages (B1 et B2) sont restées vierges. En revanche, toutes les pages de C, D, E, F et les pages B3 et B4 sont réglées à 31 ou 32 lignes dans un cadre, paginées (f° 1 à 9v°), écrites.

  • 3 bifeuillets de parchemin souple forment un second cahier (X, Y, Z). Toutes les pages sont réglées à la pointe sèche, paginées (f° 10 à 15) et écrites, à l’exception de X4 (dernière page du cahier) qui présente le même cadre mais sans les lignes et est resté vierge d’écriture.

16Ce registre a donc été composé en quatre temps.

  • Les quatre bifeuillets C, D, E, F forment le premier cahier, sont réglés, écrits et paginés en continu sur leurs quatre faces (f° 1 à 8v°).

  • Le bifeuillet B est ajouté aux précédents sur l’extérieur ; ses pages B3 et B4 (9 et 9v°) sont utilisées alors que B1 et B2, placées devant C1 (f° 1), restent vierges.

  • Le second cahier est formé des trois bifeuillets X, Y et Z numérotés à la suite (f° 10 à 15) mais X4 (f° 15v°), reste inutilisé.

  • Un bifeuillet (A) englobe les deux cahiers, la première de couverture portant titre et destination, les 2e, 3e et 4e restant vierges.

17Cette organisation du registre montre une vraie volonté d’économiser le parchemin, il est vrai prise en défaut car elle a finalement entraîné une surconsommation. Le premier cahier constitué de quatre bifeuillets s’est révélé à l’usage insuffisant : il a été complété avec un cinquième bifeuillet dont seul, évidemment, les deux dernières pages ont été utilisées à la suite. Le procédé a été abandonné et un second cahier a été alors constitué, dont la dernière page n’a pas été utilisée.

18La réglure en revanche est bien standardisée. Le cadre a été tracé à l’identique sur chaque page de chaque partie à l’aide d’une piqûre guidant les croisements de ligne (cf. infra Fig. 6) ; la ligne de gauche est doublée et guide le positionnement des initiales de chaque paragraphe qui se détache ainsi aisément des autres (cf. infra Fig. 5 et 7). La mise en page apparaît ici très normalisée et c’est dans ce cadre contraignant que l’écriture s’effectue.

19Le titre de la couverture, les paragraphes déclinant les recettes et les dépenses sont écrits de la même main, celle du châtelain ou de son scribe (main A). Celle-ci monopolise le cadre dessiné à la pointe sèche : elle y indique d’abord la somme, la date et la provenance des recettes, y justifie ensuite les dépenses par chapitre ; elle y corrige ponctuellement des imprécisions ou des erreurs mineures, sans doute au moment même de la rédaction.

Fig. 5 - B 4279-6, f° 2 (recette 2.7). La main A se corrigeant elle-même

Fig. 5 - B 4279-6, f° 2 (recette 2.7). La main A se corrigeant elle-même

20Cette main A occupe aussi la marge droite : elle y a inscrit les sommes partielles par paragraphe. Elle a enfin indexé par trois fois le texte dans la marge de gauche afin de mettre en exergue de l’outillage : l’engin élévateur, le char et la corde qui ont été nécessaires pour conduire le chantier. Elle rédige exclusivement en français et évoque des actes passés entre 1400 et 1404.

21Mais elle n’est pas la seule à intervenir dans le document : deux, peut-être trois autres mains, ont laissé des commentaires dans les marges.

  • Des références aux comptes ordinaires ont été écrites en latin dans la marge de gauche aux f° 2 et 2v° (main B). Cette intervention n’est pas datée (cf. infra Fig. 7).

  • Toujours en latin, une autre main (main C) a indiqué dans la marge haute du f° 1 que le registre a été reçu en la chambre des comptes le 28 mars 1408 (cf. infra Fig. 6) et, au verso dans la marge basse, qu’il a été vérifié le même jour.

22C’est à cette même main qu’il faut probablement attribuer dans les marges de gauche les vérifications des mesures et le contrôle des quittances, dans les marges de droite les vérifications des sommes par chapitre.

  • Le suivi financier du compte a été réalisé ensuite jusqu’en 1412 par un autre administrateur central (main D) qui a laissé en latin les signes de son intervention dans les marges basses des f° 2 et 2v° (cf. infra Fig. 8), les marges droite et gauche du f° 15.

Fig. 6 - B 4279-6, f° 1 : réception du compte (latin, main C) et début de la suscription (français, main A)

Fig. 6 - B 4279-6, f° 1 : réception du compte (latin, main C) et début de la suscription (français, main A)

Fig. 7 - B 4279-6, f° 2 : recettes 2.1 à 2.5 (main A) et références, en latin dans la marge de gauche, à des comptes « ordinaires » du châtelain (main B)

Fig. 7 - B 4279-6, f° 2 : recettes 2.1 à 2.5 (main A) et références, en latin dans la marge de gauche, à des comptes « ordinaires » du châtelain (main B)

Fig. 8 - B 4279-6, f° 2v° : dernier acte enregistré en date du 24 novembre 1412

Fig. 8 - B 4279-6, f° 2v° : dernier acte enregistré en date du 24 novembre 1412

23L’organisation spatiale du propos est évidente : la mise en page est préparée par la réglure, le cadre réservé à l’établissement du compte, les marges aux sommes et aux diverses vérifications. Il y a là un vrai souci de normalisation.

Tableau 4- B 4270 – 6 : position des différentes interventions (mains)

cadre

ratures

marge

marge

marge

marge

DATES

  

haute

basse

gauche

droite

  

couv.

A

  

  

  

  

A

  

couv.

  

  

  

  

  

  

1

A

  

C

  

  

  

28 mars 1408

1v°

A

  

  

C

  

  

10oct 1400 – 28 mars 1408

2

A

C

B

A

1400/1403 – 3 juil. 1410

2v°

A

A & C sur A

  

C

B & C

A

1400/1403 – 24 nov. 1412

3

A

  

  

  

C

A

28 oct 1404

3v°

A

  

  

  

  

C

12 sept 1404

4

A

  

  

  

C

A

1402-1404

4v°

A

  

  

  

C

C

1404

5

A

  

  

  

C

A

1401

5v°

A

  

  

  

  

A

1404

6

A

  

  

  

C

A

1404

6v°

A

  

  

  

  

C

1404

7

A

  

  

  

C

A

1404

7v°

A

  

  

  

C

A

1404

8

A

  

  

  

C

A

1404

8v°

A

C sur A

  

  

C

A

1404

9

A

  

  

  

A & C

A

1403

9v°

A

  

  

  

C

A

1404

10

A

  

  

  

C

A

1404

10v°

A

  

  

  

C

A

1404

11

A

  

  

  

  

C

1404

11v°

A

  

  

  

  

A

1404

12

A

  

  

  

  

  

  

12v°

A

  

  

  

A & C

A

1404

13

A

  

  

  

C

C

1404

13v°

A

  

  

  

  

C

1402-1404

14

A

  

  

  

A & C

A

1404

14v°

A

A sur A

  

  

C

A

1404

15

A

  

  

  

C

D

1404/1408 – 31 mai 1411

couv.

  

  

  

  

  

  

  

couv.

  

  

  

  

  

  

  

  • 13  Bertrand Schnerb, « L’activité de la chambre des comptes de Dijon entre 1386 et 1404 d’après le pr (...)

24Le compte a été contrôlé, reçu et certifié par deux membres délégués de la Chambre des comptes de Dijon : les informations ont été référencées par rapport aux comptes ordinaires, les rubriques confrontées aux quittances, les mesures et les sommes générales vérifiées ; la situation a été suivie jusqu’à la sortie de charge du châtelain, apurée à cette date. L’objectif comptable est évident, solidement appuyé sur une procédure apparemment minutieuse. Les traces qu’elle a laissées dans le document renvoient précisément aux nouvelles directives mises justement en place au cours de l’année précédente et des premières semaines de l’an 1404 pour réorganiser le travail de la Chambre des comptes de Dijon13 : la main B traduit le travail préalable des clercs confrontant les articles des comptes et les pièces justificatives ; la main C signale le moment de l’audition et de la réception du compte, identifie le magistrat et le clerc qui les assurent.

Organisation du contenu

25Après la copie de la lettre de mandement du duc de Bourgogne contresignée par le trésorier général, le compte est divisé en deux parties : d’abord les recettes, ensuite les dépenses. Dans l’une comme dans l’autre des parties, l’information se présente sous la forme de paragraphes livrant le ou les noms des prestataires, la nature des interventions, les sommes concernées, la date de l’acte.

26La présentation des recettes est raturée, corrigée ; elle bouscule la chronologie.

Tableau 5 – B 4270-6 : présentation des recettes

Rubrique

Mandataire

Payeur

Date (NS)

2.1

Maître des comptes

Maître des comptes

11 nov 1400

2.2

Maître des comptes

grenetier du grenier à sel - Chalon

31 déc1400

2.3

Maître des comptes

grenetier du grenier à sel - Chalon

24 juin 1401

2.4

Maître des comptes

Nicolin de Neauville

23 juill 1401

2.5

Maître des comptes

Maître des comptes

28 oct 1401

2.6

Maître des comptes

Florimont de Moncony

13 janv 1402

2.7

Receveur du bailliage de Dijon

Doyen de la chapelette - Dijon

18 mai 1402

2.8

Maître des comptes

Maître des comptes

14 oct 1402

2.9

Maître des comptes

Gouverneur de la terre de Thorey

5 sept 1402

2.10

Maître des comptes

Gouverneur de la terre de Thorey

15 sept 1402

2.11

Maître des comptes

Délivrance de bois

20 mai 1403

2.12

Receveur général des finances

Maître des comptes

21 mai 1401

2.13

Maître des comptes

Partie reprise à l'article suivant (2.14)

31 mai 1401

2.14

Maître des comptes

Prieur et couvent Saint-Etienne - Dijon

11oct 1402

2.15

Jehan Bourgeois maçon

Vente d'un char

  

2.16

prestres et clercs St Nicolas

Partie reprise infra à l'article 2.19

8 mars 1401

2.17

Habitants de Chenosves

Vente du bois de charpente

  

2.18

  

Partie reprise infra à l'article 2.20

  

2.19

Receveur général des finances

Chappelain de St-Nicolas - Dijon

8 mars 1401

2.20

  

  

  

27Le paragraphe 2.13 est rayé car, est-il précisé, le contenu est repris dans le suivant (2.14) ; de même le 2.16 déplacé en 2.19 après qu’une première somme générale ait été indiquée ; celle-ci (2.18) a été alors déplacée (2.20). L’enregistrement n’est donc pas effectué en continu, en date des mandatements, mais il procède d’une élaboration en fin d’exercice comptable.

28L’analyse de la présentation des dépenses le confirme parfaitement.

Tableau 6 – B 4270-6 : présentation des dépenses

RUBRIQUE

DATES

3 - gages d'officiers

28 oct 1404

4 - façon des fondements

12 sept 1404

5.1 - fourniture de pierres

29 sept 1402

5.2 - fourniture de pierres

11 sept 1404

5.3 - fourniture de pierres

22 sept 1404

5.4 - fourniture de laves

28 oct 1404

6.1 - voiturage

15 juil 1401

6.10 - voiturage

18 oct 1404

6.2 - voiturage

09 oct 1401

6.3 - voiturage

28 oct 1404

6.4 - voiturage

28 oct 1404

6.5 - voiturage

28 oct 1404

6.6 - voiturage

18 oct 1404

6.7 - voiturage

28 oct 1404

6.8 - voiturage

18 oct 1404

6.9 - voiturage

18 oct 1404

7.1 - parties de charpenterie

11 sept 1404

7.10 - parties de charpenterie

28 oct 1404

7.12 - parties de charpenterie

18 oct 1404

7.13 - parties de charpenterie

20 mai 1403

7.2 - parties de charpenterie

11 sept 1404

7.3 - parties de charpenterie

11 sept 1404

7.4 - parties de charpenterie

11 sept 1404

7.5 - parties de charpenterie

11 sept 1404

7.6 - parties de charpenterie

23 sept 1404

7.7 - parties de charpenterie

11 sept 1404

7.8 - parties de charpenterie

11 sept 1404

7.9 - parties de charpenterie

28 oct 1404

8.1 - parties de maçonnerie

11 sept 1404

8.2 - parties de maçonnerie

11 sept 1404

8.3 - parties de maçonnerie

11 sept 1404

8.4 - parties de maçonnerie

11 sept 1404

8.5 - parties de maçonnerie

11 sept 1404

8.6 - parties de maçonnerie

28 oct 1404

9 - façon de pointes de marteaulx

11 sept 1404

10 - achat et façon de gans

11 sept 1404

11.1 - achat et façon de ferrures

11 sept 1404

11.2 - achat et façon de ferrures

28 oct 1404

11.3 - achat et façon de ferrures

20 sept 1404

12.1- achat de laive

28 oct 1404

12.2 - fourniture de laves

15 mars 1402

12.3 - achat de laive

28 oct 1404

13.1 - despense commune

18 oct 1404

13.2 - despense commune

11 sept 1404

13.2 - despense commune

11 déc 1404

13.3 - despense commune

11 sept 1404

13.4 - despense commune

28 octo 1404

29L’ordre de présentation des dépenses regroupe les activités selon le type de prestation, puis par prestataire : il bouscule lui aussi l’ordre chronologique des quittances et ces dernières sont très fortement concentrées, en fin de chantier, sur certaines dates.

Tableau 7 – B 4270-6 : distribution chronologique des quittances des prestations

Dates

Nb de quittances

%

15 juil. 1401

1

2,1

09 oct. 1401

1

2,1

15 mars 1402

1

2,1

29 sept. 1402

1

2,1

20 mai 1403

1

2,1

11 sept. 1404

18

37,5

12 sept. 1404

1

2,1

20 sept. 1404

1

2,1

22 sept. 1404

1

2,1

23 sept. 1404

1

2,1

18 oct. 1404

5

10,3

28 oct. 1404

15

31,2

11 déc. 1404

1

2,1

TOTAL

48

100

3090% des quittances portent une date comprise entre le 11 septembre et le 28 octobre 1404 et les deux-tiers d’entre elles sont groupés sur ces deux journées. Le calendrier présenté dans ce compte n’est donc pas technique mais comptable : il ne renseigne pas sur le rythme du chantier mais sur les pratiques administratives. Ce document est bien élaboré à la fin des quatre années d’exercice, avant que d’être présenté en même temps que les quittances et les certificats qui ont aidé à le réaliser mais qui ne sont pas archivés. L’information est certes ordonnée selon la suite logique du déroulement d’un chantier : d’abord les fondations, puis les fournitures et leur transport ; ensuite charpenterie et maçonnerie, encore que l’inversion de ces deux rubriques eut donné plus de crédibilité ; enfin les travaux de finition de ferronnerie et la couverture. Mais c’est là une construction intellectuelle : le compte de construction n’est pas un journal de chantier, c’est un « bilan comptable ».

Chiffres et calculs

  • 14  ADCO B 4270-6, f° 1 et 2.

31Le coût des opérations avait été évalué par Maistre Oudart Douay, maistre des comptes de mon dit seigneur et maistre des œuvres visiteur général des maisons et des forteresses de monseigneur le duc à, oultre les matières qui déjà sont en la dite maison , la somme de mille francs ou environ14 : en raison du remploi possible de matériaux déjà existant, l’approximation était inévitable et ne pouvait que prendre la forme d’un chiffre rond, assorti de la formule de prudence consacrée : mille francs ou environ. Il reste qu’elle s’est révélée fort grossière : l’« environ » représente une sous-évaluation de 42% du montant des dépenses finalement engagées.

32Les recettes et les dépenses ont été moins maltraitées : elles ne sont pas indemnes d’erreurs et d’imprécisions mais, malgré le nombre et la diversité des opérations, le bilan comptable, sans être juste, n’est pas déshonorant.

Tableau 8 – B 4270-6 : énoncé des recettes

  

SUBVENTIONS

ÉVALUATION

mille frans ou environ

COUT (dépenses acquittées)

1717 francs 1 gros 11 deniers

SOUS EVALUATION

42% ou environ

  

  

2.1 - recette

40 francs 7 gros

2.2 - recette

400 francs

2.3 - recette

150 francs

2.4 - recette

230 francs

2.5 - recette

40 francs

2.6 - recette

55 francs 6 gros 2/3 de gros

2.7 - recette

70 francs

2.8 - recette

100 francs

2.9 - recette (5 sept 1402)

43 francs

2.10 - recette (15 sept 1402)

7 francs

2.11 - recette

60 francs

2.12 - recette

40 francs

2.13 - recette

100 francs

2.14 - recette

450 francs

2.15 - recette

10 francs

2.16 - recette

200 francs

2.17 - recette

6 livres 15 sous - 6 francs 9 gros

2.18 - somme

1892 francs 10 gros 2/3 de gros

2.19 - recette

200 francs

2.20 SOMME

1892 francs 10 gros 2/3 de gros

  

  

SOMME RECALCULÉE

1902 francs 10 gros 2/3 de gros

ÉCART

moins 10 francs

33Les montants des recettes se présentent sous la forme de chiffres arrondis : pour 11 subventions sur 16, soit 68%, ils sont établis à la dizaine de francs et si l’on ajoute  2.9 et 2.10 qui paraissent couplés tant par leur proximité dans le temps que dans leur complémentarité mathématique, ce sont les 4/5e des subventions qui sont ainsi établies.

34 La subvention 2.17 est donnée dans les deux monnaies de compte de la livre et du franc : la parité est bien calculée pour 240 deniers par livre ou franc, à raison de 12 deniers pour un sous du système livre et de 20 deniers par gros du système franc.

35Mais une erreur s’est glissée dans le calcul de la somme des recettes : 10 francs ont disparu du récapitulatif. L’écart ne touche que l’unité principale, pas ses sous-multiples, et c’est un chiffre rond : cela suffit-il pour écarter l’hypothèse de la fraude et ne retenir que l’erreur de retenue ?

36Le tableau 9 donne le détail des types d’opérations que les dépenses ont occasionnées. On y voit que la « routine » comptable impose de jongler avec trois modes de travail et donc de rétribution des prestations (à la journée, à l’unité, à la tâche), avec trois unités de comptage d’objet (à la pièce, à la douzaine et au cent), une de poids (à la livre) et une de superficie (à la toise), avec encore les deux systèmes de monnaie de compte de la livre-sous-denier (1-20-240) et du franc-gros-denier (1-12-240).

  • 15  Philippe Contamine, Marc Bompaire, Stéphane Lebecq, Jean-Luc Sarrazin, L’économie médiévale, Paris (...)

37On y voit aussi que les quantités, d’objets ou de monnaies, sont en grande majorité « rondes », calées sur le système 12 ou le système 10. Derrière leur complexité apparente, les prix unitaires énoncés en livres-sous-deniers ou en francs-gros-deniers, sont calés pour former en deniers des sommes décimales ou semi-décimales : les 2 sous 1 denier payés pour le salaire d’une journée de maçon, valent 25 deniers ; les 4 sous 2 deniers donnés à la journée pour un travail à façon de charpenterie valent 50 deniers ; les 3 sous 9 deniers accordés à la journée pour un travail à façon de maçonnerie valent 45 deniers ; les 13 sous 4 deniers que valent un cent de grands clous équivalent à 160 deniers ; certaines des serrures utilisées dans le nouveau bâtiment ont coûté 8 sous 4 deniers, 7 sous 6 deniers, 6 sous 8 deniers, 16 sous 8 deniers soit, respectivement, 100, 90, 80 et 200 deniers. Comme si les machines à calculer d’alors (l’abaque), et la réalité de la circulation monétaire (essentiellement le denier et le blanc de 5 deniers)15, intervenaient directement sur la fixation des prix.

  • 16  Pierre Portet, « L’arpentage au Moyen Âge, Bertrand Boisset », 2000 ans d’arpentage, le géomètre a (...)

38On y voit enfin que les sous-unités monétaires sont exprimées sous deux formes : en chiffres absolus ou en fractions. Un gros demi s’énonce aussi I gros X deniers ; I gros V deniers s’écrit aussi I gros I quart. Le système chiffré est majoritaire, aux deux tiers ; le système fractionnel n’est donc pas seulement résiduel. Il évoque la place qu’occupe encore à la fin du Moyen Âge, en géométrie comme en mathématique, l’évaluation proportionnelle des quantités16.

Tableau 9 – B 4270-6 : énoncé des dépenses (a, b, c et d)

PAIEMENT À LA JOURNÉE

Rubrique

PRIX/jour

en den.

13.7 - divers

VIII g.

160

6.8 - transports

X s. t.

120

3 - Gages

IIII gros

80

8.5 - maçonnerie

II s. I d t.

25

7.2 - charpenterie

IIII s. II d. t.

50

8.5 - maçonnerie

III s. IX d. t.

45

7.6 - charpenterie

III s. IIII d. t.

40

PAIEMENT À L'UNITÉ

Rubrique

NOMBRE

UNITÉ

PRIX/UNITÉ

en den.

5.3

IIc membres

cent

XXIII livres t.

5520

5.2a

X cens de membres

cent

CX s. t.

1320

5.2b

XVIIc de membres

cent

CX s. t.

1320

6.4

XVIIc membres (transport)

cent

LX s.

720

11.3b

Cent demi de plomb

cent

LX s. t.

720

11.3a

IIIIc livres de fer

cent livres

XL s. t.

480

7.12

VIIIc de cloux

cent

XL s. t.

480

11.1s

VIIIc de grans cloux

cent

XIII s. IIII d. t.

160

  

  

  

  

  

13.3

III douzaines de civières

douzaine

X s. t.

120

10

deux douzaines de gants

douzaine

X s. t.

120

13.2b

XIIII douz. de chenestres de corde

douzaine

III s. IIII d.

40

  

  

  

  

13.2c

LXV livres (une corde d'engin)

livre

X d. t.

10

11.3c

VIII livres d'oint

livre

X d.

10

13.2d

XXII livres (une petite corde)

livre

X d. t.

10

11.1j

LXX livres de fer

livre

XII d.

12

11.1m

V livres de fer

livre

XII d.

12

11.1u

VIIIxx livres de fer

livre

XII d. t.

12

9b

VIIxx VII livres de fer

livre

XII d.

12

11.1q

XII livres et demi de fer

livre

XII d.

12

11.1l

XV livres de fer

livre

XII d.

12

11.1b

XVIII livres demie de fer

livre

XII d. t.

12

11.1a

IIIIxx XIII livres et demie de fer

livre

XII d. t.

12

11.1g

VI livres de fretis de fer

livre

II s.

24

11.1c

X livres de fer

livre

II s. t.

24

11.1k

XII livres de fer

livre

II s.

24

11.1n

XII livres de fer

livre

II s.

24

  

  

  

  

  

8.2a

IIII portes

pièce

XII frans

2880

8.2c

VI fenestres

pièce

deux frans demi

600

8.2b

VII fenestres

pièce

deux frans

480

6.2b

IIc XLII pièces de bois (transport)

pièce

X g. t.

200

6.2c

XIIII menues pièces de bois (transport)

pièce

V g.

100

7.11

XL pièces de bois

pièce

X d. t.

10

13.2a

X pièces de  liens

pièce

XX d.

20

6.2a

XIIII colonnes de pierre (transport)

pièce

II frans demi

600

8.2j

XV rampans de pierre dasnières

pièce

II frans demi

600

5.1

XV basses de pierre

pièce

II g.

40

8.2h

L piez et II tiers de pierres d'angles

pièce

I g. I quart

25

8.2d

VIIxx VII pies de pierres d'angles

pièce

I g. I quart

25

8.2e

XI pies et demi de pierres d'angles

pièce

I g. I quart

25

8.2g

XIIII pies de pierres d'angles

pièce

I g. I quart

25

8.2f

XLVII pies de pierres d'angles

pièce

I g. I quart

25

8.2i

XLVII pies de pierres d'angles

pièce

I g. I quart

25

6.5a

XV pièces de basses de pierre (transport)

pièce

I g.

20

6.5b

XVII pièces de basses de pierre (transport)

pièce

X d. t.

10

8.4

XXXIX pies de basses de pierres

pièce

VI s. VIII d. t.

80

12.3

C et L frestieres (tuiles faîtieres)

pièce

XII d. t.

12

9.a

IIIIc IIIIxx pointes d'outils

pièce

IIII d.

4

  

  

  

  

  

6.6

VIIIxx VII toises I/3 de laves (transport)

toise

XVIII g.

360

8.1

VIIIxx VII toises I/3 et I/4 de lave

toise

X g.

200

4.1a

XLII toises et demie de terrassement

toise

VII s. VI deniers

90

6.10

VIxx X toises de laves (transport)

toise

V s. X d. t.

70

12.2

VIIIxx toises de laves

toise

IIII s. II d. t.

50

5.4

VIxx X toises de laves

toise

trois s. t.

36

PAIEMENT À L'UNITÉ (avec calcul de la somme totale)

Rubrique

NOMBRE

PRIX/UNITÉ

en den.

SOMME

en den.

11.1i

cent de cloux

XX d. t.

20

XX d. t.

20

11.1t

serrure

VIII s. IIII d. t.

100

VIII s. IIII d. t.

100

11.1e

serrure à ressort

VII s. VI d.

90

VII s. VI d.

90

11.1h

serrure garnie

V s.

60

V s.

60

11.1o

serrure garnie de clefz

VI s. VIII d. t.

80

VI s. VIII d. t.

80

11.1f

serrure neuve garnie

XVI s. VIII d

200

XVI s. VIII d

200

11.1d

VI livres de fer

1 s.

12

VI s. t.

12

PAIEMENT A LA TÂCHE

Rubrique

NOMBRE

SOMME

en den.

11.1r

achat de cloux

six deniers

6

11.1p

XXX cloux quarrés

II s. VI d.

30

13.2e

IIII colaches de fil à pourter civières

IIII s. II d.

38

7.9

XIIII pièces de bois

XI s. VIII d. t.

140

13.2f

plusieurs autres cordes

XX s. t.

240

7.3

IIII cintres des portes

XXV s. t.

300

8.3c

II tournans et II coubeaux de pierre

XXX s. t.

360

8.6

manutentions diverses

XL s. t.

480

7.5

deux treuls (pressoirs)

XL s. t.

480

4.1b

IIII pans de maçonnerie

XLV s.

540

13.6

façon  de ce compte

IIII livres   III frans

720

7.8

IIII rehues + II aissis de bois

LXXII s. VI d. t.

870

11.2

IIII rouhes de char ferrées

IIII livres XII s. VI d. t.

1110

13.4

terrassement et transport divers

C s.

1200

7.13b

un engin & un chariot de bois

VI frans

1440

4.1c

fondation desXIIII colonnes

VI livres

1440

6.1

paines, droits et salaire (transport)

VI frans

1440

7.10c

IIIIxx XVIII pièces & un cent de lates

VI livres III s. IIII d. t.

1480

8.3b

toutes les seulles

VIII livres t.

1920

12.1

toute la lave…toutes les cuves…

X livres t.

2400

8.3a

XIIII colonnes

XIV livres t.

3360

6.7

transport du bois de charpenterie

XVII livres t.

4080

13.5

remboursements de frais

XXV livres   XX livres

4800

13.1

manutentions de charpenterie

XXX livres I s. VIII d. t.

7220

7.4

deux treuls (pressoirs)

XXXI livres t.

7440

7.7

IIII + I portes de bois

XXXI frans

7440

6.3

terrassement et transport divers

XXXV livres XI s. VIII d. t.

8540

6.9

XXXII pièces de chasne (transport)

XXXVI livres XI s. VIII d. t.

8780

7.13a

XXXII pies de chasne

LIIII frans

12960

7.1

charpenterie

CXII livres t.

26880

  • 17  Marc Bompaire dans L’économie médiévale, op. cit., note 13, p. 301.

39Des deux monnaies de compte, le système « Franc » est exclusif pour les recettes. Il est aussi présent pour les dépenses mais se concentre dans les rubriques transport (rubrique 6) et maçonnerie (rubrique 8). Au total, il est très effacé devant le système « Livre »: sur 116 paiements, 25 sont en Francs, 93 en Livres, soit 78%, et c’est ce système qui sert aux récapitulatifs (cf. tableau 10). Rappeler que le Franc est une nouveauté rapidement effacée du monnayage réel permet-il d’expliquer cette différence ? Cette monnaie d’or est en effet introduite en 1360 et remplacée en 1385 par l’Ecu17. Les élites, ceux qui délivrent ici les recettes, l’ont-ils adopté pour jongler avec les grosses sommes ? Les acteurs des transactions au quotidien restent-ils au contraire fidèles au système « traditionnel » et préfèrent-ils le sous moins lourd en deniers et donc plus souple que le gros ? Cet argumentaire reste évidemment très faible, n’interdit pas notamment de renverser la dernière proposition : le gros ne pouvait-il pas apparaître plus « souple » car plus riche en deniers que le sou ?

40De toutes les façons, les « comptables » qui ont ici opéré savent passer d’un système à l’autre sans problème. Ils savent aussi justement réaliser les opérations - additions et multiplications - nécessaires au calcul des sommes dues. Sur 78 opérations vérifiables, 93% sont correctement effectuées.

41Les quatre approximations et les six opérations erronées retiennent évidemment plus l’attention que ce constat général somme toute attendu : elles permettent d’aller au-delà du quitus accordé au châtelain et d’émettre des hypothèses, plus que des certitudes certes, sur les habitudes comptables d’alors.

  • En 4.1c et en 6.9, les sommes indiquées ne sont pas divisibles par le nombre de pièces et les prix unitaires ne sont pas indiqués. Les chiffres ronds les plus approchant évaluent le reste à un sou. Les sommes n’incluent-elle pas alors un « pourboire » de 12 deniers et, en faisant respectivement passer les sommes dues en deniers de 1428 à 1440 et de 8768 à 8780, l’opération n’a-t-elle pas le mérite d’arrondir la somme à la dizaine supérieure ? Cette « manipulation » n’est en tout cas pas administrativement enregistrée puisque les prix unitaires ne sont pas précisés et, en cas de contrôle, la somme peut passer pour forfaitaire.

  • En 8.2h,  le résultat de la multiplication de 50 pieds 2/3 par 1 gros 1 quart est approché au denier inférieur : l’approximation était inévitable mais elle aurait pu être réalisée au denier supérieur au profit du prestataire.

  • En 6.2b, les 242 pièces de bois transportées au prix de 10 gros pièce font 201 francs et 8 gros : la main A s’est corrigée elle-même en rayant une première somme fausse de 10 francs mais il manque un franc à la seconde somme. La somme partielle des transports 6.2, réalisée par la même main A est cependant juste, inclue le franc manquant : ce sont là des erreurs de calcul et non pas une tentative de fraude.

  • En 6.10, les 130 toises de lave transportées à raison de 5 sous 10 deniers la toise (70 deniers) font 9100 deniers, soit 37 livres 18 sous 4 deniers. La somme affichée est sous-évaluée de 100 deniers : erreur ou ristourne imposée avec somme « arrondie » au millier inférieur ? De toute façon le prestataire est lésé sans que cela puisse profiter au châtelain.

  • - En 8.2j, le prix unitaire retenu n’est pas 2,5 francs mais 2 francs, ce que confirme le récapitulatif partiel 8.2. La ristourne au profit du duc serait ici considérable mais aucune autre explication ne peut être avancée.

  • - En 7, la somme générale des frais de charpenterie est fausse, accuse un déficit de 72 deniers ou six sous. Elle résume 17 opérations justes, dont une barrée et deux récapitulatifs partiels, quatre en francs et les autres en livres : est-elle le résultat de ce foisonnement de situations ?

  • - En 8.5b, il manque 9 deniers à la somme d’une opération pourtant simple ; en 8.1 en revanche, la somme est majoré de 375 deniers, soit une livre 6 gros et 15 deniers, sans qu’il soit possible de déceler quelque explication.

Tableau 10 – B 4270-6 : nature des calculs

Rubrique

OPERATION

VERIFICATION

3

24 jours x 4 gros = 8 livres

JUSTE

  

  

  

4.1a

42 x 7s.6d. = 15 livres 18s.9d.

JUSTE

4.1b

4 éléments pour 45 sous

SOMME DIVISIBLE par le nombre : 11 s. 3 d.

4.1c

14 éléments pour 6 livres

SOMME NON DIVISIBLE : reste = 12 d.

4

total 4 : 24 livres 3s. 9d.

JUSTE

  

  

  

5.1

15 éléments x 2 gros = 2,5 francs

JUSTE

5.2a

1000 x 110s. t. le 100 = 55 livres

JUSTE

5.3

200 x 23 livres le 100 = 46 livres

JUSTE

5.4

130 x 3s. = 19 livres 10s.

JUSTE

  

  

  

6.2a

14 x 2,5 francs = 35 francs

JUSTE

6.2b

242 x 10 gros = 200 francs 8 gros

FAUX - un franc en MOINS

6.2c

14 x 5 gros = 5 francs 10 gros

JUSTE

6.2

total 6.2 = 242,5 francs

JUSTE - calcul incluant le franc manquant

6.4

1700 x 60 sous = 51 livres

JUSTE

6.5a

15 x 1 gros = cf. 6.5

cf. 6.5

6.5b

17 x 10 deniers = cf. 6.5

cf. 6.5

6.5

total 6.5 = 39 sous 2 deniers

JUSTE

6.6

167 & 1/3 x 18 gros = 251 francs

JUSTE

6.8

3 jours x 10 sous = 30 sous

JUSTE

6.9

32 éléments pour 36livres 11s. 8d.

SOMME NON DIVISIBLE : reste 12 deniers

6.10

130 x 5s. 10d. = 37 livres 10s

FAUX - 100 d. en MOINS (8 s. 4 d. )

6

total 6 = 680 livres 12s. 6d.

JUSTE

  

  

  

7.2

66 jours x 4s. 2d. = 13livres 15s.

JUSTE

7.3

4 éléments pour 25 sous

SOMME DIVISIBLE par le nombre : 90d.

7.4

2 éléments pour 31 livres

SOMME DIVISIBLE par le nombre :  15 l. 10 s.

7.5

2 éléments pour 31 livres

SOMME DIVISIBLE par le nombre :  20 s.

7.6

10 jours x 3s. 4d = 33s. 4d.

JUSTE

7.7

5 éléments pour 31 francs

SOMME DIVISIBLE par le nombre : 6l. 4s.

7.8

6 éléments pour 72s. 6d.

SOMME DIVISIBLE par le nombre : 145 d.

7.9

14 éléments pour 11s. 8d.

SOMME DIVISIBLE par le nombre : 10 d.

7.11

40 élémentz x 10d. = 23s. 4d.

JUSTE

7.12

800 éléments x 40s. le cent = 16 livres

JUSTE

7.13a

3é éléments pout 54 francs

SOMME DIVISIBLE par le nombre : 1liv. 13s. 9d.

7

total 7 = 278 livres 10s. 10d.

FAUX - 72 d. ( 6 sous) en MOINS

  

  

  

8.1

167, I/3, I/4 x 10g. = 141 francs 2g. 11d.

FAUX - 375 d. en PLUS (Il. 6g. 15d.)

8.2a

4 éléments x12 francs = 48 francs

JUSTE

8.2b

7 éléments x 2 francs = 14 francs

JUSTE

8.2c

6 éléments x 2,5 francs = 15 francs

JUSTE

8.2d

147 éléments x 1g.1/4 = 15 francs 3g. 3/4

JUSTE

8.2e

11,5 éléments x 1g.1/4 = 14g. 7d. Ob

JUSTE

8.2f

47 éléments x 1g.1/4 = 4 francs 10g. 3/4

JUSTE

8.2g

14 éléments x 1g. 1/4 = 17g. Demi

JUSTE

8.2h

50 1/3 x 1g. 1/4 = 5f rancs 3g. 6d.

APPROXIMATION DE  - 1 d.

8.2i

47 éléments x 1g.1/4 = 4 francs 10g. 3/4

JUSTE

8.2j

15 éléments x 2,5 francs = 30 francs

FAUX  :  prix à 2 francs

8.2

total 8.2 = 140 livres 8d. Maille

OUBLI de 8.2j  confirmé

8.3a

14 éléments pour 14 livres

SOMME DIVISIBLE par le nombre : 1l.

8.3c

4 éléments pour 30 sous

SOMME DIVISIBLE par le nombre : 90d.

8.3

total 8.3 = 23 livres 10 sous

JUSTE

8.4

39 éléments x 6s. 8d. = 14livres   13livres

JUSTE - correction justifiée

8.5a

18 jours x 3s.9d. = 67s. 6d.

JUSTE

8.5b

9 jours x 2s. 1d. = 18 sous

FAUX - 9 d. en MOINS

8.5

total 8.5 = 4 livres 6s. 3d.

JUSTE - avec les 9 d. compris

8

total 8 = 328 livres 1s. 2d. ob

JUSTE - en tenant compte des récapitulatifs

  

  

  

9.a

480 éléments x 4d. = 8 livres

JUSTE

9.b

147 éléments x 12d. = 7 livres 7 sous

JUSTE

9

total 9 = 15 livres 7 sous

JUSTE

10

2 douz. X 10s la douz = 20 sous

JUSTE

  

  

  

11.1a

93,5 éléments x 12d. = 4 livres 13s. 6d.

JUSTE

11.1b

18 éléments x 12d. = 18s. 6d.

JUSTE

11.1c

10 éléments x 2s. = 20s.

JUSTE

11.1d

6 éléments pour 6 sous

SOMME DIVISIBLE par le nombre = 12 d.

11.1g

6 éléments x 2s. = 12 sous

JUSTE

11.1j

70 éléments x 12d. = 70 sous

JUSTE

11.1k

12 élements x 2s. = 24 sous

JUSTE

11.1l

15 éléments x 12d. = 15 sous

JUSTE

11.1m

5 éléments x 12d. = 5 sous

JUSTE

11.1n

12 élements x 2s. = 24 sous

JUSTE

11.1q

12,5 éléments x 12d. = 12 sous 6 deniers

JUSTE

11.1s

800 éléments x 13s. 4d. le 100 = 106s. 8d.

JUSTE

11.1u

160 éléments x 12d. = 8 livres

JUSTE

11.1

total 11.1 = 30 livres 16 sous

JUSTE

11.2

4 éléments pour 4 livres 12s. 6d.

SOMME DIVISIBLE par le nombre = 1l. 3s. 1d. ob

11.3b

100,5 éléments x 60s. = 4 livres 10s.

JUSTE

11.3c

8 éléments x 10d. = 6s. 8d.

JUSTE

11.3

total 11.3 = 12livres 16s. 8d.

JUSTE

11

total 11 = 48 livres 5s. 2d.

JUSTE

  

  

  

12.2

160 éléments x 4s. 2d. = 33livres 6s. 8d

JUSTE

12.3

150 éléments x 12d. = 7 livres 10s.

JUSTE

12

total 12 = 50livres 16s. 8d

JUSTE

  

  

  

13.2a

10 éléments x 20d. = 26s. 8d.

JUSTE

13.2b

14 éléments x 3s. 4d.  = 47 sous  46s. 8d.

JUSTE - correction justifiée

13.2c

65 éléments x 10d. = 52s. 6d.  54s. 2d.

JUSTE - correction justifiée

13.2d

22 éléments x 10d. = 18s. 4d.

JUSTE

13.2e

4 éléments pour 4s. 2d.

SOMME DIVISIBLE par le nombre = 12d. ob

13.2

total 13.2 = 8 livres

JUSTE

13.3

3 éléments x 10s. = 30 sous

JUSTE

13.7

3 jours x 8 gros = 2 francs

JUSTE

13

total 13 = 69 livres 11s. 8d.

JUSTE

  

  

  

14 - som.

1716 livres 18s. 9d. ob.

JUSTE selon les récapitulatifs

  

  

  

15 - debet

175 livres 18s. 11d. ob. et 1/3 de d.

JUSTE - selon les récapitulatifs

Tableau 11 – B 4270-6 : récapitulatif général

Francs

Gros

Deniers

RECETTES

1892

10

2/3 de gros

DÉPENSES

* (1 716 livres 18 sous 9 deniers)

1716

11

5

DEBET

* (+ 175 livres 18 sous 11 deniers obole 1/3)

175

11

7 + 1/3

42Le châtelain a donc reçu plus que ce qu’il a dépensé et les contrôleurs de la Chambre des Comptes établissent qu’il doit rétrocéder cette somme confortable de plus de 175 francs, près de 10% de la somme encaissée. On ne s’étonnera pas longtemps de cet écart : il est nettement plus raisonnable que celui qui sépare l’évaluation et la dépense effective et il était difficile de serrer au plus près un budget de cette importance.

43La comparaison du calendrier des mandatements des recettes et des dépenses retient davantage l’attention.

Tableau 12 – B 4270-6 : distribution chronologique des quittances des recettes et des dépenses

  

Total

1401

1402

1403

1404

recette* (en gros)

22 634

13 874

8 040

720

0

% cumulés des recettes

100

61 %

96 %

100 %

  

dépense (en gros)

20 536

2 982

430

720

16 404

% cumulés des dépenses

100

15 %

16 %

20 %

100 %

* = non compris les deux recettes non situées dans le temps dont le montant s'élève à 16 francs 9 gros soit 201 gros

44Aucun « lissage administratif » et aucune corrélation ne caractérise ces calendriers : si 100% des recettes sont arrivées en mai 1403, 20% seulement des dépenses sont à cette date réalisées, essentiellement du voiturage et des fournitures de matériaux. 80% des dépenses, essentiellement les salaires et autres types de rémunération du travail accompli, ne sont acquittées et certifiées qu’en septembre et octobre 1404. Qu’a fait le châtelain de cette somme importante – plus de 1500 francs – pendant ces 14 mois ? Pouvait-il en user à sa guise et prendre les risques inhérents à la pratique de « placements personnels » ? Est-il plus vraisemblable de penser qu’il a du réaliser régulièrement des « avances sur salaire » et que le document ne témoigne que de la régularisation des comptes avec chacun des prestataires en fin de chantier ?

45Au total, il est possible de noter quelques incohérences :

  • les recettes sont sous-évaluées de 10 francs ;

  • les dépenses sont sous-évaluées de 46 deniers (421 deniers en moins et 375 deniers en plus) ;

  • le solde connaît donc une « évaporation » de 9 francs 9 gros 14 deniers.

  • Mais l’écart par rapport au budget géré ne s’élève qu’à 0,5% : le coulage est loin d’être scandaleux et criant. Il est passé inaperçu aux yeux des contrôleurs et il faut plutôt y voir le résultat d’erreurs et d’un défaut de contrôle que de malversations :

  • les recettes ne semblent pas avoir été vérifiées : les mains B et C n’y apparaissent pas.

  • une erreur de calcul porte sur le récapitulatif de la charpenterie : c’est le seul chapitre à n’avoir pas été contrôlé par C.

  • les autres erreurs concernent des calculs de paiements acquittés, non vérifiés par C.

46Le châtelain et/ou son scribe maîtrisent convenablement le calcul. La vérification paraît cependant utile car la comptabilité est parfois fautive. Mais le contrôle est lui-même approximatif, se limite aux récapitulatifs et encore sans systématique.

  • 18  Philippe Contamine, « Réformer l’État, rationaliser l’administration : à propos du contrôle des fi (...)
  • 19  Bertrand Schnerb, « L’activité de la Chambre des comptes… », op. cit., note 12, p. 62-63.
  • 20  Dom Urbain Plancher, Histoire générale et particulière de Bourgogne, avec des textes, des disserta (...)

47Ce sont là des erreurs minimes, s’inscrivant dans une marge jugée acceptable sans doute par une administration compétente et organisée mais manquant sans doute de temps et, peut-être aussi, dans les actes répétitifs sinon routiniers, de précision sinon de vigilance. Les calculs avancés par Philippe Contamine au sujet des contrôles des comptes par les clercs de la Chambre de Normandie au milieu du XVe siècle démontrent que la tâche était « considérable », impliquant « non seulement une grande assiduité mais même une indéniable productivité »18 ; pour la Bourgogne du temps de Philippe le Hardi, rappelons après Bertrand Schnerb que la réforme de 1403-1404 procédait d’une simplification des procédures d’audition de la Chambre des Comptes19 et, après Urbain Plancher, que le prince avait édicté en 1373, dans le cadre d’une politique générale de réduction du « train de vie de l’Etat », un règlement limitant le temps d’activité des contrôles à six mois maximum dans l’année : que les gens de nos comptes ne vacqueront doresnavant en l’audition et correction d’iceulx que par le temps qui s’ensuit, c’est assavoir les mois de Mars, d’Avril, de May, de Juing & de Juillet ; & au cas qu’ils ne pourroient ledit fait avoir accomplis ez cinq mois dessus dits, il nous plait que il y vacquent encores un mois se besoing est et non plus. & en outre nous avons ordonné que pour chascun jour que nos dits gens vacqueront ezdites audition & correction de nos dits comptes, ledit temps durant & non outre, qu’il ayent & prennent de nous, chascun d’eulx, six gros tournois d’argent viez20.

Haut de page

Notes

1  Werner Paravicini, « L’embarras de richesses : comment rendre accessibles les archives financières de la maison de Bourgogne-Valois », Académie royale de Belgique, Bulletin de la Classe des Lettres, 6e série, t. VII, 1996, p. 21-68.

2  Robert-Henri Bautier et Janine Sornay, « Les comptabilités », Les sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge : Les États de la maison de Bourgogne, vol. 1, fasc. 1, Paris, CNRS éditions, 2001, p. 180-406.

3  Voir les éléments bibliographiques que donnent Robert-Henri Bautier et Janine Sornay, op. cit. note 2  ainsi que la Bibliographie bourguignonne publiée chaque année depuis 1939 par la revue Annales de Bourgogne. La présentation matérielle des sources comptables n’est jamais très développée, même dans le monumental travail de Jean Kerherve, L’État breton aux 14e et 15e siècles. Les Ducs, l’Argent et les Hommes, Paris, 1987,t. 1, p. 410-416 pour les comptes, p. 422-424 pour les rentiers.

4  Carla Bozzolo et Ezio Ornato, Pour une histoire du livre au Moyen Âge. Trois essais de codicologie quantitative, Paris, 1980, 2e édition 1983 ; Albert Derolez, Codicologie des manuscrits en écriture humanistique sur parchemin, Turnhout, Brepols, 1984 ; Denis Muzerelle, Vocabulaire codicologique, répertoire méthodique des termes français relatifs aux manuscrits, Paris, Cemi, 1985 ; Monique Ornato et Nicole Pons (dir.), Pratique de la culture écrite en France au XVe siècle (Actes du colloque de 1992) Louvain-la-Neuve, Fidem, 1995.

5  Telles sont les questions auxquelles on a tenté de répondre à propos de la série des cherches des feux bourguignonnes : Archéologie d’un document d’archives. Approche codicologique et diplomatique des cherches des feux bourguignonnes (1285–1543), Paris, Études et rencontres de l’École des Chartes n° 20, 2006, 248 p. Telles sont aussi les questions auxquelles les séries comptables sont soumises par un groupe de travail mis en place depuis quelques mois : cf. http://irhis.recherche.univ-lille3.fr/00-Comptabilites/Index.html

6  Archives départementales de la Côte d’Or (désormais ADCO) B 4268-2, f° 42.

7  ADCO B 4270-6.

8  Le clos de Chenôve (Côte d’Or). La cuverie et les pressoirs des ducs de Bourgogne. Histoire, archéologie, ethnologie (XIIIe-XXe siècles), Inventaire général, direction régionale des affaires culturelles de Bourgogne, rééd. Patrice Beck, Christine Canat, Bernard Lauvergeon et alii, photogr. Jean-Luc Duthu, relevés graph. Vincent Lepais, Alain Morelière, Dijon, Éditions Faton, 1999, 64 p. (Images du Patrimoine n° 190 – Dossier de l’Art hors série n° 1).

9  Sans le démontage et le regard du spécialiste, l’analyse de la reliure est bien périlleuse ; sans l’œil et le laboratoire du zoologue, l’espèce du parchemin, la découpe de la peau sinon la gestion des « côté poil-côté chair » restent opaques. Voir Albert Derolez, op. cit., note 4.

10  Cf. infra Fig. 9.

11  ADCO B 4269 1 à 3. Michelet Girost est en poste depuis 1393 (ADCO B 4266).

12  ADCO B 4271 1 à 3. Comptes de Jean de Saint-Ligier.

13  Bertrand Schnerb, « L’activité de la chambre des comptes de Dijon entre 1386 et 1404 d’après le premier registre de ses mémoriaux », Philippe Contamine et Olivier Mattéoni (dir.), La France des principautés. Les Chambres des comptes, Actes du colloque de Moulins-Yzeure – 6-8 avril 1995, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1996, p. 55-64.

14  ADCO B 4270-6, f° 1 et 2.

15  Philippe Contamine, Marc Bompaire, Stéphane Lebecq, Jean-Luc Sarrazin, L’économie médiévale, Paris, A. Colin, 1993.

16  Pierre Portet, « L’arpentage au Moyen Âge, Bertrand Boisset », 2000 ans d’arpentage, le géomètre au fil du temps, Paris, Publi-Topex, 1999, p. 22-35 ; Sabine Rommevaux, « Mathématiques », Claude Gauvard, Alain de Libera et Michel Zink (dir.), Dictionnaire du Moyen Âge, Paris, PUF, 2002, p. 890-894.

17  Marc Bompaire dans L’économie médiévale, op. cit., note 13, p. 301.

18  Philippe Contamine, « Réformer l’État, rationaliser l’administration : à propos du contrôle des finances publiques, 1456-1461 », Finances, pouvoirs et mémoires. Hommages à Jean Favier, Travaux réunis par Jean Kerhervé et Albert Rigaudière, Paris, Fayard, 1999, p. 393-394. Voir aussi la minutieuse enquête sur l’examen des comptes en duché de Bretagne réalisée par Jean Kerhervé, L’État breton…, op. cit., t. 1, p. 383sq.

19  Bertrand Schnerb, « L’activité de la Chambre des comptes… », op. cit., note 12, p. 62-63.

20  Dom Urbain Plancher, Histoire générale et particulière de Bourgogne, avec des textes, des dissertations et les preuves justificatives…, Dijon, 1748, 4 vol, vol III, 13-XLVI et 13-LVI.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Entête du compte B 4270-6
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/76/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 2 - Pignon arrière de la cuverie de Chenôve (cliché J.L. Duthu – Inventaire général – Dijon)
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/76/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Fig. 3 - Détail des reliures des registres et de la liasse B 4270, partie basse
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/76/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 4 - Formats : à gauche la dernière page du dernier compte ordinaire, à droite la première page du compte de construction
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/76/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 5 - B 4279-6, f° 2 (recette 2.7). La main A se corrigeant elle-même
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/76/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Fig. 6 - B 4279-6, f° 1 : réception du compte (latin, main C) et début de la suscription (français, main A)
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/76/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Titre Fig. 7 - B 4279-6, f° 2 : recettes 2.1 à 2.5 (main A) et références, en latin dans la marge de gauche, à des comptes « ordinaires » du châtelain (main B)
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/76/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 844k
Titre Fig. 8 - B 4279-6, f° 2v° : dernier acte enregistré en date du 24 novembre 1412
URL http://comptabilites.revues.org/docannexe/image/76/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrice Beck, « Codicologie d’un compte de châtelain bourguignon : Michelet Girost et les pressoirs de Chenôve (1401-1404) », Comptabilités [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 10 décembre 2010, consulté le 26 juin 2017. URL : http://comptabilites.revues.org/76

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org