Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Rencontres

Classer, dire, compter. Discipline du chiffre et fabrique d’une norme comptable au Moyen Âge

Paris, 10-12 octobre 2012
Isabelle Theiller

Texte intégral

1Les 10 et 12 octobre 2012 s’est tenu aux Archives Nationales (Pierrefitte-sur-Seine) et en la Grand’Chambre de la Cour des Comptes, le colloque international Classer, dire, compter. Discipline du chiffre et fabrique d’une norme comptable au Moyen Âge. Ce colloque clôturait les travaux du groupe de travail sur les Comptables et les comptabilités de la fin du Moyen Âge (codicologie, diplomatique, prosopographie) qui avait vu le jour en 2008 à l’Université Lille 3. Il a reçu l’aide du Ministère de l’Economie et des Finances, de l’Institut de la Gestion publique et du Développement économique, des Archives nationales, de la Cour des comptes, des Laboratoires de recherches LAMoP (CNRS-Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et IRHiS (CNRS-Université Charles de Gaulle-Lille 3)

2Olivier Mattéoni (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) a introduit le colloque en rappelant que les travaux du groupe de travail sont nés suite au constat suivant : alors même que de nombreuses enquêtes locales montraient l’importance du développement des administrations comptables pour le Moyen Âge, aucune enquête codicologique et diplomatique des comptabilités médiévales n’avait véritablement été menée. Ainsi, malgré l’influence historiographique allemande, italienne et encore anglaise qui soulignait l’importance du concept de scripturalité (développé surtout à propos des cartulaires), les comptabilités avaient jusqu’alors été maintenues à l’écart de ce type de recherches, alors même que leur rôle politique et mémoriel était une évidence. Le groupe d’étude avait donc pris ce dossier en charge l’organisant autour de trois axes de recherche : classer (qui se proposait de réfléchir à l’agencement et à la reddition des comptes) ; dire (qui suggérait de prendre en compte les mots, le texte et le récit) et la discipline du chiffre (qui visait à mettre en évidence la technique et les savoir-faire comptables (numeracy) mis en œuvre afin de mieux compter, présenter et lire les comptes). Ces thématiques ont par la suite orienté la réflexion sur les questions de la connaissance comptable, de la définition de normes comptables, du contrôle et de la validation des comptes, de leur dimension juridique ou encore des liens étroits qui peuvent exister entre terminologie comptable et théologie. Soulignant alors le caractère contraignant que peut prendre la reddition comptable, O.M. concluait en rappelant à quel point la mise en évidence des rapports unissant pratiques laïques et ecclésiastiques, clercs chargés d’organiser les comptes et administrations laïques, devront maintenant être interrogés si l’on veut saisir les enjeux des comptabilités médiévales.

3Le colloque a été organisé en quatre sessions : les trois premières furent introduites par un rapport de synthèse présentant les résultats des précédentes rencontres et nourries à la suite de quatre communications approfondissant le thème ; la quatrième a exploré les Temps Antiques, les terres d’Islam et les pratiques contemporaines afin de comparaison, avant que de laisser réagir, en une table ronde conclusive, des membres de la Cour des Comptes et des spécialistes du droit et des sciences de gestion.

Session 1 : « Forme, organisation et ordonnancement des comptabilités »

4Il est revenu à Patrice Beck (Université Chales-de-Gaulle, Lille 3) de présenter le rapport de synthèse de la rencontre Codicologie des documents comptables. Matières et formes - modalités d’usages et d’archivage réunie à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en 2008. Ces journées proposaient une approche codicologique, voire archéologique des comptabilités médiévales, cela afin de mettre en évidence la question de la fabrication des comptes tant du point de vue de leurs matériaux (papier, parchemins, etc.), de leur forme, que de leur structure interne. Les rencontres avaient ainsi montré en quoi la forme prise par les comptabilités renvoyait à la question de l’usage et (ou) de la cohérence de l’objet comptable. Cohérence qui peut, selon les cas, résulter d’une reliure a posteriori des cahiers ou d’une construction (ou reconstruction) du discours comptable voulue par les rédacteurs. Ces questions ouvraient alors la réflexion sur l’ordonnancement des comptes, la mise en page et (ou) le préformatage des feuillets ainsi que sur les choix chronologiques, logiques, géographiques, etc. imposés par la hiérarchisation des données, soit autant d’éléments qui contribuent à la caution comptable et mémorielle de l’information.

5Elisabeth Lalou (Université de Rouen), en présentant un travail mené sur les tablettes de cire contenant les dépenses de l’hôtel du roi (xiiie-xive siècles), a ensuite témoigné de la difficile interprétation d’un objet comptable destiné à être effacé après recopie, mais dont la conservation sur le long terme témoigne du contraire. Prenant alors en considération leur forme, leur mise en page, leur usage,ainsi que la perte de détails qu’engendrait immanquablement la recopie, E.L. suggère que ces documents intermédiaires ont pu être conservés volontairement afin de maintenir la mémoire de certains détails dont eux seuls étaient porteur, ou comme des objets de curiosité à mesure qu’ils ont été remplacés par d’autres supports.

6Prenant ensuite pour exemple les comptabilités locales duchoises et comtoises dans les états bourguignons aux xive-xve siècles, Matthieu Leguil (université Franche-Comté) entreprenait, par le biais d’une étude diplomatique et codicologique et d’une reconstruction historique des institutions bourguignonnes, de dévoiler les mécanismes ayant présidé à la mise en place de normes communes aux duché et comté. Malgré une chronologie quelque fois différente au sein de ces deux espaces et la perpétuation de spécificités régionales jusque dans les années 1475, M.L. souligne le progressif triomphe d’un modèle comptable qui résulte à la fois de l’influence des pratiques royales sur les comptabilités bourguignonnes et du rôle fondamental du pouvoir ducal et de la Chambre des comptes de Dijon mise en place peu de temps après le rassemblement des États bourguignons.

7Par le biais d’une présentation richement illustrée, Christine Jéhanno (Université du Littoral) aborda alors la question peu explorée de l’ornementation des comptabilités. Soulignant le caractère varié des décors (de la simple lettrine à la forme élaborée et colorée), C.J. pose la question de l’esthétisme dans des documents utilitaires et souligne la nécessité d’évaluer la fréquence, les enjeux et la signification d’un phénomène qui touche la quasi-totalité des comptes. Ainsi, malgré une subordination aux nécessités comptables qui les cantonne aux lettrines et aux titres, C.J. estime que les décors peuvent tour à tour être interprétés comme un espace de liberté du scribe ou du commanditaire et, lorsqu’il se fait plus présent, comme un symbole du pouvoir ou du prestige d’un seigneur.

8Harmony Dewez (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) achèva cette première session en exposant le cas des comptabilités manoriales anglaises au xiiie siècle, notamment celui des rouleaux comptables du prieuré-cathédrale de Norwich. En commentant des comptes de dîmes et des comptes relatifs à la taxe de none accordée au roi en 1340-41, H.D. montre en quoi ces comptes différenciés, qui s’inscrivent également dans des comptes manoriaux communs, permettent à leurs contemporains de distinguer revenus spirituels et temporels ; et en quoi les spécificités des revenus monastiques ont affecté le contenu et l’organisation des comptes manoriaux anglais.

Session 2 : « Mathématiques et pratiques : des savoirs aux savoir-faire comptables »

9Pour entamer les débats de cette session, Stéphane Lamassé (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) a présenté le rapport de synthèse de la rencontre Savoirs aux savoir-faire comptables qui s’était tenue en 2011 à l’Université Charles-de-Gaulle Lille 3. Selon S.L., cette rencontre tournée vers le chiffre avait montré que la donnée comptable conférait une valeur aux choses, mais également que les historiens disposaient de peu de traces témoignant des règles de calcul suivies afin de produire les chiffres de la comptabilité. Il ressortait des travaux présentés que les historiens constataient surtout les erreurs de calcul plutôt que les méthodes d’élaboration des calculs mais, également, que c’est par le biais de ces erreurs que les savoirs et les savoir-faire comptables pouvaient être mis en évidence. La nécessité d’interroger la notion d’erreur dans les comptabilités, de déterminer leur rôle, le pourquoi et le comment de leur existence, renvoyaient en effet l’historien hors du document et questionnait le mode de calcul comptable et ses techniques (tables, abaques, emploi du chiffre romain ou arabe, etc.). En comprenant le raisonnement qui permettait d’aboutir à l’usage du chiffre, au rapport entre le jeton et le papier, il apparaissait alors que l’on pouvait suivre l’argumentation comptable et, selon la formule employée par S.L., se confronter à l’idée que « le nombre est raison ».

10Philippe Bernardi (Lamop, CNRS UMR 8589) a ensuite proposé, à partir de l’étude d’un registre des dépenses de construction de la Chambre apostolique sous le Pontificat d’Innocent VI (1352-1362), une étude des conventions appliquées par les comptables afin d’enregistrer les prix et salaires. De l’usage exclusif des chiffres romains, des monnaies de comptes en passant par l’étude des erreurs et du processus comptable mis en œuvre par les administrateurs, se dévoilent peu à peu des savoirs et des savoir-faire tendus vers la simplification. Le système hiérarchisé des comptes qui en découle s’attache alors à la rédaction d’un outil de synthèse (outil chiffré de gestion) qui ne fait que peu de cas de la réalisation finale du projet ce qui, selon P.B., soulève la question récurrente de la réalité des informations contenues dans ces comptes.

11En considérant le contrôle des comptes urbains, Marc Boone (université de Gand), a étudié les difficultés et résultats engendrés par l’établissement des chambres des comptes entre xiiie et xvie siècle dans les villes flamandes et les principautés des anciens Pays-Bas. Si les principes de gestion (obligation de reddition, choix linguistique, matérialité des comptes, etc.) prescrits par les ducs de Bourgogne ont initialement été perçus comme un moyen d’imposer un contrôle fiscal et politique sur les villes et les communautés paysannes, engendrant révoltes et résistances, l’étude sur le long terme démontre que ces savoir-faire étatiques se sont peu à peu généralisés et ont progressivement été reconnus comme les garants d’une meilleure organisation des finances municipales.

12Quittant la Flandre pour l’Italie, Darwin Smith (Lamop CNRS UMR 8589) a proposé l’étude du Memoriale de maestro Antonio Alabanti, prieur du couvent de la Santissima Annunziata de Florence (1477-1485). Ce registre, issu de la plus ancienne comptabilité conventuelle et hospitalière de la ville, se présente comme un assemblage hétéroclite de documents réunis à la demande du maestro afin d’apurer les comptes, de rétablir une comptabilité saine, puis de présenter un bilan d’exercice témoignant de la bonne santé morale et financière de la communauté. Bien que ressemblant à un brouillon, le registre se présente selon D.S. comme un outil de gestion personnel devenu au fil du temps un modèle comptable destiné à la communauté.

13Marc Bompaire (EPHE) et Émilie Lebailly (conservateur du château de Maintenon) ont étudié pour leur part un registre des dettes de Raoul I et de Raoul II de Brienne, comtes d’Eu et connétables de France, composé en trois étapes entre 1336 et 1351. Initialement outil de gestion dressant l’état financier et patrimonial, le registre s’avère original du fait de l’ajout postérieur de recopies de cartulaires destinés à apurer les dettes, d’annotations marginales servant au contrôle des comptes, ainsi que par l’adjonction en son sein de comptes individuels couvrant les années 1311-1349. Ces derniers mettent alors en évidence les compétences d’un comptable ou gestionnaire au travail, notamment celles le contraignant à des calculs complexes afin de faire face à l’instabilité monétaire (évaluation des monnaies réelles en monnaies de compte, change monétaire, indexation des valeurs sur le cours de l’or ou de l’argent, etc.).

Session 3 : « Compter et « conter » : mots et discours des comptes

14Pour introduire cette troisième session, Olivier Mattéoni (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) a présenté le rapport de synthèse de la rencontre Le vocabulaire et la rhétorique des comptabilités médiévales. Modèles, innovations, formalisation tenue en 2010 aux Archives municipales de Dijon et à l’Université de Franche-Comté. Cette rencontre avait pour ambition de révéler la manière dont les comptables et les comptabilités s’organisaient, se disaient et intégraient les textes normatifs. Le premier point exploré fut celui de l’organisation des comptes qui présentaient des rubriques variables selon les chapitres, les lieux et les rédacteurs, faisant ainsi montre de leurs capacités d’adaptation. De nombreuses questions sur les choix opérés par les rédacteurs restaient toutefois en suspens du fait de la perte quasi systématique des comptes préparatoires. Le second objet d’étude fut le discours des comptes. Les interventions constataient alors la longueur accrue des articles à mesure que l’on avançait dans le Moyen Âge, le remplacement progressif du latin par le langage vernaculaire (peut-être dû à une meilleure adaptation aux réalités comptables) ou encore la création de nouveaux termes fiscaux au xive siècle. Le troisième point abordé fut celui de la légitimité des comptes. Approchées par le biais des préambules, des lettres de désignation des receveurs et des récits justifiants les dépenses, les interventions témoignaient de narrations très (trop) détaillées, inutiles du point de vue comptable du fait de l’existence des pièces justificatives, et en total décalage avec la sécheresse des mentions marginales. Se posait alors la question du contrôle des comptes, de leur reddition peut-être à voix haute, justifiant ainsi le discours narratif, à moins que ce dernier dût être considéré comme un lieu de mémoire, porteur à la fois d’une valeur juridique et d’une force symbolique.

15Denis Menjot (Université Lumière-Lyon 2) a ensuite proposé une réflexion sur les stratégies langagières dans les comptabilités urbaines des couronnes de Castille et d’Aragon destinées à justifier les dépenses de fonds publics à la fin du Moyen Âge. Étudiant, datant, localisant et observant l’évolution des emplois terminologiques, D.M. constate la multiplication des mots employés pour désigner les impôts directs et indirects. Souvent créés afin de répondre à l’augmentation des dépenses de guerre, à la multiplication des redevances et au développement des administrations, ces termes peuvent résulter d’emprunts langagiers à des systèmes comptables antérieurs ou étrangers (arabes), n’être employés que ponctuellement dans le cas de prélèvements extraordinaires ou encore recouvrir plusieurs réalités comptables.

16En proposant une relecture juridique des registres de comptabilité des villes du midi de la France dans la seconde moitié du xive siècle, Florent Garnier (Université d’Auvergne) entendait mettre en évidence l’expression du droit dans des documents qui n’ont pas vocation à le faire. Il constate ainsi que le vocabulaire juridique des comptes emprunte à des notions complexes de droit (bien public, utilitas, consentement, administratio, juridictio, etc.) qui évoquent les mots pour dire le procès, la procédure ou encore l’espace d’application du droit. Selon F.G. le fait d’être plus attentif à l’expression du droit dans les comptabilités permettrait de saisir la mise en place, la généralisation et l’application de la norme procédurale imposée par la nécessité de justifier les comptes dans le cadre municipal.

17Prenant les choses d’un tout autre point de vue, Daniel Russo (Université de Bourgogne) a exploré la terminologie employée afin de décrire les ‘joyaux d’inventaire’. En étudiant les mots employés pour désigner, compter, mesurer, faire voir les trésors de la Cour de Bourgogne (le Calvaire du roi Mathias Corvin, la Croix d’or, le Goldernes Rössl et le Puits de Moïse de la Chartreuse de Champmol), D.R. démontre en quoi la compréhension du rapport entre les choses et les mots permet de dégager le statut des objets dans une société de cour qui met de l’ordre en comptant et paraît en décrivant.

18En élargissant le champ chronologique, Marie-Laure Legay (Université Charles-de-Gaulle Lille 3) a traité la question de l’évolution des enjeux comptables entre la fin du Moyen Âge et le début de l’époque moderne par le biais des mots de la prévision budgétaire, de l’exécution budgétaire et des organisations étatiques. En comparant les mots employés dans les administrations publiques par les agents comptables (receveurs, trésoriers, auditeurs, contrôleurs, etc.) M.-L.L. démontre que ce n’est pas tant le vocabulaire qui change que les opérations et les fonctions de l’autorité financière de l’État moderne.

Session 4 : « Regards extérieurs et d’aujourd’hui »

19Cette dernière session a ouvert la réflexion à des champs nouveaux : ceux des spécialistes de l’Antiquité, de l’Islam et des périodes contemporaines.

20Grégory Chambon (Université de Bretagne occidentale) a présenté les pratiques comptables des administrations royales dans les palais de Mari (Moyen Euphrate) au début du IIe millénaire avant J.-C.. L’étude portant sur des tablettes confronte approche diplomatique et archéologique (localisation des documents dans les palais) afin d’interroger les pratiques comptables, la fiabilité des chiffres et des quantités, de déterminer si ces documents avaient une fonction économique, administrative, juridique ou s’ils pouvaient s’apparenter à des accords entre l’autorité administrative et les acteurs économiques.

21En étudiant la langue, le vocabulaire, les formes et les normes adoptés dans un ensemble de registres fiscaux (Égypte), de registres de quittance (Iran) des ixe-xve siècles ainsi des archives yéménites des ixe-xve siècles contenant des données comptables (dépenses des maisons sultanines, atlas de l’État, recueils de poèmes), Éric Vallet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) a témoigné de la progressive normalisation des pratiques dans les comptabilités d’État en pays d’Islam et dévoilé des comptabilités servant à compter et à collecter mais contribuant aussi, comme en témoigne une mise en page empruntée à l’astrologie, à la bonne connaissance du monde.

22Enfin, Matthieu de Olivera (Université Charles-de-Gaulle Lille 3) a proposé une intrusion dans les comptabilités privées et publiques des xixe et xxe siècles en s’interrogeant sur les formes nouvelles qu’elles adoptent suite à la Révolution ainsi que sur les forces nouvelles œuvrant au renouvellement comptable dans une période de changement. Il entend ainsi montrer en quoi la formalisation de la comptabilité publique participe à la mise en place de l’État et influe sur la mise en œuvre de nouveaux outils comptables et de contrôle dans un contexte de développement du capitalisme.

Conclusion

23Les journées se sont clôturées sur une table ronde présidée par Christian Descheemaeker, président de chambre à la Cour des comptes et président du Comité d’histoire de la Cour des comptes, qui a réuni des universitaires et professionnels du droit, de la comptabilité et de la gestion contemporaine.

24Yannick Lemarchand (professeur de sciences de gestion, Université de Nantes) entame les débats en soulignant une constante de l’histoire de la comptabilité : la normalisation qui, selon lui, relève toujours des mêmes logiques, d’un processus d’élaboration comptable commun à toutes les comptabilités qui relève d’un effort de normalisation et d’harmonisation, d’une relation de réciprocité et (ou) de collaboration entre partenaires et pas nécessairement d’une relation de pouvoir. Y.L. souligne toutefois que la normalisation de coopération ne voit véritablement le jour qu’au xxe siècle avec le plan comptable.

25Sébastien Kott (Maître de conférences en droit public, Université Paris-Ouest Nanterre-La Défense) souligne quant à lui une question qui semble étrangère aux médiévistes : celle de la séparation du contrôleur et de l’ordonnateur. Dogme fondamental de la comptabilité contemporaine qui, de manière sous-jacente, pose la question de la responsabilité comptable et qui ouvre sur l’ensemble des questions que les médiévistes soulèvent : qui façonne la langue comptable et à quelles fins ? Quelles sont les priorités de l’établissement de la norme ? Quelle est la vocation de ces comptes ? Ont-ils vocation à être exacts ? Disposent-ils d’une vocation comptable, politique ou gestionnaire ? En répondant à ces questions pour le Moyen Âge, ce qui serait mis en lumière c’est le système central comptable, le rôle des états de prévision, de l’intégration des pratiques comptables, de la vocation comptable et (ou) politique des comptes.

26Dans la lignée de cette thématique, Vincent Feller (Avocat général à la Cour des comptes) évoque la question de la responsabilité des comptables médiévaux évoquée par les intervenants de ce colloque. En rappelant qu’aujourd’hui, à la Chambre des comptes notamment, les comptables encourent des sanctions civiles, disciplinaires et pénales, V.F. indique à quel point la question s’avère contemporaine et interroge la manière de déterminer les responsabilités comptables. En la matière, V.F. souligne alors la continuité entre le Moyen Âge et aujourd’hui, rappelant que dans les deux cas l’idée d’un contrôle interne et externe s’impose et que ces derniers ne peuvent être réalisés sans un objet écrit (un compte) dont on doit évaluer la bonne tenue, sans un comptable (en comptabilité publique, quelqu’un ayant été nommé comme tel et étant seul autorisé à manier des fonds) et sans un savoir dont la normalisation croit à mesure que les audits s’intensifient.

27Didier Bensadon (Maître de conférences en sciences de gestion, Université Paris-Dauphine) présente enfin une histoire de la normalisation des comptes consolidés en France. Ces comptes ont vu le jour au XIXe siècle aux États-Unis afin de présenter les résultats et les actifs d’une société exerçant un contrôle sur d’autres sociétés ; ils se sont imposés en France puis normalisés (par obligation) à mesure que des sociétés ont voulu intégrer le marché américain et que les contrôles se sont intensifiés. D’après D.B., la généralisation de cette pratique comptable dans des sociétés n’ayant aucune intention d’intégrer le marché américain (1960), a découlé d’une obligation imposée aux sociétés françaises (1968) qui ont alors œuvré à une normalisation adaptée de leurs besoins. Faisant alors glisser son propos dans le champ européen, D.B. explicite les capacités d’adaptation de ces normes, en démontrant en quoi la généralisation des comptes consolidés à l’échelle de l’Europe a poussé les institutions européennes à imposer des règles à l’ensemble des sociétés (1983). Règles qui tendent aujourd’hui à faire disparaître la normalisation française au profit de pratiques fortement inspirées des pratiques anglo-saxonnes.

28Mylène Orange-Louboutin (directrice générale de l’Institut de la Gestion publique et du Développement économique) a clôturé alors ces journées en soulignant la richesse des débats et le rôle joué par l’IGPDE dans la promotion de l’histoire économique. Rôle qu’il entend jouer une fois encore en contribuant à la publication prochaine des actes de ce colloque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Theiller, « Classer, dire, compter. Discipline du chiffre et fabrique d’une norme comptable au Moyen Âge », Comptabilités [En ligne], 4 | 2012, mis en ligne le 21 janvier 2013, consulté le 01 mai 2017. URL : http://comptabilites.revues.org/995

Haut de page

Auteur

Isabelle Theiller

Framespa – Université de Toulouse 2-Le Mirail - isabelle.theiller@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org